Communauté pratqiues

1 422 vues

Publié le

Publié dans : Voyages, Santé & Médecine
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 422
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
256
Actions
Partages
0
Téléchargements
37
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Communauté pratqiues

  1. 1. GUIDE D’ANIMATIONDES COMMUNAUTÉS DE PRATIQUE en centres de la petite enfance et bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial
  2. 2. GUIDE D’ANIMATIONDES COMMUNAUTÉS DE PRATIQUEen centres de la petite enfance et bureauxcoordonnateurs de la garde en milieu familial
  3. 3. ODySSÉE EST UN PROjET DE L’ASSOCIATION QUÉbÉCOISEDES CENTRES DE LA PETITE ENfANCE (AQCPE) ET DES REgROUPEMENTS RÉgIONAUx : Réseau des services à la petite enfance de l’Est-du-Québec Regroupement des CPE du Saguenay-Lac-Saint-Jean Regroupement des CPE des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches Regroupement des CPE de la Mauricie et du Centre-du-Québec Regroupement des CPE des Cantons de l’Est Regroupement des CPE de l’île de Montréal Association des CPE de l’Outaouais Regroupement des CPE de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec Regroupement des CPE de la Côte-Nord Regroupement des CPE de Laval Action régionale des CPE de Lanaudière Regroupement des CPE des Laurentides Regroupement des CPE de la MontérégieCRÉDITS Conception et élaboration du contenu Comité Odyssée sur l’animation des communautés de pratique (par ordre alphabétique) : Véronique Boisson, Réseau des services à la petite enfance de l’Est-du-Québec Sylvie Melsbach, Regroupement des CPE de la Montérégie Sylvie Nault, Regroupement des CPE des Laurentides Sylvie Provencher, Regroupement des CPE des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches Anne Villeneuve, Association des CPE de l’Outaouais Coordonnatrice du projet Odyssée : Geneviève Issalys, Association québécoise des CPE Soutenu par la réflexion et avec le concours de l’ensemble de l’équipe de projet Odyssée Révision et coordination de la production imprimée Violaine Ouellette, Association québécoise des CPE Conception graphique Prétexte Communications Le projet Odyssée est notamment rendu possible grâce aux partenariats financiers avec la Fondation Lucie et André Chagnon, le ministère de la Famille et des Aînés du Québec ainsi qu’avec le ministère du Développement économique, Innovation et Exportation du Québec. ISBN : 978-2-9809065-3-4 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2008 Tous droits réservés AQCPE Septembre 2008
  4. 4. LE PROjET ODySSÉE ET LES COMMUNAUTÉS DE PRATIQUE Le projet Odyssée est une vaste entreprise de mobilisation et d’expérimentation scientifique dont la visée est l’enrichissement de nos pratiques en petite enfance. Le leadership dans ce projet est assumé par l’Association québécoise des centres de la petite enfance et le projet est déployé par les regoupements régionaux de CPE. Concrètement, le projet Odyssée travaille à l’atteinte de six cibles : 1. Accroître la mise en commun de nos pratiques et de nos connaissances à l’échelle du réseau 2. Adopter une approche réflexive et évaluative à l’égard de nos pratiques 3. Interagir avec le monde de la recherche et mettre à profit les savoirs scientifiques 4. Établir des consensus sur des standards de qualité 5. Explorer de nouveaux modes de développement professionnel et développer de nouvelles façons de faire 6. Conserver des traces de nos pratiques et de nos actions pour une meilleure gestion des savoirs dans le réseau Les communautés de pratique constituent pour Odyssée une stratégie clé dans l’atteinte de plusieurs de ces cibles. Elles sont déjà en place dans la plupart des régions et prennent différentes formes : partage et recension des « bonnes pratiques », mobilisation collective, réflexion sur les pratiques et coélaboration d’outils ou de stratégies. Elles se révèlent, par ailleurs, toujours un espace de valorisation important. Le déploiement du projet et la mobilisation autour des différentes cibles ont rapidement fait émerger le besoin d’un guide pour soutenir l’animation des communautés de pratique dans les centres de la petite enfance (CPE) et bureaux coordonnateurs des services de garde en milieu familial (BC). Les différents acteurs ont en effet manifesté le souhait de reprendre ces nouveaux modes d’accompagnement et de développement professionnel dans leur organisation ou leur milieu. En réponse à ce besoin, l’équipe Odyssée a donc conçu le Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC, avec une grande préoccupation pour l’autonomie des professionnelles et des organisations.
  5. 5. TAbLE DES MATIÈRES 1. Pourquoi un guide sur l’animation des communautés de pratique? ..................................................................... 6 2. Qu’est-ce qu’une communauté de pratique? ...................................................................................................................... 7 3 À quoi sert une communauté de pratique? .......................................................................................................................... 8 4. Le fonctionnement d’une communauté de pratique : prendre appui sur un cadre clair.......................... 9 4.1 Les 7 clés du développement d’une communauté de pratique...................................................................................... 9 4.2 L’élaboration d’une charte de collaboration ...................................................................................................................... 9 5 Comment animer une communauté de pratique? ..........................................................................................................14 5.1 Le rôle de l’animatrice ..........................................................................................................................................................14 5.2 Quelles sont mes tâches en tant qu’animatrice? ............................................................................................................ 15 5.3 Est-ce que je ferais une bonne animatrice de communauté de pratique?.................................................................. 15 5.4 Les modes d’intervention : expert ou facilitateur? ......................................................................................................... 16 5.5 Quels sont mes outils d’intervention en animation? ..................................................................................................... 17 6 Comment savoir si ma communauté de pratique évolue bien?..............................................................................19 6.1 Évaluer l’impact du travail en communauté de pratique ................................................................................................19 6.2 Évaluer l’animation............................................................................................................................................................... 20 6.3 Évaluer la contribution des participantes ........................................................................................................................21 7 Comment instaurer une communauté de pratique dans mon organisation ou mon milieu? ............. 22 7 7 .1 Des principes de base pour s’assurer dès le départ d’un fonctionnement durable ................................................ 22 .2 Les conditions de réussite.................................................................................................................................................. 22 7.3 L’intégration des communautés de pratique aux activités existantes ......................................................................... 23 7.4 L’utilisation des technologies de l’information et des communications .................................................................... 23 8 Quelles références consulter pour approfondir? ........................................................................................................... 24 ANNExE 1 Communauté de pratique « fiche synthèse » ................................................................................................................ 25 ANNEXE ANNExE 2 Ça ne va pas sur des roulettes? Résistances, imprévus ou anicroches? Pistes en vue d’un diagnostic ............ 26 ANNExE 3 Outils de soutien à l’animation d’une communauté de pratique ............................................................................ 27 ANNExE 4 Document du CEFRIO : Actes d’animation en « temps réel » ....................................................................................... 28
  6. 6. 1. POURQUOI UN gUIDE SUR L’ANIMATION DES COMMUNAUTÉS DE PRATIQUE? Ce petit guide est conçu afin d’éclairer, informer et accompagner les personnes qui désirent mettre sur pied une communauté de pratique (CoP*) dans leur milieu. Qu’il s’agisse d’une communauté de pratique réunissant des éducatrices, des responsables de la garde en milieu familial, des responsables du soutien pédagogique, des agentes de conformité ou encore des gestionnaires, les renseignements qui suivent sauront certainement vous guider dans la bonne direction! Nous vous présentons deux personnages qui vous accompagneront tout au long de ce guide : Juliette, coordonnatrice d’une installation et Émilie, chargée de projet Odyssée. Lisez bien leur histoire… peut-être vous reconnaîtrez-vous! juliette et Émilie se rencontrent lors d’une table de concertation. Émilie vient tout juste de présenter le projet Odyssée au groupe de responsables du soutien pédagogique. Lors de son intervention, elle a abordé le sujet des communautés de pratique… jULIETTE : « Émilie, c’est super ce projet! J’ai hâte de connaître les thématiques et de m’impliquer dans la recension; je suis persuadée que cette expérience sera bénéfique pour notre milieu! » ÉMILIE : « Je suis bien contente de voir que ce projet t’emballe! Je vais vous transmettre l’information au fur et à mesure que nous avancerons de notre côté! » jULIETTE : « Je voulais te parler d’autre chose : au CPE, nous avons le projet de travailler, au cours des prochains mois, à la mise en action de notre plateforme pédagogique, et ce, en collaboration avec tous les membres de l’équipe. Mais je ne sais pas trop comment m’y prendre pour m’assurer que chacune s’implique. » ÉMILIE : « Pourquoi pas une communauté de pratique? C’est une forme d’animation qui favorise l’engagement et suscite la contribution. Ton équipe serait assûrément interpellée par cette démarche. » jULIETTE : « En fait, ce que je souhaite, c’est que chacune dise son mot, exprime ses idées et ses bons coups et qu’à partir de cela, nous mettions en place des moyens concrets d’appliquer notre plateforme. La communauté de pratique m’apparaît intéressante, mais qu’est-ce que c’est exactement et comment en animer une…? » ÉMILIE : « Est-ce que tu veux que nous prenions quelques minutes? Je vais te parler d’un petit guide qui a été élaboré par l’équipe du projet Odyssée pour soutenir les personnes intéressées à mettre en place une communauté de pratique dans leur milieu. » jULIETTE : « Absolument! Montre-moi ce petit bijou! »6 Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial
  7. 7. QU’EST-CE QU’UNE COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE?Une communauté de pratique, c’est « un groupe de professionnelles qui se rassemblent afin de partager et d’apprendreles unes des autres, face à face ou virtuellement. Elles sont tenues ensemble par un intérêt commun dans un champ de 2.savoir et sont conduites par un désir et un besoin de partager des problèmes, des expériences, des modèles, des outils etles meilleures pratiques. »1Concrètement, que font les participantes?• Elles identifient et partagent leurs meilleures pratiques afin d’apprendre les unes des autres. Par exemple, elles échangent sur les actions qu’elles posent afin de favoriser l’intégration des nouveaux poupons au service de garde.• Elles développent ensemble de nouvelles pratiques, des stratégies, des outils et des projets. Par exemple, à partir d’outils de communication issus de leurs expériences et milieux respectifs, elles en produisent un nouveau, plus complet.• Elles rassemblent les savoirs individuels dans le but de les rendre disponibles et de les conserver et aussi de se développer professionnellement. Par exemple, elles créent une banque de grilles d’observation (support papier ou informatique) disponible pour toute la communauté et pourquoi pas, plus largement, pour le réseau des centres de la petite enfance (CPE) et bureaux coordonnateurs de la garde en milieu familial (BC).1 Définition inspirée du livre d’Étienne Wenger, Richard Mc Dermot et William Snyder, Cultivating Communities of Practice : A Guide to Managing Knowledge, Harvard Business School Press, 2002. Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial 7
  8. 8. 3LES bÉNÉfICES À QUOI SERT UNE COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE? Cinq bénéfices 2 découlent de la création et du développement des communautés de pratique : • faciliter l’apprentissage (rassembler les savoirs individuels, croiser les compétences, partager les bonnes pratiques, etc.); • Maîtriser et approfondir un domaine d’expertise; • Susciter l’innovation (détecter des idées neuves, qualifier des idées, mettre au point l’innovation); • faciliter la résolution de problèmes (développer l’esprit d’analyse de chacune, capitaliser les connaissances du groupe); • Mutualiser des ressources rares. À ces bénéfices, on pourrait ajouter celui, non négligeable, du réseautage entre personnes désireuses d’apprendre et de se développer.LES ObjECTIfS Chaque CoP est spécifique. Le but ultime des communautés de pratique diverge selon leur orientation, la thématique abordée et leur composition. Des objectifs doivent être définis et connus par tous. Naturellement, ces objectifs doivent concorder avec les intérêts stratégiques de l’organisation, qu’il s’agisse du regroupement régional, du CPE ou du BC. À titre d’exemple, les objectifs poursuivis dans le cadre des CoP du projet Odyssée sont : • Soutenir le partage de pratiques et le développement d’une culture d’échange; • Rassembler les savoirs individuels épars à des fins de développement professionnel, de capitalisation (optimisation) des savoirs et des ressources, et même, dans certains cas, de conservation en vue de constituer un patrimoine; • Valoriser les connaissances et les savoir-faire des participantes; • Susciter la reconnaissance entre pairs. 2 PAROT, Stéphanie et al., Livre Blanc. Les communautés de pratique. Analyse d’une nouvelle forme d’organisation & panorama des bonnes pratiques, Knowings et le Pôle Productique Rhône-Alpes, nov. 2004, p. 15 à 17.8 Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial
  9. 9. LE fONCTIONNEMENT D’UNE COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE : PRENDRE APPUI SUR UN CADRE CLAIR Pour bien fonctionner, une communauté de pratique doit se donner un cadre clair qu’on nomme « CHARTE DE COLLABORATION ». La charte de collaboration sert principalement à énoncer les contributions de chacune, donc à circonscrire les attentes et à 4. baliser les échanges afin que toutes les participantes soient à l’aise de s’exprimer dans la communauté et de partager leurs outils et leurs expériences.4.1 Les 7 clés du développement d’une communauté de pratique • • Le cadre L’engagement des participantes * Le pictogramme de la clé vous rappelle, dans le texte qui suit, combien ces sept éléments sont importants. Ils guident la • Les relations mise en place et le développement des CoP. Il est pertinent • L’animation de se questionner sur la présence et l’évolution de chacune • Les intérêts de ces clés lorsque la communauté vit des difficultés. Pour • Les ressources et les outils soutenir cet exercice, vous trouverez, à l’annexe 2 du présent • Le rapport contributions/bénéfices guide, un plan de réflexion articulé autour des 7 clés.4.2 L’élaboration d’une charte de collaboration La charte est définie par les participantes lors de la première rencontre. Il est fortement recommandé de ne pas escamoter cette étape; elle est essentielle car elle est le point initiateur de l’engagement mutuel. Le Cadre La charte valide avec toutes les participantes le « comment » et le « pourquoi » de leur communauté. Elle souligne la co-responsabilité du succès de la communauté. Gardez le processus d’élaboration aussi simple et informel que possible. Restez centrée sur l’objectif premier d’une CoP : évoluer en partageant et en collaborant. e n t n L g a g e me Afin de permettre à la charte de s’adapter à l’évolution de la CoP, elle demeure ouverte (modifiable) et donc bien vivante. Rel at i o n s L n ani m ati o Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial 9
  10. 10. 4. ExEMPLE DE CHARTE DE COLLAbORATION Voici un exemple de charte mis à votre disposition afin que vous puissiez vous en inspirer et créer une version adaptée à la couleur de votre communauté. • Les bulles vous orientent sur le contenu de chaque section de la charte. • Les encadrés vous suggèrent un exemple inspiré de la situation évoquée par juliette au début du document, soit la mise en action, par l’équipe, de la plateforme pédagogique. • Les pictogrammes vous rappellent les clés du développement d’une CoP. Le but. A) La nature de la communauté de pratique Qui sont les participantes et que désirent-elles réaliser ensemble? La communauté de pratique « CPE Virevolte » est constituée de quinze professionnelles qui désirent échanger et travailler sur la qualité éducative. Elles se rassemblent afin de partager leurs savoirs et développer leur capacité à faire face aux défis et problématiques qui se présentent dans leur travail auprès des enfants, et ce, en conformité avec les valeurs éducatives énoncées dans la plateforme pédagogique du CPE. B) Objectifs Des objectifs clairs et précis (en limiter le nombre) formulés Les objectifs à atteindre dans le cadre de ce travail en communauté : sous forme de verbes d’action. • Solutionner des problématiques vécues et identifier les meilleures pratiques en lien avec les valeurs citées dans la plateforme pédagogique. • Développer, expérimenter et intégrer des nouvelles stratégies éducatives et en évaluer l’impact. • Formaliser (écrire) nos façons de faire afin qu’elles puissent nous servir de cadre et soient disponibles pour l’ensemble des intervenantes. • Orienter le développement professionnel en fonction des besoins identifiés. Le Cadre Les participantes doivent pouvoir e n s’engager librement. Passager clandestin n t L g a g e me C) Profil des membres de la communauté s’abstenir, car l’investissement de chacune est requis! Toute employée du CPE Virevolte qui a un intérêt à participer et a le désir de partager son expertise avec ses pairs. Rel at i o n s10 Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial L
  11. 11. e n n t L g a g e me Toutes les membres de la communauté Rel at i o n sD) Statut et rôles3 sont sur un pied d’égalité et ont un rôle ACTIF à jouer. Par contre, participantes Rôles des participantes et animatrice ont des rôles différents. Contributrices et bénéficiaires : • Elles échangent, partagent des initiatives et s’entraident. L ani n m ati o • Elles s’attendent à se faire interpeller par le groupe et sont à l’aise avec ce fait. • Elles s’expriment en toute liberté dans le respect de chacune. • Elles « travaillent » à faire évoluer les idées et les façons de faire. Le Cadre • Elles contribuent à un climat serein empreint d’authenticité. I n té ê t s r Rôles de l’animatrice e n n t L g a g e me gardienne : Elle se préoccupe du respect des objectifs et du processus de la communauté avec un minimum de méthodologie. Elle est garante du respect des valeurs de la communauté de pratique. Re s s o u rc es Intervenante : Elle favorise prioritairement les interventions entre les membres de la communauté. Elle intervient elle-même auprès d’une personne ou du groupe en utilisant le questionnement et le reflet, en soutenant l’approfondissement des sujets, etc. Rel at i o n s Co n t es f ic bu ri t ion s / b éné Qualités d’une bonne thématique : L n • Assez large pour interpeller l’ensemble des participantes et répondre à leurs besoins; ani m ati o • Assez circonscrite pour qu’on puisse en arriver à des résultats concrets; • Importante pour l’organisation et passionnante pour les participantes. I n té ê t s rE) Domaine d’intérêt4 Domaine d’intérêt : L’application concrète et quotidienne du contenu de la plateforme éducative. Selon les besoins identifiés par les participantes, des thèmes spécifiques seront abordés. Par exemple : accueil des parents le matin, interventions pendant la période du dîner, etc. Re s s o u rc es 3 Le rôle de l’animatrice est défini plus loin dans le document et des outils sont proposés. 4 CEFRIO, Travailler, apprendre et collaborer en réseau, Guide de mise en place et d’animation de communautés de pratique intentionnelles, Montréal, 2005, p. 35. Co n t 11 es Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde enb milieu familial f ic ri uti é on s / bén
  12. 12. Le Cadre 4. ExEMPLE DE CHARTE DE COLLAbORATION (suite) Le e n Cadre n t L g a g e me e n n t L g a g e me Les valeurs sont choisies en fonction de celles véhiculées par l’organisation, par Rel les participantes et en fonction du travail at i o n s F) Valeurs privilégiées à accomplir. Il est important de les définir pour en partager le sens. Rel Les valeurs de la CoP ont été inspirées at i o n s de celles identifiées dans la plateforme. Elles guideront le travail et le climat dans lequel L n il se réalisera. ani m ati o Chaque participante s’engage à les respecter : L • Respect • Ouverture ani m ati o n • Entraide • Co-responsabilisation • Partage • Authenticité I n té ê t s r • Confidentialité I n té ê t s r Re s s o u rc es Choisir les ressources à partager (ex. : information, connaissances, Re s s o u rc es G) Ressources à partager document, expériences, savoir-faire, etc.) et les moyens pour y arriver. Co n t es f ic bu ri Les participantes à la communauté partagent t ion s / b éné leurs idées, leurs façons de faire, leurs expériences, Co n t les documents qu’elles ont produits, les références dont es f ic bu ri t ion s / b éné elles s’inspirent, etc. Ce partage vise l’enrichissement, l’évolution des pratiques et la co-construction de nouvelles façons de faire.12 Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial
  13. 13. Re Le s s o u rc es Cadre Co n t es f ic e n n bu ri t ion s / b éné t L Préciser la contribution g a g e meH) Engagement des parties de chacune des parties afin que les attentes soient claires. Le CPE ou BC s’engage à : Mettre à la disposition des participantes : Rel • Un lieu physique d’échange et de partage; at i o n s • Un espace (site Internet, bibliothèque, classeur, etc.) pour déposer ou transmettre les informations, outils, données et résultats utiles et résultant des travaux de la communauté; • La personne responsable du soutien pédagogique pour effectuer l’animation des rencontres et en guider le déroulement; • Du temps de travail pour traduire les travaux en projets concrets (x heures par personne ou par projet); L an on im ati • Etc. Les participantes s’engagent à : • Allouer un temps X par mois, pour l’année en cours, à leur participation; • Participer au meilleur de leurs connaissances; I n té ê t s r • Contribuer à la réalisation des objectifs de la communauté; • Respecter la charte de collaboration; • Etc. Re s s o u rc es Statuer sur la responsabilité des participantes à l’égard de l’utilisation et de la diffusion des informations et des documents. De façon générale, les responsabilités suivantes incombent aux participantes, individuellement et collectivement : • Les documents produits dans le cadre des travaux de la communauté respectent la propriété intellectuelle. Co n t es Les références qui ont servi à leur production sont citées en bonne et due forme. béné f ic bu ri tio ns / • Les données transmises par les participantes ne sont pas confidentielles ou ne portent pas atteinte à la vie privée.I) Propriété intellectuelle et confidentialité De façon générale, les participantes à la communauté de pratique peuvent utiliser ou diffuser les informations et les travaux réalisés dans le cadre de la CoP. Dans un tel cas, la participante doit indiquer que ceux-ci proviennent de la communauté de pratique mise en place dans le cadre des travaux sur la plateforme du CPE Virevolte. Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial 13
  14. 14. 5 COMMENT ANIMER UNE COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE? « UNE COMMUNAUTÉ NE SE DIRIGE PAS. ELLE S’ANIME. »5 5.1 Le rôle de l’animatrice Le rôle de l’animatrice est très important dans une communauté de pratique. Puisqu’une CoP « s’anime », son mode d’animation doit être participatif, facilitateur et contributif. L’objectif de l’animatrice d’une CoP est de voir à ce que celle-ci évolue bien. Ultimement, le groupe sera autonome dans son fonctionnement. En animation de CoP, certaines balises doivent être respectées : L’animatrice s’assure… • d’une animation dynamique qui se concentre plus sur la structure de la rencontre et sur les processus que sur le contenu; • d’utiliser un langage adapté en fonction du groupe et de l’activité professionnelle; • d’avoir une attitude de non-jugement et d’ouverture; • d’instaurer un climat de confiance mutuelle et de respect; • de partager la responsabilité de la communauté avec les participantes; • de prendre le temps, ne pas brusquer le processus. De plus l’animatrice prend en considération certaines limites pouvant influencer le bon fonctionnement de la communauté. En voici quelques exemples : L’animatrice considère… • la baisse de motivation ou d’implication liée à des évènements externes; • l’assiduité des participantes (elles ne participent pas à toutes les rencontres, donc perdent le fil des échanges ou l’intérêt nécessaire à leur implication); • le passager clandestin (personne qui profite de l’expertise des autres sans contribuer). 5 PAROT, Stéphanie et al., Livre Blanc. Les communautés de pratique. Analyse d’une nouvelle forme d’organisation & panorama des bonnes pratiques, Knowings et le Pôle Productique Rhône-Alpes, 2004.14 Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial
  15. 15. 5.2 Quelles sont mes tâches en tant qu’animatrice? En un coup d’œil, voici les tâches principales de l’animatrice d’une CoP : Type d’animation : Centré sur l’humain Rôles (voir p.14) Tâches Favoriser l’entraide, la synergie, le partage et les interactions entre les participantes Susciter l’intérêt et aider les participantes (en groupe ou individuellement) à s’engager Gardienne Garder un rythme vibrant, être dynamique des objectifs et Garder le focus de la communauté sur l’objectif du processus Respecter et assurer le respect des règles de la communauté Mesurer le progrès de la communauté Lancer et animer la discussion Solliciter les réactions et les opinions, encourager les participantes à nommer Inciter la communauté à approfondir sa réflexion et aider à sortir des sentiers battus Intervenante Donner de la rétroaction Participer au processus de réflexion sans s’imposer S’assurer de la compréhension de toutes5.3 Est-ce que je ferais une bonne animatrice de communauté de pratique? Le guide, Travailler, apprendre et collaborer en réseau6 élaboré par le CEFRIO (Le Centre francophone d’informatisation des organisations) est une mine d’information et d’outils pour qui s’intéresse aux communautés. Parmi ceux-ci, voici une petite autoévaluation qui pourra vous éclairer quant à vos intérêts et habiletés à animer une communauté de pratique : * Attribution des points : 0 : Pas du tout 1 : Peu 2 : Assez 3 : Beaucoup Vos intérêts et habiletés Pointage J’aime rencontrer de nouvelles personnes Je m’intéresse à ce qui arrive à mes collègues Les gens apprécient la qualité de mon écoute Je suis habituée à animer des réunions Je suis à l’aise pour communiquer Je suis reconnue par mes collègues pour mes connaissances et mon expérience reliées aux thèmes qui intéressent la communauté Je sais faire une synthèse des échanges entre des participants à une réunion Je suis à l’aise avec les outils informatiques courants7 J’ai le sens de l’humour Total * Les résultats de l’autoévaluation se trouvent en p. 16. 6 CEFRIO, Travailler, apprendre et collaborer en réseau, Guide de mise en place et d’animation de communautés de pratique intentionnelles, Montréal, 2005, p. 75. 7 Question destinée aux animatrices de communautés virtuelles. Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial 15
  16. 16. 5 COMMENT ANIMER UNE COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE? (suite) Analyse des résultats de l’autoévaluation (voir page précédente) 25 points et plus : Vous avez un excellent profil. Allez-y! Vous ferez une excellente animatrice! Entre 18 et 24 : Vous avez ce qu’il faut, continuez de développer vos capacités. Faites-vous aider afin de développer certaines capacités qui vous permettront de jouer pleinement votre Entre 10 et 17 : rôle d’animatrice. L’animation n’est peut-être pas pour vous, mais vous pourrez apporter une contribution valable au sein Moins de 10 : d’une communauté. 5.4 Modes d’intervention : expert ou facilitateur? Le mode d’intervention dans une communauté de pratique est important puisque qu’on ne peut « diriger » une CoP et que l’on vise ultimement l’autonomie de ses membres. Le mode « facilitateur » est une façon d’intervenir qui convient bien à l’animation d’une communauté. Pour vous aider à en saisir les nuances, voici un parallèle entre l’animation en mode expert et en mode facilitateur 8 : Expert Facilitateur Centré sur le contenu Centré sur le processus Centré sur le problème Centré sur la personne Centré sur les solutions Centré sur le développement Influence avec ses connaissances Influence avec sa personne Injecte de nouvelles données Reçoit de nouvelles données Injecte de l’expertise Amplifie les propos de la participante Proposition d’hypothèses Suscite vécu et réactions du client Cadre de référence - savoir professionnel Cadre de référence – vécu du client Fonction - NOURRIR Fonction - DIGÉRER 8 Tiré de la Session de formation pour facilitateurs, 2001-2002, conçue et diffusée par Groupe Conseil CFC, p. 6 et 8.16 Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial
  17. 17. Investissement de temps de la part de l’animatrice Mode Expert Temps investi pour la préparation • On constate, qu’avec le temps, l’animation en mode Durée de vie de la CoP « facilitateur » devient plus facile et demande moins de préparation. • Ceci s’explique par le fait que le mode « facilitateur » utilise et valorise les talents, les connaissances et l’expertise de chacune des participantes. Il met l’accent sur les processus de réflexion, de création, de développement et d’implication des personnes. • Avec le temps, le mode « facilitateur » obtient des Mode Facilitateur résultats plus élevés et concrets chez les participantes Temps investi pour la préparation en termes d’autonomie, de responsabilisation, de Durée de vie de la CoP prise en charge et de confiance en leurs capacités personnelles. • Utiliser ce mode d’animation lors des rencontres de communautés de pratique est donc congruent avec la visée d’une CoP qui consiste à partager et apprendre les unes des autres.5.5 Quels sont mes principaux outils d’intervention en animation? L’animatrice peut avoir recours … • Au questionnement aidant Essentiellement des questions ouvertes, c’est-à-dire qui demandent une réponse à développement (la question fermée demande une réponse de style oui ou non). La question ouverte aide la participante à nommer, à préciser, à réaliser… • À l’écoute active L’écoute devient active lorsque la personne qui écoute participe activement à la compréhension du message. Elle démontre de l’intérêt et de la curiosité, demande des clarifications; elle évite de juger et d’interpréter. L’écoute active permet de recueillir l’information la plus complète dans une relation de confiance ou chacun se sent reconnu et compris. Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial 17
  18. 18. 5 COMMENT ANIMER UNE COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE? (suite) L’animatrice peut avoir recours… (suite) • Au recadrage Concept qui permet de considérer un autre point de vue et par le fait même de donner un autre sens à l’expérience vécue. Le sens de l’expérience étant changé, les réactions seront modifiées tant au niveau de la pensée que de celui du comportement. Le recadrage peut porter sur les présupposés, sur le contexte ou sur les valeurs. • À la reformulation Dire autrement ce que la personne vient d’exprimer afin de permettre, soit une compréhension commune à tous, soit une compréhension plus profonde du message exprimé. • À la transparence Qualité de ce qui laisse paraître la réalité tout entière, de ce qui exprime la vérité sans l’altérer. Cette attitude permet de développer les sentiments de confiance, de respect et la collaboration mutuelle. • Au reflet Imager, exprimer ce que l’on perçoit ou ce que l’on voit dans le but de faire prendre conscience d’une situation, de relever un malaise, d’éclaircir une situation problématique, etc. • À la rétroaction ou feedback Réaction à une information, ou effet retour, qui en augmente l’effet (rétroaction positive) ou qui le réduit (rétroaction négative). Dans un contexte d’animation, le retour doit être soutenant et encourageant. • À la synthèse des propos Dégager les points essentiels du propos de façon fidèle, neutre et objective. Permet à tous de s’y retrouver, en particulier si le discours de la participante est long et/ou décousu. • À l’approfondissement Creuser, explorer, pousser plus loin, examiner plus avant dans la connaissance du propos énoncé. * Chacun des « outils » d’animation décrit ci-haut est repris et illustré à l’aide de questions et d’interventions à l’annexe 3 de ce guide. Gardez cet outil de soutien à l’animation sous la main lorsque vous animez une CoP, il vous guidera dans l’actualisation des différents types d’intervention. Les Actes d’animation en « temps réel » proposés par le CEFRIO, à la page 79 de son Guide de mise en place et d’animation des communautés de pratique intentionnelles, donnent des pistes d’intervention qui peuvent être utiles à l’animation de rencontres. Cet outil est reproduit en annexe du présent guide.18 Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial
  19. 19. COMMENT SAVOIR SI MA COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE ÉVOLUE bIEN? L’évolution d’une communauté de pratique se joue sur deux plans : 6. • Le cheminement de la communauté en tant qu’entité propre; • Le cheminement de chacun des individus qui la composent. Il importe donc d’évaluer collectivement et individuellement la communauté et son évolution. Celle-ci est la responsabilité de toutes et est intimement liée à l’implication de chacune. L’exercice permet d’acquérir un portrait global de la situation, de s’assurer que la communauté répond aux besoins des participantes et aux objectifs visés, et d’ajuster, si nécessaire, la direction ou le rythme de la CoP. Il existe plusieurs façons de faire le point sur l’évolution de votre communauté : • Questionnaires (sur la satisfaction, l’implication, etc.); • Observation; • bilan; • Autoévaluation; • Analyse des réalisations ou productions; • Démarche systématique d’évaluation; • Etc. Selon les besoins et les objectifs, vous aurez à choisir les façons qui conviennent le mieux à votre CoP. Gardez à l’esprit que la simplicité et l’efficacité sont de mise! Les outils proposés aux points 6.2 et 6.3 soutiennent l’évaluation du fonctionnement et de l’animation de la CoP, des relations qui s’y établissent et de ce qu’elle produit au bénéfice des participantes.6.1 Évaluer l’impact du travail en communauté de pratique Voici quelques exemples d’éléments à évaluer : • Évolution des modes de résolution de problèmes, problématiques solutionnées; • formalisation des pratiques; • Amélioration observable du niveau de culture de partage et du travail collectif (ex. : utilisation des connaissances et talents de chacune par la CoP, habileté à confronter les idées, etc.); • Nouvelles pratiques mises en place; • Évolution des connaissances; • Progression des participantes; • Degré d’amélioration d’une situation. Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial 19
  20. 20. 6 6.2 Évaluer l’animation COMMENT SAVOIR SI MA COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE ÉVOLUE bIEN? L’animation est une des clés du succès d’une CoP. Afin d’évoluer avec le groupe, il importe de s’autoévaluer en tant qu’animatrice et de recevoir une rétroaction des participantes. L’animation d’une CoP étant une tâche complexe, soyez indulgente envers vous-même. L’animatrice est en évolution constante, comme chacune des membres de la CoP. OUTIL D’ÉVALUATION Faire le point sur mon animation La grille suivante9 pourra servir d’aide-mémoire à la personne chargée de l’animation qui souhaite développer ses capacités. Elle peut aussi permettre à l’animatrice de sonder les participantes afin de recevoir une rétroaction. * Attribution des points : 0 : Capacité non démontrée 1 : Capacité en voie de développement 2 : Capacité démontrée 3 : Tâche maîtrisée Tâches de l’animation Pointage J’ai une écoute active et je favorise l’écoute entre les participantes. Je facilite la réflexion par mes questions et l’expression de ce que je vois. Je rends la communauté de plus en plus autonome dans son fonctionnement. Je suis dynamique dans mon animation, j’utilise mon sens de l’humour. J’aide les participantes, individuellement et collectivement, à rester centrées sur les objectifs de la communauté. Je mesure les progrès de la communauté. Je donne de la rétroaction utile et encourageante. J’encourage à sortir des sentiers battus, à explorer. Je bonifie le climat par mon attitude et mes interventions. J’aide les participantes à accorder une attention à toutes. Je suscite l’entraide et le partage entre les participantes. Je favorise l’implication, l’engagement et la responsabilité de chacune face aux objectifs visés. Je respecte et assure le respect des règles de la communauté. 9 Inspiré d’un document du Regroupement des CPE des Laurentides et de la Grille d’évaluation du rôle du facilitateur, Groupe Conseil CFC.20 Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial
  21. 21. 6.3 Évaluer la contribution des participantes Puisque le bon fonctionnement de la CoP repose sur l’engagement de chacune, il est important que les participantes reconnaissent leur niveau de participation et les points qu’elles peuvent améliorer dans leur attitude et façons de faire.OUTIL D’ÉVALUATION Mon comportement et ma participation dans le cadre de la communauté de pratique. Évaluez votre niveau de satisfaction face à votre propre participation10. * Attribution des points : Accordez-vous des points entre 1 et 10 (1 étant le plus faible pointage et 10 le plus élevé). Votre comportement et votre participation Pointage Mon écoute Je fais tout ce que je peux pour bien accueillir et comprendre les autres. Les questions que je pose Je pose des questions qui aident les autres à réfléchir et à avancer. Mes contributions J’apporte des idées qui aident les autres à avancer. Ma transparence Je dis aux autres ce que je vis. Ma participation Je participe activement aux échanges. Ma capacité à recevoir J’exprime mes besoins de soutien clairement et je suis ouverte à recevoir de l’aide et à me laisser influencer. Mon feedback (rétroaction) Je donne du feedback utile à mes collègues. Ma confrontation J’exprime clairement mes incompréhensions et je joue à l’avocat du diable à l’occasion. Ma créativité J’aide mes collègues à réfléchir en les invitant à sortir des sentiers battus. Ma reconnaissance Je manifeste ma reconnaissance face aux efforts et aux bons coups de mes collègues. Ce que je reconnais faire particulièrement bien : Ce que j’aimerais améliorer dans ma participation, un défi que je me donne : 10 Groupe Conseil CFC, Session de formation pour facilitateurs. Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial 21
  22. 22. 7 COMMENT INSTAURER UNE COMMUNAUTÉ DANS MON ORgANISATION OU MON MILIEU? jULIETTE : « D’après toi, quelles sont les conditions qui doivent être mises en place afin d’assurer le succès de notre CoP? » ÉMILIE : « Considérez, ton équipe et toi, ces quelques éléments : » 7.1 Des principes de base pour assurer dès le départ un fonctionnement durable : • Se doter d’un cadre d’échanges clair (charte) et de sujets de discussion précis; • S’engager librement à participer de façon régulière afin de suivre l’évolution de la CoP ce qui permettra de développer la confiance et le sentiment d’appartenance au groupe; • Déterminer le nombre de participantes (un petit groupe est préférable). Le nombre est défini selon : le contexte d’animation (recension d’outils ou de pratiques, sujets, etc.), la méthode choisie (ex. : en salle, le web) ainsi que l’expérience de l’animatrice et celle des participantes; • Apporter une réelle valeur ajoutée aux membres dans le quotidien de leur activité professionnelle : apporter les bonnes initiatives comme les mauvaises, enrichit l’échange; • Dynamiser les forces des participantes. 7.2 Les conditions de réussite : • Vouloir coopérer : S’engager à donner et recevoir, respecter les engagements et les règles; • Savoir coopérer : Utiliser efficacement la communication, s’exprimer et comprendre l’autre, savoir en dégager un nouveau savoir et le capitaliser; • Pouvoir coopérer : Bénéficier des conditions externes (pilotage, ressources matérielles, règles et processus clairement définis); • Capitalisation : Prise de notes, production d’outils, suivi des décisions, des méthodes, des consensus, des valeurs choisies… Ce qu’il reste concrètement de nos rencontres; • Établir des priorités ensemble : Les règles de fonctionnement, des outils de travail; • Se donner du temps!22 Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial
  23. 23. jULIETTE : « C’est bien beau tout ça, mais je me demande bien par où commencer… » ÉMILIE : « Tout à l’heure, tu me mentionnais vouloir mettre en action la plateforme pédagogique de votre CPE, alors tu connais l’objectif de votre CoP. Maintenant, il faudra statuer où et quand elle aura lieu et… »7.3 L’intégration des communautés de pratique aux activités existantes Les communautés de pratique peuvent s’insérer à l’intérieur même des structures déjà en place dans les CPE et BC (tables, réunions, etc.). Il serait alors important d’aménager un espace-temps particulier pour cette activité, c’est-à-dire ouvrir et fermer l’échange en communauté. Il faudrait aussi fixer un moment, au début de la rencontre, pour identifier clairement les objectifs et, en fin de rencontre, pour en évaluer l’atteinte et nommer nos avancées.7.4 L’utilisation des technologies de l’information et des communications Les communautés de pratique peuvent aussi exister grâce à Internet puisque la technologie met à notre disposition plusieurs outils de communication, ce qui facilite grandement les échanges entre les membres d’une CoP. Dans ce cas, on parle de communautés de pratique virtuelles (CoPV). Voici quelques exemples d’outils utilisés en CoPV : • Listes de discussion : elles facilitent les échanges par courriels; • Sites « web » : ils permettent le partage de documents et d’informations, la discussion par le biais de forums; • Salons de clavardage ou « chat » : des rencontres virtuelles sont organisées en temps réel; • Outils de télécollaboration : des personnes reliées par ordinateur dans le cyberespace. jULIETTE : « Wow! Quel beau projet, j’ai du pain sur la planche… » ÉMILIE : « N’oublie pas que c’est la responsabilité de la communauté de pratique d’établir ses objectifs, ses valeurs et son fonctionnement. Donne-toi la possibilité d’apprivoiser ton rôle en tant qu’animatrice; ça t’aidera certainement à garder le focus et à ne pas endosser le rôle d’expert. J’ai bien hâte d’avoir de tes nouvelles! Donne-moi un coup de fil si tu as besoin d’un coup de pouce ou encore consulte ton guide et ses références! » Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial 23
  24. 24. 8. QUELLES RÉfÉRENCES CONSULTER POUR APPROfONDIR? BOURHIS, Anne et Diane-Gabrielle TREMBLAY, Rapport sur la dimension organisationnelle, les facteurs organisationnels de succès des communautés de pratique virtuelles, Québec, CEFRIO, 2004. http://www.cefrio.qc.ca/projets/Documents/Volet_Organisationnel_Bourhis_Tremblay.pdf CEDIP, La lettre du CEDIP, fiche technique numéro 28. http://www.3ct.com/ridf/Cedip/productions/En%20lignes/Journal/Numero28/journal28.htm FERNANDEZ, Alain, Communautés de pratique et performance. Rencontre avec Cyril Docquin. http://www.le-perfologue.net/partager/Communautes_de_pratique_et_performance.html FONTAINE, Michael, et David MILLEN, Comprendre les avantages et l’impact des communautés de pratique, Chronique des réseaux, 2005. http://www.chsrf.ca/knowledge_transfer/pdf/digest_20051027_f.pdf GAGNON, Mathieu, Guide pratique pour l’animation d’une communauté de recherche philosophique, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2005. GERVAIS, C. et L. PORTELANCE, Des savoirs au cœur de la profession enseignante, Sherbrooke, Éditions du CRP/Université de Sherbrooke, 2005. GEYNET, Yannick, Les communautés de pratique, une nouvelle forme de gestion des connaissances, 2003. http://www2.univ-reunion.fr/~geynet/DEA/Expo-transv/Expose-Transv-CoP.pdf GONGLA, Patricia et Christine RIZZUTO, Qu’est devenue cette communauté? Les communautés de pratique qui « disparaissent », Chronique des réseaux, janvier 2006. http://www.chsrf.ca/knowledge_transfer/pdf/digest_20060105_f.pdf ITC - Ingénierie et Transfert des Compétences, Communauté de pratique. http://itcconsultants.net/spip.php?rubrique10 LAFERRIÈRE, Thérèse, Milton CAMPOS et Jean BENOIT, Rapport sur l’apprentissage dans une communauté virtuelle de pratique. Apprendre au quotidien dans l’organisation québécoise : le cas des communautés de pratique virtuelles, Québec, CEFRIO, 2004. http://www.cefrio.qc.ca/projets/Documents/Apprendre_au_quotidien_Laferriere.pdf LAFORTUNE, Louise et Colette DEAUDELIN, Accompagnement socioconstructiviste. Pour s’approprier une réforme en éducation, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2001. LANGELIER, Louis, Travailler, apprendre et collaborer en réseau, Guide de mise en place et d’animation de communautés de pratique intentionnelles, Montréal, CEFRIO, 2005. http://www.cefrio.qc.ca/pdf/GuideCommunautes.pdf LE BOTERF, Guy, Travailler en réseau : partager et capitaliser les pratiques professionnelles, Paris, Éditions d’organisation, 2004. PAROT, Stéphanie et al., Livre Blanc. Les communautés de pratique. Analyse d’une nouvelle forme d’organisation & panorama des bonnes pratiques, Knowings et le Pôle Productique Rhône-Alpes, 2004. http://www.knowings.com/knowings/news.nsf/TBVGN/FR-DownloadFichiers/$File/WPCOPKnowingsPPRA.pdf PRAX J.-Y., Les communautés de pratiques, Paris, POLIA Consulting. http://www.polia-consulting.com/Les-communautes-de-pratiques.html TACT (TéléApprentissage Communautaire et Transformatif), Les communautés d’apprentissage, Québec, Université Laval, 2004. http://www.tact.fse.ulaval.ca/tact2/commune2.0.html UNIVERSITÉ LAVAL, Communauté de pratique en réseau, ADM-66746 (Formation sur CD ou à distance sur Internet). WENGER, Étienne, La théorie des communautés de pratique, traduction et adaptation de Fernand Gervais, Québec, Presses de l’Université Laval, 2005.24 Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial
  25. 25. ANNEXE ANNEXE 1 - COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE - fICHE SyNTÈSEC’est quoi ?Un groupe de professionnelles qui se rassemblent afin de partager et d’apprendre les unes des autres. Elles sont tenues ensemble parun intérêt commun dans un champ de savoir et sont conduites par un désir et un besoin de partager des problèmes, des expériences,des modèles, des outils et les meilleures pratiques.C’est qui ? Toute personne ayant un intérêt à participer à la CoP et qui a le désir de partager son expertise avec sesParticipante pairs. Elle contribue à l’évolution de la CoP et en bénéficie. Elle s’engage librement. • Gardienne des objectifs et du processus : elle est garante du respect des valeurs.Animatrice • Intervenante : elle favorise les interventions entre les membres en utilisant le questionnement et le reflet, en soutenant l’approfondissement des sujets, etc.Pourquoi ?La raison d’être, l’orientation générale et les objectifs sont définis par les membres de la CoP.Ça donne quoi ?• Facilite l’apprentissage • Facilite la résolution de problèmes• Favorise la maîtrise et approfondit un domaine d’expertise • Mutualise les ressources• Suscite l’innovation • Stimule le réseautageComment ? Défini par les participantes à la CoP par la charte de collaboration. Celle-ci valide le comment et leCadre pourquoi et permet d’évoluer en partageant et en collaborant. Elle demeure ouverte et bien vivante pour s’adapter à l’évolution de la CoP. L’évolution de la CoP repose sur l’engagement de chaque participante et son degré de participation.Engagement La CoP utilise les connaissances et les talents de chacune.Relations Sont déterminantes et axées sur la confiance et le respect. Les valeurs choisies par la CoP jouent un rôle capital.Animation Mode participatif, facilitateur et contributif. L’animatrice accompagne. Objectifs clairs et communs. Les thèmes de discussion choisis sont importants pour l’organisation etIntérêts passionnants pour les participantes. Nécessaires à l’enrichissement. Tenir compte de ce qui existe déjà, des besoins et de ce qui est àRessources et outils construire ensemble.Contributions/ Préciser la contribution de chacune des parties : le temps, les ressources matérielles,bénéfices l’engagement professionnel, etc.Où on s’en va ?Des outils d’évaluation, d’observation ou de réflexion sur le fonctionnement ou les résultats; ajustements par les membres de la CoP de ladirection, des modes de travail individuels et collectifs et de la vitesse de croisière.Pendant combien de temps ?La CoP vit aussi longtemps que les membres ont un intérêt à s’y investir, à l’améliorer et à la maintenir. Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial 25
  26. 26. ANNEXE ANNEXE 2 - ÇA NE VA PAS SUR DES ROULETTES? RÉSISTANCES, IMPRÉVUS OU ANICROCHES? PISTES EN VUE D’UN DIAgNOSTIC Lorsque la communauté de pratique vit des difficultés, il est pertinent de se questionner11 sur la présence et l’évolution de chacune des clés du développement d’une CoP12. Celles-ci peuvent nous orienter sur les zones à parfaire et les façons d’améliorer la situation. Pour ce faire, nous vous suggérons un plan de réflexion. Celui-ci peut s’inscrire dans votre processus d’intervention et en soutenir les différentes étapes (observer, planifier et organiser, intervenir, réfléchir et rétroagir). Le cadre • Avons-nous une charte de collaboration? • Comment a-t-elle été élaborée? (Quand? Avec qui? Est-elle simple? Accessible?) • Est-elle vivante? Reconnue? Partagée? • Contient-elle les éléments nécessaires au bon fonctionnement de la CoP? Est-ce clair et compris de tous? • Comment je soutiens l’actualisation de notre cadre? L’engagement des participantes La section six (6) de ce guide propose un outil pour évaluer sa propre participation. • Comment je qualifierais l’engagement des participantes? (Qualité, variation entre participantes, évolution dans le temps, assiduité, motivation, etc.) Se sont-elles engagées librement? • Comment expriment-elles leur engagement? Qu’en disent-elles? Se responsabilisent-elles face à leur engagement? • Sont-elles à l’aise avec le fonctionnement de la CoP? Avec le lieu physique? Avons-nous statué sur la confidentialité? • Des événements externes à la CoP viennent-ils influencer l’engagement? • Comment je soutiens l’engagement des participantes? Les relations • Comment je qualifierais les relations au sein de la communauté? • Le climat est-il serein et empreint d’authenticité? Quels en sont les indicateurs? • Les valeurs privilégiées par le groupe sont-elles respectées? Vivantes? Comment cela est-il visible? • Est-ce que les rôles de chacune sont respectés? Est-ce que chacune se sent responsable de la CoP? • Comment je soutiens l’établissement et l’évolution des relations au sein de la CoP? L’animation Revoir la section 5 de ce guide. La section six (6) de ce guide propose un outil pour évaluer l’animation d’une CoP. • Comment je qualifierais mon animation de la communauté? (Forces et difficultés, évolution, bons coups, etc.) Dans mon rôle de gardienne des objectifs et du processus? Dans mon rôle d’intervenante? • Comment les participantes qualifient-elles mon animation? • Suis-je à l’aise avec les principaux outils d’intervention en animation? (p.18 du guide) Les intérêts • Avons-nous identifié des intérêts communs? Sont-ils toujours au coeur de notre communauté? Semblent-ils toujours partagés? • Les intérêts identifiés répondent-ils toujours aux besoins? Sont-ils toujours d’actualité? • Des intérêts divergents ont-ils émergés? Comment cela se manifeste-t-il? • Obtenons-nous des résultats concrets? Leur participation à la CoP apporte-elle une valeur ajoutée dans leur quotidien au niveau professionnel? • Comment je soutiens la présence et le maintien d’intérêts communs? Les ressources et les outils • La CoP a-t-elle identifié des façons de faire? Statué sur la propriété intellectuelle, l’utilisation et la diffusion des informations et des travaux? Est-ce respecté? • Comment je qualifierais la mise en commun des ressources et outils? (Pertinence et richesse, quantité, spontanéité, réserves, soutien à la progression des échanges, etc.) • Comment je soutiens la mise en commun et la mise à profit des ressources, outils et expériences de chacune? Le rapport contributions/bénéfices • Comment je qualifierais les contributions des participantes? (Qualité, quantité, répartition au sein du groupe, évolution dans le temps, etc.) • Comment je qualifierais les bénéfices que les participantes retirent? Qu’en disent-elles? • Y avait-il des besoins clairement exprimés et identifiés au départ? Est-ce que la communauté y répond à ce jour? • Y a-t-il des « passagers clandestins »? Intervenez-vous auprès d’eux? • Comment je soutiens les contributions de chacune? Comment je soutiens la production de bénéfices par et pour les participantes? 11 Ces questionnements sont mis à titre indicatif seulement afin de vous orienter sur des causes possibles et ne se veulent d’aucune façon une grille exhaustive. 12 Les clés du développement d’une CoP se trouvent dans la section 4 de ce guide.26 Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial
  27. 27. ANNEXEANNEXE 3 - OUTILS DE SOUTIEN À L’ANIMATION D’UNE COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE Outils de soutien Questionnement aidant • Comment t’y es-tu prise pour…? • Questions ouvertes • Qu’est-ce qui te fait dire que…? • Aider à nommer, préciser, • Quels sont les éléments selon toi qui…? prendre conscience • Est-ce que les interventions de tes collègues t’aident à voir plus clair dans la situation que tu vis? Écoute active • C’est intéressant ce que tu apportes sur… • Démontrer intérêt et curiosité • Que veux-tu dire par… • Participer activement à la clarté • J’aimerais bien que tu nous racontes un peu… du message • J’entends bien ce que tu n’apprécies pas dans ce processus, • Recueillir l’information la plus aurais-tu des solutions à nous proposer? complète et juste possible Recadrage • Quels liens fais-tu entre ton expérience et la question qui nous occupe? • Aider à considérer d’autres points de vue • Si on reprenait cette idée mais en se plaçant du point de vue de… • Donner un sens différent à l’expérience • De ton intervention, je retiens particulièrement cet aspect :… • Garder les interventions centrées sur • Par sa réaction, qu’est-ce que cette personne tente de nous dire? les objectifs • Pourrait-on exprimer cette idée sous forme d’hypothèse et poursuivre pour voir si…? Reformulation • Si j’ai bien compris, tu proposes que… • Message en d’autres mots • Ce que tu viens préciser ici, c’est… • Soutenir une compréhension commune • Malgré les mots différents que vous utilisez, ne seriez-vous pas en train de dire toutes les deux que… • Approfondir la compréhension • Je n’arrive pas à bien saisir… Quelqu’un pourrait-il reformuler les propos qui viennent d’être tenus? du message Transparence • Ce n’est pas encore clair pour moi comment nous pourrons traiter cette question. • Vérité et simplicité Peut-être avez-vous des propositions… • Développer la confiance, le respect • Je me sentais bien nerveuse ce matin, mais je suis ravie de voir comment nous sommes arrivées à… et la collaboration mutuelle • Je me sens un peu mal à l’aise avec les derniers propos exprimés. Suis-je la seule à me sentir comme ça? Reflet • Je sens bien que ça te bouscule ce qu’on se dit là… • Des mots sur ce que l’on perçoit Quel sens ces propos ont-ils pour toi? • Faire prendre conscience • J’en vois plusieurs réagir à ce nous venons de nommer… • Éclaircir une situation, dénouer Je vous propose que… une tension • Quand tu décris cette situation, tu sembles soucieuse de… Rétroaction • Merci d’avoir partagé ton expérience. • Réaction à une information Ton partage est riche et donne la possibilité à notre groupe de… • Accroître ou réduire l’effet du message • Voyez-vous le chemin que nous avons parcouru ensemble… • Soutenir et encourager c’est impressionnant! • Qu’avez-vous appris de l’échange que nous venons d’avoir? Synthèse • Si on reprenait les éléments que nous avons nommés au cours de cet échange… • Points essentiels de l’échange en • Rappelez-vous, nous sommes partis du constat que… pour ensuite aborder… restant fidèle et objective • Que pouvons-nous dégager de notre échange à ce moment-ci? • Aider à organiser les éléments de l’échange • Quelles idées principales avez-vous retenues de nos échanges? • Soutenir la progression de l’échange Approfondissement • À partir ce que l’on vient de se dire, si on poursuivait en se demandant quels sont… • Questions d’exploration • Et maintenant que ces éléments sont clairs, comment pourrions-nous appliquer cela à…? • Aider à pousser plus loin, à creuser, • Y a-t-il une contradiction entre ces deux propos? Comment l’exprimeriez-vous? à examiner un aspect Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial 27
  28. 28. ANNEXE ANNEXE 4 - DOCUMENT DU CEfRIO : ACTES D’ANIMATION EN « TEMPS RÉEL »13 Une bonne entrée en matière est essentielle; il importe de présenter le sujet qu’on entend soumettre à la discussion de façon claire, en indiquant pourquoi on souhaite en discuter, en présentant le contexte et en expliquant ce qu’on attend des participants. Concentration et vigilance sont de rigueur! En écoutant une participante, au besoin intervenir : Est-ce clair? « Je suis peut-être la seule à ne pas saisir, mais quelque chose m’échappe... » Est-ce pertinent? « Intéressant, mais revenons à notre sujet... » ou « Je comprends mais peux-tu m’indiquer quel est le rapport avec le sujet dont nous discutons? » Est-ce vrai? « Sommes-nous bien certains de cela...? » Est-ce courtois? « Tes paroles ont peut-être dépassé ta pensée...? » Est-ce intimidant? « Permets-moi de reformuler. Tu dis que... »; reformuler en termes plus neutres, puis vérifier. • Quand une conversation s’étend un peu trop longuement, on perd parfois la concentration des participants, et comme le langage non verbal n’est pas apparent au téléphone, cela passe inaperçu. Faire une synthèse aussi souvent que nécessaire pour garder tout le monde au même niveau de compréhension : « Si j’ai bien suivi ce qui a été dit jusqu’ici... ». • Il est facile de laisser la conversation être dominée par une minorité de participants. Donner la parole à tour de rôle, demander parfois l’avis des participants silencieux. • Les interventions de l’animateur peuvent aussi contribuer à véhiculer l’historique et les rituels de la communauté. Au moment opportun, situer les faits et gestes dans le contexte plus général du vécu de la communauté, tant pour le bénéfice des nouveaux que pour consolider l’expérience de vie du groupe. « Cela me rappelle une situation que nous avons vécue il y a deux ans... ». « Nous avons un nouveau membre, j’aimerais vous le présenter comme nous avons toujours l’habitude de le faire. » • Il y a beaucoup à faire en même temps; l’animateur peut se faire aider pour certaines tâches : • Désigner quelqu’un pour minuter les interventions et intervenir quand le temps alloué à un sujet est épuisé; • Demander à quelqu’un qui est reconnu pour son bon jugement d’intervenir s’il juge que la conversation ne mène nulle part; • Désigner une secrétaire qui prendra les notes. Avec l’outillage approprié, cela peut se faire en ligne. Les participantes voient ce qui est noté à mesure sur leur écran. Si quelqu’un juge que les notes sont incomplètes ou erronées, il peut le mentionner avant que le prochain point ne soit abordé. Conclusion En animation, selon Howard Rheingold, les qualités du coeur priment sur celles de l’esprit. Après tout, un animateur est d’abord quelqu’un qui aime les gens et qui se veut à leur service. C’est aussi un communicateur authentique, comme nous le rappelle Nancy White. (Ces deux auteurs sont des animateurs de forums Internet connus.) 13 LANGELIER, Louis, Travailler, apprendre et collaborer en réseau, Guide de mise en place et d’animation de communautés de pratique intentionnelles, Montréal, CEFRIO, 2005, p. 79.28 Guide d’animation des communautés de pratique en CPE et BC de la garde en milieu familial
  29. 29. www.aqcpe.com/info@aqcpe.comPUBLICATION Tous droits réservés AQCPE

×