SlideShare une entreprise Scribd logo

cours de rayonnement x

cours de rayonnement X détaillé par Pr ZOURDANI 1er année médecine et Med dentaire

1  sur  11
Télécharger pour lire hors ligne
Page 1/11
3. RAYONNEMENT X.
3.1 Introduction :
Les rayons X sont une forme de rayonnement électromagnétique à haute fréquence constitué de photons
dont la longueur d'onde est très courte comprise entre 0,1 Angström et 100 Angström.
L'énergie de ces photons va de quelques (eV) (électronvolt), à plusieurs
dizaines de million d’électronvolts (MeV). C'est un rayonnement ionisant
utilisé dans de nombreuses applications dont l'imagerie médicale
(radiographie conventionnelle), car son pouvoir de pénétration dans la
matière est très important.
Les rayons X ont été découverts en 1895 par le physicien allemand
Wilhelm Röntgen, il lui donna le nom habituel de l'inconnue en
mathématiques, (X).
Les rayons X et les rayons gamma sont de même nature, mais sont produits différemment. Les rayons X
sont produits par des transitions électroniques alors que les rayons gamma sont produits lors de la
désintégration radioactive des noyaux instables.
3.2 Description Du Tube De Coolidge.
Dans un tube à rayons X, l'émission de ces rayonnements est obtenue en bombardant une cible de masse
non négligeable par un faisceau d'électrons accélérés dans le vide. Ces électrons, sont obtenus en chauffant
un filament (effet thermique), ou ils sont accélérés par une forte différence de potentiel.
Les tubes à rayons X fonctionnent de la manière suivante. Dans une enceinte de verre où règne un vide
poussé, des électrons libérés par la borne négative par un effet thermoélectrique sont accélérés vers la
masse de la cible par une grande différence de potentiel (généralement de 10 à 150 KV).
- +
-•
é
U (KeV)
m
Page 2/11
L’interaction des électrons rapides avec la matière de la cible se traduit par leurs ralentissements à
l’intérieur de celle–ci, et l’énergie cinétique perdue par les électrons incidents se manifeste sous forme de
chaleur mais aussi sous forme d’un rayonnement électromagnétique RX.
Une fraction importante de cette énergie libérée par l’électron (99 %) est convertie en chaleur, ce qui
fait augmenter l’énergie interne de la substance (élévation de température). Le reste (1%) est rayonné hors
de la substance sous forme de photons X.
3.3 Mécanisme D’interaction :
Au niveau de la cible, les électrons incidents de très grande vitesse entrent en collision avec les atomes
du métal du qui la constitue.
Des rayons X sont alors produits par deux mécanismes distincts.
 D’une part, le ralentissement des électrons dans la matière produit un rayonnement de freinage
comportant des rayons RX.
 D’autre part, les électrons, se déplaçant à une vitesse très élevée, ont une énergie cinétique
suffisante pour perturber les couches électroniques internes des atomes de la cible. Ces atomes, dans
un état excités, vont alors émettre des rayons RX en retournant à leur état fondamental.
3.3.1 Mécanisme D’interaction Avec Le Noyau Cible :
Quand l'électron passe à proximité du noyau d’un des atomes de la matière cible, la force
d’attraction électrostatique existante entre l’électron de charge négative et celle du noyau de charge
positive dévie l’électron incident, sa trajectoire est ainsi
modifiée.
Le ralentissement de cet électron est suivi par une
diminution de son énergie cinétique qui se transforme en un
rayonnement émis appelé rayonnement de freinage ou
« Bremsstrahlung ». Cet échange d'énergie dépend de la
distance à laquelle l'électron incident passe du noyau.
Sur toute la trajectoire de l’électron, et selon la distance qui le sépare du noyau, les photons de
freinage émis peuvent prendre toutes les valeurs énergétiques comprises entre une valeur nulle et une
valeur maximale.
 Lorsque la distance qui le sépare du noyau est très grande il n’y’aura pas d’émission X.
L’énergie émise est nulle.
 Et la valeur maximale de l'énergie des RX émise est obtenue lorsque ces électrons incidents
interagissent directement avec le noyau lors d’un choc frontal.
Les photons de faible énergie sont beaucoup plus nombreux que les très énergétiques car la
probabilité pour un électron incident de passer à distance du noyau est très grande.
Noyau
cible
(+)
é
RX
Page 3/11
Donc, sous l’effet de force de coulomb, l’électron incident est dévié puis ralenti, la variation de son
énergie cinétique, sera retrouvée sous forme de travaux des forces extérieurs.
 Ec = − ∑ Wext.
 Ec = Ecfina − Ecini : est la variation de l’énergie cinétique de l’électron passant à proximité
du noyau. Sachant que l’électron est libéré avec un effet thermoélectrique, sa vitesse initiale peut être
négligée, donc son énergie cinétique initiale est nulle. ( Ecini = 0).
Ecfina : Est l’énergie cinétique finale de l’électron incident lorsqu’il arrive au niveau de la matière
de la cathode, donc :
 Ec = Ecfina
∑ Wext : Le seul travail extérieur est celui de la force électrique, car la force de gravitation est
négligeable. Ce qui donne aussi :
∑ W𝑒𝑥𝑡 = −qélectron × U → ∑ Wext = e × U.
L’équation de la transformation de cette énergie cinétique en une énergie rayonnée sous forme de
rayon X sera donnée par :
Ecfina = e × U
Le photon X le plus énergétique emporte toute l'énergie cinétique de l'électron incident. Dans ce
cas elle est notée (E0) sa valeur est maximale, émise lors du choc frontal.
ERX
𝑚𝑎𝑥
= E0 = Ecfina = e × U
3.3.2 Mécanisme D'interaction De L’électron Incident Avec Les Électrons De L'atome Cible
L'électron incident très accéléré entre en "collision" avec l'un des électrons du cortège électronique
de la matière cible et lui transfère de l'énergie.
L'électron incident d’énergie cinétique∶
Ecfina = e × U,
Et l'électron cible lié à son atome
possède une énergie de liaison ∶
W𝑙𝑖𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛
é𝑙𝑒𝑐𝑡 𝑐𝑖𝑏𝑙𝑒
.
Deux situations peuvent avoir lieu :
 Soit l’énergie cinétique de l’électron incident soit inférieure à celle de l’électron cible, dans
ce cas l’électron cible n’est pas arraché ∶ Ecfina = e × U < W𝑙𝑖𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛
é𝑙𝑒𝑐𝑡 𝑐𝑖𝑏𝑙𝑒
.
 Ou bien que l’énergie cinétique de l’électron incident soit supérieure à celle de l’électron
cible, dans ce cas l’électron cible est arraché ∶ Ecfina = e × U > W𝑙𝑖𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛
é𝑙𝑒𝑐𝑡 𝑐𝑖𝑏𝑙𝑒
.
N
o
●
●
●
●
Électrons
cibles
●
●
●●
●●
●●
●
● ●
●●
●●
●
●
●
●
●●
●
●●
●
●●
Électron
arraché
RX émis.
●
Électron
incident
Page 4/11
Dans ce deuxième cas l'électron incident change de vitesse et de trajectoire et l'électron percuté est
éjecté arraché de son atome, l'atome résiduel est dans un état excité, un réarrangement des électrons
périphériques est suivi par une libération d'énergie sous forme de rayon X.
Le transfert d'énergie à l'électron cible est maximum dans le cas
du choc frontal, mais cette possibilité est rare.
Selon l'importance de l'énergie transférée et selon l'énergie de
liaison de l'électron cible, il en résulte une ionisation ou une
excitation, c’est-à-dire une instabilité de l’atome résiduel.
Le retour à un état plus stable de l’atome excité, se produit par
des transitions électroniques vers les couches les plus internes. Chaque transition est suivie d’une
libération d’énergie sous forme de rayon X.
3.4 Spectre Des Rayons X.
On appelle spectre, la courbe donnant la variation de la puissance du rayonnement X émis en
fonction de son énergie.
Le spectre d'émission de rayons X consiste en la superposition d'un spectre dû à l’interaction
continu de l’électron incident avec le noyau de l’atome cible et d'un spectre discontinu dû à
l’interaction de l’électron incident avec les électrons de l’atome cible, ce dernier est dit discret ou de
raies.
3.4.1 Le Spectre Continu.
3.4.1.1 Spectre Continu En Énergie Du Rayonnement De Freinage
Dans le premiers processus d’interaction, l'électron incident peut perdre toute son énergie
cinétique (Ecin) en une seule fois lors d’une interaction frontale, ce qui donne une limite
supérieure à la fréquence du photon émis. Celle-ci dépend uniquement de la tension d'accélération
et de la nature du métal de la matière cible.
Comme il peut la libérée par «paquet » d’énergie lors de son ralentissement. Le freinage
dépend évidemment de la distance à laquelle l'électron se rapproche du noyau. Les photons émis
peuvent avoir toutes les énergies comprises entre l’énergie nulle et la limite supérieure.
Le spectre en énergie est donc continu, son expression théorique est donnée par l’équation (1)
et son allure par la figure suivante.
dφ
dE
= k × I × Z × (E0 − E) . . (1)
dφ
dE
: représente la variation de la puissance émise
par le tube de Coolidge en fonction de
l’énergie du RX.
k : est une constante positive, elle dépend de la
nature du métal de la cible.
I : Intensité du courant électrique utilisé.
WN
WM
WL
WK
WO
R
E
E0
dφ
dE Zone d’auto
absorption.
Page 5/11
Z : Numéro atomique du métal de la cible.
E : est l'énergie des photons X émis.
E0 = ERX
𝑚𝑎𝑥
: Valeur maximale de l'énergie du RX émis lors d'une interaction frontale.
ERX
𝑚𝑎𝑥
= E0 = Ecfin = e × U
Remarque : Les rayons X émis de faible énergie sont absorbés par la masse de la cible. La zone
d’auto absorption représente ces rayons X absorbés.
3.4.1.2 Spectre Continu En Longueur D’onde.
Sachant que l'énergie du RX dépend de sa longueur d'onde, on déduit du spectre continu en
énergie, le spectre continu en longueur d'onde par:
dφ
dλ
=
dφ
dE
× |
dE
dλ
|
dE
dλ
=
−h×C
λ2 : représente la variation de la puissance émise en fonction de la longueur d’onde.
dφ
dE
= k × I × Z × (E0 − E): Le spectre en énergie.
dE
dλ
: Est la variation de l’énergie en fonction de la longueur d’onde.
E =
h×C
𝜆
→ λ =
h×C
E
; et E0 =
h×C
𝜆0
→ λ0 =
h×C
E0
: correspondent respectivement à
l’expression de l’énergie en fonction de la longueur d’onde (λ) et E0 : l’énergie maximale émise en
fonction de la longueur d’onde (λ0) limite du RX.
En remplaçant ces différentes expressions dans l’équation du spectre en longueur d’onde on
obtient l’équation (2) :
dφ
dλ
=
dφ
dE
× |
dE
dλ
| →
dφ
dλ
= k × I × Z ×
(h × C)2
λ3
× (
λ
λ0
− 1) … (2)
dφ
dλ
: représente le spectre en longueur d’onde du RX.
λ : La longueur correspondante au rayon X émis.
λ0: La valeur de la longueur d’onde minimale du
spectre, elle dépend de la valeur maximale de l’énergie
du RX émis.
La courbe représentative du spectre en longueur
d’onde du RX émis présente deux points particuliers.
 Un maximum pour une valeur de longueur d’onde λ =
3
2
λ0.
 Un point d’inflexion, un changement de concavité, pour une valeur de longueur
d’onde λ = 2. λ0.
λλ0
dφ
dλ
3
2
λ0
2. λ0
Page 6/11
Remarque : On déduit du spectre continu en longueur d’onde que pratiquement tous les rayons X
émis ont des longueurs d’ondes comprises entre (λ0) et (2. λ0).
3.4.2 Le Spectre Discontinu En Énergie Du RX.
3.4.2.1 Rappels
3.4.2.1.1 Atome Et Orbitale Atomique.
D'après la théorie de Bohr, l'atome est formé d'un noyau entouré par des électrons. Ils sont attirés
par sa charge positive et s'organisent dans des espaces atomiques d'énergie quantifiée. Et d'après la
théorie De Broglie, toutes particules en mouvement possèdent des propriétés ondulatoire et
particulaire. Il est donc impossible de déterminer la position exacte d'une particule, mais plutôt la
probabilité de la trouver dans une portion de l'espace.
Des fonctions d'onde (Schrödinger) qui dépendent des paramètres physiques de l’électron (son
énergie, sa rotation orbitale, sa rotation propre..) donnent la portion de l'espace où on a 98 % de
chances de trouver cet électron.
En résolvant l'équation de Schrödinger, on détermine la forme, la position et la taille de
l’orbital atomique (l’espace) contenant cet électron.
3.4.2.1.2 Nombres Quantiques.
L'orbitale atomique peut alors être décrite selon des nombres quantiques suivant :
 Le nombre principal (𝒏) caractérise le grand axe de l'ellipse ou « couche », il quantifie
l'énergie totale de l'électron dans son orbite. Les valeurs de n sont toujours positives et codifiées
par des lettres majuscules (𝒏 > 𝟎):
Si n = 1, on définit la couche K ; n = 2, la couche L ; n = 3, la couche M ; n = 4, la couche N ;
n = 5 la couche O …
 Le nombre quantique secondaire (𝒍) caractérise le petit axe de l’ellipse ou « sous couche »,
il donne la forme de l’orbitale, et quantifie le moment cinétique orbitale de l'électron. Les valeurs
de (𝑙) sont codifiées par des lettres minuscules (𝟎 ≤ 𝒍 ≤ 𝒏 − 𝟏).
Si 𝑙 = 0, on définit la sous couche 𝑠 ; 𝑙 = 1, la sous couche 𝑝 ; 𝑙 = 2, la sous couche 𝑑 ; 𝑙 = 3, la
sous couche f ; 𝑙 = 4 la sous couche 𝑔 …
 Le nombre quantique magnétique (𝒎) détermine le nombre d’orbitales de chaque sous-
couche ainsi que leurs orientations spatiales. Donc il caractérise l'inclinaison où l’orientation de
l’orbitale (−𝒍 ≤ 𝒎 ≤ +𝒍).
 Le nombre de spin (𝒔) caractérise le moment cinétique propre de l’électron, il donne son sens
de rotation propre. D’une façon simpliste, le spin électronique peut être perçu comme une rotation
de l’électron autour de son axe dans deux sens opposés.

Contenu connexe

Tendances

Cours Sciences des Matériaux 2010 2011
Cours Sciences des Matériaux 2010 2011Cours Sciences des Matériaux 2010 2011
Cours Sciences des Matériaux 2010 2011Ali Khalfallah
 
electrotechnique-exercices-05-1.pdf
electrotechnique-exercices-05-1.pdfelectrotechnique-exercices-05-1.pdf
electrotechnique-exercices-05-1.pdfIMADABOUDRAR1
 
Cours master phys sc chap 2 2015
Cours master phys sc chap 2 2015Cours master phys sc chap 2 2015
Cours master phys sc chap 2 2015omar bllaouhamou
 
Cours master phys sc chap 1 2015
Cours master phys sc chap 1 2015Cours master phys sc chap 1 2015
Cours master phys sc chap 1 2015omar bllaouhamou
 
Chapitre 1234 matériaux
Chapitre 1234 matériauxChapitre 1234 matériaux
Chapitre 1234 matériauxMouna Souissi
 
Contrôle non destructif par Radiographie
Contrôle non destructif par RadiographieContrôle non destructif par Radiographie
Contrôle non destructif par RadiographieRafael Nadal
 
Calculs des champs elctromagncatiques
Calculs des champs elctromagncatiquesCalculs des champs elctromagncatiques
Calculs des champs elctromagncatiquesLiviu Popescu
 
Elaboration des materiaux
Elaboration des materiauxElaboration des materiaux
Elaboration des materiauxRafael Nadal
 
Cours master phys sc chap 3 2015
Cours master phys sc chap 3 2015Cours master phys sc chap 3 2015
Cours master phys sc chap 3 2015omar bllaouhamou
 
Electronique générale ( Cours et Exercices )
Electronique générale ( Cours et Exercices )Electronique générale ( Cours et Exercices )
Electronique générale ( Cours et Exercices )morin moli
 
Diode & Diode Zener : Exercices Corrigés
Diode & Diode Zener : Exercices CorrigésDiode & Diode Zener : Exercices Corrigés
Diode & Diode Zener : Exercices CorrigésRAMZI EL IDRISSI
 
Exercices corriges-sur-le-moteur-asynchrone (1)
Exercices corriges-sur-le-moteur-asynchrone (1)Exercices corriges-sur-le-moteur-asynchrone (1)
Exercices corriges-sur-le-moteur-asynchrone (1)morin moli
 
Ener1 - CM3 - Puissance électrique
Ener1  - CM3 - Puissance électriqueEner1  - CM3 - Puissance électrique
Ener1 - CM3 - Puissance électriquePierre Maréchal
 
Exercice corrigé : ETUDE D'UNE INSTALLATION SOLAIRE
Exercice corrigé : ETUDE D'UNE INSTALLATION SOLAIRE Exercice corrigé : ETUDE D'UNE INSTALLATION SOLAIRE
Exercice corrigé : ETUDE D'UNE INSTALLATION SOLAIRE RAMZI EL IDRISSI
 
Fstm deust mip-e141_cee_chap_vi_les diodes
Fstm deust mip-e141_cee_chap_vi_les diodesFstm deust mip-e141_cee_chap_vi_les diodes
Fstm deust mip-e141_cee_chap_vi_les diodesabdennaceur_baghdad
 
TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...
TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...
TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...Mohammed TAMALI
 
Introduction (1).ppt
Introduction (1).pptIntroduction (1).ppt
Introduction (1).pptKaHina28
 

Tendances (20)

Cours Sciences des Matériaux 2010 2011
Cours Sciences des Matériaux 2010 2011Cours Sciences des Matériaux 2010 2011
Cours Sciences des Matériaux 2010 2011
 
electrotechnique-exercices-05-1.pdf
electrotechnique-exercices-05-1.pdfelectrotechnique-exercices-05-1.pdf
electrotechnique-exercices-05-1.pdf
 
La Radioactivité 2008 AmpèRe Bis
La Radioactivité 2008 AmpèRe BisLa Radioactivité 2008 AmpèRe Bis
La Radioactivité 2008 AmpèRe Bis
 
Cours master phys sc chap 2 2015
Cours master phys sc chap 2 2015Cours master phys sc chap 2 2015
Cours master phys sc chap 2 2015
 
Cours master phys sc chap 1 2015
Cours master phys sc chap 1 2015Cours master phys sc chap 1 2015
Cours master phys sc chap 1 2015
 
Chapitre 1234 matériaux
Chapitre 1234 matériauxChapitre 1234 matériaux
Chapitre 1234 matériaux
 
Contrôle non destructif par Radiographie
Contrôle non destructif par RadiographieContrôle non destructif par Radiographie
Contrôle non destructif par Radiographie
 
Calculs des champs elctromagncatiques
Calculs des champs elctromagncatiquesCalculs des champs elctromagncatiques
Calculs des champs elctromagncatiques
 
Elaboration des materiaux
Elaboration des materiauxElaboration des materiaux
Elaboration des materiaux
 
Cours master phys sc chap 3 2015
Cours master phys sc chap 3 2015Cours master phys sc chap 3 2015
Cours master phys sc chap 3 2015
 
Electronique générale ( Cours et Exercices )
Electronique générale ( Cours et Exercices )Electronique générale ( Cours et Exercices )
Electronique générale ( Cours et Exercices )
 
Diode & Diode Zener : Exercices Corrigés
Diode & Diode Zener : Exercices CorrigésDiode & Diode Zener : Exercices Corrigés
Diode & Diode Zener : Exercices Corrigés
 
Exercices corriges-sur-le-moteur-asynchrone (1)
Exercices corriges-sur-le-moteur-asynchrone (1)Exercices corriges-sur-le-moteur-asynchrone (1)
Exercices corriges-sur-le-moteur-asynchrone (1)
 
Laser physics lect1 (1)
Laser physics lect1 (1)Laser physics lect1 (1)
Laser physics lect1 (1)
 
Radiophysique
RadiophysiqueRadiophysique
Radiophysique
 
Ener1 - CM3 - Puissance électrique
Ener1  - CM3 - Puissance électriqueEner1  - CM3 - Puissance électrique
Ener1 - CM3 - Puissance électrique
 
Exercice corrigé : ETUDE D'UNE INSTALLATION SOLAIRE
Exercice corrigé : ETUDE D'UNE INSTALLATION SOLAIRE Exercice corrigé : ETUDE D'UNE INSTALLATION SOLAIRE
Exercice corrigé : ETUDE D'UNE INSTALLATION SOLAIRE
 
Fstm deust mip-e141_cee_chap_vi_les diodes
Fstm deust mip-e141_cee_chap_vi_les diodesFstm deust mip-e141_cee_chap_vi_les diodes
Fstm deust mip-e141_cee_chap_vi_les diodes
 
TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...
TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...
TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...
 
Introduction (1).ppt
Introduction (1).pptIntroduction (1).ppt
Introduction (1).ppt
 

Similaire à cours de rayonnement x

Cours Phy Nu Chap IV.pdf
Cours Phy Nu Chap IV.pdfCours Phy Nu Chap IV.pdf
Cours Phy Nu Chap IV.pdfFaouziEssaissi1
 
Exposition aux champs électromagnétiques : Evaluer les risques sans mesure
Exposition aux champs électromagnétiques : Evaluer les risques sans mesureExposition aux champs électromagnétiques : Evaluer les risques sans mesure
Exposition aux champs électromagnétiques : Evaluer les risques sans mesureINRSfrance
 
Le phénomène d’ionisation Dr. Karam Ouharou
Le phénomène d’ionisation Dr. Karam OuharouLe phénomène d’ionisation Dr. Karam Ouharou
Le phénomène d’ionisation Dr. Karam OuharouTaakdomAcademy
 
Tpe Radioactivite
Tpe RadioactiviteTpe Radioactivite
Tpe Radioactiviteamdnihafez
 
Tstid2 d chap 3-cours-la radioactivite
Tstid2 d chap 3-cours-la radioactiviteTstid2 d chap 3-cours-la radioactivite
Tstid2 d chap 3-cours-la radioactiviteChalvesche
 
Bases+physiques+Pr+L.+EL+ARROUM+%28RMN+1%29.pdf
Bases+physiques+Pr+L.+EL+ARROUM+%28RMN+1%29.pdfBases+physiques+Pr+L.+EL+ARROUM+%28RMN+1%29.pdf
Bases+physiques+Pr+L.+EL+ARROUM+%28RMN+1%29.pdfKhawlaMouiguina
 
Physique chapitre6-spectres-seance exercices-prof
Physique chapitre6-spectres-seance exercices-profPhysique chapitre6-spectres-seance exercices-prof
Physique chapitre6-spectres-seance exercices-profGuillaumeROBIN14
 
L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012
L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012
L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012Latie Moun
 
Spectre électromagnétique
Spectre électromagnétiqueSpectre électromagnétique
Spectre électromagnétiqueDavid Malinvaud
 
Chapitre 1 electrotech mli
Chapitre 1 electrotech mliChapitre 1 electrotech mli
Chapitre 1 electrotech mliOUAJJI Hassan
 
Chap I- Principes Generaux S5_Chap V- Masse spect S5.pdf
Chap I- Principes Generaux S5_Chap V- Masse spect S5.pdfChap I- Principes Generaux S5_Chap V- Masse spect S5.pdf
Chap I- Principes Generaux S5_Chap V- Masse spect S5.pdfmouhssinesallami
 
Cours de Mécanique Quantiquehekthnhr.ppt
Cours de Mécanique Quantiquehekthnhr.pptCours de Mécanique Quantiquehekthnhr.ppt
Cours de Mécanique Quantiquehekthnhr.pptDaoudiMohamed5
 
Cours_mécanique_quantique_ENIT_TUNISIE.pptx
Cours_mécanique_quantique_ENIT_TUNISIE.pptxCours_mécanique_quantique_ENIT_TUNISIE.pptx
Cours_mécanique_quantique_ENIT_TUNISIE.pptxNadaNsiri2
 
Cours haute tension claquage des gaz + vide
Cours haute tension claquage des gaz + videCours haute tension claquage des gaz + vide
Cours haute tension claquage des gaz + videAmine Slama
 
spectroscopie Uv-visible_ chapitre 1.ppt
spectroscopie Uv-visible_ chapitre 1.pptspectroscopie Uv-visible_ chapitre 1.ppt
spectroscopie Uv-visible_ chapitre 1.pptdrarafik
 

Similaire à cours de rayonnement x (20)

Cours Phy Nu Chap IV.pdf
Cours Phy Nu Chap IV.pdfCours Phy Nu Chap IV.pdf
Cours Phy Nu Chap IV.pdf
 
Albert einstein
Albert einsteinAlbert einstein
Albert einstein
 
X ray
X rayX ray
X ray
 
Exposition aux champs électromagnétiques : Evaluer les risques sans mesure
Exposition aux champs électromagnétiques : Evaluer les risques sans mesureExposition aux champs électromagnétiques : Evaluer les risques sans mesure
Exposition aux champs électromagnétiques : Evaluer les risques sans mesure
 
Le phénomène d’ionisation Dr. Karam Ouharou
Le phénomène d’ionisation Dr. Karam OuharouLe phénomène d’ionisation Dr. Karam Ouharou
Le phénomène d’ionisation Dr. Karam Ouharou
 
Cours diodes
Cours diodesCours diodes
Cours diodes
 
Tpe Radioactivite
Tpe RadioactiviteTpe Radioactivite
Tpe Radioactivite
 
Tstid2 d chap 3-cours-la radioactivite
Tstid2 d chap 3-cours-la radioactiviteTstid2 d chap 3-cours-la radioactivite
Tstid2 d chap 3-cours-la radioactivite
 
Bases+physiques+Pr+L.+EL+ARROUM+%28RMN+1%29.pdf
Bases+physiques+Pr+L.+EL+ARROUM+%28RMN+1%29.pdfBases+physiques+Pr+L.+EL+ARROUM+%28RMN+1%29.pdf
Bases+physiques+Pr+L.+EL+ARROUM+%28RMN+1%29.pdf
 
Physique chapitre6-spectres-seance exercices-prof
Physique chapitre6-spectres-seance exercices-profPhysique chapitre6-spectres-seance exercices-prof
Physique chapitre6-spectres-seance exercices-prof
 
L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012
L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012
L’ image radiologique part 2 cours du 11 09-2012
 
Spectre électromagnétique
Spectre électromagnétiqueSpectre électromagnétique
Spectre électromagnétique
 
Electricité II
Electricité IIElectricité II
Electricité II
 
Chapitre 1 electrotech mli
Chapitre 1 electrotech mliChapitre 1 electrotech mli
Chapitre 1 electrotech mli
 
Chap I- Principes Generaux S5_Chap V- Masse spect S5.pdf
Chap I- Principes Generaux S5_Chap V- Masse spect S5.pdfChap I- Principes Generaux S5_Chap V- Masse spect S5.pdf
Chap I- Principes Generaux S5_Chap V- Masse spect S5.pdf
 
Cours de Mécanique Quantiquehekthnhr.ppt
Cours de Mécanique Quantiquehekthnhr.pptCours de Mécanique Quantiquehekthnhr.ppt
Cours de Mécanique Quantiquehekthnhr.ppt
 
Cours_mécanique_quantique_ENIT_TUNISIE.pptx
Cours_mécanique_quantique_ENIT_TUNISIE.pptxCours_mécanique_quantique_ENIT_TUNISIE.pptx
Cours_mécanique_quantique_ENIT_TUNISIE.pptx
 
Presentation1.pptx
Presentation1.pptxPresentation1.pptx
Presentation1.pptx
 
Cours haute tension claquage des gaz + vide
Cours haute tension claquage des gaz + videCours haute tension claquage des gaz + vide
Cours haute tension claquage des gaz + vide
 
spectroscopie Uv-visible_ chapitre 1.ppt
spectroscopie Uv-visible_ chapitre 1.pptspectroscopie Uv-visible_ chapitre 1.ppt
spectroscopie Uv-visible_ chapitre 1.ppt
 

Plus de ssuser402aa2

3. croissance des tissus mous
3. croissance des tissus mous3. croissance des tissus mous
3. croissance des tissus mousssuser402aa2
 
5. formation de la jonction gingivo dentaire
5. formation de la jonction  gingivo dentaire 5. formation de la jonction  gingivo dentaire
5. formation de la jonction gingivo dentaire ssuser402aa2
 
4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF 4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF ssuser402aa2
 
Histogenese email 2020 2021
Histogenese email 2020 2021Histogenese email 2020 2021
Histogenese email 2020 2021ssuser402aa2
 
Cours développement de l'organe dentaire
Cours développement de l'organe dentaireCours développement de l'organe dentaire
Cours développement de l'organe dentairessuser402aa2
 
Indices biologiques
Indices biologiquesIndices biologiques
Indices biologiquesssuser402aa2
 
Semio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnelsSemio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnelsssuser402aa2
 
Les organes-de-sens
Les organes-de-sensLes organes-de-sens
Les organes-de-sensssuser402aa2
 
L'appareil digestif(2) dr retia 1
L'appareil digestif(2) dr retia 1L'appareil digestif(2) dr retia 1
L'appareil digestif(2) dr retia 1ssuser402aa2
 
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -ssuser402aa2
 
Solutions des exercices de thermochimie med
Solutions des exercices de thermochimie medSolutions des exercices de thermochimie med
Solutions des exercices de thermochimie medssuser402aa2
 
Amino acids cours acides aminés
Amino acids cours acides aminés Amino acids cours acides aminés
Amino acids cours acides aminés ssuser402aa2
 
intégration tissulaire 2020 final
intégration tissulaire  2020  finalintégration tissulaire  2020  final
intégration tissulaire 2020 finalssuser402aa2
 
Fosse nasale-et-larynx
Fosse nasale-et-larynxFosse nasale-et-larynx
Fosse nasale-et-larynxssuser402aa2
 

Plus de ssuser402aa2 (15)

3. croissance des tissus mous
3. croissance des tissus mous3. croissance des tissus mous
3. croissance des tissus mous
 
5. formation de la jonction gingivo dentaire
5. formation de la jonction  gingivo dentaire 5. formation de la jonction  gingivo dentaire
5. formation de la jonction gingivo dentaire
 
4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF 4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF
 
Histogenese email 2020 2021
Histogenese email 2020 2021Histogenese email 2020 2021
Histogenese email 2020 2021
 
Cours développement de l'organe dentaire
Cours développement de l'organe dentaireCours développement de l'organe dentaire
Cours développement de l'organe dentaire
 
1 la gencive
1  la gencive1  la gencive
1 la gencive
 
Indices biologiques
Indices biologiquesIndices biologiques
Indices biologiques
 
Semio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnelsSemio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnels
 
Les organes-de-sens
Les organes-de-sensLes organes-de-sens
Les organes-de-sens
 
L'appareil digestif(2) dr retia 1
L'appareil digestif(2) dr retia 1L'appareil digestif(2) dr retia 1
L'appareil digestif(2) dr retia 1
 
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
I heredite monofactorielle-i--2018-2019- - - - -
 
Solutions des exercices de thermochimie med
Solutions des exercices de thermochimie medSolutions des exercices de thermochimie med
Solutions des exercices de thermochimie med
 
Amino acids cours acides aminés
Amino acids cours acides aminés Amino acids cours acides aminés
Amino acids cours acides aminés
 
intégration tissulaire 2020 final
intégration tissulaire  2020  finalintégration tissulaire  2020  final
intégration tissulaire 2020 final
 
Fosse nasale-et-larynx
Fosse nasale-et-larynxFosse nasale-et-larynx
Fosse nasale-et-larynx
 

cours de rayonnement x

  • 1. Page 1/11 3. RAYONNEMENT X. 3.1 Introduction : Les rayons X sont une forme de rayonnement électromagnétique à haute fréquence constitué de photons dont la longueur d'onde est très courte comprise entre 0,1 Angström et 100 Angström. L'énergie de ces photons va de quelques (eV) (électronvolt), à plusieurs dizaines de million d’électronvolts (MeV). C'est un rayonnement ionisant utilisé dans de nombreuses applications dont l'imagerie médicale (radiographie conventionnelle), car son pouvoir de pénétration dans la matière est très important. Les rayons X ont été découverts en 1895 par le physicien allemand Wilhelm Röntgen, il lui donna le nom habituel de l'inconnue en mathématiques, (X). Les rayons X et les rayons gamma sont de même nature, mais sont produits différemment. Les rayons X sont produits par des transitions électroniques alors que les rayons gamma sont produits lors de la désintégration radioactive des noyaux instables. 3.2 Description Du Tube De Coolidge. Dans un tube à rayons X, l'émission de ces rayonnements est obtenue en bombardant une cible de masse non négligeable par un faisceau d'électrons accélérés dans le vide. Ces électrons, sont obtenus en chauffant un filament (effet thermique), ou ils sont accélérés par une forte différence de potentiel. Les tubes à rayons X fonctionnent de la manière suivante. Dans une enceinte de verre où règne un vide poussé, des électrons libérés par la borne négative par un effet thermoélectrique sont accélérés vers la masse de la cible par une grande différence de potentiel (généralement de 10 à 150 KV). - + -• é U (KeV) m
  • 2. Page 2/11 L’interaction des électrons rapides avec la matière de la cible se traduit par leurs ralentissements à l’intérieur de celle–ci, et l’énergie cinétique perdue par les électrons incidents se manifeste sous forme de chaleur mais aussi sous forme d’un rayonnement électromagnétique RX. Une fraction importante de cette énergie libérée par l’électron (99 %) est convertie en chaleur, ce qui fait augmenter l’énergie interne de la substance (élévation de température). Le reste (1%) est rayonné hors de la substance sous forme de photons X. 3.3 Mécanisme D’interaction : Au niveau de la cible, les électrons incidents de très grande vitesse entrent en collision avec les atomes du métal du qui la constitue. Des rayons X sont alors produits par deux mécanismes distincts.  D’une part, le ralentissement des électrons dans la matière produit un rayonnement de freinage comportant des rayons RX.  D’autre part, les électrons, se déplaçant à une vitesse très élevée, ont une énergie cinétique suffisante pour perturber les couches électroniques internes des atomes de la cible. Ces atomes, dans un état excités, vont alors émettre des rayons RX en retournant à leur état fondamental. 3.3.1 Mécanisme D’interaction Avec Le Noyau Cible : Quand l'électron passe à proximité du noyau d’un des atomes de la matière cible, la force d’attraction électrostatique existante entre l’électron de charge négative et celle du noyau de charge positive dévie l’électron incident, sa trajectoire est ainsi modifiée. Le ralentissement de cet électron est suivi par une diminution de son énergie cinétique qui se transforme en un rayonnement émis appelé rayonnement de freinage ou « Bremsstrahlung ». Cet échange d'énergie dépend de la distance à laquelle l'électron incident passe du noyau. Sur toute la trajectoire de l’électron, et selon la distance qui le sépare du noyau, les photons de freinage émis peuvent prendre toutes les valeurs énergétiques comprises entre une valeur nulle et une valeur maximale.  Lorsque la distance qui le sépare du noyau est très grande il n’y’aura pas d’émission X. L’énergie émise est nulle.  Et la valeur maximale de l'énergie des RX émise est obtenue lorsque ces électrons incidents interagissent directement avec le noyau lors d’un choc frontal. Les photons de faible énergie sont beaucoup plus nombreux que les très énergétiques car la probabilité pour un électron incident de passer à distance du noyau est très grande. Noyau cible (+) é RX
  • 3. Page 3/11 Donc, sous l’effet de force de coulomb, l’électron incident est dévié puis ralenti, la variation de son énergie cinétique, sera retrouvée sous forme de travaux des forces extérieurs.  Ec = − ∑ Wext.  Ec = Ecfina − Ecini : est la variation de l’énergie cinétique de l’électron passant à proximité du noyau. Sachant que l’électron est libéré avec un effet thermoélectrique, sa vitesse initiale peut être négligée, donc son énergie cinétique initiale est nulle. ( Ecini = 0). Ecfina : Est l’énergie cinétique finale de l’électron incident lorsqu’il arrive au niveau de la matière de la cathode, donc :  Ec = Ecfina ∑ Wext : Le seul travail extérieur est celui de la force électrique, car la force de gravitation est négligeable. Ce qui donne aussi : ∑ W𝑒𝑥𝑡 = −qélectron × U → ∑ Wext = e × U. L’équation de la transformation de cette énergie cinétique en une énergie rayonnée sous forme de rayon X sera donnée par : Ecfina = e × U Le photon X le plus énergétique emporte toute l'énergie cinétique de l'électron incident. Dans ce cas elle est notée (E0) sa valeur est maximale, émise lors du choc frontal. ERX 𝑚𝑎𝑥 = E0 = Ecfina = e × U 3.3.2 Mécanisme D'interaction De L’électron Incident Avec Les Électrons De L'atome Cible L'électron incident très accéléré entre en "collision" avec l'un des électrons du cortège électronique de la matière cible et lui transfère de l'énergie. L'électron incident d’énergie cinétique∶ Ecfina = e × U, Et l'électron cible lié à son atome possède une énergie de liaison ∶ W𝑙𝑖𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛 é𝑙𝑒𝑐𝑡 𝑐𝑖𝑏𝑙𝑒 . Deux situations peuvent avoir lieu :  Soit l’énergie cinétique de l’électron incident soit inférieure à celle de l’électron cible, dans ce cas l’électron cible n’est pas arraché ∶ Ecfina = e × U < W𝑙𝑖𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛 é𝑙𝑒𝑐𝑡 𝑐𝑖𝑏𝑙𝑒 .  Ou bien que l’énergie cinétique de l’électron incident soit supérieure à celle de l’électron cible, dans ce cas l’électron cible est arraché ∶ Ecfina = e × U > W𝑙𝑖𝑎𝑖𝑠𝑜𝑛 é𝑙𝑒𝑐𝑡 𝑐𝑖𝑏𝑙𝑒 . N o ● ● ● ● Électrons cibles ● ● ●● ●● ●● ● ● ● ●● ●● ● ● ● ● ●● ● ●● ● ●● Électron arraché RX émis. ● Électron incident
  • 4. Page 4/11 Dans ce deuxième cas l'électron incident change de vitesse et de trajectoire et l'électron percuté est éjecté arraché de son atome, l'atome résiduel est dans un état excité, un réarrangement des électrons périphériques est suivi par une libération d'énergie sous forme de rayon X. Le transfert d'énergie à l'électron cible est maximum dans le cas du choc frontal, mais cette possibilité est rare. Selon l'importance de l'énergie transférée et selon l'énergie de liaison de l'électron cible, il en résulte une ionisation ou une excitation, c’est-à-dire une instabilité de l’atome résiduel. Le retour à un état plus stable de l’atome excité, se produit par des transitions électroniques vers les couches les plus internes. Chaque transition est suivie d’une libération d’énergie sous forme de rayon X. 3.4 Spectre Des Rayons X. On appelle spectre, la courbe donnant la variation de la puissance du rayonnement X émis en fonction de son énergie. Le spectre d'émission de rayons X consiste en la superposition d'un spectre dû à l’interaction continu de l’électron incident avec le noyau de l’atome cible et d'un spectre discontinu dû à l’interaction de l’électron incident avec les électrons de l’atome cible, ce dernier est dit discret ou de raies. 3.4.1 Le Spectre Continu. 3.4.1.1 Spectre Continu En Énergie Du Rayonnement De Freinage Dans le premiers processus d’interaction, l'électron incident peut perdre toute son énergie cinétique (Ecin) en une seule fois lors d’une interaction frontale, ce qui donne une limite supérieure à la fréquence du photon émis. Celle-ci dépend uniquement de la tension d'accélération et de la nature du métal de la matière cible. Comme il peut la libérée par «paquet » d’énergie lors de son ralentissement. Le freinage dépend évidemment de la distance à laquelle l'électron se rapproche du noyau. Les photons émis peuvent avoir toutes les énergies comprises entre l’énergie nulle et la limite supérieure. Le spectre en énergie est donc continu, son expression théorique est donnée par l’équation (1) et son allure par la figure suivante. dφ dE = k × I × Z × (E0 − E) . . (1) dφ dE : représente la variation de la puissance émise par le tube de Coolidge en fonction de l’énergie du RX. k : est une constante positive, elle dépend de la nature du métal de la cible. I : Intensité du courant électrique utilisé. WN WM WL WK WO R E E0 dφ dE Zone d’auto absorption.
  • 5. Page 5/11 Z : Numéro atomique du métal de la cible. E : est l'énergie des photons X émis. E0 = ERX 𝑚𝑎𝑥 : Valeur maximale de l'énergie du RX émis lors d'une interaction frontale. ERX 𝑚𝑎𝑥 = E0 = Ecfin = e × U Remarque : Les rayons X émis de faible énergie sont absorbés par la masse de la cible. La zone d’auto absorption représente ces rayons X absorbés. 3.4.1.2 Spectre Continu En Longueur D’onde. Sachant que l'énergie du RX dépend de sa longueur d'onde, on déduit du spectre continu en énergie, le spectre continu en longueur d'onde par: dφ dλ = dφ dE × | dE dλ | dE dλ = −h×C λ2 : représente la variation de la puissance émise en fonction de la longueur d’onde. dφ dE = k × I × Z × (E0 − E): Le spectre en énergie. dE dλ : Est la variation de l’énergie en fonction de la longueur d’onde. E = h×C 𝜆 → λ = h×C E ; et E0 = h×C 𝜆0 → λ0 = h×C E0 : correspondent respectivement à l’expression de l’énergie en fonction de la longueur d’onde (λ) et E0 : l’énergie maximale émise en fonction de la longueur d’onde (λ0) limite du RX. En remplaçant ces différentes expressions dans l’équation du spectre en longueur d’onde on obtient l’équation (2) : dφ dλ = dφ dE × | dE dλ | → dφ dλ = k × I × Z × (h × C)2 λ3 × ( λ λ0 − 1) … (2) dφ dλ : représente le spectre en longueur d’onde du RX. λ : La longueur correspondante au rayon X émis. λ0: La valeur de la longueur d’onde minimale du spectre, elle dépend de la valeur maximale de l’énergie du RX émis. La courbe représentative du spectre en longueur d’onde du RX émis présente deux points particuliers.  Un maximum pour une valeur de longueur d’onde λ = 3 2 λ0.  Un point d’inflexion, un changement de concavité, pour une valeur de longueur d’onde λ = 2. λ0. λλ0 dφ dλ 3 2 λ0 2. λ0
  • 6. Page 6/11 Remarque : On déduit du spectre continu en longueur d’onde que pratiquement tous les rayons X émis ont des longueurs d’ondes comprises entre (λ0) et (2. λ0). 3.4.2 Le Spectre Discontinu En Énergie Du RX. 3.4.2.1 Rappels 3.4.2.1.1 Atome Et Orbitale Atomique. D'après la théorie de Bohr, l'atome est formé d'un noyau entouré par des électrons. Ils sont attirés par sa charge positive et s'organisent dans des espaces atomiques d'énergie quantifiée. Et d'après la théorie De Broglie, toutes particules en mouvement possèdent des propriétés ondulatoire et particulaire. Il est donc impossible de déterminer la position exacte d'une particule, mais plutôt la probabilité de la trouver dans une portion de l'espace. Des fonctions d'onde (Schrödinger) qui dépendent des paramètres physiques de l’électron (son énergie, sa rotation orbitale, sa rotation propre..) donnent la portion de l'espace où on a 98 % de chances de trouver cet électron. En résolvant l'équation de Schrödinger, on détermine la forme, la position et la taille de l’orbital atomique (l’espace) contenant cet électron. 3.4.2.1.2 Nombres Quantiques. L'orbitale atomique peut alors être décrite selon des nombres quantiques suivant :  Le nombre principal (𝒏) caractérise le grand axe de l'ellipse ou « couche », il quantifie l'énergie totale de l'électron dans son orbite. Les valeurs de n sont toujours positives et codifiées par des lettres majuscules (𝒏 > 𝟎): Si n = 1, on définit la couche K ; n = 2, la couche L ; n = 3, la couche M ; n = 4, la couche N ; n = 5 la couche O …  Le nombre quantique secondaire (𝒍) caractérise le petit axe de l’ellipse ou « sous couche », il donne la forme de l’orbitale, et quantifie le moment cinétique orbitale de l'électron. Les valeurs de (𝑙) sont codifiées par des lettres minuscules (𝟎 ≤ 𝒍 ≤ 𝒏 − 𝟏). Si 𝑙 = 0, on définit la sous couche 𝑠 ; 𝑙 = 1, la sous couche 𝑝 ; 𝑙 = 2, la sous couche 𝑑 ; 𝑙 = 3, la sous couche f ; 𝑙 = 4 la sous couche 𝑔 …  Le nombre quantique magnétique (𝒎) détermine le nombre d’orbitales de chaque sous- couche ainsi que leurs orientations spatiales. Donc il caractérise l'inclinaison où l’orientation de l’orbitale (−𝒍 ≤ 𝒎 ≤ +𝒍).  Le nombre de spin (𝒔) caractérise le moment cinétique propre de l’électron, il donne son sens de rotation propre. D’une façon simpliste, le spin électronique peut être perçu comme une rotation de l’électron autour de son axe dans deux sens opposés.
  • 7. Page 7/11  Le nombre quantique (𝒋). En physique quantique on fait intervenir un autre nombre quantique noté (𝒋), il permet de paramétrer le moment cinétique total de l’électron lors de son mouvement. C’est à dire la combinaison de son moment cinétique orbital (𝑙), sa rotation autour du noyau atomique, et son moment cinétique propre (𝑠) sa rotation propre autour de son axe. 3.4.2.1.3 Tableau Récapitulatif De la Répartition Électronique. Les électrons sont répartis par ordre d'énergie croissante en couches K, L, M, .., correspondant au nombre quantique principal. Chaque couche comprend différentes sous-couches d'énergies voisines correspondant aux autres nombres quantiques. Les niveaux énergétiques des couches et des sous-couches caractérisent chaque élément. Couches (𝑛) 𝑙 S.couche électronique 𝑚 Nombre de cases quantiques Nombre d’électrons. S. couche couche K 𝑛 = 1 𝑙 = 0 1.s 𝑚𝑙 = 0 2 2 L 𝑛 = 2 𝑙 = 0 2.s 𝑚𝑙 = 0 2 8 𝑙 = 1 2.p { 𝑚𝑙 = −1 𝑚𝑙 = 0 𝑚𝑙 = +1 6 M 𝑛 = 3 𝑙 = 0 3.s 𝑚𝑙 = 0 2 18 𝑙 = 1 3.p { 𝑚𝑙 = −1 𝑚𝑙 = 0 𝑚𝑙 = +1 6 𝑙 = 2 3.d { 𝑚𝑙 = −2 𝑚𝑙 = −1 𝑚𝑙 = 0 𝑚𝑙 = +1 𝑚𝑙 = +2 10 3.4.2.2 Interaction Entre Électron Incident Avec Un Électron De L’atome Cible. Dans ce deuxième mode d’interaction les électrons incidents percutent les électrons cible en changeant de vitesse et de trajectoire. Les électrons cibles seront arrachés et éjectés après cette interaction, et l’atome cible présente un déficit d’électrons sur une ou plusieurs couches électroniques. Il devient alors un ion, il est dans un état instable, on dit que l'atome résiduel est dans un état excité. Pour retrouver une meilleure stabilité, le trou laissé sur l'orbitale va être comblé par un des électrons provenant d'une couche électronique extérieure. De telles transitions sont accompagnées par une émission d'énergie, sous forme d'un rayonnement X secondaire.
  • 8. Page 8/11 3.4.2.2.1 Règles De Sélection. Lors d'une transition électronique, la conservation du moment cinétique impose certaines règles (conditions) sur les nombres quantiques. Les règles de transitions sont:  𝐧 = (𝒏 𝒅é𝒑𝒂𝒓𝒕 − 𝒏 𝒂𝒓𝒓𝒊𝒗é𝒆) > 𝟎, un électron ne peut transiter dans une même couche principale.  Exemple : dans le cas de la couche (L) la transition de l’orbitale 𝑠 → 𝑝, où 𝑝 → 𝑠 n’est pas permise, car 𝑛 𝑑é𝑝𝑎𝑟𝑡 = 2 et 𝑛 𝑎𝑟𝑟𝑖𝑣é𝑒 = 2.  𝐋 = (𝒍 𝒅é𝒑𝒂𝒓𝒕 − 𝒍 𝒂𝒓𝒓𝒊𝒗é𝒆) =  𝟏, un électron ne peut transiter d'une orbitale vers une autre orbitale de même nature, même si l’électron change de couche principale.  Exemple : la transition de l’orbitale (𝑠) de la couche (L) → (𝑠) de la couche (K) n’est pas permise.  𝐣 = (𝐣 𝐝é𝐩𝐚𝐫𝐭 − 𝐣 𝐚𝐫𝐫𝐢𝐯é𝐞 ) = 𝟎 𝐨𝐮  𝟏. 3.4.2.2.2 Exemple De Transitions Permises. Le tableau suivant permet de donner un exemple des différentes transitions permises. 𝑛 𝑙 𝑗 3 2 5 2 2 3 2 1 3 2 1 1 2 0 1 2 2 1 3 2 1 1 2 0 1 2 1 0 1 2 ⏟ Kα L1 (2 s2) K (1 s2) M1 (3 𝑠2) M5 ⬚ ⬚ M4 (3𝑑10). M3 ⬚ ⬚ M2 (3𝑝6) L3 ⬚ L2 (2 𝑝6) ⬚⏟ K 𝛽 ⬚⏟ L1𝛼 ⬚⏟ L2𝛼 ⬚⏟ L3𝛼
  • 9. Page 9/11 3.4.2.3 Spectre Discontinu En Énergie Et En longueur D’onde. Chaque transition électronique s'accompagne d'une émission de photon d’énergie (𝐄). La valeur de cette énergie rayonnée (émise par l’atome) est égale à la différence des énergies de liaisons des niveaux électroniques. c.à.d. ERX = WArrivée − WDépart . Ce spectre en énergie est représenté par un ensemble de trais appelés raies caractéristiques. Ce spectre est discontinu. Avec W𝑎𝑟𝑟𝑖𝑣é𝑒 ∶ est l’énergie de liaison de l’électron dans sa case quantique d’arrivée. Et W 𝐷é𝑝𝑎𝑟𝑡 ∶ représente l’énergie de liaison de l’électron dans sa case quantique de départ. Par exemple l’énergie rayonnée lors de la transition K1 est égale à : EK1 = WK − WL2 Et l’énergie rayonnée lors de la transition K1 est égale à EKβ2 = WK − WM2 La longueur d’onde du RX émis se déduit de son l’énergie par la relation : 𝜆K1 = h × C EK1 = h × C WK − WL2 3.4.3 Spectre Global Du RX Émis. Le spectre global du RX émis est l'ensemble de tous les photons X rayonnés lors de l’interaction des électrons incidents avec la matière cible. Il est composé d'un spectre continu, interaction des électrons avec le noyau cible. Et d'un spectre discontinu, interaction de l'électron incident avec les électrons de la matière cible. Sur un même graphe, on représente ces deux interactions. Il est dit le spectre global caractérisant la matière cible. dφ dE , dφ dλ 𝐸, 𝜆 λλ0 dφ dλ 3 2 λ0 2. λ0 Spectre de Rais Spectre continu en longueur d’onde E E0 dφ dE Spectre continu en énergie. Spectre de Rais
  • 10. Page 10/11 3.4.4 Électron Auger. Lors de la désexcitation, le photon émis peut percuter un électron de la matière cible. Cette transition électronique produit alors un photon X. Ce photon X libéré par l’atome peut interagir avec un autre électron de l'atome et l’arraché. Ce dernier est appelé un électron Auger. 3.5 Puissance Du RX Et Rendement : L’énergie incidente de l’électron se transforme en chaleur et en énergie rayonnée lors de son interaction avec la cible. 3.5.1 Conservation De L’énergie. Pélec = ray + Pchal Pélec : représente la puissance électrique du tube à rayon X. Pélec = U × I U ∶ La différence de potentiel utilisée dans le tube de Coolidge. I : L’intensité du courant électrique utilisé dans le tube. ray: La puissance rayonnée des RX émis. Elle est déduite du spectre en énergie par : ray = ∫ ( dφ dE ) . dE E0 0 → ray = 1 2 × k × I × Z × E0 2 . Pchal : La chaleur dégagée lors de l’utilisation du tube à RX. Pchal = m×c 𝑝×θ t m ∶ La masse de cathode dans le tube de Coolidge. c 𝑝 : La chaleur spécifique de la matière cible. θ : L’élévation de température au niveau de la cathode. 𝑡 ∶ Temps d’utilisation du tube. L'augmentation de la température de l'anticathode, nécessite soit un fonctionnement intermittent, soit un refroidissement (circulation d'eau). 3.5.2 Le Rendement Du Tube. On définit le rendement du tube à RX par le rapport de la puissance rayonnée sur la puissance électrique utilisée. r = ray Pélec = 1 2 k × I × Z × E0 2 U × I = k × Z × E0 2 2 × U  Le rendement est indépendant de l’intensité électrique utilisée.
  • 11. Page 11/11 Sachant que E0 = e × U, on déduit que le rendement est : r = = k×Z×(e×U)2 2×U → r = k×Z×e2×U 2 .  Le rendement augmente linéairement avec la différence de potentiel.