L'évolution des méthodes de recrutement liée à Internet et aux Réseaux Sociaux

12 410 vues

Publié le

Ce mémoire traite de l’évolution des méthodes de recrutement liée à Internet et aux réseaux sociaux.
Points notamment abordés : les médias sociaux, le recrutement à travers les réseaux sociaux personnels et professionnels en ligne, le concept de « Marque employeur », la notion de « Personal Branding » et les enjeux de l’e-réputation. L'analyse et les résultats de l'étude sont présents à la fin du mémoire.

Publié dans : Business
22 commentaires
11 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Bonjour @Alexia Griselain, ce serait-il abusé de demander si vous accepteriez de me l'envoyer aussi? :) (elodie.deprez@skynet.be) pour la lecture c'est plus facile sous format word ou pdf que les slides du site internet. Je suis étudiante en MA2 en RH à l'ULB et mon mémoire porte sur l'e-recrutement et son impact sur le processus de recrutement. Je pense que votre mémoire peut me permettre de mieux cerner le sujet. Un grand merci !
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • @Alexia Griselain serait il possible de l'avoir aussi svp? chado@hotmail.de
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Bonjour, je rédige actuellement un mémoire sur Internet et les méthodes de recrutement. Pourriez-vous m'envoyer votre mémoire à chado@hotmail.de. vous me serais d´une grande aide
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Bonjour Alexia, Je suis actuellement en Master RH et suis très intéressée par le sujet de votre mémoire. Pourriez-vous me l'envoyer à alyzee.monbrun@gmail.com ? Merci beaucoup.
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Bonjour, je rédige actuellement un mémoire sur Internet et le recrutement. Pourriez-vous m'envoyer votre mémoire à merouanebenladdi@hotmail.com SVP ? Merci !
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
12 410
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
108
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
22
J’aime
11
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'évolution des méthodes de recrutement liée à Internet et aux Réseaux Sociaux

  1. 1. Mémoire de recherche appliquée Année de réalisation : 2012 L’évolution des méthodes de recrutement liée à Internet et aux réseaux sociaux Auteur :Alexia GRISELAIN Réalisé au cours d‟un Master II en Sciences de gestion à l‟Ecole Supérieure de Commerce d‟Amiens-Picardie
  2. 2. SOMMAIRE Introduction ............................................................................................................................... 1 Partie 1 : La synthèse de littérature.......................................................................................... 4 I. Tour d‟horizon des médias sociaux ........................................................................ 5 1.1 Les médias sociaux et leurs fonctionnalités .............................................. 5 1.1.1 Définition des médias sociaux ............................................ 5 1.1.2 Les principaux types de médias sociaux.............................. 7 1.2 Avant-propos sur les réseaux sociaux....................................................... 12 1.2.1 Le concept de réseau social................................................. 12 1.2.2 Fonctionnement et fréquentation des réseaux sociaux ...... 14 II. L‟utilisation des réseaux sociaux non professionnels pour le recrutement ......... 17 2.1 Facebook................................................................................................... 17 2.1.1 Le leader mondial des réseaux sociaux ............................. 17 2.1.2 Facebook et l‟emploi ......................................................... 19 2.2 Twitter ...................................................................................................... 22 2.2.1 Présentation et fonctionnement ............................................ 22 2.2.2 Le recrutement à travers Twitter .......................................... 23 III. Le recrutement opéré à travers les réseaux sociaux professionnels .................... 27 3.1 Les leaders du marché ............................................................................. 27 3.1.1 Viadeo ................................................................................ 27 3.1.2 LinkedIn ............................................................................. 30 3.2 Aparté relatif auxautres réseaux sociaux professionnels......................... 33 IV. L‟identité numérique : créer, développer et entretenir sa visibilité sur la toile ... 34 4.1 Marque employeur et Personal Branding ................................................ 35 4.2 Les enjeux de l‟E-réputation .................................................................... 37 Partie 2 : Enoncé de la méthodologie adoptée et représentation des données collectées ...... 39 Partie 3 : Analyse et critique des résultats .............................................................................. 57 Glossaire .................................................................................................................................. 64 Bibliographie ........................................................................................................................... 67 Annexes ................................................................................................................................... 69
  3. 3. Introduction Ce mémoire traite de l‟évolution des méthodes de recrutement liée à Internet et aux réseaux sociaux particulièrement. Le marché du recrutement a subi plusieurs révolutions majeures depuis son émergence jusqu‟à ce jour, une rétrospective sur les méthodes de recrutement dites traditionnelles va donc être exposée dans cette introduction. Les premières annonces d‟emploi sont apparues en 1945, avec la volonté de reconstruire le pays suite à la seconde guerre mondiale. A l‟origine elles sont placardées partout dans les rues, le pays a besoin de main d‟œuvre et les annonces se multiplient. Mais très vite force est de constater que l‟on ne s‟y retrouve plus dans cette masse d‟annonces d‟emploi, qui de plus ne bénéficie pas d‟une diffusion optimale à travers le pays car aucun moyen n‟a encore été mis en place pour ce faire. Le gouvernement en place décide alors, par une ordonnance du 24 Mai 1945, d‟organiser le marché en instaurant le monopole du placement public : à l‟avenir, seul le service public sera habilité à servir d‟intermédiaire entre les entreprises et les demandeurs d‟emploi. Ce qui ne plait pas au secteur de la presse écrite, car depuis peu des journaux tels que l’Express, Le Parisien ou encore Le Figaro publient des annonces d‟emploi et cela constitue pour eux une source de revenus loin d‟être négligeable. Le système perdure ainsi quelques années puis le gouvernement est obligé de céder face à la pression, et ré-autorise les quotidiens et magazines à publier les offres d‟emploi dans leurs colonnes. La publication d‟annonces dans la presse écrite est alors de nouveau possible, mais seulement pour les employeurs qui en ont les moyens. Plus tard, en 1967, deux faits majeurs interviennent au sein du secteur de l‟emploi. Le premier réside dans la création de l‟ANPE, l‟Agence Nationale pour l’emploi, représentant le premier service public pour l‟emploi. Le deuxième fait majeur, survenant la même année, est la création de l‟APEC, l‟Association pour l’emploi des cadres. Le marché du recrutement est bel et bien lancé. En 1983, le secteur de l‟emploi connait sa première grande révolution avec l‟apparition du Minitel créé par le groupe France Telecom. Sans surprise, ce sont l‟ANPE et l‟APEC qui diffusent les premières offres d‟emploi sur ce nouveau support de communication apparaissant comme une avancée technologique remarquable. D‟ailleurs, les deux principaux acteurs du recrutement ne restent pas longtemps seuls sur le créneau : deux plateformes d‟emploi spécialisées voient le jour, Cadremploifondée par Roland Tresca, et Cadreonline. Cependant, le coût des publications d‟annonces reste exorbitant. Puis c‟est entre 1993 et 1995 que le secteur de l‟emploi va connaitre sa deuxième révolution et non des moindres, avec l‟émergence d‟Internet. Les sites d‟emploi, plus communément appelés « Jobboards » pullulent et cette fois les services sont gratuits, ou à abonnement à coût très faible comme le propose Cadremploi. On répertorie en l‟an 2000 plusieurs centaines de sites d‟emploi, ce qui donne lieu à un retournement de situation concernant le marché des compétences : d‟une pénurie de compétences on passe aux piles de CV en masse sur les bureaux des entreprises. L‟évolution et le grand avantage avec les Jobboards réside dans le fait que maintenant chacun dispose de son espace propre, les recruteurs d‟un côté (publication et suivi des annonces) et de l‟autre les candidats (publication du CV et suivi de la candidature) ; Le E-recrutement est né. Dans le même temps, on assiste à l‟apparition des sites institutionnels : les entreprises commencent à publier leurs annonces d‟emploi sur leur propre site, les unes contraignant 1
  4. 4. l‟ensemble des candidats à utiliser ce seul canal, les autres nouant en parallèle des partenariats avec certains grands sites d‟emploi. Parmi les quelques 300 sites actifs d‟emploi environ existants actuellement, quelques Jobboards ayant tiré leur épingle du jeu, et par là réussi leur intégration durable sur Internet se font une réputation. Parmi eux on retrouve notamment le Pôle Emploi, issu de la fusion entre l’ANPE et le réseau des Assédic, l‟APEC, Cadremploi et Cadreonline, Keljob et RégionsJob, ou encore Monster qui sont les plus populaires et les plus fréquentés. Aujourd‟hui l‟objectif pour les recruteurs est toujours le même et ce depuis 60 ans : trouver le meilleur candidat pour le poste à pourvoir, et si possible à moindre frais. Mais nous nous attarderons principalement dans ce mémoire sur ce que nous pouvons qualifier de troisième révolution au sein du marché de l‟emploi : l‟apparition des réseaux sociaux sur Internet. En effet, en très peu de temps ces derniers se sont forgé une place presque incontournable au sein des méthodes de recrutement, au détriment des méthodes traditionnelles utilisées jusqu‟ici. Dès lors, à travers les travaux de recherche effectués dans le cadre de ce mémoire, nous tenterons de savoir si en termes de qualification et de coût, le recrutement par les réseaux sociaux est-il plus efficace qu’un recrutement utilisant des méthodes traditionnelles (?). Par l‟expression « méthodes traditionnelles » on entendra le recrutement opéré à l‟aide de tout autre moyen que les réseaux sociaux, utilisés communément jusqu‟ici : cabinets de recrutement spécialisés, annonces dans la presse écrite et presse en ligne, site institutionnel de l‟entreprise et base interne, sites d‟annonces d‟emploi (Jobboards), etc. Il s‟agirait de déterminer si, en termes de compétences, les réseaux sociaux permettent d‟opérer une meilleure adéquation entre le profil recherché et la personne contactée voire embauchée. En d‟autres termes si leur utilisation, en raison d‟une cible plus large et/ou des qualifications bien déterminées et représentatives, donne lieu à un fort rapprochement entre le profil du candidat que l‟on cherche, et celui que l‟on va trouver sur les réseaux sociaux ou qui postule à travers ce moyen. Il s‟agirait également de déterminer s‟il y a un secteur d‟activité dans lequel les candidats peuvent être recrutés plus facilement via les réseaux sociaux, et à contrario s‟il existe des secteurs d‟activités pour lesquels il n‟est pas nécessaire d‟être présent sur les réseaux sociaux, puis de savoir ensuite identifier certains de ces secteurs. Nous tenterons aussi de savoir sile recrutement par les réseaux sociaux représente un gain de temps pour les entreprises par rapport à l‟utilisation de méthodes traditionnelles, et si le recrutement via les réseaux sociaux est rentable. En d‟autres termes, les réseaux sociaux coûtent-ils cher, et quel est l‟investissement accordé par les recruteurs et employeurs à cet outil en matière de recrutement. Pour ceux qui les utilisent, ont-ils constaté un retour sur cet investissement, le recrutement a-til était efficace. Enfin, nous tenterons de déterminer d‟une part si les candidats sont plus réactifs aux annonces et offres d‟emploi publiées sur les réseaux sociaux, et d‟autre part s‟ils ont conscience de l‟importance des réseaux sociaux dans le recrutement d‟aujourd‟hui, et quel est leur ressenti quant à la place qu‟ils accordent aux réseaux sociaux dans leur recherche d‟emploi ou de nouvelles opportunités professionnelles. 2
  5. 5. Afin de répondre à cette problématique, ce mémoire exposera dans une première partie une synthèse de la littérature déjà existante sur le sujet, qui traitera notamment des médias sociaux, du recrutement à travers les réseaux sociaux personnels et professionnels en ligne, du concept de « Marque employeur », de la notion de « Personal Branding » et des enjeux de l‟eréputation. Une deuxième partie exposera la méthodologie de l‟étude empirique menée et la représentation des données brutes collectées. Enfin, la troisième partie fera l‟analyse et la critique des résultats exposés en partie II. N.B : La diffusion de ce mémoire sur SlideShare ne fait état que de la partie I (Synthèse de littérature) et de la partie III (Analyse et critique des résultats). La partie II reste disponible sur demande. 3
  6. 6. Partie 1 La synthèse de littérature 4
  7. 7. I. Tour d‟horizon des médias sociaux 1.1 Les médias sociaux et leurs fonctionnalités Nous allons commencer par définir ce que sont les médias sociaux, puis nous en présenterons les principaux types. 1.1.1 Définition des médias sociaux Romain Rissoan, auteur du livre Les réseaux sociaux, schématise de manière simple et pertinente la composition subjective des médias sociaux : Relations humaines + Technologies = Médias sociaux L‟avancée rapide des technologies et le travail de professionnels passionnés par le web ont donné lieu à l‟émergence des médias sociaux, en offrant à l‟individu une multitude de nouvelles possibilités pour communiquer et partager avec les autres, de manière infinie. Les médias sociaux seraient donc définis ici comme étant « tous les outils mettant en jeux des technologies, de la création de contenu et des interactions entre les hommes »1. Il existe de nombreuses définitions des médias sociaux, en anglais comme en français. Après avoir fait état des principales définitions des médias sociaux,Frédéric Cavazza, consultant et conférencier spécialisé dans les métiers du web, a livré la sienne dans un souci de précision etde simplicité. Selon lui, « les médias sociaux désignent un ensemble de services permettant de développer des conversations et des interactions sociales sur internet ou en situation de mobilité. » Ce n‟est pas étonnant qu‟il ait choisi d‟introduire la notion de mobilité, car elle est au cœur de l‟actualité du web. En effet, les médias sociaux peuvent être exploités sur des ordinateurs, mais également sur des Smartphones, tablettes tactiles et autres objets connectés. De nouvelles habitudes de comportement des utilisateurs qui se développent de manière exponentielle, et ouvrent la voie à un très gros marché à exploiter. Parce qu‟ils en ont maintenant la possibilité,les individus sont de plus en plus connectés, où qu‟ils soient. Les médias sociaux se font fortement développés en peu de temps, offrant toujours plus de fonctionnalités, et de possibilités d‟exploitation. Quant à la place qu‟ils occupent sur le web, elle n‟a jamais été aussi importante. Afin de mieux comprendre la composition des médias sociaux, leurs fonctionnalités et leur évolution, nous pouvons examiner les représentations qui vont suivre. Chaque année, Frédéric Cavazza2 édite une infographie, toujours plus complète, du « Social media landscape » : le paysage des médias sociaux. Il est important de montrer l‟évolution année après année, pour pourvoir constater la complexité de la composition des médias sociaux et la multiplication des supports et possibilités d‟utilisation.Les2premières infographies représentent l‟évolution des médias sociaux de l‟année 2008 à l‟année 2011. 1 R. RISSOAN (2011), « Les réseaux sociaux – Facebook, Twitter, LinkedIn, Viadeo, Google+ », objectif web Consultant et conférencier dans les métiers du web 2 5
  8. 8. Infographie 1 : Le paysage des médias sociaux 2008, FredCavazza.net Infographie 2 : Le paysage des médias sociaux 2011, FredCavazza.net En 2008 les médias sociaux sont classés en 8 grandes catégories : Les outils de publication, les outils de partage, les outils de discussion, les réseaux sociaux, les outils de micro-publication, les livecast qui sont des WebTV3 où l‟auteur de la vidéo tente de filmer un maximum de sa vie et de son quotidien, les univers virtuels, et les MMO qui sont des jeux en ligne. En 2011 on retrouveà peu près les mêmesfonctionnalités mais de manière plus étoffée. La catégorie « Commerce » a fait son apparition, ce qui montre à quel point le E-commerce s‟estparticulièrement développé, notamment entre 2009 et 2011. 3 La WebTV est un outil permettant aux internautes de regarder du contenu vidéo à partir du web (Source : Wikipédia) 6
  9. 9. L‟évolution montre aussi que « les plateformes sociales » appelées plus communément « réseaux sociaux », dont le réseau social Facebook est le leader, se sont hissées au cœur des médias sociaux et semblent contenir à elles seules la plupart des fonctionnalités existantes. Le très célèbre moteur de recherche Google a également été positionné au centre du paysage de 2011 tant il aconfirmé au fil du temps sa position de monopole concernant la recherche sur Internet en France. En décembre 2011, le moteur était utilisé par 90,1% des internautes français4. La dernière infographie fait état du paysage actuel des médias sociaux, aujourd‟hui en 2012. Infographie 3 : Le paysage des médias sociaux 2012, FredCavazza.net Dans cette version récente, l‟auteur introduit logiquement les terminaux mobiles : Smartphones, tablettes tactiles, etc. Les réseaux sociauxFacebook, Twitter et Google+ le nouvel entrant, ont la place de leaders au sein de ce paysage des médias sociaux. Nous le savons maintenant, il existe de nombreux types de médias sociaux au sein desquels il existe une forte disparité, due à la multitude de services que chacun propose. Nous allons en étudier les principaux dans la partie qui va suivre. 1.1.2 Les principaux types de médias sociaux Il est difficile actuellement de relever et d‟exposer la totalité des médias sociaux, mais on peut toutefois en présenter les principaux dans une liste non-exhaustive. L’E-mailing L‟e-mail ou « Electronic mail », que l‟on traduit par message ou courrier électronique est né en 1971, il n‟est donc pas récent et est l‟un des médias sociaux les plus connus. 4 O. DUFFEZ (2012), « Parts de marché Google, Bing, Yahoo, France », selon une étude AT Internet,www.webrankinfo.com 7
  10. 10. Il fait référence à l‟envoi d‟un message via Internet capable de parvenir partout dans le monde en quelques secondes, et ce indépendamment de la disponibilité de son destinataire. De plus, hormis le coût de l‟abonnement au fournisseur d‟accès à Internet, l‟envoi d‟un e-mail en lui-même a un coût quasiment nul. C‟est un formidable outil de communication qui permet d‟échanger des informations très rapidement et d‟interagir avec sa famille et ses amis, mais aussi ses clients, ses collaborateurs, ses partenaires et fournisseurs, ou tout autre destinataire dont on possède l‟adresse mail. L‟adresse mail, quipermet d‟identifier le destinataire pour l‟acheminement du message, est caractérisée par le sigle « @ » appelé arobase. L‟e-mailing est de plus en plus utilisé pour promouvoir des produits, des services ou encore des marquesen raison de son efficacité et de son faible coût. L‟utilisation intensive de l‟e-mail marketing, l‟e-mail à vocation exclusivement commerciale et promotionnelle,a eu pour conséquence de multiplier les phénomènes de « Spamming », le spam étant défini comme « une communication électronique non sollicitée, en premier lieu via le courrier électronique, généralement effectués à des fins publicitaires ».5 Exemples d‟outils existants :Gmail ; Hotmail ; Outlook ; Thunderbird ; Cabestan ; Etc. La messagerie instantanée La messagerie instantanée, plus communément appelée « Chat », est elle aussi l‟un des médias sociaux les plus anciens. Elle permet de discuter de manière interactive avec son interlocuteur en temps quasi-réel, par le biais d‟un logiciel de messagerie instantanée connecté à un serveur sur le web. Ses principaux avantages résident dans l‟instantanéité de la discussion et dans la proximité des rapports que cet outil offre, y compris aux personnes se trouvant loin de leur entourage ou n‟ayant pas la possibilité de téléphoner. Ce média social est de plus en plus utilisé en entreprise, remplaçant le téléphone et diminuant ainsi les coûts. Cependant, cette méthode de communication peut parfois apparaitre comme intrusive. Exemples d‟outils existants : Windows live Messenger ; Yahoo Messenger ; Google Talk ; Microsoft Communicator ; Etc. Les forums ou les groupes de discussion Les forums, qui sont vieux comme le monde, sont des espaces virtuels publics de discussion. Ils permettent aux membres inscrits de poster des messages et d‟échanger concernant des thématiques précises, bien généralement afin d‟obtenir des informations, une aide, ou une réponse à une question.Les messages sont classés par thèmes et par ordre chronologique. On retrouve sur les forums la présence de modérateurs, des internautes dont le rôle est d‟animer la communauté, et de modérer le contenu des messages afin d‟éviter l‟insulte et la diffamation notamment.La grande force des forums réside dans l‟importance et la diversité de la population qui les fréquente.Il en existe une multitude, où certains représentent peu de valeur ajoutée quand d‟autres constituent de véritables sources de savoir. De ce fait, il est nécessaire d‟identifier les forums de qualité, de trier les informations pour n‟en retenir queles 5 Source : Encyclopédie libre Wikipédia, www.wikipedia.org 8
  11. 11. plus pertinentes, et enfin de vérifier l‟exactitude desdites informations, ce qui prend du temps. Mais de toute évidence, le forum reste un outil communautaire puissant. Ilssont aussi un bon moyen d‟entrer en contact avec de nouvelles personnes présentant un intérêt particulier en raison de leur expérience ou de leur expertise par rapport au sujet discuté. De nombreux forums concernant le thème de l‟emploi ont vu le jour comme notamment leForum-emploi.com,pouvant être utilisé d‟une part par les candidats en recherche d‟emploi ou de stage et les professionnels en recherche de conseils ou de nouvelles opportunités, et d‟autre part par les professionnels du recrutement. Le forum est construit autour de thématiques précises elles-mêmes classées par catégories ce qui facilite la navigation et le dépôt d‟annonces. Le forum répertorie aussi de nombreux sites d‟emploi auxquels on peut avoir accès en un clic. D‟ailleurs, chaque entreprise propriétaire d‟une base de CV peut en faire la promotion dans un emplacement dédié. Sans compter que de plus en plus d‟entreprises se dotent de leur propre forum, parfois même dédié à l‟emploi et au recrutement pour l‟entreprise. Exemple de forums connus : Comment ça marche ; Doctissimo ; Developpez.net ; Forumemploiseniors ; Etc. Les FAQ collaboratives Les FAQ collaboratives sont des ensembles de questions-réponses publiées en ligne par les utilisateurs de manière collaborative. Elles sont un peu l‟alternative des forums car elles répondent aux mêmes besoins. Cependant elles sont plus simples à exploiter, car à la différence des forums leur contenu est structuré et synthétisé. Ce service d‟entraide repose sur un système de notation, où l‟auteur de la question posée sélectionne la réponse qui lui semble la plus satisfaisante, clôturant ainsi la discussion. Le meilleur répondant est valorisé par l‟attribution de points, et les lecteurs peuvent consulter directement les meilleures réponses à la question sans être obligés de remonter tout le fil de discussion. Cela permet d‟identifier rapidement la solution à une problématique déterminée. Exemples de FAQ collaboratives : Yahoo! Answers ; Quora ; StackOverflow ; Etc. Les wikis Les wikis, dont le nom signifie « vite », sont des bases de connaissance en ligne, élaborées et enrichies par les internautes eux-mêmes. Ces bases, qui sont en fait des sites web, sont constituées de pages web distinctes pouvant être créées et modifiées facilement et rapidement par ses visiteurs, préalablement inscrits ou non. Chacun participe de manière collaborative au développement de ces encyclopédies libres, qui de ce fait proposent systématiquement un historique des derniers changements effectués, avec la possibilité de revenir à la version précédente. Chaque internaute peut également ajouter un commentaire s‟il le souhaite. Actuellement, le wiki de loin le plus connu et le plus utilisé est l‟encyclopédie libre Wikipédia. Exemple d‟outils de création de wiki : Cafewiki ; Metawiki ; PHPWiki ; MediaWiki ; Etc. 9
  12. 12. Les blogs Le blog est un outil de publication qui permet à un individu ou à une entreprise, auteur du blog, de communiquer sur un thème précis. Les messages postés, appelés articles, sont classés chronologiquement et chaque lecteur peut y apposer son commentaire.Le blog permet donc de créer sa propre communauté. D‟un point de vue personnel, le blog permet à l‟individu de partager ses centres d‟intérêts, ses passions, ses activités, ses expériences, etc. D‟un point de vue professionnel, le blog permet à l‟entreprise (ou au professionnel) de communiquer sur sa marque, son secteur d‟activité et les problématiques liées, ses services, ou encore d‟entrer en contact avec ses clients afin de mieux les comprendre. Dans certains secteurs d‟activité, notamment celui du Marketing, de nombreux blogs à forte valeur ajoutée ont vu le jour. Certains blogueurs deviennent de véritables influenceurs dans leur domaine, tant le contenu qu‟ils éditent est pertinent et à la pointe de l‟actualité. D‟ailleurs, plus ils sont influents plus ils sont sollicités à des fins commerciales : Netlinking6, demande d‟article dans le but de promouvoir une marque ou un service ; le flux de visiteurs du blog représentant alors une formidable cible qualifiée pour les entreprises. Aussi, les blogs représentent parfois des mines d‟or pour les recruteurs concernant certaines professions, comme les postes de développeur de site Internet, Webmaster, ou encore Community Manager cette nouvelle profession issue de l‟avancée des médias sociaux. Certains blogueurs étaient constamment sollicités pour publier des annonces d‟offre ou de recherche d‟emploi dans le domaine dans lequel ils écrivaient sur le blog. Certains ont donc décidé de créer une interface dédiée à l‟emploi dans leur secteur d‟activité, c‟est le cas du très renommé blog Presse-citron, qui met à disposition les offres et demandes de manière gratuite. C‟est le cas aussi pour le blogueur Korben de son pseudonyme, qui initialement avait un blog et qui a ensuite fondé avec son associé une véritable plateforme d‟emploi spécialisée dans les professions du secteur du Web 2.0, Remixjobs. Enfin, certains professionnels du recrutement à l‟image de Jean-Christophe Anna, Consultant en stratégie de recrutement via les médias sociaux, sont eux-mêmes blogueurs. Exemple d‟outils de création de blog :Wordpress ; Blogger ; Typepad ; Overblog ; Etc. Les microblogs Le microblog, dérivé du blog, est également un outil de publication. Mais à la différence du blog, son principe repose sur la diffusion ou l‟échange de messages très courts, souvent limités à 140 caractères. Le profil des membres est public, et chacun peut s‟abonner au profil d‟un autre membre afin de recevoir ses messages dans un flux unique, son fil d‟abonnements. Souvent, les messages sont accompagnés d‟un hyperlien, un lien de référence permettant de passer automatiquement d‟un document consulté à un document lié7, qui de ce fait en enrichi le contenu par des informations supplémentaires, des photos ou encore des vidéos. L‟outil de microblogging le plus connus et le plus utilisé actuellement est le réseau social Twitter. Exemple d‟outils de microblogging : Twitter ; Yammer ; Google Buzz ; Etc. 6 7 Echange de liens ayant pour but d‟augmenter l‟efficacité du référencement naturel d‟un site web Source : Wikipédia 10
  13. 13. Les services de partage Les services de partage sont des services en ligne permettant aux internautes de partager et d‟échanger leurs propres documents numériques de tous types : des vidéos, des photos, de la musique, des liens ou encore des documents textuels selon l‟outil utilisé. L‟utilisation de la plupart de ces services nécessite une inscription préalable. Les documents peuvent être commentés et notés par les autres membres, et favorise ainsi la fédération de communautés. Ces services de partage sont de plus en plus utilisés, notamment par les entreprises. Exemple d‟outils existants : - Photos: FlickR; Picasa Web Album; Etc. Vidéos: Youtube; Google Video; Etc. Audio : Deezer ; Spotify ; Etc. Carte : Mappy ; Google Map ; Etc. Documents : SlideShare ; Etc. Les services de géolocalisation Le développement de l‟Internet mobile a donné lieu à l‟émergence d‟applications permettant à l‟usager d‟annoncer le lieu où il se trouve. A l‟aide d‟un bouton « Check-In » signifiant « Je suis là », l‟utilisateur est géolocalisé à l‟aide d‟un terminal mobile (téléphone, tablette, etc.) et l‟application indique l‟endroit dans lequel il se trouve. L‟outil se veut communautaire : chaque lieu peut être commenté par les visiteurs faisant part ainsi de leur expérience ou de leurs suggestions. Les futurs visiteurs ou les tenanciers peuvent alors être au courant de ce qui se dit à propos de ce lieu, et des avantages et inconvénients qu‟il peut présenter. On peut prendre l‟exemple du restaurant où à l‟aide de l‟application les clients vont suggérer un menu qu‟ils ont apprécié, et vont donner leur avis sur la qualité du service ou de la cuisine. Les futurs clients savent ainsi à quoi s‟attendre, et le propriétaire de l‟établissementayant l‟écho de sa clientèle peut mettre en avant ce qui plait et à l‟inverse améliorer ce qui plait moins. C‟est donc un outil redoutable dans tous les sens du terme, pouvant faire et défaire la réputation d‟un lieu. Foursquare est actuellement le service de géolocalisation le plus populaire. Outils existants : Foursquare ; Facebook Places ; Gowalla ; Google Latitude ; Etc. Les jeux sociaux Les « social games » ou jeux sociaux sont des jeuxmulti-joueurs en ligne, directement intégrés dans des plateformes sociales telles que Facebook ou celle créée par l‟éditeurZynga pour ne citer que les plus connues.Ils sont nés peu après l‟apparition des réseaux sociaux et ont eu un énorme impact sur le secteur des jeux en lignes.Il faut dire qu‟en Europe les jeux sociaux représentent un marché de 500 millions d‟euros, et que la France compte à elle seule plus de 13,5 millions de joueurs de ce type de jeux.8 8 N. FROT (2010), « Le marché des social games », www.nicolasfrot.net 11
  14. 14. Leur principe repose sur une forte dynamique communautaire générée à l‟aide d‟un ensemble de moyens ludiques comme les quêtes collectives, les invitations à jouer venant d‟amis, les défis à réaliser à plusieurs, les cadeaux, etc. Ils tentent ainsi de créer une récurrence ou une habitude de jeu.En pratique, les plateformes sociales s‟appuient sur les données du profil de ses membres afin de leur proposer différentes interactions sociales. Cityvilleest le jeu social ayant connu le succès le plus fulgurant avec ses quelques 80 millions de joueurs à travers le monde. Exemples d‟acteurs sur le marché : Zynga ; Electronic Arts ;Facebook ; Hi5 ; Etc. Exemple de jeux sociaux : Cityville ; Farmville ; T exasHoldEm Poker ; AngryBirds ; Etc. Les réseaux sociaux Les réseaux sociaux sont au cœur des médias sociaux. Ils sont également au cœur de ce mémoire de recherche, ils font donc l‟objet de la partie dédiée qui va suivre. 1.2 Avant-propos sur les réseaux sociaux Encore actuellement beaucoup confondent les réseaux sociaux avec les médias sociaux, alors qu‟ilsreprésentent une catégorie que l‟on retrouve au sein même des médias sociaux. Certes leur différence est plutôt subtile. C‟est pourquoi les opinions quant à la définition ou à la composition des réseaux sociaux peuvent diverger. En vertu des lectures effectuées et de mon expertise sur le sujet, c‟est donc ma propre position que je vous livre ici. 1.2.1 Le concept de réseau social C‟est en 1954 que l‟anthropologue britannique John Arundel Barnes a inventé le concept de « Social Network » ou réseau social en français, dans un article scientifique9 qui servira de base plusieurs dizaines d‟années plus tard à de nombreux travaux d‟étude sur le sujet. Afin de définir au mieux cette notion de réseau social, j‟ai relevé deux définitions me paraissant complémentaires et pertinentes en raison de leur contenu, de leurs sources et de leur facilité de compréhension. La première nous est donnée par l‟encyclopédie E-business duJournal du Net10,et défini un réseau social comme étant « une communauté d‟individus ou d‟organisations en relation directe ou indirecte, rassemblée en fonction de centres d‟intérêts communs, comme par exemple les goûts musicaux, les passions ou encore la vie professionnelle. » La seconde définition a été élaborée par Nicole Ellison et Danah Boyd, deux chercheuses américaines en sciences de la communication. Elles présentent les réseaux sociaux comme étant « des services web qui permettent aux individus de construire un profil public ou semipublic dans le cadre d‟un système délimité, d‟articuler une liste d‟autres utilisateurs aveclesquels ils partagent des relations et de voir et de croiser leurs listes de relations et celles faites par d‟autres à travers la plateforme. »11 A l‟image des médias sociaux, les réseaux sociaux sont donc caractérisés d‟une part par leur aspect sociologique et communautaire, et d‟autre part par leur aspect technologique. Les 9 John A. BARNES (1954) « Class and Committees in a norwegian Island Parish », Human Relations, 7, pp. 39-58 Le journal du Net, le site de référence des cadres en entreprises, www.journaldunet.com 11 Reprise de la définition des deux auteures citées dans l‟article « Réseaux sociaux, Internet », EncyclopaediaUniversalis 10 12
  15. 15. individus, leurs affinités et leurs intérêts communs, les interactions et les échanges rendus possibles par la technologie, tous les ingrédients sont là. L‟Internet haut débit et le Web 2.0 ont permis un accès rapide et facilité aux contenus en ligne de tous types, et ont ainsi ouvert la voie au développementd‟un partage universel de connaissances, d‟informations et de culture, et ont favorisé les échanges interpersonnels. D‟où l‟apparition d‟un premier réseau social en 1995 aux Etats Unis nommé « Classmates », exporté en France en 2001 sous le nom de « Copains d‟avant ». Mais il existe aujourd‟hui une multitude de réseaux sociaux, spécialisés ou non, et leur nombre ne fait qu‟augmenter tant le marché est dynamique. Parmi eux on retrouve entre-autres : - Les réseaux sociaux généralistes, à vocation plutôt personnelle, ils sont de véritables plateformes sociales aux multiples fonctionnalités,qui vont servir avant tout à discuter et à partager du contenu et des centres d‟intérêts avec ses amis et son entourage, de manière publique ou privée.Par la suite leur évolution a donné lieu à beaucoup d‟autres usages. Les acteurs sont nombreux : Facebook, Myspace, Friendster, Hi5, Google+, Etc. J‟ajouterai également Twitter que je considère comme un réseau social généraliste même s‟il est bien un outil de microblogging12 à l‟origine. - Les réseaux sociaux professionnels, destinés à établir des contacts d‟affaires et élargir son réseau professionnel, à trouver de nouveaux fournisseurs partenaires ou clients,à augmenter sa visibilité et sa notoriété, à saisir de nouvelles opportunités professionnelles ou recruter du personnel, les possibilités sont multiples.Viadeo et LinkedInsont les acteurs les plus populaires à ce jour. - Les sites de rencontre, sont aussi des réseaux sociaux très utilisés. Comme leur nom l‟indique ils sont basés sur la rencontre, ils vont donc souvent s‟adresser à un public ciblé, des personnes célibataires majoritairement, et permettent aux utilisateurs de rencontrer de nouvelles personnes, voire de trouver l‟amour. Certains de ces réseaux, comme Meetic ou eDarling, sont clairement axés sur le thème de la rencontre amoureuse, quand d‟autres proposent simplement d‟élargir son cercle de connaissances, en fonction des similitudes de personnalité ou d‟intérêts comme Onetous(Version Bêta), ou de lieu géographique comme Onvasortir (OVS) qui existe maintenant dans la plupart des grandes villes de France. Le réseau social Badooest un exemple de réseau jouant sur les deux créneaux, la rencontre de nouvelles personnes et la rencontre amoureuse, facilitées par un outil de géolocalisationajouté aux services. Il existe énormément d‟autres réseaux sociaux, qui pour beaucoup sont spécialisés. Certains visent un public segmenté en fonction par exemple de l‟âge, commeBabymap.fr pour les bébés et leurs parents, de la religion, commeHolypal.com pour les personnes de confession chrétienne, ou encore d‟un centre d‟intérêt particulier comme Yummypets ou Zanibook pour les animaux de compagnie, ou le tout nouveau réseau Spotylynx pour les sports et loisirs. La liste est encore longue c‟est pourquoi tous les types de réseaux sociaux ne peuvent être traités ici. Cependant nous reviendront sur les réseaux sociaux généralistes et professionnels de manière plus approfondie dans la suite de cette synthèse de littérature. 12 Le terme fait référence au microblog, un dérivé du blog qui permet de publier des articles plus courts que ceux d‟un blog classique (Cf. : Glossaire) 13
  16. 16. Si l‟on résume donc, pour l‟entreprise les réseaux sociaux vont permettre d‟augmenter sa visibilité, de mettre en avant ses produits ou services, de rencontrer de nouveaux prospects, de fidéliser ses clients, ou encore de recruter du personnel. Pour l‟individu le réseau social va servir à tisser des liens et développer un réseau, à retrouver des amis ou anciens collègues et à entretenir des relations de proximité avec son entourage, à échanger des informations et créer du contenu, mais aussi à se faire recruter ou à se rendre visible afin de se mettre en avant. Car les réseaux sociaux exploitent cette notion d‟individualisme fortement revendiquéedans la société d‟aujourd‟hui, notamment à travers la personnalisation ou la volonté de se démarquer des autres. Ils mettent ainsi à disposition des utilisateurs des moyens de structuration identitaire, et c‟est en partie la raison de leur expansion et de leur succès considérable. 1.2.2 Fonctionnement et fréquentation des réseaux sociaux Les réseaux sociaux présentent deux caractéristiques principales d‟utilisation, à savoir la création d‟un compte utilisateur, et la constitution d‟une liste de contacts. Le compte utilisateur, appelé profil, est en quelque sorte la carte d‟identité virtuelle de l‟usager. Généralement, les informations que l‟on peut retrouver sur un profil sont la photo du membre, son nom et son prénom ou son pseudonyme, son âge ou sa date de naissance, son lieu de résidence, son parcours scolaire et professionnel, et ses centres d‟intérêts. Cette liste n‟est pas exhaustive, et selon le réseau social utilisé les informations identitaires présentées peuvent varier. Une fois le profil créé, l‟utilisateur peut alors entrer en contact avec d‟autres membres du réseau et ainsi commencer à se constituer une liste d‟amis. Et c‟est cette possibilité d‟ajouter des amis et de gérer une liste de contacts qui représente l‟élément fondamental d‟un réseau social. Laurent Suply, journaliste spécialisé sur les thématiques scientifiques et technologiques à Lefigaro.fr, explique que « L‟émulation des réseaux sociaux fonctionne ensuite sur deux principes que l‟on peut résumer ainsi : 1- « Les amis de mes amis sont mes amis » et 2- « Les personnes qui partagent les mêmes centres d‟intérêts que moi sont mes amis » »13. Je trouve en effet que c‟est une bonne illustration de l‟acheminement recherché par les concepteurs et opéré par les utilisateurs, même si c‟est un peu réducteur. L‟environnement social a évidemment un poids conséquent dans la balance.Un membre ne va pas forcément vouloir ajouter à sa liste de contacts une personne qu‟il ne connait pas ou n‟a jamais rencontré, simplement parce qu‟elle est présente dans la liste de contact d‟un de ses amis. De plus tout dépend du type de réseau social et de son objectif, en fonction desquels le comportement de l‟utilisateur quant à sa liste de contacts ne sera pas le même. De même selon le réseau social utilisé et le contexte, les « amis » seront plutôt appelés « abonnés », « fans », « connexions » ou « contacts directs ». Toujours est-il que ces deux principes fonctionnent. D‟ailleurs, suite à l‟apparition d‟Internet et particulièrement des réseaux sociaux, la théorie des « six degrés de séparation » issue de l‟expérience du petit monde, réalisée en 1967 par Stanley Milgram, a été remise au goût dujour.Les nouvelles expériences menées confirment qu‟environ cinq à sept degrés de séparationsont suffisants pour connecter n‟importe quelle personne à une autre sur Internet. Les moyens de navigation au sein d‟un réseau social diffèrent de ceux dont on dispose pour un moteur de recherche. La navigation est principalement basée sur la recherche par nom, par pseudonyme, par centres d‟intérêts, où est influencée directement par l‟activité du cercle 13 L. SUPLY (2008), « Définition : réseau social », blog.lefigaro.fr 14
  17. 17. d‟amis. Ainsi, l‟information semblera plus crédible et aura plus de chance d‟intéresser le membre si elle est présentée via son réseau de proches ou via les amis de ses amis. Cette méthode de navigation innovante additionnée aux caractéristiques précédemment citées sont les ingrédients qui font la réussite exceptionnelle des réseaux sociaux. En Novembre 2011, une étude de l‟observatoire IFOP des réseaux sociaux a révélé que 77% des internautes français sont quotidiennement sur un réseau social, ce qui est considérable non seulement en termes de fréquentation mais également en terme de fréquence. Voici quelques chiffres récents concernant la fréquentation en France et dans le monde des réseaux sociaux Facebook, Twitter, Google+, LinkedIn et Viadeo. Les chiffres 2012 des membres Facebook, Twitter, Google+, LinkedIn, Viadeo en France - Veille et e-réputation : Influx, C. ASSELIN Vous pourrez constater lors de la lecture de ce mémoire que les chiffres concernant le nombre d‟utilisateurs des réseaux sociaux varient, d‟abord en raison de la source qui fournit l‟information (souvent ce sont les réseaux eux-mêmes), de leur développement à vitesse fulgurante, et aussi parce que les critères pris en compte ne sont pas forcément les mêmes. Ici par exemple, les chiffres diffèrent selon que l‟on s‟intéresse aux nombre de comptes utilisateurs ouvert à ladite date, ou aux membres actifs. Sont considérés ici comme membres actifs les utilisateurs se connectant tous les jours. Dans d‟autres cas, les membres actifs seront les utilisateurs qui se seront connectés au moins 1 fois par mois, voire au moins 1 fois tous les 6 mois, même s‟il n‟a pas interagi à proprement parler sur le réseau. C‟est pourquoi toutes les informations sont à prendre en compte afin de déterminer la fiabilité et la véracité des chiffres.On peut constater que les réseaux sociaux professionnels Viadeo et LinkedIn réunis représentent près de 7,5 millions de membres en France. Google + le nouvel entrant en 15
  18. 18. comptabilise déjà 4 millions. Le nombre d‟utilisateurs en France du réseau Twitter est quant à lui estimé à environ 5 millions. Mais c‟est le réseau social Facebook qui s‟impose de loin en tant que leader du marché des réseaux sociaux avec plus de 800 millions de membres à travers le monde, dont près de 25 millions en France. 16
  19. 19. II.L‟utilisation des réseaux sociaux non professionnels pour le recrutement Selon une étude RégionsJob publiée en Mai 2011 intitulée « Etude sur l‟utilisation des réseaux sociaux dans le recrutement et la recherche d‟emploi », 49% des recruteurs interrogés déclarent utiliser les réseaux sociaux pour le recrutement, derrière les sites d‟emploi utilisés par 87% des recruteurs, le réseau de collègues ou anciens élèves utilisé à hauteur de 58%, et le site institutionnel de l‟entreprise utilisé par 54% d‟entre eux. Selon cette même étude, les cabinets de recrutement (33%), l‟intérim (25%) et la presse (26%) sont moins utilisés que les réseaux sociaux par les recruteurs dans leur processus de recrutement. Du côté des candidats, nous pouvons constater qu‟ils utilisent beaucoup moins les réseaux sociaux dans leur recherche d‟emploi que les recruteurs avec un pourcentage d‟utilisation s‟élevant à 30%, majoritairement au profit des sites d‟emploi utilisés par 98% d‟entre eux, des candidatures spontanées utilisées à hauteur de 68% et du site institutionnel de l‟entreprise utilisé à hauteur de 47%. Parmi les candidats utilisant les réseaux sociaux, 34% pensent que le réseau social professionnel Viadeo« joue un rôle important » dans la recherche d‟emploi, et ils sont 26% à plébisciter LinkedIn. Cependant, seuls 7% des candidats interrogés estiment que Facebook est utile pour la recherche d‟emploi, et 9% pour Twitter. Les réseaux sociaux sont trop nombreux pourque tous puissent être traités dans ce mémoire. C‟est pourquoi j‟ai effectué un choix et ai sélectionné les principaux réseaux sociaux parmi ceux pouvant représenter un intérêt face à la problématique actuelle du recrutement. Pour commencer, nous allons nous intéresser de plus près au réseau social généraliste Facebook, qualifié aujourd‟hui par certains de véritable « arme fatale du web ».14 2.1 Facebook 2.1.1 Le leader mondial des réseaux sociaux Facebook est incontestablement le leader mondial des réseaux sociaux avec ses quelques 800 Millions de membres à travers le monde. L’histoire du réseau C‟est Mark Zuckerberg alors étudiant à l‟Université américaine d‟Harvard quicrée en Février 2004 « TheFacebook »,nom littéralement traduit par « le livre des visages », une plateforme en ligne s‟inspirant des trombinoscopes de tous les étudiants de l‟école. En 2005, le réseau perd sa particule « The » après l‟acquisition du nom de domaine Facebook.compour la somme de 200 000 dollars.15 A l‟origine, ce réseau social privé est ouvert uniquement aux étudiants de l‟Université américaine d‟Harvard.L‟ouverture au réseau à d‟autres utilisateurs s‟est faite progressivement, l‟accès étant souvent subordonné à la réception d‟invitations envoyées par le réseau, d‟abord à d‟autres universités américaines, puis aux écoles secondaires et aux 14 15 A. JOUANNE (2012), « Facebook : l‟arme fatale du web », mycommunitymanager.fr C. WILLIAMS (2007), « Facebook wins Manx battle for face-book.com », The register, theregister.co.uk 17
  20. 20. employés de grands groupes tels que Apple ou Microsoft. Ce n‟est qu‟en Septembre 2006 qu‟il a été ouvert à toute personne âgée de plus de 13 ans et possédant une adresse mail. Ce fut alors le point de départ d‟une fulgurante expansion mondiale à venir.D‟ailleurs, l‟incroyable histoire deFacebooka d‟abord fait l‟objet d‟un livre non officiel publié en Janvier2010, puis a étéracontée dans un film intitulé « The Social Network » (le réseau social en français)réalisé par le célèbre David Fincher et sorti en France en Octobre de la même année. Depuis sa création Facebook n‟a fait que s‟accroître à tous les niveaux, notamment avec le développement des services de publicité depuis 2008, ou le rachat à des prix exorbitants de services déjà existants telInstagram, l‟application mobile gratuite de partage de photoscomptabilisant plus de 30 Millions d‟utilisateurs dans le monde, acquise pour la modique somme d‟un milliard de dollars. Forts du succès de leur réseau social, les dirigeants de Facebookont décidé de procéder à son introduction en bourse le 18 Mai 2012. L‟action Facebook est entrée au Nasdaq au prix de 38 dollars valorisant ainsi le groupe à un montant estimé de près de 104 milliards de dollars. Depuis, l‟action n‟a fait que chuter irrémédiablement : fin Mai, soit deux semaines après son introduction en bourse, le prix de l‟action était descendu sous la barre des 28 dollars soit une perte de près de 28% de sa valeur depuis son entrée en bourse. Fonctionnement et fréquentation du réseau social Il suffit de posséder une adresse mail pour créer un compte sur Facebook. Les informations présentées sur le profil sont nombreuses, notamment depuis le passage des pages du réseau social en format « Timeline », un journal retraçant chronologiquement presque toute la vie du membre à partir des éléments que celui-ci a partagé sur le réseau depuis son inscription. Photos, vidéos, commentaires, situation affective, dates clés, publication, etc. : on peut tout partager sur Facebook. Le profil d‟un membre peut être public c'est-à-dire ouvert à tous, ou privé selon la volonté de son détenteur qui en limite l‟accès à sa liste d‟amis. Mais bien souvent, Facebook est le réseau social sur lequel on partage nombre d‟éléments de sa vie privée, et beaucoup de ceux qui ont souhaité limiter l‟accès à ces informations se sont retrouvés face à un casse-tête. Ceci constitue un point concerné directement par les enjeux de l‟e-réputation, sur lesquels nous reviendront dans la troisième partie de cette synthèse. (IV.2) Le réseau social Facebook est bien ancré en France, et son nombre d‟utilisateurs continue de grimper. Selon une étude du groupe Havas Media datant de fin 2010, Facebook serait la deuxième marque la plus puissante dans la vie des français derrière Google, et devant TF1 ou Orange.16 Concernant les statistiques Facebook France, fin Mars 2012 elles étaient les suivantes : Statistiques générales pour Facebook en France Mars 2012- www.toutfacebook.fr 16 Y. DELFRATE (2011), « Havas Media lance le baromètre Media Performance Globale (POE) », www.yvesdelfrate.com 18
  21. 21. La France fait partie des 10 premiers pays au monde en nombres d‟utilisateurs derrière l‟Inde (2è), le Brésil (4è) ou encore le Royaume uni (7è). Le taux de pénétration de Facebook est de 37,22% parmi la population française, et de 54,01% parmi les internautes français. Répartition par tranche d’âge des utilisateurs de Facebook en France Mars 2012 - www.toutfacebook.fr La tranche des 18-34 ans constitue la population la plus représentée sur Facebook avec 51% du total des inscrits. On peut constater avec cette représentation que de manière plus ou moins forte, toutes les générations sont présentes sur le réseau social. 2.1.2 Facebook et l‟emploi Avec une fréquentation telle que celle que présente Facebook en France, le réseau social est apparu comme pouvant aussi constituer une interface de choix pour les recruteurs et candidats en recherche d‟emploi. Facebook étant un peu une « vitrine » de soi-même, il est recommandé si l‟on est en recherche d‟emploi de le faire savoir sur le réseau. En effet Facebook toujours grâce à son nombre de membres offre une visibilité sans égal, et les amis présents dans le réseau du membre sont autant de contacts pouvant relayer l‟information. Il faudra ici néanmoins être capable de concilier « profil personnel » mettant en avant des évènements de la vie privée que l‟on ne souhaite pas forcément que les recruteurs voient, et « profil professionnel ». Il est même conseillé de posséder un profil personnel avec un pseudonyme par exemple, et de créer un autre compte avec son nom et prénom réservé à la recherche d‟emploi. D‟une part, parce que de plus en plus d‟entreprises possèdent une « page entreprise » sur Facebook destinée à promouvoir une marque, des produits ou des services.Nous verrons que certaines entreprises utilisent cette page pour le recrutement, notamment en publiant sur celleci leurs offres d‟emploi, bénéficiant ainsi de plus de visibilité. Devenir « Fan »17 d‟une entreprise en apposant un « Like »18 sur sa page Facebook permet d‟indiquer son affinité avec cette entreprise, et de se rendre visible auprès d‟elle, d‟où la nécessité d‟avoir un profil professionnel dédié, donnant une bonne image de soi. 17 Un « Fan » Facebook est un internaute membre de Facebook ayant cliqué sur un bouton « J‟aime » proposé par une entreprise, marque ou site web. (Source : definitions-webmarketing.com) 18 Like ou Bouton J‟aimepermet d‟indiquer son intérêt pour une publication, une entreprise, etc. sur Facebook (Cf. glossaire) 19
  22. 22. D‟autre part, le réseau social a permis le développement d‟une multitude d‟applications Facebookpour l‟emploi. Les applications Facebooksont des programmes de tous types (jeux, utilitaires, etc.) qui s‟utilisent dans l‟environnementFacebook. Et c‟est à travers ces applications que le secteur de l‟emploi s‟est constitué une place de choix au sein du réseau. Nous allons en présenter quelques-unes. Workwith Me par‘TMPNEO’ „TMP Worldwide‟est connue pour être l‟une des plus grandes agences de communication RH mondiale, agence spécialisée dans le développement de la marque employeur. Suite à de nombreuses restructurations dues à son succès et à son évolution depuis sa création en 1967 sous le nom de „TelephoneMarketing Programs‟, l‟agence a été renommée à plusieurs reprises. En 2003 elle fut renommée en „Monster Worldwide‟ suite à l‟acquisition en 1995 des deux espaces carrières dont la fusion a donné naissance à Monster.com. Depuis sa séparation de „Monster‟ en 2004, l‟agence œuvrait sous le nom de „TMPNEO‟. Et c‟est sous cette dénomination qu‟elle lance en 2008 la première application Facebookpour l‟emploi : WorkWith Me. WorkWith Me est une application innovante, permettant aux salariés, s‟ils le souhaitent, de mettre en avant sur leur profil Facebookdes offres à pourvoir au sein de l‟entreprise dans laquelle ils travaillent. L‟application s‟appuie donc fortement sur le pouvoir de viralité de Facebook,et sur la légitimité accordée à une information diffusée par le biais du réseau proche. Les collaborateurs peuvent ainsi choisir l‟offre qu‟ils vont mettre en avant, inviter des contacts à la diffuser ou montrer leur satisfaction quant au fait de travailler au sein de cette entreprise. Des grands noms comme „Areva‟, „L‟Oréal‟, „CSC‟19 ou encore „Unilog‟ ont été les premiers à encourager leurs collaborateurs à utiliser cette application, et ont ainsi été les pionniers du recrutement sur le réseau social Facebook. Work4UsetJobs For Me par ‘Work4Labs’ „Work4Labs‟est une start-up spécialisée dans les solutions de recrutement sur Facebook.Cofondée début 2010 par Stéphane Le Viet et Gautier Machelon, elle est basée entre Paris et San Francisco. Elle est l‟éditrice de plusieurs applications pour l‟emploi sur le réseau social, et ses deux produits phares sont les applications Work4Us et Jobs For Me. Elle travaille en étroite collaboration avec l‟entreprise Facebook afin de développer au mieux ses applications au sein du réseau. Work4Usest une application de recrutementvia Facebook pour les entreprises. Elle permet à une entreprise qui possède une page Facebookde créer sur celle-ci un « Espace Carrières » complet, lui faisant ainsi économiser la création d‟un site de recrutement corporate et lui permettant de toucher une cible privilégiée, différente de celle que l‟on retrouve sur les sites d‟emploi ou les réseaux sociaux professionnels. L‟entreprise publie ses offres d‟emploi sur sa page Facebook via l‟application leur donnant ainsi une forte visibiliténotamment auprès des jeunes. Quant aux candidats ils postulent directement via la page entreprise sans quitter Facebook, réseau social sur lequel les membres reviennent quotidiennement, contrairement au réseau LinkedIn par exemple. 19 „CSC‟ : Computer Sciences Corporation 20
  23. 23. L‟application s‟adresse à tous types d‟entreprises, TPE, PME ou multinationales. La création de l‟espace carrière en lui-même est gratuite, et chaque entreprise dispose d‟une interface de gestion des offres d‟emploi et réponses des candidats. Mais le business model s‟appuie sur une rémunération générée par la publication des offres d‟emploi, à l‟image de certains Jobboards. Le service est gratuit pour les petites entreprises publiant moins d‟une offre d‟emploi par mois. Pour les entreprises désirant publier plus d‟une offre par mois, un système d‟abonnement mensuel est mis en place en fonction de l‟utilisation avec des tarifs allant de 9$ pour la publication de trois offres par mois, à 799$ pour des solutions complètes incluant notamment l‟importation automatique des annonces d‟emploi depuis le site corporate. Forte de son succès, en 2011 l‟application comptait déjà plus de 9000 clients dont des grands noms tels que „L‟Oréal‟, le „Laboratoire Roche‟, „Accenture‟ ou encore „Adecco‟, et l‟entreprise présentait un chiffre d‟affaire d‟environ 3 millions d‟euros. L‟applicationFacebookJobs For Mes‟inscrit dans la lignée de l‟application Work4Us mais cette fois à destination des écoles et non plus des entreprises. Elle permet aux écoles, aux universités et aux associations d‟anciens élèves de créer un espace sécurisé « Stage et Emploi » sur leur page Facebook, où elles vont publierdes offres d‟emploi et de stage des entreprises partenaires. L‟installation de l‟application et le dépôt d‟offres d‟emploi par les écoles ou les entreprises est gratuit. L‟espace sécurisé quidonnel‟accès aux offres uniquementaux étudiants de la communauté ciblée représente le point fort de l‟application. Les entreprises disposent également d‟un accès « recruteurs », et bénéficient en utilisant l‟application d‟une meilleure visibilité. Grâce à l‟application les écoles peuvent publier du contenu exclusif, et renforcer leur communauté en générant du trafic sur leur page et en augmentant le nombre de Fans. En sachant que plus de 95% des étudiants ont un profil Facebooket y passent en moyenne une heure par jour, Jobs For Me apparait comme un outil très précieux pourles écoles et les étudiants en recherche d‟emploi ou de stage. IQ Emploi par ‘IQuesta’ „IQuesta‟, dont Philippe Kron est le créateur, est un site spécialisé dans le recrutement des jeunes diplômés. Ayant constaté l‟importance de la présence des jeunes sur le réseau social Facebook, il décide en 2010 de lancer l‟applicationIQemploi s‟utilisant au sein du réseau. L‟application IQemploipermet aux membres du réseau Facebook de créer un onglet « CV »sur leur profil. L‟utilisateur peut alors choisir de rendre cet onglet consultable, indépendamment de ses informations personnelles. La création de l‟onglet CV génère un lien permettant d‟inviter ses contacts à venir consulter le CV en un clic. Les personnes en recherche d‟emploi ou en veille active peuvent aussi consulter les offres d‟emploi diffusées par les entreprises via l‟application. L‟application est totalement gratuite pour les candidats, et payante pour les entreprises qui peuvent choisir de payer une certaine somme par annonce publiée (lors de son lancement en 2010 le prix était de l‟ordre de 440 euros par annonce), ou un forfait pour une solution complète (environ 5000 euros par an en 2010). L‟application propose actuellement 2500 annonces d‟emploi environ tous secteurs confondus. Parmi les nombreuses autres applications Facebook dédiées à l‟emploi, on retrouve BranchOutapparue en 2010, qui s‟est érigée en véritable réseau social professionnel au sein même du réseau social Facebook. Elle fait partie des incontournables en matière d‟emploi sur Facebook, tout comme l‟application BeKnown. Il existe aussi CVgram ou encore Netterjob. 21
  24. 24. 2.2 Twitter 2.2.1 Présentation et fonctionnement du réseau Twitter est un réseau social de microblogging ou microblogage20 lancé en Juillet 2006 dont le siège social se situe à San Francisco aux Etats-Unis. Ilpermet de diffuser de courts messages sur Internet que l‟on appelle des « Tweets », et qui sont limités à 140 caractères. Au 1er Janvier 2012, le réseau comptait 383 Millions de profils d‟utilisateurs dans le monde, dont 5,2 Millions en France21. Les 20 pays les plus importants en nombre de comptes Twitter Etude réalisée par le Cabinet spécialisé Sémiocast, semiocast.com La France occupe la 16ème place dans le classement des 20 pays les plus importants en nombre de comptes Twitter, derrière le Royaume Uni (4è), l‟Espagne (9è), la Corée du Sud (13è), et l‟Argentine (15è) notamment. Ce sont les Etats Unis qui occupent la 1ère place du classement. Au départ la vocation du réseau était de permettre à chacun de raconter ce qu‟il faisait au moment où il le faisait. La caractéristique première du réseau est donc l‟instantanéité. Puis le réseau a vite était utilisé dans le but de diffuser de l‟information, qui se veut concise, utile, pertinente et est souvent illustrée d‟un hyperlien22 permettant d‟obtenir plus de détails sur le sujet twitté. L‟insertion de lien est rendue possible grâce à un raccourcisseur de 20 Le microblog est un dérivé du blog qui permet de publier des articles plus courts que ceux d‟un blog classique Selon une étude réalisée par le cabinet d‟études spécialisé Sémiocast, et publiée sur journaldugeek.com le 31 Janv. 2012 22 Lien de référence permettant de passer automatiquement d‟un document consulté à un document lié (Source : Wikipédia) 21 22
  25. 25. lien(Tinyurl.com), un outil directement intégré dans Twitter. Sans cet outil il serait difficile de diffuser un message respectant la limite des 140 caractères. Le fonctionnement Lors de l‟inscription l‟internaute doit renseigner son profil en choisissant un pseudonyme qui permettra de l‟identifier sur la plateforme, et en donnant une description en moins de 160 caractères. Dans cette description l‟utilisateur met en avant son métier ou ses fonctions au sein de l‟entreprise pour laquelle il travaille, ou encore ses passions et intérêts parfois soulignés par une note d‟humour. La description est importante, d‟une part parce que c‟est ce que le futur abonné regardera en premier avant de savoir s‟il va« suivre » le membre ou pas, et d‟autre part parce que les mots clés contenus dans celle-ci permettront de retrouver le membre lors d‟une recherche thématique, et donc d‟augmenter sa visibilité, son nombre d‟abonnés et sa notoriété. Car après s‟être inscrit, l‟utilisateur a la possibilité d‟être « Follower » c'est-à-dire suiveur, ou d‟être « Following » qui veut dire suivi. En tant que Follower, l‟utilisateur a le choix de s‟abonner à des comptes d‟autres utilisateurs qui diffusent des informations sur la plateforme, et ces informations apparaissent ensuite dans son fil d‟abonnements. Si l‟utilisateur « A » suit 15 personnes on dit alors qu‟il a 15 abonnements. A l‟inverse, si pour le contenu qu‟il diffuse l‟utilisateur « A » est suivi par 15 personnes, il sera alors un Following et on dira qu‟il a 15 abonnés. Une option de recherche permet d‟identifier tous les comptes utilisateurs en relation avec le thème recherché, et permet ainsi de filtrer uniquement l‟information qui nous intéresse. Comme pour les réseaux sociaux professionnels, il vaut mieux privilégier la qualité à la quantité.De plus, le fait d‟avoir plus d‟abonnés que d‟abonnements est un gage de crédibilité, et plus l‟écart sera grand, plus le membre apparaitra comme quelqu‟un d‟influent ou tout au moins comme une source pertinente d‟informations. Chaque membre a la possibilité de relayer un tweet qu‟il aura trouvé intéressant ou qu‟il aura souhaité partager avec les autres internautes. Ce phénomène de partage génère sur le réseau une viralité apparaissant comme l‟un de ses meilleurs atouts en termes de diffusion de l‟information et de différenciation par rapports aux autres réseaux sociaux. Et les recruteurs et employeurs l‟ont bien compris. 2.2.2Le recrutement à travers Twitter Paradoxe pour ce réseau de microblogging à vocation personnelle au départ, sur lequel se retrouvent nombre de cabinets de recrutement et d‟employeurs. Le blog spécialisé recrutementmediasociaux.com a édité une liste de 70 comptes Twitter Recrutement et Marque employeur. La conférence « RMS », conférence sur le recrutement par les médias sociaux s‟est même tenue pour la première fois en Novembre 2011 à Paris, et réunissait nombres d‟acteurs des deux principaux secteurs à savoir celui de l‟Internet et celui du recrutement. Voici quelques exemples d‟acteurs influents du recrutement utilisant le réseau Twitter: Intermédiaires du recrutement : 23
  26. 26. Recrutement spécialisé : Beaucoup d‟entreprises, et donc d‟employeurs, sont également présents sur Twitter dans le but de développer leur « Marque employeur ». Nous nous attarderons davantage sur ce point dans la troisième partie de cette synthèse. (III) Car Twitter est devenu un formidable outil facilitant notamment la diffusion d‟offres d‟emploi qui plus est à une large cible. Les recruteurs diffusent leur offre d‟emploi par un tweet, souvent composé de l‟intitulé du poste, du lieu et d‟un hyperlien menant au descriptif complet du poste à pourvoir. Exemple : 24
  27. 27. Exemples d’offre d’emploi twittée Lorsqu‟ils diffusent leur offre, ils insèrent dans leur tweet ce que l‟on appelle des hashtags, caractérisés par le symbole « # ». Le hashtag, traduit généralement par « mot clic », permet d‟accéder à un fil d‟informations se référant spécifiquement à un mot clé précis. Il permet ainsi d‟élargir et de toucher une cible qualifiée, c'est-à-dire une cible susceptible d‟être intéressée par l‟information diffusée. Et le secteur du recrutement n‟en manque pas : - #recrutement ; #emploi ; #job : pour l‟emploi - #développeur ; #finance ; #freelance : exemples concernant les fonctions, le secteur d‟activité ou le statut requis pour le poste, il en existe un grand nombre. L‟utilisation des hashtags est très utile pour le recrutement, mais certains fils d‟informations tel que celui de #emploi par exemple, finissent par être engorgés d‟offres en tout genre diminuant grandement l‟intérêt et la valeur ajoutée qu‟ils pourraient représenter. Le réseau propose un autre outil assez puissant symbolisé par les lettres en majuscules « RT » qui signifient « retweeter ». Il permet de diffuserune information provenant d‟un autre utilisateur à ses abonnés, qui eux-mêmes peuvent ensuite la diffuser à leurs propres abonnés et ainsi de suite. Cet effet boule de neige a pour conséquence d‟augmenter la viralité de l‟information afin d‟être vue par le plus de membres possibles. Comme nous l‟avons dit auparavant, le réseau s‟inscrit dans l‟instantanéité. En général, Les flux d‟informations apparaissant dans les fils d‟actualités sont assez conséquents et sont souvent publiés de manière simultanée. Il peut arriver que l‟on constate l‟arrivée d‟un nombre important de tweets en l‟espace d‟un seul rafraichissement de la page du fil d‟actualités. Cela devrait logiquement entraîner une réactivité de la part du destinataire de l‟information, et donc du candidat potentiel à l‟offre d‟emploi diffusée. Cependant, cette réactivité aurait l‟inconvénient de générer un tri fastidieux dû à la multiplication des candidatures, qui de plus pourraient avoir tendance à ne pas être en parfaite adéquation avec le profil recherché pour le poste. Dans ce cas, cela représente un réel problème en ce qu‟il demande une certaine mobilisation des ressources de l‟entreprise, et peut constituer une perte de temps générant une baisse de la productivité, sans être certain finalement d‟avoir trouvé la perle rare pour le poste. Néanmoins conscient de son potentiel et de l‟intérêt qu‟il suscite en matière de recrutement, le réseau social a souhaité se positionner encore un peu plus sur le créneau de l‟emploi. Il faut dire que selon une étude récente23 du cabinet de recrutement social BullhornReach, sur les 1,8 Millions de tweets publics postés en français sur Twitter en moyenne chaque jour, 4500 sont des offres ou des demandes d‟emploi ou de stage.Mieux encore, Twitter serait la plateforme préférée pour postuler des candidats en recherche d‟emploi, de ce fait les agences 23 Etude publiée en Févr. 2012 sur e-orientations.com, site des études, des métiers, de l‟emploi et de l‟alternance 25
  28. 28. de recrutement présentes sur Twitter recevraient 11 fois plus de candidatures par ce biais que les recruteurs en entreprises. Un nouveau service à l’essai : TwiCVer La nouvelle date du mois d‟Avril 2012, Twitter esten train de tester un nouveau service appelé « TwiCVer » destiné à faciliter l‟insertion professionnelle, et en particulier celle des jeunes diplômés. Le service est proposé en version d‟essai sur une plateforme dédiée, et l‟opération pour le candidat consiste à synthétiser son CV en 10 tweets de 140 caractères toujours. Il peut ensuite insérer son « TwiCV » directement sur son profil Twitter. 26
  29. 29. III. Le recrutement opéré à travers les réseaux sociaux professionnels 3.1 Les leaders du marché 3.1.1 Viadeo Tout débute avec la création de Viaduc, un réseau social professionnel lancé pour la première fois en France en 2004, dont le nom fait référence à un pont permettant de franchir les obstacles et de rallier l‟autre côté, et met ainsi en avant l‟idée d‟interconnexions facilitées entre individus. Il devient Viadeo deux ans plus tard en 2006, et marque ainsi sa volonté d‟ouvrir la voie à une expansion européenne puis mondiale future. Statistiques démographiques du réseau Viadeo par continents neowebmag, Mars 2011 Le réseau social comptait 35 millions de membres en 2011, dont la majorité se trouve en Amérique du Sud (11,3M) et en Europe (8,1 M). Il est fortement utilisé par la population française qui le préfère à LinkedIn, même si ce dernier tend à gagner de plus en plus de terrain en France. On peut également constater une forte augmentation depuis peu des membres du réseau en Chine et en Inde. Aussi, parmi les membres du réseau on constate avec la représentation qui suit une forte présence des consultants Freelance24, notamment sur les fonctions de conseil qui arrivent en tête de liste toutes fonctions confondues, et les fonctions de vente. 24 Freelance : Travailleurs indépendants 27
  30. 30. Représentation des membres et des fonctions présentes sur le réseau Viadeo neowebmag, Mars 2011 On peut distinguer pour trois principaux usages du réseau : Le développement de son entreprise, de son business : donner de la visibilité à son entreprise, à ses offres et services, trouver de nouveaux clients (prospection), développer sa marque employeur, diffuser des offres d‟emploi Le Social Networking : développer son réseau professionnel : retrouver des anciens camarades de classes, tisser de nouveaux liens professionnels, enrichir son carnet d‟adresses Le Personal branding : gérer sa visibilité professionnelle, présenter son parcours professionnel (Scolarité ; Expérience ; Expertise), s‟ouvrir à de nouvelles opportunités professionnelle (veille active ; chasse de tête etc.), rechercher un emploi Viadeo est tout de même beaucoup plus utilisé pour le développement du réseau professionnel que pour la recherche d‟emploi à proprement parler. Ce qui est moins le cas pour le réseau LinkedInque nous allons ensuite étudier, et qui est plus basé sur la recherche d‟emploi grâce à des moyens facilités et constitue le terrain de jeu préféré des chasseurs de têtes. Le profil L‟utilisation du réseau débute par la création d‟un profil dont l‟intitulé expose le poste occupé ou le poste souhaité par le membre. On y retrouve une photo le représentant, une présentation synthétique qui expose l‟activité professionnelle ou les offres de services de manière claire. Vient ensuite la description du parcours professionnel dans laquelle le membre indique les diplômes obtenus, les postes occupés illustrés des différentes missions et expériences. Viadeo propose un système de mots-clés que l‟on peut ajouter à son profil afin d‟être plus facilement visible. Ils sont importants stratégiquement car à l‟image des mots clés que l‟on tape dans les CV thèques, cela permet de faire ressortir le profil du membre lorsqu‟une recherche est effectuée. Ainsi le membre pourra ajouter à son profil tous les mots clés correspondant à son activité professionnelle, non pas seulement à destination des recruteurs mais aussi à destination des clients potentiels présents sur le réseau. 28
  31. 31. Le réseau donne également la possibilité de se faire recommander par d‟autres membres avec qui l‟on a travaillé via un outil dédié. Cela représente un vrai gage de crédibilité aux yeux des recruteurs et valorise beaucoup le profil. Les recommandations ne peuvent être effectuées que par des membres faisant partie du réseau de contacts directs. En effet, une fois inscrit l‟utilisateur peut alors commencer à se constituer son réseau de contacts, et procéder à l‟invitation de ses anciens camarades de classes, ses anciens collègues et bien sûr de tous les contacts professionnels représentant un intérêt pour lui. Toutes les invitations à entrer en contact direct sont soumises à l‟approbation du membre qui la reçoit. La section « accueil » du profil du membre représente un tableau de bord sur lequel le membre retrouve l‟actualité de son réseau, et des propositions de mises en relation avec d‟autres membres que l‟utilisateur est susceptible de connaitre. Le moteur de recherche de Viadeo quant à lui est l‟outil indispensable du réseau en ce qu‟il permet de retrouver tous les membres en fonction notamment d‟un poste ou d‟une fonction choisie, du nom d‟une société ou d‟une école, du lieu géographique ou encore des mots clés. L‟inscription au réseau est gratuite mais l‟utilisation est alors limitée. Pour avoir accès à toutes les fonctionnalités du réseau il faut souscrire à un abonnement mensuel payant à tarifs dégressifs allant de 7 à 30 euros environ selon la durée choisie. L‟utilisateur est alors titulaire de ce que le réseau appelle un « compte premium », symbolisé par une étoile jaune placée à côté du nom du membre. Quelques fonctionnalités Les hubs Les hubs sont des groupes constitués autour d‟un thème précis, et créés et administrés par les membres du réseau. Chaque membre du réseau ayant un compte premium peut créer son propre hub, ou rejoindre un hub déjà existant. Le créateur peut ensuite inviter ses contacts à rejoindre le groupe, et devient visible également auprès des personnes intéressées par la thématique et rejoignant le hub. Il existe de nombreux hubs et les thématiques traitées couvrent à peu près tous les domaines professionnels. Ils permettent notamment d‟augmenter sa visibilité et de se tenir informé de l‟évolution de son secteur d‟activité. Les communautés Les communautés sont des espaces privatifs mis à disposition des partenaires. Elles peuvent être de nature professionnelle, estudiantine, associative ou encore culturelle. Sur Viadeo on retrouvera principalement les communautés des associations des anciens élèves, les communautés par catégorie de métiers ou les communautés régionales. Elles permettent de faciliter la mise en relation entre les membres et permet de donner un coup de pouce au développement de son réseau. La publication d‟offre d‟emploi : Viadeo recruiter Ce service est apparu à la fin de l‟année 2011. Il permet aux membres, notamment aux recruteurs et employeurs, de diffuser leurs annonces d‟emploi à l‟intérieur du réseau. L‟importante particularité est que les annonces sont automatiquement ciblées, ainsi les personnes ayant les qualifications demandées verront apparaitre l‟annonce sur le côté de leur 29
  32. 32. profil. Le service peut paraitre très attrayant, mais il est cependant proposé à un prix assez exorbitant : de 540 à 1377 euros HT pour la publication d‟un nombre défini d‟annonces. Ces fonctionnalités sont celles qui sont le plus utilisées au sein du réseau. Il en existe d‟autres dont nous ne ferons pas état ici. 3.1.1 LinkedIn LinkedIn est un réseau social professionnel fondé en Californie (U.S). Il est apparu en Mai 2003 et a rapidement atteint le million d‟utilisateurs dès l‟année d‟après en Septembre 2004. Statistiques démographiques du réseau LinkedIn par pays Slideshare, Amodiovalerioverde, Janvier 2011 Il comptait en 2011 plus de 119 millions de membres à travers le monde, dont 25 millions en Europe et 2 millions en France, ce dernier chiffre étant en croissance de 70%.25 Le réseau est actuellement utilisé dans plus de 200 pays, et cette dimension internationale est l‟un de ses points forts. Il représente un véritable atout pour le recrutement ou la candidature concernant les postes tournés vers l‟International. LinkedIn se veut être un réseau social professionnel prestigieux : il est utilisé par 69 des 100 entreprises les plus fortunées du monde, 50% de ses membres occupent des postes de décideurs et le salaire moyen constaté de ses utilisateurs est supérieur à 60Ke annuel. 25 Source : LinkedIn 30
  33. 33. Représentation des fonctions présentes sur le réseau LinkedIn par secteurs d’activité et par continentsSlideshare, Amodiovalerioverde, Janvier 2011 Parmi les fonctions présentes sur le réseau, on peut constater en Europe une prépondérance notamment des fonctions commerciales (Sales ; 12,1%), d‟ingénierie (Engineering ; 8,2%) et de conseil (Consultant ; 7,8%), fonctions que l‟on retrouve également majoritairement sur le réseau en France. On peut distinguer pour LinkedIn les trois mêmes principaux usages que ceux de Viadeo, avec toutefois un contenu sensiblement différent, assorti de fonctionnalités qui lui sont propres : Le développement de son entreprise, de son business : donner de la visibilité à son entreprise, à ses offres et services, trouver de nouveaux clients (prospection), développer sa marque employeur, diffuser des offres d‟emploi Le Social Networking : développer son réseau professionnel : retrouver des anciens camarades de classes, tisser de nouveaux liens professionnels, enrichir son carnet d‟adresses Le Personal branding : gérer sa visibilité professionnelle, présenter son parcours professionnel (Scolarité ; Expérience ; Expertise), s‟ouvrir à de nouvelles opportunités professionnelle (veille active ; chasse de tête etc.), rechercher un emploi Néanmoins, le réseau est tout de même plus axé sur la recherche active d‟un emploi et la chasse de tête que son concurrent Viadeo. A l‟image de Viadeo, une des clés pour une utilisation efficace consiste à renseigner le profil de la manière la plus complète possible, et en anglais de préférence. Le formulaire à remplir pour l‟inscription est donc assez long mais constitue ensuite un véritable CV en ligne 31
  34. 34. retraçant l‟intégralité du parcours professionnel.Vient ensuite l‟habituelle élaboration de sa liste de contacts appelés ici « connexions ». En 2008 le réseau a intégré une fonctionnalité permettant également aux entreprises de créer leur propre „page entreprise‟ permettant à celles-ci de se présenter et de présenter leurs produits et services. Ces pages privées ne sont accessibles qu‟aux inscrits.Le réseau a développé une solution complète à destination des entreprises nommée „Talent Advantage‟ composée d‟un panel de fonctionnalités dédiées comme « Recruiter » une fonction de recherche affinée avec accès illimité à la messagerie directe et outils de collaboration, ou „Employer advertising‟ permettant aux entreprises de publier des annonces publicitaires ciblées en fonction des catégories de professionnels ou corps de métiers. On retrouve également surLinkedIn quelques fonctionnalités presque identiques au réseau Viadeo, comme les groupes professionnels classés par secteurs d‟activité dans lesquels l‟utilisateur a la possibilité d‟y publier des articles, un service de publication d‟offres d‟emploi ciblées (Jobs network), „LinkedIn questions and answers‟ un outil permettant de poser des questions relatives à son secteur d‟activité (équivalent de „Viadeo Experts‟), ou encore une version mobile du réseau téléchargeable gratuitement depuis n‟importe quel Smartphone. Cependant la grande différence que présente le réseau LinkedInréside dans la panoplie d‟applications qu‟il offre en parallèle à ses services. Ainsi l‟utilisateur va pouvoir enrichir son profil de diverses manières. Parmi les applications proposées on retrouve : „Google présentation‟ qui permet d‟intégrer un CV vidéo à son profil, Une application „Twitter‟ permettant de synchroniser ses comptes et ses publications entre les deux réseaux Un bouton de partage des informations Une application „Wordpress‟ effectuant la liaison entre son blog et le réseau L‟application „Slideshare‟ permettant l‟intégration au profil des présentations Powerpoint, Openoffice et keynote „Google docs‟ qui permet d‟ajouter des documents depuis son compte Google docsvers son profil LinkedIn L‟application „Reading list‟ par Amazonpour mentionner ses livres favoris L‟application „Events‟ permettant d‟indiquer à son réseau professionnel les évènements auxquels on va participer que ce soit en visiteur, en organisateur ou en intervenant (Conférences, salons,etc.) Ces applications sont les plus utilisées, mais il en existe d‟autres26. Vous l‟aurez donc compris, le réseau social LinkedIn est on ne peut plus complet, et représente un outil à intégrer d‟urgence au sein des pratiques tant des professionnels du recrutement qu‟au sein de celles des demandeurs d‟emploi ou professionnels en veille active. 26 Retrouvez le catalogue complet des applications proposées par le réseau LinkedIn à l‟adresse : http://learn.linkedin.com/apps/#events 32
  35. 35. LinkedIn VS Viadeo : Lequel choisir ? Certains privilégieront le réseau professionnel LinkedIn pour sa dimension internationale, ou sa fréquentation.A contrario, ceux qui souhaitent évoluer sur le marché français utiliseront prioritairement Viadeo. Bien que les usages principaux restent les mêmes pour LinkedIn et pour Viadeo, leursdifférentes déclinaisons obligentl‟individu à se demander pourquoi il a décidé d‟être présent sur un réseau social professionnel, dans quel but et quel(s) objectif(s) il souhaite atteindre. Est-il en recherche d‟emploi ?Est ce qu‟il souhaite développer la notoriété de son entreprise ? Ou encore souhaite-t-il mettre son parcours et ses compétences en avant dans le but d‟obtenir de nouvelles opportunités professionnelles ? C‟est en ayant défini ces critères que le futur utilisateur pourra savoir quel réseau social correspondra le mieux à ses attentes et pourra faire un choix. Le mieux si l‟on en a la possibilité est tout de même d‟utiliser les deux, en exploitant les points forts de chacun d‟eux à son avantage. Ce qui implique de décliner son profil de manière différente et de l‟adapter à chaque réseau social.Il s‟agit de susciter l‟attractivité autour de son profil, il faut donc éviter la répétition ou le copié-collé. Il est peut-être plus facile de commencer avec Viadeo et de se familiariser avec celui-ci, avant d‟utiliser LinkedIn. Mais de manière générale nous pouvons retenir que LinkedIn sera plus adapté aux personnes ayant un statut cadre ou plus et recherchant un poste tourné vers l‟international. Viadeo quant à lui est l‟outil idéal pour le développement du réseau professionnel, la recherche de nouveaux clients ou prospects ou encore le développement du Personal Branding ou de la Marque Employeur. A noter qu‟il est fortement recommandé d‟être présent sur les deux réseaux lorsque l‟on œuvre dans le secteur de la communication et du marketing : face à deux candidats présentant les mêmes qualifications, les recruteurs auront toujours tendance à embaucher celui qui utilise les nouveaux outils numériques plutôt que celui qui ne revendique aucune présence sur le Web. 3.2 Aparté relatif aux autres réseaux sociaux professionnels Il existe actuellement plus de 150 autres réseaux sociaux professionnels qui pour la plupart sont spécialisés ou segmentés. En voici quelques exemples : - Xing : Créé en 2003, il est essentiellement utilisé dans son pays d‟origine l‟Allemagne Digikaa : Réseau spécialisé pour les professionnels du digital DogFinance : Une référence pour les métiers de la comptabilité et de la Finance regroupant près de 66 000 membres... Son fondateur est Sébastien Guichard Buzzimmo : A destination du secteur de l‟immobilier Worketer : Le réseau de recrutement des nouvelles technologies Rezotour : Pour le secteur du tourisme, des loisirs et de la culture Talent Pharmacie : Pour les métiers appartenant au domaine pharmaceutique Salezeo : Pour les professionnels de la vente Agrilink : Premier réseau communautaire à destination du monde agricole EnviMotion : Pour les acteurs du développement durable Mupiz : Pour les musiciens Entrepreneur.fr : Pour les entrepreneurs comme son nom l‟indique 33
  36. 36. - Batiactu réseau : Pour le secteur de la construction et du BTP (Version Bêta) IV. L‟identité numérique : créer, développer et entretenir sa visibilité sur la toile Nous le savons, les médias sociaux sont devenus incontournables. C‟est pourquoi toute personne physique ou morale peut trouver un intérêt plus ou moins fort à les utiliser, et à être présent sur la toile.En matière d‟emploi, de nouveaux concepts ont vu le jour suite à l‟émergence d‟Internet et des réseaux sociaux, tels que le Personal Branding ou la Marque Employeur. Ces concepts font partie intégrante de ce que l‟on appelle l‟ „identité numérique‟ qui désigne « l‟ensemble des informations associées à une personne, une entreprise ou une institution, disponibles et/ou mises en scène sur Internet ».27 Fréderic Cavazza, que nous avons déjà cité précédemment, opère une distinction entre les données formelles (coordonnées, certificats, etc.) et les données informelles (commentaires, photo, billets, etc.)composant l‟identité numérique. Cette dernière est alors perçue comme un puzzle pouvant être représenté comme suit : Cartographie de l’identité numérique - Par FrédéricCavazza, fredcavazza.net C‟est en utilisant ces outils et services qu‟un internaute nourri tous les aspects de son identité numérique. La conséquence qui en découle est la nécessité de la surveiller, d‟une part parce que celle-ci soulève les questions de la gestion et de la sécurité des données personnelles, et 27 FENETRESUR. (2011), « Identité numérique : définition et enjeux », www.fenetresur.wordpress.com, le blog de veille des professeurs documentalistes et étudiants 2.0 34
  37. 37. d‟autre part parce qu‟il est nécessaire de prendre les précautions qui s‟imposent pour ne pas ternir son image. Nous reviendrons sur ce point dans les parties qui vont suivre. 4.1 Personal Branding et Marque Employeur Le Personal Branding L‟expression « Personal Branding » est tirée de l‟anglicisme et renvoi à la traduction littérale « Marque personnelle ».Le terme n‟est pas si récent puisqu‟il est apparu pour la première fois en 1981 dans le livre The battle for yourmind d‟Al Ries et Jack Trout, qui traitait du positionnement des marques dans une stratégie de communication.Ce concept revêt trois dimensions : la connaissance de soi, le marketing et la communication, et le Web social. Pour faire simple, c‟est le marketing appliqué à la personne physique : on utilise pour promouvoir un individu des techniques de communication que l‟on utiliserait en principe pour promouvoir des marques.Majoritairement liée au statut de professionnel de l‟individu, cette méthode fait désormais partie intégrante du processus de gestion et de développementde l‟identité numérique et par là même de l‟e-réputation. Outre l‟émergence des technologies et de l‟Internet, le concept de Personal Branding s‟est fortement développé avec l‟apparition d‟un véritable réflexe pour les professionnels du recrutement d‟avoir recours à ce que l‟on appelle le « Name Googling ».Le Name Googling est une pratique consistant à taper le nom et le prénom d‟un individu dans le moteur de recherche Google, afin de récolter un maximum d‟informations sur cet individu, de jauger son degré de visibilité sur Internet et de s‟informer sur son e-réputation. Selon l‟étude RégionsJob de Mai 2011 précédemment citée, ils seraient 36% à avoir recours à ce procédé lors d‟une recherche sur les candidats potentiels à un poste à pourvoir. 5% d‟entre eux déclarent avoir écarté une candidature suite à la découverte d‟informations négatives, et 8% d‟entre eux déclarent avoir embauché une ressource suite à la découverte d‟informations positives. Cela montre à quel point la bonne gestion de son identité numérique et le développement de sa marque personnelle sont devenus des enjeux de taille, particulièrement pour les candidats en recherche d‟emploi et les professionnels en veille active. En matière de Personal Branding, des outils ont été développés pour promouvoir au mieux sa marque personnelle. L‟un d‟entre eux est l‟éditeur de CV en ligne, dont le service Doyoubuzz en est l‟exemple le plus probant. Fondé en 2007 ce service, dont l‟utilisation des fonctionnalités de base est gratuite, permet de créer et de mettre en ligne son CV afin de lui offrir une meilleure visibilité sur la toile. L‟achat de l‟abonnement prémium du service permet même d‟obtenir une URL28 personnalisée pour son CV (www.prénomnom.com) et de bénéficier d‟un référencement optimal dans Google. A l‟heure où certains déclarent que le CV traditionnel est déjà mort29, Doyoubuzz apparait comme étant un outil de plus en plus indispensable pour les candidats en recherche d‟emploi, notamment dans les domaines du Web, du Marketing et de la communication. Il existe évidemment d‟autres services d‟édition du CV en ligne comme Profil Public, service lancé en Juin 2011 par Cadremploi, mais Doyoubuzz reste la référence en la matière. On a pu également assister à l‟apparition du CV vidéo, qui toutefois ne 28 L‟URL est l‟adresse d‟une page Internet, que l‟on doit entrer dans la barre de navigation des navigateurs afin de parvenir à la destination de la page. 29 JC. ANNA (2011), « Pourquoi le CV est déjà mort ! », www.recrutementmediassociaux.com 35
  38. 38. fonctionne réellement que lorsqu‟il est très bien conçu, et n‟est pas forcément simple de consultation et d‟utilisation pour les recruteurs. Aussi, la présence sur les réseaux sociaux est primordiale, et hormis Viadeo et LinkedIn, d‟autres réseaux sociaux offrent des fonctionnalités pouvant contribuer au développement de sa marque personnelle. C‟est le cas de Facebook avec le passage des profils en mode « Timeline », qui bien conçu peut constituer un véritable « journal de vie » retraçant tous les évènements importants de la vie d‟un individu et notamment son parcours professionnel détaillé s‟il souhaite le mettre en avant. Mieux encore, Facebook serait en passe de faire payer les particuliers souhaitant donner plus de visibilité à leur statut30et serait actuellement en phase de test de cette option.31 C‟est le cas également du réseau socialPinterestqui existe déjà depuis 2010 mais qui ne connaît un véritable essor que depuis fin 2011 où son nombre de visiteurs uniques a augmenté de 429% en l‟espace des trois derniers mois de l‟année32, un record tout réseau social confondu y compris Facebook. Pinterest est un tableau d‟affichage virtuel permettant de publier et de partager des photos et des vidéos qu‟on appelle alors des « Pins », classés par catégories appelées « boards ». Le réseau social offre des fonctionnalités de partage avec la plupart des autres réseaux sociaux augmentant considérablement la viralité de l‟information, et est parfaitement adapté à la mise en place de Storytelling aussi bien pour les individus que pour les entreprises. Les autres recommandations qui peuvent être données aux fins du bon développement de sa marque personnelle consistent également en la publication régulière de contenu digital après curation de l‟information, la mise en avant de ses travaux et autres portfolios, ou encore l‟interaction avec les individus et notamment ceux qui se sont intéressés au parcours de l‟individu. Les nouveaux concepts émergents, et notamment ceux découlant de l‟utilisation d‟Internet, ne sont parfois pas assez considérés et sont mal perçus car ils bousculent les habitudes de chacun. Aussi, pour ceux qui doutent encore de l‟utilité de la gestion de son identité numérique, les deux dernières parties traitant de la marque employeur et des enjeux de l‟eréputation vont certainement les convaincre du contraire de manière définitive. Marque Employeur Le concept de Marque employeur a été créé et déposé par Didier Pitelet en 1998, qui présente alors l‟idée d‟allier le marketing à la RH (ressources humaines). La notion consiste à établir une cohérence entre ce qu‟offre l‟entreprise en tant qu‟employeur, et ce qu‟elle est réellement. Il s'agit d‟en faire une composante à part entière de la marque de l‟entreprise qu‟elle symbolise. Et plus de dix ans après, chaque entreprise possède sa marque employeur. Un classement des 20 comptes Twitter Marque employeur les plus influents a été édité par Laurent Brouat, consultant en stratégie de recrutement 2.0, parmi lesquels on retrouve de grandes enseignes tous secteurs d‟activité confondus : Groupama, Auchan, SNCF, BNP Paribas, Danone, Disney, Canal+ et d‟autres encore. Mais alors, qu‟est-ce que la Marque Employeur. 30 Statut : Un statut Facebook est une fonctionnalité de mise à jour du contenu du profil permettant aux utilisateurs de discuter de leurs pensées, de leurs intérêts, de leur localisation, etc. 31 A.L. RAFFESTIN (2012), « Facebook teste les statuts payants pour les particuliers », www.blogdumoderateur.com 32 S. DANGEL (2012), « Pourquoi vous avez intérêt à utiliser Pinterest ? », www.marketing-etudiant.fr 36
  39. 39. Selon le blogueur renommé Franck La Pinta, Responsable marketing web et RH 2.0 à la Société Générale, la marque employeur est composée de quatre éléments : Ce que l’entreprise est vraiment Ce que propose l‟entreprise en termes d‟évolution de carrières, d‟opportunités à l‟International, quelles sont ses valeurs, quel type de management, de culture, quels sont les points qui la différencie de la concurrence, son activité, la qualité de ses produits, la notoriété de ses dirigeants, sa solidité financière, son histoire, etc. Ce que dit l’entreprise à propos d’elle-même Il s‟agit de la communication officielle de l‟entreprise, dont la communication RH et la publicité commerciale font partie. Ce que les collaborateurs disent de l’entreprise Notamment avec l‟arrivée des médias sociaux de plus en plus utilisés par les collaborateurs pour parler positivement ou négativement de leur entreprise. C‟est de loin l‟aspect le plus difficile à gérer pour les départements RH. Ce que le public dit de l’entreprise Impact on ne peut plus croissant également de ce que peuvent dire les individus à propos d‟une marque ou d‟une entreprise, notamment à travers les médias et réseaux sociaux. Certaines agences en communication se sont d‟ailleurs spécialisées dans la stratégie de communication RH, et aident les entreprises à développer leur marque employeur. C‟est le cas par exemple de TMP Worldwide que nous avons présenté précédemment. Car ceci constitue autant d‟enjeux liés à la réputation d‟une entreprise, oùla Marque Employeur impose de penser et de gérer sa réputation, parce qu‟aujourd‟hui tout se sait et tout se dit. 4.2 Les enjeux de l‟E-réputation Le bouleversement que représente cette nouvelle dimension amenée par les médias sociaux dans les relations humaines et sociétales attise à la fois la curiosité de chacun, découvrant les innombrables fonctionnalités qui leurs sont offertes, mais inspire également un sentiment de peur face aux risques et aux enjeux liés à l‟utilisation d‟Internet et particulièrement à celle des réseaux sociaux. L‟e-réputation est la réputation qu‟une personne physique ou morale se forge en fonction des données la concernant sur Internet. Concernant les entreprises, on a pu assister de plus en plus à des phénomènes de « Bad Buzz », phénomène de bouche à oreille négatif se répandant majoritairement sur Internet. Ainsi cela a été le cas pour l‟enseigne Cora(magasin alimentaire), qui après avoir menacé de licenciement l‟une de ses employées parce qu‟elle avait pris un ticket de caisse promotionnel 37

×