SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  23
Télécharger pour lire hors ligne
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
Groupe de Travail : co-construire la relation entre
l’entreprise et le territoire
COMMENT DEVENIR UNE
« ENTREPRISE POLLINISATRICE » ? 
Elisabeth Laville
Directrice, laville@utopies.com
Arnaud Florentin
Directeur associé,florentin@utopies.com
Patricia Cortijo
Manager Bâtiments & Territoires durables,
cortijo@utopies.com
UTOPIES©
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
2
LE POINT DE DEPART DE NOTRE INTERET SUR LE SUJET
VERS LA « LOCA-CONCEPTION » :
COMMENT MAXIMISER L’IMPACT ECONOMIQUE
LOCAL DES BATIMENTS OU PROJETS D’AMENAGEMENT
TOUT AU LONG DE LEUR CYCLE DE VIE
NOTE DE POSITION
#6 // Mars 2016
Les bâtiments ou les grands projets d’amé-
nagements ne sont pas, à l’évidence, des
« produits » comme les autres : il est vrai
qu’ils ont pour spécificité de n’être jamais
industrialisables (chaque bâtiment ou pro-
jet est unique) et d’avoir une durée de vie
théorique très longue, de plusieurs dé-
cennies en général – et dépassant même
parfois l’horizon de temps de ceux qui les
développent, à l’image de la Sagrada Fa-
milia, basilique conçue par Anton Gaudi
à Barcelone et encore en chantier alors
que ses travaux ont commencé en 1882…
Difficile, dans ces conditions, de prendre
en considération précisément, dès leur
conception, leurs impacts sur les environ-
nements naturels, humains et sociaux tout
au long de leur cycle de vie, comme on
le fait avec des objets de consommation
courante davantage soumis à l’obsoles-
cence rapide. La fin de vie des bâtiments,
en particulier, est ainsi délicate à appré-
hender et encore trop rarement prise en
compte en amont (à l’exception des bâ-
timents conçus pour être rapidement dé-
montés, sur les chantiers par exemple).
Pourtant, progressivement, l’éco-concep-
tion se développe dans le secteur im-
mobilier et de la construction, poussant
à intégrer très en amont à l’exercice de
conception la nécessité de minimiser l’im-
pact écologique tout au long de la vie du
projet, de la construction à l’exploitation
en passant par sa rénovation éventuelle et
allant même, dans certains cas, jusqu’à en-
visager sa dé-construction. Alors que cette
approche est désormais bien encadrée
par des standards (de BREEAM à HQE en
passant par LEED) et de plus en plus pra-
tiquée par les acteurs de la construction,
des préoccupations nouvelles émergent
quant à une autre forme d’impact des pro-
jets de bâtiment ou d’aménagement tout
au long de leur cycle de vie : leur impact
socio-économique sur leur territoire d’im-
plantation, qu’il s’agisse d’un quartier,
d’une ville, d’un département ou d’une
région plus largement… Cette question
nouvelle de l’empreinte locale des projets
et de leur contribution au développement
économique correspond d’ailleurs, selon
les études (voir figure ci-dessous), à une
préoccupation forte des parties prenantes
en matière de responsabilité sociétale
des entreprises. C’est encore plus vrai,
de manière évidente, pour des projets de
bâtiments ou d’aménagements qui vivront
mieux, comme des arbres, s’ils démontrent
leur capacité à s’intégrer au territoire et à
lui apporter plus qu’ils ne lui prennent. Et
les parties prenantes locales ne se privent
pas d’interpeller publiquement sur ce su-
jet les pouvoirs publics ou les porteurs de
ces projets - qu’il s’agisse d’un ensemble
de logements sociaux, d’un projet urbain,
d’un village de vacances, d’un aéroport
ou même d’un projet de mobilité comme
une nouvelle autoroute ou ligne ferro-
viaire. Cette approche visant à concevoir
des projets dont l’apport au territoire est
optimisé en continu pour viser une contri-
bution positive nette, c’est l’essence-même
de ce que nous appelons « Loca-concep-
tion®
» et qui s’impose progressivement,
comme l’a fait l’éco-conception, au sec-
teur de la construction et de l’aménage-
ment.
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
LE POINT DE DEPART DE NOTRE INTERET SUR LE SUJET
ENTREPRISE POLLINISATRICE
Motivations
•  Stratégie de l’entreprise
•  Positionnement de la marque
•  Développement & innovation
Pratiques
•  Développement de la résilience du
territoire : Comax, incubateurs..
•  Innovation territoriale
Outils
•  Loca-Conception®
•  Local Shift®
ANCRAGE LOCAL 3.01995-2010ANCRAGE LOCAL 1.0 ANCRAGE LOCAL 2.0
ENTREPRISE MECENE
Motivations
•  Acceptabilité
•  Image locale
Pratiques
•  Mécénat
•  Financement d’actions
locales
ENTREPRISE CONTRIBUTRICE
Motivations
•  Différenciation
•  Développement
•  Image de l’entreprise
Pratiques
•  Achats et emplois locaux
•  Politique d’insertion
•  Paiement des taxes
Outils
•  Local Footprint®
•  Loca-Conception®
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
4
1. POURQUOI
DEVENIR UNE
ENTREPRISE
POLLINISATRICE ?
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
5
LES TERRITOIRES, LIEUX DES TRANSITIONS
La transition écologique apparaît comme une opportunité de développement d’une économie locale,
porteuse de valeur sociétale. Parce que la transformation se fera par et pour la société, l’Etat, les
Régions et de grands acteurs publics comme la Caisse des Dépôts accordent une place plus grande,
voire centrale, à cette dimension territoriale.
À l’horizon 2050, le Nord-Pas de Calais veut réduire de 60%
sa consommation énergétique et diviser par 4 ses
émissions de gaz à effet de serre, en s’appuyant sur les
grands leviers du Schéma régional d’aménagement et de
développement durable.
La « transition territoriale » est l’une des quatre priorités de
la Caisse des Dépôts, qui développe des actions dédiées pour
« soutenir l’investissement local » et « stimuler la croissance au
plus près des bassins d’emploi ».
La loi sur la transition énergétique valorise les territoires
comme une échelle privilégiée d’application, avec un chapitre dédié
sur la transition dans les territoires et le développement du label
« Territoire à énergie positive »
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
6
DES CITOYENS MOBILISES EN FAVEUR DU LOCAL…
Mouvements de contestation et choix de consommation démontrent la défiance croissante
des citoyens vis-à-vis des filières internationales à intermédiaires multiples, perçues comme peu
transparentes, et des grands projets d’aménagement, souvent accusés « d’inadéquation avec les besoins
locaux ». Cette attente marquée de proximité et de relation directe avec les filières de production se
généralise et porte le développement de filières locales.
Perte de confiance et besoin d’information Attentes d’approvisionnement local
et tendance de marché
Source : Ethicity, Les français et la consommation responsable, 2016
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
7
… ET DES COLLECTIFS QUI PASSENT A L’ACTE
Des collectifs de citoyens et d’entreprises se multiplient
localement pour contribuer à cette relocalisation de
l’économie.
Le mouvement Territoires en transition est né au Royaume Uni en 2006,
dans la ville de Totnes, à l’initiative de Rob Hopkins. Le réseau comprend
aujourd’hui 2000 villages et villes en transition dans le monde (150 en
France), dont l’objectif est d’aboutir localement à une transition du modèle
énergétique et de consommation.
Aux Etats-Unis, cette dynamique est surtout portée par des
entrepreneurs.
Le réseau BALLE (Business Alliance for Local Living
Economies) regroupent 35 000 entrepreneurs répartis en 80
réseaux locaux. Ce collectif a notamment développé une
approche pour insuffler le changement à l’échelle locale et a
défini les 6 principes d’un développement local réussi.
Le réseau AMIBA (The American Independent Business
Alliance) se donne quant à lui pour mission de développer des
économies locales résilientes via les achats locaux et
l’engagement des citoyens.
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
8
LES POUVOIRS PUBLICS ET LES INSTITUTIONS
PROMEUVENT UN DEVELOPPEMENT LOCAL
Après le temps des grands projets, les acteurs publics et les institutions
internationales misent de plus en plus sur un développement porté par des
dynamiques locales
•  “La politique de cohésion 2014-2020 [...] a pour objectif d’élargir l’utilisation du
développement local en tant qu’outil de développement.” (UE, 2015)
•  “Le développement local est une façon de s'interroger sur le rôle des facteurs
endogènes dans le développement économique. Le développement local peut
également aider à répondre aux nouveaux défis liés à la mondialisation, à
l’évolution du climat, au vieillissement de la population, aux pénuries de denrées
alimentaires et d’énergie, etc. » (UE, 2015)
•  «  Le développement économique local développe la compétitivité, contribue au
développement durable et garantit une croissance inclusive. » (Banque Mondiale)
•  En Grande Bretagne, le Social Value Act permet d’intégrer les bénéfices économiques
sociaux et environnementaux à la commande publique. « Le Social value Act est un outil
pour aider les donneurs d’ordres publics à obtenir plus de valeur au regard de l'argent
investi. Il les encourage également à parler aux entreprises et communautés locales
pour concevoir des services meilleurs et souvent pour trouver des solutions nouvelles et
innovantes à des problèmes difficiles ». (Gouvernement anglais)
•  Au Québec, les COMAX (Comité de Maximisation) sont mis en place pour que les
opérateurs des grands projets (mines, infrastructures) maximisent leurs retombées locales.
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
9
LES ENTREPRISES SE RECONNECTENT AUX
TERRITOIRES…
Certaines filières, sous l’impulsion des pouvoirs publics ou pour anticiper leurs
attentes, mettent en œuvre des programmes en faveur de leurs territoires.
•  En Suisse, les constructeurs de la gare de Landquart ont privilégié le
recours au bois régional comme matériau de construction. Au total, le projet
a employé 900m3 de bois venant de la forêt communale et a développé une
filière de transformation locale pour 100% du bois utilisé pour le projet.
•  Aux Etats-Unis, le promoteur constructeur Bazzani développe le modèle de
l’entreprise pollinisatrice: recours prioritaire voire systématique à des
matériaux locaux et écologiques, préservation des constructions
historiques, création d’un réseau d’entrepreneurs locaux, etc. En 2015, son
entreprise a reçu la certification «  B CORP Best for the world  » qui
récompense les entreprises les plus vertueuses à travers leur performance
sociale, environnementale et sociétale.
•  Le programme «  Une rivière, un territoire  » d’EDF vise à favoriser
l’innovation et le développement économique dans les vallées hydrauliques
françaises et met en place une gouvernance partagée et une stratégie
d’achats locaux pour chaque site, développée en fonction des besoins et des
capacités des territoires.
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
10
… ET L’INTEGRATION A DES ÉCOSYSTÈMES LOCAUX
DEVIENT UN LEVIER DE CRÉATION DE VALEUR
Le développement d’écosystèmes locaux présente plusieurs bénéfices pour les entreprises : une
acceptabilité des sites et des activités économiques, une capacité à répondre plus précisément à
la demande locale, le développement d’une identité territoriale, plus de transparence pour le
consommateur, une logistique réduite ou encore des opportunités plus fortes de créer une économie
circulaire.
La plateforme américaine « Popularise » invite les communautés
locales à améliorer des projets de développement existants en leur
permettant de soumettre des propositions et de voter pour leurs
solutions préférées.
Le Groupe SEB lance en 2015 un service de location
d’appareils culinaires : Eurêcook. Ce service est d’abord
mis en place sur l’agglomération de Dijon, ce qui permet de
créer un groupement local de partenaires et d’accompagner
l’évolution des comportements.
Six ans après avoir repris la Camif, Emery Jacquillat a réussi à redresser
l’entreprise en se positionnant sur le créneau de la consommation
responsable et du « fabriqué en France». La vente de produits hexagonaux
représente 70 % de son activité.
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
11
LE CONCEPT D’ENTREPRISE POLLINISATRICE POUR
L’ECONOMIE LOCALE EMERGE (1/2)
“J’appelle cette nouvelle génération d’entreprises les
pollinisatrices du développement économique. Dans la
nature, les pollinisateurs comme les abeilles, les papillons ou les
chauves-souris transportent le pollen d’une plante à une autre et
savent instinctivement que le brassage des pollens nourrit
l’ensemble de l’écosystème. Les entreprises pollinisatrices
travaillent de la même façon et transportent les meilleures pratiques
d’une entreprise locale à une autre, nourrissant ainsi l’ensemble
des entreprises locales et créant un écosystème entrepreuneurial
riche.”
Michael Shuman
“The Local Economy Solution: How innovative self-Financing
“pollinators” enterprises can grow jobs and prosperity”, 2015
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
12
LE CONCEPT D’ENTREPRISE POLLINISATRICE POUR
L’ECONOMIE LOCALE EMERGE (2/2)
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
13
UN BESOIN DE VISION GLOBALE ET D’APPROCHE
INTEGREE SUR UN SUJET EMERGENT
•  Peu de capitalisation des retours d’expérience : les enseignements issus des
initiatives existantes (pour les territoires comme pour les opérateurs privés) sont pour
l’instant peu partagés et mis en relation.
•  Un modèle économique encore fragile pour les acteurs économiques :
acceptabilité des projets, innovation, capacité de différenciation, réussite économique par
une meilleure prise en compte des besoins…. Les bénéfices qu’il y a à être une entreprise
pollinisatrice restent à préciser et à documenter.
•  Un manque de vision et d’approche globale : les actions se multiplient sur des
thèmes spécifiques (emploi/insertion local, préservation des écosystèmes, etc.), mais il n’y
a pas de vision systémique et d’approche globale pour devenir une entreprise
pollinisatrice
Quelles sont les tendances en matière d’ancrage local ?
Quels sont les bénéfices potentiels pour les différents acteurs et comment créer des
démarches les plus contributives ?
Comment devenir une entreprise pollinisatrice (outils, gouvernance) ?
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
•  Pour mutualiser les ressources des entreprises concernées
par l’enjeu
•  Pour faire progresser les connaissances sur le sujet
•  Pour nourrir la réflexion stratégique
•  Pour se positionner en leader de la réflexion sur les enjeux
de contribution territoriale (emploi, tissu économique local, etc.)
•  Pour développer des partenariats durables avec d’autres
acteurs et avec les parties prenantes de ce sujet
14
2. NOTRE PROPOSITION :
CRÉER UN ACTION-TANK
SUR L’ENTREPRISE
POLLINISATRICE
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
15
NOTRE APPROCHE POUR LA CRÉATION DE
L’ACTION TANK
I. PRÉPARATION ET
RECRUTEMENT
II. ANIMATION III. SYNTHESE
PPT sur le fonctionnement de
l’action tank
LIVRABLESMETHODOLOGIE
•  Réunion de lancement
•  Cartographie du sujet
(initiatives, experts, rapports)
•  Interviews d’experts (5) et
recrutement des partenaires
•  Benchmarking d’initiatives et
fiches bonnes pratiques (15
initiatives de collectivités, société civile
et entreprises)
•  Formalisation des modalités
d’organisation de l’action tank et
des membres contributeurs
ETAPE
•  Volet formation et co-
construction : 6 ateliers / an
(voir détails ci-après) d’une demi
journée sur un thème avec 1expert
et 1 REX puis synthèses
•  Création d’un site internet
alimenté par les études de cas,
les interviews d’experts et les
livrables des ateliers
•  Fiches préparatoires et
synthèses des ateliers
•  Site internet Entreprise
Pollinisatrice
Rapport final de l’étude
•  Rapport final de l’année
#1 : état des lieux, point sur
l’avancement des connaissances /
réflexions / bonnes pratiques sur
le sujet
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
16
LES GRANDS THEMES DE REFLEXION
16
Enjeux de la relation entre l’entreprise et le territoire : nouvelles attentes
des parties prenantes. Quelles perspectives d’évolution ?
Business case et intérêt économique à devenir une entreprise pollinisatrice.
Vers des démarches à contribution territoriale positive : comment devenir
une entreprise pollinisatrice ? Quels indicateurs de mesure ?
La maximisation des retombées locales : quelle gouvernance et quels
outils ? Focus sur le COMAX
L'adaptation de l'approche aux spécificités du territoire (régions, villes,
international....)
La convergence avec les approches territoriales environnementales :
Economie circulaire et économie de fonctionnalité
1
2
3
4
5
6
La première réunion permettra de partager les attentes des partenaires sur les
thématiques à aborder de manière prioritaire. Cette première liste est donc
provisoire.
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
17
6 ATELIERS DE FORMATION ET CO-CONSTRUCTION
SUR UNE ANNEE DE TRAVAIL
Objectifs (année #1) :
• Faire progresser la connaissance
des enjeux et des initiatives
existantes
• Mutualiser les connaissances et
mettre en réseau les acteurs
• Construire une vision commune du
concept d’entreprise pollinisatrice
Programme prévisionnel de chaque
atelier (1/2 journée) :
•  Introduction sur la thématique et rappel
synthétique de l’avancée des travaux
Interventions de 2 experts externes sur la
thématique dédiée
•  Présentation d’études de cas
inspirantes (Utopies)
•  Atelier de co-construction avec les
membres participant à l’étude
Les ateliers seront organisés dans des lieux
emblématiques de la transition territoriale et de
l’innovation (Living Lab, Fablab).
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
18
UN RESEAU INTERNATIONAL D’EXPERTS
ANTOINE AUBINAIS
Co-fondateur
BELLASTOCK
GUY BAZZANI
Directeur général
BAZZANI
ROB HOPKINS
Initiateur
MOUVEMENT TRANSITION TOWN
LESLIE LINDO
Directrice « Community Engagement »
RESEAU BALLE
JACQUELINE LORTHIOIS
Urbaniste et socio-économiste
LUC PICOT
Directeur
DECIDER ENSEMBLE
NICOLAS ROUGE
Fondateur
UNE AUTRE VILLE
JENNIFER RUBENSTEIN
Présidente
AMIBA
MICHAEL SHUMAN
Economiste, auteur et entrepreneur
spécialisé sur l’économie locale
RAPHAEL SOUCHIER
Consultant européen spécialisé sur les
économies locales durables
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
19
PLANNING DE LA 1ÈRE ANNÉE
2016 2017
Juin. Juillet Aout. Sept. Oct. Nov. Déc. Jan. Fev. Mars Avril Mai Juin Juil. Aout.
2. ANIMATION
Ateliers avec tous les membres
3.
SYNTHÈSE
1. PRÉPARATION ET
RECRUTEMENT
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
20
BUDGET PRÉVISIONNEL
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
MEMBRE CONTRIBUTEUR :
> PME / ETI / collectivité territoriale 5 K€
> Grande entreprise 10 K€
> Société civile / association Nous consulter
•  Participation aux ateliers (déductibles des frais de formation)
•  Proposition d’experts et contributions complémentaires
•  Restitution finale et commune des résultats (conférence de presse)
Utopies est organisme de formation : possibilité d’une prise en compte dans les frais de formation
21
UN CO-FINANCEMENT ENTRE PARTENAIRES (1/2)
// Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE
Confidentiel//©2016Utopies
MEMBRE FONDATEUR : 20K€
Idem membre contributeur +
•  Exclusivité métier
•  Conclusions et livrables partagés en priorité
•  Recommandations personnalisées
•  Présentation par Utopies dédiée pour les équipes
•  Visibilité privilégiée sur l’ensemble des communications
22
UN CO-FINANCEMENT ENTRE PARTENAIRES (2/2)
23

Contenu connexe

Tendances

4.french tech dossier_candidature_label_metropole
4.french tech dossier_candidature_label_metropole4.french tech dossier_candidature_label_metropole
4.french tech dossier_candidature_label_metropole
David Monteau
 

Tendances (20)

La Fabrique des Mobilités - Livre Edition 2015
La Fabrique des Mobilités - Livre Edition 2015La Fabrique des Mobilités - Livre Edition 2015
La Fabrique des Mobilités - Livre Edition 2015
 
Questions Numériques 2014/2015 : Les Controverses
Questions Numériques 2014/2015 : Les ControversesQuestions Numériques 2014/2015 : Les Controverses
Questions Numériques 2014/2015 : Les Controverses
 
OPEN DATA WEEK // Ouverture: Où en est-on en France?
OPEN DATA WEEK // Ouverture: Où en est-on en France?OPEN DATA WEEK // Ouverture: Où en est-on en France?
OPEN DATA WEEK // Ouverture: Où en est-on en France?
 
Livre blanc - Transformer l'industrie par le numérique (Syntec Numérique)
Livre blanc - Transformer l'industrie par le numérique (Syntec Numérique)Livre blanc - Transformer l'industrie par le numérique (Syntec Numérique)
Livre blanc - Transformer l'industrie par le numérique (Syntec Numérique)
 
Plan d'action Fing 2017
Plan d'action Fing 2017Plan d'action Fing 2017
Plan d'action Fing 2017
 
Plan d'action de la Fing en 2018
Plan d'action de la Fing en 2018Plan d'action de la Fing en 2018
Plan d'action de la Fing en 2018
 
Inpi - Propriéte intellectuelle et transformation numérique de l'économie - 2015
Inpi - Propriéte intellectuelle et transformation numérique de l'économie - 2015Inpi - Propriéte intellectuelle et transformation numérique de l'économie - 2015
Inpi - Propriéte intellectuelle et transformation numérique de l'économie - 2015
 
Rapport sur les métiers d'avenir en 2015
Rapport sur les métiers d'avenir en 2015Rapport sur les métiers d'avenir en 2015
Rapport sur les métiers d'avenir en 2015
 
Crise de l'emploi, de l'entreprise, du travail... la faute aux technologies ?
Crise de l'emploi, de l'entreprise, du travail... la faute aux technologies ?Crise de l'emploi, de l'entreprise, du travail... la faute aux technologies ?
Crise de l'emploi, de l'entreprise, du travail... la faute aux technologies ?
 
Synthese expédition ReFaire
Synthese expédition ReFaireSynthese expédition ReFaire
Synthese expédition ReFaire
 
Technologie & Innovation Sociale
Technologie & Innovation SocialeTechnologie & Innovation Sociale
Technologie & Innovation Sociale
 
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATEDIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
DIGIWORLD Yearbook 2010 - IDATE
 
M3 n2 web_01
M3 n2 web_01M3 n2 web_01
M3 n2 web_01
 
BPI France le Lab : le numérique déroutant
BPI France le Lab : le numérique déroutantBPI France le Lab : le numérique déroutant
BPI France le Lab : le numérique déroutant
 
4.french tech dossier_candidature_label_metropole
4.french tech dossier_candidature_label_metropole4.french tech dossier_candidature_label_metropole
4.french tech dossier_candidature_label_metropole
 
Questions Numériques 2013/ 2014 : les promesses du numérique
Questions Numériques 2013/ 2014 : les promesses du numériqueQuestions Numériques 2013/ 2014 : les promesses du numérique
Questions Numériques 2013/ 2014 : les promesses du numérique
 
Livre blanc : modeles, data et algorithmes, les nouvelles frontieres du numér...
Livre blanc : modeles, data et algorithmes, les nouvelles frontieres du numér...Livre blanc : modeles, data et algorithmes, les nouvelles frontieres du numér...
Livre blanc : modeles, data et algorithmes, les nouvelles frontieres du numér...
 
Cahier Exploration MesInfos
Cahier Exploration MesInfosCahier Exploration MesInfos
Cahier Exploration MesInfos
 
Thèse : La révolution digitale va-t-elle bousculer l'ordre établi du BTP ? MB...
Thèse : La révolution digitale va-t-elle bousculer l'ordre établi du BTP ? MB...Thèse : La révolution digitale va-t-elle bousculer l'ordre établi du BTP ? MB...
Thèse : La révolution digitale va-t-elle bousculer l'ordre établi du BTP ? MB...
 
Entreprise Numérisée : Ethique et GouvernanceS
Entreprise Numérisée : Ethique et GouvernanceSEntreprise Numérisée : Ethique et GouvernanceS
Entreprise Numérisée : Ethique et GouvernanceS
 

En vedette

L'empreinte sociale - Le collectif / septembre 2012
L'empreinte sociale - Le collectif / septembre 2012L'empreinte sociale - Le collectif / septembre 2012
L'empreinte sociale - Le collectif / septembre 2012
Elise_Cognacq
 
Musique électronique
Musique électroniqueMusique électronique
Musique électronique
Manuel Mazeau
 

En vedette (8)

Action Tank Data Responsable
Action Tank Data ResponsableAction Tank Data Responsable
Action Tank Data Responsable
 
L'empreinte sociale - Le collectif / septembre 2012
L'empreinte sociale - Le collectif / septembre 2012L'empreinte sociale - Le collectif / septembre 2012
L'empreinte sociale - Le collectif / septembre 2012
 
Matinée LOCA-CONCEPTION 15 juin2016
Matinée LOCA-CONCEPTION 15 juin2016Matinée LOCA-CONCEPTION 15 juin2016
Matinée LOCA-CONCEPTION 15 juin2016
 
Local shift : Évaluez les fuites économiques de votre territoire et dévelo...
Local shift : Évaluez les fuites économiques de votre territoire et dévelo...Local shift : Évaluez les fuites économiques de votre territoire et dévelo...
Local shift : Évaluez les fuites économiques de votre territoire et dévelo...
 
Vers la loca-conception
Vers la loca-conceptionVers la loca-conception
Vers la loca-conception
 
Careers in Sustainability - ECO Canada
Careers in Sustainability - ECO CanadaCareers in Sustainability - ECO Canada
Careers in Sustainability - ECO Canada
 
Etude sur le comportement des occupants et la performance énergétique des bat...
Etude sur le comportement des occupants et la performance énergétique des bat...Etude sur le comportement des occupants et la performance énergétique des bat...
Etude sur le comportement des occupants et la performance énergétique des bat...
 
Musique électronique
Musique électroniqueMusique électronique
Musique électronique
 

Similaire à Utopies @action tank Entreprise Pollinisatrice

Présentation SoBizHub_FR
Présentation SoBizHub_FRPrésentation SoBizHub_FR
Présentation SoBizHub_FR
Nicolas Cordier
 
Présentation ecole de paris du management
Présentation ecole de paris du managementPrésentation ecole de paris du management
Présentation ecole de paris du management
bernardsaincy
 
Lorraine Guilluy Pfe Vf
Lorraine Guilluy Pfe VfLorraine Guilluy Pfe Vf
Lorraine Guilluy Pfe Vf
farf
 
Quelles contributions financières des entreprises du Nord au développement de...
Quelles contributions financières des entreprises du Nord au développement de...Quelles contributions financières des entreprises du Nord au développement de...
Quelles contributions financières des entreprises du Nord au développement de...
bernardsaincy
 

Similaire à Utopies @action tank Entreprise Pollinisatrice (20)

Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...
Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...
Villes et territoires en partage - L'économie collaborative au service des te...
 
L'économie collaborative au service des territoires
L'économie collaborative au service des territoiresL'économie collaborative au service des territoires
L'économie collaborative au service des territoires
 
Etude "Créer et innover en France : le rôle des plateformes d'innovation dans...
Etude "Créer et innover en France : le rôle des plateformes d'innovation dans...Etude "Créer et innover en France : le rôle des plateformes d'innovation dans...
Etude "Créer et innover en France : le rôle des plateformes d'innovation dans...
 
Fiches projets #regeneration #noussommesvivants
Fiches projets #regeneration #noussommesvivantsFiches projets #regeneration #noussommesvivants
Fiches projets #regeneration #noussommesvivants
 
Livre blanc L'accompagnement des entrepreneurs par les territoires avril 2021
Livre blanc L'accompagnement des entrepreneurs par les territoires  avril 2021Livre blanc L'accompagnement des entrepreneurs par les territoires  avril 2021
Livre blanc L'accompagnement des entrepreneurs par les territoires avril 2021
 
Présentation SoBizHub_FR
Présentation SoBizHub_FRPrésentation SoBizHub_FR
Présentation SoBizHub_FR
 
Entreprendre dans l’ESS : zoom sur l'association ATIS
Entreprendre dans l’ESS : zoom sur l'association ATISEntreprendre dans l’ESS : zoom sur l'association ATIS
Entreprendre dans l’ESS : zoom sur l'association ATIS
 
Présentation ecole de paris du management
Présentation ecole de paris du managementPrésentation ecole de paris du management
Présentation ecole de paris du management
 
Lorraine Guilluy Pfe Vf
Lorraine Guilluy Pfe VfLorraine Guilluy Pfe Vf
Lorraine Guilluy Pfe Vf
 
ASIS - Guideline #2 - Comment mettre en œuvre la coopération pour l’innovatio...
ASIS - Guideline #2 - Comment mettre en œuvre la coopération pour l’innovatio...ASIS - Guideline #2 - Comment mettre en œuvre la coopération pour l’innovatio...
ASIS - Guideline #2 - Comment mettre en œuvre la coopération pour l’innovatio...
 
Rapport annuel 2017
Rapport annuel 2017Rapport annuel 2017
Rapport annuel 2017
 
Presentation_RTES_JML_rev_1.pptx
Presentation_RTES_JML_rev_1.pptxPresentation_RTES_JML_rev_1.pptx
Presentation_RTES_JML_rev_1.pptx
 
Quelles contributions financières des entreprises du Nord au développement de...
Quelles contributions financières des entreprises du Nord au développement de...Quelles contributions financières des entreprises du Nord au développement de...
Quelles contributions financières des entreprises du Nord au développement de...
 
Pour une-politique-nationale-de-design
Pour une-politique-nationale-de-designPour une-politique-nationale-de-design
Pour une-politique-nationale-de-design
 
« Pour une politique nationale du design »
« Pour une politique nationale du design »« Pour une politique nationale du design »
« Pour une politique nationale du design »
 
Les lieux d'innovation au service des startups
Les lieux d'innovation au service des startups Les lieux d'innovation au service des startups
Les lieux d'innovation au service des startups
 
Municipales 2020 : académie des futurs élus by Medinsoft : 51 solutions pour ...
Municipales 2020 : académie des futurs élus by Medinsoft : 51 solutions pour ...Municipales 2020 : académie des futurs élus by Medinsoft : 51 solutions pour ...
Municipales 2020 : académie des futurs élus by Medinsoft : 51 solutions pour ...
 
Livre blanc Batiments, villes et territoires durables. Nouveaux usages et mod...
Livre blanc Batiments, villes et territoires durables. Nouveaux usages et mod...Livre blanc Batiments, villes et territoires durables. Nouveaux usages et mod...
Livre blanc Batiments, villes et territoires durables. Nouveaux usages et mod...
 
Guide Officiel PRODURABLE 2016
Guide Officiel PRODURABLE 2016Guide Officiel PRODURABLE 2016
Guide Officiel PRODURABLE 2016
 
Programme investissement d'avenir 2016
Programme investissement d'avenir 2016Programme investissement d'avenir 2016
Programme investissement d'avenir 2016
 

Plus de Utopies

L’ANALYSE DE MATÉRIALITÉ : DE LA PERCEPTION À LA RÉALITÉ (AVRIL 2014)
L’ANALYSE DE MATÉRIALITÉ : DE LA PERCEPTION À LA RÉALITÉ (AVRIL 2014)L’ANALYSE DE MATÉRIALITÉ : DE LA PERCEPTION À LA RÉALITÉ (AVRIL 2014)
L’ANALYSE DE MATÉRIALITÉ : DE LA PERCEPTION À LA RÉALITÉ (AVRIL 2014)
Utopies
 
ETUDE DE TENDANCES « RESTAURATION ET DÉVELOPPEMENT DURABLE » (2010)
ETUDE DE TENDANCES « RESTAURATION ET DÉVELOPPEMENT DURABLE » (2010)ETUDE DE TENDANCES « RESTAURATION ET DÉVELOPPEMENT DURABLE » (2010)
ETUDE DE TENDANCES « RESTAURATION ET DÉVELOPPEMENT DURABLE » (2010)
Utopies
 

Plus de Utopies (12)

Data responsable
Data responsableData responsable
Data responsable
 
Presentation utopies+quantis 12052016 vf
Presentation utopies+quantis 12052016 vfPresentation utopies+quantis 12052016 vf
Presentation utopies+quantis 12052016 vf
 
Analyse de matérialité @Utopies
Analyse de matérialité @UtopiesAnalyse de matérialité @Utopies
Analyse de matérialité @Utopies
 
GlobalImpact - demonstrating your economic impacts in 189 countries
GlobalImpact - demonstrating your economic impacts in 189 countriesGlobalImpact - demonstrating your economic impacts in 189 countries
GlobalImpact - demonstrating your economic impacts in 189 countries
 
Empreinte economique
Empreinte economiqueEmpreinte economique
Empreinte economique
 
L’ANALYSE DE MATÉRIALITÉ : DE LA PERCEPTION À LA RÉALITÉ (AVRIL 2014)
L’ANALYSE DE MATÉRIALITÉ : DE LA PERCEPTION À LA RÉALITÉ (AVRIL 2014)L’ANALYSE DE MATÉRIALITÉ : DE LA PERCEPTION À LA RÉALITÉ (AVRIL 2014)
L’ANALYSE DE MATÉRIALITÉ : DE LA PERCEPTION À LA RÉALITÉ (AVRIL 2014)
 
« LA CONSTRUCTION DURABLE : DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE » (2007)
« LA CONSTRUCTION DURABLE : DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE » (2007)« LA CONSTRUCTION DURABLE : DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE » (2007)
« LA CONSTRUCTION DURABLE : DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE » (2007)
 
« CONSTRUCTION DURABLE : PANORAMA DES SOLUTIONS TECHNIQUES » (2009)
« CONSTRUCTION DURABLE : PANORAMA DES SOLUTIONS TECHNIQUES » (2009)« CONSTRUCTION DURABLE : PANORAMA DES SOLUTIONS TECHNIQUES » (2009)
« CONSTRUCTION DURABLE : PANORAMA DES SOLUTIONS TECHNIQUES » (2009)
 
Epargner en épargnant la planéte (2008)
Epargner en épargnant la planéte (2008)Epargner en épargnant la planéte (2008)
Epargner en épargnant la planéte (2008)
 
ETUDE DE TENDANCES « RESTAURATION ET DÉVELOPPEMENT DURABLE » (2010)
ETUDE DE TENDANCES « RESTAURATION ET DÉVELOPPEMENT DURABLE » (2010)ETUDE DE TENDANCES « RESTAURATION ET DÉVELOPPEMENT DURABLE » (2010)
ETUDE DE TENDANCES « RESTAURATION ET DÉVELOPPEMENT DURABLE » (2010)
 
Critical friends - Stakeholder panels (2007)
Critical friends - Stakeholder panels (2007)Critical friends - Stakeholder panels (2007)
Critical friends - Stakeholder panels (2007)
 
Rapport du Centre d'Analyse Stratégique : "Pour une consommation durable" (2011)
Rapport du Centre d'Analyse Stratégique : "Pour une consommation durable" (2011)Rapport du Centre d'Analyse Stratégique : "Pour une consommation durable" (2011)
Rapport du Centre d'Analyse Stratégique : "Pour une consommation durable" (2011)
 

Utopies @action tank Entreprise Pollinisatrice

  • 1. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies Groupe de Travail : co-construire la relation entre l’entreprise et le territoire COMMENT DEVENIR UNE « ENTREPRISE POLLINISATRICE » ?  Elisabeth Laville Directrice, laville@utopies.com Arnaud Florentin Directeur associé,florentin@utopies.com Patricia Cortijo Manager Bâtiments & Territoires durables, cortijo@utopies.com UTOPIES©
  • 2. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 2 LE POINT DE DEPART DE NOTRE INTERET SUR LE SUJET VERS LA « LOCA-CONCEPTION » : COMMENT MAXIMISER L’IMPACT ECONOMIQUE LOCAL DES BATIMENTS OU PROJETS D’AMENAGEMENT TOUT AU LONG DE LEUR CYCLE DE VIE NOTE DE POSITION #6 // Mars 2016 Les bâtiments ou les grands projets d’amé- nagements ne sont pas, à l’évidence, des « produits » comme les autres : il est vrai qu’ils ont pour spécificité de n’être jamais industrialisables (chaque bâtiment ou pro- jet est unique) et d’avoir une durée de vie théorique très longue, de plusieurs dé- cennies en général – et dépassant même parfois l’horizon de temps de ceux qui les développent, à l’image de la Sagrada Fa- milia, basilique conçue par Anton Gaudi à Barcelone et encore en chantier alors que ses travaux ont commencé en 1882… Difficile, dans ces conditions, de prendre en considération précisément, dès leur conception, leurs impacts sur les environ- nements naturels, humains et sociaux tout au long de leur cycle de vie, comme on le fait avec des objets de consommation courante davantage soumis à l’obsoles- cence rapide. La fin de vie des bâtiments, en particulier, est ainsi délicate à appré- hender et encore trop rarement prise en compte en amont (à l’exception des bâ- timents conçus pour être rapidement dé- montés, sur les chantiers par exemple). Pourtant, progressivement, l’éco-concep- tion se développe dans le secteur im- mobilier et de la construction, poussant à intégrer très en amont à l’exercice de conception la nécessité de minimiser l’im- pact écologique tout au long de la vie du projet, de la construction à l’exploitation en passant par sa rénovation éventuelle et allant même, dans certains cas, jusqu’à en- visager sa dé-construction. Alors que cette approche est désormais bien encadrée par des standards (de BREEAM à HQE en passant par LEED) et de plus en plus pra- tiquée par les acteurs de la construction, des préoccupations nouvelles émergent quant à une autre forme d’impact des pro- jets de bâtiment ou d’aménagement tout au long de leur cycle de vie : leur impact socio-économique sur leur territoire d’im- plantation, qu’il s’agisse d’un quartier, d’une ville, d’un département ou d’une région plus largement… Cette question nouvelle de l’empreinte locale des projets et de leur contribution au développement économique correspond d’ailleurs, selon les études (voir figure ci-dessous), à une préoccupation forte des parties prenantes en matière de responsabilité sociétale des entreprises. C’est encore plus vrai, de manière évidente, pour des projets de bâtiments ou d’aménagements qui vivront mieux, comme des arbres, s’ils démontrent leur capacité à s’intégrer au territoire et à lui apporter plus qu’ils ne lui prennent. Et les parties prenantes locales ne se privent pas d’interpeller publiquement sur ce su- jet les pouvoirs publics ou les porteurs de ces projets - qu’il s’agisse d’un ensemble de logements sociaux, d’un projet urbain, d’un village de vacances, d’un aéroport ou même d’un projet de mobilité comme une nouvelle autoroute ou ligne ferro- viaire. Cette approche visant à concevoir des projets dont l’apport au territoire est optimisé en continu pour viser une contri- bution positive nette, c’est l’essence-même de ce que nous appelons « Loca-concep- tion® » et qui s’impose progressivement, comme l’a fait l’éco-conception, au sec- teur de la construction et de l’aménage- ment.
  • 3. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies LE POINT DE DEPART DE NOTRE INTERET SUR LE SUJET ENTREPRISE POLLINISATRICE Motivations •  Stratégie de l’entreprise •  Positionnement de la marque •  Développement & innovation Pratiques •  Développement de la résilience du territoire : Comax, incubateurs.. •  Innovation territoriale Outils •  Loca-Conception® •  Local Shift® ANCRAGE LOCAL 3.01995-2010ANCRAGE LOCAL 1.0 ANCRAGE LOCAL 2.0 ENTREPRISE MECENE Motivations •  Acceptabilité •  Image locale Pratiques •  Mécénat •  Financement d’actions locales ENTREPRISE CONTRIBUTRICE Motivations •  Différenciation •  Développement •  Image de l’entreprise Pratiques •  Achats et emplois locaux •  Politique d’insertion •  Paiement des taxes Outils •  Local Footprint® •  Loca-Conception®
  • 4. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 4 1. POURQUOI DEVENIR UNE ENTREPRISE POLLINISATRICE ?
  • 5. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 5 LES TERRITOIRES, LIEUX DES TRANSITIONS La transition écologique apparaît comme une opportunité de développement d’une économie locale, porteuse de valeur sociétale. Parce que la transformation se fera par et pour la société, l’Etat, les Régions et de grands acteurs publics comme la Caisse des Dépôts accordent une place plus grande, voire centrale, à cette dimension territoriale. À l’horizon 2050, le Nord-Pas de Calais veut réduire de 60% sa consommation énergétique et diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre, en s’appuyant sur les grands leviers du Schéma régional d’aménagement et de développement durable. La « transition territoriale » est l’une des quatre priorités de la Caisse des Dépôts, qui développe des actions dédiées pour « soutenir l’investissement local » et « stimuler la croissance au plus près des bassins d’emploi ». La loi sur la transition énergétique valorise les territoires comme une échelle privilégiée d’application, avec un chapitre dédié sur la transition dans les territoires et le développement du label « Territoire à énergie positive »
  • 6. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 6 DES CITOYENS MOBILISES EN FAVEUR DU LOCAL… Mouvements de contestation et choix de consommation démontrent la défiance croissante des citoyens vis-à-vis des filières internationales à intermédiaires multiples, perçues comme peu transparentes, et des grands projets d’aménagement, souvent accusés « d’inadéquation avec les besoins locaux ». Cette attente marquée de proximité et de relation directe avec les filières de production se généralise et porte le développement de filières locales. Perte de confiance et besoin d’information Attentes d’approvisionnement local et tendance de marché Source : Ethicity, Les français et la consommation responsable, 2016
  • 7. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 7 … ET DES COLLECTIFS QUI PASSENT A L’ACTE Des collectifs de citoyens et d’entreprises se multiplient localement pour contribuer à cette relocalisation de l’économie. Le mouvement Territoires en transition est né au Royaume Uni en 2006, dans la ville de Totnes, à l’initiative de Rob Hopkins. Le réseau comprend aujourd’hui 2000 villages et villes en transition dans le monde (150 en France), dont l’objectif est d’aboutir localement à une transition du modèle énergétique et de consommation. Aux Etats-Unis, cette dynamique est surtout portée par des entrepreneurs. Le réseau BALLE (Business Alliance for Local Living Economies) regroupent 35 000 entrepreneurs répartis en 80 réseaux locaux. Ce collectif a notamment développé une approche pour insuffler le changement à l’échelle locale et a défini les 6 principes d’un développement local réussi. Le réseau AMIBA (The American Independent Business Alliance) se donne quant à lui pour mission de développer des économies locales résilientes via les achats locaux et l’engagement des citoyens.
  • 8. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 8 LES POUVOIRS PUBLICS ET LES INSTITUTIONS PROMEUVENT UN DEVELOPPEMENT LOCAL Après le temps des grands projets, les acteurs publics et les institutions internationales misent de plus en plus sur un développement porté par des dynamiques locales •  “La politique de cohésion 2014-2020 [...] a pour objectif d’élargir l’utilisation du développement local en tant qu’outil de développement.” (UE, 2015) •  “Le développement local est une façon de s'interroger sur le rôle des facteurs endogènes dans le développement économique. Le développement local peut également aider à répondre aux nouveaux défis liés à la mondialisation, à l’évolution du climat, au vieillissement de la population, aux pénuries de denrées alimentaires et d’énergie, etc. » (UE, 2015) •  «  Le développement économique local développe la compétitivité, contribue au développement durable et garantit une croissance inclusive. » (Banque Mondiale) •  En Grande Bretagne, le Social Value Act permet d’intégrer les bénéfices économiques sociaux et environnementaux à la commande publique. « Le Social value Act est un outil pour aider les donneurs d’ordres publics à obtenir plus de valeur au regard de l'argent investi. Il les encourage également à parler aux entreprises et communautés locales pour concevoir des services meilleurs et souvent pour trouver des solutions nouvelles et innovantes à des problèmes difficiles ». (Gouvernement anglais) •  Au Québec, les COMAX (Comité de Maximisation) sont mis en place pour que les opérateurs des grands projets (mines, infrastructures) maximisent leurs retombées locales.
  • 9. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 9 LES ENTREPRISES SE RECONNECTENT AUX TERRITOIRES… Certaines filières, sous l’impulsion des pouvoirs publics ou pour anticiper leurs attentes, mettent en œuvre des programmes en faveur de leurs territoires. •  En Suisse, les constructeurs de la gare de Landquart ont privilégié le recours au bois régional comme matériau de construction. Au total, le projet a employé 900m3 de bois venant de la forêt communale et a développé une filière de transformation locale pour 100% du bois utilisé pour le projet. •  Aux Etats-Unis, le promoteur constructeur Bazzani développe le modèle de l’entreprise pollinisatrice: recours prioritaire voire systématique à des matériaux locaux et écologiques, préservation des constructions historiques, création d’un réseau d’entrepreneurs locaux, etc. En 2015, son entreprise a reçu la certification «  B CORP Best for the world  » qui récompense les entreprises les plus vertueuses à travers leur performance sociale, environnementale et sociétale. •  Le programme «  Une rivière, un territoire  » d’EDF vise à favoriser l’innovation et le développement économique dans les vallées hydrauliques françaises et met en place une gouvernance partagée et une stratégie d’achats locaux pour chaque site, développée en fonction des besoins et des capacités des territoires.
  • 10. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 10 … ET L’INTEGRATION A DES ÉCOSYSTÈMES LOCAUX DEVIENT UN LEVIER DE CRÉATION DE VALEUR Le développement d’écosystèmes locaux présente plusieurs bénéfices pour les entreprises : une acceptabilité des sites et des activités économiques, une capacité à répondre plus précisément à la demande locale, le développement d’une identité territoriale, plus de transparence pour le consommateur, une logistique réduite ou encore des opportunités plus fortes de créer une économie circulaire. La plateforme américaine « Popularise » invite les communautés locales à améliorer des projets de développement existants en leur permettant de soumettre des propositions et de voter pour leurs solutions préférées. Le Groupe SEB lance en 2015 un service de location d’appareils culinaires : Eurêcook. Ce service est d’abord mis en place sur l’agglomération de Dijon, ce qui permet de créer un groupement local de partenaires et d’accompagner l’évolution des comportements. Six ans après avoir repris la Camif, Emery Jacquillat a réussi à redresser l’entreprise en se positionnant sur le créneau de la consommation responsable et du « fabriqué en France». La vente de produits hexagonaux représente 70 % de son activité.
  • 11. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 11 LE CONCEPT D’ENTREPRISE POLLINISATRICE POUR L’ECONOMIE LOCALE EMERGE (1/2) “J’appelle cette nouvelle génération d’entreprises les pollinisatrices du développement économique. Dans la nature, les pollinisateurs comme les abeilles, les papillons ou les chauves-souris transportent le pollen d’une plante à une autre et savent instinctivement que le brassage des pollens nourrit l’ensemble de l’écosystème. Les entreprises pollinisatrices travaillent de la même façon et transportent les meilleures pratiques d’une entreprise locale à une autre, nourrissant ainsi l’ensemble des entreprises locales et créant un écosystème entrepreuneurial riche.” Michael Shuman “The Local Economy Solution: How innovative self-Financing “pollinators” enterprises can grow jobs and prosperity”, 2015
  • 12. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 12 LE CONCEPT D’ENTREPRISE POLLINISATRICE POUR L’ECONOMIE LOCALE EMERGE (2/2)
  • 13. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 13 UN BESOIN DE VISION GLOBALE ET D’APPROCHE INTEGREE SUR UN SUJET EMERGENT •  Peu de capitalisation des retours d’expérience : les enseignements issus des initiatives existantes (pour les territoires comme pour les opérateurs privés) sont pour l’instant peu partagés et mis en relation. •  Un modèle économique encore fragile pour les acteurs économiques : acceptabilité des projets, innovation, capacité de différenciation, réussite économique par une meilleure prise en compte des besoins…. Les bénéfices qu’il y a à être une entreprise pollinisatrice restent à préciser et à documenter. •  Un manque de vision et d’approche globale : les actions se multiplient sur des thèmes spécifiques (emploi/insertion local, préservation des écosystèmes, etc.), mais il n’y a pas de vision systémique et d’approche globale pour devenir une entreprise pollinisatrice Quelles sont les tendances en matière d’ancrage local ? Quels sont les bénéfices potentiels pour les différents acteurs et comment créer des démarches les plus contributives ? Comment devenir une entreprise pollinisatrice (outils, gouvernance) ?
  • 14. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies •  Pour mutualiser les ressources des entreprises concernées par l’enjeu •  Pour faire progresser les connaissances sur le sujet •  Pour nourrir la réflexion stratégique •  Pour se positionner en leader de la réflexion sur les enjeux de contribution territoriale (emploi, tissu économique local, etc.) •  Pour développer des partenariats durables avec d’autres acteurs et avec les parties prenantes de ce sujet 14 2. NOTRE PROPOSITION : CRÉER UN ACTION-TANK SUR L’ENTREPRISE POLLINISATRICE
  • 15. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 15 NOTRE APPROCHE POUR LA CRÉATION DE L’ACTION TANK I. PRÉPARATION ET RECRUTEMENT II. ANIMATION III. SYNTHESE PPT sur le fonctionnement de l’action tank LIVRABLESMETHODOLOGIE •  Réunion de lancement •  Cartographie du sujet (initiatives, experts, rapports) •  Interviews d’experts (5) et recrutement des partenaires •  Benchmarking d’initiatives et fiches bonnes pratiques (15 initiatives de collectivités, société civile et entreprises) •  Formalisation des modalités d’organisation de l’action tank et des membres contributeurs ETAPE •  Volet formation et co- construction : 6 ateliers / an (voir détails ci-après) d’une demi journée sur un thème avec 1expert et 1 REX puis synthèses •  Création d’un site internet alimenté par les études de cas, les interviews d’experts et les livrables des ateliers •  Fiches préparatoires et synthèses des ateliers •  Site internet Entreprise Pollinisatrice Rapport final de l’étude •  Rapport final de l’année #1 : état des lieux, point sur l’avancement des connaissances / réflexions / bonnes pratiques sur le sujet
  • 16. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 16 LES GRANDS THEMES DE REFLEXION 16 Enjeux de la relation entre l’entreprise et le territoire : nouvelles attentes des parties prenantes. Quelles perspectives d’évolution ? Business case et intérêt économique à devenir une entreprise pollinisatrice. Vers des démarches à contribution territoriale positive : comment devenir une entreprise pollinisatrice ? Quels indicateurs de mesure ? La maximisation des retombées locales : quelle gouvernance et quels outils ? Focus sur le COMAX L'adaptation de l'approche aux spécificités du territoire (régions, villes, international....) La convergence avec les approches territoriales environnementales : Economie circulaire et économie de fonctionnalité 1 2 3 4 5 6 La première réunion permettra de partager les attentes des partenaires sur les thématiques à aborder de manière prioritaire. Cette première liste est donc provisoire.
  • 17. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 17 6 ATELIERS DE FORMATION ET CO-CONSTRUCTION SUR UNE ANNEE DE TRAVAIL Objectifs (année #1) : • Faire progresser la connaissance des enjeux et des initiatives existantes • Mutualiser les connaissances et mettre en réseau les acteurs • Construire une vision commune du concept d’entreprise pollinisatrice Programme prévisionnel de chaque atelier (1/2 journée) : •  Introduction sur la thématique et rappel synthétique de l’avancée des travaux Interventions de 2 experts externes sur la thématique dédiée •  Présentation d’études de cas inspirantes (Utopies) •  Atelier de co-construction avec les membres participant à l’étude Les ateliers seront organisés dans des lieux emblématiques de la transition territoriale et de l’innovation (Living Lab, Fablab).
  • 18. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 18 UN RESEAU INTERNATIONAL D’EXPERTS ANTOINE AUBINAIS Co-fondateur BELLASTOCK GUY BAZZANI Directeur général BAZZANI ROB HOPKINS Initiateur MOUVEMENT TRANSITION TOWN LESLIE LINDO Directrice « Community Engagement » RESEAU BALLE JACQUELINE LORTHIOIS Urbaniste et socio-économiste LUC PICOT Directeur DECIDER ENSEMBLE NICOLAS ROUGE Fondateur UNE AUTRE VILLE JENNIFER RUBENSTEIN Présidente AMIBA MICHAEL SHUMAN Economiste, auteur et entrepreneur spécialisé sur l’économie locale RAPHAEL SOUCHIER Consultant européen spécialisé sur les économies locales durables
  • 19. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 19 PLANNING DE LA 1ÈRE ANNÉE 2016 2017 Juin. Juillet Aout. Sept. Oct. Nov. Déc. Jan. Fev. Mars Avril Mai Juin Juil. Aout. 2. ANIMATION Ateliers avec tous les membres 3. SYNTHÈSE 1. PRÉPARATION ET RECRUTEMENT
  • 20. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies 20 BUDGET PRÉVISIONNEL
  • 21. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies MEMBRE CONTRIBUTEUR : > PME / ETI / collectivité territoriale 5 K€ > Grande entreprise 10 K€ > Société civile / association Nous consulter •  Participation aux ateliers (déductibles des frais de formation) •  Proposition d’experts et contributions complémentaires •  Restitution finale et commune des résultats (conférence de presse) Utopies est organisme de formation : possibilité d’une prise en compte dans les frais de formation 21 UN CO-FINANCEMENT ENTRE PARTENAIRES (1/2)
  • 22. // Groupe de Travail ENTREPRISE POLLINISATRICE Confidentiel//©2016Utopies MEMBRE FONDATEUR : 20K€ Idem membre contributeur + •  Exclusivité métier •  Conclusions et livrables partagés en priorité •  Recommandations personnalisées •  Présentation par Utopies dédiée pour les équipes •  Visibilité privilégiée sur l’ensemble des communications 22 UN CO-FINANCEMENT ENTRE PARTENAIRES (2/2)
  • 23. 23