Compte rendu du Colloque sur le Cinquième risque - Rodez - 25 Nov 2010

810 vues

Publié le

« Vieillir aujourd’hui, autonomie et dépendance : quelles solidarités autour du cinquième risque ? »
- Les quatre plans précédents
A – Intervention d’un médecin coordonnateur de deux EHPAD
B – Intervention d’un représentant de l’UNCCAS
C – Fédération Nationale des Associations de Personnes âgées et de leurs familles
D – Anne-Marie Escoffier – Sénatrice
E – Directeur d’un service d’aide à domicile
F – Interventions de la salle
G – Table ronde sur le financement

Publié dans : Santé & Médecine, Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
810
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Compte rendu du Colloque sur le Cinquième risque - Rodez - 25 Nov 2010

  1. 1. Vendredi 10 décembre 2010 NOTE D’INFORMATIONObjet : Compte rendu du Colloque sur le Cinquième risque – Rodez – 25 novembre 2010.Un colloque sur lautonomie et la dépendance des personnes âgées sest tenu à Rodez, jeudi25 novembre 2010 : "VIEILLIR AUJOURDHUI, AUTONOMIE ET DEPENDANCE : QUELLES SOLIDARITES AUTOUR DU CINQUIEME RISQUE ?"Le sujet est vaste et complexe. Il se pose avec dautant plus dacuité quil concerne presquetoutes les familles à notre époque. Il constitue le thème de ce colloque. Organisé par le CCASde la ville de Rodez, lassociation "Bien vieillir ensemble en Aveyron", lADPA (Association desDirecteurs au service des personnes âgées) et les laboratoires Pfizer, cette première éditionassociait des élus (Anne-Marie ESCOFFIER, Yves CENSI, Christian TEYSSEDRE), des pro-fessionnels et des représentants dassociations. Le colloque était ouvert à tous.Alors quil manque cinq milliards en France pour financer le handicap des personnes âgées etque le Président de la République, dans son intervention du 30 novembre, a lancé la créationdun Cinquième plan sur la prise en charge de la dépendance, les travaux du colloque propo-saient de réfléchir à laccompagnement du vieillissement pour une vie digne lorsque surviennentles handicaps. Et leur corollaire, à laune de laugmentation de lespérance de vie et dun con-texte économique tendu, de répondre à ces questions : Quelle place pour nos aînés ? Quels droits face à leur handicap ? Quels financements : - Solidarité nationale ? - Solidarité départementale ? - Solidarité familiale ? - Assurances complémentaires ?"Là résident les soucis majeurs aujourdhui pour les personnes âgées, mais aussi pour tous lesaînés que nous sommes massivement appelés à devenir", explique Pierre ROUX, correspon-dant départemental de lADPA. "Et ces soucis ont constitué le socle du colloque, tandis que sedessine, en filigrane, la question de la récupération de la succession". Le débat ne sest pas 1/7
  2. 2. borné au financement du "vieillir demain". Il a porté également sur le rôle, la place et les droitsdes personnes âgées handicapées" (article de Midi-Libre).LES QUATRE PLANS PRECEDENTS 1. Loi du 11 février 2005 : le plan rapprochement handicap-dépendance. 2. La formalisation des exigences bien-traitance. 3. Le plan Alzheimer (2008-2012) 4. Le plan Solidarité Grand-Age (2006-2011)A. INTERVENTION DUN MEDECIN COORDONNATEUR DE DEUX EHPADLAPA consacre 1,2 millions deuros à la dépendance.7 % des personnes dépendantes dans la population des plus de 60 ans.La dépendance dépend de deux critères : - Les pathologies, - Les facteurs environnementaux.Elle augmente de plus de 50%. Pathologies : co-responsables des facteurs environnementaux - AVC - Alzheimer Fragilité : perte de capacité de lorganisme à réagir aux agressions de lenvironnement.La politique actuelle favorise le maintien à domicile.La "gérontotechnologie" concerne : - La domotique, - La robotique, - La télésurveillance, - La vision consultative. Pour ces nouvelles techniques, il y a pénurie de main dœuvre professionnelle.Lorsque le maintien à domicile est limite, il y a transfert en EHPAD. Les résidents en EHPADsont atteints de 5 à 8 pathologies en moyenne : 56 % : démence, 30 % : troubles du comportement, 55 % : incontinences urinaires.Les entrées en EHPAD sont problématiques : Absence de concertation en amont de lentrée en EHPAD. Climat durgence | Il y a nécessité de consentement Liste dattente | de la personne. Placement dans un milieu inconnu sans continuité de prise en charge. Culpabilité des familles et transfert de cette angoisse au personnel.Il y a donc nécessité de reconnaissance des services ouverts, de mise en place de passerellesentre maintien à domicile et EHPAD = accueil de vie, accueil de jour, séjour temporaire.LEHPAD nest pas un établissement sanitaire. Personnel insuffisant en nombre et en qualité, - Soins techniques limités, Intervention du médecin généraliste inadaptée, Le médecin coordonnateur a des attributions théoriques. 2/7
  3. 3. Il y a un devoir des professionnels de veiller à la mise en oeuvre de ce projet de vie. Il faut res-pecter la dignité de lêtre humain.B. INTERVENTION DUN REPRESENTANT DE LUNCCAS (membre du CCAS de Marcq-en-Baroeul [59] - 3 820 adhérents – acteurs de proximité) Le maire est lélu de proximité. Il est donc à lécoute de la population.  Le monde est en plein mouvement : - CRAM / Conseil général, - Assurance maladie / APA, - Loi "Borlo", - Exonérations diverses.  Laide à domicile na pas vraiment évolué.  Il est difficile de trouver des gens compétents.LEurope prend conscience du vieillissement et elle a limpression ou le sentiment que cest unecharge. Il faut donc se poser la question du sens quon va donner au vieillissement. Il faut tenir compte de la diminution du rapport actifs/inactifs.Notre société a choisi daccompagner les plus fragiles.Sur le territoire, en tant quélu, cest très compliqué :  Découpage territoriaux,  Découpage institutionnel,  Découpage associatif.Il y a une grande diversité selon les départements :| GIR 5 et 6 = CRAM Nécessité de travailler| GIR 1 à 4 = Conseil général à la prévention Développement de résidences Seniors CHIC Gériatrie Aide aux aidants Proposer des services de qualité :  Difficultés rencontrées par laide à domicile.  Le problème des personnes handicapées : le départ en retraite.  Problème financier / participation de la ville. Rôle des acteurs dans le maintien de lautonomie :  Qualité des soins,  Action sur le logement,  Politique danticipation,  Bénévolat,  Transmission des savoirs.C. FEDERATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE PERSONNES AGEES ET DE LEUR FAMILLE 32 associations départementales, 3/7
  4. 4.  But : - être à lécoute des personnes âgées et des résidents. Apporter cette écoute auprès des politiques. Etre à côté des directeurs détablissements. - Permettre daller jusquà la fin de vie dans des conditions respectables et respectées. - Aller à la rencontre des professionnels et des organismes pour mieux installer le sys- tème idéal, système qui ne convient pas actuellement.Aujourdhui, il y a de grandes difficultés à comprendre. Qualité de laccompagnement qui baisse, Financement qui nest pas à la hauteur des besoins, Le coût pour le résident ne cesse daugmenter  2 points fondamentaux : - accompagnement de qualité, - reste à charge. Il ny a pas suffisamment de personnel formé. Problème des personnes handicapées en perte dautonomie. Droit à compensation.En matière de perte dautonomie à domicile :  La personne handicapée a droit à 370 heures par mois.  La personne âgée de plus de 60 ans à droit à 92 heures par mois. Comment organiser la maison de retraite de demain ?  1 ETP pour une personne âgée en cas de lourde perte dautonomie.  0,6 ETP pour une personne âgée en cas de perte dautonomie légère.  Analyse des besoins connus et publiés (voir Plan de Solidarité Grand Age de 2005).  Convergence tarifaire : désengagement de lassurance maladie | Diminution du nombre de personnel. Bientraitance :  Avoir une protection |  Accompagner au repas | Quelle solution pour le personnel ?  Aider à marcher |Nous sommes dans un pays individualiste à tous les niveaux, y compris dans les familles depersonnes âgées : Pas dengagement citoyen, Pas de pacte républicain.Les jeunes retraités refusent de parler de fin de vie.Les départements sont étranglés.Faut-il mettre en place un dispositif dassurance obligatoire à partir de 50 ans ?Faut-il élargir le champ de la CSA ?Les solutions gouvernementales ne correspondent pas aux attentes.Il faut prendre en charge toutes les familles et leur faire prendre conscience du problème.D. ANNE-MARIE ESCOFFIER – SENATRICELe débat souvre sur deux voies :  Philosophique,  Financière. 4/7
  5. 5. Les finances sont au cœur de la démarche.Quelle place donner à la personne en perte dautonomie, quel que soit son âge ?Quel est le regard porté sur lautre ? Il faut donner une priorité à la personne  On ne mesure plus les efforts que lon doit faire pour donner à la personne, la possibilité de se réaliser jusquà la fin. Une personne se prend dans son intégralité, dans son intégrité : - Au niveau des transports, - Au niveau du logement, - Au niveau de la maison de retraite. Il y a eu beaucoup de rapports : - Depuis 1997, - En 2000 : de la PSD à lAPA, - Dernier rapport : juin 2010. Le Sénat a travaillé sur lensemble de ces problèmes (2000 : Rapport Sueur ; 2010 : ré- flexion en cours). Il faut une solidarité à tout prix, mais à qui revient la responsabilité ?  Il ny a pas de solution unique,  Il faut sadapter à chaque cas. Maintien à domicileQUESTION Alternative ? Etablissement spécialisé Aide des accompagnantsAujourdhui, nous sommes très axés sur le Cinquième risque.DEPARTEMENT DE LAVEYRON : essentiellement rural – trois villes plus importantes.  Dans certaines zones, trois habitants au km² => isolement.  Dans le vieillissement, le département à 50 ans davance par rapport au reste de la France (ce que vit lAveyron, la France le vivra dans 50 ans). - Très marqué par la ruralité, - Solde largement positif, - Vieillissement avec retour des Aveyronnais en retraite, - Cinquième département de France par son étendue géographique et pas une zone de plat (zone de montagne).  Les déplacements ne se mesurent pas en kilomètres, mais en temps. - Département riche en établissements de soins, des hôpitaux locaux indispensables, mais qui ne remplissent pas les normes. - Problème des sorties dhospitalisation. Eviter les ruptures.La Sénatrice est optimiste sur les maisons de retraite.E. DIRECTEUR DUN SERVICE DAIDE A DOMICILEExerce ce métier depuis 32 ans. Dépendance | 2 mots Perte dautonomie | à bannir 5/7
  6. 6. La classification de Wood est remplacée par CIF.Dépendance = Incapacité de faire ou daccomplir les actes de la vie quotidienne. Cest le fondement de la cohésion sociale. Le rapport ROSSO-DEBORD est destructeur du lien social. Dans le lien social, il y a un plus et il y a un moins. La dépendance est une situation contraignante plus ou moins acceptée. Cest pourtant le lot de tous. Lautonomie, cest la capacité et le droit à choisir soi-même. Quel que soit le degré de dépendance, il reste toujours une parcelle dautonomie. La vieil- lesse est lavenir des sociétés. Les chiffres se présentent comme indiscutables, ils sont toujours à discuter. Le "maintien à domicile" date du rapport LAROQUE : le désir des citoyens, cest de finir leur vie à domicile. Mais le domicile a évolué. Qui est éligible pour dire à quelquun comment conduire sa vie ? 2005 – Philippe SEGUIN : il ny a pas eu de politique publique pour engager une véritable politique de maintien à domicile. 2010 – Etat généraux de la MACIF : importance de la famille dans le vieillissement.  Laide de la famille est trois à quatre fois supérieure à celle des professionnels.  Il existe dautres modes de cohabitation.  Les hébergements sont à revoir.  Notion dhabitat solidaire La vieillesse nous oblige à aller de lavant. Elle est notre avenir.F. INTERVENTIONS DE LA SALLE Pacte républicain = ne pas sectoriser la vie. Pacte de solidarité républicaine. Considérer lêtre humain dabord. Humanitude... Humanité. ADMR = on na pas assez parlé du bénévolat. 2011 : Année européenne du bénévolat. UNICEF : - Rôle des jeunes, - Gisements intéressants en terme de "Bien vieillir", - Taux de chômage des jeunes => Le plein emploi permettrait de financer la protection sociale. 6/7
  7. 7.  Laide à domicile chez les personnes âgées devrait faire reculer le handicap (il y a trente ans...). Retard par rapport à lAllemagne et la Suède. Ne pas résoudre toutes les réponses par le problème financier. Arrivée du papy-boom – Démontage des services à domicile – Manque de moyens en éta- blissement.G. Table ronde sur le financementAyant participé à la table ronde, je nai pas été en mesure de prendre des notes.En résumé : 1. Réforme à dépenses constantes, 2. Partition entre public et privé, 3. Le Cinquième risque nest pas une nouveauté, 4. Il faut investir dans la prévention, 5. On demande efficacité et qualité, 6. Est-ce véritablement un Cinquième risque, 7. Quid du travail des seniors ? 8. Le soin à domicile, comme lhospitalisation à domicile, ont été mis en œuvre pour com- penser linsuffisance hospitalière. 9. Lincapacité est un état de vieillir. Le lien social est la résultante du parcours social et biologique en amont. Le Directeur, F. DE BLOCK 7/7

×