Point marché commerces 1T 2015

1 273 vues

Publié le

Le bilan du marché français de l'immobilier des commerces au premier trimestre 2015.

Publié dans : Immobilier
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 273
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
591
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Point marché commerces 1T 2015

  1. 1. POINT MARCHÉ FRANCE Une publication Cushman & Wakefield 1T 2015 COMMERCES
  2. 2. Une publication Cushman & Wakefield CUSHMAN & WAKEFIELD ÉCONOMIE La croissance du PIB de la France au 1er trimestre 2015 est estimée par l’INSEE à 0,4 %, marquant une accélération sensible par rapport au trimestre précédent (+ 0,1 %). Cette progression justifie le regain d’optimisme de l’OCDE et du FMI, qui ont récemment rehaussé leurs prévisions de croissance pour la France à plus de 1 % sur l’ensemble de 2015. La consommation des ménages reste l’un des moteurs de l’économie française. Elle devrait augmenter de 0,6 % au 1er trimestre 2015 en raison de la hausse du pouvoir d’achat. Les Français bénéficient de fait de la moindre progression des prélèvements obligatoires, mais aussi d’une inflation très faible, tirée vers le bas par la chute des cours du pétrole. Si les bons chiffres de la consommation tiennent au net rebond des dépenses d’énergie (+ 3,1 %), ils s’expliquent aussi par la bonne tenue des dépenses en produits fabriqués (+ 1,0 %), automobiles et biens d’équipement du foyer notamment. Dans sa dernière note de conjoncture, l’IPEA observe d’ailleurs une embellie du marché de l’ameublement, dont les chiffres d’affaires ont progressé de 1,4 % sur un an à la fin des deux premiers mois de 2015. L’évolution positive de la conjoncture doit toutefois être nuancée par le bilan morose des soldes d’hiver – dont le démarrage a pâti des attentats terroristes de janvier – et par les difficultés d’autres segments de marché. Ainsi, la consommation de textiles et d’articles d’habillement a, selon l’IFM, enregistré un nouveau recul au 1er trimestre 2015 (-2,1 % en valeur) après une année 2014 déjà difficile. En outre, plusieurs acteurs historiques continuent de souffrir des arbitrages des ménages et d’une forte concurrence entre enseignes, à l’image des suppressions d’emplois récemment annoncées par le groupe Vivarte. Si la consommation devrait progresser en 2015, plusieurs éléments indiquent par conséquent que les premiers signes d’amélioration de la conjoncture sont encore loin de profiter à l’ensemble des commerces, confirmant en particulier la prudence persistante des ménages en l’absence d’une amélioration significative du climat économique et du marché de l’emploi. Sources : INSEE, OCDE/P : prévision | ¹France Métropolitaine/²Indicateur synthétique fin mars de chaque année INDICATEURS ÉCONOMIQUES (ÉVOLUTION EN %) 2013 2014 2015P Croissance du PIB 0,3 0,4 1,1 Prix à la consommation 0,6 0,5 0,2 Taux de chômage¹ 9,6 10,0 10,1 Confiance des ménages² 83 88 93 Consommation des ménages 0,3 0,6 1,4 1T 2015
  3. 3. Une publication Cushman & Wakefield COMMERCES MARCHÉ LOCATIF La reprise poussive de l’économie n’est pas synonyme d’absence de mouvements sur le marché français de l’immobilier des commerces. Ce dernier reste bien au contraire dynamique, même si la demande des enseignes internationales continue de se porter en priorité sur les meilleurs emplacements de l’Hexagone. Les grandes manœuvres se poursuivent en particulier dans le secteur du luxe, même si le contexte paraît moins favorable qu’il y a quelques mois en raison, notamment, des difficultés pesant sur les dépenses de certaines clientèles étrangères importantes (Russes, Chinois). Les ouvertures récentes ou à venir confirment ainsi la poursuite des investissements des grands groupes dans la capitale, ce dont témoigne la multiplication des projets recensés dans le secteur de la rue Saint- Honoré (LVMH, Kering/Alexander McQueen, Chanel). Les ouvertures de boutiques Givenchy, Gucci et Fendi rue des Archives ont par ailleurs parachevé la présence ponctuelle du luxe dans le Marais, amorcée avec l’ouverture d’un magasin Moncler à la fin de 2014. Ces deux quartiers restent aussi très prisés par les nouveaux entrants, à l’image de l’arrivée des Américains J. Crew rue Malher et Coach et Tory Burch rue Saint-Honoré. D’autres enseignes étrangères font leur apparition en France (Topshop, Five Guys, etc.), s’ajoutant aux projets d’expansion d’acteurs déjà établis. Ciblant les meilleures artères des plus grandes métropoles comme les centres régionaux les plus fréquentés (Primark à La Part-Dieu, Burger King aux 4 Temps), ils s’étendent aussi dans les artères et centres commerciaux des villes moyennes (Pittarosso dans le Ruban Bleu à Saint-Nazaire, Kiko dans Avaricum à Bourges, JD Sport rue de la République à Orléans). Le marché des parcs d’activités commerciales reste quant à lui majoritairement animé par des enseignes françaises historiquement établies en périphérie, à l’exemple des mégastores récemment ouverts par Intersport à Plan de Campagne ou Pontault-Combault. Mais les projets de retail parks suscitent aussi l’intérêt d’acteurs moins traditionnels, attirés par des coûts d’occupation modérés et les opportunités d’implantation que représente le développement de nouveaux équipements bien situés et qualitatifs. C’est le cas de H&M qui, pour ses premières boutiques de périphérie, a porté son dévolu sur Waves Actisud, ouvert en 2014 près de Metz, et St Max Avenue, récemment inauguré dans l’Oise. Témoignant d’une plus grande mixité des enseignes, ce dernier projet confirme aussi la multiplication des opérations de requalification d’ensembles situés au sein de grandes zones commerciales existantes. Cette tendance se poursuivra dans les prochains mois, au travers d’opérations de taille moyenne (Le Patio à Sainte-Geneviève-des-Bois) ou de projets de plus grande envergure (celui développé par Compagnie de Phalsbourg à Plan de Campagne). CUSHMAN & WAKEFIELD 1T 2015 Le Patio | Sainte-Geneviève-des-Bois (91) INDICES DE FRÉQUENTATION DES CENTRES COMMERCIAUX Source : CNCC/Indices mensuels, panel de 140 centres commerciaux en France. -3,00% -2,00% -1,00% 0,00% 1,00% 2,00% 3,00% 4,00% Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août septembre Octobre Novembre Décembre Janvier Février 2014 2015
  4. 4. Une publication Cushman & Wakefield COMMERCES MARCHÉ LOCATIF Les nouveaux entrants et les enseignes déjà présentes en France et qui souhaitent y parfaire leur maillage profitent ainsi de la création de centres commerciaux ou de retail parks plus haut-de-gamme (Primark dans Polygone Riviera près de Nice, Cassis dans St-Max Avenue), mais aussi de l’extension de centres existants (Primark et Uniqlo dans Val d’Europe). Par ailleurs, si elle est traditionnellement assez restreinte, l’offre de locaux prime est aujourd’hui alimentée par les libérations ou projets de cession de grandes surfaces situées sur quelques axes majeurs ou dans de grands centres régionaux. Cet accroissement ponctuel tient aux arbitrages d’enseignes cherchant à revoir leur positionnement, à dégager des liquidités (Benetton boulevard Haussmann), ou à rationaliser leur réseau au détriment de leurs magasins les moins rentables (Galeries Lafayette à Belle Épine). Signe d’un renouvellement constant du marché français des commerces, cet afflux d’offres illustre aussi les difficultés d’acteurs historiques, à l’exemple de la reprise par Courir et Etam d’une partie des boutiques Bata, ou de l’annonce récente de la fermeture de nombreux magasins du groupe Vivarte. Les difficultés du marché des commerces sont davantage ressenties dans les agglomérations moyennes ou dans les petites villes. Les emplacements secondaires subissent plus généralement la désaffection des enseignes, particulièrement marquée dans quelques centres commerciaux où certaines d’entre elles n’hésitent pas à rendre les clés. Des propriétaires consentent aussi à généraliser les loyers purs afin de limiter la vacance de leur site. Par ailleurs, si l’adoption de la loi ACTPE a quelque peu clarifié la répartition des charges, celles-ci demeurent un aspect majeur des relations entre bailleurs et enseignes d’autant que l’accroissement du risque terroriste et le renforcement du plan Vigipirate ont encore accru le poids. Si les valeurs prime restent orientées à la hausse dans certains quartiers de la capitale, la tendance générale est à la stabilité, qu’il s’agisse des meilleurs emplacements des grandes artères en province et des centres commerciaux ou des zones de périphérie les plus établis. Toutefois, certaines grandes villes peuvent également souffrir d’une baisse de la demande des enseignes, expliquant la pression à la baisse constatée sur quelques artères majeures de grandes métropoles, comme la rue de Béthune à Lille. C’est aussi le cas de la rue Saint-Ferréol, confirmant les difficultés des commerces de pied d’immeuble du centre-ville de Marseille, pour partie liées à la multiplication des projets commerciaux et au succès des Terrasses du Port. CUSHMAN & WAKEFIELD 1T 2015 VALEURS LOCATIVES PRIME (€/M²/AN) 1T 2014 1T 2015 RUES COMMERÇANTES* Paris | Champs-Élysées 18 000 18 000 Paris | Faubourg Saint-Honoré 10 000 11 000 Paris | Saint-Germain 6 000 6 500 Paris | Haussmann 6 000 8 000 Paris | Francs-Bourgeois 4 500 4 500 Paris | Rivoli 4 500 4 200 Bordeaux | Sainte-Catherine 2 200 2 200 Cannes | Croisette 7 000 8 000 Lille | Neuve/Béthune 2 200 2 000 Lyon | République 2 200 2 300 Marseille | Saint-Ferréol 2 000 1 800 Nice | Jean Médecin 2 200 2 200 Strasbourg | Grandes Arcades 2 000 2 000 Toulouse | Alsace-Lorraine 2 000 2 000 CENTRES COMMERCIAUX Ile-de-France 2 000 2 000 Province 1 400 1 400 PARCS D’ACTIVITÉS COMMERCIALES Ile-de-France 180 180 Province 170 170 Source : Cushman & Wakefield/*Valeurs zone A.
  5. 5. Une publication Cushman & Wakefield COMMERCES CUSHMAN & WAKEFIELD
  6. 6. Une publication Cushman & Wakefield MARCHÉ DE L’INVESTISSEMENT Après une année 2014 record, le marché français de l’investissement en immobilier de commerces est resté très dynamique au 1er trimestre de 2015. Avec 950 millions d’euros, les montants engagés sur cette typologie d’actif enregistrent ainsi une hausse de 49 % par rapport à la même période l’an passé, et représentent 23 % de l’ensemble des sommes investies sur le marché français de l’immobilier d’entreprise. Il s’agit d’un des meilleurs 1ers trimestres de la décennie avec celui de 2013. Le nombre total de transactions n’en reste pas moins limité en raison de la pénurie d’offres prime. Les volumes investis en commerces ont de fait été gonflés par la réalisation de deux transactions d’envergure portant sur de grands centres commerciaux. La plus importante concerne la vente par Unibail-Rodamco à Allianz pour près de 300 millions d’euros de Nice Étoile, l’un des centres les plus renommés de la Côte d’Azur. L’autre porte sur la cession par Orion Capital Managers à Altarea-Cogedim de 50 % des parts de Qwartz, ouvert à Villeneuve-la-Garenne l’an passé. D’autres transactions significatives ont été réalisées, à l’image de l’acquisition auprès d’AXA par Eurocommercial Properties de 50 % du centre Shopping Etrembières, situé près de la frontière avec la Suisse, pour 43,3 millions d’euros. Si les volumes investis sur d’autres types d’actifs commerciaux sont moins importants, la plupart des sites prime restent très prisés : c’est le cas des retail parks les plus récents ou disposant d’une vaste zone de chalandise, qui devraient faire l’objet dans les prochains mois de transactions significatives. C’est plus encore le cas des artères les plus renommées de l’Hexagone et de la capitale, qui suscitent notamment la convoitise d’investisseurs nord-américains. CUSHMAN & WAKEFIELD NATIONALITÉ DES INVESTISSEURS* INVESTISSEMENTS EN COMMERCES 1,9 2,3 4,8 1,2 1,9 3,6 3,3 3,6 4,0 7,7 0,95 0% 20% 40% 60% 80% 100% 0 1 2 3 4 5 6 7 8 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 1T 2015 Investissements en commerces (Mds €) Part dans le volume total investi (%) Source : Cushman & Wakefield Source : Cushman & Wakefield/*Ensemble des montants investis en commerces au 1T 2015. 1T 2015 France 39% Allemagne 38% Etats-Unis 13% Pays-Bas 5% Grande- Bretagne 3% Autres 2%
  7. 7. Une publication Cushman & Wakefield ÉVOLUTION DU PARC Près de 450 000 m² de centres commerciaux pourraient ouvrir en 2015. Les plus grands projets seront inaugurés au 2nd semestre, à l’exemple de Polygone Riviera près de Nice, qui confirmera la montée en gamme de l’architecture et de l’offre des centres commerciaux. Ce sera aussi le cas de l’extension du Forum des Halles qui, avant celles de Cap 3000, Val d’Europe ou encore Parly 2, illustrera la tendance à la valorisation et au renouvellement de l’offre des centres les plus renommés de l’Hexagone. Les grandes métropoles accueilleront les projets les plus emblématiques de 2015, à l’exemple des opérations menées à Paris (Forum des Halles, Vill’Up), Bordeaux (Promenade Sainte-Catherine) ou Marseille (Centre Bourse, les Docks). Plusieurs projets ouvriront aussi dans des villes de moindre envergure, à l’image des centres développés dans le cadre de projets de dynamisation de cœurs de ville comme Avaricum à Bourges – ouvert en février – ou Le Jeu de Paume à Beauvais. 260 000 m² de parcs d’activités commerciales ont ouvert en 2014, soit une baisse de 43 % sur un an. S’il n’atteindra pas les niveaux de la fin des années 2000 (580 000 m² par an en moyenne entre 2007 et 2010), le volume attendu en 2015 devrait toutefois être plus élevé que celui de l’an passé en raison d’une augmentation du nombre total d’opérations et de projets de grande taille. Parmi ces derniers, St Max Avenue, inauguré en mars à Creil, est l’ouverture la plus significative du trimestre. COMMERCES ACTUALITÉ RÉGLEMENTAIRE Le 1er trimestre 2015 a été dominé par les débats portant sur le projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances (dit « projet de loi Macron »). Présenté en Conseil des ministres en décembre 2014, ce dernier a ensuite été examiné par les députés en séance publique, menant à l’adoption de plusieurs centaines d’amendement. Il a été adopté en 1ère lecture le 19 février, après le rejet de la motion de censure déposée par les députés de l’opposition suite à la décision de Manuel Valls de recourir au 49.3. L’examen du projet de loi au Sénat a débuté le 7 avril et se prolongera jusqu’en mai. Il pourrait être l’occasion de revoir certaines de ses dispositions, comme la création de zones touristiques internationales et l’extension de l’ouverture dominicale des commerces. De fait, cette extension étant conditionnée à un accord avec les syndicats, la ministre du Commerce, Carole Delga, a récemment relayé les craintes du Conseil du commerce de France s’agissant des risques que ce principe impliquerait si la loi était adoptée en l’état. Le secrétaire d’État au Budget a annoncé le report au 1er janvier 2017 de la mise en œuvre de la révision des valeurs locatives des locaux commerciaux, initialement prévue le 1er janvier 2016. Ce report devrait permettre de revenir sur les modes de calcul afin de ne pas pénaliser trop fortement les petits commerces de centre-ville. OUVERTURES SIGNIFICATIVES PRÉVUES EN 2015 CENTRES COMMERCIAUX M² OUV. Polygone Riviera | Cagnes-sur-Mer (06) 74 000 4T Les Saisons de Meaux | Meaux (77) 30 000 4T Nice One | Nice (06) 27 000 4T Vill’Up | Paris (75019) 24 000 4T Le Jeu de Paume | Beauvais (60) 24 000 3T Promenade Ste-Catherine | Bordeaux (33) 20 000 3T Forum des Halles | Paris (75001)* 11 400 4T Avaricum | Bourges (18) 11 100 1T PAC M² OUV. Promenades de Brétigny | Brétigny s/ O. (91) 45 000 4T Toulouse-Fenouillet | Fenouillet (31) 33 500 4T La Petite Madelaine | Chambray-les-T. (37) 31 400 2T Supergreen | Terville (57) 28 000 2T Frun Park | St-Nicolas-de-Port (54) 19 500 2T St Max Avenue | St-Maximin (60) 17 300 1T INDICES ILC/ICC – GLISSEMENT ANNUEL CUSHMAN & WAKEFIELD -8,00 -6,00 -4,00 -2,00 0,00 2,00 4,00 6,00 8,00 T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4T1T2T3T4 2009 2010 2011 2012 2013 2014 ILC ICC Source : INSEE*Extension 1T 2015
  8. 8. Une publication Cushman & Wakefield Retrouvez nos études et notre veille sur le marché immobilier des commerces sur : Fondé en 1917, Cushman & Wakefield (C&W) est le premier groupe privé mondial en immobilier d’entreprise. Cushman & Wakefield occupe une position prédominante sur la plupart des marchés immobiliers dans le monde, ainsi que le démontrent ses nombreuses implications dans des missions et transactions immobilières de haute portée. Avec 248 bureaux répartis dans 58 pays et plus de 16 000 collaborateurs, Cushman & Wakefield conseille ses clients, tant utilisateurs que propriétaires ou investisseurs, et leur offre une gamme complète de services intégrés à l’échelle mondiale, et ce pour tous types de biens (bureaux, commerces, locaux d’activités et entrepôts logistiques) : transaction locative, investissement, service financier, audit et gestion de projet, gestion d’actifs immobiliers, expertise. Leader incontesté de l’immobilier commercial, notre société publie de nombreuses études auxquelles vous pouvez accéder sur le Knowledge Center de notre site internet: www.cushmanwakefield.fr Toute représentation, reproduction ou traduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de Cushman & Wakefield ou de ses ayants droits ou ayants cause est illicite (art.L122-4 du Code de la propriété intellectuelle) et constituerait une contrefaçon sanctionnable par les articles L335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Seules sont autorisées les copies ou reproductions prévues par l’article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle et notamment celles réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective. Ce document est non contractuel. Les informations qui y figurent sont fondées sur des éléments que nous pensons être fiables. Par conséquent, Cushman & Wakefield ne saurait être tenu pour responsable en cas d’erreur ou inexactitude survenue sur tout ou partie de son contenu. ©2015 Cushman & Wakefield, Inc. Tous droits réservés. Cushman & Wakefield France 11-13 Avenue de Friedland 75008 Paris www.cushmanwakefield.fr CONTACTS Christian Dubois Directeur Général | Département Commerces FRANCE Tél : +33 (0) 1 53 76 92 96 christian.dubois@eur.cushwake.com David Bourla Responsable Études & Recherche FRANCE Tél : +33 (0) 1 53 76 91 91 david.bourla@eur.cushwake.com

×