École polytechnique d’architecture et d’urbanismeAKROUN SalimaBENGHANEM ImeneMEBREK ImeneSEBA AmelWAFI HibaPREPARER PAR:DI...
Revaloriser la rue Tripoli (parcours matrice), lui offrirune qualité d’ambiance urbaine et acquérir un caractèrespécifique...
 Le terme est lui-même composé à partir dugrec :- « phainomenon : « ce qui apparaît »-logos « discours étude et science »...
Définition des conceptslieu =espace vécuQu’est ce que le lieu?-cest la manifestation concrète du mondede la vie ,et en tan...
 4- le paysage :Portion despace visible dun seul regard à partir dun endroit donné et que lon considère pourson aspect re...
ORIENTATIONLIEUARTIFICIELPAYSAGECLASSIQUE COSMIQUETYPOLOGIE TOPOLOGIE MORPHOLOGIEIDENTIFICATIONESPACEPARCOURNATURELimagero...
Présentation de la ville d’AlgerAlger est la capitale d’Algérie, est lun des grands ports de la méditerranée. C’est après ...
L’image d’Alger : « La baie qui côtoie la méditerranée »Paysage naturel:« C’est une ville qu’on ne peut se lasser d’admire...
Alger apparaît magnifique avec son étagement en vasteamphithéâtre que constitue le Sahel. Le site originel de laville est ...
Intérieur d’Alger :Qui représente le noyau historique et coloniald’Alger, s’étend jusquà Agha, ici se dégage uneatmosphère...
caroubierHussein DeycasbahAghaParcours d’Alger vers Caroubier
Parcours de la ville d’Alger à l’HusseinDey :La ville d’Alger s’est développéeprogressivement le long de la baie, ainsiqu’...
Intérieur d’AlgerLa marine-la Casbah-Grande poste- TafouraPériphérie d’AlgerPort d’Alger La Gare d’Agha La Gare de Belcour...
· Cest une commune côtière située à 10KM lEst du centre dAlger, elle sétend sur unesuperficie de 425Ha· -la commune dHusse...
Limites du lieuRoute national5 Voie(ALN)Chemin de ferChemin FernanhanafiLa bretellePont de la farge
Les seuilsLa bretelleLa gareLa garePont de la farge
L’image du lieu Hussein DeyHussein Dey la perle cachée,enfermée dans sa coquille ,une perlequi appartient à un bleu conjug...
 L’enclavement du lieu Hussein dey présente une structure urbaine globalement pas très bien organiséeavec un centre anim...
Limage intérieur dHussein deyEn allant vers l’Hussein Dey, on traverse dul’intérieur un long parcours, à un moment donné ;...
L’image intérieur d’Hussein deyLatmosphère du lieu:La première image que jai eu lors de ma première visite à ce lieu HUSSE...
 Hussein Dey présente un lieu urbaine globalementhomogène : un centre animé avec des petits ilots, untissu pavillonnaire ...
Des hauts bâtiments font la relation entre ciel et terre, en accentuant le caractère de verticalité . La façadeurbaine qui...
Les parcours desservants Hussein Dey1. la route nationale N°05 :Est le support d’un trafic routierimportant et constitue u...
Éléments d’orientationHôpital ParnetRue TripoliPlace TripoliPont de la fargeUniversité CaroubiermosquéeGare routièreLa gare
Les séquences de parcours:le centre:limitée du coté Ouest par le 1erseuil qui est le pont de lafarche, du nord par la voie...
1ere séquence :le centre
Sa position centrale par rapport aux extensions de lagglomération dHD, lui confère son rôle de"centre même la dégradation ...
Caractère du centre -Les constructions ne présentent aucun intérêt architectural (ni décoration, niforme architecturale p...
 cest une maison en bande dédoublée, Ex: Immeuble dhabitat variante de rive en R+6, Limmeuble se développe sur 6 module...
 Habitat à façade étroite Ex:Immeuble de rive sur R+2 avec unpressing au RDC et log de gardien. Le front est composé de...
Cette entité se caractérisée par ses fortes densités en habitat surtout l’individuel qui occupe lapartie sud de Brossette ...
typologieHabitat individuelHabitat collectifle centre culturelle tribunal l’école paramédical.Pour la façade on a un rythm...
Le seuil :Le premier seuil pour pénétrer dans le quartier de Caroubier représente plusun élément d’orientation qu’un seuil...
Les hangars de Caroubier sont l’implantation la plus ancienne elles datesde 1867après l’inauguration de la voie ferrée. Le...
Caroubier donc se caractérise par un caractère plus industriel que résidence caron voit la dominance du type spécialisé qu...
Ainsi que de plusieurs percées orthogonale affirmant l’ouverture du réseaude voirie vers le sud tel que la rue de Boujamaa...
Système de voirie de Caroubier
Schéma de Structuration de la voirieLe parcours de tripoli donne accès direct aux différents équipements tout au long de l...
Paysage de Caroubier a une qualité cosmique cachée par des hangars et la voie ferrée, cepaysage définit par la rencontre d...
La morphologie :La séquence de Caroubier contient deux types de bâtis l’un qui est spécialisé et l’autretype de base.le ty...
Exemple d’un hangar situé sur le long du parcoursTripoliVente des matér
Le deuxième type de bâtis est le type de base c’est donc l’habitat, le domaine deCaroubier est doté de grands ensemble d’h...
L’évolution de cette cité reste toujours en bande est sa on le constate d’après la forme del’habitat qui rectangulaire ave...
Le problème qui se pose au niveau du domaine de Caroubier c’est que la relation interquartiers n’existe pas on a la sensat...
Le rythmeOn remarque que le rythme du domaine de Caroubier s’évalue sur unehorizontalité en bande avec des ouverture du pa...
implantationCette terre avec tout ce qu’elle abrite de montagnes et de pleines se conjugue avec la merpour donner cette no...
En 1879 : l’installation d’établissement industriel le long de la rue de Constantine (tripoli), on y signalait une fabrica...
Entre 1935-1948 :La commune d’Hussein Dey connaissait la réalisation d’habitat pavillonnaire (lotissemet Bois Ramel) deque...
-après 1962 : le lieu d’Hussein Dey connaîtra une mutation rapide et ceci d’unpériphérique industrielle à un périphérie « ...
La morphologie :Comprendre et connaître un lieu, interpréter sa réalité dépend de ce qu’on est, et de notre objectif.delà ...
Analyse des caractères spécifiques des composants (dun ensemble ou dun phénomène) afin de lesdécrire et den établir une cl...
Par contre le bâti de base se concentre dans la partie centrale du quartier.L’habitat individuel occupe le majeur parti de...
Type du bâtis de base : une étude qui se porte sur le processus typologique du bâti de base et non du bâtispécialisé, le b...
Les places : espace urbain par excellenceEspaces publics découverts et entourées de maisons (dans une agglomération),les p...
En parcourons Caroubier vers L’Hussein Dey nous assistons généralement à unrythme régulierLe rythme :Au début le rythme es...
En s’approchant du centre onassiste à un rythme vertical : lahauteur des façade est supérieur àleur largeur renforcées par...
Phenomenologie hussein dey
Phenomenologie hussein dey
Phenomenologie hussein dey
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Phenomenologie hussein dey

4 435 vues

Publié le

1 commentaire
5 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 435
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
804
Commentaires
1
J’aime
5
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Phenomenologie hussein dey

  1. 1. École polytechnique d’architecture et d’urbanismeAKROUN SalimaBENGHANEM ImeneMEBREK ImeneSEBA AmelWAFI HibaPREPARER PAR:DIRIGER PAR:Mme BACHAKHMme ZEKAGH
  2. 2. Revaloriser la rue Tripoli (parcours matrice), lui offrirune qualité d’ambiance urbaine et acquérir un caractèrespécifiqueRenforcer l’axialitéDélocaliser les zones industrielles polluantes.Donner une nouvelle configuration fonctionnelle etspatiale pour le lieu vécu.Assurer une continuité entre l’Hussein Dey et la bandelittorale et proposer un tissu de jonction pour renforcer laliaison.Plan de travailIntroduction :1-Objectifs2-Problématique3-Présentation de l’approched’analyse « laphénoménologie » :DéfinitionobjectifsConceptsOrganigramme.4-structure du l’analyse :4-1 : l’image d’Alger4-2 : Hussein Dey : (perle ferme)1- Présentation du lieu2 -L’image du l’Hussein dey3- identification de différentsparcours4- les séquences du parcours.5- l’implantation6- la morphologie7- le rythme.•Phénoménologie du lieu d’Hussein Dey :la problématique « Comment faire du parcours tripoli unparcours de promenade“Les objectifs Parcours de promenade
  3. 3.  Le terme est lui-même composé à partir dugrec :- « phainomenon : « ce qui apparaît »-logos « discours étude et science »Telle que la définie le fondateur du courantde la phénoménologie Husserl au début du20 siècle:« la phénoménologie est la science desphénomènes dont la principale consigneest le retour aux sources même del’évidence dans laquelle les choses sepressentent à notre conscience. » Ce courant philosophique repose sur lesconcepts suivants et qui vont être utilisés pournotre analyse :- Le lieu- Le parcours- L’image- L’implantation-Le paysage- La morphologie- Le rythme L’objectif de l’approche de Schulz est laconquête de la dimension existentielle,soit par la création d’une architecturereprésentant des situations existentiellesqui aident l’homme à s’orienter ets’identifier à son milieu. Pour cela il faut avoir une parfaiteconnaissance des qualités espaces etcaractères du lieu naturel et artificiel (quiest une révélation du paysage). pourdécouvrir le génie du lieu, il faut tester «l’usage du lieu » qui va bien au delà desnotions d’utilisation ou de nécessité, maiségalement les actes, les significations etles conditions psychiques. Aujourd’hui, le monde vit une situation deperte des lieux qui est du à la perted’identité de vue, des limites et ducaractèreL’objectif de l’approcheDéfinition de la phénoménologieLa phénoménologie
  4. 4. Définition des conceptslieu =espace vécuQu’est ce que le lieu?-cest la manifestation concrète du mondede la vie ,et en tant quart instrumental.Larchitecture est lart du lieu.-Avec le lieu, l’espace et le temps prennentune valeur précise et unique, ils cessentd’être abstraction mathématique ou sujetd’esthétique, ils acquiert une identité etdeviennent une référence pour notreexistence ».- C’est un ensemble d’éléments concretscaractérisés par une présence matérielle:forme, texture, couleur,…etc. tous ceséléments définissent un caractèred’ambiance qui est l’essence du lieu..-Le monde dans lequel on vit, est construitpar des phénomènes: personnes,animaux, plantes, fenêtre, portes…etc.Mais notre vie comporte également desphénomènes plus intangibles tels que lesémotions, les pulsations et l’aise. Certainsde ces phénomènes constituent l’espacequi le milieu. Un autre terme pour définir lemilieu est le lieu. L’art du lieuL’image :D’après Heidegger la nature de l’image résidedans ce quelle laisse entrevoir quelquechose. L’image de la ville se définit comme unereprésentation mentale individuelle oucollective du milieu urbain, l’imagepossède une identité, une structure et unesignification. L’image doit pouvoir être identifiée, liée àun objet c’est-à-dire distinguée de ce quil’entoure et recouvre en tant qu’entitéséparée. « image n’est pas plate mais embrassetant la lumière du ciel que les profondeursde la terre et offre une explication qui sevoile à la fois, habiter, vers unearchitecture figurative »Schultz, l’art du lieu proche et lointain à la fois et rapporte cequ’il y a de loin à ce qui est prés. L’expérience de l’implantation ne consistepas à additionner des édifices isolés maisà se rendre compte spontanément d’uneforme d’ordre supérieur que nouspouvons appeler « espace urbain »
  5. 5.  4- le paysage :Portion despace visible dun seul regard à partir dun endroit donné et que lon considère pourson aspect remarquable. 5- L’implantation :C’est l’installation et l’intégration durables dans un lieuToute implantation rassemble un monde proche et lointain à la fois et rapporte ce qu’il y a deloin à ce qui est prés.L’expérience de l’implantation ne consiste pas à additionner des édifices isolés mais à se rendrecompte spontanément d’une forme d’ordre supérieur que nous pouvons apper « espace urbain» 6- la morphologie :Forme et aspect extérieur et général (de quelque chose). Une forme devientfigure lorsque, mise en œuvre, elle est organisée d’une manière précise. Desbâtiments circulaires ou linéaires , des coupoles ou des tours ne deviennentréels que s’ils sont matérialisée en choses concrètes , à l’intérieur d’une relationterre ciel se referant à un usage. « L’art du lieu : Schulz » 7- le rythme :Le rythme est crée par la répétition d’éléments reconnaissables à intervalles réguliers,il est en quelque sorte la mesure du mouvement, que celui-ci soit mouvement effectifou simplement mouvement de l’œil. Le parcours le plus marquant, en architecture,sont verticaux. Leurs éléments de base sont piliers, colonnes, ouvertures, (portes etfenêtres) , ou simplement la largeur régulière de façades se succédant.
  6. 6. ORIENTATIONLIEUARTIFICIELPAYSAGECLASSIQUE COSMIQUETYPOLOGIE TOPOLOGIE MORPHOLOGIEIDENTIFICATIONESPACEPARCOURNATURELimageromantique compositecaractèreLieu vécu
  7. 7. Présentation de la ville d’AlgerAlger est la capitale d’Algérie, est lun des grands ports de la méditerranée. C’est après Casablancala plus grande agglomération d’Afrique du Nord.Il y a quelque 3 000 ans, les Phéniciens établirent un comptoir sur le site actuel de la ville, qui devintcité romaine sous le nom dIcosium. Alger fut fondée par les Berbères en 925.Topologie : Le territoire algérois appartient au complexemontagneux de l’Atlas Tellien qui représente un reliefcomplexe et différentiel : un étroit cordon littoral et desbassins intérieur constituant la plaine de la Mitidja., ceterritoire s’étend à 300 KmLa ville d’Alger contient 28 communes et 1585609habitantLe Gouvernorat d’Alger contient 57 communes et2562428 habitants arrondis au total à 256000.Le climat d’Alger est le climat méditerranéen typique :été chaud et sec, hiver doux, printemps et automneorageux.
  8. 8. L’image d’Alger : « La baie qui côtoie la méditerranée »Paysage naturel:« C’est une ville qu’on ne peut se lasser d’admirer etdont l’aspect enchante l’imagination, assise aubord de la mer, sur le penchant d’une montagne, elle jouitde tous les avantages qui résultent de cettePosition exceptionnelle; elle a pour elle les sources dugolf et de la plaine, rien n’approche l’agrément de saperspective Abou Mohamed El Albery.»La vieille ville, bâtie sur les hauteurs, est parcourue deruelles étroites et sinueuses. Elle est dominée par uneforteresse turque du xvie siècle, la Casbah, qui a donnéson nom au quartier entier. Dans la partie basse,sétend la ville coloniale, moderne, aux larges avenues..Les quartiers alentour sont essentiellement résidentielset industriels.
  9. 9. Alger apparaît magnifique avec son étagement en vasteamphithéâtre que constitue le Sahel. Le site originel de laville est très classique dans le monde méditerranéen: uneacropole (la Casbah) adossée au massif de la Bouzareahqui permet la défense dune «marine», un port abrité desvents douest grâce à un alignement décueils et dîlots (al-Djazaïr). Dans un cadre superbe constitué par la baiedAlger et son amphithéâtre de collines et de plateauxescarpés sur lequel s’appuient les terrasses habitées, quis’étagent en escalier jusqu’à la mer et qui abritent lesréalisations prestigieuses de grands architectes (LeCorbusier, Pouillon),L’amphithéâtre a l’origine était un vaste édifice romain,circulaire ou elliptique, constitué de gradins étagés, lascène et les coursives.Image de comparaison:Gradins : les reliefs, étagements des maisonsLa scène : la mer, le portLes coursives : les différentes percésLa façade :La façade : travail monumental sur la façadeurbaine de la ville d’Alger ,la construction del’édifice de type Haussmannien
  10. 10. Intérieur d’Alger :Qui représente le noyau historique et coloniald’Alger, s’étend jusquà Agha, ici se dégage uneatmosphère de bâti dense accroché au relief de labaie et qui s’étend jusqu’au bord de la mer offrantainsi une façade urbaine maritimeLes quais du port dAlger sétirent sur près de15 km : derrière les immeubles de style européensétend la Casbah, qui a conservé son aspecttraditionnel.Noyau historiqueAlger la blanche : bâtiment colonial-Périphérie d’Alger :Arrivé à Agha, nous assistons à un changement detopographie, Celle-ci s’aplanie créant ainsi unerupture visuelle avec la mer, cette rupture estaccentuée par le recul établi par la façade urbaine,qui tourne le dos à sa baie. Nous assistons à ceniveau à la formation d’un vide urbain le long de labaie, et la prolifération d’industries de tout genre,structurées par la voie rapide.
  11. 11. caroubierHussein DeycasbahAghaParcours d’Alger vers Caroubier
  12. 12. Parcours de la ville d’Alger à l’HusseinDey :La ville d’Alger s’est développéeprogressivement le long de la baie, ainsiqu’à l’intérieur au niveau des plaines etdes hauteursLe 1erdéveloppement s’est effectué àpartir de la Casbah avec l’extension de laville intra-muros qui a donné naissanceaux quartiers avoisinants : quartier d’Isly,1erMai.Ce même développement est plusaccentué vers l’est, en occupant la plained’ElHamma où vient se greffer le quartierd’Hussein Dey.A travers son développement, la villerejetait ses activités industrielles versl’extérieur qui furent accueillis par lapériphérie. Ce phénomène étaitaccompagné d’un glissement decentralité de la Casbah à Hussein Dey.
  13. 13. Intérieur d’AlgerLa marine-la Casbah-Grande poste- TafouraPériphérie d’AlgerPort d’Alger La Gare d’Agha La Gare de BelcourCaractère fortement administratif etcommercial : port- Gare- Ministère definances- Hôpital- HLM- Place 1erMaile caractère qui domine est celui de cultureet de loisirs: l’hôtel Sofitel –la BN- le muséedes beaux arts- le bois des arcades- le jardind’essais-le monument Riad El Feth-banques- assuranceGare Hussein deyLe caractère y est mitigé, entre la culture etl’économie mais un fort potentiel de sport etloisirs y est ancré. on recense des présencestelle que :-Hippodrome-universitésCaroubier
  14. 14. · Cest une commune côtière située à 10KM lEst du centre dAlger, elle sétend sur unesuperficie de 425Ha· -la commune dHussein dey située dansla demi couronne de la baie dAlger, ainsi elledonne sur la mer méditerranée en sa limiteNord,elle sétire sur une bande longue de 3Kmelle est limitée selon les critèresadministratifs,comme suit:-Au Nord: par la mer-Au Sud : par les communes dEl-Harrach, dEl-Magharia et de Kuba.-Al Est: par le chemin de la glacière,oued El-Harrach.-A louest: par la commune del Hammaet el-Annassers.· Hussein dey se trouve à lintérieure de laplaine côtière qui est caractérisée par des pentesqui varient en allant vers le sud, elle sélève de lacote 0 du niveau de la mer jusquà la cote 93,àLouest les pentes sont très faibles, elle sanimenten allant vers lEst (cote rouge) mais sansdépasser les 5%.Présentation du lieu:Hussein dey:Communes Nombre d’habitantsHussein Dey 49921El Magharia 30457KoubaMaghariaHussein DeyHamma,elAnnasserHarrach
  15. 15. Limites du lieuRoute national5 Voie(ALN)Chemin de ferChemin FernanhanafiLa bretellePont de la farge
  16. 16. Les seuilsLa bretelleLa gareLa garePont de la farge
  17. 17. L’image du lieu Hussein DeyHussein Dey la perle cachée,enfermée dans sa coquille ,une perlequi appartient à un bleu conjugué entre celui de la mer et celui duciel,implanté dans un milieu naturel.Une perle qui est rejetée par les vagues de son milieu pour qu’ellese trouve seule dans la périphérie entourée du sable noir etpolluant ,de gros rochets qui l’éloigne de la mer ,et sa coquille quine cesse de s’enfermer pour qu’elle sera cachée et oubliée,maiselle attend toujours le souffle d’un vent si doux,si fort pour qu’ilpuisse la rendre vivante et existante,à son milieu naturel.
  18. 18.  L’enclavement du lieu Hussein dey présente une structure urbaine globalement pas très bien organiséeavec un centre animé, des tissue souvent pavillonnaire et des implantations peucohérentes dunités industrielles, dhabitats collectifs et individuels, quisorganisent le long du parcours matrice tripoli. Donc limage extérieur du lieu cest lenclavement par rapport à Alger à cause de labande industriel qui est un rempart.Limage extérieure dHussein dey
  19. 19. Limage intérieur dHussein deyEn allant vers l’Hussein Dey, on traverse dul’intérieur un long parcours, à un moment donné ; sagrande dimension lui procure la présence d’un pointde fuite qui vient renforcer cet ordre axial.En traversant ce dernier on assiste à un défilé dubâtis de base de différents types du côté gauche etde bâtis spécialisés du côté droit.Tout le long du parcours on est frappé par la qualitéet le caractère du paysage artificiel, cet espace vécuprésente un tissu lâche consommant un lieu d’unemanière irrationnelle, urbanisation non maîtrisée etanarchique et surtout à caractère industrielle, desbandes, d’hangars et de dépôts : des barrières quiviennent couper la continuité entre un lieu naturel etle lieu artificielEn parcourant ce dernier on ressent l’absence d’unordre urbanistique dû à l’absence d’une coexistenceidéologique rentrant dans différents cadres :architecturaux, sociaux …. Ce lui procure une imagefaite d’unité individuelle fragmentée opérant avecl’ordre de l’égoïsme humain qui vient d’une certainemanière fausser le timbre de la ville tout on éliminanttout ce qui est naturel
  20. 20. L’image intérieur d’Hussein deyLatmosphère du lieu:La première image que jai eu lors de ma première visite à ce lieu HUSSEIN DEY ; été une image angoissanteavec une vision pessimiste ; javais un sentiment de renfermement comme si jété dans une boite totalement fermé,et cette boite je lai imaginée comme une usine, qui provoque la pollution industrielle (forme de nuisance) dans cetlieu.Mais tout en avançant du caroubier vers le centre jai santé une certaine ouverture surtout sur le coté sud duparcours matrice tripoli, avec des façades un peu ouvertes avecUne certaine ambiance, contrairement au nord qui est totalement aveugle,Pour cela jai symbolisé le lieu par une belle jeune femme qui exprime la beauté du lieu ,et la robe de cette femmequi est divisé en deux partie qui exprime les deux coté du parcours tripoli et la différence entre ces deux coté estexprimé par la différence de couleurLa façade nord Façade sudLa pollution
  21. 21.  Hussein Dey présente un lieu urbaine globalementhomogène : un centre animé avec des petits ilots, untissu pavillonnaire vers le haut et de grandsensembles à l’ouest ainsi que des implantationsindustrielles occupants de grandes surfacesdispersées tout le long du parcours. Hussein Dey s’est développé comme étant unepériphérie d’Alger qui par la suite à connu ladensification de son tissu, mais actuellement avec leglissement de la centralité des problèmes énormesse présentent : la rupture avec le tissu urbain d’Alger :La discontinuité est due à l’installation des industriessous formes d’entités fermées la rupture avec la mer :Engendrée par la présence de limites rempartfonctionnelles et architecturales : le chemin de fer, lamoutonnière et la rue Tripoli, ce qui empêchel’ouverture sur la mer. l’état vétuste et incompatible du bâties :Le bâtie de base qui fut destiné à l’origine auxouvriers mais qui aujourd’hui ne répond plus auxbesoins, on outre on a le bâti spécifique qui estincompatible avec le nouveau statuts dus quartier.Zone industrielle Superficie en Ha Nombre d’employés densité Branche d’activité industrielleHussein DeyCote rouge30 2183 71.76 -ISMMMEE (industrie sidérurgie,métallurgie, mécanique,électronique, et électricité),-industrie agro-alimentaireL’image objective du lieu
  22. 22. Des hauts bâtiments font la relation entre ciel et terre, en accentuant le caractère de verticalité . La façadeurbaine qui donne un aspect mystérieux qui coupe la vision et interrompe l’extérieur du l’intérieur tout endonnant une image plein du brouillardle lieu artificiel « paysage classique » Le lieu artificiel cest le lieu urbain est le caractère de notre lieu cest lafermeture lenclavement, et lespace fermé signifie avant tout un lieu distinct etséparé du milieu naturel à cause de la construction limite qui est la bandeindustrielle, un mur de clôture. Le lieu artificiel représente complète et symbolise la connaissance que lhommea de son milieu, les habitation urbains les places ……tout ces lieux
  23. 23. Les parcours desservants Hussein Dey1. la route nationale N°05 :Est le support d’un trafic routierimportant et constitue un obstacle defranchissement pour les sites tels que lagare routière.Elle sépare entre la ville d’Hussein et lamer (du coté Nord), permettant une vueextérieure globale sur la positiond’Hussein Dey dans la baie d’Algerreliant deux paysages : le paysagecosmique du coté Nord, et le paysageclassique du coté Sud.2. Parcours Tripoli :par l’action d’élargissement duboulevard et les différents traitements quilui seront apportés, l’axe deTripoli sera rehausser au rang d’unegrande avenue reliant la zone auCaroubier à la place du 1erMai ce qui luiconfirme la notion de parcoursMATRICE.Ce parcours matrice Tripoli a fait l’objetde l’implantation des industries suite àl’installation du chemin de fer,l’autoroute, isolant plusieurs parties dubâti3. Parcours Kadour Rahim :Cet axe serra prolongé à la rueMohamed Hassen Bey etdeviendra le support principal de lazone des grands équipements. Saposition centrale lui permettra dejouer un rôle de liaison interneentre les différentes zonesd’Hussein Dey et entre le pôleimportant comme l’hôpital Parnet etle future centre d’affaires desabattoirs.4. Parcours Fernane Hanafi :Cet axe traverse la zoned’Hussein Dey dans sa partieSud. Il joue un rôle de transitpériphérique aux flux desvoitures en provenance del’Est d’Alger et allant versl’hyper centre.Parcours d’Hussein Dey :Lidentification du lieu Hussein dey se fait par des parcours qui forment un domaine public de transit,continue et différencier :
  24. 24. Éléments d’orientationHôpital ParnetRue TripoliPlace TripoliPont de la fargeUniversité CaroubiermosquéeGare routièreLa gare
  25. 25. Les séquences de parcours:le centre:limitée du coté Ouest par le 1erseuil qui est le pont de lafarche, du nord par la voieferrée,de l’Est par la rueHamadache Moussa, et du sudpar l’axe Fernane Hanafi. Saposition centrale permet uneforte liaison :Alger / H-Dey.Elle reçoit le 2éme seuil:Gared’Hussein Dey.Brossettes:elle s’étend de l’inter- zonesBrossettes , tout le long de l’axeTripoli jusqu’à la limite de la côterouge.côte rouge:Limitée du coté Est par le seuil dela Bretelle et du nord par l’avenueALN prenant une partie duCaroubier.elle reçoit un autre seuilc’est celui de la gare routière.
  26. 26. 1ere séquence :le centre
  27. 27. Sa position centrale par rapport aux extensions de lagglomération dHD, lui confère son rôle de"centre même la dégradation et vieillissement de ses bâtiments.Elle est composée dun ensemble mélange dactivités, pour cela elle a plusieurs caractères :1-Caractère éducatif: (lycée aicha, lycée boulkine),2- Caractère administratif (la daïra PTT,,APC)Lycée Thaalibia3-Caractère résidentiel(habitat collectif ou mixte)activitééquipementH collectifH individuelLa daïraL’APCPTTCaractère religieux( la mosquée)typologie
  28. 28. Caractère du centre -Les constructions ne présentent aucun intérêt architectural (ni décoration, niforme architecturale particulière) Architecture coloniale classique qui présente le paysage classique,à importéson model culturel ,une liberté au niveau des façades ce qui frise lanarchie . A Hussein dey lurbanisation et lédification ont été gérées par le type en ligneet le type en bande.Le sky ligne de la façade nord du tripoli ( centre)on a une morphologie très hétérogèneÉtat du bâti:Les immeubles ont été réalisés pour la plupart durant lépoque coloniale, il présentent une variététrès riche allant du simple pavillon à RDC à limmeuble collectif de R+5.
  29. 29.  cest une maison en bande dédoublée, Ex: Immeuble dhabitat variante de rive en R+6, Limmeuble se développe sur 6 modules et 3 en profondeur ,symétrie au niveau de lafaçade (tracé géométrique).Habitat de type en ligneFaçade sur tripoli Le tracé géométrique de la façadeLes plans de l’immeuble
  30. 30.  Habitat à façade étroite Ex:Immeuble de rive sur R+2 avec unpressing au RDC et log de gardien. Le front est composé de 2 modulespar contre la profondeur est plustendus, sétalant sur 4 modules. Paysage classiqueHabitat de type en bandeLe tracé géométrique
  31. 31. Cette entité se caractérisée par ses fortes densités en habitat surtout l’individuel qui occupe lapartie sud de Brossette et tout autour de rond-point et en commerces, on outre on trouve deséquipements multifonctionnels ( caserne,hôpital,CTC,…) qui sont positionnés le long de la ruetripoli2eme séquence:BrossetteÉquipement existentActivité existantHabitat collectifHabitat individuelPour la composition urbaine de cette zone on trouve que cette dernière est composée de plusieurssous entités (Trame régulière) ou : l’habitats et les équipements sont disposés d’une manière où ona des percés des rues perpendiculaires qui nous donne cette forme de trame régulière.
  32. 32. typologieHabitat individuelHabitat collectifle centre culturelle tribunal l’école paramédical.Pour la façade on a un rythme régulier horizontal. Généralement les ouvertures sont leséléments rythmiques verticaux.
  33. 33. Le seuil :Le premier seuil pour pénétrer dans le quartier de Caroubier représente plusun élément d’orientation qu’un seuil physique car qui dit seuil ditcertainement une porte urbaine, une différence de niveau une chose qui estconcrète et matérialisée c’est la fin de Brocette limité par la zone militairequi marque le départ de domaine Caroubier.Il indispensable de mentionner que ce lieu est structurer le long d’unparcours qui est l’élément plus intéressant dans notre analyse suite auxobjectifs définis au part avant, un parcours qui nous donne une impressiond’une perspective sans fin et d’un lieu sans limite mais c’est pas le cas carcaroubier se termine par la brettelle de Oued OuchaïhLa 3ème Séquence : Caroubier
  34. 34. Les hangars de Caroubier sont l’implantation la plus ancienne elles datesde 1867après l’inauguration de la voie ferrée. Les colons voulaientadoucir la condensation du centre vers l’Est Mais ces activités onttendance a ce délocalises laissant derrière eux des entités importantesdélaisses et vêtus formant un obstacle devant le développement de la rueet la création des ambiances au niveau du parcours de Tripoli. qui donnea ce lieu une image déplaisante du coté nord en se promenons dans celui-ci, mais le parcours de tripoli revient toujours pour séparer entre ceshangars et la partie sud qui est plus ou moins ambiante sa propriétéspéciale c’est ce mélange entre les activités tertiaires et l’habitats danscette partie de Caroubier on distingue quelque quartiers répartisaléatoirement sans aucune organisation urbaine ni même de relation entreeux ils sont vécus comme distants les uns des autres et cela et dû aurésultat de la réparation dans la période coloniale où les gens occupés lesterres à proximité des hangars pour faciliter le déplacement ilss’installèrent en premier lieu sur la deuxième partie du parcours tripolipuis se déplacèrent vers le sud. Même cette partie comprend des activitésde types industriels qui remontent à la période coloniale.Le lieu : Caroubier
  35. 35. Caroubier donc se caractérise par un caractère plus industriel que résidence caron voit la dominance du type spécialisé que le type de base. Entre sesdifférents bâtis existent des parcours et des rues qui forment le réseau de voiriede ce domaine Caroubier se dote de deux Grands parcours large qui sontTripoli et Moghni d’une moyenne de largeur de 12m le premier parcours estbordé d’arbre à l’extrémité et cela pour diminuer le bruit des véhicules allantde part et d’autre plantées dans le trottoir comme un balcon pour Caroubiersud et qui est plus large du côté nord qu’au sud.Parcours de Tripoli
  36. 36. Ainsi que de plusieurs percées orthogonale affirmant l’ouverture du réseaude voirie vers le sud tel que la rue de Boujamaa Ahmed qui fait 8m delargeur qui ramènent toute au parcours sud de Moghni cest-à-dire quelleont une seule et même direction vers le sud c’est une structure qui nousrappelle plusieurs oueds qui coulent dans la mer. Elles coulent le long d’unparcours dans trois directions sans suivre une structuration distincte de lavoie mais la source reste toujours la même c’est le parcours de tripoli.Tandis que la voie ferrée et la route nationale n°5 constitue la relation deCaroubier avec le centre c’est le rapport intérieur extérieur qui estmatérialisé car la gare représente un point d’échange entre Alger et sa bonlieu Caroubier.Les activités qui s’y déroulent dans ce domaine sont les activités du typetertiaire des activités surtout bouillantes et polluantes
  37. 37. Système de voirie de Caroubier
  38. 38. Schéma de Structuration de la voirieLe parcours de tripoli donne accès direct aux différents équipements tout au long de la bande littorale il donneaccès aussi sur quelques habitations individuelles au coté Sud mais surtout ce parcours joue un rôle dedistributeur dans ce côté
  39. 39. Paysage de Caroubier a une qualité cosmique cachée par des hangars et la voie ferrée, cepaysage définit par la rencontre de la mer bleu et la terre qui forme la baie d’Alger uneouverture vers la mers qui aurait dû être présente mais malheureusement c’est pas le caspour ce lieu. Avec un ciel bleu qui continue en perspective avec la mer formant a la finde l’horizon une ligne bleu et ce beau soleil qui reflète avec ces rayons solaires un éclataux bâtis malgré sa vétusté. Cette fermeture vers la mer est une donnée défavorable dansla mesure ou elle implique une limite restrictive pour ce lieu CaroubierLe paysage cosmique:Cette image montre lesobstacles qui viennentempêchés l’ouverturevers la mer tel que laroute N°5 et la voieferrée
  40. 40. La morphologie :La séquence de Caroubier contient deux types de bâtis l’un qui est spécialisé et l’autretype de base.le type spécialisé est définit par les différents équipements avec un gabarit qui nedépasse pas 2 niveaux. Ces derniers sont dans un état vêtus comme il à été mentionnerprécédemment car ils datent de 1870 cest-à-dire la période coloniale pour cela leurarchitecture est typiquement coloniale ou L’espace était vécu fonctionnel avec aucunapport urbain disposés en bande pour des raisons de décondensations du centre et aussia cause de la topologie du site qui est presque plane. Ces équipements ont une formecubique ou rectangulaire c’est a ire une forme géométrique peu d’ouverture sur lesfaçades qui sont petites car ces équipements nécessitent pas beaucoup de lumière,lesmurs sont construit en béton et pour la toiture c’est de la charpente. Tandis que lesportes sont représentés par de grands seuils d’entrées aux hangars permettant ainsil’entrée des véhicules.
  41. 41. Exemple d’un hangar situé sur le long du parcoursTripoliVente des matér
  42. 42. Le deuxième type de bâtis est le type de base c’est donc l’habitat, le domaine deCaroubier est doté de grands ensemble d’habitations tel que la cité Armaf et la citéCilla au coté sud du parcours de tripoli qui remonte a la période colonialeComCommerceCommerceR+5R+4R+4ParfumerieR+15R+17CommercesCite CILACite ARMAF CENTRECOMMERCIALHydro-techniqueHydro-technique32Type de base
  43. 43. L’évolution de cette cité reste toujours en bande est sa on le constate d’après la forme del’habitat qui rectangulaire avec un gabarit important qui est de R+14en moyenne et cela nousrappels qu’on vit pas seulement sur la terre mais sous le ciel aussi. La couleur utilisée et lacouleur bleu et blanc qui nous rappelle un peu la mer qui est devons nous et qu’on ne voit pastandis que les ouvertures sont de grande dimensions d’une ordonnance régulière et de formecarrées ou rectangulaires représentées par des balcons fenêtres bien régulièresntalité desturesverticalité desouverturesCité cilla
  44. 44. Le problème qui se pose au niveau du domaine de Caroubier c’est que la relation interquartiers n’existe pas on a la sensation que les quartiers sont éparpillé sans aucuneorganisation spatiale ni architecturale et que chaque quartier se renferme sur lui-mêmeen se créant une clôture propre à lui-même. Comme si ce domaine était une créaturevivante isolée des autres qui veut vivre toute seule mais ce quelle sait pas c’est qu’ellepeut pas continuée sa vie sans l’aide des autres et avec sa contribution on peut donnerau domaine une image meilleure et véritablement organisé.C’est le cas du quartier qui se trouve au coté sud du parcours tripoliHabitation de R+4L’accès se fait pas dela rue Tripoli
  45. 45. Le rythmeOn remarque que le rythme du domaine de Caroubier s’évalue sur unehorizontalité en bande avec des ouverture du parcours allant vers le sudtout du long du parcours de tripoliMais on trouve quelques éléments de verticalité au coté sud qui nousrappelle quand vit sous le ciel tel que le domaine de Cilla le rythme deCaroubier est donc un rythme claire on peut distinguer les éléments de laverticalité et celle de l’horizontalité
  46. 46. implantationCette terre avec tout ce qu’elle abrite de montagnes et de pleines se conjugue avec la merpour donner cette notion de Tri d’où le nom de la rue Tripoli, cette rue qui a pris rôle d’une ruede promenade et de plaisance vue la maison de Dey Hussein de compagne, dernier souverainde la régence d’Alger et qui donnera enfin son nom au lieu.Période précoloniale :Hussein Dey à l’origine était une zone agricole prospère ,irriguée par l’aqueduc du Hamma ,réalisé entre16 eme et 17 eme siècle.son tracé ,prenant ses origines du parcellaire agricole classique ,persiste àtravers le temps et c’est les principaux axes d’irrigation qui ont structuré la ville .c’était le site choisit pour la réalisation de la maison de plaisance du « Dey Hussein » construite en 1821,cette maison de compagne donnera son nom au lieu (classée monument historique depuis 1982 : lycéeThalibia actuellement)Hussein Dey avait des maisons qui datent de la période Turque
  47. 47. En 1879 : l’installation d’établissement industriel le long de la rue de Constantine (tripoli), on y signalait une fabricationde ciment et l’importante minorité.En 1890 : avec l’avènement de l’ère industriel et par la proximité du lieu du port et de la voie ferroviaire, des hangarssont concentrés au niveau de l’actuel îlot des abattoirs ainsi que les habitants le long du chemin polignac (rue fusillée)-aux usines qui s’y sont développés, d’autres sont venus s’ajouter, industrie de la construction mécanique, électrique,…et un assez grand nombre d’atelier plus modeste, qui ont attiré et fixé une population ouvrière européenne et indigène,sans que la culture maraîchère, refoulée cependant, naisse bondonné complètement le terrain.Les années 20 furent témoins de plusieurs réalisations d’envergures dont les plus importantes sont les abattoirs,comme on trouve à l’intérieur de la zone de la l’habitation dispersée pour fixer la main d’œuvre bon marché (hbm)proximité de la zone industriellePériode coloniale :Hussein Dey garda cet aspect de banlieue même au début de la période coloniale ou les terrains étaientoccupés par des cultures maraîchères, des fermes, des villas, des maisons de jardiniers et ginguettes.En 1867 : création de chemin de fer d’Alger-Constantine (Rue Tripoli actuelle).En 1870:HD devenait une commune libre autonome séparée définitivement de Kouba,sa superficie 1390haPériode 1867-1930
  48. 48. Entre 1935-1948 :La commune d’Hussein Dey connaissait la réalisation d’habitat pavillonnaire (lotissemet Bois Ramel) dequelques immeubles, d’autres types d’habitations et de locaux à usage industriel (hangars, garage,ateliers, entrepôts) essentiellement au niveau de la rue Parnet, la rue Tripoli.Les années 50 : témoignent de la densification de la périphérie sud du quartier d’Hussein Dey avec laréalisation des grands ensembles de type HLM de 5 à 16 étages :-le groupe Vouban actuellement Fernane Hanafi en 1956- la cité Germain Martin actuellement cité Amirouche constituée de 11 immeubles abritant 651logements en 1958.1930-1962
  49. 49. -après 1962 : le lieu d’Hussein Dey connaîtra une mutation rapide et ceci d’unpériphérique industrielle à un périphérie « résidentielle –industrielle, il connaitra laconstruction des HBM, HLM puis la réalisation des grands ensembles et parconséquent éliminant ainsi tout caractèreAprès 1962
  50. 50. La morphologie :Comprendre et connaître un lieu, interpréter sa réalité dépend de ce qu’on est, et de notre objectif.delà nos lectures du bâti sont liées au souci de projet cest-à-dire concevoir dans un contexte quiconvient et pas dans un autre pour une bonne intégration.Topologie :Hussein Dey un lieu qui constitue le prolongement immédiat du centre d’Alger, situé dans la demicouronne de la bais d’Alger.Un plateau peut élevé dont la bordure a été déchirée par les flots, s’allonge parallèlement au rivage.Au nord, la mer bleue s’étend jusqu’aux limites de l’horizon, un seul paysage naturel limite ce lieu. Ausud un talus presque continu, donnant le dos à la mer.Caractère géographique du lieu : unité géographique apparente, situé à l’intérieur de la plainecôtière d’Alger, bordé au sud par un talus presque continu ce qui lui donne cet aspect très net decreuset géomorphologique qui constitue son caractère unitaire,il se caractérise par des pentes quivarie en allant de la côte 0 du niveau de la mer jusqu’à la côte 93 à l’ouest , les pentes sont très faibleet parfois nulles ,elles ne s’animent que vers la côte rouge à l’est ,sans qu’elle dépassent les 5٪ .La ville d’Hussein Dey est implantée sur une basse terrasse comprise entre la mer et les premièrespentes d’un talus.morphologie
  51. 51. Analyse des caractères spécifiques des composants (dun ensemble ou dun phénomène) afin de lesdécrire et den établir une classification distincte.Cette lecture consiste à nous faire distinguer entre le bâti de base (habitat individuel, collectif) d’unepart et le bâti spécialisé (équipement, usines, hangars et dépôts).Typologie des unités bâtis :Tout en passant le long de parcours, nos yeux sont frappés par la concentration du bâti spécialisénotamment les activités industrielles (Hussein Dey lieu d’activité à l’origine) surtout au niveau de l’îlotKadour Rahim et dans la bande délimité par la Rue de Tripoli et le chemin de fer.Quand aux équipements qui sont à différents échelles prédominants dans la partie Est et Ouest ainsique dans la bande littorale, sous forme d’équipement de détente et de loisir.Activités existantes Équipement existant Zone militaire
  52. 52. Par contre le bâti de base se concentre dans la partie centrale du quartier.L’habitat individuel occupe le majeur parti des hauteurs loin des activités industrielles,Ce lieu est composé d’unités qui contiennent des logements de taille de maison individuelle maisoccupées différemment.Quand à l’habitat collectif occupe la partie Est et Ouest (sous forme de grands ensemblesengendrant des unités mal structurés ainsi que des espaces résiduels) le long de la rue Tripoli et ausein de l’unité Boudjemaa Moghni .Notant aussi qu’une typologie spécifique se présente destinée autrefois aux ouvriers, il s’agit desmaisons en bande occupant deux modules en profondeursHabitat collectif Habitat individuelle
  53. 53. Type du bâtis de base : une étude qui se porte sur le processus typologique du bâti de base et non du bâtispécialisé, le bâti de base qui véhicule une image d’un indice toujours moindre de la personnalisation du produitbâti, à l’opposé du bâti spécialisé qui est tellement personnalisé que l’architecte ou le propriétaire est souventconnu, alors, le gros de l’expérience du bâti qui caractérise une aire culturelle est exercée sur le type de base etnon sur les autres.Le processus typologique de l’appartement d’aujourd’hui est passé par des différentes phases d’évolution quisont :La maison à cour : constitue le type de base originaire, c’est un édifice monocellulaire placé à l’intérieur d’uneenceinte ,qui tend à donner une iso orientation .La maison en bande :possède en général deux façades ,une donnant sur la rue et l’autre sur son espaceextérieur « l’air de pertinence » chaque façade présente deux fenêtres pour chaque niveau habité.tandis que lerez-de-chaussée contient une petite porte donnant sue l’escalier menant à un logement ,une autre plus grande quisert non pas d’accès mais de comptoir de vente.cette maison est destinée à être « unifamiliale »La maison en ligne : résulte de la fusion de deux maisons en bande, cette maison n’a pas pu réalisé qu’avecl’apparition de l’escalier à deux volées, engendrant la pluri familiarisation.Maison en bandeMaison enligne(architectureclassique
  54. 54. Les places : espace urbain par excellenceEspaces publics découverts et entourées de maisons (dans une agglomération),les places ont un caractère statique en les comparant avec les voix de circulation .Elles servent de pivot aux quartiers qui les entourent, favorisant le sentimentd’appartenance aux habitants de ces quartiers.Les places offrent un lieu de ralentissement où la conscience trouve la possibilitéde se dilaterPlace tripoliPlace brossette
  55. 55. En parcourons Caroubier vers L’Hussein Dey nous assistons généralement à unrythme régulierLe rythme :Au début le rythme est horizontal, la largeur des façades est nettement supérieur à la hauteur ( legabarit ne dépasse pas R+2) , ce qui invite l’œil à suivre le mouvement de la rue qui est semblableau mouvement de la façade, vers le point de fuite de la perspective du parcours Tripoli.Succession des industries Vue sur la caserne Vue sur la duche
  56. 56. En s’approchant du centre onassiste à un rythme vertical : lahauteur des façade est supérieur àleur largeur renforcées par leséléments rythmiques verticaux : lesouvertures avec les colonnes et leslacets de la maçonnerie. Ce quiinvite l’œil cette fois ci à s’opposerau mouvement de la rue ayant unregard parallèle au corps humain sedressant vers le haut.Bâti de caroubierBâti de centre

×