SlideShare une entreprise Scribd logo
EUROCODE 0 (NF EN 1990) :
DURABILITE
La durée d’utilisation du projet doit être spécifiée par le maître d’ouvrage,
ou la structure classée suivant une classe de structure définie par le
tableau 2.1. de l’EN 1990
Classe de
structure
durée indicative
d’utilisation de
projet (en années)
Exemples de projet
S1 10 Structures provisoires
S2 25 Éléments structuraux remplaçables
S3 25 Structures agricoles et similaires
S4 50 Bâtiments et autres structures courantes
S5 100 Bâtiments monumentaux, ponts, autres
ouvrages de génie civil
EUROCODE 0 (NF EN 1990) :
DURABILITE
Nota : durabilité béton armé  enrobage des armatures (c)
Barre
d’acier =
armature
Peau du
béton
Enrobage (c)
EUROCODE 0 (NF EN 1990) :
ETATS LIMITES
État limite ultime (ELU)
de la stabilité globale ou locale de la structure
(flambement, déversement, etc.). (déformation
excessive entraînant une défaillance structurale par
instabilité mécanique)
Limite de la résistance d’un des matériaux
de l’équilibre statique
EUROCODE 0 (NF EN 1990) :
ETATS LIMITES
•EQU : perte d’équilibre statique de la structure ou de l’une quelconque de ses
parties, considérée comme un corps rigide, pour laquelle de faibles variations de
la valeur ou de la répartition spatiale des actions d’une même origine sont
déterminantes et les résistances des matériaux structuraux ou du sol
n’interviennent généralement pas ;
•STR : défaillance interne ou déformation excessive de la structure ou
d’éléments structuraux, incluant les semelles, pieux et murs de soubassement,
pour laquelle la résistance des matériaux de construction de la structure est
déterminante : une défaillance STR peut faire intervenir ou non des actions
géotechniques ;
•GEO : défaillance ou déformation excessive du sol mettant en jeu de
manière significative les résistances du sol ou des roches ;
•FAT : défaillance par fatigue de la structure ou d’éléments structuraux.
État limite ultime (ELU) : modes de défaillance :
EUROCODE 0 (NF EN 1990) :
ETATS LIMITES
État limite ultime (ELU) : modes de défaillance :
EUROCODE 0 (NF EN 1990) :
ETATS LIMITES
État limite de service (ELS) :
Condition de durabilité, d’exploitation et de déformation.
La conception est faite pour une durée de vie de
référence de l’ouvrage égale à 50 ans.
EUROCODE 0 (NF EN 1990) :
ACTIONS SUR LES STRUCTURES
Actions permanentes (G) : Poids propre de la structure + celui des
équipements fixes.
Les actions permanentes d’origine géotechnique sont traitées dans l’Eurocode 7 (EN 1997 : Calcul géotechnique).
Les valeurs représentatives de certaines d’entre elles peuvent résulter de la prise en compte de divers niveaux
(sol ou eau de la nappe) liés à des situations de projet particulières.
Actions variables (Q) : variables dans le temps (exploitation, neige, vent,
température, houle par exemple).
Actions accidentelles (Ad) et sismiques (Aed) : chocs de véhicules ou
de bateaux sur les appuis des ouvrages d’art, et les séismes (Règles
parasismiques EN 1998 Eurocode 8).
EUROCODE 0 (NF EN 1990) :
COMBINAISONS D’ACTIONS
État limite ultime (ELU)
EUROCODE 0 (NF EN 1990) :
COMBINAISONS D’ACTIONS
État limite ultime (ELU) : Valeurs des coefficients Ψ pour les
bâtiments (d'après le tableau A1.1 de l'EN 1990)
EUROCODE 0 (NF EN 1990) :
COMBINAISONS D’ACTIONS
État limite de service (ELS) :
EUROCODE 0 (NF EN 1990) :
PRINCIPE DE CALCUL
Calcul en durabilité : État limite de service (ELS) :
Combinaison retenue : G + Q1 + ΣΨiQi
(ex : G + Q + 0,7 S)
Calcul en résistance : État limite ultimes (ELU) :
Combinaison retenue : 1,35G + 1,5Q1 +1,5 ΣΨiQi
(ex : 1,35 G + 1,5 Q + 1,5x0,7 S)
On prend le résultat de calcul le plus défavorable
(en BA, celui qui donne les plus gros aciers)
EUROCODE 0 (NF EN 1990) :
PRINCIPE DE CALCUL
Calcul en résistance (ELU)
Vérification en durabilité (ELS)
OK ?
oui non
Calcul en durabilité (ELS)
Vérification en résistance (ELU)
EUROCODE 1 (NF EN 1991) :
CATEGORIES D’OUVRAGES
Catégorie Usage spécifique Exemples
A Habitation, résidentiel Pièces des bâtiments et maisons
d'habitation
B Bureaux
C Lieux de réunion C1 : Espaces équipés de tables etc.,
C2 : Espaces équipés de sièges fixes
C3 : Espaces ne présentant pas
d'obstacles à la circulation des
personnes
C4 : Espaces permettant des activités
physiques
C5 : Espaces susceptibles d'accueillir
des foules
D Commerces D1 : Commerces de détail courants
D2 : Grands magasins
EUROCODE 1 (NF EN 1991) :
CATEGORIES D’OUVRAGES
Catégorie Usage spécifique Exemples
E : locaux industriels
E1 Surfaces susceptibles de
recevoir une accumulation de
marchandises, y compris aires
d'accès
Aires de stockage, y compris stockages
de livres et autres documents
E2 Usage industriel
F et G Parkings et aires de circulation
F Aires de circulation et de
stationnement pour véhicules
légers (PTAC ≤ 30 kN)
garages ;
parcs de stationnement, parkings à
plusieurs étages
G Aires de circulation et de
stationnement pour véhicules de
poids moyen (30 kN ≤ PTAC ≤
160 kN, à deux essieux)
voies d'accès, zones de livraison, zones
accessibles aux véhicules de lutte
incendie (PTAC ≤ 160 kN)
H Toitures inaccessibles sauf pour entretien et réparations courants
I Toitures accessibles pour les usages des catégories A à G
k Toitures accessibles pour des usages particuliers, hélistations, par exemple
EUROCODE 1 (NF EN 1991) :
CHARGES PERMANENTES G
Matériaux Poids volumique [kN/m3]
Bétons légers 9-20
Béton de poids normal 24
Béton bitumineux 22
Béton armé 25
Mortier de ciment 19-23
Mortier de chaux 12-18
Mortier de platre 12-18
Acier 77
Aluminium 27
Bois
Sapin, peuplier
Chêne, charme
Contreplaqué résineux
Panneau aggloméré de particules
Fibragglo
0,45
0,8
0,5
0,8
1,2
Laine minérale 0,2
EUROCODE 1 (NF EN 1991) :
CHARGES D’EXPLOITATION Q
Catégorie de la
surface chargée
qk [kN/m2] Qk [kN]
Catégorie A
Planchers 1,5 2,0
Escaliers 2,5 2,0
Balcons 3,5 2,0
Catégorie B 2,5 4,0
Catégorie C
C1 2,5 3,0
C2 4,0 4,0
C3 4,0 4,0
C4 5,0 7,0
C5 5,0 4,5
Catégorie D
D1 5,0 5,0
D2 5,0 7,0
EUROCODE 1 (NF EN 1991) :
CHARGES D’EXPLOITATION Q
Catégorie de la
surface chargée
qk [kN/m2] Qk [kN]
Catégorie E1 7,5 7
Catégorie F 2,30 15
Catégorie G 5 90
Catégorie H 0,8 1,5
Catégorie I Charges selon catégorie A à G
Catégorie K A définir
EUROCODE 2 (NF EN 1992) :
CALCUL DES STRUCTURES EN BETON ARME ET BETON
PRECONTRAINT
Hypothèses sur les matériaux
Modes de calcul de l’enrobage
Calcul des sections d’aciers nécessaires (donnée = type béton)
Fonction de la sollicitation
+ aciers minimaux (et maximaux)
+ dispositions constructives
LES MATERIAUX DU BETON
ARME
BETON ET ACIERS DE
CONSTRUCTIONS SUIVANT LES
NORMES EUROPEENNES
LES MATERIAUX DU BETON ARME
Béton : composition
LES MATERIAUX DU BETON ARME
Béton : résistance caractéristique moyenne à la
compression à 28 jours : fcm
résistance caractéristique : fck
fcm = fck + 8 MPa
résistance de calcul : fcd
c
ck
cc
cd
f
f
γ
α
=
γc : coefficient partiel relatif au béton
• ELU :
dans les situations durables ou transitoires : γc = 1,5
dans les situations accidentelles γc = 1,2
• ELS : γc = 1.
αcc = coefficient de fluage
αcc = 1
LES MATERIAUX DU BETON ARME
Béton : classe de résistance : fck



 Classes de résistances selon l’EN 206-1
Classes de résistance du béton (extrait du tableau 3.1 de l’EC2)
fck
(MPa)
12 16 20 25 30 35 40 45 50 55 60 70 80 90
fck, cube
(MPa)
15 20 25 30 37 45 50 55 60 67 75 85 95 105
fcm
(MPa)
20 24 28 33 38 43 48 53 58 63 68 78 88 98
fctm
(MPa)
1,6 1,9 2,2 2,6 2,9 3,2 3,5 3,8 4,1 4,2 4,4 4,6 4,8 5,0
Ecm
(GPa)
27 29 30 31 33 34 35 36 37 38 39 41 42 44
LES MATERIAUX DU BETON ARME
Béton : résistance caractéristique moyenne à la
traction à 28 jours : fctm
)
(
3
,
0 3
/
2
MPa
en
f
f ck
ctm =
10
f
f cm
ctm
≈
LES MATERIAUX DU BETON ARME
Acier : Limite caractéristique
d’élasticité : fyk
EC2 (suivant EN 10080)  3 classes de ductilité :
• classe A : ductilité normale (treillis soudés
formés de fils tréfilés ou laminés à froid) ;
• classe B : haute ductilité (barres HA laminées à
chaud) ;
• classe C : très haute ductilité (aciers réservés à
des usages spéciaux ; constructions
parasismiques).
France (Annexe nationale EC2) :
fyk = 500 MPa
LES MATERIAUX DU BETON ARME
Acier : diagramme simplifié
γs : coefficient partiel relatif à l’acier
• ELU :
dans les situations durables ou transitoires : γs = 1,15
dans les situations accidentelles γs = 1
• ELS : γs = 1.
ELS : élastique
ELU : plastique
LES MATERIAUX DU BETON ARME
Acier : type de produits : barres HA
LES MATERIAUX DU BETON ARME
Acier : type de produits : Treillis soudés
LES MATERIAUX DU BETON ARME
Acier : type de produits : Cadres, épingles, étriers
Epingles
Max (5cm,5φ)
Max
(5cm,5φ)
Angle de courbure : 180°
r défini précédemment
la = 5φ
Etriers
Max (5cm,5φ)
Angle de courbure : 180° et 2 à 225°
la = 5φ
Max
(5cm,5φ)
Angle de courbure : 3 à 90° et 2 à 225°
la = 5φ
Cadres
LES MATERIAUX DU BETON ARME
Acier : diamètres nominaux
• barres HA : 6 7 8 9 10 12 14 16 20 25 32 40 ;
• fils HA : 4 5 6 8 10 12 14 16 (plus 7 et 9 mm en nuance Fe E 500) ;
• treillis soudés HA : de 4 à 12 mm, par pas de 0,5 mm, plus 14 et 16 mm.
Φ des
barres
(mm)
section totale d'acier (cm²)
masse
par
mètre
linéaire
(kg/ml)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
6 0.28 0.57 0.85 1.13 1.41 1.70 1.98 2.26 2.54 2.83 0.22
8 0.50 1.01 1.51 2.01 2.51 3.02 3.52 4.02 4.52 5.03 0.39
10 0.79 1.57 2.36 3.14 3.93 4.71 5.50 6.28 7.07 7.85 0.61
12 1.13 2.26 3.39 4.52 5.65 6.79 7.92 9.05 10.18 11.31 0.88
14 1.54 3.08 4.62 6.16 7.70 9.24 10.78 12.32 13.85 15.39 1.20
16 2.01 4.02 6.03 8.04 10.05 12.06 14.07 16.08 18.10 20.11 1.57
20 3.14 6.28 9.42 12.57 15.71 18.85 21.99 25.13 28.27 31.42 2.45
25 4.91 9.82 14.73 19.64 24.54 29.45 34.36 39.27 44.18 49.09 3.83
32 8.04 16.08 24.13 32.17 40.21 48.25 56.30 64.34 72.38 80.42 6.27
40 12.57 25.13 37.70 50.27 62.83 75.40 87.96 100.53 113.10 125.66 9.79
LES MATERIAUX DU BETON ARME
Acier : Panneaux de TS commerciaux
ENROBAGE
Enrobage minimal cmin
cmin = Max [cmin,b ; cmin,dur ; 10 mm]
• cmin,b : enrobage minimal pour respecter les exigences d’adhérence
• cmin,dur : enrobage minimal pour respecter les conditions d’environnement
mm
si
mm
n
c
paquet
du
barres
de
nombre
n
barre
diamètre
n
c
b
b
32
5
)
,
:
(
min,
min,
≥
+
=
=
=
φ
φ
φ
φ
n=1 n=2
ENROBAGE
Enrobage minimal cmin cmin,dur 


 tableau 4.4N de l’EC2
Classe Structurale
Classe d’exposition
X0 XC1 XC2/ XC3 XC4 XD1/ XS1 XD2/ XS2 XD3/ XS3
S1 10 10 10 15 20 25 30
S2 10 10 15 20 25 30 35
S3 10 10 20 25 30 35 40
S4 10 15 25 30 35 40 45
S5 15 20 30 35 40 45 50
S6 20 25 35 40 45 50 55
NOTA : classe de structure recommandée = classe S4
(correspond à une durée de vie de l’ouvrage de 50 ans)
ENROBAGE
Enrobage nominal cnom
mm
cdev 10
=
∆
mm
cdev 30
=
∆
mm
cdev 65
=
∆
Cas courant
Béton coulé au contact d’un
terrain préparé ou d’un béton de
propreté
Béton coulé au contact direct
d’un terrain non préparé
c nom = c min + ∆c dev
ENROBAGE
Enrobage nominal cnom : exemple
1 barre Ø 20 mm  cmin,b = Ø√n = 20.√1 = 20 mm
Classe d’exposition XC1  cmin,dur = 15 mm
cmin = Max [cmin,b ; cmin,dur ; 10 mm] = Max [20 ; 15 ; 10] = 20 mm
c nom = c min + ∆c dev = 20 + 10 = 30mm
Cas courant (béton de structure) : ∆c dev = 10 mm
ANCRAGES
CALCUL DES LONGUEURS
D’ANCRAGE DES ACIERS DANS LE
BETON
ANCRAGES
Justification expérimentale : pull out test
l
Diamètre Φ
F
MPa
sd 435
=
σ
sd
F σ
π φ .
4
.
max
2
=
l = lb,rqd = longueur d’ancrage de référence
ANCRAGES
Mise en équation
fbd
fbd
σ (x+dx)
σ (x)
σn = contrainte de serrage du béton sur
l’acier
σn
dx
Hypothèse :
fbd = constante
0
.
.
.
)]
(
)
(
.[
4
.
2
=
−
−
+ dx
x
dx
x f bd
φ
π
σ
σ
π φ
PFS :
)
(
)
(
)
( x
d
x
dx
x σ
σ
σ =
−
+
dx
.
.φ
π = surface latérale du tronçon de barre.
0
.
)
(
.
4
=
− dx
x
d f bd
σ
φ
d’où
dx
x
d
f bd
)
(
.
4
σ
φ
=
ANCRAGES
Variation de l’effort dans une barre
dx
x
d
f bd
)
(
.
4
σ
φ
=
lb,rqd
F
x
Fmax
f bd
sd
rqd
b
l
σ
φ
.
4
, = MPa
sd 435
=
σ
ANCRAGES
Contrainte ultime d’adhérence fbd
ctd
bd f
f .
.
.
25
,
2 2
1 η
η
=
5
,
1
05
,
0
,
05
,
0
, ctk
c
ctk
ctd
f
f
f =
=
γ
η1 = 1 (hors coffrage glissant)
Fctk,0,05 : plafonné à 3,1 MPa, fonction de la
classe de résistance fck (Tableau 3.1 de l’EC2)
ANCRAGES
Longueur d’ancrage de calcul lbd ( = lb,eq )
pour les formes des figures b à d, (α1 = 1)
pour les formes de la figure e, (α4 = 0,7)
rqd
b
eq
b l
l ,
, =
rqd
b
eq
b l
l ,
, 7
,
0
=

Contenu connexe

Tendances

SBA1 - EC2 - Chap 6 - Flexion simple ELS
SBA1 - EC2 - Chap 6 - Flexion simple ELSSBA1 - EC2 - Chap 6 - Flexion simple ELS
SBA1 - EC2 - Chap 6 - Flexion simple ELS
Marwan Sadek
 
Mur de soutènement
Mur de soutènementMur de soutènement
Mur de soutènement
Hassane Genie
 
Calcul des poteaux élancés selon l'Eurocode 2
Calcul des poteaux élancés selon l'Eurocode 2Calcul des poteaux élancés selon l'Eurocode 2
Calcul des poteaux élancés selon l'Eurocode 2
Quang Huy Nguyen
 
charges permanentes
charges permanentescharges permanentes
charges permanentes
Minanissa Mima
 
Calcul des voiles en BA selon l’EC2
Calcul des voiles en BA selon l’EC2Calcul des voiles en BA selon l’EC2
Calcul des voiles en BA selon l’EC2
Quang Huy Nguyen
 
Analyse élastique linéaire avec redistribution selon eurocode 2
Analyse élastique linéaire avec redistribution selon eurocode 2Analyse élastique linéaire avec redistribution selon eurocode 2
Analyse élastique linéaire avec redistribution selon eurocode 2
Quang Huy Nguyen
 
15 poteau-2
15 poteau-215 poteau-2
15 poteau-2
Smee Kaem Chann
 
Méthode bielles-tirants
Méthode bielles-tirantsMéthode bielles-tirants
Méthode bielles-tirants
Quang Huy Nguyen
 
8 poutres
8 poutres8 poutres
8 poutres
richardpleau
 
Diagrammes d'interraction M-N Selon l'Eurocode 2
Diagrammes d'interraction M-N Selon l'Eurocode 2Diagrammes d'interraction M-N Selon l'Eurocode 2
Diagrammes d'interraction M-N Selon l'Eurocode 2
Quang Huy Nguyen
 
charpante metalique 3 3-lisses de bardages
charpante metalique 3 3-lisses de bardagescharpante metalique 3 3-lisses de bardages
charpante metalique 3 3-lisses de bardagesmassinissachilla
 
14 poteau-1
14 poteau-114 poteau-1
14 poteau-1
Smee Kaem Chann
 
137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement
137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement
137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement
riad taftaf
 
Eurocode 2 Part 3 - Design of concrete Silos & Tanks
Eurocode 2  Part 3 - Design of concrete Silos & TanksEurocode 2  Part 3 - Design of concrete Silos & Tanks
Eurocode 2 Part 3 - Design of concrete Silos & Tanks
Benoit Parmentier
 
Calcul des poteaux mixtes acier-béton selon l'Eurocode 4
Calcul des poteaux mixtes acier-béton selon l'Eurocode 4Calcul des poteaux mixtes acier-béton selon l'Eurocode 4
Calcul des poteaux mixtes acier-béton selon l'Eurocode 4
Quang Huy Nguyen
 
20100622 05 ba_plumier_degee
20100622 05 ba_plumier_degee20100622 05 ba_plumier_degee
20100622 05 ba_plumier_degee
Abdelfatteh Khanchouch
 
Calcul du ferraillage d'une poutre
Calcul du ferraillage d'une poutreCalcul du ferraillage d'une poutre
Calcul du ferraillage d'une poutre
Nassima Bougteb 🏗
 
Conception d'un batiment R+1 (Eurocode )
Conception d'un batiment R+1 (Eurocode )Conception d'un batiment R+1 (Eurocode )
Conception d'un batiment R+1 (Eurocode )
Seckou Fossar SOUANE
 
Beton arme
Beton armeBeton arme
Beton arme
toufik kaidi
 
Cours_BAEL.pdf
Cours_BAEL.pdfCours_BAEL.pdf
Cours_BAEL.pdf
serhrouchninourelhou
 

Tendances (20)

SBA1 - EC2 - Chap 6 - Flexion simple ELS
SBA1 - EC2 - Chap 6 - Flexion simple ELSSBA1 - EC2 - Chap 6 - Flexion simple ELS
SBA1 - EC2 - Chap 6 - Flexion simple ELS
 
Mur de soutènement
Mur de soutènementMur de soutènement
Mur de soutènement
 
Calcul des poteaux élancés selon l'Eurocode 2
Calcul des poteaux élancés selon l'Eurocode 2Calcul des poteaux élancés selon l'Eurocode 2
Calcul des poteaux élancés selon l'Eurocode 2
 
charges permanentes
charges permanentescharges permanentes
charges permanentes
 
Calcul des voiles en BA selon l’EC2
Calcul des voiles en BA selon l’EC2Calcul des voiles en BA selon l’EC2
Calcul des voiles en BA selon l’EC2
 
Analyse élastique linéaire avec redistribution selon eurocode 2
Analyse élastique linéaire avec redistribution selon eurocode 2Analyse élastique linéaire avec redistribution selon eurocode 2
Analyse élastique linéaire avec redistribution selon eurocode 2
 
15 poteau-2
15 poteau-215 poteau-2
15 poteau-2
 
Méthode bielles-tirants
Méthode bielles-tirantsMéthode bielles-tirants
Méthode bielles-tirants
 
8 poutres
8 poutres8 poutres
8 poutres
 
Diagrammes d'interraction M-N Selon l'Eurocode 2
Diagrammes d'interraction M-N Selon l'Eurocode 2Diagrammes d'interraction M-N Selon l'Eurocode 2
Diagrammes d'interraction M-N Selon l'Eurocode 2
 
charpante metalique 3 3-lisses de bardages
charpante metalique 3 3-lisses de bardagescharpante metalique 3 3-lisses de bardages
charpante metalique 3 3-lisses de bardages
 
14 poteau-1
14 poteau-114 poteau-1
14 poteau-1
 
137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement
137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement
137021322 ch-4-les-ouvrages-de-soutenement
 
Eurocode 2 Part 3 - Design of concrete Silos & Tanks
Eurocode 2  Part 3 - Design of concrete Silos & TanksEurocode 2  Part 3 - Design of concrete Silos & Tanks
Eurocode 2 Part 3 - Design of concrete Silos & Tanks
 
Calcul des poteaux mixtes acier-béton selon l'Eurocode 4
Calcul des poteaux mixtes acier-béton selon l'Eurocode 4Calcul des poteaux mixtes acier-béton selon l'Eurocode 4
Calcul des poteaux mixtes acier-béton selon l'Eurocode 4
 
20100622 05 ba_plumier_degee
20100622 05 ba_plumier_degee20100622 05 ba_plumier_degee
20100622 05 ba_plumier_degee
 
Calcul du ferraillage d'une poutre
Calcul du ferraillage d'une poutreCalcul du ferraillage d'une poutre
Calcul du ferraillage d'une poutre
 
Conception d'un batiment R+1 (Eurocode )
Conception d'un batiment R+1 (Eurocode )Conception d'un batiment R+1 (Eurocode )
Conception d'un batiment R+1 (Eurocode )
 
Beton arme
Beton armeBeton arme
Beton arme
 
Cours_BAEL.pdf
Cours_BAEL.pdfCours_BAEL.pdf
Cours_BAEL.pdf
 

Similaire à université artois BA-EUROCODE-2-partie2.pdf

SBA1 - EC2 - Chap 3 - Matériaux- Loi de comportement
 SBA1 - EC2 - Chap 3 - Matériaux- Loi de comportement SBA1 - EC2 - Chap 3 - Matériaux- Loi de comportement
SBA1 - EC2 - Chap 3 - Matériaux- Loi de comportement
Marwan Sadek
 
210017101 calcul-d-un-poteau-enrobe-de-beton-sous-n-centre
210017101 calcul-d-un-poteau-enrobe-de-beton-sous-n-centre210017101 calcul-d-un-poteau-enrobe-de-beton-sous-n-centre
210017101 calcul-d-un-poteau-enrobe-de-beton-sous-n-centre
GUILLAUME SOGMAM
 
fermacell Constructions - version raccourcie pour les projets avec des system...
fermacell Constructions - version raccourcie pour les projets avec des system...fermacell Constructions - version raccourcie pour les projets avec des system...
fermacell Constructions - version raccourcie pour les projets avec des system...
Fermacell BV
 
PPT dimensionnement de R+4.pptx
PPT dimensionnement de R+4.pptxPPT dimensionnement de R+4.pptx
PPT dimensionnement de R+4.pptx
NadaCharradi2
 
Nf en-10025
Nf en-10025Nf en-10025
Nf en-10025siheme
 
Projet d'ingénierie du bâtiment : Étude structurelle du grand projet d'archit...
Projet d'ingénierie du bâtiment : Étude structurelle du grand projet d'archit...Projet d'ingénierie du bâtiment : Étude structurelle du grand projet d'archit...
Projet d'ingénierie du bâtiment : Étude structurelle du grand projet d'archit...
Luc Sohier
 
université artois BA-EUROCODE-2-partie1.pdf
université artois BA-EUROCODE-2-partie1.pdfuniversité artois BA-EUROCODE-2-partie1.pdf
université artois BA-EUROCODE-2-partie1.pdf
HugoLAURENT7
 
Chapitre iii application pratique 1
Chapitre iii application pratique 1Chapitre iii application pratique 1
Chapitre iii application pratique 1
felfoula Rossa
 
SBA1 - EC2 - Chap 4 - Durabilité et enrobage
SBA1 - EC2 - Chap 4 - Durabilité et enrobageSBA1 - EC2 - Chap 4 - Durabilité et enrobage
SBA1 - EC2 - Chap 4 - Durabilité et enrobage
Marwan Sadek
 
PROPRIETESPHYSIQUESDESALUMINIUM.pdf
PROPRIETESPHYSIQUESDESALUMINIUM.pdfPROPRIETESPHYSIQUESDESALUMINIUM.pdf
PROPRIETESPHYSIQUESDESALUMINIUM.pdf
Spartoon
 
Norme Française beton precontraint EN 206-1.pdf
Norme Française beton precontraint EN 206-1.pdfNorme Française beton precontraint EN 206-1.pdf
Norme Française beton precontraint EN 206-1.pdf
FatimaezzahraHadane
 
Béton contexte normatif
Béton contexte normatifBéton contexte normatif
Béton contexte normatifSami Sahli
 
Murs et plancher
Murs et plancherMurs et plancher
Classe d'expositions partie BILAL.pptx
Classe d'expositions partie BILAL.pptxClasse d'expositions partie BILAL.pptx
Classe d'expositions partie BILAL.pptx
BilalNarjiss
 
Poly etsher assemblage construction mã©tallique callaud 2003
Poly etsher assemblage construction mã©tallique callaud 2003Poly etsher assemblage construction mã©tallique callaud 2003
Poly etsher assemblage construction mã©tallique callaud 2003
Mohamed Yassine Benfdil
 
27_11_2013_techniques_electrochimiques_de_protection_guy_tache_cefracor.pdf
27_11_2013_techniques_electrochimiques_de_protection_guy_tache_cefracor.pdf27_11_2013_techniques_electrochimiques_de_protection_guy_tache_cefracor.pdf
27_11_2013_techniques_electrochimiques_de_protection_guy_tache_cefracor.pdf
SergeRINAUDO1
 
Béton et ses constituants.ppt
Béton et ses constituants.pptBéton et ses constituants.ppt
Béton et ses constituants.ppt
WalidMabrouk10
 
Performances d'étanchéité à l'air des réseaux aérauliques INTERCLIMA+ELEC
Performances d'étanchéité à l'air des réseaux aérauliques INTERCLIMA+ELECPerformances d'étanchéité à l'air des réseaux aérauliques INTERCLIMA+ELEC
Performances d'étanchéité à l'air des réseaux aérauliques INTERCLIMA+ELEC
Emmanuelle COUDRAIN
 
cours de Durabilité des bétons dans le domaine de génie civil
cours de Durabilité des bétons dans le domaine de génie civilcours de Durabilité des bétons dans le domaine de génie civil
cours de Durabilité des bétons dans le domaine de génie civil
MohamedTurki27
 

Similaire à université artois BA-EUROCODE-2-partie2.pdf (20)

SBA1 - EC2 - Chap 3 - Matériaux- Loi de comportement
 SBA1 - EC2 - Chap 3 - Matériaux- Loi de comportement SBA1 - EC2 - Chap 3 - Matériaux- Loi de comportement
SBA1 - EC2 - Chap 3 - Matériaux- Loi de comportement
 
210017101 calcul-d-un-poteau-enrobe-de-beton-sous-n-centre
210017101 calcul-d-un-poteau-enrobe-de-beton-sous-n-centre210017101 calcul-d-un-poteau-enrobe-de-beton-sous-n-centre
210017101 calcul-d-un-poteau-enrobe-de-beton-sous-n-centre
 
fermacell Constructions - version raccourcie pour les projets avec des system...
fermacell Constructions - version raccourcie pour les projets avec des system...fermacell Constructions - version raccourcie pour les projets avec des system...
fermacell Constructions - version raccourcie pour les projets avec des system...
 
PPT dimensionnement de R+4.pptx
PPT dimensionnement de R+4.pptxPPT dimensionnement de R+4.pptx
PPT dimensionnement de R+4.pptx
 
Nf en-10025
Nf en-10025Nf en-10025
Nf en-10025
 
Projet d'ingénierie du bâtiment : Étude structurelle du grand projet d'archit...
Projet d'ingénierie du bâtiment : Étude structurelle du grand projet d'archit...Projet d'ingénierie du bâtiment : Étude structurelle du grand projet d'archit...
Projet d'ingénierie du bâtiment : Étude structurelle du grand projet d'archit...
 
université artois BA-EUROCODE-2-partie1.pdf
université artois BA-EUROCODE-2-partie1.pdfuniversité artois BA-EUROCODE-2-partie1.pdf
université artois BA-EUROCODE-2-partie1.pdf
 
Chapitre iii application pratique 1
Chapitre iii application pratique 1Chapitre iii application pratique 1
Chapitre iii application pratique 1
 
SBA1 - EC2 - Chap 4 - Durabilité et enrobage
SBA1 - EC2 - Chap 4 - Durabilité et enrobageSBA1 - EC2 - Chap 4 - Durabilité et enrobage
SBA1 - EC2 - Chap 4 - Durabilité et enrobage
 
PROPRIETESPHYSIQUESDESALUMINIUM.pdf
PROPRIETESPHYSIQUESDESALUMINIUM.pdfPROPRIETESPHYSIQUESDESALUMINIUM.pdf
PROPRIETESPHYSIQUESDESALUMINIUM.pdf
 
Norme Française beton precontraint EN 206-1.pdf
Norme Française beton precontraint EN 206-1.pdfNorme Française beton precontraint EN 206-1.pdf
Norme Française beton precontraint EN 206-1.pdf
 
CM 2017.pptx
CM 2017.pptxCM 2017.pptx
CM 2017.pptx
 
Béton contexte normatif
Béton contexte normatifBéton contexte normatif
Béton contexte normatif
 
Murs et plancher
Murs et plancherMurs et plancher
Murs et plancher
 
Classe d'expositions partie BILAL.pptx
Classe d'expositions partie BILAL.pptxClasse d'expositions partie BILAL.pptx
Classe d'expositions partie BILAL.pptx
 
Poly etsher assemblage construction mã©tallique callaud 2003
Poly etsher assemblage construction mã©tallique callaud 2003Poly etsher assemblage construction mã©tallique callaud 2003
Poly etsher assemblage construction mã©tallique callaud 2003
 
27_11_2013_techniques_electrochimiques_de_protection_guy_tache_cefracor.pdf
27_11_2013_techniques_electrochimiques_de_protection_guy_tache_cefracor.pdf27_11_2013_techniques_electrochimiques_de_protection_guy_tache_cefracor.pdf
27_11_2013_techniques_electrochimiques_de_protection_guy_tache_cefracor.pdf
 
Béton et ses constituants.ppt
Béton et ses constituants.pptBéton et ses constituants.ppt
Béton et ses constituants.ppt
 
Performances d'étanchéité à l'air des réseaux aérauliques INTERCLIMA+ELEC
Performances d'étanchéité à l'air des réseaux aérauliques INTERCLIMA+ELECPerformances d'étanchéité à l'air des réseaux aérauliques INTERCLIMA+ELEC
Performances d'étanchéité à l'air des réseaux aérauliques INTERCLIMA+ELEC
 
cours de Durabilité des bétons dans le domaine de génie civil
cours de Durabilité des bétons dans le domaine de génie civilcours de Durabilité des bétons dans le domaine de génie civil
cours de Durabilité des bétons dans le domaine de génie civil
 

université artois BA-EUROCODE-2-partie2.pdf

  • 1. EUROCODE 0 (NF EN 1990) : DURABILITE La durée d’utilisation du projet doit être spécifiée par le maître d’ouvrage, ou la structure classée suivant une classe de structure définie par le tableau 2.1. de l’EN 1990 Classe de structure durée indicative d’utilisation de projet (en années) Exemples de projet S1 10 Structures provisoires S2 25 Éléments structuraux remplaçables S3 25 Structures agricoles et similaires S4 50 Bâtiments et autres structures courantes S5 100 Bâtiments monumentaux, ponts, autres ouvrages de génie civil
  • 2. EUROCODE 0 (NF EN 1990) : DURABILITE Nota : durabilité béton armé enrobage des armatures (c) Barre d’acier = armature Peau du béton Enrobage (c)
  • 3. EUROCODE 0 (NF EN 1990) : ETATS LIMITES État limite ultime (ELU) de la stabilité globale ou locale de la structure (flambement, déversement, etc.). (déformation excessive entraînant une défaillance structurale par instabilité mécanique) Limite de la résistance d’un des matériaux de l’équilibre statique
  • 4. EUROCODE 0 (NF EN 1990) : ETATS LIMITES •EQU : perte d’équilibre statique de la structure ou de l’une quelconque de ses parties, considérée comme un corps rigide, pour laquelle de faibles variations de la valeur ou de la répartition spatiale des actions d’une même origine sont déterminantes et les résistances des matériaux structuraux ou du sol n’interviennent généralement pas ; •STR : défaillance interne ou déformation excessive de la structure ou d’éléments structuraux, incluant les semelles, pieux et murs de soubassement, pour laquelle la résistance des matériaux de construction de la structure est déterminante : une défaillance STR peut faire intervenir ou non des actions géotechniques ; •GEO : défaillance ou déformation excessive du sol mettant en jeu de manière significative les résistances du sol ou des roches ; •FAT : défaillance par fatigue de la structure ou d’éléments structuraux. État limite ultime (ELU) : modes de défaillance :
  • 5. EUROCODE 0 (NF EN 1990) : ETATS LIMITES État limite ultime (ELU) : modes de défaillance :
  • 6. EUROCODE 0 (NF EN 1990) : ETATS LIMITES État limite de service (ELS) : Condition de durabilité, d’exploitation et de déformation. La conception est faite pour une durée de vie de référence de l’ouvrage égale à 50 ans.
  • 7. EUROCODE 0 (NF EN 1990) : ACTIONS SUR LES STRUCTURES Actions permanentes (G) : Poids propre de la structure + celui des équipements fixes. Les actions permanentes d’origine géotechnique sont traitées dans l’Eurocode 7 (EN 1997 : Calcul géotechnique). Les valeurs représentatives de certaines d’entre elles peuvent résulter de la prise en compte de divers niveaux (sol ou eau de la nappe) liés à des situations de projet particulières. Actions variables (Q) : variables dans le temps (exploitation, neige, vent, température, houle par exemple). Actions accidentelles (Ad) et sismiques (Aed) : chocs de véhicules ou de bateaux sur les appuis des ouvrages d’art, et les séismes (Règles parasismiques EN 1998 Eurocode 8).
  • 8. EUROCODE 0 (NF EN 1990) : COMBINAISONS D’ACTIONS État limite ultime (ELU)
  • 9. EUROCODE 0 (NF EN 1990) : COMBINAISONS D’ACTIONS État limite ultime (ELU) : Valeurs des coefficients Ψ pour les bâtiments (d'après le tableau A1.1 de l'EN 1990)
  • 10. EUROCODE 0 (NF EN 1990) : COMBINAISONS D’ACTIONS État limite de service (ELS) :
  • 11. EUROCODE 0 (NF EN 1990) : PRINCIPE DE CALCUL Calcul en durabilité : État limite de service (ELS) : Combinaison retenue : G + Q1 + ΣΨiQi (ex : G + Q + 0,7 S) Calcul en résistance : État limite ultimes (ELU) : Combinaison retenue : 1,35G + 1,5Q1 +1,5 ΣΨiQi (ex : 1,35 G + 1,5 Q + 1,5x0,7 S) On prend le résultat de calcul le plus défavorable (en BA, celui qui donne les plus gros aciers)
  • 12. EUROCODE 0 (NF EN 1990) : PRINCIPE DE CALCUL Calcul en résistance (ELU) Vérification en durabilité (ELS) OK ? oui non Calcul en durabilité (ELS) Vérification en résistance (ELU)
  • 13. EUROCODE 1 (NF EN 1991) : CATEGORIES D’OUVRAGES Catégorie Usage spécifique Exemples A Habitation, résidentiel Pièces des bâtiments et maisons d'habitation B Bureaux C Lieux de réunion C1 : Espaces équipés de tables etc., C2 : Espaces équipés de sièges fixes C3 : Espaces ne présentant pas d'obstacles à la circulation des personnes C4 : Espaces permettant des activités physiques C5 : Espaces susceptibles d'accueillir des foules D Commerces D1 : Commerces de détail courants D2 : Grands magasins
  • 14. EUROCODE 1 (NF EN 1991) : CATEGORIES D’OUVRAGES Catégorie Usage spécifique Exemples E : locaux industriels E1 Surfaces susceptibles de recevoir une accumulation de marchandises, y compris aires d'accès Aires de stockage, y compris stockages de livres et autres documents E2 Usage industriel F et G Parkings et aires de circulation F Aires de circulation et de stationnement pour véhicules légers (PTAC ≤ 30 kN) garages ; parcs de stationnement, parkings à plusieurs étages G Aires de circulation et de stationnement pour véhicules de poids moyen (30 kN ≤ PTAC ≤ 160 kN, à deux essieux) voies d'accès, zones de livraison, zones accessibles aux véhicules de lutte incendie (PTAC ≤ 160 kN) H Toitures inaccessibles sauf pour entretien et réparations courants I Toitures accessibles pour les usages des catégories A à G k Toitures accessibles pour des usages particuliers, hélistations, par exemple
  • 15. EUROCODE 1 (NF EN 1991) : CHARGES PERMANENTES G Matériaux Poids volumique [kN/m3] Bétons légers 9-20 Béton de poids normal 24 Béton bitumineux 22 Béton armé 25 Mortier de ciment 19-23 Mortier de chaux 12-18 Mortier de platre 12-18 Acier 77 Aluminium 27 Bois Sapin, peuplier Chêne, charme Contreplaqué résineux Panneau aggloméré de particules Fibragglo 0,45 0,8 0,5 0,8 1,2 Laine minérale 0,2
  • 16. EUROCODE 1 (NF EN 1991) : CHARGES D’EXPLOITATION Q Catégorie de la surface chargée qk [kN/m2] Qk [kN] Catégorie A Planchers 1,5 2,0 Escaliers 2,5 2,0 Balcons 3,5 2,0 Catégorie B 2,5 4,0 Catégorie C C1 2,5 3,0 C2 4,0 4,0 C3 4,0 4,0 C4 5,0 7,0 C5 5,0 4,5 Catégorie D D1 5,0 5,0 D2 5,0 7,0
  • 17. EUROCODE 1 (NF EN 1991) : CHARGES D’EXPLOITATION Q Catégorie de la surface chargée qk [kN/m2] Qk [kN] Catégorie E1 7,5 7 Catégorie F 2,30 15 Catégorie G 5 90 Catégorie H 0,8 1,5 Catégorie I Charges selon catégorie A à G Catégorie K A définir
  • 18. EUROCODE 2 (NF EN 1992) : CALCUL DES STRUCTURES EN BETON ARME ET BETON PRECONTRAINT Hypothèses sur les matériaux Modes de calcul de l’enrobage Calcul des sections d’aciers nécessaires (donnée = type béton) Fonction de la sollicitation + aciers minimaux (et maximaux) + dispositions constructives
  • 19. LES MATERIAUX DU BETON ARME BETON ET ACIERS DE CONSTRUCTIONS SUIVANT LES NORMES EUROPEENNES
  • 20. LES MATERIAUX DU BETON ARME Béton : composition
  • 21. LES MATERIAUX DU BETON ARME Béton : résistance caractéristique moyenne à la compression à 28 jours : fcm résistance caractéristique : fck fcm = fck + 8 MPa résistance de calcul : fcd c ck cc cd f f γ α = γc : coefficient partiel relatif au béton • ELU : dans les situations durables ou transitoires : γc = 1,5 dans les situations accidentelles γc = 1,2 • ELS : γc = 1. αcc = coefficient de fluage αcc = 1
  • 22. LES MATERIAUX DU BETON ARME Béton : classe de résistance : fck Classes de résistances selon l’EN 206-1 Classes de résistance du béton (extrait du tableau 3.1 de l’EC2) fck (MPa) 12 16 20 25 30 35 40 45 50 55 60 70 80 90 fck, cube (MPa) 15 20 25 30 37 45 50 55 60 67 75 85 95 105 fcm (MPa) 20 24 28 33 38 43 48 53 58 63 68 78 88 98 fctm (MPa) 1,6 1,9 2,2 2,6 2,9 3,2 3,5 3,8 4,1 4,2 4,4 4,6 4,8 5,0 Ecm (GPa) 27 29 30 31 33 34 35 36 37 38 39 41 42 44
  • 23. LES MATERIAUX DU BETON ARME Béton : résistance caractéristique moyenne à la traction à 28 jours : fctm ) ( 3 , 0 3 / 2 MPa en f f ck ctm = 10 f f cm ctm ≈
  • 24. LES MATERIAUX DU BETON ARME Acier : Limite caractéristique d’élasticité : fyk EC2 (suivant EN 10080) 3 classes de ductilité : • classe A : ductilité normale (treillis soudés formés de fils tréfilés ou laminés à froid) ; • classe B : haute ductilité (barres HA laminées à chaud) ; • classe C : très haute ductilité (aciers réservés à des usages spéciaux ; constructions parasismiques). France (Annexe nationale EC2) : fyk = 500 MPa
  • 25. LES MATERIAUX DU BETON ARME Acier : diagramme simplifié γs : coefficient partiel relatif à l’acier • ELU : dans les situations durables ou transitoires : γs = 1,15 dans les situations accidentelles γs = 1 • ELS : γs = 1. ELS : élastique ELU : plastique
  • 26. LES MATERIAUX DU BETON ARME Acier : type de produits : barres HA
  • 27. LES MATERIAUX DU BETON ARME Acier : type de produits : Treillis soudés
  • 28. LES MATERIAUX DU BETON ARME Acier : type de produits : Cadres, épingles, étriers Epingles Max (5cm,5φ) Max (5cm,5φ) Angle de courbure : 180° r défini précédemment la = 5φ Etriers Max (5cm,5φ) Angle de courbure : 180° et 2 à 225° la = 5φ Max (5cm,5φ) Angle de courbure : 3 à 90° et 2 à 225° la = 5φ Cadres
  • 29. LES MATERIAUX DU BETON ARME Acier : diamètres nominaux • barres HA : 6 7 8 9 10 12 14 16 20 25 32 40 ; • fils HA : 4 5 6 8 10 12 14 16 (plus 7 et 9 mm en nuance Fe E 500) ; • treillis soudés HA : de 4 à 12 mm, par pas de 0,5 mm, plus 14 et 16 mm. Φ des barres (mm) section totale d'acier (cm²) masse par mètre linéaire (kg/ml) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 6 0.28 0.57 0.85 1.13 1.41 1.70 1.98 2.26 2.54 2.83 0.22 8 0.50 1.01 1.51 2.01 2.51 3.02 3.52 4.02 4.52 5.03 0.39 10 0.79 1.57 2.36 3.14 3.93 4.71 5.50 6.28 7.07 7.85 0.61 12 1.13 2.26 3.39 4.52 5.65 6.79 7.92 9.05 10.18 11.31 0.88 14 1.54 3.08 4.62 6.16 7.70 9.24 10.78 12.32 13.85 15.39 1.20 16 2.01 4.02 6.03 8.04 10.05 12.06 14.07 16.08 18.10 20.11 1.57 20 3.14 6.28 9.42 12.57 15.71 18.85 21.99 25.13 28.27 31.42 2.45 25 4.91 9.82 14.73 19.64 24.54 29.45 34.36 39.27 44.18 49.09 3.83 32 8.04 16.08 24.13 32.17 40.21 48.25 56.30 64.34 72.38 80.42 6.27 40 12.57 25.13 37.70 50.27 62.83 75.40 87.96 100.53 113.10 125.66 9.79
  • 30. LES MATERIAUX DU BETON ARME Acier : Panneaux de TS commerciaux
  • 31. ENROBAGE Enrobage minimal cmin cmin = Max [cmin,b ; cmin,dur ; 10 mm] • cmin,b : enrobage minimal pour respecter les exigences d’adhérence • cmin,dur : enrobage minimal pour respecter les conditions d’environnement mm si mm n c paquet du barres de nombre n barre diamètre n c b b 32 5 ) , : ( min, min, ≥ + = = = φ φ φ φ n=1 n=2
  • 32. ENROBAGE Enrobage minimal cmin cmin,dur tableau 4.4N de l’EC2 Classe Structurale Classe d’exposition X0 XC1 XC2/ XC3 XC4 XD1/ XS1 XD2/ XS2 XD3/ XS3 S1 10 10 10 15 20 25 30 S2 10 10 15 20 25 30 35 S3 10 10 20 25 30 35 40 S4 10 15 25 30 35 40 45 S5 15 20 30 35 40 45 50 S6 20 25 35 40 45 50 55 NOTA : classe de structure recommandée = classe S4 (correspond à une durée de vie de l’ouvrage de 50 ans)
  • 33. ENROBAGE Enrobage nominal cnom mm cdev 10 = ∆ mm cdev 30 = ∆ mm cdev 65 = ∆ Cas courant Béton coulé au contact d’un terrain préparé ou d’un béton de propreté Béton coulé au contact direct d’un terrain non préparé c nom = c min + ∆c dev
  • 34. ENROBAGE Enrobage nominal cnom : exemple 1 barre Ø 20 mm cmin,b = Ø√n = 20.√1 = 20 mm Classe d’exposition XC1 cmin,dur = 15 mm cmin = Max [cmin,b ; cmin,dur ; 10 mm] = Max [20 ; 15 ; 10] = 20 mm c nom = c min + ∆c dev = 20 + 10 = 30mm Cas courant (béton de structure) : ∆c dev = 10 mm
  • 35. ANCRAGES CALCUL DES LONGUEURS D’ANCRAGE DES ACIERS DANS LE BETON
  • 36. ANCRAGES Justification expérimentale : pull out test l Diamètre Φ F MPa sd 435 = σ sd F σ π φ . 4 . max 2 = l = lb,rqd = longueur d’ancrage de référence
  • 37. ANCRAGES Mise en équation fbd fbd σ (x+dx) σ (x) σn = contrainte de serrage du béton sur l’acier σn dx Hypothèse : fbd = constante 0 . . . )] ( ) ( .[ 4 . 2 = − − + dx x dx x f bd φ π σ σ π φ PFS : ) ( ) ( ) ( x d x dx x σ σ σ = − + dx . .φ π = surface latérale du tronçon de barre. 0 . ) ( . 4 = − dx x d f bd σ φ d’où dx x d f bd ) ( . 4 σ φ =
  • 38. ANCRAGES Variation de l’effort dans une barre dx x d f bd ) ( . 4 σ φ = lb,rqd F x Fmax f bd sd rqd b l σ φ . 4 , = MPa sd 435 = σ
  • 39. ANCRAGES Contrainte ultime d’adhérence fbd ctd bd f f . . . 25 , 2 2 1 η η = 5 , 1 05 , 0 , 05 , 0 , ctk c ctk ctd f f f = = γ η1 = 1 (hors coffrage glissant) Fctk,0,05 : plafonné à 3,1 MPa, fonction de la classe de résistance fck (Tableau 3.1 de l’EC2)
  • 40. ANCRAGES Longueur d’ancrage de calcul lbd ( = lb,eq ) pour les formes des figures b à d, (α1 = 1) pour les formes de la figure e, (α4 = 0,7) rqd b eq b l l , , = rqd b eq b l l , , 7 , 0 =