Étudier les usages du web social

16 492 vues

Publié le

Intervention avec Jean-Claude Domenget dans le cadre du séminaire Méthodes de recherche sur l’Information et la Communication (Mic) le 27/11/2012

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
16 492
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
14 529
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Étudier les usages du web social

  1. 1. Étudier les usages du web social Séminaire Méthodes de recherche sur l’information et la communication (Mic) 27/11/12 Alexandre Coutant et Jean-Claude Domenget ELLIADD, OUN, Université de Franche-Comté alexandre.coutant@univ-fcomte.fr @acoutant jcdomenget@gmail.com @jcdblog Diffusable sous licence Creative Commons – CC BY-SA 3.0 http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/
  2. 2. Contexte du projet• Commanditaire : Groupe La Poste • Mission de la Recherche – DIDES (Direction de l’Innovation et du développement des E-Services)• Objectifs • Tradition de soutien à la recherche à travers des services dédiés… Laissant place à une volonté large de veille sur les opportunités d’innovation• Problématisation • « L’apprentissage à la consommation chez les jeunes de 16 à 24 ans à travers les communautés et réseaux sociaux numériques »
  3. 3. Contexte du projet• Commanditaire : Groupe La Poste • Mission de la Recherche – DIDES (Direction de l’Innovation et du développement des E-Services)• Objectifs • Tradition de soutien à la recherche à travers des services dédiés… Laissant place à une volonté large de veille sur les opportunités d’innovation• Problématisation • « L’apprentissage à la consommation chez les jeunes de 16 à 24 ans à travers les communautés et réseaux sociaux numériques »
  4. 4. Contexte du projet• Commanditaire : Groupe La Poste • Mission de la Recherche – DIDES (Direction de l’Innovation et du développement des E-Services)• Objectifs • Tradition de soutien à la recherche à travers des services dédiés… Laissant place à une volonté large de veille sur les opportunités d’innovation• Problématisation • « L’apprentissage à la consommation chez les jeunes de 16 à 24 ans à travers les communautés et réseaux sociaux numériques »
  5. 5. Contexte du projet• Commanditaire : Groupe La Poste • Mission de la Recherche – DIDES (Direction de l’Innovation et du développement des E-Services)• Objectifs • Tradition de soutien à la recherche à travers des services dédiés… Laissant place à une volonté large de veille sur les opportunités d’innovation• Problématisation • « L’apprentissage à la consommation chez les jeunes de 16 à 24 ans à travers les communautés et réseaux sociaux numériques »
  6. 6. Phases du projet (18 mois)• Déconstruction de la thématique aboutit à trois phases • Définitionnelle : Rsn et médias sociaux • Activités des jeunes sur les réseaux socionumériques • Rapports aux autres, dont aux marques• Première exigence méthodologique : • Nécessité de cumuler approche critique et empirisme • Complémentarité nécessitant de dépasser l’un des clivages établis en sociologie des usages (Chambat, 1994 ; Jouët, 2000, 2012)
  7. 7. Chercheurs impliqués• Deux équipes en Sciences de Gestion et Informatique • 7 chercheurs dont un post-doctorant en SIC • Objectifs : proposer une véritable approche sociotechnique• Deuxième exigence méthodologique : • Interdisciplinarité • Exemple : encouragement à la participation = attente sociale, correspondant à un modèle économique, traduit dans un design des fonctionnalités (landing page = participation des autres) une API ouverte aux applications tierces mais fermée à l’exploitation systématique des données personnelles
  8. 8. Enjeux définitionnels• Comment qualifier le phénomène ? • Médias sociaux, réseau social numérique, site social, Web social, Web 2.0 , réseau de partage, site de réseau social, médias participatifs, web participatif, bookmarking social, réseaux communautaires…
  9. 9. Enjeux définitionnels• Les réseaux sociaux numériques constituent des services web qui permettent aux individus (Boyd, Ellison, 2007) : – (1) de construire un profil public ou semi- public au sein dun système, – (2) de gérer une liste des utilisateurs avec lesquels ils partagent un lien, et – (3) de voir et naviguer sur leur liste de liens et sur ceux établis par les autres au sein du système• Mesure du capital social
  10. 10. Enjeux définitionnels• Problème d’outillage théorique • Convoquer la variété des collectifs en ligne • S’intéresser aux plateformes et aux configurations auxquelles elles donnent naissance • Définition des « réseaux socionumériques » puis proposition d’une cartographie distinguant les médias sociaux• Troisième exigence méthodologique : • Mobilité théorique (Latzko-Toth, Proulx, 2000) • Exemple : distinction avec communautés virtuelles
  11. 11. Enjeux de recueil du matériau• Phénomènes instables : • Plateformes en adaptation permanente • Activités observées en évolution • Usages des jeunes multiplateformes • Utilisation ≠ usage (Lacroix, Moeglin, Tremblay, 1992 ; Miège, 2007)• Quatrième exigence méthodologique : • Replacer l’enquête dans le long terme • Sous diversité des pratiques, stabilité de l’usage adressé • Recueil de matériau longitudinal (observation, association aux comptes, carrières)
  12. 12. Construction d’une approche critique des dispositifs sociotechnique {1}• Quelles dimensions observer – Sociologie des usages / de l’innovation / des réseaux sociaux / emprise du système / dimensions économiques et sociales (Proulx, 2012 ; Akrich, 1987, 2010 ; Mercklé, 2011 ; Georges, 2009 ; Arnaud, Merzeau, 2009) • Rapports techniques et sociétés / place du pouvoir / conséquences méthodologiques des choix théoriques • Ex : stratification sociale du partage d’informations personnelles ; redistribution partielle des positions de pouvoir de la blogosphère à la Twittosphère
  13. 13. Enjeux éthiques et sociétaux• Diffusion d’échanges issus des observations / accessibilité des contenus en ligne • Comment rompre le lien avec l’enquêté ?• Suivi longitudinal des profils • Quel accord a été donné par l’enquêté ?• Discours promotionnels ou anxiogènes omniprésents • Comment tenir un discours alternatif sur le phénomène alors qu’il est encore mouvant ? • http:// media.eduscol.education.fr/file/secondaire/80/1/dossier_med ias_sociaux_Dgesco_novembre_2011_200801.pdf
  14. 14. Construction d’une approche critique des dispositifs sociotechnique {2}• Comment mesurer et rendre compte des enjeux politiques et sociétaux • Démonstration des failles de l’autorégulation des plateformes • Test de l’accès aux données • Test des interventions tolérées dans les espaces ouverts • Autorité du discours scientifique sur des phénomènes non stabilisés • Demande des acteurs « impactés » par médias sociaux et discours les accompagnant • Entreprises • Éducateurs et parents • Utilisateurs
  15. 15. Usages professionnels de Twitter• Ensemble de problématiques, positionnement épistémologique et enjeux méthodologiques• Nécessaire prise de recul / positionnement stratégique et discours promotionnels – Web temps réel ?“ La question de larticulation temporelle des niveaux (points de vue, types dactions) et des rapports sociaux entre les acteurs (phénomènes quon veut analyser) reste posée : cest le problème majeur des sciences sociales ” (Dubar et Rolle, 2008) – Micro-blogging ? Granularité des contenus (140 caractères – x) comme éléments de larchitecture technique de la plateforme
  16. 16. Exemple de problématique• Nouveaux régimes de temporalités – Marqués par la concision, la rapidité, la vitesse, laccélération des échanges (Rosa, 2010, 2012) – liés à un impératif de visibilité (Aubert et Haroche, 2011) et à une évolution des formes de présence (Licoppe, 2012) – Une médiologie des régimes dattention (Boullier, 2012) Les différents régimes de lattention (alerte, fidélisation, projection et immersion) permettent-ils de comprendre la diversité des modes darticulation entre impératif de visibilité, ancré dans linstant ; construction dune présence en ligne, sur le long terme et luttes pour une reconnaissance, comme horizon temporel ; dans les usages de Twitter dun groupe professionnel spécifique ?
  17. 17. Construction d’une approche critique des dispositifs sociotechnique {3}• Comment concilier posture critique et exigence empirique – Études d’usages souvent instrumentalisées (Chambat, 1994 ; Jouët, 2000, 2012 ; Miège, 2007) et approche des imaginaires risque de sur-représenter la stabilité • Mise au point d’une démarche méthodologique critique / enracinée / sociotechnique (inspirée de Proulx, 2012) • Phase initiale de cadrage critique • Architecture technique • Structure des interactions sociales • Expérience utilisateur • Qualité de la contribution
  18. 18. Application à Twitter• Problématique de la visibilité – Analysée dans son évolution liée au régime médiatique dominée par la télévision (Thompson, 2000 ; Voirol, 2005 ; Aubert et Haroche, 2011 ; Heinich, 2012) – Dispositif asymétrique et non-réciprocité « On nest pas dans lobligation dacceptation dune relation » = dimension essentielle dans une problématique de visibilité car la réciprocité est la condition essentielle de la reconnaissance• Problématique des logiques dusage – Partage de contenus autour de centres dintérêt
  19. 19. Application à Twitter• Problématique du public visé – Échanges entre pairs – Publics et usagers Deux traditions de recherche séparées mais conciliation possible (Patriarche, 2008) – Audience et publics Définition forte du public (Dayan, 2000) et conciliation avec notion de figures dusagers (Livingstone, 2004) – Collectifs en ligne (Proulx et Latzko-Toth, 2000) Brouillage des notions de communautés, publics, réseau social
  20. 20. Usages professionnels• Un renouvellement des problématiques en sociologie des usages Cf Jauréguiberry et Proulx, 2011 – 2ème topique (1995-2010) : 5 registres dinterprétation possible des pratiques dusage dont approche centrée sur les relations entre usager et dispositif « lusage du dispositif participe à un processus dorganisation et de réorganisation du tissu de relations qui sétablissent entre les usagers » (Akrich, 1993) – Évolutions dans lanalyse des usages : attachement à décrire la totalité de la situation
  21. 21. Usages professionnels• Une ouverture indispensable à la sociologie des professions Cf Dubar et al., 2011 – Des pros du Web La visibilité sur et via Twitter participe d’une légitimation du groupe professionnel des pros du Web et d’une définition de leur identité professionnelle. – Nous sommes face à des pionniers des médias sociaux
  22. 22. Immersion• Un accès facilité au terrain• Une connaissance des controverses actuelles• Question de la distance, du statut du chercheur, de la valeur de ce qui est « rapporté »• Dimension critique de lobservation ? • Avoir dans son ADN de chercheur lenvie dêtre bousculé par le terrain • Quelles figures de lusager sont mises en visibilité par limmersion ? • Une volonté de transformation de la réalité sociale ? • Écrire limmersion ?
  23. 23. Entretiens compréhensifs• Diversité des profils – « une distance aux rôles occupés » – Diversité dusages / statut professionnel / expérience du Web / niveau de présence etc.• Phase de codage et réalisation de mémos – Relations données par linterviewé, catégories, phrases clés etc. « La dimension asymétrique de Twitter est un élément de son succès, de ce que ça apporte » « Je suis un peu allergique aux médias sociaux, cest pour cela que jaime Twitter » Figure : lexpert
  24. 24. Théorie enracinée• Un va-et-vient entre terrain et théories lors de la phase dentretiens• Une approche de théorie enracinée légère• Faire preuve de « sensibilité théorique »Cf Glaser et Strauss, 1967 ; Corbin et Strauss, 2008• Importance de linteraction chercheur / données dans la version straussienne de la théorie enracinée• Les 5 étapes de la théorie enracinée
  25. 25. Construction d’une approche critique des dispositifs sociotechnique {4}• Comment lier approche compréhensive très exigeante en matériau et la volonté de tester la généralisation – Risques d’effets loupe – Phénomènes non stabilisés • Méthode par cas, théorie enracinée, big data ?
  26. 26. Construction d’une approche critique des dispositifs sociotechnique {5}• Comment réunir toutes les compétences nécessaires et les terrains exigés par une approche aussi ambitieuse – Interdisciplinarité et travail par équipe • Réel cumul de regards ; même épistémologie – Cumul de programmes ambitieux et de recherches complémentaires s’inscrivant dans leur lignée

×