A. Benjelloun- M. RUFO.  Cassis, le 21 mars 2009
Fonction physiologique Dimension psychosociale qui entoure le repas…« Les cinq sens » de M.Serres,«Le cru et le cuit » d...
Les troubles alimentaires del’adolescence   L’anorexie mentale ( Lasègue,1873) .   La boulimie (Russel, 1979;DSM 3, 1980)
Épidémiologie. Anorexie:                        Boulimie:   Prévalence:0,5 à 1 %             Prévalence :1 à 3 %. (jus...
L’anorexie mentale:    Déf: refus de maintenir un poids normal, poids à moins de 85 % du poids     attendu; peur intense ...
 2 types: restrictif & crises de boulimie ou purgatifs. Réactions de l’entourage →accentuent leur détermination, faisant...
Trajectoires développementales et pronosticsÉtude de Cohen et Marchi (800 enfants): origine probable dans la petiteenfance...
Approche étiologique et psychopathologique   Gén: concordance faible chez les jumeaux monozygotes (20 à 50%),     dizygot...
Approches thérapeutiques: !!!urgences somatiques →Hospitalisation, réa parfois… Suivi ambulatoire possible, mais hospita...
Malgré la sévérité du trouble ,aucun consensus.    Étude Alvin (2001):Évaluation des pratiques au     niveau de 10 centre...
Le sommeil des adolescents Les rythmes V/S changent à l’adolescence; Le temps de sommeil diminue; L’heure du coucher es...
Anorexie mentale et sommeil: Troubles du maintien du sommeil. Réduction du temps de sommeil (TDS) et de    l’efficacité....
Étude « Rexidox »Étude de Rexidox au long cours, versus groupe témoin.Prise en charge et prévention des complications des ...
Bilans et suivi   Examen clinique complet ; Avis cardiologique;      Courbes IMC; IMG;     Bilan biologique complet (amy...
Tableau de sommeil.
Fiche « Patient/Soignant/Parent »      1 : Dormir :       -S’endormir plus facilement :                       O:       N...
Fiche    «  Patient/Soignant/Parent  »  , (suite)    3 : Rapport au corps :                          O:       N:    -Moi...
Fiche « Patient/Soignant/Parent » , (suite).       6 :Avoir une bonne image de soi :               O:   N:       -Se fai...
Résultats attendus: Plus grande alliance thérapeutique; Diminution  des  complications,  une  reprise   d’un meilleur so...
Orodietologie anorexie et sommeil
Orodietologie anorexie et sommeil
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Orodietologie anorexie et sommeil

1 101 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 101
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
38
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Mortalite est 12 fois superiure a la mortalité attendue a cette période de la vie, augmentation de 1 % par année d évolution Trosieme maladie par sa fréquence dans les pays développes après l asthme et l obésité
  • m
  • Orodietologie anorexie et sommeil

    1. 1. A. Benjelloun- M. RUFO. Cassis, le 21 mars 2009
    2. 2. Fonction physiologique Dimension psychosociale qui entoure le repas…« Les cinq sens » de M.Serres,«Le cru et le cuit » de C.Lévi-Strauss…Axe d’interaction le plus précoce mère-enfant.→3 types de facteurs: -l’enfant ou l’adolescent -l’attitude parentale et notamment maternelle -l’environnement
    3. 3. Les troubles alimentaires del’adolescence  L’anorexie mentale ( Lasègue,1873) .  La boulimie (Russel, 1979;DSM 3, 1980)
    4. 4. Épidémiologie. Anorexie:  Boulimie:  Prévalence:0,5 à 1 %  Prévalence :1 à 3 %. (jusqu’à 10% ! )  tous milieux ,toutes  Idem cultures…  90 % sont des adolescentes  Prédominance féminine.  Age moyen 16 ans, courbe bi  Fin de l’adolescence. modale avec pics à 14 et 18 ans.  Incidence mondiale ↑.  Incidence mondiale ↑.
    5. 5. L’anorexie mentale:  Déf: refus de maintenir un poids normal, poids à moins de 85 % du poids attendu; peur intense de grossir et estime de soi étroitement liée au poids.Trouble de l’axe H-H-G. - exclure patho soma (tumeur, crohn, infection chronique…) ou psy → Entrave les transformations pubertaires, prolongement de la phase de latence. → « Solution anorexique »:fonctionnement familial figé. • Triade symptomatique classique: Amaigrissement+Anorexie+Aménorrhée. → Amaigrissement:fonte graisseuse puis musculaire; phanères;os;NGC; … présentation particulière; l’image idéale… → Anorexie: restriction délibérée avec intérêt paradoxal pour l’alimentation.Restriction G, L;P+ et fibres+ → « ivresse de la faim ». Maîtrise à tous les niveaux → Aménorrhée: refus du corps sexué et désirant
    6. 6.  2 types: restrictif & crises de boulimie ou purgatifs. Réactions de l’entourage →accentuent leur détermination, faisant valoir leurs performances scolaires et physiques.- RISQUE MAJEUR de dénier les difficultés de l’ado et de maintenir intact l’image de l’enfant idéal. Physiologie:mét basal ↓;T ↓;Volémie ↓;risques de troubles de la conduction majorés par le K+ ↓(laxatifs et diurétiques);cholestérol ↑tard;discrète leucopénie et A.H.M. T 3↓mais TSHus N;Hormones ovariennes circulantes ↓ avec FSH et LH<N; GH N mais somatomédine ↓ Formes: -A.M du garçon -A.M prépubaire -A.M avec boulimie A.M selon la gravité
    7. 7. Trajectoires développementales et pronosticsÉtude de Cohen et Marchi (800 enfants): origine probable dans la petiteenfance;difficultés relativement stables :pica, repas conflictueux, mangeurscapricieux, régimes alimentaires en début d’adolescence. Anorexie:  Boulimie:-« Plus le patient perd du poids, plus il - début:un ou plusieurs régimes, ou se préoccupe d’en prendre » période d’anorexie-!!! 10% de décès. - excès de poids parental.-durée>18 mois - « poids →manége infernal »-50% de guérison à 11 ans (Jeammet) - boulimie/jeûne.« bon pc »:reconnaissance besoins - crises=période de tension physiques, sensibilité à sa propre vie psychique, - une fois installé… autonomisation,ouverture aux - programmes d’intervention peu autres. encourageants(Johnson-Sabine &« mauvais pc »:ménarche précoce, Keller) atcd de boulimie ou obésité
    8. 8. Approche étiologique et psychopathologique  Gén: concordance faible chez les jumeaux monozygotes (20 à 50%), dizygotes (10 %) mais fréquence accrue chez les proches (4 à 5 *) .  Facteurs somatiques:dysf hypothalamique secondaire et non primaire  Comorbidité:dépression (Halmi, 70%); Suicide+++;troubles anxieux, type TOC (APA, 1994); addictions (type boulimique).  Approche psychopathologique:organisation pré morbide fragile, avec achoppement des intériorisations précoces, faux self, difficulté de se représenter et d’investir son corps & réactivation à l’adolescence.  Spécificité psychologique familiale: groupe familial, relation paternelle, relation maternelle.
    9. 9. Approches thérapeutiques: !!!urgences somatiques →Hospitalisation, réa parfois… Suivi ambulatoire possible, mais hospitalisation si : -poids stagne 3 ou 4 mois, amaigrissement rapide, épuisement, troubles de la vigilance,échéance sociale ou scolaire, maladie intercurrente. BMI<13. Buts de l’hospitalisation:( Girard)-interrompre l’aggravation des comportements-réversibilité de la patho soma par un travail psychologique-inscrire l’Hosp dans un projet thérapeutique-TTT d’un éventuel épisode dépressif associé
    10. 10. Malgré la sévérité du trouble ,aucun consensus.  Étude Alvin (2001):Évaluation des pratiques au niveau de 10 centres spécialisés en Ile de France.  Disparités des pratiques depuis le bilan initial (ostéo :2; ecg :6)…  Jusqu’aux modalités de prescription :tant sur les psychotropes, que sur la correction des troubles de la minéralisation osseuse, les modalités de la nutrition entérale…
    11. 11. Le sommeil des adolescents Les rythmes V/S changent à l’adolescence; Le temps de sommeil diminue; L’heure du coucher est retardée; Les besoins de sommeil s’équilibrent sur la semaine; La soirée est un espace de liberté…⇒ Décalage de phase avec toutes ses conséquences
    12. 12. Anorexie mentale et sommeil: Troubles du maintien du sommeil. Réduction du temps de sommeil (TDS) et de l’efficacité. Éveils intra sommeil et matinaux (niés). Sommeil lent ⇓; Sommeil paradoxale :travaux divergents; A la reprise pondérale:⇑ TDS et ⇓ éveils.
    13. 13. Étude « Rexidox »Étude de Rexidox au long cours, versus groupe témoin.Prise en charge et prévention des complications des anorexies.Population étudiée : 20 patients dans chaque groupe (20X2)Période d’Inclusion : de avril 09 à juillet 2009Durée d’observation : 3 à 12 moisDurée de L’étude : de avril 09 à juillet 2010Résultats préliminaires: janvier 2010
    14. 14. Bilans et suivi  Examen clinique complet ; Avis cardiologique; Courbes IMC; IMG;  Bilan biologique complet (amylasémie, ferritenemie)  Bilan hormonal ;TSH, T3, T4 ;  Pour les filles : FSH,LH, prolactinémie ;  CTX ; (0, 3, 6, 9, 12 mois)  KRL; ’’ ’’  Ostéodensitométrie (TO et 12 mois)  Tableau de sommeil;  Fiche « Patient/Parent/Soignant »
    15. 15. Tableau de sommeil.
    16. 16. Fiche « Patient/Soignant/Parent »  1 : Dormir :   -S’endormir plus facilement :   O: N:  -Réveils moins fréquents au cours de la nuit :  -Se réveiller plus reposé(e) :  -Moins de cauchemars, plus de rêves :    2 : Manger :  -Plus de plaisir à manger :  -Retrouver le goût et la texture des aliments :  -Manger mieux :    -Manger avec plaisir avec  les autres  -Manger avec moins de culpabilité :
    17. 17. Fiche    «  Patient/Soignant/Parent  »  , (suite)  3 : Rapport au corps : O: N:  -Moins fatigué (e), plus d’entrain :  -Moins tendu, plus décontracté :  -Se plaint moins de troubles divers :  -Plus en harmonie avec son corps :  4 : Vivre avec les autres :  -La relation aux autres, de façon générale :  -Engager et entretenir la relation :  -Être moins susceptible :    -Communiquer plus facilement :  -Être moins agressif (ve)  5:Penser et apprendre :  -Se concentrer plus :    -Mémoriser plus facilement :  -Apprendre avec plus de plaisir :  -Moins peur de l’échec :  -Travailler sur des savoirs plus difficiles :
    18. 18. Fiche « Patient/Soignant/Parent » , (suite).  6 :Avoir une bonne image de soi : O: N:  -Se faire beau (belle) :  -Prendre soin de sa peau, de son corps :  -Parler avec plus d’assurance :  -Mieux accepter les critiques des autres :    7:Faire des projets, anticiper :  -Avoir une idée (réaliste) de son avenir :  -Aller dans le sens de cette idée :  -En parler aux autres, de façon à être aidé :
    19. 19. Résultats attendus: Plus grande alliance thérapeutique; Diminution  des  complications,  une  reprise  d’un meilleur sommeil Reprise  plus  rapide,  du  poids,  de  la  socialisation, mais aussi des apprentissages. 

    ×