Le modèle à deux processus      Alexander Borbély      Paris, 11 juin 2010
Giuseppe Antonio Petrini, Le sommeil de saint Pierre, au musée du Louvre.(18e siècle)
La régulation du sommeil  Quelques voix historiques
Aristote… ce   nen est pas moins une loi nécessaireque tout être qui veille puisse aussi dormir;car il est impossible dêtr...
Aristote…pour tous les organes qui ont quelquefonction naturelle à remplir, quand ondépasse le temps durant lequel ils peu...
Flow of animal spirits in the brain determines sleep and waking (Descartes 1662)     Flaccid in sleep     Distended in wak...
Eduard Robert Michelson: Studies of sleep depth 1891                                     In Weber and Burgmair 2008
Modèle à deux processus• Origine du concept• Analyse quantitative de l’EEG
Blake and Gerard 1937
Sleep in the rat: Slow-wave activity  0      6        12      18       24               TIME (h)                          ...
Early conceptualization of two processes based on rat data                          Borbély 1980     RAT    0             ...
Fatigue rating during 72-h sleep deprivation               Very tiredFatigue (%)                        Little tired      ...
Two-process model Borbély Human Neurobiology 1982
Cela semble indiquer l’existence d’un sommeil superflu,cest-à-dire tel qu’il pourrait faire défaut sans inconvénient,prolo...
Duréed’éveilpréalable                          E                         U            C                       IQ          ...
Homéostasie et ondes lentes
Analyse quantitative de l’EEGREM                                                    Schlafstadium  W  1  2  3  4   B3000  ...
Time course of slow wave activity and activity in         the spindle frequency range                            modified ...
Homeostatic sleep regulation            1.0Process S            0.5            0.0                  23     7     1820 23  ...
Slow-waves in the sleep-EEG depend on previous history                                                                    ...
Mensch                                 Ratte                                      LWA (0.75 - 4.0 Hz)LWA IM NREMS (%)     ...
Modèle à deux processus• Quelques prédictions• Evolution du modèle
Two-processmodel of sleepregulationQuantitative versionDaan, Beersma, Borbély 1984
Phase of sleep episode determines sleep duration Borbély, 1982        Daan, Beersma, Borbély, 1984
Rockefeller University Feb. 1985
Concepts and models of sleep regulation, Zurich 1991
Elaborated model: Parameter estimation   Ultradian dynamics of slow-wave activity (SWA)              300                  ...
Modèle à deux processus• S et C indépendents?• S et sommeil paradoxal• S et durée de sommeil
Läsion des Suprachiasmatischen Nukleus (SCN)        Wirkung von Schlafentzug auf den Tiefschlaf                           ...
Forced desynchrony protocolDijk DJ, Czeisler CA, J Neurosci 1995
Pharmacological elimination of REM sleep                        Baseline                       Phenelzine          225    ...
Increased sleep pressure in short sleepers                                  Aeschbach et al. 1996
Processus S pendant l’éveil                            S u b jec t 1 8        200        180        160        140        ...
Theta activity in the waking EEG is associated with sleepiness                              n=8                           ...
EEG dynamics in sleep and                        waking are related          200                 subject 11               ...
Dual EEG markers of human sleep         homeostasis                               200                                     ...
Homéostasie du sommeilDéveloppements récents     “Sommeil local”
Delphin             Mensch                 Anstieg von Theta                 im Wach EEG [% / h]           Zunahme von LWA...
Vibratory stimulus of the dominant hand              interhemispheric shift of Whisker stimulation              delta powe...
Homéostasie et continuité de sommeil
Sleep continuity is correlated with slow-wave activity                                 nBA:                               ...
Study of sleep in invertebrates                  Tobler 1983                                  Tobler, Stalder 1988
Response to 12-h rest deprivation                                  DROSOPHILA MELANOGASTER (n=26)                 60      ...
Mammifères   DrosophilaComportementSeuil d’éveilRythme circadienHoméostasieDuréeHoméostasieIntensitéPerformance  diminuée ...
C’est dans les groupes qui présentent plus ou moinssporadiquement des phénomènes de sommeil, enparticulier chez les insect...
Synaptic homeostasis hypothesis      Wakefulness                             SleepTononi and Cirelli, 2003, Brain Res Bull...
Ou bien le sommeil a apparu lorsque lusure ou lafabrication intra-organique de déchets na plus étécompensée par lassimilat...
Modèle à deux processusBorbély AA. A two process model of sleep. Human Neurobiol. 1 (1982) 195-204                        ...
Ph D                                      PostdocPeter Achermann PD UZH                    Péter Alföldi     Univ. SzegedD...
Borbely: Modèle de régulation du sommeil à deux processus
Borbely: Modèle de régulation du sommeil à deux processus
Borbely: Modèle de régulation du sommeil à deux processus
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Borbely: Modèle de régulation du sommeil à deux processus

2 492 vues

Publié le

En 1982 Alexander A. Borbély a publié A two process model of sleep regulation » dans Human Neurobiology. Cet article cité plus de 1000 fois dans des papiers prestigieux a été génial dans la vision de la régulation du sommeil. Pour la première fois était pris en compte à la fois le besoin de sommeil sous forme d’une accumulation de substances de sommeil qui était en lien avec un process homéostasique et la régulation cyclique, circadienne, du sommeil. Ce modèle a été travaillé dans tous les sens par des chercheurs de tous les pays à la fois pour comprendre comme l’homme réagissait à la privation de sommeil, mais aussi comment il évoluait avec l’âge ou lors de pathologie comme la dépression.

Près de 30 ans plus tard, la simplicité et l’adaptabilité de ce modèle à la clinique en fait encore un outil d’actualité pour la réflexion des observateurs et des chercheurs.

Publié dans : Santé & Médecine, Business
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 492
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
201
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • En durée, les évolutions sont plus impressionnantes au début de la vie qu ’après 20 ans…par contre le rythme, et l’architecture vont effectivement beaucoup changé. Qu ’est-ce que l’architecture ?
  • 21/11/10
  • Donc cette rythmicité n’est pas simplement liée à la rotation de la terre autour du soleil.
  • Pourtant, son action n ’est pas que bénéfique, la lumière et plus spécifiquement ses rayons UV ont pour effet de casser les liaisons entre les atomes, et donc d’entrainer des dégâts notamment au niveau de l’ADN. Le risque de transformation mutagène est alors important d’où la nécessité aussi de se protéger des rayons du soleil pour se donner un temps de réparation.
  • La lumière agit sur notre cerveau par des voies particulières. Elle arrive sur la rétine où son intensité est perçue par les cellules ganglionnaires de la rétine. De là les fibres nerveuses se rendent directement vers une toute petite région de l ’hypothalamus, le noyau supra-chiasmatique, véritable horloge interne de notre organisme. Une seconde structure joue un rôle important, l ’épiphyse qui secrète la mélatonine. Des voies indirectes partent de noyau supra chiasmatique pour aller à l’épiphyse, via le ganglion cervical supérieur. Ainsi la lumière inhibe la sécrétion de mélatonine. Lorsque la mélatonine est libéréeelle agit en retour sur le NSC, et diffuse à tous l ’organisme où elle va agir sur les cellules pour entrainer la synchronisation des rythmes.
  • Ainsi une lumière forte le matin a pour effet d ’avancer les horaires de sommeil plus précocement , alors qu’une lumière forte le soir aura un effet inverse.
  • Globalement dans notre société et dans les modèles de sociétés industrialisées, on se couche de plus en plus tard, sans obligatoirement se lever beaucoup plus tard, sauf le week-end, et tout comme l ’adolescent. De plus en plus s’affirme le désir que tout est possible à tout moment du jour et de la nuit … certains souhaiteraient accéder aux services : achat, loisir, et même service public, sans limitation d’horaires. C’est ce qui se fait en Chine où il n’y a guère qu’aux alentours de 3 heures du matin que l’activité grouillante de la ville diminue. Certaines grandes chaines hôtelières prévoient de faire des chambres sans fenêtres avec des services disponibles 24h/24 où les dormeurs contrôleront eux même la lumière pour être plus proche de leur « temps interne ». Sur le plan professionnel la mondialisation impose aux entreprises une présence partout dans le monde. Cadres, consultants, dirigeants bougent d’un point à l’autre de la planète au rythme des jet lags désynchronisant
  • Important réseau social il a d ’abord fasciné les adolescents mais très rapidement a atteint une population qui semblait en retrait, les retraités. Actuellement 60 % des français âgés de 15 à 34 ans utilisent internet tous les jours ou presque dans le cadre de leur temps libre alors que les retraités représentent 7% des utilisateurs quotidiens . Au travers de nos consultations nous voyions peu à peu le comportement de nos patients changer. L’ordinateur remplace ou fait suite au traditionnel film ou émission à la télévision. Pratiques Culturelles 2008, Ministère de la Culture et de la Communication 2009
  • 21/11/10
  • 21/11/10
  • 21/11/10
  • Ainsi on sait que la durée de sommeil est variable, spécifique à l’individu , avec des besoins très différents allant de très peu de sommeil – le record est de 3h30 par nuit- à beaucoup de sommeil, définissant des courts dormeurs (moins de 6h) et des long dormeurs (plus de 9h). Ainsi un individu donné est caractérisé par une durée de sommeil optimale au dessous de laquelle il n’est pas bien, mais, ce qui est moins bien connue, au dessus de laquelle il se sent pas bien non plus. Dormir plus que de besoin n’est finalement pas mieux . Ce sommeil trop long se traduit par un réveil le matin de mauvaise qualité avec le sentiment d’être mal réveillé, encore très engourdi. Nous avons tous fait ce genre d’expérience un dimanche matin de grasse matinée où l’on cherche absolument à prolonger son sommeil, sans réaliser qu’on est en fait beaucoup plus mal que lorsqu’on s’était réveillé à l’heure habituelle.
  • Le record en ce domaine a été réalisé en 1964 par Randy Gardner, un étudiant de 17 ans , qui a pu tenir 11 jours et demi dans avec, comme le raconte William Dément, encore de bonnes performances physique et intellectuelles à la fin de la période de privation. Outre le facteur de résistance au sommeil caractéristique individuelle indéniable, des facteurs motivationnels vont jouer un rôle fondamental. En particulier la notion de danger change considérablement les choses. Ainsi en situation de catastrophe ou lors de course en navigation solitaire, l’individu est capable de mobiliser des ressources et une énergie hors du commun pour lutter contre le sommeil car sa survie en dépend.
  • Borbely: Modèle de régulation du sommeil à deux processus

    1. 1. Le modèle à deux processus Alexander Borbély Paris, 11 juin 2010
    2. 2. Giuseppe Antonio Petrini, Le sommeil de saint Pierre, au musée du Louvre.(18e siècle)
    3. 3. La régulation du sommeil Quelques voix historiques
    4. 4. Aristote… ce nen est pas moins une loi nécessaireque tout être qui veille puisse aussi dormir;car il est impossible dêtre toujours enactivité.
    5. 5. Aristote…pour tous les organes qui ont quelquefonction naturelle à remplir, quand ondépasse le temps durant lequel ils peuventsatisfaire à cette oeuvre, quelle quelle soit, ilfaut nécessairement quils tombent danslimpuissance
    6. 6. Flow of animal spirits in the brain determines sleep and waking (Descartes 1662) Flaccid in sleep Distended in waking
    7. 7. Eduard Robert Michelson: Studies of sleep depth 1891 In Weber and Burgmair 2008
    8. 8. Modèle à deux processus• Origine du concept• Analyse quantitative de l’EEG
    9. 9. Blake and Gerard 1937
    10. 10. Sleep in the rat: Slow-wave activity 0 6 12 18 24 TIME (h) Franken et al.1991
    11. 11. Early conceptualization of two processes based on rat data Borbély 1980 RAT 0 12 24 Borbély and Neuhaus, 1979
    12. 12. Fatigue rating during 72-h sleep deprivation Very tiredFatigue (%) Little tired Hours Day 1 Day 2 Day 3 kerstedt and Fröberg 1977
    13. 13. Two-process model Borbély Human Neurobiology 1982
    14. 14. Cela semble indiquer l’existence d’un sommeil superflu,cest-à-dire tel qu’il pourrait faire défaut sans inconvénient,prolongeant le sommeil nécessaire, dont le minimumstrictement indispensable est évidemment difficile àdéterminer, à cause de la compensation probable desdiminutions de durée par des augmentations deprofondeur.Henri Piéron: Le Problème physiologique du sommeil, 1913
    15. 15. Duréed’éveilpréalable E U C IQ IR AT C A ST EO D M IE O N H Durée de sommeil
    16. 16. Homéostasie et ondes lentes
    17. 17. Analyse quantitative de l’EEGREM Schlafstadium W 1 2 3 4 B3000 LWA ( V2)20001000 0 0 1 2 3 4 5 6 7 8 Stunden
    18. 18. Time course of slow wave activity and activity in the spindle frequency range modified from Dijk et al. 1990
    19. 19. Homeostatic sleep regulation 1.0Process S 0.5 0.0 23 7 1820 23 7 23 7 Time of day
    20. 20. Slow-waves in the sleep-EEG depend on previous history Sleep deprivation SWA Night 1 Night 2 W || | | || | |||||||||||| || || | | | | |||| | | | | || | || || ||| | || N ||||||||||||||||||| ||||||||||||||||||||||||| |||| |||||||||||||| | ||||||||||||||||||||||||||||||| |||| |||||||||||||||||||||| | ||||||||||||||||||||| ||||||||||||||||||||||||| |||||||||||||||||||||||||||||||||||| | |||||||||||||||||||| ||||||||||||||||||||| | R ||||||| ||| ||||||||||| |||||||||||||||||| |||||||| |||| ||||||| |||||||||||| |||||||||||||| || ||||||| 23 1 3 5 7 23 1 3 5 7 Time of day Time of day Daytime nap Night 1 Night 2 SWA W ||||| | | | | | ||| | ||||||||||||||| |||| N ||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||||| |||||||||||||||||||||||||||| | | ||||||||||||||||||||||| || ||||||||||||||||||| ||||||||||||||||||||||||||| ||||||||||||||||||||||||| ||||| ||||||||||||||||||||||||||||||| ||||||||||||||||| ||||||||||||| ||||||||||||||||||||| || ||||| R ||||| |||||| |||||||||| |||||||||||||||||||| ||||||||||||||||| |||||| |||||| |||||| ||||||| 23 1 3 5 7 18 20 23 1 3 5 7 Time of day Time of day
    21. 21. Mensch Ratte LWA (0.75 - 4.0 Hz)LWA IM NREMS (%) Kontrolle Nach n=18 n=9 n=9 Schlafentzug ZYKLUS STUNDEN Aus Franken, Dijk, Tobler, Borbély, Am J Physiol 1991 Dijk, Brunner, Borbély, Am J Physiol 1990
    22. 22. Modèle à deux processus• Quelques prédictions• Evolution du modèle
    23. 23. Two-processmodel of sleepregulationQuantitative versionDaan, Beersma, Borbély 1984
    24. 24. Phase of sleep episode determines sleep duration Borbély, 1982 Daan, Beersma, Borbély, 1984
    25. 25. Rockefeller University Feb. 1985
    26. 26. Concepts and models of sleep regulation, Zurich 1991
    27. 27. Elaborated model: Parameter estimation Ultradian dynamics of slow-wave activity (SWA) 300 SWA data Simulation Process S SWA [%] 200 100 0 0 100 200 300 400 time [min] • Parameter estimationdSWA SWA dS rc SWA S (1 ) gc SWA • Sensitivity analysis dt S dt • Test with independent fcR ( SWA SWAL ) REMT (t ) ( SU S ) rs data Achermann et al., 1993
    28. 28. Modèle à deux processus• S et C indépendents?• S et sommeil paradoxal• S et durée de sommeil
    29. 29. Läsion des Suprachiasmatischen Nukleus (SCN) Wirkung von Schlafentzug auf den Tiefschlaf Baseline n = 5 Recovery * p< 0.05 Tobler, Borbély, Gross, Neurosci Letters 42, 1983
    30. 30. Forced desynchrony protocolDijk DJ, Czeisler CA, J Neurosci 1995
    31. 31. Pharmacological elimination of REM sleep Baseline Phenelzine 225 Data Simulation 175SWA [%] 125 75 25 0 1 2 3 4 5 0 1 2 3 4 5 time [h] Landolt et al., 2001
    32. 32. Increased sleep pressure in short sleepers Aeschbach et al. 1996
    33. 33. Processus S pendant l’éveil S u b jec t 1 8 200 180 160 140 120 100 80 60 40 20 0 0 10 20 30 40 50
    34. 34. Theta activity in the waking EEG is associated with sleepiness n=8 -400 200 Self-rated alertness [%] Theta power [%] -200 150 0 100 200 0 9 18 27 36 0 9 18 27 36 Time awake [h] Finelli et al., 2000
    35. 35. EEG dynamics in sleep and waking are related 200 subject 11 subject 18 200 Theta power [%] 150SWA [%] SWA baseline 150 100 SWA recovery 50 100 Theta power in waking 0 23 7 15 23 7 15 23 7 23 7 15 23 7 15 23 7 Time of day [h] Finelli et al., 2000
    36. 36. Dual EEG markers of human sleep homeostasis 200 n=7 baseline to recovery [%] Increase of SWA from r = 0.851 S 11 p = 0.015 S 02 S 07 S 14 S 10 S 16 S 05 S 18 100 2 4 6 8 Rise rate of theta power in waking [% / h] Finelli et al. (2000) Neuroscience 101(3), 523-529
    37. 37. Homéostasie du sommeilDéveloppements récents “Sommeil local”
    38. 38. Delphin Mensch Anstieg von Theta im Wach EEG [% / h] Zunahme von LWA im Schlaf EEG von Kontrolle zu Erholungsnacht [%]
    39. 39. Vibratory stimulus of the dominant hand interhemispheric shift of Whisker stimulation delta power over somato- sensory cortex towards in rats & mice contralateral hemisphere 3 EEG asymmetry (0.75-4.5 Hz) * (deviation from baseline) Effects on sleep EEG (% OF IPSILATERAL 2-h INTERVAL) 0 EEG POWER DENSITY IN NREMS * 110 -3 1 2 3 NREMS episode * * 105 Kattler et al., 1994 100 Vyazovskiy et al., 2000 1 2 3 Vyazovskiy et al., 2004 2-h INTERVALS
    40. 40. Homéostasie et continuité de sommeil
    41. 41. Sleep continuity is correlated with slow-wave activity nBA: number of brief awakeningsRat Franken et al. 1991
    42. 42. Study of sleep in invertebrates Tobler 1983 Tobler, Stalder 1988
    43. 43. Response to 12-h rest deprivation DROSOPHILA MELANOGASTER (n=26) 60 Baseline Gentle HandlingRest (minutes) 40 20 0 1 3 5 7 9 11 13 15 17 19 21 23 Time (hours) Shaw et al. Science 287, 2000
    44. 44. Mammifères DrosophilaComportementSeuil d’éveilRythme circadienHoméostasieDuréeHoméostasieIntensitéPerformance diminuée après privation de sommeil
    45. 45. C’est dans les groupes qui présentent plus ou moinssporadiquement des phénomènes de sommeil, enparticulier chez les insectes, les céphalopodes et lespoissons, que l’on devra étudier les formesélémentaires de cet état de relâchement des fonctionsmotrices, complété par uns suspension plus ou moinsaccentuée des fonctions sensorielles qui caractérise lesommeil.Henri Piéron: Le Problème physiologique du sommeil, 1913
    46. 46. Synaptic homeostasis hypothesis Wakefulness SleepTononi and Cirelli, 2003, Brain Res Bull; Tononi and Cirelli, 2006, Sleep Med Rev
    47. 47. Ou bien le sommeil a apparu lorsque lusure ou lafabrication intra-organique de déchets na plus étécompensée par lassimilation ou par lélimination.… Pour rétablir léquilibre, il a naturellement fallu que desphases de réparation ou daccumulation dénergiesuccédassent aux phases dactivité.Edouard ClaparèdeEsquisse dune théorie biologique du sommeil. 1905
    48. 48. Modèle à deux processusBorbély AA. A two process model of sleep. Human Neurobiol. 1 (1982) 195-204 Total Citations 1046 (Feb. 2010) 400 300 Nb. of citations 200 100 0 1985-89 1990-94 1995-99 2000-04 2005-09 Years
    49. 49. Ph D PostdocPeter Achermann PD UZH Péter Alföldi Univ. SzegedDaniel Aeschbach Harvard Med.School Kimberly Cote Brock Univ., CanadaDaniel Brunner Schlafmed. Zentrum Derk-Jan Dijk Univ. Surrey Zürich Helen Driver Queens Univ., CanadaChristian Cajochen Univ. Basel Takuro Endo Univ. SapporoTom Deboer Univ. Leiden Julie Gottselig Harvard Med. SchoolLuca Finelli Novartis, Basel Oskar Jenni* Kinderspital ZürichPaul Franken Univ Lausanne Caroline Kopp Univ. BaselReto Huber Univ. Wisconsin Oleg Lyamin VA GLAHS Sepulveda,Hanspeter Landolt PD UZH CACorinne Roth Inselspital Bern Ferenc Obál† Univ. SzegedIrene Tobler Tit. Prof. UZHVlad Vyazovskiy Univ. WisconsinEsther Werth Neurolog. Klinik USZ

    ×