SlideShare is now on Android. 15 million presentations at your fingertips.  Get the app

×
  • Partagez
  • E-mail
  • Intégrer
  • J'aime
  • Télécharger
  • Contenu privé
 

Restitution veille sur les portails de bibliotheque

par Bibliothécaire systèmes sur SCD - Université Rennes 2 on Feb 04, 2010

  • 6,652 vues

 

Statistiques

Vues

Total des vues
6,652
Vues sur SlideShare
4,031
Vues externes
2,621

Actions

J'aime
11
Téléchargements
93
Commentaires
3

4 Ajouts 2,621

http://www.scoop.it 2600
http://www.slideshare.net 10
http://univ.cf2.l3cp.gutenberg2-platform.com 8
http://1636976071.nvmodules.netvibes.com 3

Accessibilité

Catégories

Détails de l'import

Importé via SlideShare au format Adobe PDF

Droits d'utilisation

Attribution CC-Non commerciale-Licence ShareAlikeAttribution CC-Non commerciale-Licence ShareAlikeAttribution CC-Non commerciale-Licence ShareAlike

Report content

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Select your reason for flagging this presentation as inappropriate.

Annuler

13 sur 3 précédent suivant Publier un commentaire

  • amarois alain marois, Résponsable de collections, formateur veilleur at Université Lumières Lyon 2 @bibliogum : 'les solutions qui fonctionnent sont assez faciles à identifier'...euh, oui, 'c'est pas faut'.

    Mais alors on doit conclure que bizarrement beaucoup de projets n'aboutissent pas par mettre en place des services basés sur ces 'solutions'; et que les personnes en charge de ces projets ne communiquent pas leurs conclusions puisque quoiqu'on en dise un gap énorme existe entre la plupart des portails actuels et les solutions identifiées (ex : états unis ou quelques bu en avance françaises / la plupart des portails de bib. français) et que l’on trouve guerre de documents « très très utile » sur ces projets. Comment expliquer ça ?
    Des explications 'identifiées' ?

    Mon avis très personnel sur les causes que j'identifie :
    1. manque de veille (pourtant il est facile d'identifier 'les solutions qui fonctionnent'), et de culture de remise en cause dans la profession, quoiqu'on en dise
    2. entre les solutions soit disant identifiées et le passage à l'acte, un manque de souplesse dans la mise en place des projets (on est loin du 'agile development'); pas de travail sur maquettes/prototypes; sériation des étapes excessives, pas de diffusion des bonnes pratiques au sein des équipes pour que les personnes concernées...se sentent concernées et que le projet parte sur un socle commun, une culture commune, pas de collaboration entre intervenants alors que les 'solutions identifiées' se veulent répondre à des usages 'collaboratifs' et '2.0', pas de diffusion des documents projets vers l'extérieur pour obtenir de retour de la communauté comme le fait ici jsicot,..les maux sont légion et pour le coup facilement identifiables !

    Mon propos énervé est simple : les projets de portail / mise à jour de site web de bib. n'aboutissent pas la plupart du temps à quelque chose de satisfaisant (ou quelque chose tout court) parce que les sites web de bib sont le reflet des équipes de bibliothèque et que les membres des équipes sont pour la plupart encore très éloignées de la culture numérique.
    Une grosse part du travail de gestion de ces projets consiste a amener ces membres d'équipe 1. à collaborer autrement qu'en corrigeant des fichiers word envoyés par mail (un exemple parmi d'autre) 2. à s'intéresser vraiment à ce qu'est un portail et ce que sont les nouveaux usages numériques 3. a remettre en cause leur place et leur rôle en tant que professionnel (si l’on fait un nouveau portail / site, c’est pour apporter de la nouveauté, rendre de nouveaux services, bref, changer).
    Il est toujours difficile de reprendre un système défaillant, certes, mais cela serait beaucoup plus simple dans certaines conditions (voir plus haut).
    Il y a 4 ans
    Êtes-vous sûr de vouloir
    Votre message apparaîtra ici
    Traitement...
  • bibliogum laurent lhuillier, - at - Très très utile : @amarois évidemment les solutions qui fonctionnent sont assez faciles à identifier. Il est plus difficile de changer un système qui est 'défaillant' donc de remettre en cause des choix qui ont été fait par le passé. Il y a 4 ans
    Êtes-vous sûr de vouloir
    Votre message apparaîtra ici
    Traitement...
  • amarois alain marois, Résponsable de collections, formateur veilleur at Université Lumières Lyon 2 Super Julien. Beau, clair, épuré.
    Je vois que les choses font plus que se préciser.
    Merci pour la mise en perspective 'Que voulons nous ?' et l'intro Drupal.

    Ici, en plus des 5 grands 'encarts' finalement identifiés (après 1 an et demi d'analyse pour finalement retomber sur les classiques - si ça c'est pas du temps de perdu) ils ont absolument voulu leur encart 'Activité culturelle'...bien entendu pour mettre en avant ce type d'actions de la bibliothèque.
    Les vieux travers ressortent dès qu'il s'agît de passer à quelque chose de tangible : créer une rubrique de toute pièce pour un contenu identifié et pensé comme isolé et la promouvoir directement sur la page d'accueil au lieu de garder en tête l'intérêt des usagers, le pourquoi de la structuration d'une page d'accueil et chercher à interconnecter les contenus et services au delà d'une simple mise en ligne. Pff, ça me déprime.

    D'où l'importance des questionnements et grands principes à garder comme fils rouges.
    Il y a 4 ans
    Êtes-vous sûr de vouloir
    Votre message apparaîtra ici
    Traitement...
Poster un commentaire
Modifier votre commentaire

Restitution veille sur les portails de bibliotheque Restitution veille sur les portails de bibliotheque Presentation Transcript