Diagnostic 2009 de la Société de l'Information en Midi-Pyrénées

985 vues

Publié le

Retrouvez l'intégralité des fiches thématiques qui composent cette édition 2009 du Diagnostic de la Société de l’Information : les chiffres clés 2009 - le numérique dans les foyers - la couverture territoriale du haut débit - le tourisme et Internet - les collectivité et Internet - le Réseau Cyber-base Midi-Pyrénées - les étudiants et Internet - les TIC dans l'éducation.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
985
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
32
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Diagnostic 2009 de la Société de l'Information en Midi-Pyrénées

  1. 1. La Société de l’information enMidi-Pyrénées : chiffres clés 2009 L’appropriation des TIC par les Midi-Pyrénéens Les Foyers 80% disposent d’un téléphone mobile 60% ont un ordinateur (fixe ou portable) 50% possèdent une connexion Internet q Des taux d’équipement stables 55% d’Internautes 25% des Internautes inscrits sur des sites de réseaux sociaux Les Étudiants 100% disposent d’un téléphone mobile 46% ont un lecteur audio (MP3) ou vidéo (MP4) q Des étudiants hyperconnectés 70% fréquentent les sites communautaires Les Maires 98% disposent d’un téléphone mobile 98% ont un ordinateur (fixe ou portable) 94% possèdent une connexion Internet q Des Maires au-dessus des moyennes régionales 13% d’inscrits sur les réseaux communautaires Des évolutions en termes d’infrastructuresSi le taux de couverture ADSL est quasiment stable (plus de 97% de la population couverte),le taux de dégroupage a fortement évolué avec 57,39% de la population couverte (+15 points en 1 an). Des évolutions en termes de services Le Réseau Cyber-base Midi-Pyrénées 57 implantations d’espaces Cyber-base répartis dans les 8 départements (52 sites ouverts et 5 en cours de déploiement) 42 755 inscrits pour une offre de services innovante et des ateliers diversifiés L’Environnement Numérique de Travail (ENT) 160 établissements concernés 300 000 comptes créés
  2. 2. 5 ans d’observation du Web Public Le Web Public Communal 19,8% des Communes ont un site officiel (+6,8 points en 5 ans) Le Web Public Touristique 58% des Offices de Tourisme et Syndicat d’Initiative (OTSI) disposent d’un site (+12 points en 4 ans) Le Web Public Intercommunal 46% des Intercommunalités possèdent un site officiel (+7 points en 3 ans) Les Pays 62% des Pays ont un site (+12 points en 1 an) Méthodologie Le numérique dans les foyers Sondage réalisé par Ardesi/Teleperformance, selon un questionnaire co-développé par les régions francophones du Site d’Observation des Usages Régionaux d’Internet et des Réseaux, SOURIR (www.sourir.org). Enquête téléphonique réalisée auprès de 2 010 personnes de Midi-Pyrénées représentatives de la population totale, du 9 au 18 septembre 2009. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- La couverture territoriale en haut débit Collecte et analyse réalisées par Tactis et effectuées à partir de données disponibles à novembre 2009. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- L’etourisme institutionnel en Midi-Pyrénées Repérage et analyse des sites d’OTSI de Midi-Pyrénées effectués par le cabinet mfDocumentation. Septembre 2009. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Les collectivités et Internet - Enquête auprès des Maires : étude menée auprès des 150 Maires des Communes de plus de 2 500 habitants de Midi-Pyrénées. Les questionnaires ont été administrés en novembre 2009 par les relais départementaux, l’analyse a été confiée à BVA. - Web Public et Web 2.0 / Web Public et développement durable : études quantitative et qualitative menées par le cabinet mfDocumentation du 1er février au 28 août 2009. - Web Public Communal, Intercommunal et Pays : études quantitative et qualitative menées par le cabinet mfDocumentation du 1er février au 28 août 2009. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Le Réseau Cyber-base Midi-Pyrénées Données statistiques générées par l’outil de gestion du portail cyber-base.org utilisé par les 52 espaces en fonctionnement du Réseau. Décembre 2009. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Les étudiants et Internet Réalisée dans le cadre d’un contrat avec l’Agence Nationale pour la Recherche, cette étude “Mobitic” sur la mobilité des étudiants toulousains a été commanditée par Telecom ParisTech en collaboration avec l’Université de Bordeaux III et le master 2 professionnel TIC DT de l’Université de Toulouse II - Le Mirail. Elle porte sur l’usage du téléphone mobile et sur la mobilité des étudiants. L’enquête a concerné les 3 grandes universités (Toulouse 1, 2 et 3) et 8 écoles supérieures (ESC, école vétérinaire, ENAC, ICAM, ENSIACET, ISAE, ENSEEIHT et IAE Toulouse). 735 étudiants ont été interrogés entre novembre 2008 et janvier 2009. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- L’ENT Midi-Pyrénées Données fournies par la Région Midi-Pyrénées. Direction de lEducation et des Sports. Décembre 2009.Ardesi9, place Alfonse Jourdain - 31000 ToulouseTéléphone : 05 67 77 76 76 - Télécopie : 05 67 77 76 77Courriel : contact@ardesi.fr - Site Internet : www.ardesi.fr - Blog : http://blog.ardesi.frSite des Rencontres du etourisme institutionnel : www.etourisme-ardesi.fr À quoi servent les nouvelles technologies si vous nen profitez pas.
  3. 3. Le numérique dansles foyers midi-pyrénéens L’équipement des foyers En France : toujours plus de foyers connectésQuelques repères : - 33 millions d’Internautes soit 62,8% de la population (61,1% en 2008) - 16,6 millions de foyers ont accès à Internet soit 61,3% (54,2% en 2008) - 95,8% des Internautes à domicile sont connectés en haut débit (51,5% en 2008) - 1 Internaute sur 10 utilise une clé 3G - 32% se connectent en Wi-Fi - 39% d’équipés en triple play En Midi-Pyrénées : 2009, l’année de la stabilitéAvertissement : afin de refléter au mieux la réalité, cette année, la population des “mobile only” (personne uniquement équipée d’untéléphone portable) a été intégrée à la population interrogée. Cette évolution méthodologique est à prendre en compte dans lescomparaisons avec les années précédentes.Les chiffres clés en termes d’équipement : Mais aussi : - Téléphone mobile : 80% - Lecteur DVD : 69% - Ordinateur : 60% - Appareil photo numérique : 60% - Connexion Internet : 50% - GPS : 27% - Carte clé Internet : 10% - Smartphone : 6% q Des taux d’équipement stables même si certaines offres techniques se diffusent Dans les départements : encore des disparités TARN-ET-GARONNE LOT AVEYRON 79% 83% 71% 60% 60% 52% 52% 51% 40% GERS TARN 76% 75% 52% 50% 47% 47% Taux le plus élevé de la région Taux le plus faible de la région HAUTES-PYRÉNÉES HAUTE-GARONNE ARIÈGE 77% 84% 78% 54% 65% 50% 44% 55% 33% q Les zones urbaines leaders en termes d’équipement
  4. 4. 2 À noter : 13% des ménages ne disposent d’aucun équipement TIC*Un taux qui croît avec l’âge du chef de famille : Un taux qui décroît avec le nombre de personnes au foyer : 40 40 35% 1 pesonne 2 pesonnes 3 pesonnes 35 au foyer au foyer au foyer 35 30 et plus 30 24 ans et moins 24% 65 ans et plus 25 à 54 ans 25 55 à 64 ans 25 20 20 15 15 11% 10 10 5% 3% 5 3% 5 7% 0 0(* : aucun parmi les 8 cités précédemment) TENDANCES Des taux d’équipement stables… Certains équipements encore peu utilisés - Si 60% des foyers possèdent un ordinateur, le potentiel - Avec moins d’un foyer sur 10 équipé, la carte clé Internet d’équipement reste faible avec seulement 4% d’intentions et le smartphone restent anecdotiques. futures d’achat. De même pour les connexions Internet avec 3% d’intention. Des zones urbaines leaders - Comme en 2008, le téléphone mobile est identifié comme un produit de consommation courante avec 4 foyers sur 5 - Un retrait d’environ 10 points pour les zones rurales est qui en possèdent un et 9 jeunes sur 10 qui en sont équipés. constaté sur les 3 principaux équipements : • Téléphone mobile : 74% vs 82% (zone urbaine) … mais des offres techniques qui se diffusent • Ordinateur : 53% vs 63% • Connexion internet : 41% vs 53% - L’appareil photo numérique se généralise et progresse de 4 points en un an. L’analyse départementale place l’Ariège et l’Aveyron en dernière - L’attrait pour les offres groupées Internet qui donne accès position sur ces taux d’équipement. à la téléphonie et/ou télévision progresse : 35% des foyers en disposent contre 39% en France. - Les bénéficiaires du système wi-fi ont doublé en un an : 30% des foyers ; se situant ainsi dans la moyenne nationale. Les usages d’Internet En France : un marché sous le signe de la mobilité, de l’échange et du partage - 2 Internautes sur 10 sont mobinautes* - 63% des Internautes fréquentent les réseaux sociaux (dont 20% “souvent”) - 23% possèdent un blog perso Comme en 2008, 55% d’Internautes en Midi-Pyrénées… Midi-Pyrénées compte 55% d’Internautes : 60 une proportion stable. Cependant, il est à noter qu’en 2 ans, 50 55% 55% la part d’Internautes dans la région a connu 48% 48% 40 45% une progrssion de 10 points. 30 20 10* Personne qui navigue sur Internet à partir d’un appareil mobile (téléphone, PDA, ...) 0 Source : Le Petit Larousse 2010 2004 2006 2007 2008 2009
  5. 5. 3 … mais des usages qui s’intensifient et se diversifientLes pratiques classiques telles que le courrier électronique et la recherche d’informations restent très répandues :91% des Internautes utilisent les courriels pour communiquer et plus de 7 sur 10 effectuent des recherches diverses.Parmi les informations recherchées : - Actualités : 76% - Informations sur les loisirs, les voyages : 73% - Informations relatives à la vie locale : 53% - …La gestion des comptes bancaires en ligne...... continue de se démocratiser et concerne maintenant 2 Internautes sur 3 (67% soit une progression de 7 pointsen un an).L’e-commerce s’intensifie...... tant sur les achats que sur la vente (17% des Internautes soit une augmentation de 4 points). Sur l’année écoulée,59% des Internautes ont réalisé au moins un achat, particulièrement pour l’équipement de la personne (vêtements,chaussures, …). Les voyages et billets de transport arrivent en deuxième position et concernent 56% des acheteurs.La déclaration des impôts se diffuseUn Internaute sur 2 a réalisé sa déclaration des impôts en ligne (45% en 2008). Progression des connexions dans les lieux d’accès public à InternetSi le domicile reste le lieu de prédilection (87%), on note une forte progression des lieux d’accès public à Internet (+8 points).Comme en 2008, le travail et le domicile de proches se maintiennent au second plan. 91% 87% 82% 83% Domicile 69% 45% 43% 45% 46% 42% Travail 36% 33% 35% Chez des amis/parents 21% 33% 24% 19% 15% Point daccès public 14% 10% 11% 14% 6% 7% 8% Lieux détudes 2004 2006 2007 2008 2009 Le web 2.0 séduit près d’1/4 des InternautesTout en restant minoritaire, le web 2.0 commence à séduire.29% des Internautes consultent des sites communautaires et 25% sont inscrits sur des sites de réseaux sociaux,parmi lesquels : - Facebook : 95% - Copains d’avant : 13% - MySpace : 5% - Viadéo : 5%6% des Internautes possèdent leur propre blog et 29% en consultent.Peu encore utilise Internet en mobilité (sur les 6% de détenteurs de Smartphone, seul 29% se connectent via leurmobile). Seul pour une minorité, accéder à Internet semble un critère de choix décisif dans l’achat d’un téléphone.
  6. 6. TENDANCES Vers une radicalisation des usages Comme en 2008 : une rationalisation des achats 55% d’Internautes en Midi-Pyrénées mais c’est en Haute- L’écart continue de se creuser entre l’usage pour les adultes Garonne (63%) et en zone urbaine (60%) que les taux sont et pour les enfants. L’équipement en ordinateur et Internet les plus élevés, loin devant les Hautes-Pyrénées (48%), le se rationnalise de plus en plus. Il est donc particulièrement Tarn (48%), l’Aveyron (45%) et l’Ariège (41%). lié aux usages des adultes : qu’ils soient ludiques (61%) ou professionnels (44% soit +5 points). Les motifs d’éducation 95% des Internautes se connectent chaque semaine. Près des pour les enfants sont en recul (-9 points). 3/4 des Internautes se connectent quotidiennement voire à plusieurs reprises (+11 points). Les plus assidus habitent en Haute-Garonne et en zone urbaine. Sans surprise, les jeunes sont sur-représentés parmi cette population d’usagers assidus. ‘‘ Face à cette radicalisation des usages, la population peut se découper en 4 groupes hétérogènes - Les non internautes (45%) : un groupe plutôt féminin, - Les experts (14%) : ils aiment les technologies et en retraités, en zone rurale. 4 départements sont sur-représentés : font un usage fréquent, diversifié et en tout lieu. Les l’Ariège, l’Aveyron, les Hautes-Pyrénées et le Tarn. utilisateurs du “Web 2.0” se situent essentiellement dans ce groupe. Ce sont plutôt les hommes actifs en zone - Les pragmatiques (27%) : ceux qui utilisent le web urbaine. pour le côté pratique et non ludique. Ils se déclarent comme étant peu technophiles tout en faisant un usage quotidien du web. Ce sont plutôt les femmes actives en Fréquence zone urbaine. Beaucoup de cadres, de professions inter- Utilise Pragmatiques médiaires et d’étudiants. Ils font un usage restreint du quotidiennement 27% web, essentiellement des achats en ligne. Experts 14% Utilise Suiveurs - Les suiveurs (14%) : utilisateurs occasionnels, non moins souvent 14% technophiles. Les “Mobile Only” y sont plus nombreux. Ils sont encore frileux quant aux achats en ligne et à la déclaration d’impôts en ligne. Ils utilisent peu Internet au Nutilise pas Non utilisateurs 45% quotidien et s’inscrivent peu sur des sites communautaires. Parmi eux, plus de professions intermédiaires et d’ouvriers. 1 3 5 Deux départements sur-représentés : l’Aveyron et le Lot. Degré de technophilie Méthodologie Sondage réalisé par Ardesi/Teleperformance, selon un Sources questionnaire co-développé par les régions francophones Données 2009 : du Site d’Observation des Usages Régionaux d’Internet et - Sondage Ardesi/Teleperformance. Les TIC dans les des Réseaux, SOURIR (www.sourir.org). foyers de Midi-Pyrénées. Septembre 2009. Enquête téléphonique réalisée auprès de 2 010 personnes - Médiamétrie. L’observatoire des usages Internet. de Midi-Pyrénées représentatives de la population totale, Septembre 2009. www.mediametrie.fr du 9 au 18 septembre 2009. - IPSOS. Profiling 2009 : l’Internet devient réellement mobile. Octobre 2009. www.ipsos.fr Un redressement statistique a été implémenté pour re- donner à chaque questionnaire son “juste poids” : celui Données 2008 - Ardesi. Diagnostic 2008 de la Société observé dans la population totale selon la zone croisée de l’Information en Midi-Pyrénée. Avril 2009. par département, le type d’abonnement téléphonique, la CSP du chef de famille et le nombre de personnes dans le foyer.Ardesi9, place Alfonse Jourdain - 31000 ToulouseTéléphone : 05 67 77 76 76 - Télécopie : 05 67 77 76 77Courriel : contact@ardesi.fr - Site Internet : www.ardesi.fr - Blog : http://blog.ardesi.frSite des Rencontres du etourisme institutionnel : www.etourisme-ardesi.fr À quoi servent les nouvelles technologies si vous nen profitez pas.
  7. 7. La couverture territorialeen haut débit La couverture ADSL de Midi-Pyrénées Novembre 2009 % de la population Zones pouvant accéder à une offre géographiques dégroupée en ADSL 512Kb/s 2009 2008 Ariège 77,28% 23,94% Aveyron 35,80% 0,99% Haute-Garonne 75,52% 67,21% Gers 18,54% 0% Lot 14,73% 15,23% Hautes-Pyrénées 53,07% 32,11% Tarn 61,55% 52% Tarn-et-Garonne 45,29% 24,24% Midi-Pyrénées 57,39% 42,12% France (DOM inclus) 70% 65,44% Les réseaux d’initiative publique en Midi-Pyrénées Novembre 2009
  8. 8. Les réseaux optiques des opérateurs alternatifs Novembre 2009 TENDANCES Conformément à la tendance observée depuis 2006, le taux Cette progression peut notamment s’expliquer par la montée de couverture ADSL est quasiment stable, avec plus de 97% en charge des réseaux d’initiative publique : de la population couverte. - en Ariège, le taux de dégroupage est passé de Plusieurs initiatives de collectivités locales ont permis de 23,94% en 2008 à 77,28% en 2009 ; compléter la couverture en haut débit sur la région Midi- - en Aveyron, ce taux est passé de 0,99% à 35,8% ; Pyrénées, comme l’illustre la carte des réseaux d’initiative - dans le Gers, le taux de dégroupage en 2009 s’établit publique. à 18,54% alors qu’il était nul en 2008. Il est à noter qu’au niveau national, ce taux est passé de Une évolution à noter : le taux de dégroupage ADSL 65,44% en 2008 à 70% en 2009, soit une augmentation Avec 57,39% de la population de Midi-Pyrénées pouvant nettement inférieure à celle constatée sur Midi-Pyrénées. accéder à une offre dégroupée, le taux de dégroupage a évolué de manière très sensible (+15,27 points). Méthodologie L’analyse de la couverture ADSL du territoire repose sur : Sources - la collecte d’informations auprès des opérateurs sur Données 2009 - TACTIS. Novembre 2009. l’ouverture ou le dégroupage de nouveaux NRA, Données 2008 - Ardesi. La Société de l’Information - les modèles d’évaluation qui calculent à la commune, en Midi-Pyrénées. Avril 2009. les % de couverture du territoire pour la population, les entreprises, les administrations, - des modèles d’évaluation qui déterminent la couverture du territoire sur différents niveaux de débits (de services). ------------------------------------------------------------------------- La collecte et l’analyse réalisées par Tactis, ont été effectuées à partir de données disponibles à novembre 2009.Ardesi9, place Alfonse Jourdain - 31000 ToulouseTéléphone : 05 67 77 76 76 - Télécopie : 05 67 77 76 77Courriel : contact@ardesi.fr - Site Internet : www.ardesi.fr - Blog : http://blog.ardesi.frSite des Rencontres du etourisme institutionnel : www.etourisme-ardesi.fr À quoi servent les nouvelles technologies si vous nen profitez pas.
  9. 9. L’etourisme institutionnel en Midi-Pyrénées Les Offices de Tourisme et Syndicat d’Initiative (OTSI) midi-pyrénéens sur le web 2009 : la stabilité du Web Public Touristique60% des OTSI disposent d’un site Internet soit 166 sur 276.En 2008, le nombre de site avait connu une progression de 12 points ; cette année, elle n’est que de 2 points. 2005-2009 : quelle évolution pour le Web Public Touristique départemental ?Le Tarn-et-Garonne est le département qui a le plus progressé en 5 ans, suivi par la Haute-Garonne. Cependant, si le nombre de sitesd’Office de Tourisme en Haute-Garonne a connu une forte progression entre 2005 et 2007, depuis aucune évolution n’est à noter.Le Gers reste en retrait avec seulement 31% d’Offices de Tourisme présents sur le web. 2005 2006 2007 2009 Évolution en 5 ans Ariège • 33 42% 48% 51% 54% +12 points Aveyron • 70 33% 35% 44% 51% +18 points Haute-Garonne • 29 34% 58% 62% 62% +28 points Gers • 55 20% 20% 24% 31% +11 points Lot • 34 50% 52% 50% 65% +15 points Hautes-Pyrénées • 30 59% 69% 80% 77% +18 points Tarn • 56 13% 31% 29% 34% +21 points Tarn-et-Garonne • 24 18% 42% 50% 54% +36 points‘‘ Tourisme : le poids d’Internet Quelques chiffres illustrent l’importance d’Internet dans le secteur du tourisme en 2008 : - 45% des Français partis ont utilisé Internet pour organiser leurs vacances soit 13,4 millions d’Internautes ; - 31% des Français partis, ont réservé tout ou partie de leur séjour sur Internet ; - Web participatif : 67% des Internautes préparant un séjour lisent les avis déposés par dautres e-touristes sur les sites de prestataires ; - l’Internaute développe le communautarisme virtuel : 4,9 millions de etouristes (22%) ont mis en ligne leurs souvenirs, avis, photos… après être revenus de séjours via des blogs, carnets de voyages, réseaux sociaux… Source : Baromètre “Courts séjours, vacances, nouvelles tendances de consommation touristique et etourisme” du Cabinet Raffour Interactif. Juillet 2009.
  10. 10. 2 Les sites Internet des OTSI midi-pyrénéens 60% d’OTSI présentes sur Internet : oui, mais…Identification du site VS référencement Oui, mais... 28% des sites sont très bien identifiés par leur l’adresse. Plus d’1/4 des sites ont donc une adresse intuitive composée de : Un gros travail de référencement est encore à “tourisme + nom du territoire”. faire : 94% des sites n’ont aucune politique de référencement (selon la note PageRank de Google).Charte graphique VS graphisme Oui, mais... 63% des sites proposent une charte graphique de bonne qualité, pour 11% elle est même de très bonne qualité. 60% ont une qualité de mise en page et de graphisme de moyenne ou mauvaise qualité.Moteur de recherche VS moteur de recherche interne Oui, mais... 80% des sites ont une politique d’optimisation pour les moteur de recherche qui est efficace. Cette politique passe par la réécriture des adresses des 72% ne possèdent pas de moteur de recherche pages, l’attribution d’un titre à chaque page et à la interne. Un gros effort est à fournir pour faciliter répétition de mots clés. la structure, l’accès et la recherche d’informations au sein des sites. De fortes disparités au niveau des contenus et de leur valorisationContenu informationnel Oui, mais... 41% des sites possèdent un • 68% ne sont pas traduits. Seuls 5% proposent au moins 2 traductions bon, voire un très bon (14%) de très bonne qualité. C’est en anglais que les sites sont le plus contenu informationnel : un souvent traduits (31%) puis en espagnol (17%). agenda mis à jour, des infor- • 59% ne proposent aucun document en téléchargement alors que mations pratiques denses, des mises à jour régulières, des les possibilités de mise à disposition d’éléments touristiques sont photos de bonnes qualité et nombreuses (guides touristiques, cartes de randonnées, …). une cartographie interactive. • 78% n’ont pas adopté une démarche de marketing viral (e-cards, ajouter le site aux favoris, conseiller le site à un ami…). 27% des sites ont adopté • 20% des sites fonctionnent encore par copier/coller de brochures. une réelle écriture web. • 51% proposent des photos de bonne qualité mais qui ne sont pas mises en valeur. Seuls 11% offrent des photos qui contribuent à la séduction ainsi que des éléments multimédia intéressants (son, animation flash, vidéo…).
  11. 11. 3Informations pratiques Oui, mais... 68% des sites proposent de 3 à 4 informations pratiques telles que des informations sur les sites à visiter, une carte d’accès à la ville, des précisions sur les horaires de visite, un plan de la ville… 44% n’offrent pas ou peu d’informations culturelles Ils renseignent en priorité sur les lieux sur le patrimoine ou les animations aux alentours à visiter (91,5%). de leur ville. Seuls 5% des sites informent de manière très complète sur leurs environs.Cartographie interactive Oui, mais... 32% des sites offrent une cartographie optimale : interactive, en lien avec les prestataires. Un chiffre en progression, dans la mesure où ils n’étaient que 13% en 2008 à proposer de tels services. 48% ne mettent à disposition qu’une cartographie La généralisation de Google Maps n’est pas statique et de mauvaise qualité. étrangère à cette évolution (+19 points en 1 an). TENDANCES Le Web social constitue à nen pas douter une tendance médias de presse français proviennent des applications lourde : 1/3 des Internautes français disposent dun compte mises à disposition sur iPhone(4). Facebook(1), qui constitue la 4ème audience mondiale. 35 Linformation pendant le séjour, à travers des sites mobiles, millions dInternautes français ont regardé au moins une des applications pour smartphones devient donc une vidéo en ligne en septembre 2009, visionnant en moyenne nécessité, réclamée par de nombreux touristes, de plus en 151 vidéos(2) ; Tripadvisor comptabilise 30 millions de visiteurs plus équipés. uniques mensuels, ... Le coût des terminaux en forte baisse, larrivée de forfaits Le tourisme, fortement impacté par le multimédia, laffi- illimités de connexion à lInternet et une expérience nitaire, le communautaire, le partage, la recommandation et utilisateur enrichie rendent inéluctable la progression de la la prescription est donc logiquement un des secteurs les plus connexion en mobilité. Connexions déjà majoritaires au impliqués dans ce phénomène dexpression participative. Il Japon, et devant dépasser en Europe les connexions fixes convient donc aujourdhui de dialoguer avec les Internautes dici 2020(5). à travers ces réseaux sociaux, de les alimenter en contenus (1) grâce aux plate-formes de partage de contenus. : www.checkfacebook.com (2) : www.comscore.com (3) Autre tendance lourde, dans laquelle sexprime également : étude Ipsos MédiaCT / AFMM (Décembre 2009) (4) le Web social, la mobilité : 30% des Français sont : At Internet Institute (Octobre 2009) "mobinautes"(3), 10% du trafic sur les sites Internet des (5) : www.pewinternet.fr Méthodologie Repérage et analyse des sites d’OTSI de Midi-Pyrénées Sources effectués par le cabinet mfDocumentation. Septembre Données 2009 - Etude Ardesi/mfDocumentation. Le Web 2009. Repérage à partir des 276 OTSI de la région. Public Touristique en Midi-Pyrénées. Septembre 2008. L’analyse repose sur une grille d’analyse organisée autour de 4 grands “blocs” : visibilité du site, ergonomie Données 2008 - Ardesi. Diagnostic 2008 de la Société et navigation, contenu du site, contenu marketing. de l’Information en Midi-Pyrénée. Avril 2009. 2 6
  12. 12. Les collectivitéset Internet Le Web Public en Midi-Pyrénées Les Maires des Communes de plus de 2 500 habitants et les TICLeurs équipementsLes Maires des Communes de plus de 2 500 habitants sont très bien équipés à titre personnel : - Téléphone mobile : 98% - Connexion Internet : 94% - Ordinateur : 98% - Smartphone : 41% q Ils sont au-dessus des moyennes régionales en termes d’équipement S Les motivations à s’équiperLa principale motivation d’achat d’ordinateur réside dans Il en est de même pourson utilisation dans le cadre de l’activité municipale : l’accès à Internet : - Pour des activités en tant qu’élu : 78% - Pour des activités en tant qu’élu : 79% - Pour des besoins professionnels : 57% - Pour des besoins professionnels : 62% - Pour les loisirs : 52% - Pour les loisirs : 57%Leurs usages S Lieux de connexion À votre domicile 56% 15% 10%10%10% Plusieurs fois par jourLa moitié des Maires utilisent Internet 58% 7%à minima une fois par jour, quelque Plus de 4 fois par semaine 7% Au travail 46% 5% 5% 34% 3%soit le lieu de connexion. 1 à 4 fois par semaineLes recours les plus fréquents ont 37% 25% Moins d’une fois par semainelieu au domicile. À la mairie 44% 15% 22% 5% 15% Jamais Ne sait pas 23% Ailleurs 5% 5% S 7% 82% Trois usages majeurs 2% 2% Envoyer et recevoir des 5% L’usage principal réside dans le fait courriers électroniques 85% 3% 5% d’envoyer et recevoir des courriers Accéder à des sites Web électronique : quels qu’ils soient 54% 12% 17% 10% 7% 85% ont recours à leur messagerie Rechercher des actualités 42% 17% 20% 10% 11% électronique plusieurs fois par jour. Viennent ensuite l’accès à des sites Lire les journaux en ligne 20% 10% 10% 20% 39% 1% web et la recherche d’informations sur l’actualité. Utiliser des services de messagerie instantannée 17% 7% 7% 7% 59% 3% Plusieurs fois par jour Aller sur des blogs 10% 5% 32% 49% 2% Plus de 4 fois par semaine 2% 3% 1 à 4 fois par semaine Aller sur des sites 2% Moins d’une fois par semaine 5% 12% 73% 3% communautaires Jamais 2% Téléphoner depuis votre Refus 3% ordinateur via un micro-casque 5% 7% 85% Ne sait pas
  13. 13. 2 S Les Maires et les courriels89% des Maires équipés disposent au moins d’une adresse mail.La plupart ont 2 adresses mail : une pour la Mairie (79%) et une privée (77%).Seul 1/3 des Maires gèrent directement leur messagerie électronique à la Mairie. Une minorité ont des usages Internet plus“experts” comme, par exemple, utiliser de la messagerie en mobilité. Seuls 26% consultent leurs mails depuis leur téléphoneportable alors qu’ils sont 41% à posséder un smartphone. TENDANCES Les Maires et le web 2.0 : des usages encore timides Seuls 13% des Maires sont inscrits sur un site communautaire (Facebook, Viadéo, Twitter…) et 6% possèdent leur propre blog. Ils ne sont que 9% à consulter des sites communautaires une ou plusieurs fois par semaine. Si, en termes d’équipements, cette population est au-dessus des moyennes régionales concernant les usages du web 2.0, elle est en-dessous des moyennes. En Midi-Pyrénées, 29% des Internautes consultent des sites communautaires et 25% sont inscrits sur des sites de réseaux sociaux. Le profil des Maires Les Maires se déclarent plutôt intéressés par les nouvelles technologies sans pour autant être des experts ou des early adopters*. Seuls 17% ont tendance à adopter et acheter rapidement les dernières innovations sur le marché. Si 66% se tiennent informés des nouveautés, 43% trouvent les produits beaucoup trop compliqués à utiliser. * Personne pionnière dans l’utilisation des nouvelles technologies. Le Web Public et le Web 2.0Des outils qui se développentLes sites des Collectivités (Communes, Inter-communalités et S De la cartographie interactivePays) essaient d’intégrer progressivement de nouveaux outils à 90 sites utilisent Google Maps. Tous les sites des Départementsleur site ou en complément de leur site. proposent de la cartographie interactive. S Cette fonctionnalité se répand de plus en plus. S Des blogs Flux RSS56 blogs se répartissant en deux types : Tout comme la cartographie, petit à petit les flux RSS se• Les blogs de Communes offrent la possibilité aux citoyens répandent. Ce sont 90 sites qui en proposent aux Internautes. de communiquer avec les élus. Généralement, ils proposent des actualités ; certains peuvent être dédiés au Conseil municipal des jeunes, à la médiathèque de la Commune… Beaucoup d’outils sous-utilisés voire non utilisés• Les “blogs citoyens” : Présence sur les réseaux sociaux des sites du web citoyen1 : - Blogs du Conseil Régional et du Conseil Général : ils ciblent principalemet les jeunes. - Delicious (site de partage de favoris) : 3 sites - Facebook : 3 - Blogs de partis politiques : ils permettent de com- - MySpace : 1 muniquer au niveau local sur les actualités, les - Flickr : 3 projets, les permanences et dates de réunion, … - Youtube/DailyMotion : 7 Les élus peuvent s’en servir de tribunes libres. Un seul site utilise des widgets2. - Blogs de députés et élus : pour communiquer sur eux, leur parcours, publier des billets d’humeur, des éditos, des vidéos, des photos, des documents à télécharger… TENDANCES - Blogs dédiés à la culture : généralement axés autour Trop peu de sites s’inscrivent des médiathèques et des musées de la Commune, ils dans une démarche “web 2.0” proposent des contenus actualisés, denses et illustrés. Les sites les plus aboutis sont ceux du “web citoyen” : ils commencent progressivemnt à intégrer certains outils. Le site de la Bibliothèque municipale de Toulouse est1 On entend par web citoyen, des sites à la périphérie des sites de le meilleur exemple repéré avec la présence de flux Communes, Intercommunalités. Ce peut être des sites de RSS, l’intégration d’un widget de recherche dans le bibliothèques, musées, élus, écoles, sites dédiés à des projets catalogue et d’une présence sur Delicious, MySpace, spécifiques… Twitter et Flickr.2 Considéré comme étant la contraction des termes window Concernant les blogs, les contenus sont plus ou moins (fenêtre) et gadget, le mot widget désigne une application permettant d’accéder à une information précise. Par exemple, on denses. En termes de graphisme, style rédactionnel, trouvera sur les nouveaux téléphones portables tactiles un widget fonctionnalités… les stratégies de communication sont pour la météo, un widget pour accéder à sa boite email, un autre plus ou moins abouties. pour les news…
  14. 14. 3 Le Web Public et le développement durableL’agenda 21 Des thématiques privilégiées31 sites proposent des informations S Les déchetsrelatives aux agendas 21 : La thématique est présente dans 18 sites. 17 sites de Communes, Ils présentent des informations pratiques : date et horaires 12 d’Intercommunalités et 2 de Pays. de collecte, plan d’accès à la déchetterie. Des informations de sensibilisation (actualités, guide à télécharger) sur le triL’Internaute peut accéder aux informations relatives aux sélectif, le traitement des déchets, le compostage… S L’eauagendas 21 soit par la biais d’un sous-site consacré à lathématique, soit par une rubrique dédiée, soit par desinformations présentes au sein du site. 10 sites proposent des informations locales notamment autour des résultats de la qualité de l’eau ; mais aussi desGénéralement, 2 types de contenus sont proposés : informations de sensibilisation afin de mieux contrôler et réduire sa consommation d’eau. S L’énergie - des informations générales : qu’est-ce que l’agenda 21, explications sur le fonctionnement, documents en pdf, plaquette de présentation ; 8 sites offrent des informations pratiques destinées aux - des informations locales : programme d’action de la citoyens : installation d’énergies renouvelables, dossier de structure, actualités, contacts, actions réalisées, demande de subvention, documents à télécharger… Certaines orientations stratégiques, fiches actions. structures présentent également leurs projets en matière d’énergies renouvelables. La sensibilisation des enfants estLe citoyen est impliqué à travers un questionnaire pour également privilégiée à travers des jeux et des documentsparticiper, la possibilité de créer un compte pour consulter pédagogiques.et/ou participer… S Les transports 10 sites traitent ce thème. La problématique du co-voiturage est au centre de cette thématique. Les sites proposent des formulaires d’inscrip- tion, la possibilité de rechercher un trajet, des éco- calculettes… Parfois même, les structures ont mis en place des sous-sites. Une large place accordée aux vélos : présentation des pistes cyclables, prêt de vélos par la commune… TENDANCES Les sites des Communes, Intercommunalités et Pays présentent tous des informations liées au développement durable. Informations plus ou moins fournies selon les sites Globalement, une démarche de sensibilisation est faite à travers des actualités, des guides, des documents à télécharger. Cependant, seule une minorité a entamé une démarche de communication en faveur de cette thématique. Le développement durable est encore trop souvent abordé uniquement à travers le prisme environnemental et les agendas 21... Méthodologie Enquête auprès des Maires Sources Etude menée auprès des 150 Maires des communes de Enquête auprès des Maires plus de 2 500 habitants de Midi-Pyrénées. Etude Ardesi/BVA. Les TIC et les Maires de Les questionnaires ont été administrés en novembre Midi-Pyrénées. Décembre 2009. 2009 par les relais départementaux, l’analyse a été Le Web Public et le Web 2.0 confiée à BVA. Étude Ardesi/mfDocumentation. Le Web Public et le Web 2.0 Analyse du Web 2.0. Août 2009. Etude quantitative menée sur le Web Public par le Le Web Public et le Développement durable cabinet mfDocumentation du 1er février au 28 août 2009. Étude Ardesi/mfDocumentation. Le Web Public et le développement durable Analyse du développement durable. Août 2009. Etudes quantitative et qualitative menées sur le Web Public par le cabinet mfDocumentation du 1er février au 28 août 2009.
  15. 15. 4 Le Web Public Communal Des Communes qui investissent tous les ans dans la création de nouveaux sites19,8% des Communes de la région Année 2009 : 598possèdent un site Internet soit uneprogression de 2,9 points en un an. Année 2008 : 512Avec 598 sites, le nombre de sites esten constante évolution depuis 5 ans. Année 2007 : 479 Année 2006 : 446 Année 2005 : 393 Taux de pénétration du web par département 2005 2006 2007 2008 2009 Évolution en 5 ans Ariège • 332 37 39 32 36 63 +26 sites Aveyron • 304 26 30 34 34 55 +29 sites Haute-Garonne • 588 91 104 116 122 133 +42 sites Gers • 463 26 26 34 38 46 +20 sites Lot • 340 45 45 55 45 55 +19 sites Hautes-Pyrénées • 474 23 24 25 29 37 +14 sites Tarn • 324 39 45 45 45 55 +16 sites Tarn-et-Garonne • 195 106 133 135 145 145 +39 sites Midi-Pyrénées 393 446 479 512 598 +205 sites Ariège : 19%En 5 ans, ce sont la Haute-Garonne, l’Aveyron et l’Ariège qui Aveyron : 18%ont le plus vu leur nombre de sites augmenter. Haute-Garonne : 23%Ces départements ainsi que le Lot se situent dans la moyenne Gers : 10%régionale. Lot : 19% Haute-Pyrénées : 08% Tarn : 17% Tarn -et-Garonne : 74% 74% Les différents profils des sitesSi la majorité des sites (70%) sont de première génération,on note une hausse de la qualité avec une augmentationdu nombre de sites de 2ème et 3ème générations. Évolution des sites par générations :De 2006 à 2008, Ardesi a participé au PRAI (Programmerégional d’actions innovatrices) piloté par la Région Midi-Pyrénées. Par son action d’accompagnement, ce programmea notamment permis à certains sites de 1ère génération depasser directement en 3ème génération. 36 3 ème génération 21 Nombre de sites en 2009 24 Nombre de sites en 2008 Nombre de sites en 2007 141Répartition des sites : 2 ème génération 6% 107 110 24% 421 1 ère génération 384 1ère génération 345 2ème génération 70% 3ème génération
  16. 16. 5‘‘ 3 générations de sites Sites de 1ère génération C’est un site “vitrine” ou “vitrine enrichie” : il a pour seule vocation de présenter la Commune sur le web. Les contenus sont statiques et ne peuvent pas intégrer de service en ligne. Ces sites correspondent à un stade de développement “promotionnel”. La pauvreté fonctionnelle du site compromet sa capacité d’évolution : elle lui interdit d’évoluer vers une offre de contenus et de services plus complexes. Sites de 2ème génération C’est un site dynamique d’actualités : il fournit une actualité complète sur les différents champs d’intervention de la collectivité et un accès permanent à l’information publique locale. Les mises à jour sont fréquentes. Ce type de site correspond aux critères du stade de développement “informationnel”. Sites de 3ème génération C’est un site interactif voire un portail local administratif et citoyen : il facilite et fluidifie les échanges entre l’administration communale et les usagers des services publics. Il doit pouvoir intégrer dans son contenu et dans son édition, à la fois les éléments d’information institutionnelle, la réactivité de l’information locale et l’identité de la Commune émettrice. Il propose également des téléservices complets pour transformer le site en guichet administratif local. 2005-2009 : 5 ans d’observation des sites web communauxQuelles évolutions pour les “essentiels” ? S L’URL S La mention “Site officiel”Pour identifier son site, la collectivité doit choisir, déposer Grâce à cette mention, l’Internaute sait qu’il se trouve sur unet faire enregistrer son nom de domaine. site institutionnel et qu’il trouvera des informations fiablesUne URL significative est primordiale pour donner à l’Internaute et validées.l’assurance qu’il est bien sur le site de la Commune, qu’il se La présence de cette mention a peu évolué en 5 ans : 14%trouve bien sur un site officiel. en 2005 à 18% en 2009. Au final, moins d’1/4 des sitesElle permettra également d’améliorer le référencement du observe cette bonne pratique. Ssite sur les moteurs de recherche. Les mentions légalesLes adresses non significatives sont des adresses de sitespersonnels, des adresses qui ne comportent pas le nom de la Les mentions légales répondent à une obligation pour lesCommune ou encore des adresses de sous-domaine. Communes mais au-delà de l’aspect légal, c’est un gage deLa proportion de sites possédant une URL significative a crédibilité de l’information et de validation de la source deslargement évolué entre 2005 et 2009 : +17 points. En dépit informations pour l’Internaute. Le citoyen, dès lors qu’il ade cette progression, seules 63% des adresses des sites accès aux mentions légales complètes, sait qu’il peut fairesont significatives. confiance aux contenus informationnels mis en ligne sur le site et qu’il peut s’enregistrer ou créer son compte pour desÉvolution de l’URL sur 5 ans : procédures dématérialisées en toute confiance. La présence des mentions légales sur les sites n’a cessé d’aug- 70 57% menter entre 2005 et 2008 passant de 11% à 25% (+14 points). 60 La proportion des sites indiquant les mentions légales régresse 63% 63% 50 45% en 2009, se situant à 22% : c’est encore très insuffisant. 36% 40 Évolution de la présence des mentions légales sur 5 ans : 30 20 30 10 25% 25% 0 25 22% 2005 2006 2007 2008 2009 18% 20 15 11% 10 5 0 2005 2006 2007 2008 2009
  17. 17. 6 S Évolution de la présence d’un plan du site : Le plan du siteLe plan du site permet à l’Internaute de ne pas se perdre dans 70la navigation et d’avoir une vue d’ensemble des rubriques 60et/ou fonctionnalités proposées. 64% 50Il est d’autant plus utile lorsque les rubriques qui figurent 40 33%dans le plan renvoient par un lien hypertexte directement à 30 25% 37%l’information souhaitée. 20Une augmentation constante est à observer concernant ce 10critère : il évolue de 25% des sites en 2005 à 64% en 2009 0(+39 points). 2005 2006 2007 2009La dématérialisation des marchés publicsEntre 2005 et 2009, ce critère a connu une nette évolution :on passe de 12% en 2005 à 23% en 2009, soit 11 points TENDANCESd’amélioration. Les Communes choisissent de plus en plus demettre à disposition de l’Internaute leurs marchés publics. Des thématiques très présentesCelles qui s’inscrivent dans cette démarche font preuve detransparence avec la parution des appels d’offres et des • La démocratie localemarchés conclus l’année précédente. Les sites qui mettent à jour leur site régu- lièrement proposent l’ordre du jour du prochain Conseil municipal. De plus en plus de sitesL’accessibilité des sites informent sur les modalités d’inscription sur lesCertains sites s’inscrivent dans une démarche de W3C (World listes électorales.Wide Web Consortium) et le font savoir en l’indiquant à l’aide Le budget de la Commune est communiqué,du logo consacré, apposé en page d’accueil et/ou dans les voire détaillé pour plus de transparence.mentions légales. Le passeport biométrique fait son apparitionL’apposition de ce logo est synonyme de respect des standards dans les informations relatives aux démarches administratives.du W3C : cet organisme de standardisation œuvre pourdévelopper des standards afin que les Internautes puissent • Place à la culturenaviguer plus facilement et plus efficacement sur le web. Des sites, des sous-sites ou des rubriques sont dédiés à la culture : actualités, expositions et6 sites concernés sur 598 en 2009, soit 1% des sites apposent informations pratiques. D’autres sont dédiésle logo W3C. aux bibliothèques/médiathèques : actualités,Seule une très faible minorité a su s’adapter à l’évolution du coups de cœur des bibliothécaires, informationsweb et à l’apparition de ces nouveaux standards. Opera pratiques et parfois un accès direct au catalogue.Software a publié une étude1 sur la nature du web et a • Valorisation du jumelageanalysé 3,5 millions de pages au filtre du service de Le jumelage avec une autre ville fait l’objetvalidation du W3C. Il en ressort que “4,13% des pages sont d’une rubrique à part entière comportant desparvenues à passer le test sans embûche”. informations sur la ville jumelle.Les sites du Web Public Communal se situent au-dessous des • L’urbanismerésultats présentés par Opera Software. Toutefois la faiblesse Cette rubrique peut proposer les détails desdu chiffre observé correspond à la tendance globale. travaux réalisés ou en cours, les projets d’urba- nisme avec parfois photos ou plans à l’appui. Des cibles prioritaires clairement annoncées dans le menu de navigation • Les seniors Le site renseigne sur des informations pratiques liées aux soins, aux maisons de retraite, aux loisirs, …1 • Les handicapés Étude parue en octobre 2008.www.norme-w3c.com/actu/opera-analyse-les-sites-aux-normes-w3c/. Ce public peut trouver des informations pratiquesConsultée le 2 novembre 2009. sur les équipements et la prise en compte du handicap dans la ville. • Les enfants/ados Certains sites privilégient également cette cible en proposant une rubrique dédiée au Conseil municipal des jeunes, des jeux et informations ciblées (écoles et collèges, menu de la cantine, culture, loisirs)…
  18. 18. 7‘‘ La plate-forme “SIP MIP : Service d’Information Publique Midi-Pyrénées”Paru en 2008, le Livre Blanc pour le développement de l’administration électronique en Midi-Pyrénées à l’horizon 2013 apermis d’établir un diagnostic et un programme d’actions cohérent.www.midipyrenees.fr/IMG/pdf/Livreblanc_eadminMP2013_synthese.pdfUne des principales préconisations porte sur la mise en place d’une plate-forme de gestion et de diffusion de l’informationpublique pour améliorer la qualité de l’Internet public en région.L’objectif étant de permettre aux collectivités d’offrir, depuis leur site Internet, un service d’information public globalfacilitant les démarches administratives de leurs usagers et le travail quotidien de leurs élus et de leurs agents.Cette plate-forme intègrera ainsi : - les données de www.service-public.fr et les principales procédures régionales, départementales et locales ; - un service de télé-formulaires administratifs et de suivi des demandes : demande d’extraits d’acte de naissance, d’acte de mariage, demande d’intervention des services municipaux, demande d’autorisation temporaire de débit de boissons, … - un annuaire mutualisé de référence des services publics de leur territoire, de leur département et de la région.Ce projet SIP MIP est déployé en 2 temps : - une phase pilote (de novembre 2009 à mars 2010) permettant de préparer la mise en exploitation de la plate-forme ainsi que l’intégration de ses services sur 13 “sites Internet démonstrateurs” de collectivités réparties sur plusieurs départements ; - une phase de déploiement à compter du 2ème trimestre 2010 permettant à l’ensemble des Collectivités de la région d’intégrer des services de SIP MIP.Un appel à candidatures sera organisé par la Région afin de sélectionner plusieurs centaines de Collectivités locales pourlesquelles la Région financera l’intégration de SIP MIP à leur site web. Toute Commune, Intercommunalité, Pays disposant d’unsite Internet de qualité (proposant un minimum d’interactivité et de mises à jour) pourra demander à bénéficier de ce dispositif.Aujourd’hui, avec le concours des relais départementaux, tels que les centres de gestion et de la fonction publique territorialedu Gers (www.cdg32.fr), du Lot (www.cdg46.fr), des Hautes-Pyrénées (www.cdg65.fr), du Tarn-et-Garonne (www.cdg82.fr),le Smica (www.smica.fr) dans l’Aveyron, le Conseil Général de l’Ariège (www.cg09.fr) et l’association des Maires et des Élus duTarn (www.maires81.asso.fr), 13 collectivités sont en phase pilote : - Communauté de communes Cœur de Gascogne - www.coeurdegascogne.fr - Mairie de Souillac sur Dordogne - www.souillac-sur-dordogne.fr - Mairie de Cressensac - www.cressensac.fr - Mairie de Marcilhac - www.marcilhac.fr - Mairie de Bressols - www.ville-bressols.fr - Mairie de Negrepelisse - www.ville-negrepelisse.fr - Mairie de Grisolles - www.ville-grisolles82.fr - Mairie de Gramond - www.gramond.fr - Mairie de Pont de Salars - www.pontdesalars.fr - Mairie de Sainte-Radegonde - www.sainteradegonde.fr - Mairie de Lautrec - www.lautrec.fr - Mairie de Foix - www.mairie-foix.fr - Mairie d’Ibos - www.ville-ibos.frÀ l’issue de cette phase pilote, des réunions d’informations sur le projet seront organisées par la Région Midi-Pyrénéesen lien avec les acteurs départementaux, courant 2ème trimestre 2010. Sources Méthodologie Données 2009 - Étude Ardesi/mfDocumentation. Études quantitative et qualitative menées sur le Web Analyse du Web Public Communal. Août 2009. Public Communal par le cabinet mfDocumentation du 1er Données 2002/2008 - Ardesi. Diagnostic 2008 de février au 28 août 2009. la Société de l’Information en Midi-Pyrénées. Avril 2009. Le repérage quantitatif a été complété par une campagne de faxing menée par Ardesi en avril 2009.
  19. 19. 8 Le Web Public Intercommunal 2007 - 2009 : toujours plus de sitesÉvolution du nombre de sites de 2007 à 2009 :100 46% des Intercommunalités sont présentes sur le web : 95 sur les 206 ont développé un site Internet. 95 95 Si 13 nouveaux sites ont fait leur apparition, 3 structures n’ont 90 plus leur site en ligne. 85 85 80 81 75 70 2007 2008 2009 Les tendances 2008 se confirment dans les départementsLes tendances identifiées en 2008 se confirment.Avec 68% de ses Intercommunalités présentes sur le web, le Gers arrive en tête des départements. La Haute-Garonne, le Tarn,le Lot et l’Aveyron sont également au-dessus de la moyenne régionale.A noter que l’Ariège et le Tarn-et-Garonne n’ont pas mis en ligne de nouveaux sites depuis 2007.Taux de pénétration du Web par département : 2007 2008 2009 Ariège : 28% Ariège • 21 8 8 8 Aveyron : 41% Aveyron • 34 12 12 14 Haute-Garonne : 55% Haute-Garonne • 29 13 14 16 Gers : 68% Gers • 25 15 13 17 Lot : 52% Lot • 23 8 9 12 Haute-Pyrénées : 30% Hautes-Pyrénées • 33 10 12 10 Tarn : 52% Tarn • 27 11 13 14 Tarn -et-Garonne : 28% 74% Tarn-et-Garonne • 14 4 4 4 Midi-Pyrénées • 206 81 85 95 Les différents profils des sites‘‘ 3 générations de sites Sites de 1ère génération Le site communautaire “vitrine promotionnelle” ou orienté “contenus” du groupement assure une promotion statique de l’Intercommunalité. Sites de 2ème génération Le site communautaire orienté “contenus et services” facilite les échanges entre l’administration et les Internautes-citoyens. Sites de 3ème génération Le portail intercommunal mutualisé propose des télé-procédures et des télé-services qui transforment le site en portail de services interactifs.
  20. 20. 9 ère La progression du nombre de sites Internet n’est pas Sur 12 nouveaux sites, 10 sont de 1 génération. forcement synonyme de qualité. Les passages de 3ème à 2ème génération sont généralement dus En effet, les sites de 1ère génération ont progressé (+10 sites) au à des problèmes de mises à jour des sites. détriment de ceux de 2ème génération (-2 sites). Seuls 2 sites sont passés en 2ème génération. Avec 62% de sites, les 1ères générations sont majoritaires. Répartition des sites par génération : Évolution du nombre de sites par génération : 4% Nombre de sites en 2009 Nombre de sites en 2008 4 Nombre de sites en 2007 34% 3 ème génération 6 4 1ère génération 62% 2ème génération 32 2 ème génération 30 3ème génération 22 59 1 ère génération 49 55 Des sites qui privilégient la mutualisationDes Extranets pour une meilleure mise en réseau Évolution de la présence d’un Extranet sur 3 ans :des informations 30L’Extranet est un critère de mutualisation de l’informationentre les Communes pour enrichir les contenus informationnels 25 26%du site. 20La présence d’un Extranet sur les sites intercommunaux alargement augmenté entre 2007 et 2009 passant de 9% à 26% 15(+17 points). Plus d’1/4 des sites propose aujourd’hui l’accès 10 9% 13%à cet outil. 5 0 2007 2008 2009La présentation des Communes membresUn site intercommunal présentant de manière complète, riche et fournie ces informations est souvent synonyme de contenuinformationnel dense.En 3 ans, la présentation des Communes a connu une augmentation constante. En effet, en 2007, 61% des sites présententleurs Communes contre 79% en 2009.À ce jour, plus des 3/4 des sites mettent à disposition de l’Internaute une information dense sur les Communes membres deleur groupement intercommunautaire : présentation enrichie, coordonnées complètes des mairies et/ou un lien vers le siteweb de chaque Commune…
  21. 21. 10TENDANCESVers des sites thématiques ou à dominante forte Une volonté de sensibiliser à l’environnement • Tourisme Deux cibles privilégiées : le grand public et les juniors,Il n’est pas rare que les sites d’Intercommunalités aient une notamment à travers des jeux.forte connotation “tourisme”. Les sites peuvent, soit proposer Ils peuvent trouver des informations pratiques, des conseils,deux entrées : intercommunalité et tourisme soit, la thé- des liens utiles, des documents à télécharger…matique “tourisme” est fortement présente. Parmi les thèmes abordés : la gestion des déchets, le triOn note très souvent des rubriques fournies, des sous-sites sélectif, le jardinage…voire même des sites dédiés. L’Internaute retrouve ainsi desinformations liées aux randonnées, lieux touristiques,hébergements, restauration, loisirs, cartographie… L’accessibilité des sites, une fonctionnalité trop peu répandue • EconomieCette thématique est fortement représentée à travers des 3 sites sont concernés sur 95 en 2009, soit 3,1% des sites.rubriques spécifiques très complètes ou des sous-sites Seule une très faible minorité de sites a su s’adapter à l’évo-dédiés. Généralement, les offres liées aux marchés publics lution du web et à l’apparition de ces nouveaux standards.sont ainsi directement accessibles sur le site : possibilitéde télécharger les appels d’offres en ligne ou d’accéder à Opera Software a publié une étude3 sur la nature du web etune plate-forme de dématérialisation. a analysé 3,5 millions de pages au filtre du service deL’Internaute peut également accéder aux marchés conclus validation du W3C.en 2008, à la présentation des ZA1, ZI2 et pôles de compéti- Seuls 4,13% ont réussi le test. Les sites sont donc au-dessoustivité présents sur le territoire. de la moyenne des 3,5 millions de pages analysées par Opera Software. • UrbanismeL’urbanisme occupe une place de choix dans ces sites. Ces 1ZA : Zone Artisanalederniers ne se contentent pas de mettre en ligne des 2ZI : Zone industrielle 3informations, ils proposent également des services associés : Étude parue en octobre 2008.offres locatives pour les particuliers et les professionnels, www.norme-w3c.com/actu/opera-analyse-les-sites-aux-normes-w3c/PLU, documents à télécharger, ... Étude consultée le 2 novembre 2009. Méthodologie Sources Etudes quantitative et qualitative menées sur le Web Public Données 2009 - Étude Ardesi/mfDocumentation. Intercommunal par le cabinet mfDocumentation du 1er février Analyse du Web Public Intercommunal. Août 2009. au 28 août 2009. Données 2002/2008 - Ardesi. Diagnostic 2008 de la Société de l’Information en Midi-Pyrénées. Avril 2009. Méthodologie Études quantitative et qualitative menées sur les sites Internet des pays par le cabinet mfDocumentation du 1er février au 28 août 2009.

×