Communication                   financière                   Prévisions 2012 :                   Quelle « guidance » ?Étud...
Introduction        Dans un contexte de récession économique et        d’incertitude forte pour 2012, il nous a semblé    ...
Principaux constats Cette étude montre que lors de la communication des résultats annuels                                 ...
Approche méthodologiqueL’objectif de cette étude est de               Les supports de communicationrecenser et d’analyser ...
Sommaire
Analyse d’ensemble                                      9Prévisions sur les principaux indicateurs financiers   13Prévisio...
8|   Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ?   | 2012
Analyse d’ensemble
Au cours de la période allant de 2007 au3e trimestre 2011, les sociétés du CAC 40ont publié dans leurs communiqués        ...
Indicateurs prospectifs d’activité et de rentabilité  Nb de sociétés  du CAC 40  hors financières                         ...
12 |   Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ?   | 2012
Prévisionssur les principauxindicateurs financiers
Indicateurs financiers d’activité  Les indicateurs financiers d’activité font couramment  l’objet de prévisions. En moyenn...
Indicateurs prospectifs d’activité  Nb de sociétés  du CAC 40  hors financières                                           ...
Indicateurs de rentabilité  Sur l’ensemble de la période analysée, les sociétés communiquent  davantage sur des prévisions...
Indicateurs prospectifs de rentabilité  Nb de sociétés  du CAC 40  hors financières                         29 (83%)      ...
Indicateurs de structure financière  (hors secteur financier)  Trésorerie                                           Endett...
Indicateurs prospectifs de trésorerie  Nb de sociétés  du CAC 40  hors financières                13 (37%)                ...
Besoin en fonds de roulement                         Dividendes  La communication de prévisions                       Les ...
Indicateurs prospectifs de BFR                8 (23%)                 89%                       3 (9%)                    ...
22 |   Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ?   | 2012
Prévisionssur d’autres indicateurs
Économie de coûts (hors secteur financier)  Sans surprise, les prévisions en matière d’économie de  coût ont augmenté sens...
Indicateurs prospectifs d’économie des coûts  Nb de sociétés  du CAC 40  hors financières                24 (69%)         ...
Innovation (hors secteur financier)                  Indicateurs sociaux et environnementaux  En moyenne sur la période d’...
Focus - 3e trimestre 2011Prévisions communiquées lors de la publicationdes résultats du 3e trimestre 2011Au T3 2011, les g...
28 |   Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ?   | 2012
Annexe :Recommandation AMFn°2011-18/Informationsur les risques  Compte tenu du contexte économique  actuel qui est à la fo...
Première  recommandation AMF                                   Seconde                                                    ...
Vos prévisionsNos experts à vos côtésÉlaboration• Modélisation et revue des Business plans             Benjamin Ribault   ...
www.pwc.frLes informations contenues dans cette publication ne peuvent en aucun cas être assimilées à des prestations de s...
Quelle communication financière pour les prévisions des entreprises ? (février 2012)
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Quelle communication financière pour les prévisions des entreprises ? (février 2012)

2 955 vues

Publié le

Analyse des informations prospectives communiquées par les sociétés du CAC 40 depuis 2007.

Retrouvez toutes nos études : http://www.pwc.fr/publications

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 955
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
785
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Quelle communication financière pour les prévisions des entreprises ? (février 2012)

  1. 1. Communication financière Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ?Étude sur lesinformationscommuniquéespar les sociétésdu CAC 40depuis 2007
  2. 2. Introduction Dans un contexte de récession économique et d’incertitude forte pour 2012, il nous a semblé intéressant de mener une étude sur la communication de prévisions et « guidances » par les sociétés du CAC 40 depuis 2007, soit avant, pendant, et après la crise économique et financière de 2008. Les résultats de cette étude réalisée par l’équipe Communication financière de PwC, présentés ci-après, sont riches d’enseignements. Nous espérons qu’ils seront utiles aux sociétés cotées qui seront confrontées dans les semaines à venir au difficile exercice d’établir et de communiquer des prévisions pour 2012.Sociétés analyséesACCOR – AIR LIQUIDE – ALCATEL-LUCENT – ALSTOM – ARCELORMITTALAXA – BNP PARIBAS – BOUYGUES – CAP GEMINI – CARREFOURCRÉDIT AGRICOLE – DANONE – EADS – EDF – ESSILOR INTL – FRANCE TÉLÉCOMGDF SUEZ – LAFARGE – LEGRAND – L’ORÉAL – LVMH – MICHELINPERNOD RICARD – PEUGEOT – PPR – PUBLICIS GROUPE – RENAULT – SAFRANSAINT GOBAIN – SANOFI – SCHNEIDER ELECTRIC – SOCIÉTE GÉNÉRALESTMICROELECTRONICS – TECHNIP – TOTAL – UNIBAIL-RODAMCOVALLOUREC – VÉOLIA ENVIRONNEMENT – VINCI – VIVENDI Cette étude a été réalisée par Élodie Fornas, Senior Manager PwC, Spécialiste en Communication financière, sous la direction de Dominique Ménard, Associée, Responsable du Comité « Gouvernance » PwC PwC |3
  3. 3. Principaux constats Cette étude montre que lors de la communication des résultats annuels Quelles pistes 2008, en pleine crise économique et de réflexion pour 2012 ? financière, les sociétés du CAC 40 ont eu tendance à : • limiter leur communication prospective Certaines de ces tendances pourraient sur leur niveau d’activité et dans une se reproduire à l’occasion de la moindre mesure, sur leur rentabilité et à communication des prévisions allonger l’horizon de ces prévisions ; des sociétés pour l’exercice 2012. • enrichir leurs prévisions en matière de Le contexte n’est cependant pas structure financière, avec en particulier tout à fait le même et pourrait davantage d’indicateurs prospectifs de conduire à d’autres évolutions : trésorerie et d’endettement, et plus • un renforcement de la communication ponctuellement, dans le cas de plan sur les risques, de la part des institutions d’actions d’optimisation, l’introduction financières mais aussi des autres acteurs, de prévisions de fonds de roulement. face à des incertitudes multiples et L’ensemble de ces indicateurs vise soit à conformément aux recommandations de rassurer les investisseurs sur la solidité l’AMF du 20 décembre dernier ; financière des sociétés, soit à les préparer • des indicateurs ou informations à des opérations de refinancement ; prospectifs plus fréquents sur l’accès au • renforcer ou souligner davantage leurs financement et le coût du financement, objectifs de réduction de coûts ; dans un contexte de raréfaction du crédit • mettre l’accent sur leurs prévisions et de hausse des taux d’intérêt ; d’investissements et leur dynamique • une moindre communication sur les plans d’innovation, gages de leur capacité de de réduction de coûts, de nombreuses création de valeur à moyen et long terme. sociétés ayant déjà rationalisé de façon importante leur structure ces dernières années ; • l’apparition de nouveaux indicateurs visant à rassurer les investisseurs sur la capacité des sociétés à créer durablement de la valeur, notamment par le biais de considérations éthiques, sociales et environnementales.4| Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ? | 2012
  4. 4. Approche méthodologiqueL’objectif de cette étude est de Les supports de communicationrecenser et d’analyser les prévisions examinés comprennent :communiquées par les sociétés du • les communiqués de presse d’annonce desCAC 40 sur la période allant de 2007 résultats annuels de 2007 à 2010 ;au 3e trimestre 2011 afin d’identifier : • les communiqués de presse d’annonce des• la nature de ces prévisions (activité, résultats S1 2011 et informations T3 2011 ; rentabilité, structure financière, • les présentations aux analystes réalisées dividende, économies de coûts, lors des résultats 2010 et du S1 2011, investissement, innovation, RSE) ; ainsi que les « slideshow » des « investors• le niveau de précision de ces prévisions, day » organisés au cours de l’année 2011. au regard des trois niveaux suivants : Le recensement et l’analyse des prévisions - niveau I (le plus précis) défini par suivants les critères définis ci-dessus ont été rapport à l’atteinte d’un seuil chiffré, réalisés à partir des communiqués de presse - niveau II défini par l’indication d’une d’annonce des résultats annuels. fourchette, Les communiqués de presse retenus - niveau III (le moins précis) défini par pour 2011 sont ceux du 1er semestre et l’indication d’une tendance narrative du 3e trimestre. Tout en reconnaissant le (hausse ou baisse) ; caractère spécifique de ces communiqués• l’horizon de ces prévisions, classé en intermédiaires, nous avons souhaité les 3 catégories : inclure dans notre étude afin d’identifier les - horizon < N : la prévision porte sur la tendances et évolutions de la communication prochaine période intermédiaire des sociétés du CAC 40 au cours de ces (trimestre ou semestre), derniers mois, dans un contexte de forte - horizon N : la prévision porte sur la incertitude. La consultation des « slideshow » prochaine clôture annuelle, portant sur les résultats 2010 et au-delà - horizon > N : la prévision porte sur un a permis de mettre en perspective les horizon au-delà de la prochaine clôture éléments d’analyse issus des communiqués annuelle. de presse et de corroborer certains constats. Du point de vue de la terminologie, les mots « prévisions », « objectifs », « guidance » utilisés dans le présent document désignent toutes les informations prospectives, quelle que soit leur qualification réglementaire au regard de la notion de prévision telle que définie par la directive Prospectus. PwC |5
  5. 5. Sommaire
  6. 6. Analyse d’ensemble 9Prévisions sur les principaux indicateurs financiers 13Prévisions sur d’autres indicateurs 23Focus - 3e trimestre 2011 27Annexe : Recommandation AMF n°2011-18/Information sur les risques 29 PwC |7
  7. 7. 8| Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ? | 2012
  8. 8. Analyse d’ensemble
  9. 9. Au cours de la période allant de 2007 au3e trimestre 2011, les sociétés du CAC 40ont publié dans leurs communiqués Généralement l’horizon de la prévisionde presse d’annonce des résultats une porte sur l’année en cours, soit parmoyenne de 5 indicateurs prospectifs, exemple 2011 lors de l’année d’annonce desfinanciers et extra-financiers. Le nombre résultats 2010 : c’est le cas pour 61% desd’indicateurs prospectifs publiés apparait indicateurs publiés ; d’autres portent sur unrelativement stable d’une année sur l’autre. horizon plus proche (le prochain trimestre)Comme le montre le graphe ci-contre, les ou plus éloigné (à 2 ans et au-delà).indicateurs prospectifs les plus souvent Les niveaux de précision des prévisionscommuniqués portent sur la rentabilité sont variables : en moyenne sur la- communiqués en moyenne sur la période analysée, 56% des indicateurspériode d’analyse par 74% des sociétés prospectifs publiés sont précis, c’est-à-dire(hors financières) - puis sur l’activité - relatifs à l’atteinte d’un seuil chiffré,communiqués en moyenne sur la période 12% consistent en une fourchette, etd’analyse par 61% de ces mêmes sociétés. 32% sont limités à l’indication d’uneAlors que la plupart des sociétés tendance narrative (hausse ou baisse).communiquent un indicateur de L’analyse des présentations aux analystesrentabilité et/ou d’activité, il est réalisées par les sociétés du CAC 40intéressant de constater que certains au cours de 2011 montre que près degroupes choisissent de ne s’engager sur 65% d’entre elles communiquent leuraucun de ces deux thèmes : c’est l’approche stratégie à moyen ou long terme, voireretenue par 6 groupes en 2007, 12 en 2008, très long terme (horizons allant jusqu’à6 en 2009, 4 en 2010 et 3 au S1 et T3 2011. 2030/2050). Les objectifs stratégiques sont généralement narratifs sur le moyen-long terme ; en revanche à court terme des guidances chiffrées sont plus couramment communiquées.10 | Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ? | 2012
  10. 10. Indicateurs prospectifs d’activité et de rentabilité Nb de sociétés du CAC 40 hors financières 29 28 27 26 25 24 22 22 22 21 20 17 2007 2008 2009 2010 S1 2011 T3 2011 Indicateur dactivité Seuil chiffré Niveau décroissant de précision Fourchette Tendance narrative Indicateur Seuil chiffré de rentabilité Niveau décroissant Fourchette de précision Tendance narrative PwC | 11
  11. 11. 12 | Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ? | 2012
  12. 12. Prévisionssur les principauxindicateurs financiers
  13. 13. Indicateurs financiers d’activité Les indicateurs financiers d’activité font couramment l’objet de prévisions. En moyenne, près de deux sociétés du CAC 40 (hors financières) sur trois en ont communiqué sur la période 2007 à 2011. L’analyse montre néanmoins qu’elles sont moins nombreuses à y recourir en période de crise. Chiffre d’affaires (hors secteur financier) En moyenne sur la période d’analyse, 61% Cette tendance semble confirmée par des sociétés communiquent des prévisions les publications intermédiaires de d’activité ou de croissance (ventes, chiffre 2011. En effet, en dépit d’une visibilité d’affaires, croissance organique, …). théoriquement meilleure en cours L’analyse montre une baisse du nombre de d’exercice, 22 sociétés publient des sociétés donnant des prévisions d’activité prévisions d’activité 2011 au T3 2011 contre lors de l’annonce des résultats 2008, en 24 à l’issue des arrêtés annuels 2010. pleine période de crise (faillite de Lehman En terme de précision des prévisions Brothers en septembre 2008) : 17 sociétés d’activité publiées, l’année 2009 (prévisions contre 22 lors des résultats 2007 (soit 2010 et au-delà) marque un net décrochage 49% des sociétés contre 63% en 2007). avec seulement 19% de prévisions Cette tendance à la réduction des prévisions précises (formulées par rapport à un seuil d’activité en période de crise est beaucoup quantifié) contre 42% un an plus tôt et plus marquée chez les sociétés du secteur 54% deux ans plus tôt. Depuis 2009 , cette des biens de consommation, qui n’étaient tendance s’est poursuivie, avec 40 à 50% plus que 2 à en communiquer lors des des prévisions publiées consistant en des résultats 2008 contre 6 l’année précédente. indications de tendance (hausse ou baisse). En revanche, le secteur industriel modifie S’agissant enfin de l’horizon moyen peu ses pratiques, près de 8 sociétés de prévision sur la période, 87% des sur les 10 sociétés du secteur au indicateurs prévisionnels d’activité sein du CAC 40 ayant régulièrement portent sur l’année à venir - par exemple communiqué des prévisions d’activité prévisions pour l’année 2011 lors sur la période analysée. de l’annonce des résultats 2010. PNB, Primes, Loyers (Secteur financier) Sur les 5 sociétés financières (banques, assureurs, sociétés foncières) de l’indice CAC 40, 2 seulement communiquent régulièrement des indicateurs prévisionnels d’activité.14 | Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ? | 2012
  14. 14. Indicateurs prospectifs d’activité Nb de sociétés du CAC 40 hors financières 24 (69%) 22 (63%) 22 (63%) 22 (63%) 21 (60%) 17 (49%) 90% 96% 88% 92% 77% 79% 2007 2008 2009 2010 S1 2011 T3 2011 Niveau Seuil chiffré décroissant % dindicateur de précision Fourchette portant sur la prochaine Tendance narrative clôture PwC | 15
  15. 15. Indicateurs de rentabilité Sur l’ensemble de la période analysée, les sociétés communiquent davantage sur des prévisions de rentabilité que sur des prévisions d’activité. Deux raisons possibles à ce constat : les leviers d’actions plus nombreux sur la rentabilité, notamment la réduction des coûts en période de crise, et le lien plus direct pour les investisseurs entre la rentabilité et la performance de leur investissement. Rentabilité (hors secteur financier) En moyenne sur la période d’analyse, portant sur un seuil de rentabilité, contre 74% des sociétés communiquent des 48% un an plus tôt et 53% deux ans plus prévisions de rentabilité : rentabilité tôt. En 2009, les prévisions pour 2010 et opérationnelle pour 82% d’entre elles ; au-delà ont ainsi consisté dans 37% des cas rentabilité nette pour les 18% restant. en l’annonce de tendances et dans 30% Comme pour les indicateurs d’activité, des cas dans l’indication d’une fourchette. l’analyse montre une baisse du nombre Dès 2010, les indicateurs prospectifs de de sociétés donnant des prévisions de rentabilité ont à nouveau été précisés, rentabilité lors de l’annonce des résultats 43% d’entre eux portant sur un seuil à 2008 : 20 sociétés contre 26 lors des atteinte. Cette proportion est stable lors résultats 2007 (soit 57% des sociétés des publications intermédiaires 2011. contre 74% en 2007) - cette baisse L’horizon moyen de prévision sur la période s’est en outre accompagnée d’un léger correspond pour 79% des indicateurs recentrage de la communication sur de l’année à venir - par exemple l’année un nombre plus limité d’indicateurs. 2011 lors de l’annonce des résultats Comme pour les prévisions d’activité, 2010 - contre 87% pour les indicateurs ce sont les sociétés du secteur des biens d’activité. Lorsqu’il s’agit de rentabilité, les de consommation qui renoncent le plus sociétés s’engagent donc sur un horizon souvent à communiquer sur leur rentabilité plus lointain : ainsi en 2010, 71% des future en période de crise : alors qu’elles indicateurs prospectifs de rentabilité étaient 7 à le faire lors des résultats 2007, portent sur l’année à venir contre 90% elles ne sont plus que 2 lors des résultats des indicateurs prospectifs de croissance ; 2008. Cette tendance est beaucoup moins un constat similaire est fait en 2009. marquée au sein des sociétés industrielles, Comme le montre le graphique, le dont 80% communiquent des prévisions niveau de précision est relativement de rentabilité de façon stable sur la homogène sur la période analysée. période, et des sociétés du secteur des services aux consommateurs, dont la Rentabilité (secteur financier) moitié communique régulièrement des Sur les 5 sociétés financières (banques, prévisions de rentabilité sur la période. assureurs, sociétés foncières) de l’indice En terme de précision de ces prévisions, du CAC 40, 2 sociétés seulement l’année 2009 (prévisions relatives à 2010 et communiquent régulièrement des au-delà) marque là aussi un net décrochage indicateurs prévisionnels de rentabilité. avec seulement 33% de prévisions précises,16 | Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ? | 2012
  16. 16. Indicateurs prospectifs de rentabilité Nb de sociétés du CAC 40 hors financières 29 (83%) 28 (80%) 27 (77%) 26 (74%) 25 (71%) 20 (57%) 86% 83% 84% 71% 82% 70% 2007 2008 2009 2010 S1 2011 T3 2011 Niveau Seuil chiffré décroissant % dindicateur de précision Fourchette portant sur la prochaine Tendance narrative clôture PwC | 17
  17. 17. Indicateurs de structure financière (hors secteur financier) Trésorerie Endettement Sans surprise, les prévisions de Comme pour les indicateurs de trésorerie, trésorerie sont plus fréquentes et l’étude montre un renforcement moins précises en temps de crise. de la communication d’indicateurs Après 2008, près d’un quart des d’endettement en temps de crise. sociétés du CAC 40 (hors financières) Cependant sur la période, les sociétés du ont continué à communiquer un CAC 40 (hors financières) communiquent indicateur prospectif de trésorerie. plus de prévisions de trésorerie que En général, ce sont les sociétés de de prévisions d’endettement. l’industrie et du secteur des biens de En moyenne sur la période d’analyse, consommation qui communiquent 19% de ces sociétés communiquent un le plus sur leur trésorerie à venir. indicateur prospectif d’endettement En moyenne sur la période de 2007 au (dette nette, ratio d’endettement, besoin T3 2011, 28% des sociétés analysées de refinancement, notation (1 société), communiquent un indicateur prospectif coût moyen de la dette (1 société)…) ; de trésorerie (cash flow, cash-flow cet indicateur est donc moins utilisé que opérationnel, free cash flow, niveau de l’indicateur de trésorerie. Les secteurs les liquidités, capacité d’autofinancement, plus représentés parmi ces sociétés sont cash flow organique, …). l’industrie, les biens de consommation Au moment de la crise de 2008, la et les services aux consommateurs. communication de prévision de trésorerie a sensiblement cru : alors que seules Cette communication a cru ponctuellement 7 sociétés avaient communiqué sur le sujet en 2008 : alors que seules 5 sociétés avaient en 2007, elles sont 13 à le faire en 2008, communiqué de façon prévisionnelle sur leur et 9 en 2009 et 2010. Il est intéressant endettement en 2007, elles sont 10 à le faire de constater qu’au troisième trimestre en 2008, 8 en 2009, et à nouveau 5 en 2010. 2011, la communication de prévisions de Les niveaux de précision sont variables trésorerie s’est à nouveau renforcée, avec et globalement peu élevés en 2008 11 sociétés annonçant de telles prévisions. et 2009 (annonces de tendances). Le niveau de précision des prévisions L’horizon est majoritairement celui de de trésorerie est généralement élevé, à l’année en cours lors des publications l’exception des prévisions publiées en annuelles. A l’issue du premier semestre période de crise – en 2008, plusieurs sociétés ont limité leurs prévisions 2011, les sociétés ont communiqué sur à la description de tendances. un horizon un peu plus lointain. L’horizon de ces prévisions est majoritairement celui de l’année en cours.18 | Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ? | 2012
  18. 18. Indicateurs prospectifs de trésorerie Nb de sociétés du CAC 40 hors financières 13 (37%) 11 (31%) 9 (26%) 9 (26%) 9 (26%) 7 (20%) 73% 82% 82% 75% 86% 70% 2007 2008 2009 2010 S1 2011 T3 2011 Niveau Seuil chiffré décroissant % dindicateur de précision Fourchette portant sur la prochaine Tendance narrative clôtureIndicateurs prospectifs d’endettement Nb de sociétés du CAC 40 hors financières 10 (29%) 8 (23%) 6 (17%) 5 (14%) 5 (14%) 5 (14%) 85% 100% 80% 71% 71% 38% 2007 2008 2009 2010 S1 2011 T3 2011 Niveau Seuil chiffré décroissant % dindicateur de précision Fourchette portant sur la prochaine Tendance narrative clôture PwC | 19
  19. 19. Besoin en fonds de roulement Dividendes La communication de prévisions Les prévisions en matière de dividendes relatives au BFR apparait comme relèvent d’une pratique peu courante. une communication ponctuelle Ceci s’explique en partie par des visant à rassurer le marché en politiques de versement de dividende période de tension sur l’activité généralement prudentes, qui visent à et l’accès au crédit. Les prévisions une relative stabilité dans le temps. de BFR relèvent d’une pratique En moyenne sur la période d’analyse, moins courante que les prévisions seules 5 sociétés du CAC 40, tous de trésorerie et d’endettement. secteurs confondus, ont communiqué En moyenne sur la période d’analyse, des prévisions de dividende (7 en seules 9% des sociétés (hors financières) 2007, 4 en 2008, 3 en 2009, 4 en du CAC 40 communiquent un indicateur 2010, 4 au S1 2011, 5 au T3 2011). relatif à leur BFR (BFR, rotation du capital circulant, stock, …) puisque 8 sociétés – principalement dans l’industrie et les biens de consommation – ont communiqué des prévisions de BFR en 2008. L’étude montre clairement une montée en puissance de cet indicateur en période de crise, puisque 8 sociétés ont communiqué des prévisions de BFR en 2008 (prévision pour l’année 2009), contre 1 en 2007, 2 en 2009 et lors des arrêtés intermédiaires 2011, et 3 en 2010. Le graphe ci-contre résume l’évolution des indicateurs prévisionnels de structure financière au cours de la période de l’étude et fait apparaitre l’augmentation de la communication de ces indicateurs lors de la crise économique et financière de 2008.20 | Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ? | 2012
  20. 20. Indicateurs prospectifs de BFR 8 (23%) 89% 3 (9%) 2 (6%) 2 (6%) 2 (6%) 1 (3%) 100% 100% 50% 100% 33% 2007 2008 2009 2010 S1 2011 T3 2011 Niveau Seuil chiffré décroissant % dindicateur de précision Fourchette portant sur la prochaine Tendance narrative clôtureIndicateurs prospectifs d’endettement, trésorerie et BFR Nb de sociétés Trésorerie du CAC 40 hors financières Endettement BFR 2007 2008 2009 2010 S1 2011 T3 2011 PwC | 21
  21. 21. 22 | Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ? | 2012
  22. 22. Prévisionssur d’autres indicateurs
  23. 23. Économie de coûts (hors secteur financier) Sans surprise, les prévisions en matière d’économie de coût ont augmenté sensiblement en période de crise, en 2008 et 2009, afin de rassurer les investisseurs sur la capacité des sociétés à préserver leur rentabilité. En moyenne sur la période d’analyse, 14 sociétés du CAC 40 (hors financières) (soit 39% d’entre elles), ont communiqué des prévisions de réduction des coûts (synergies opérationnelles, réduction frais de structure, gains de productivité, restructurations). Sans surprise, c’est lors de l’annonce des résultats 2008, en pleine crise financière, que ces sociétés ont été les plus nombreuses à communiquer sur des objectifs de réduction de leurs coûts (24 sociétés contre 12 en 2007). Tous les secteurs sont concernés, avec une prépondérance des secteurs de l’industrie et des services aux consommateurs lors du pic de 2008. Investissement (hors secteur financier) Les prévisions d’investissement occupent une place importante dans la communication prospective des sociétés du CAC 40 (hors financières), 40% à 45% de ces sociétés communiquant sur le sujet. Cette communication s’accroit fortement en période de crise. En moyenne sur la période d’analyse, 41% de ces sociétés communiquent leurs prévisions d’investissements ou de désinvestissements (acquisitions, cessions, capex, …). L’analyse montre que le nombre de sociétés communiquant des prévisions d’investissement (ou de désinvestissement) a également sensiblement augmenté en 2008 : 21 sociétés contre 14 en 2007, puis 16 en 2009 et à nouveau 14 en 2010. L’horizon est majoritairement l’année à venir (73% des indicateurs sur la période). Aucune tendance sectorielle marquée ne se dégage sur les prévisions d’investissement.24 | Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ? | 2012
  24. 24. Indicateurs prospectifs d’économie des coûts Nb de sociétés du CAC 40 hors financières 24 (69%) 15 (43%) 12 (34%) 11 (31%) 10 (29%) 10 (29%) 67% 62% 52% 55% 56% 54% 2007 2008 2009 2010 S1 2011 T3 2011 Niveau Seuil chiffré décroissant % dindicateur de précision Fourchette portant sur la prochaine Tendance narrative clôtureIndicateurs prospectifs d’investissement Nb de sociétés du CAC 40 hors financières 21 (60%) 16 (46%) 14 (40%) 14 (40%) 13 (37%) 9 (26%) 78% 68% 70% 81% 63% 77% 2007 2008 2009 2010 S1 2011 T3 2011Niveau Seuil chiffrédécroissant % dindicateurde précision Fourchette portant sur la prochaine Tendance narrative clôture PwC | 25
  25. 25. Innovation (hors secteur financier) Indicateurs sociaux et environnementaux En moyenne sur la période d’analyse, Très peu de sociétés du CAC 40 seules 7 sociétés du CAC 40 (hors communiquent des indicateurs financières) (soit 20% d’entre prospectifs en matière sociale et elles), ont communiqué des objectifs environnementale dans leurs communiqués d’innovation (dépenses de R&D, ratio de presse d’annonce des résultats. frais R&D sur chiffre d’affaires, dépôt S’agissant des indicateurs sociaux, de brevets, obtention d’autorisations seules 1 à 5 sociétés selon les années de mise sur le marché). communiquent des objectifs, par exemple L’analyse des sociétés qui communiquent sur des augmentations ou diminutions des indicateurs d’innovation montre d’effectifs, des investissements dans les qu’il s’agit d’une pratique fortement talents ou la formation, ou encore sur une marquée par le secteur d’activité, les réduction des heures supplémentaires. secteurs de la santé, de l’automobile S’agissant des indicateurs environnementaux, et des technologies « de pointe » étant de 0 à 3 sociétés selon les années les plus représentés en la matière. communiquent des objectifs, par Comme pour les indicateurs de structure exemple sur l’empreinte écologique financière et d’investissement, la crise de de l’activité, l’intensité carbone des 2008 révèle une légère augmentation des produits vendus, ou encore la part dans la communications prospectives en matière production des énergies renouvelables. d’innovation, 10 sociétés y ayant eu recours, Ces thèmes sont plus largement contre 5 en 2007 et 8 en 2009 et 2010. abordés dans les présentations aux analystes, notamment à l’occasion des « investor days ». Ainsi 40% et 45% des sociétés du CAC 40 ont communiqué respectivement sur leur capital humain et sur l’environnement lors de ces présentations en 2011. Les informations fournies sont majoritairement rétrospectives - dans le cas contraire, elles sont le plus souvent narratives.26 | Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ? | 2012
  26. 26. Focus - 3e trimestre 2011Prévisions communiquées lors de la publicationdes résultats du 3e trimestre 2011Au T3 2011, les guidances communiquées par les sociétés du CAC 40 (hors financières)portent sur les éléments présentés dans le graphe suivant : Prévisions communiquées lors de l’information sur le T3 2011 Nb de sociétés du CAC 40 hors financières 28 (80%) 22 (63%) 11 (31%) 10 (29%) 9 (26%) 5 (14%) 5 (14%) 4 (11%) 2 (6%) Rentabilité Activité Trésorerie Economie Investis- Endet- Innovation BFR Dividendes de coûts sement tement Note : 3 sociétés ont également donné des informations sur leur carnet de commandes PwC | 27
  27. 27. 28 | Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ? | 2012
  28. 28. Annexe :Recommandation AMFn°2011-18/Informationsur les risques Compte tenu du contexte économique actuel qui est à la fois délicat et très variable géographiquement et sectoriellement, l’AMF a publié fin décembre 2011 une recommandation relative à l’information sur les risques et sur certains éléments de communication financière à préciser notamment dans le cadre de la présentation au marché des résultats. Il en ressort deux recommandations d’actualité.
  29. 29. Première recommandation AMF Seconde recommandation AMF Il est recommandé d’inclure, dans la communication financière des résultats, des informations sur les Afin d’éviter les développements sur les zones géographiques et sur les sous- risques à la fois trop généraux et trop secteurs opérationnels sensibles. standardisés, une présentation des facteurs de risque spécifiques est demandée Ainsi, les entreprises sont invitées dans les documents de référence. à détailler la présentation de leurs activités, de leur performance et de L’AMF recommande en effet que les leurs perspectives, pour ces zones ou ces émetteurs présentent les facteurs de secteurs, en tenant compte de leur contexte risque dont la survenance entraînerait économique et politique particulier. une variation de leurs hypothèses-clés ayant des effets significatifs sur leur L’objectif de ces informations situation financière et leurs perspectives. supplémentaires est de permettre aux utilisateurs des comptes de mesurer L’AMF recommande en effet aux émetteurs, les risques ou opportunités associés dès lors qu’une variation de leurs hypothèses- à certains pays ou secteurs. clés est susceptible d’avoir des effets significatifs sur leur situation financière, leurs L’AMF précise que l’application de perspectives ou la sensibilité de ces éléments, cette recommandation pourrait d’intégrer un ou des facteurs de risque conduire par exemple à : appropriés dans leur document de référence. • individualiser certains pays d’Europe ; • présenter distinctement les activités ou Ces facteurs de risque seraient à détailler les zones géographiques porteuses de par exemple dans les cas suivants : perspectives de croissance contrastées • lorsque la valeur recouvrable des (par exemple certains pays au sein de la goodwills et autres actifs incorporels est zone Asie) ; proche de la valeur nette comptable ; • fournir une information adéquate pour • lorsque les hypothèses retenues, en vue de les pays concernés par une instabilité déterminer la valeur recouvrable dans le politique forte. cadre des tests de dépréciation ou le niveau d’impôts différés actifs comptabilisés, sont Les informations fournies doivent être très sensibles ou reflètent une tendance qui cohérentes avec les agrégats retenus pour peut sembler contradictoire avec les la présentation des résultats par secteurs performances passées ; opérationnels dans les états financiers. • lorsque des pertes significatives ont été enregistrées sur l’exercice traduisant des difficultés opérationnelles ou des difficultés d’évaluation et de visibilité sur le plan d’affaires (par exemple : pertes sur contrats à long terme, dépréciations des créances de clients avec lesquels un volume significatif d’affaires est réalisé, …).30 | Prévisions 2012 : Quelle « guidance » ? | 2012
  30. 30. Vos prévisionsNos experts à vos côtésÉlaboration• Modélisation et revue des Business plans Benjamin Ribault Associé PwC,• Scénarios, stress tests et analyses Valuation & Economics de sensibilité des hypothèses benjamin.ribault@fr.pwc.com Rémy Morice Senior Manager, Valuation & Economics remy.morice@fr.pwc.comCommunication• Analyse des pratiques de vos comparables Élodie Fornas au travers de benchmarks sectoriels Senior Manager PwC, ciblés sur vos enjeux Spécialiste en Communication financière• Optimisation de vos prévisions elodie.fornas@fr.pwc.com (choix des indicateurs, horizon et niveau de précision)• Suivi du consensus des analystes financiersContrôle• Qualification de vos informations prospectives Philippe Kubisa au regard de la notion réglementaire de prévisions Associé PwC, membre de l’Observatoire• Émisison d’un rapport sur votre information de la Communication prévisionnnelle Financière (OCF) Philippe.kubisa@fr.pwc.com
  31. 31. www.pwc.frLes informations contenues dans cette publication ne peuvent en aucun cas être assimilées à des prestations de services ou de conseilrendues par leurs auteurs ou éditeurs. Aussi, elles ne peuvent être utilisées comme un substitut à une consultation rendue par unepersonne professionnellement compétente. Dans le respect des règles déontologiques, certains services ne peuvent être présentés dansle cadre de commissariats aux comptes.Cette publication est la propriété de PricewaterhouseCoopers France. Toute reproduction et/ou diffusion, en tout ou partie, par quelquemoyen que ce soit est interdite sans autorisation préalable. © PricewaterhouseCoopers France 2012. Tous droits réservés.

×