Colpocystogramme : technique 
et résultats 
M Zafiropulo 
A Kujas 
34-625-A-10 
R é s u m é. – Le colpocystogramme est une...
34-625-A-10 COLPOCYSTOGRAMME : TECHNIQUE ET RÉSULTATS Radiodiagnostic 
Temps de l’opacification viscérale 
Pratiqué par un...
Radiodiagnostic COLPOCYSTOGRAMME : TECHNIQUE ET RÉSULTATS 34-625-A-10 
appelle position III (la retenue étant la position ...
34-625-A-10 COLPOCYSTOGRAMME : TECHNIQUE ET RÉSULTATS Radiodiagnostic 
On notera que la visualisation de l’urètre, depuis ...
Radiodiagnostic COLPOCYSTOGRAMME : TECHNIQUE ET RÉSULTATS 34-625-A-10 
7 Rectocèle et hystéroptôse périnéale moyenne, col ...
34-625-A-10 COLPOCYSTOGRAMME : TECHNIQUE ET RÉSULTATS Radiodiagnostic 
L’urétrocystographie rétrograde permet, lors de tro...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Colpocystogramme technique et résultats

610 vues

Publié le

Colpocystogramme technique et résultats

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
610
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Colpocystogramme technique et résultats

  1. 1. Colpocystogramme : technique et résultats M Zafiropulo A Kujas 34-625-A-10 R é s u m é. – Le colpocystogramme est une exploration radiologique dynamique des viscères pelvipérinéaux et du plancher pelvien, montrant les étroites connexions entre le bas appareil urinaire, le vagin et l’ampoule rectale sous l’effet dynamique de la contraction des releveurs et de la poussée abdominale. Cet examen est parfaitement reproductible, non lié à l’opérateur et peu invasif pour les patientes. Comparé à d’autres techniques, telles que l’échographie ou la résonance magnétique nucléaire, le colpocystogramme visualise les changements de position des organes sous l’action des muscles du périnée et des muscles abdominaux, en station debout. En bilan préopératoire, il permet de ne passer à côté d’aucun élément masqué ou atténué et de traiter la statique pelvienne dans son ensemble. On peut ainsi mettre en évidence des ptoses verticales des viscères, de diagnostic clinique parfois difficile, et préciser au mieux les prolapsus postérieurs (rectocèles et élytrocèles.) Mais son indication principale actuelle reste les échecs et les récidives postchirurgicales ; il permet de poser l’indication d’une reprise chirurgicale, d’en prévoir la voie d’abord et la technique à employer. Introduction Mis au point en France en 1963 par Bethoux, le colpocystogramme (CCG) est une exploration radiologique dynamique, qui visualise en même temps : le bas appareil urinaire, le vagin et l’ampoule rectale, montrant leurs évolutions entre deux contractions musculaires opposées que sont : la retenue, contraction des releveurs, la poussée, contraction des abdominaux. Cet examen est extrêmement bien toléré en raison de la petite quantité de produit de contraste utilisée (50 mL dans la vessie et l’ampoule rectale). Il montre avec une grande évidence la solidarité du combiné viscéral dans ses déplacements dynamiques tant physiologiques que pathologiques. Il permet ainsi de faire un bilan anatomique complet, véritable « carte de géographie » personnalisée, pouvant être jointe au dossier de la patiente. Les indications essentielles de cette exploration radiologique sont les prolapsus génito-urinaires et les troubles fonctionnels qui en découlent. Marilyne Zafiropulo : Attachée consultant des hôpitaux de Paris, assistante du service de chirurgie viscérale et gynécologique du Dr Richard Villet. Albert Kujas : Chef du service de radiologie. Hôpital des Diaconesses, 18, rue du Sergent-Bauchat, 75571 Paris cedex 12, France. Toute référence à cet article doit porter la mention : Zafiropulo M, Kujas A. Colpocystogramme : technique et résultats. Encycl Méd Chir (Elsevier, Paris), Radiodiagnostic – Urologie-Gynécologie, 34-625-A-10, 1998, 6 p Technique Matériel et produits Cet examen, ni traumatisant ni douloureux pour la patiente, ne nécessite qu’un matériel d’usage courant. Il est de réalisation facile et rapide dans tout centre de radiologie. Une prescription est adressée à la patiente qui doit se présenter avec : – flacons de Télébrixt 30 Méglumine (30 mL) ; – tube de Microtrastt 150 ou de Baryxinet crème ; – seringues-cathéter (60 mL) à embout conique. Instrumentation : – un spéculum de Collin ; – une pince longuette ; – une sonde vésicale ; – une seringue remplie de 60 mL de Télébrixt ; – une seringue remplie de Microtrastt ; – une cupule contenant un mélange pâteux : Microtrastt et sulfate de baryum ; – une seringue de 5 mL remplie d’une crème fluide décontaminée de sulfate de baryum. La crème fluide servant à opacifier l’urètre et le canal anal est préparée par le centre de radiologie à partir d’une poudre de sulfate de baryum décontaminée, mélangée à de l’eau distillée. Pour l’opacification vaginale, le Microtrastt peut être rendu plus épais par l’adjonction de cette poudre. L’examen comprend trois temps. © Elsevier, Paris ENCYCLOPÉDIE MÉDICO-CHIRURGICALE 34-625-A-10
  2. 2. 34-625-A-10 COLPOCYSTOGRAMME : TECHNIQUE ET RÉSULTATS Radiodiagnostic Temps de l’opacification viscérale Pratiqué par un radiologue ou un gynécologue, ce temps est extrêmement rapide, facile et indolore pour la patiente qui est placée en position gynécologique sur la table de radiologie horizontalisée. Les principes de l’hystérographie sont appliqués à cet examen qui doit être pratiqué en dehors des règles, en l’absence de grossesse et d’infection génitale ou urinaire. – Sondage vésical avec évacuation d’un éventuel résidu, puis injection de 50 mL d’un produit de contraste hydrosoluble dans la vessie. – Mise en place du spéculum et badigeonnage des parois vaginales, des culs-de-sac cervicovaginaux et du pont anovulvaire avec le mélange pâteux de Microtrastt et de sulfate de baryum. – Injection de 50 mL de Microtrastt dans l’ampoule rectale. – Opacification de l’urètre d’abord, puis du canal anal avec les 5 mLde crème décontaminée au sulfate de baryum. On notera que l’embout de la petite seringue est placé directement au niveau du méat urétral, puis de l’anus. Nous rappelons que cette injection directe de crème fluide stérile dans l’urètre est la seule technique permettant de voir l’urètre sur tout son trajet, sans aucun artefact de comportement (comme le provoquaient les chaînettes ou repères métalliques), pouvant diagnostiquer des anomalies telles que rétrécissement, diverticule et même fistule, en dehors bien sûr de la miction. Techniques d’imagerie La patiente préparée est placée en position debout, de profil. Le centrage se fait sur les grands trochanters ; il faut englober dans le champ la symphyse pubienne et le coccyx. Les têtes fémorales doivent être superposées. On utilise la haute tension (110 à 120 kV), ce qui permet des temps de pose courts avec un débit d’environ 200 à 250 mA et une distance focale classique de 110 cm. Il peut être utile d’interposer dans le faisceau de rayons X un filtre d’aluminium afin de rendre les contrastes plus homogènes. En fonction de l’appareillage dont on dispose, les informations seront recueillies soit classiquement, en technique conventionnelle sur des films de format 30 ´ 40 cm, soit en technique numérisée ; celle-ci permet une présentation plus aisée des documents et également un traitement ultérieur, notamment pour parfaire le contraste de l’image. La partie manipulation proprement dite est considérablement améliorée par cette dernière technique (absence de cassette, saisie instantanée de l’image visualisée sur l’écran de scopie). Enfin, un couplage magnétoscopique est réalisable pour une étude cinétique des composants pelviens en station debout. Deux clichés sont pris successivement, l’un en retenue maximale (contraction des releveurs, on demande à la patiente de « serrer les fesses »), l’autre en poussée maximale (relâchement des releveurs et contraction abdominale, pour évacuer le lavement rectal). Temps de la construction du diagramme Le diagramme est réalisé en décalquant sur un papier transparent les contours du cadre osseux pelvien : symphyse pubienne, sacrum et coccyx, puis les contours des viscères en retenue et en poussée, avec des colorations différentes pour chaque organe et chaque position. Ce diagramme, non obligatoire pour l’interprétation, constitue néanmoins une véritable « carte de géographie » personnalisée, pouvant être jointe au dossier de la patiente. Interprétation et résultats normaux La réalisation de cet examen chez des volontaires indemnes a permis de définir une cinétique physiologique des viscères pelviens. Étude synthétique : rapports viscéraux Étroitement solidaires dans leurs déplacements, vessie, col utérin, moitié supérieure du vagin et ampoule rectale constituent un véritable « combiné viscéral » (fig 1). Sous l’effet de la contraction des releveurs, ce « combiné viscéral » se déplace vers l’avant et le haut. Lors de la poussée abdominale, il se déplace vers le bas et l’arrière. Au repos la position est intermédiaire. La marque d’insertion du faisceau puborectal des releveurs sur les organes du combiné viscéral forme, lors de la contraction, les trois caps viscéraux : vésico-urétral, vaginal et anorectal. Le col vésical et le col utérin évoluent parallèlement dans l’excavation pelvienne, sensiblement à la même hauteur, le premier en avant, le second en arrière du cap anorectal. En effort de poussée, ils restent tous deux au-dessus de l’horizontale tracée entre le bord inférieur du pubis et la pointe du coccyx. Le vagin et le col utérin restent plaqués contre la face antérieure de l’image rectale fermant ainsi l’espace du cul-de-sac de Douglas en poussée. Enfin, l’urètre évolue parallèlement à la moitié inférieure du vagin. Ainsi, l’étude analytique puis synthétique du CCG normal puis pathologique a permis de faire des déductions anatomofonctionnelles sur les éléments de soutènement et de suspension des viscères pelviens et sur leurs points faibles. Colpocystogramme pathologique Le CCG permet de décrire sur les mêmes clichés les anomalies positionnelles du bas appareil urinaire, de l’appareil génital, de l’ampoule rectale et du cul-de-sac de Douglas. Il n’est pas rare qu’un élément prolabé de façon importante masque un autre élément. Dans ces cas, le radiologue peut faire une variante technique du CCG que l’on 1 Diagramme normal. Radio-graphies en retenue et en poussée. page 2
  3. 3. Radiodiagnostic COLPOCYSTOGRAMME : TECHNIQUE ET RÉSULTATS 34-625-A-10 appelle position III (la retenue étant la position I, la poussée la position II) et qui consiste en un troisième cliché pris en poussée, mais en refoulant à l’aide d’une pince longuette montée en tampon, l’élément prolabé dominant. Les lésions peuvent s’observer au niveau de l’étage antérieur, de l’étage moyen et de l’étage postérieur. Étage antérieur Positionnements anormaux du bas appareil urinaire : base vésicale et urètre. Le CCG a permis de montrer trois images distinctes de la région cervicotrigonale. Cystocèle avec coudure urétrale (fig 2) La cystocèle, de diagnostic clinique facile, répond à une convexité de la portion inférieure de l’image vésicale faisant bomber la paroi vaginale antérieure dans la direction de la vulve. Elle peut n’exister que lors de la poussée, lorsque les muscles releveurs sont encore fonctionnels, ou être déjà présente lors de la retenue et atteindre parfois un volume très important, avec au maximum une extériorisation complète de la vessie. La cystocèle est dans la grande majorité des cas accompagnée d’une cervicocystoptôse, avec déplacement global de l’image vésicale dont le col descend parfois très en dessous du bord inférieur de la symphyse pubienne, l’urètre est alors coudé. Plus rarement, et surtout après chirurgie, la cystocèle peut se faire en arrière du col vésical, qui reste à l’aplomb de la symphyse pubienne. Cervicocystoptôse avec horizontalisation urétrale (fig 3) Il s’agit de la chute isolée du col vésical, pouvant s’associer à une cystocèle intravaginale plus ou moins marquée. Liée à un déficit du système ligamentaire suspensif postérieur, la vessie reste mobile entre retenue et poussée, traduisant la conservation du pouvoir contractile des releveurs et correspondant à une hypermobilité du col vésical. Dans le cas d’une patiente jamais opérée, le diagnostic clinique de cervicocystoptôse se fait par la mise en évidence de l’incontinence en jet concomitante d’un effort de toux, et surtout par sa correction en repositionnant le col vésical dans l’enceinte abdominale : c’est la manoeuvre clinique de Bonney, facile pour une patiente examinable sans gros prolapsus associé et dont l’incontinence urinaire est mise en évidence en position allongée. Vésicalisation urétrale avec verticalisation urétrale (fig 4) Il s’agit là d’un aspect infundibulaire du col vésical, avec disparition lors de la retenue, de l’angle urétrovésical. En poussée, le col vésical s’ouvre comme lors d’une miction physiologique et l’image vésicale est au contraire figée entre les deux radiographies. 2 Cystocèle et coudure urétrale (radiographie en poussée). 3 Cervicocystoptôse et horizontalisation urétrale (radiographie en poussée). 4 Vésicalisation urétrale (radiographie en poussée). page 3
  4. 4. 34-625-A-10 COLPOCYSTOGRAMME : TECHNIQUE ET RÉSULTATS Radiodiagnostic On notera que la visualisation de l’urètre, depuis le méat urétral jusqu’au col vésical, permet de mettre en évidence parfois des diverticules urétraux (fig 5). Étage moyen L’hystérocèle, de diagnostic clinique évident, n’a pu se constituer qu’après désaxation du corps utérin qui se retrouve dans l’axe du vagin. Physiologiquement, l’antéversion, flexion du corps utérin, fait que les forces de poussée abdominale s’exercent en arrière sur le raphé anococcygien. De même qu’il existe des cervicocystoptôses sans cystocèle, il existe des hystéroptôses sans désaxation utérine, que l’on ne peut diagnostiquer cliniquement. Sur le CCG on comprend parfaitement la symptomatologie clinique alléguée, faite de pesanteurs périnéales à prédominance postérieure. Le vagin est presque horizontalisé, le col utérin appuie sur l’ampoule rectale et il existe un cul-de-sac de Douglas profond. Dans sa technique princeps, Bethoux plaçait un repère métallique dans la cavité utérine afin d’en suivre exactement le déplacement. Nous avons abandonné ce temps douloureux pour les patientes et convenons qu’un badigeonnage vaginal complet, à l’aide d’une crème barytée, sur toute la longueur du vagin, y compris les culs-de-sac vaginaux, permet de suivre l’évolution de l’utérus. Enfin un stérilet repère parfois la cavité utérine. Le vocabulaire employé : – hystérocèle et hystéroptôse ; – trachélocèle et trachéloptôse (col utérin restant) ; – colpocèle et colpoptôse fundique (fond vaginal restant). Étage postérieur Deux éléments peuvent habiter une colpocèle postérieure : la rectocèle et l’élytrocèle, dont le diagnostic clinique n’est pas toujours aisé (fig 6, 7). De plus, il est important de considérer les éléments suivants : la distance anovulvaire, la descente du périnée, le noyau fibreux central du périnée, les prolapsus rectaux, la tonicité du sphincter anal. Ainsi l’on peut différencier les rectocèles basses qui, le plus souvent, accompagnent un prolapsus génito-urinaire, des rectocèles hautes, avec dyschésie, lorsque le périnée reste tonique. De plus, nous rappelons que les colpocèles postérieures peuvent masquer un prolapsus antérieur latent, mis en évidence lors de la position III, où la colpocèle postérieure est refoulée à l’aide d’une pince longuette montée en tampon. L’élytrocèle se traduit par un décollement de la paroi vaginale postérieure et de la paroi rectale antérieure. L’image peut n’exister qu’à la poussée mais dans les élytrocèles plus importantes, on constate ce « vide » entre le vagin et le rectum même en retenue. Échecs et récidives Devant un prolapsus récidivé, la récupération des comptes-rendus opératoires et l’analyse rétrospective de la sémiologie initiale sont fondamentales puisqu’elles permettront de distinguer : – les récidives par erreur tactique, les plus fréquentes, où l’une des composantes du prolapsus a été négligée ; – les récidives par erreur technique, où l’intervention a été mal exécutée. Ces deux formes récidivent assez rapidement. Les récidives tardives, plus de 10 ans après la première intervention, montrent la poursuite du processus de dégradation tissulaire. Les récidives constituent la principale indication du CCG qui apporte là un maximum de renseignements. Il existe une grande variété de cas cliniques, nous allons décrire les plus fréquemment rencontrés. Anomalies du bas appareil urinaire Dans le cas de patientes déjà opérées, il est indispensable de situer radiologiquement la région cervicotrigonale, afin de mieux comprendre l’origine des troubles urinaires en présence, comprenant souvent de manière intriquée : incontinence urinaire persistante ou apparue depuis le geste chirurgical, mictions impérieuses, pollakiurie et dysurie. Insuffisance de cervicocystopexie Quelle que soit la technique chirurgicale employée, le soutènement et/ou la fixation du col vésical sont les temps essentiels de la cure de l’incontinence urinaire d’effort. Le CCG diagnostique très facilement 5 Diverticule urétral et vésicalisation urétrale. 6 Élytrocèle et rectocèle (radiographie en poussée). page 4
  5. 5. Radiodiagnostic COLPOCYSTOGRAMME : TECHNIQUE ET RÉSULTATS 34-625-A-10 7 Rectocèle et hystéroptôse périnéale moyenne, col vésical fixé et base vésicale insuffisamment épaulée. 8 Persistance d’un prolapsus de l’étage moyen et postérieur après cervicocystopexie (radiographie en poussée). des anomalies de position de la région cervicotrigonale : cervicocystoptôse persistante, vésicalisation urétrale avec base vésicale souvent très haut fixée par une promontofixation. Lors de la radiographie en poussée, la fuite urinaire est souvent patente, visualisée par la baisse du niveau de produit de contraste intravésical. Insuffisance de soutènement vésical (distorsions cervicotrigonales) (fig 7) Inversement, la cervicocystopexie peut être correctement positionnée, mais il existe une insuffisance de soutènement de la base vésicale. Le CCG montre une récidive de cystocèle, plus ou moins marquée, lors du cliché en poussée (position II) et une fixation rigide rétropubienne du col vésical. Malposition d’une fronde (trop haut ou trop bas située) La fronde (ou « l’effet fronde ») peut ne pas être située exactement au niveau de la jonction urétrale. Si elle est placée trop bas, on observe lors de la position II, une coudure postérieure de l’urètre. Si elle est placée trop haut, à l’aplomb du trigone, on objective une « encoche trigonale », et l’urètre sous-jacent est verticalisé et hypotonique. Persistance d’un élément de prolapsus (fig 7, 8) La persistance d’un prolapsus utérin négligé ou insuffisamment traité, après cure d’un prolapsus vésical, en est l’exemple le plus fréquemment rencontré. Bien sûr, il faudra faire une confrontation anatomique et fonctionnelle avec les paramètres d’un bilan urodynamique, mais il faut préciser que le CCG est un examen dynamique qui met en évidence des fuites urinaires patentes au cours de l’effort de poussée abdominale et montre parfaitement la contraction des muscles releveurs, s’ils ont gardé leur pouvoir contractile. Prolapsus démasqués L’exemple type est un prolapsus de tout le combiné viscéral où seul le prolapsus vésical a été traité. La majoration d’un prolapsus postérieur (rectocèle ou élytrocèle) se rencontre fréquemment après cervicocystopexie avec ou sans bandelette antérieure et promontofixation ou après cervicocystopexie avec hystérectomie (fig 6). Fistules Le diagnostic des fistules est fait, le plus souvent, au cours de l’examen clinique, mais il peut l’être également au cours de l’examen radiologique. On peut diagnostiquer des fistules vésicovaginales ou urétrovaginales. Enfin, on peut rencontrer un aspect totalement figé du combiné viscéral avec superposition des positions I et II par des actes chirurgicaux réitérés. Indications du colpocystogramme Patiente jamais opérée Il ne fait que confirmer l’examen clinique du chirurgien, permettant de ne passer à côté d’aucun élément masqué ou atténué et de traiter la statique pelvienne dans son ensemble. Devant un prolapsus postérieur prédominant, le CCG permet de faire le diagnostic différentiel entre les différents types de rectocèles et l’élytrocèle. En cas de difficulté de l’examen clinique, étroitesse vaginale ou patiente peu coopérante, ou en cas de discordance entre les signes fonctionnels et les constatations cliniques, le CCG est utile. En cas de prolapsus posthystérectomie où l’inventaire des éléments prolabés dans une colpoptôse fundique est parfois trompeur, le CCG peut également rendre service. Patiente déjà opérée LeCCGmet en lumière les éléments fixés et les distorsions anatomiques apparues. Il permet de poser au mieux l’indication d’une éventuelle reprise chirurgicale et surtout d’en prévoir la voie d’abord et la technique à employer. Mais les récidives demandent une parfaite confrontation anatomique et fonctionnelle, et l’on doit se souvenir que l’on ne traite pas des « images » mais bien des troubles fonctionnels, qu’ils soient urinaires, génitaux ou rectaux. Colpocystogramme face aux autres explorations morphologiques Explorations du bas appareil urinaire L’urographie intraveineuse visualise parfaitement la vessie et l’urètre, mais uniquement lors de la miction. Cet examen nous paraît surtout intéressant lorsque l’on veut visualiser également le haut appareil urinaire et le trajet des uretères. 7 8 page 5
  6. 6. 34-625-A-10 COLPOCYSTOGRAMME : TECHNIQUE ET RÉSULTATS Radiodiagnostic L’urétrocystographie rétrograde permet, lors de troubles urinaires isolés, de visualiser le comportement du col vésical pendant la miction. L’échographie urétrovésicale, réalisée avec un remplissage vésical d’environ 250 mLet une sonde sectorielle de 5MHzplacée sous le méat urétral, permet de situer la position du col vésical et de l’urètre. Les images sont prises au repos, en retenue et à la poussée. Le repère osseux anatomique est la symphyse pubienne. On peut lui préférer l’échographie endovaginale linéaire à 7,5 MHz, permettant les mesures de la longueur urétrale totale et de la descente et de la béance du col lors d’un effort de toux maximal. Explorations rectales La rectographie dynamique, ou défécographie, permet d’étudier les fonctions de continence et d’évacuation du rectum et du canal anal. Cet examen est très différent du CCG par sa technique de réalisation (patiente assise, volume plus important d’une baryte rectale solide). Il explore une fonction physiologique, la défécation, et ne cherche donc pas à mettre en évidence les dégradations périnéales lors des efforts de poussée abdominale. Coupler les deux examens nous semble donc difficile et illogique. En ce qui concerne l’imagerie par résonance magnétique, des études de la cinétique pelvienne sont en cours d’évaluation et les résultats apparaissent encourageants ; les trois plans de l’espace peuvent être étudiés au cours des différentes manoeuvres demandées à la patiente. Les forces de gravité, si vraiment elles jouent un rôle dans les domaines d’étude du CCG, ne peuvent être prises en considération en raison du décubitus lors de l’examen par résonance magnétique. Enfin, son coût est actuellement nettement plus élevé que celui d’un CCG réalisé selon les techniques habituelles. • • • La colpocystorectographie dynamique est une exploration radiologique réalisée après visualisation des organes pelviens par des produits de contraste radio-opaque. Cet examen est parfaitement reproductible, non opérateur dépendant, peu traumatisant pour les patientes. Il a permis, à son origine, une meilleure compréhension des mécanismes physiopathologiques des prolapsus vaginaux, puis avec l’évolution des techniques chirurgicales, de rendre compte tant des succès que des échecs des différentes interventions. Explorant globalement les trois organes pelvipérinéaux, il a prouvé l’étroite solidarité de leurs déplacements physiologique et pathologique et a contribué au développement du concept de « spécialité du périnée ». Mais cet examen, essentiellement morphologique, doit être confronté aux explorations fonctionnelles manométriques, car la correction anatomique des prolapsus vaginaux doit être faite en respectant les fonctions urinaire et rectale de continence mais aussi d’évacuation. Références [1] Bethoux A, Bory S, Hughier M. Radio-cinétique viscérale pelvienne, le colpocystogramme. Encycl Med Chir (Elsevier, Paris), Radiodiagnostic-Urologie-gynécologie, 34-630-A-10, 1967 [2] Brubaker L, Retsky S, Smith C, Saclarides T. Pelvic floor evaluation with dynamic fluoroscopy. Obstet Gynecol 1993 ; 82 : 1-6 [3] Jeffcoate TN, Roberts H. Uretro-cystography in the female. J Fac Radiol London 1958 ; 9 : 127-134 [4] Khoury S, Buzelin JM, Richard F, Susset J. Physiologie et pathologie de la dynamique des voies urinaires. Paris : FIIS, 1987 : 279-283 [5] Kujas A, Coussement A, Villet R. Imagerie dynamique des troubles pelvi-périnéaux de la femme. Paris : Vigot, 1998 : 19-30 [6] Villet R, Buzelin JM, Lazorthes F. Les troubles de la stati-que pelvi-périnéale de la femme. Paris : Vigot, 1995 : 71- 73, 128-129 [7] Zafiropulo M. À propos de la technique, de la lecture et des indications du colpocystogramme. [thèse]. Paris, 1977 [8] Zafiropulo M, Juras J, Bourcier A, Scali P. Les explorations complémentaires dans les prolapsus vaginaux. Société française de gynécologie, 12-14 mai 1983, Caen. Paris : Masson, 1983 : 371-384 page 6

×