130527 rmf17 presentation rod cd c io

214 vues

Publié le

Bilan des 3 ans de collaboration entre la Communauté de Communes de l'île d'Oléron (engagée dans un Agenda 21 local) et l'association Roule ma frite 17 autour de la revalorisation en circuit-court et sans chimie des huiles alimentaires usagées.

Le travail mené localement vise à créer et structurer une nouvelle filière au niveau national afin : I/ de créer de l'emploi dans les métiers du recyclage, II/ réutiliser localement un additif au diesel et/ou au fioul pour des besoins sociaux locaux identifiés et III/ proposer une alternative concrète aux produits hydrocarburés dans les métiers de l'énergie et dans le secteur innovant de la chimie verte.

Au niveau national, le gisement français des huiles alimentaires usagées est estimé par la Fédération nationale des corps gras à 170 000 tonnes. Véolia indique dans ses communications que, à l'heure actuelle (1er semestre 2013), 40 % maximum du gisement est capté.

Afin de structurer une offre territoriale efficace, le réseau national des antennes Roule ma frite présentes à Oléron, Limoges, St-Nazaire, Charleville-Mézières, Saintes, Toulouse et Perpignan (création en cours dans le Finistère, à Dijon et en Corse) passe actuellement en fédération.

La Fnarep (Fédération nationale des acteurs du recyclage de proximité) verra ainsi le jour officiellement à la fin de l'année civile 2013. Elle a trois missions précises : I/ lutter efficacement contre l'utilisation d'huile de palme dans les métiers de bouches (présence dans les huiles et dans les frites), II/ mener des actions de lobbying vis-à-vis des services de l'Etat (Direction Générale Energie Climat et Direction Générale des Droits Indirects) pour élargir le mix-énergétique national et III/ accompagner le développement et la structuration des antennes locales pour créer des éco-systèmes locaux à forte valeur ajouté.

L'ensemble des documents liés à ces actions sont mis en ligne sur www.roulemafrite17.org. Ce travail s'inscrit dans les démarches dites d'entrepreneuriat social afin de créer un modèle économique pérenne tout en maximisant les impacts sociaux obtenus.

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
214
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • 1- Produire et consommer durablement sur Oléron Objectif 3 : Développer des filières locales de valorisation des déchets 2- Changement climatique : lutter et s’adapter Objectif 3 : Expérimenter de nouvelles technologies
  • collectée revalorisée établissements % 2010 20779 14081 97 67,7 2011 15060 10477 71 69,5 2012 21834 16339 102 74,8
  • St denis 73,78 st georges 79,16 st pierre 80,24 dolus 73,79 gd village 66,5 le château 78 st tro 70,38 continent 62,3
  • 130527 rmf17 presentation rod cd c io

    1. 1. Bilan convention CdC/RMF17 Retour sur expérience : 3 ans de gestion des huiles alimentaires usagées. St Pierre d’Oléron, le 5 juin 2013
    2. 2. Sommaire  I/ Rappel des objectifs de la convention,  I bis / Tendances sur 6 ans  II/ Données quali et quanti concernant la collecte des HAU,  III/ Point négatifs et positifs enregistrés,  IV/ Pistes prospectives identifiées,  V/ Scénarii proposés pour la suite.
    3. 3. I/ Objectifs de la convention  Signature en juin 2010. Début RMF17 en mars 2007  Agenda 21 : actions 1-3-1 (valorisation déchets à l’éco-pôle) et 2-3-2 (CoPil usages HAU)  Prospecter les pros, informer les publics, traçabilité collecte, remontées infos de terrain à la CdC IO
    4. 4. I bis / Tendance sur 6 ans 0 5000 10000 15000 20000 25000 Quantités 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Années Comparaison entre apport et collecte Quantité amenée en déchetterie (en litres) Quantité récupérée par RMF17 (en litres) Entre 2007 et 2012 : - 50,93 % d’apport en déchetterie (17 à 8,7 T) Entre 2007 et 2012 : + 81,66 % de collecte (12 à 21 T)
    5. 5. I bis / Tendance suite 0 2000 4000 6000 8000 10000 12000 14000 16000 18000 Quantité 2007 2008 2009 2010 2011 2012 Années Comparaison entre apports et revalorisation Quantité amenée en déchetterie (en litres) Quantité revalorisée (en litres) Croisement des courbes dès 2010 et confirmation en 2012 Quantité revalorisée : + 331 % (4,8 à 16 T) Progression de la revalorisation : + 82,50 % (40 à 74 %) Débouchage de canalisation : - 50 % (42 à 21)
    6. 6. II/ Données quali et quanti générales concernant la collecte des HAU 1 2 2010 2011 2012 0 5000 10000 15000 20000 25000 Evolution des collectes 2010 2011 2012 Evolution des quantités collectées et revalorisées par années depuis 2010 2010 : 20779 14081 (67 %) 2011 : 15060 10477 (69 %) 2012 : 21834 16339 (74 %)
    7. 7. II/ Données concernant les % de revalorisation, le nbre d’établissements et les débouchages de canalisation. 0 20 40 60 80 100 120 1 2 3 Nombr e d'établissement %der evalor isation Ratio entre le nombre d’établissements collectés et le % de revalorisation 2010 : 97 pour 67,7 % 2011 : 71 pour 69,5 % 2012 : 102 pour 74,8 % Evolution des interventions de pompage dans les canalisations par la Rese sur 5 communes de l’île (sur 8) : 2010 : 25 soit 11 000 € (4h d’intervention à 110 euros l’unité) 2011 : 17 soit 7480 € Baisse en 3 ans de 52 % 2012 : 13 soit 5720 € Réduction totale de 5280 €
    8. 8. II/ Données quali et quanti par communes de collecte (2012) Nombre d’établissements par communes en 2012 Répartition géographique des 102 adhérents 15% 17% 24%7% 8% 7% 15% 7% St Denis St Georges St Pierre Dolus GrandVillage LeChâteau St-Trojan Continent St-Denis : 15 St-Georges : 17 St-Pierre : 26 Dolus : 7 Gd-Village : 8 Le Château : 7 St-Trojan : 15 Continent : 7
    9. 9. II/ Données quali et quanti spécifiques / établissements / communes (2012)  En bleu la quantité collectée et en rouge la quantité revalorisée (chiffres 2012)  L’établissement moyen génère 209 litres dont 154 peuvent être revalorisés 0 50 100 150 200 250 300 St Denis St Pierre Grand Village St-Trojan Etablissement moyen / communes Série1 Série2
    10. 10. III/ Points négatifs et positifs  A/ Négatifs  Difficultés à expliquer la démarche  Dialogue impossible sur Boyard  Ruptures de partenariat  Contrainte logistique pour lutte vs la palme  Absence de formation chez les pros  Peu de retour des maires sur les 10 %
    11. 11. III/ Points négatifs et positifs  B/ Points positifs  Relations étroites avec la ROD (+ 550 visiteurs à la station)  Amélioration des résultats généraux  Participation active des pros  Création filière indus et territoriale  Demande formation + lutte palme  Communication positive (Petit Train, Barquette, tracteur St-Denis)
    12. 12. IV/ Pistes prospectives identifiées  Modèle économique : 1/3 HAU pour ester, 1/3 HAU pour chimie verte, 1/3 HAU pour usages locaux,  Travaux de R&D (Din 51605)  Filière nationale / essaimage,  Développement formations oléologue + coordination + gestion site  Gisements complémentaires fermentescibles à intégrer (valo + logistique)  Capitalisation expérience Eco-Emballages
    13. 13. V/ Scénarii proposés pour la suite  Fin d’un cycle de 2*3 ans / Changement d’échelle nécessaire  1ETP huile, 1ETP mobilité, 1CAE huile, 1ETP coordination, 1ETP Mo-TV  Suivi mobilité, modèle cvtion pr Mo-Tv  Quel positionnement local pour éco- industrielle et éco-territoriale ?  Modèle hybride : McCain/Hydac/Sita
    14. 14. V/ Agenda  Décision à prendre en 2013  Rachat par un acteur industriel (-) : collecte Sita / La Rochelle  Passage en SCIC (+ mais compliqué) : outils de développement éco local  Fusion avec PCER (++) : dynamique régionale plus large. Oléron = labo

    ×