Paludisme urbain: paludisme de demain?

1 130 vues

Publié le

Paludisme urbain: paludisme de demain? - Présentation de la 6e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - HORACE Haingonirina Joelle - Médecin - Madagascar - hjoelle12@yahoo.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 130
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
42
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Paludisme urbain: paludisme de demain?

  1. 1. EVALUATION par les FACILITATEURS PALUDISME URBAIN:PALUDISME DE DEMAIN? HORACE Joëlle Ministère de la Santé, du Planning Familial et de la Protection Sociale Madagascar
  2. 2. Objectifs Présenter les caractéristiques du paludisme urbain Proposer une définition du paludisme urbain Proposer un plan d’action spécifique contre le paludisme urbain2
  3. 3. Urbanisation en Afrique Incontrôlée, non planifiée « patch work géographique » ANARCHIE Ces dernières années, accélération de l’urbanisation D’ici 2030, 55% de la population en Afrique vivra en zone urbaine (UN 2002: World urbanization prospects: the 2001 revision)3
  4. 4. Urbanisation en Afrique (2) 3 grandes zones: Urbanisation → conséquences sur épidémiologie et la clinique des maladies vectorielles (paludisme)4
  5. 5. Caractéristiques originales du paludisme urbain Transmission plus faible Transmission plus hétérogène Risque d’impaludation lié aux déplacements Accès aux soins facile Mais développement de formes graves chez une population non immune5
  6. 6. 1- Transmission plus faible Pression foncière Construction + pollution domestique Destruction des gîtes (marais VS béton) ↓ anophélisme ↓ parasitémie ↓ degré d’exposition Comparaison de la prévalence moyenne du parasite en milieu urbain et rural (Afrique de l’Est) D’après JA Omumbo and al, 2005 FAIBLE TRANSMISSION6
  7. 7. Les zones à forte transmission en milieu urbain … appartiennent aux types suivants: Quartiers d’urbanisation à faible densité de population Zones directement riveraines des espaces à vocation maraîchères Zones industrielles et leur périphérie immédiate D’après JF Trape, 19867
  8. 8. 2- Transmission plus hétérogène Taux annuel entomologique d’inoculation (Dakar): 20 fois inférieur 500-700m 5 fois inférieur 200-300m versus taux de référence 0- 100m8
  9. 9. 2- Transmission plus hétérogène Transmission anophélienne plus faible en zone urbaine qu’en zone rurale Faible mobilité des anophèles: rayon de vol limité réduction densité et Taux d’inoculation du parasite en fonction des zones longévité du vecteur9
  10. 10. Transmission hétérogène car LOCALISÉE et FOCALISÉE Bidonvilles Pauvres des villes +++ Transmission plus faible que l’urbanisation est ancienne10
  11. 11. 3- Risque d’impaludation lié aux déplacements Facteurs favorisants: Exode rural Développement des axes routiers Déplacements en avion Centre Ville Causes: Formation, éducation Périphérie Recherche de travail Zone rurale PALUDISME DES AEROPORTS +++ Flux migratoires humain et anophélien11
  12. 12. Le paludisme d’aéroport 1er cas en 1977 (ce jour, 75 cas) Cas contractés en Europe chez sujets n’ayant pas fréquentés les zones d’endémies palustres Dans aéroports et régions avoisinantes (<2-3 km) Rare et diagnostic difficile Dû à Plasmodium falciparum Pendant étés chauds en Europe / saison de pluie en Afrique12 Via les aéronefs
  13. 13. 4- Accès aux soins facile EN ZONE URBAINE EN ZONE RURALE Risque anophélien faible Risque anophélien grand Niveau socio-économique élevé Niveau socio-économique faible Accès soins facile Accès soins difficile Moyens de lutte +++ Moyens de lutte +/- PARADOXE13
  14. 14. 5- Mais formes cliniques graves ↓TRANSMISSION ↓STIMULATION NIVEAU ANTIGENIQUE IMMUNITE FAIBLE RETARD ACQUISITION ABS IMMUNITE PREMUNITION FORMES GRAVES RISQUE EPIDEMIE +++ TOUS LES AGES14
  15. 15. En résumé, Caractéristiques originales du paludisme urbain: Transmission plus FAIBLE Transmission plus HÉTÉROGÈNE Risque d’impaludation lié aux déplacements Accès aux soins facile MAIS développement de formes graves chez une population non immune15
  16. 16. Vers une adaptation du vecteur? Peu d’études An.arabiensis au Kénya (F. Omlin, 2007) Le vecteur change ses habitudes et SE RAPPROCHE de son hôte16
  17. 17. Tirer des leçons du cas de l’Asie 1950 introduction du DDT 1953 ↓incidence et ↓mortalité 1966 éradication du paludisme en ville. « Le paludisme est une maladie rurale » 1971-72 résurgence du paludisme → Urban Malaria Scheme (UMS) - pauvreté+++, malnutrition - dégradation environnementale - accès aux soins insuffisant - accès à l’eau potable insuffisant 1973 résistance à la chloroquine 1977 révolution verte et paludisme +++ 2000 épidémie Actuellement, le paludisme est synonyme de pauvreté17
  18. 18. Essai de définition clinico-parasitologique Association de l’un des critères suivants: Paludisme contracté en dehors de la ville lors d’un déplacement Formes cliniques graves du paludisme Dans une « mégacitée » mais taille population très variable: 2000 hab (Bénin) à 10000 hab (Nigéria) TIE< 5 piqûres/pers/an Gîtes larvaires focalisés et en nombre restreint Dispersion anophélienne <100m des gîtes larvaires18 TIE = Taux d’Inoculation Entomologique
  19. 19. Plan de contrôle du paludisme urbain Adapter stratégies de lutte selon la diversité des faciès épidémiologiques Facilitation d’accès aux soins +++ Formation spécialisée du personnel de santé Effectuer des enquêtes de proximité si cas déclarés Participation communautaire +++ : éducation sanitaire, sensibilisation pour le CCC Aménagement du territoire intégré Coopération multisectorielle Système de monitoring et de surveillance19
  20. 20. Conclusion Urbanisation = phénomène qui prend de l’ampleur Les 2 effets antagonistes fondamentaux de l’urbanisation: diminution incidence du paludisme augmentation des formes graves L’adaptation des anophèles à des habitats urbains, le développement de l’agriculture urbaine qui recrée des habitats larvaires compliquent le contrôle du paludisme La transmission urbaine chez des sujets non prémunis peut constituer un problème majeur de santé publique dans les années à venir « Le paludisme urbain C’EST le paludisme de demain » (Baudon, 2003)20
  21. 21. Bibliographie 1) D Baudon et Al. En Afrique, le paludisme urbain est le paludisme de demain. Méd Trop, 1996, vol56 (4) : 323-325 2) M Caldas De Castro and Al. Integrated urban malaria control: a case study in Dar Es Salaam, Tanzania. Am J Trop Med Hyg, august 2004, vol 71(n° 2 supplement): 103-117 3) S Cot and Al. Mise en évidence d’une transmission urbaine autochtone du paludisme à Antananarivo, Madagascar. Méd Trop 2006; 66: 143-148 4) F X Omlin and Al. Anopheles gambiae exploits the treehole ecosystem in western Kenya : a new urban malaria risk ? Am J Trop Med Hyg, 77(suppl 6), 2007, pp 264-269 5) JF Tbaf’e. L’impact de l’urbanisation sur le paludisme en Afrique Centrale. Thèse d’Etat (sciences), 1986, Université de Paris-Sud, Centre d’Orsay 6) J Keiser and Al. Urbanization in sub-saharan Africa and implication for malaria control. Am J Trop Med Hyg, 71 (suppl 2), 2004: 118-127 7) AH Diallo and Al. Aspects cliniques et parasitologiques du paludisme grave de l’adulte en milieu urbain. Bull Soc Pathol Exot, 2003, 96(2) : 99-100 8) D Lusina et Coll. Paludisme d’aéroport: 4 nouveaux cas dans la banlieue de Paris durant l’été 1999. Eurosurveillance, 2000; 5: 76-80 9) J Mouchet. Le paludisme d’aéroport: une maladie rare encore mal comprise. Eurosurveillance, 2000;5(7): 75-76 10) VP Sharma. Malaria and poverty in India. Current Science, vol84, n° 2003 4, 11) JA Omumbo and Al. The influence of urbanization on measures of Plasmodium falciparum infection prevalence in East Africa. Acta Tropica 93 (2005) 11-2121
  22. 22. MISAOTRA !22 ATELIER PALUDISME 2008
  23. 23. PALUDISME URBAIN:PALUDISME DE DEMAIN? Ministère de la Santé, du Planning Familial et de la Protection Sociale Madagascar
  24. 24. Répartition des « mégacités »24
  25. 25. Le paludisme d’aéroport (1999)25
  26. 26. Taux annuel entomologique d’inoculation26
  27. 27. Principaux vecteurs de palu en Afrique27
  28. 28. 28
  29. 29. 29
  30. 30. 30
  31. 31. CENTRE VILLE ZONE PERIPHERIQUE 1PI/pers/7ans 5PI/pers/an VILLAGE DE SAVANE 200-1000PI/pers/an31
  32. 32. 32
  33. 33. CENTRE VILLE ZONE PERIPHERIQUE VILLAGE DE SAVANE33
  34. 34. CENTRE VILLE ZONE PERIPHERIQUE VILLAGE DE SAVANE34
  35. 35. Formes cliniques graves • Besoin de revoir la définition de l’OMS car existence de signes contingents de gravité: obnubilation, agitation, délire, confusion mentale • Burkina Fasso aspects cliniques et parasito du palu grave de l’adulte en milieu urbain35
  36. 36. • the species which are adapted to these sites are not the same in all parts of Africa. : An. funestus in the rice fields of Madagascar, An. pharoensis in saline water rice fields in the delta of the Senegal river, An. arabiensis in northern Cameroon and Burundi, An. gambiae Mopti form in the Kou Valley (Burkina Faso) An. gambiae Savanna form in the rice fields of Kafine near Bouaké (Côte dIvoire). The vectorial capacities of these species are not the same and malaria inoculation rates are not necessarily increased in the riceland agroecosystem. The consequences for malaria of introducing rice cultivation depend on the situation before its introduction: it could be worsened in unstable malaria36 areas but not in stable malaria areas
  37. 37. Plan de contrôle du paludisme urbain • situation du paludisme ni homogène ni uniforme. adapter stratégies de lutte selon la diversité des faciès épidémiologiques • gestion environnementale • Engagement important (niveau national et international) • Aménagement du territoire: travaux de drainage des eaux • Outils de logistique pour surveillance efficiente • Partenariat entre secteurs (privé et public) • Coopération multisectorielle • Investissement stratégique dans le (building)37
  38. 38. Urban malaria control program ou programme de contrôle du paludisme urbain • Formation (technique spécialisée) du personnel de santé et de leurs auxilliaires • Éducation sanitaire de la communauté ( enfants en période scolaire, femmes enceintes lors des CPN…) • Participation communautaire+++ • Implementation strategy • Surveillance épidémiologique • Lutte anti vectorielle ciblée • Effectuer des enquêtes de proximité si cas déclarés • Utilisation du SIG pur mieux cibler les zones cibles • Système de monitoring et de surveillance38

×