Politique de réhabilitation d'un SPANC

1 224 vues

Publié le

Intervention de Séverine CLAEYS, Technicienne, Amfreville-la-Campagne, dans le cadre des 6èmes Assises Nationales de l'assainissement non collectif

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 224
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
258
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Politique de réhabilitation d'un SPANC

  1. 1. 6èmes ASSISES NATIONALES DE L’ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF – EVREUX POLITIQUE DE REHABILITATION D’UN SPANC SEVERINE CLAEYS - RESPONSABLE ENVIRONNEMENT COMMUNAUTE DE COMMUNES D’AMFREVILLE LA CAMPAGNE
  2. 2. 6èmes ASSISES NATIONALES DE L’ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF – EVREUX LE CANTON D’AMFREVILLE LA CAMPAGNE ET LA REHABILITATION : UNE LONGUE HISTOIRE ! <ul><ul><ul><li>Programme de réhabilitation dans les années 80, financé à 100 % par l’Agence de l’Eau – 4 communes concernées </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Regroupement en ASA des propriétaires d’installations réhabilitées afin de gérer l’entretien de ces dernières </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Sur ce modèle, création d’une 2 ème ASA (installations n’ayant pas fait l’objet de réhabilitation), regroupant 9 communes </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Fin 1990 – début 2000, le Gros Theil lance un programme de réhabilitation. </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Ce programme est financé à 100 % par le Conseil Général (20 %), l’Agence de l’Eau (60 %)et la commune (20 %). La commune est propriétaire des installations </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>2003 - La commune de St Nicolas a également lancé un programme de réhabilitation. Une différence majeure par rapport au Gros Theil : la commune n’intervient pas dans le financement – les 20 % restant sont à la charge des propriétaires </li></ul></ul></ul>
  3. 3. 6èmes ASSISES NATIONALES DE L’ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF – EVREUX UNE POLITIQUE DE REHABILITATION ADAPTEE A UN SPANC ATYPIQUE <ul><li>CREATION DU SPANC EN AVRIL 2005 </li></ul><ul><ul><li>Compétence CONTRÔLE </li></ul></ul><ul><ul><li>Compétence ENTRETIEN </li></ul></ul><ul><ul><li>Compétence REHABILITATION </li></ul></ul><ul><ul><li>A la création du service, et contrairement aux autres SPANC, seules les compétences ENTRETIEN et REHABILITATION étaient effectives ! </li></ul></ul><ul><ul><li>Début des diagnostics en mai 2006. </li></ul></ul>
  4. 4. 6èmes ASSISES NATIONALES DE L’ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF – EVREUX UN SERVICE ENTRETIEN INNOVANT MAIS … … UN BUDGET EN DESEQUILIBRE <ul><li>Homogénéiser l’entretien sur le territoire </li></ul><ul><ul><li>2 ASA et 2 fonctionnements différents </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Redevances forfaitaires annuelles différentes </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Etendue des prestations différentes (travaux de réhabilitation gratuits ou payants en fonction de l’association) </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Des similitudes cependant </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Service entretien basé sur la mutualisation des coûts : redevance forfaitaire annuelle fixe </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Des prestations et des interventions illimitées : vidanges de puisard, une à plusieurs vidanges annuelles, vidange des séparateurs à graisses, … </li></ul></ul></ul><ul><li>Des usagers très attachés au service tel qu’il était géré par les ASA </li></ul><ul><ul><li>Garder le même degré de prestation (nombre d’interventions illimitées, vidange des puisards, …) </li></ul></ul><ul><ul><li>Ne pas appliquer une hausse trop importante des tarifs malgré des coûts de prestation en augmentation </li></ul></ul><ul><li>Une volonté de réhabiliter pour : </li></ul><ul><ul><li>Equilibrer le budget du service entretien </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Réelle volonté d’assurer l’entretien sur le canton </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Réhabiliter les installations vieillissantes et vétustes couteuses pour la collectivité et à terme pour les usagers </li></ul></ul></ul><ul><ul><li>Répondre aux attentes des usagers </li></ul></ul><ul><ul><li>Préserver l’environnement </li></ul></ul>
  5. 5. 6èmes ASSISES NATIONALES DE L’ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF – EVREUX UNE POLITIQUE DE REHABILITATION TRES VOLONTAIRE : DES ACTIONS MENEES EN PARALLELLE <ul><li>Délai : 1 an entre le début des diagnostics et le début des travaux ! </li></ul><ul><li>Ne pas attendre la fin des diagnostics pour lancer la 1ere campagne de réhabilitation </li></ul><ul><ul><li>coupon réponse joint au compte rendu du diagnostic pour recenser rapidement les volontaires </li></ul></ul><ul><ul><li>dès réception de ce coupon, envoi de la convention « étude » et réalisation de l’APD </li></ul></ul><ul><li>Ne pas attendre la fin des études pour procéder au choix des entreprises (5 lots) </li></ul><ul><ul><li>Avantage : rédaction des conventions « travaux » selon les tarifs des entreprises retenues et non sur les estimations de maîtrise d’œuvre – les montants annoncés aux particuliers « collent »au plus juste avec la réalité </li></ul></ul><ul><ul><li>Inconvénient : les entreprises ne connaissent pas les projets pour définir leur prix – risque de surestimation des tarifs </li></ul></ul><ul><ul><li>Choix du marché négocié afin </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>d’homogénéiser les tarifs sur le territoire </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>de pallier à l’augmentation des prix justifiée par la méconnaissance des sites à réaliser (difficultés rencontrées, …) </li></ul></ul></ul>
  6. 6. 6èmes ASSISES NATIONALES DE L’ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF – EVREUX LA REHABILITATION : UNE OPERATION DELICATE <ul><li>Des interventions en domaine privé </li></ul><ul><ul><li>Privilégier les réhabilitations « volontaires », notamment au début des opérations </li></ul></ul><ul><ul><li>Constat d’huissier indispensable pour </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>Rassurer l’usager lors de la réalisation des travaux et sur la remise en état du terrain </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>Éviter tout litige sur d’éventuels dommages causés lors des travaux </li></ul></ul></ul><ul><li>Un budget équilibré sur plusieurs années – accepter l’avance de trésorerie </li></ul><ul><ul><li>L’avance de trésorerie et l’équilibre budgétaire dépendent du nombre d’installation à réaliser et du délai d’intervention </li></ul></ul><ul><ul><li>Définir un échéancier précis entre les dépenses et les recettes (demandes de versement des subventions, des participations des particuliers, …) </li></ul></ul>
  7. 7. 6èmes ASSISES NATIONALES DE L’ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF – EVREUX LA REHABILITATION : L’OCCASION D’INNOVER … A LA DEMANDE DES USAGERS ET POUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT <ul><ul><li>Après avoir répondu aux urgences et aux attentes des usagers, la 2 e étape consiste à axer la réhabilitation sur des projets bien précis : </li></ul></ul><ul><ul><ul><li>CAMPAGNE DE PROTECTION DE LA VALLEE DE L’OISON </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><li>LES FILTRES COMPACTS A BASE DE « COPEAUX DE COCO » </li></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><li>Utiliser des techniques innovantes là où les filières classiques sont moins efficaces </li></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><ul><li>Contraintes topographiques et pédologiques </li></ul></ul></ul></ul></ul><ul><ul><ul><ul><ul><li>Volonté de certains usagers d’utiliser de nouvelles techniques </li></ul></ul></ul></ul></ul>
  8. 8. 6èmes ASSISES NATIONALES DE L’ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF – EVREUX BILAN <ul><li>Nombre d’installations en ANC : 2260 </li></ul><ul><li>Nombre d’installations réhabilitées : 147 </li></ul><ul><li>Coût moyen par installation (2005 à 2008) : 7700 € TTC (hors maîtrise d’œuvre) </li></ul><ul><li>Coût moyen à la charge de l’usager (2005 à 2008) : 2700 € TTC </li></ul><ul><li>Investissement (2005 à 2008): 1 000 000 € </li></ul><ul><li>Financement (2005 à 2008): 700 000 € (600 000 € AESN – 100 000 € CG 27) </li></ul><ul><li>400 installations à réhabiliter à court terme </li></ul>

×