PRINCIPALES	
  MESURES	
  FISCALES	
  2014	
  POST	
  DÉCISION	
  DC	
  –	
  FISCALITÉ	
  DE	
  L’ENTREPRISE	
  
	
  
	
  ...
PRINCIPALES	
  MESURES	
  FISCALES	
  2014	
  POST	
  DÉCISION	
  DC	
  –	
  FISCALITÉ	
  DE	
  L’ENTREPRISE	
  
	
  
CI	
...
PRINCIPALES	
  MESURES	
  FISCALES	
  2014	
  POST	
  DÉCISION	
  DC	
  –	
  FISCALITÉ	
  DE	
  L’ENTREPRISE	
  
	
  
Mesu...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Tableau sommaire: principales mesures fiscales pour les entreprises en 2014

1 387 vues

Publié le

Corporate Tax

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 387
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
17
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tableau sommaire: principales mesures fiscales pour les entreprises en 2014

  1. 1. PRINCIPALES  MESURES  FISCALES  2014  POST  DÉCISION  DC  –  FISCALITÉ  DE  L’ENTREPRISE       Thème   Champ  d’application     Nouveautés  2014   IS   • Contribution   exceptionnelle   235  ter  ZAA       -­‐ -­‐ entreprises  redevables  IS   CA  >  250  M  €     -­‐ -­‐ -­‐ Déduction   des   -­‐ -­‐ intérêts   212.I     • entreprises  redevables  IS   -­‐ prêteur   et   débiteur   des   intérêts   liés   au  sens  de  39.12   -­‐ -­‐ Imputations   des   déficits   situés   à   l’étranger   des   PME  françaises   209  C   • Nouvelle   taxe   sur   les   hautes   rémunérations       • -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ • Rabot  fiscal   212  bis   -­‐ -­‐ -­‐ Prix  de  transfert   • Business   restructuring   57  alinéa  2   Documentation   spécifique   L.13  AA   • -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ Sanctions   des   -­‐ manquements   à   L.13  AA   1735  ter     • entreprise  redevable  IS   dont  l’effectif  <  2.000  salariés     non   détenue   à   25%   ou   plus   par   une   société   ne   remplissant   pas   la   condition  d’effectif   supportée   par   les   entités   IR,   IS,   dotées   ou   non   de   la   PM,   qui   exploitent  une  entreprise  en  France,   toutes   formes   de   rémunération   sont   visées  ;  salaires,  avantages  en  nature,   jetons  de  présence  etc.   la  rémunération  peut  être  versée  à  un   dirigeant  ou  salarié   la  base  imposable  est  la  fraction  brute   qui  >  1  M  €   entreprises  redevables  IS     non   membres   d’un   groupe   fiscal   intégré  (dispositions  spéciales)   charges  financières  nettes  >  3  M  €     entreprises  redevables  IS     transférant   des   risques   ou   des   fonctions     et   entrainant   une   diminution   de   20%   au   moins   du   résultat  d’exploitation   entreprises   réalisant   un   CA   ou   ayant   un  actif  brut  >  400  M  €   entreprises   qui   détiennent   ou   sont   détenues   à   +50%   par   une   entité   remplissant  la  première  condition     être   membre   d’un   groupe   intégré   si   l’une  des  sociétés  remplit  la  première   condition   concerne   les   entreprises   qui   ne   répondent   pas   sous   30   jours   ou   répondent   partiellement   à   une   mise   en   demeure   adressée   par   l’administration   pour   que   lui   soit   communiquée   la   documentation   prix   de  transfert   -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐ -­‐   -­‐ -­‐ -­‐ appliquée   sur   le   solde   IS   avant   imputation   des   crédits   /   réductions  d’impôt  ;  le  taux  passe  de  5  à  10.7%  (+114%)   le  taux  effectif  d’impôt  avant  distribution  passe  à  38%   l’impact   en   trésorerie   dépend   de   la   date   de   clôture   de   votre  exercice  :     o si   clôture   le   31/12/13   ou   31/01/14,   le   nouveau   taux   ne   s’appliquera   que   lors   du   paiement   du   solde  de  la  contribution  (le  15/04/14)   o si   clôture   postérieure   au   31/01/14,   le   nouveau   taux  s’applique  dès  le  versement  anticipé  de  95%   la   déduction   des   intérêts   chez   le   débiteur   est   limitée   à   une   condition   d’imposition   minimale   chez   le   créancier  :   25%   de   l’IS   que   supporteraient   les   intérêts   dans   les   conditions  de  droit  commun  soit  une  imposition  effective   de  8.33%   le   dispositif   vise   essentiellement   les   schémas   d’endettement   construits   avec   une   société   prêteuse   localisée  à  l’étranger   le   dispositif   s’applique   en   premier,   avant   la   sous-­‐cap,   le   rabot,  l’amendement  Carrez  &  Charasse,     la  LF  2014  a  abrogé  le  régime  à  compter  du  01/01/14   conséquences   de   l’abrogation  :   les   déficits   imputés   antérieurement   doivent   être   rapportés   au   rythme   des   bénéfices   réalisés   par   la   structure   étrangère,   et   au   bout   de  5  exercices  maximum  (clôture  2018  maximum)   taux  fixé  à  50%   la   taxe   est   individuelle  :   elle   n’est   pas   due   dans   un   groupe   de  sociétés  si  le  dirigeant  de  la  mère  reçoit  2  M  €  versés   par  tranches  de  500  K  €  par  4  filiales  différentes   montant  total  de  la  taxe  plafonné  à  5%  du  CA  de  l’entité   versante     la   taxe   est   déductible   des   résultats   imposables   au   titre   de   l’exercice  au  cours  duquel  elle  est  payée  au  Trésor   à  compter  du  01/01/14,  le  taux  de  réintégration  passe  de   15%  à  25%   rappel  :   la   réintégration   porte   sur   la   totalité   des   charges   financières  nettes,  pas  seulement  sur  la  fraction  >  3  M  €   la  LF  2014  prévoyait  un  renversement  de  la  charge  de  la   preuve   au   profit   de   l’administration   =   présomption   simple   de   transfert   de   bénéfices,   à   combattre   par   l’entreprise     dispositif  censuré  dans  son  ensemble  par  le  Cons.  cons.   la   documentation   doit   désormais   comprendre   les   décisions   des   administrations   étrangères   (rulings)   rendues   au   profit   de   sociétés   à   associées   à   l’entreprise   soumise  à  la  documentation,       -­‐             la  LF  2014  prévoyait  l’indexation  de  la  sanction  sur  le  CA   (jusqu’à  0.5%  de  celui-­‐ci)  ;  dispositif  censuré  par  le  Cons.   cons.  
  2. 2. PRINCIPALES  MESURES  FISCALES  2014  POST  DÉCISION  DC  –  FISCALITÉ  DE  L’ENTREPRISE     CI  recherche     • Dépenses   des   -­‐ jeunes  docteurs   244  quater  B   • Territorialité   244  quater  B  II   -­‐ CI  apprentissage       • Limitation   du   -­‐ crédit  d’impôt   244  quater  G       ouvrent   droit   au   CIR   les   dépenses   de   -­‐ personnel   affectés   à   la   recherche  ;   elles  sont  retenues  pour  le  double  de   leur   montant   si   les   chercheurs   sont   des  jeunes  docteurs   ouvrent   droit   au   CIR   les   dépenses   -­‐ déductibles   du   résultat   en   France   et   localisées  en  UE  ou  EEE     entreprises   qui   emploient   un   ou   -­‐ plusieurs   apprentis   depuis   au   moins   1  mois   -­‐ -­‐ TVA       • Taux   réduit   de   -­‐ 5.5%   278  0  bis       concerne   l’eau,   produits   alimentaires   -­‐ (sauf  alcools  et  vente  à  consommer  sur   place),   livres,   courtages   et   -­‐ commissions  portant  sur  ces  produits     -­‐ • Autres  taux   Taux   applicable   -­‐ aux  engrais       278  bis  3  bis   • Autoliquidation   -­‐ dans   le   secteur   du  bâtiment     283  2  nonies     • Autres  taxes   • TVS   1010       -­‐ -­‐ -­‐ la   catégorie   des   engrais   comprend   les   -­‐ engrais,   amendements   calcaires,   souffre  et  produits  cupriques   concerne   toutes   les   prestations   de   -­‐ services   affectant   un   immeuble   situé   en   France,   réalisées   par   un   sous-­‐ -­‐ traitant   pour   un   preneur   assujetti,   si   et   seulement   si   les   2   parties   sont   -­‐ établies   en   France,   ou   si   le   preneur   est  établi  à  l’étranger  mais  identifié  à   la  TVA  en  France       concerne   tous   les   véhicules   de   -­‐ tourisme   possédés   par   une   société,   utilisés   en   France,   sauf   si   l’activité   principale   de   l’entreprise   est   la   vente,   location  ou  la  prestation  de  transport   -­‐ -­‐ -­‐ • TGAP  «  air  »   266   sexies   I.2   code   des  douanes   concerne   seulement   la   composante   -­‐ air   à   savoir   les     «  substances   polluantes   émises   dans   l’atmosphère   -­‐ par  certaines  installations  assujetties  »   -­‐ -­‐ • TGAP   «  sur   les   -­‐ carburants  »   266   quindecies   -­‐ code  des  douanes   carburants   concernés  :   SP95,   SP98,   -­‐ gazole,  superéthanol,  ARS   redevables  concernés  :  personnes  qui   -­‐ mettent   à   la   consommation   ces   carburants   TGAP,  nouveaux   -­‐ tarifs  pour  2014   266   nonies   1   code   des  douanes   concerne   toutes   les   composantes   de   -­‐ la   TGAP   sauf   la   composante   carburant   -­‐ • pour   doubler   l’avantage   CIR,   les   docteurs   doivent   être   titulaires   d’un   CDI   et   l’effectif   de   l’entreprise   ne   doit   pas   avoir   diminué   par   rapport   à   N-­‐1  :   à   compter   du   01/01/14,  la  stabilité  de  l’effectif   s’apprécie  au  niveau  du   personnel  de  recherche  et  non  plus  de  l’entreprise   à  compter  du  01/01/14,  ouvrent  droit  au  CIR  les  frais  de   prise   et   de   maintenance   de   brevet   et   COV   (certificats   d’obtention  végétale)  exposées  hors  UE  ou  EEE   crédit   d’impôt   limité   à   la   première   année   du   cycle   de   formation  des  apprentis     crédit   d’impôt   limité   aux   seuls   apprentis   préparant   un   diplôme  <  bac  +2   disposition  transitoire  :  pour  les  apprentis  ne  remplissant   pas   les   conditions   ci-­‐dessus   embauchés   en   2013,   l’entreprise  bénéficie  d’un  crédit  d’impôt  /  2   la  LFR  2012  prévoyait  de  le  diminuer  à  5%  ;  cette  baisse   est  abrogée,  le  taux  reste  à  5.5%  en  2014   le   taux   de   5.5%   est   étendu,   il   s’applique   depuis   le   01/01/14   aux   entrées   cinéma,   importations   d’œuvres   d’art,  travaux  d’amélioration  énergétique,  entre  autres   le  taux  de  2.1%  est  maintenu  pour  les  biens  de  première   nécessité   le  taux  de  7%  est  relevé  à  10%   le  taux  normal  de  19.6%  est  relevé  à  20%   depuis  le  01/01/14,  sont  seuls  soumis  au  taux  de  10%  les   engrais   destinés   à   l’agriculture   biologique  :   les   autres   passent  au  taux  de  20%   le  preneur  doit  liquider  la  taxe  mais  pourra  également  la   déduire  dans  les  conditions  de  droit  commun   entre   en   vigueur   pour   les   contrats   de   sous-­‐traitance   conclus  après  le  01/01/14   création  d’un  mécanisme  de  réaction  rapide:  il  permet  au   Gouvernement   d’appliquer   l’autoliquidation   à   certains   secteurs  pour  lesquels  il  y  a  un  risque  urgent  de  fraude     le  montant  de  la  taxe  est  désormais  déterminé  en  faisant   la   somme   de   2   tarifs  :   le   tarif   applicable   selon   le   taux   d’émission   CO2   ou   puissance   fiscale   +   le   tarif   essence/diesel  («  tarif  carburant  »)   le   nouveau   tarif   carburant   ne   s’applique   pas   aux   véhicules  fonctionnant  exclusivement  à  l’électricité,  mais   il  s’applique  aux  véhicules  hybrides   nouveautés   applicables   depuis   le   1er   octobre   2013   jusqu’au  30  septembre  2014   extension   du   champ   d’application   au  :   plomb,   zinc,   chrome,  cuivre,  nickel,  cadmium,  vanadium     seuils   d’assujettissement   respectifs   en   kg/an  :   200,   200,   100,  100,  50,  10,  10   tarifs  respectifs  en  €/kg  :  10,  5,  20,  5,  100,  500,  5   entrée   en   vigueur   pour   les   émissions   constatées   à   compter  du  01/01/14   le   taux   de   7%   est   maintenu   pour   la   filière   essence,   mais   il   passe  à  7.7%  pour  la  filière  gazole,   nouvelles  modalités  de  minoration  du  taux  de  la  taxe  par   incorporation   de   biocarburants   d’origine   renouvelable  :   certains   seront   pris   en   compte   pour   le   double   de   leur   quantité  réelle  sur  simple  arrêté  des  Ministres  concernés     les   tarifs   sont   revalorisés   selon   le   taux   de   croissance   de   l’indice  des  prix  hors  tabac  de  l’avant  dernière  année   pour   un   taux   de   croissance   de   1.9%   en   2012,   les   tarifs   sont  donc  revalorisés  en  conséquence  pour  2014    
  3. 3. PRINCIPALES  MESURES  FISCALES  2014  POST  DÉCISION  DC  –  FISCALITÉ  DE  L’ENTREPRISE     Mesures  de  contrôle   • Abus  de  droit   L.64   •   -­‐ Déclaration   des   -­‐ schémas   d’opt.   fiscale     • Mise   à   dispo.   de   -­‐ la   comptabilité   analytique   et   des   comptes   -­‐ consolidés   L.13  LPF   -­‐ Procédure   amiable   entre   Etats   L.189  A  LPF   • Enregistrement     • DMTO   sur   les   -­‐ ventes  immo.   1594  D       les   actes   fictifs   de   simulation,   ou   les   -­‐ actes   inspirés   par   un   but   exclusivement   fiscal   sont   inopposables  à  l’administration     dispositif   applicable   à   tous   les   -­‐ conseils  fiscaux     compte   consolidés  :   concerne   toutes   -­‐ les   sociétés   commerciales   qui   contrôlent   de   manière   exclusive   ou   conjointe  une  ou  des  entreprises,     compta   analytique  :   concerne   les   -­‐ entreprises   qui   réalisent   un   CA   >   152,4   M   €   ou   76,2   M   (selon   que   l’activité   est   la   vente   ou   la   prestation   de   services)   ou   celles   dont   le   total   bilan   >   400   M   €   ou   appartiennent   à   un   groupe   dont   l’une   des   sociétés   remplit  l’une  des  conditions  de  seuils   une   procédure   amiable   entre   Etats   -­‐ peut   être   ouverte   en   vertu   d’une   convention   bilatérale  :   elle   permet   normalement   de   suspendre   le   cours   du   délai   d’établissement   de   l’imposition   envisagée   (pour   l’administration,   suspension   du   droit   de   reprise   et   pour   le   contribuable,   suspension   de   la   mise   en   recouvrement)       la   vente   d’immeuble   est   en   principe   -­‐ soumise   à   un   DMTO   et   5.09%,   divisée   en   3   tranches   dont   l’une   revient   au   département,  l’autre  à  l’Etat,  et  l’autre   à  la  commune   -­‐ -­‐ ISF   –   mesures   qui     sont   relatives   aux     managers     -­‐ • Plafonnement   ISF                               la   LF   2014   prévoyait   de   remplacer   le   terme   «  exclusivement  »   par   «  principalement  »  :   dispositif   censuré  par  le  Cons.  cons.   La  LF  2014  prévoyait  l’obligation  pour  les  professionnels   de  déclarer  à  l’administration  les  schémas  d’optimisation   fiscale  :  dispositif  censurée  par  le  Cons.  cons.   la  LF  2014  prévoit  l’obligation  de  tenir  ces  informations  à   la   disposition   de   l’administration   lors   d’un   contrôle   sur   place   organisé   dans   le   cadre   d’une   vérification   de   comptabilité,     la   LF   2014   prévoyait   également   la   sanction   en   cas   de   non   respect   de   ces   obligations  :   l’indexation   de   l’amende   sur   le  CA  de  l’entreprise  :  dispositif  censuré  par  le  Cons.  cons.   la   LF   2014   a   abrogé   cet   article,   qui   ne   s’appliquera   donc   plus   pour   les   procédures   amiables   ouvertes   à   compter   du   01/01/14   la   LF   2014   offre   temporairement   aux   départements   la   faculté   de   relever   le   taux   du   droit   sur   les   ventes   d’immeubles,   pouvant   ainsi   passer   de   3.80%   à   4.50%   maximum   ce   rehaussement   est   facultatif,   au   pouvoir   discrétionnaire   des  conseils  généraux     entrée   en   vigueur   pour   toute   vente   intervenant   entre   le   01/03/14   et   le   29/02/16,   sauf   si   la   délibération   du   conseil  général  est  postérieure  au  31/01/14  :  renseignez   vous  auprès  de  votre  département  sur  les  votes  en  cours       tout  redevable  ISF  peut  bénéficier  du   -­‐ dispositif   de   plafonnement   selon   lequel   le   total   formé   par   IR   +   ISF   ne   doit  pas  excéder  75%  des  revenus  du   redevable   comme   la   LF   2013,   la   LF   2014   prévoyait   de   prendre   en   compte   dans   les   revenus   du   redevable   la   variation   nette   constatée   en   N-­‐1   de   la   valeur   de   rachat   des   bons   /   contrats  d’assurance  vie  et  placements  de  même  nature  :   dispositif  censuré  par  le  Cons.  cons.  

×