La violence scolaire:La violence scolaire:
entre mythe et réalitéentre mythe et réalité
Tarquinio Cyril,Tarquinio Cyril,
P...
PlanPlan
► Introduction généraleIntroduction générale
► 1. Les violences classiques1. Les violences classiques
 1.1. Défi...
Un détail…..?Un détail…..?
C'était il y a six ans. Elève de quatrièmeC'était il y a six ans. Elève de quatrième d'un collège très calme de lad'un col...
Objectif:Objectif:
Présenter les différentes formes dePrésenter les différentes formes de
violences scolaires (intra) et i...
1. Les violences classiques1. Les violences classiques
1.1. Définitions générales1.1. Définitions générales
Toutes les formes de violences,Toutes les formes de violences, physiques ouphysiques ou
psychologiquespsychologiques, prod...
Définition du harcèlementDéfinition du harcèlement
Depuis les travaux d’Depuis les travaux d’Olweus (1978), lOlweus (1978)...
Définition du harcèlementDéfinition du harcèlement
LeLe dépasse la seule notion de violencedépasse la seule notion de viol...
Définition du harcèlementDéfinition du harcèlement
LeLe dépasse la seule notion de violencedépasse la seule notion de viol...
Un parallèle?Un parallèle?
►Harcèlement à l’écoleHarcèlement à l’école ►Harcèlement auHarcèlement au
travailtravail
Mobbing : terme anglais, to mob signifiantMobbing : terme anglais, to mob signifiant
assiéger, assaillir)assiéger, assaill...
La violence verticaleLa violence verticale ou la violenceou la violence
hiérarchiquehiérarchique
►AscendanteAscendante
►De...
1.2. Quelques chiffres…1.2. Quelques chiffres…
Quelques chiffres…Quelques chiffres…
- La violence en milieu scolaire est un problème majeur de
santé publique. On situe l...
- En primaire (Debarbieux, 2010), 7,7% des jeunes élèves
français disaient avoir peur d’une violence forte dans leur
école...
Cohortes Youth Risk Behavior Survey (11 000 à 16 000
élèves) et School Crime Supplement (9 000 élèves, depuis
1995).
-25 %...
Depuis 2001, le British Crime Survey recueille des données
sur la victimation d’enfants dès l’âge de 10 ans.
-51% des jeun...
Une enquête sur la violence dans les écoles du Québec a été
réalisée par une équipe de Montréal (Janosz & alii, 2009) sur
...
2. Les facteurs du harcèlement2. Les facteurs du harcèlement
scolairescolaire
2.1. Évolution du type de violence dans le2.1. Évolution du type de violence dans le
tempstemps
Moins de 13 ans
Plus de 13...
Filles <-> Agressions indirectesFilles <-> Agressions indirectes
Calomnies, manipulation des liensCalomnies, manipulation ...
Dans toutes les enquêtes mondiales, le caractère «genré» de la
violence scolaire est marqué. Ainsi dans l’enquête d’E.
Deb...
2.2.Les facteurs scolaires2.2.Les facteurs scolaires
LL’’échec scolaireéchec scolaire
LL’’influence des pairsinfluence...
2.3. Les facteurs personnels et2.3. Les facteurs personnels et
psychologiquespsychologiques
Les élèves agresseursLes élève...
“ victimes soumises ”
“ victimes provocantes ”
Les victimes
- angoissées,
- manque de confiance en soi, souffrent d’un
sen...
Quatre profils d’élèves sont identifiés dans le harcèlement
scolaire
- les «neutres» sont les élèves qui ne subissent et n...
2.4. Les facteurs familiaux2.4. Les facteurs familiaux
Les conditions deLes conditions de
logement/chômagelogement/chômage...
Plusieurs adolescents et adultes estiment que le
harcèlement subi pendant la scolarité relève de
«l’expérience de la vie »...
3. Les conséquences3. Les conséquences
psychologiques de la violencespsychologiques de la violences
scolairesscolaires
33
Incident critique
Evénement Traumatique
34
EvénementsEvénements
MajeursMajeurs
répétésrépétés
MicrotraumatismMicrotraumatism
eses
répétésrépétés MaladieMaladie
Ma...
35
Souvenir(s) spontané(s), récurent(s), involontaire(s) et
intrusif(s) de l’événement traumatique
Critère
B1 DSM 5
Symptô...
36
Evitement des indices de rappel internes (pensées,
sensations,..)
Critère
C1 DSM 5
Evitement persistant des stimuli lié...
37
Incapacité à se rappeler un aspect important de l’événement
traumatique (amnésie dissociative)
Critère D1
Altérations n...
38
Critère
E DSM 5
Critère E1
Critère E2
Critère E3
Critère E4
Critère E5
Critère E6
Altérations de l’activation et de la ...
► Concernant l’enfant victime, Duplechain (1998) indique que le niveau
d’exposition à la violence, positivement corrélé au...
► Une étude récente de Natvig, Albrektsen, & Qvarnstrom
(2001) effectuée auprès d’enfants âgés de 13 à 15 ans
montrent que...
4. Le cas particulier des4. Le cas particulier des
cyberviolencescyberviolences
4.1. Définitions générales4.1. Définitions générales
La définition souvent citée du bullying dans le cyberspaceLa définition souvent citée du bullying dans le cyberspace
dans ...
« Le cyberbullying« Le cyberbullying peut prendre la forme d’insultes,peut prendre la forme d’insultes,
de harcèlement, de...
Auprès des adolescents, la cyberintimidationAuprès des adolescents, la cyberintimidation
représenteraitreprésenterait 20 %...
5. Que faire?5. Que faire?
Prévention primairePrévention primaire
► Renforcement de la cohésion de l’établissement (Gottfredson, 2001)Renforcement de...
Prévention secondairePrévention secondaire
► Programmes d’entraînement au raisonnement moral et d’entraînementProgrammes d...
Prévention tertiairePrévention tertiaire
► Prise en charge psychothérapeutique et sociale des agresseursPrise en charge ps...
Pour conclurePour conclure
ConclusionConclusion
«La jeunesse d’aujourd’hui aime le luxe ; elle manque de
tenue, raille l’autorité et n’a aucun respec...
Merci pour votre attention…Merci pour votre attention…
Les violences scolaires entre mythe et réalité clinique
Les violences scolaires entre mythe et réalité clinique
Les violences scolaires entre mythe et réalité clinique
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les violences scolaires entre mythe et réalité clinique

1 471 vues

Publié le

La violence scolaire est devenue depuis quelques années une préoccupation majeure de l'Education Nationale. Cette violence peut se définir comme une contrainte physique ou morale, exercée par quelqu'un ou par un groupe sur une ou plusieurs personnes. Elle cause des souffrances autant à l'agressé qu'à l'agresseur. Dès lors, quelles solutions mettre en place pour que l'école cesse d'être un lieu de crainte et d'affrontement ?

Publié dans : Santé
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 471
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
452
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • ‐ Actions de prévention secondaire, dirigée vers des élèves identifiés comme porteurs de facteurs de risque importants :
  • ‐ Actions de prévention secondaire, dirigée vers des élèves identifiés comme porteurs de facteurs de risque importants :
  • Les violences scolaires entre mythe et réalité clinique

    1. 1. La violence scolaire:La violence scolaire: entre mythe et réalitéentre mythe et réalité Tarquinio Cyril,Tarquinio Cyril, Professeur des UniversitésProfesseur des Universités Directeur du Laboratoire APEMAC/EPSAM EA 4360Directeur du Laboratoire APEMAC/EPSAM EA 4360 Université de LorraineUniversité de Lorraine Directeur du Centre Pierre JanetDirecteur du Centre Pierre Janet Directeur du Master Psychologie clinique, psychologie de la santéDirecteur du Master Psychologie clinique, psychologie de la santé
    2. 2. PlanPlan ► Introduction généraleIntroduction générale ► 1. Les violences classiques1. Les violences classiques  1.1. Définitions générales1.1. Définitions générales  1.2. Quelques chiffres1.2. Quelques chiffres ► 2. Les facteurs du harcèlement scolaire2. Les facteurs du harcèlement scolaire  2.1. Evolution du type de violence dans le temps2.1. Evolution du type de violence dans le temps  2.2. Les facteurs scolaires2.2. Les facteurs scolaires  2.3. Les facteurs personnels et psychologiques2.3. Les facteurs personnels et psychologiques  2.4. Les facteurs familiaux2.4. Les facteurs familiaux ► 3. Les conséquences psychologiques de la violence3. Les conséquences psychologiques de la violence scolairescolaire ► 4. Le cas particulier des cyberviolences4. Le cas particulier des cyberviolences ► 5. Que faire?5. Que faire?
    3. 3. Un détail…..?Un détail…..?
    4. 4. C'était il y a six ans. Elève de quatrièmeC'était il y a six ans. Elève de quatrième d'un collège très calme de lad'un collège très calme de la banlieue de Rouenbanlieue de Rouen, Sébastien, Sébastien bégayait un peubégayait un peu. Ce fut assez pour tout. Ce fut assez pour tout déclencher. Au début de l'année, alertés par des moqueries d'adolescentsdéclencher. Au début de l'année, alertés par des moqueries d'adolescents au téléphone, ses parents en parlent au professeur principal. Chacun croitau téléphone, ses parents en parlent au professeur principal. Chacun croit l'affaire close. Par la suite, aucun incident n'est signalé. "l'affaire close. Par la suite, aucun incident n'est signalé. "Sébastien neSébastien ne disait riendisait rien", rapporte sa mère. Mais un jour de mars, le collégien prend un", rapporte sa mère. Mais un jour de mars, le collégien prend un appel sur la ligne fixe du domicile.appel sur la ligne fixe du domicile. La communication dure trois minutes,La communication dure trois minutes, puis il remonte dans sa chambre… et se pendpuis il remonte dans sa chambre… et se pend.. Ses parents n'ont alors aucune idée de ce qui a pu se passer, jusqu'à laSes parents n'ont alors aucune idée de ce qui a pu se passer, jusqu'à la découverte sur le blog de leur fils d'un message laissé après le drame pardécouverte sur le blog de leur fils d'un message laissé après le drame par un élève. Ils comprennent que Sébastienun élève. Ils comprennent que Sébastien était persécutéétait persécuté. Une plainte est. Une plainte est déposée, d'abord classée sans suite, mais l'enquête révèle peu à peudéposée, d'abord classée sans suite, mais l'enquête révèle peu à peu l'ampleur de ce que le jeune garçon avait subi. Finalement, plusieurs del'ampleur de ce que le jeune garçon avait subi. Finalement, plusieurs de ses « ses « tourmenteurs »tourmenteurs » sont reconnus coupables par un tribunal poursont reconnus coupables par un tribunal pour enfants.enfants. Les violences physiques n'étaient pas les pires.Les violences physiques n'étaient pas les pires. Le Monde 2.05.11Le Monde 2.05.11
    5. 5. Objectif:Objectif: Présenter les différentes formes dePrésenter les différentes formes de violences scolaires (intra) et identifierviolences scolaires (intra) et identifier leurs caractéristiques, ainsi que leursleurs caractéristiques, ainsi que leurs effets sur les élèves.effets sur les élèves.
    6. 6. 1. Les violences classiques1. Les violences classiques
    7. 7. 1.1. Définitions générales1.1. Définitions générales
    8. 8. Toutes les formes de violences,Toutes les formes de violences, physiques ouphysiques ou psychologiquespsychologiques, produites, produites au sein de lau sein de l’’institutioninstitution,, qui peuvent êtrequi peuvent être dirigées ou non contre celle-cidirigées ou non contre celle-ci etet qui comprennent parmi ses protagonistes un(des)qui comprennent parmi ses protagonistes un(des) élèveélève(s), quil(s) soit(ent)(s), quil(s) soit(ent) acteuracteur(s) ou(s) ou observateurobservateur(s),(s), auteuauteur(s) our(s) ou victimevictime(s).(s). Définition des violences scolairesDéfinition des violences scolaires
    9. 9. Définition du harcèlementDéfinition du harcèlement Depuis les travaux d’Depuis les travaux d’Olweus (1978), lOlweus (1978), l’’intimidationintimidation (plus connue sous le terme anglo-saxon de(plus connue sous le terme anglo-saxon de ««bullyingbullying» ou encore, en France, sous le terme» ou encore, en France, sous le terme ««harcèlementharcèlement») est décrite comme une») est décrite comme une formeforme insidieuse de violenceinsidieuse de violence qui répond à 3 critères :qui répond à 3 critères : • Intention de nuire de l’agresseur • Domination de l’agresseur sur sa victime • Répétition de l’agression dans le temps
    10. 10. Définition du harcèlementDéfinition du harcèlement LeLe dépasse la seule notion de violencedépasse la seule notion de violence scolaire car ce ne sont pas seulement des actesscolaire car ce ne sont pas seulement des actes agressifs classiques, ce sont également desagressifs classiques, ce sont également des qui tendent à l’qui tendent à l’exclusionexclusion dd’’unun individu, qui viennent renforcer leindividu, qui viennent renforcer le à là l’’encontre de victimes, ces dernières vivant de faitencontre de victimes, ces dernières vivant de fait leurleur comme inéluctable, allant de soi, dressant lecomme inéluctable, allant de soi, dressant le constat dconstat d’’adultes indifférents voire cautionnant.adultes indifférents voire cautionnant. phénomènes de groupe sentiment de puissance d’agresseurs infériorisation bullying
    11. 11. Définition du harcèlementDéfinition du harcèlement LeLe dépasse la seule notion de violencedépasse la seule notion de violence scolaire car ce ne sont pas seulement des actesscolaire car ce ne sont pas seulement des actes agressifs classiques, ce sont également desagressifs classiques, ce sont également des qui tendent à l’exclusion d’unqui tendent à l’exclusion d’un individu, qui viennent renforcer leindividu, qui viennent renforcer le à l’encontre de victimes, ces dernières vivant de faità l’encontre de victimes, ces dernières vivant de fait leurleur comme inéluctable, allant de soi, dressant lecomme inéluctable, allant de soi, dressant le constat d’adultes indifférents voire cautionnant.constat d’adultes indifférents voire cautionnant. phénomènes de groupe sentiment de puissance d’agresseurs infériorisation bullying
    12. 12. Un parallèle?Un parallèle? ►Harcèlement à l’écoleHarcèlement à l’école ►Harcèlement auHarcèlement au travailtravail
    13. 13. Mobbing : terme anglais, to mob signifiantMobbing : terme anglais, to mob signifiant assiéger, assaillir)assiéger, assaillir).. « l’enchaînement sur une assez longue période,« l’enchaînement sur une assez longue période, de propos et d’agissements hostiles exprimés oude propos et d’agissements hostiles exprimés ou manifestés par une ou plusieurs personnesmanifestés par une ou plusieurs personnes envers une autre, agissements quienvers une autre, agissements qui prispris isolement, pourraient sembler anodinsisolement, pourraient sembler anodins, mais dont, mais dont la répétition constante a des effets pernicieux »la répétition constante a des effets pernicieux » (Leymann, 1996(Leymann, 1996).). Définition du harcèlement des « grands: leDéfinition du harcèlement des « grands: le mobbing.mobbing.
    14. 14. La violence verticaleLa violence verticale ou la violenceou la violence hiérarchiquehiérarchique ►AscendanteAscendante ►DescendanteDescendante Le harcèlement horizontalLe harcèlement horizontal ou la violence entreou la violence entre collèguescollègues Mobbing horizontal    44% Mobbing descendant 37% Mobbing combiné     10% Mobbing ascendant     9% Qui contre qui?Qui contre qui?
    15. 15. 1.2. Quelques chiffres…1.2. Quelques chiffres…
    16. 16. Quelques chiffres…Quelques chiffres… - La violence en milieu scolaire est un problème majeur de santé publique. On situe la victimation sérieuse aux environs des 5 %, et celle d’intensité moindre entre 15 et 30 %; -L’ensemble des enquêtes menées dans différents pays montrent que la violence en milieu scolaire est rarement une violence d’intrusion (10%)
    17. 17. - En primaire (Debarbieux, 2010), 7,7% des jeunes élèves français disaient avoir peur d’une violence forte dans leur école. - Au collège (DEPP, 2011) 5% des répondants disaient avoir manqué l’école par peur de la violence.
    18. 18. Cohortes Youth Risk Behavior Survey (11 000 à 16 000 élèves) et School Crime Supplement (9 000 élèves, depuis 1995). -25 % des jeunes de 16 ans affirment avoir été victimes d’une forme de harcèlement ou de violences physiques répétées (1995). -16,6 % des élèves interrogés ont porté une arme, 20,1 % des élèves ont été harcelés durant les 30 jours précédent l’enquête, 8 % des élèves déclarent avoir été abusés sexuellement et 5,9 % des élèves ne se sont pas rendus à l’école par peur de la violence et de l’insécurité.
    19. 19. Depuis 2001, le British Crime Survey recueille des données sur la victimation d’enfants dès l’âge de 10 ans. -51% des jeunes entre 11 et 16 ans avaient subi une agression, 30% d’entre eux avaient été victimes de brimades -29% avaient été confrontés au racisme en milieu scolaire
    20. 20. Une enquête sur la violence dans les écoles du Québec a été réalisée par une équipe de Montréal (Janosz & alii, 2009) sur un très important échantillon, tant en primaire (55 écoles, 6050 élèves, 1499 adultes) qu’en secondaire (57684 élèves et 5151 adultes dans 97 écoles) - 20,2% des garçons du secondaire sont victimes de violence à répétition, contre 13% des filles
    21. 21. 2. Les facteurs du harcèlement2. Les facteurs du harcèlement scolairescolaire
    22. 22. 2.1. Évolution du type de violence dans le2.1. Évolution du type de violence dans le tempstemps Moins de 13 ans Plus de 13 ans Bullying Destruction de matériel Dégradation des locaux Vols Incivilités Violences sexuelles Agressions avec coups et blessures Tags
    23. 23. Filles <-> Agressions indirectesFilles <-> Agressions indirectes Calomnies, manipulation des liensCalomnies, manipulation des liens dd’’amitié, rumeurs…amitié, rumeurs… Garçons <-> Agressions directesGarçons <-> Agressions directes Injures, bagarres, coups…Injures, bagarres, coups…
    24. 24. Dans toutes les enquêtes mondiales, le caractère «genré» de la violence scolaire est marqué. Ainsi dans l’enquête d’E. Debarbieux à l’école élémentaire… - Si les filles sont légèrement plus victimes de médisances, les « médisants » sont des garçons plus que des filles (44% des auteurs contre 32% pour les filles et 24% en groupes mixtes). - La violence physique touche plus nettement les garçons, largement plus agresseurs (67% des agressions physiques sont le fait de garçons dont la moitié en groupe, contre 20% par des filles et 12% par des groupes mixtes). Les enquêtes montrent que la violence à l’école est en grande partie une affaire de garçons
    25. 25. 2.2.Les facteurs scolaires2.2.Les facteurs scolaires LL’’échec scolaireéchec scolaire LL’’influence des pairsinfluence des pairs La relation pédagogiqueLa relation pédagogique - un manque de clarté du règlement et de la politique associée  - un soutient administratif faible, et inconsistant du personnel  - une approche indifférenciée des élèves 
    26. 26. 2.3. Les facteurs personnels et2.3. Les facteurs personnels et psychologiquespsychologiques Les élèves agresseursLes élèves agresseurs Plus dépressifs, plus anxieux, peur dPlus dépressifs, plus anxieux, peur d’’être soi-mêmeêtre soi-même agressé, manifestent des troubles de lagressé, manifestent des troubles de l’’attention, faibleattention, faible contrôle de soi, faible attention aux sentiments descontrôle de soi, faible attention aux sentiments des autres, lacunes concernant les habiletés sociales, besoin deautres, lacunes concernant les habiletés sociales, besoin de dominer les autres…dominer les autres…et globalement une image positive det globalement une image positive d ’’eux-eux- mêmes!mêmes! Quatre symptômes majeurs: - Il n’a pas intégré le respect de soi et des autres, - Il a une faible résistance à la frustration, - Son identité est mal affirmée et il manque de confiance, - Il n’a pas un sentiment d’appartenance suffisamment fort à sa famille ou à la société .
    27. 27. “ victimes soumises ” “ victimes provocantes ” Les victimes - angoissées, - manque de confiance en soi, souffrent d’un sentiment d’infériorité, - timides, sensibles et calmes, - lorsque les autres les assaillent, ils se referment sur eux-mêmes, - ont une image négative d’elles-mêmes et de leur situation. - réactions angoissées et agressives, - des problèmes de concentration, - leur comportement est susceptible de susciter irritation et tension - certains sont hyperactifs.
    28. 28. Quatre profils d’élèves sont identifiés dans le harcèlement scolaire - les «neutres» sont les élèves qui ne subissent et ne pratiquent aucune forme d’intimidation ; - les «victimes» subissent les agressions sans y avoir recours à leur tours ; - les «agresseurs » les initient sans les subir ; - les «agresseurs/victimes» subissent et initient l’agression sur d’autres élèves que ceux qui les ont agressés (Solberg & Olweus,2003 ; Solberg, Olweus, & Endersen, 2007).
    29. 29. 2.4. Les facteurs familiaux2.4. Les facteurs familiaux Les conditions deLes conditions de logement/chômagelogement/chômage InconsistanceInconsistance de la discipline Décès ou absencede la discipline Décès ou absence dd’’un des parentsun des parents Éducation parentaleÉducation parentale trop rigide ou trop laxistetrop rigide ou trop laxiste Recours à la violenceRecours à la violence
    30. 30. Plusieurs adolescents et adultes estiment que le harcèlement subi pendant la scolarité relève de «l’expérience de la vie » (Feder, 2007 ;Smith & Brain, 2000).
    31. 31. 3. Les conséquences3. Les conséquences psychologiques de la violencespsychologiques de la violences scolairesscolaires
    32. 32. 33 Incident critique Evénement Traumatique
    33. 33. 34 EvénementsEvénements MajeursMajeurs répétésrépétés MicrotraumatismMicrotraumatism eses répétésrépétés MaladieMaladie MaltraitanceMaltraitance «non«non traitance»traitance» EvénementsEvénements MajeursMajeurs ponctuelsponctuels
    34. 34. 35 Souvenir(s) spontané(s), récurent(s), involontaire(s) et intrusif(s) de l’événement traumatique Critère B1 DSM 5 Symptômes intrusifs associés avec l’événement traumatique Critère B DSM 5 Rêve(s) répétitif(s) et pénible(s) dans le(s)quel(s) le contenu ou l’émotion sont reliés aux événements Critère B2 DSM 5 Réaction(s) dissociative(s) (flashback) dans la(es)quelle(s) les sensations et les actions de l’individu sont comme si l’événement allait recommencer (de telles réactions peuvent s'étaler sur un continuum avec comme expression extrême une perte complète de conscience de l'environnement présent) Critère B3 DSM 5 35
    35. 35. 36 Evitement des indices de rappel internes (pensées, sensations,..) Critère C1 DSM 5 Evitement persistant des stimuli liés à l’événement traumatique Critère C DSM 5 Evitement des indices de rappel externes (personnes, lieux, conversation, activités,..) Critère C2 DSM 5
    36. 36. 37 Incapacité à se rappeler un aspect important de l’événement traumatique (amnésie dissociative) Critère D1 Altérations négatives dans les cognitions et l’humeur associées à l’événement traumatique (E.T.) Critère D DSM 5 Persistance et exagération négative des «expectations» à propos de soi et des autres (je suis mauvais,...le monde est mauvais) Critère D2 Auto-accusation ou accusation des autres déformées en ce qui concerne les causes ou les conséquences de l’E.T. Critère D3 Propagation de l’état émotionnel négatif (peur, horreur,angoisse, honte) Critère D4 Diminution de l’intérêt ou de la participation à des activités signifiantes Critère D5 Incapacité à ressentir des émotions positives (aimer,...)Critère D6 Sentiment de détachement ou d’être étranger par rapport aux autres Critère D6
    37. 37. 38 Critère E DSM 5 Critère E1 Critère E2 Critère E3 Critère E4 Critère E5 Critère E6 Altérations de l’activation et de la réactivité associés à l’E.T. Irritabilité et comportement d’agression Insouciance (laissé aller) par rapport à soi et autodestruction Hypervigilance Réaction de sursaut exagéré Problème de concentration Troubles du sommeil
    38. 38. ► Concernant l’enfant victime, Duplechain (1998) indique que le niveau d’exposition à la violence, positivement corrélé au stress post- traumatique, a un effet sur les résultats scolaires. ► Plus l’enfant est exposé, plus ses performances scolaires sont faibles. ► Impact psychosomatique des événements sur la santé des élèves (Forero, McLellan, Rissel, & Bauman, 1999). ► Les victimes souffriraient de trouble du sommeil, d’énurésie, de maux de tête, de maux de ventre, et d’un sentiment de tristesse en comparaison à des enfants qui ne sont pas victimes d’agression (Williams, Chamblers, Logan, & Robinson, 1996).
    39. 39. ► Une étude récente de Natvig, Albrektsen, & Qvarnstrom (2001) effectuée auprès d’enfants âgés de 13 à 15 ans montrent que les symptômes varient selon le genre de l’enfant victime. ► les garçons ont plutôt tendance à avoir des maux de tête, mal au dos et tendent à être plus irritables ► les filles manifestent plutôt des troubles du sommeil.
    40. 40. 4. Le cas particulier des4. Le cas particulier des cyberviolencescyberviolences
    41. 41. 4.1. Définitions générales4.1. Définitions générales
    42. 42. La définition souvent citée du bullying dans le cyberspaceLa définition souvent citée du bullying dans le cyberspace dans les articles et revues de la littérature est formulée pardans les articles et revues de la littérature est formulée par Smith et al. en 2008 et dérive de la définition du bullying ditSmith et al. en 2008 et dérive de la définition du bullying dit traditionnel de Olweus en 1993.traditionnel de Olweus en 1993. « Le cyberbullying consiste en des actes agressifs sur le« Le cyberbullying consiste en des actes agressifs sur le long terme, répétés, intentionnels, perpétrés par un oulong terme, répétés, intentionnels, perpétrés par un ou plusieurs individus, en utilisant desplusieurs individus, en utilisant des outils électroniquesoutils électroniques, et, et dirigés contre une victime plus faible.dirigés contre une victime plus faible. »» La répétition, l’intentionnalité et le déséquilibre de pouvoirLa répétition, l’intentionnalité et le déséquilibre de pouvoir sont des aspects partagés entre le cyberbullying et lesont des aspects partagés entre le cyberbullying et le bullying traditionnel.bullying traditionnel.
    43. 43. « Le cyberbullying« Le cyberbullying peut prendre la forme d’insultes,peut prendre la forme d’insultes, de harcèlement, de dénigrementde harcèlement, de dénigrement,, d’imitations oud’imitations ou d’usurpations d’identité, de divulgation de secretsd’usurpations d’identité, de divulgation de secrets ou de tromperies, d’exclusion, de traqueou de tromperies, d’exclusion, de traque, de, de menaces et demenaces et de «« happy slappinghappy slapping », forme qui consiste à s’en», forme qui consiste à s’en prendre physiquement à quelqu’un pendant qu’unprendre physiquement à quelqu’un pendant qu’un autre filme la scène.autre filme la scène.
    44. 44. Auprès des adolescents, la cyberintimidationAuprès des adolescents, la cyberintimidation représenteraitreprésenterait 20 %20 % des formes de harcèlementsdes formes de harcèlements existantes et aurait desexistantes et aurait des conséquences égales àconséquences égales à ll’’intimidation traditionnelleintimidation traditionnelle telles que latelles que la manifestation de symptômes dépressifs, anxieux,manifestation de symptômes dépressifs, anxieux, un risque suicidaire accru et une faible estime deun risque suicidaire accru et une faible estime de soi.soi. La littérature suggère lLa littérature suggère l’’existence dexistence d’’une forteune forte associatio nentre lassociatio nentre l’’intimidation à lintimidation à l’’école et laécole et la cyberintimidation.cyberintimidation.
    45. 45. 5. Que faire?5. Que faire?
    46. 46. Prévention primairePrévention primaire ► Renforcement de la cohésion de l’établissement (Gottfredson, 2001)Renforcement de la cohésion de l’établissement (Gottfredson, 2001) ► Interventions pour établir des normes claires, lisibles et justesInterventions pour établir des normes claires, lisibles et justes ► Augmentation des attitudes encourageantes et récompenses pour unAugmentation des attitudes encourageantes et récompenses pour un renforcement positif des comportementsrenforcement positif des comportements ► Réorganisation des classes dans le sens d’une plus grande flexibilitéRéorganisation des classes dans le sens d’une plus grande flexibilité (pour éviter des classes « ghettos »)(pour éviter des classes « ghettos »)
    47. 47. Prévention secondairePrévention secondaire ► Programmes d’entraînement au raisonnement moral et d’entraînementProgrammes d’entraînement au raisonnement moral et d’entraînement à la résolution des problèmes sociauxà la résolution des problèmes sociaux ► Techniques cognitives et renforcement des compétences sociales, enTechniques cognitives et renforcement des compétences sociales, en particulier l’empathie .particulier l’empathie . ► Formations des parents et des enseignants, pour utiliser desFormations des parents et des enseignants, pour utiliser des compétences spécifiques de gestion des enfantscompétences spécifiques de gestion des enfants ► Visites au domicile des familles en difficulté, en particulier d’infirmièresVisites au domicile des familles en difficulté, en particulier d’infirmières lors de la période post‐natalelors de la période post‐natale
    48. 48. Prévention tertiairePrévention tertiaire ► Prise en charge psychothérapeutique et sociale des agresseursPrise en charge psychothérapeutique et sociale des agresseurs ► Prise en charge psychothérapeutique des victimesPrise en charge psychothérapeutique des victimes
    49. 49. Pour conclurePour conclure
    50. 50. ConclusionConclusion «La jeunesse d’aujourd’hui aime le luxe ; elle manque de tenue, raille l’autorité et n’a aucun respect pour ses aînés. Les enfants sont de vrais petits tyrans. Ils ne se lèvent plus quand une personne d’âge entre dans la pièce où ils sont, ils contredisent leurs parents, se tiennent à table comme des gloutons et font une vie d’enfer à leurs maîtres  » Auteur grecque, 5ème siècle avant JC
    51. 51. Merci pour votre attention…Merci pour votre attention…

    ×