le scoring au marketing
Orange France
conférence PAPI’s Connect
Claude Riwan
21 mai 2015
 vous avez dit « score » ?
 les usages du scoring au marketing Orange France
 un peu de méthodologie
 et demain ?
somm...
vous avez dit « score » ?
un score, à quoi ça sert ?
 à prédire l’occurrence d’événements, tels que la
souscription d’une offre par un client ou so...
un score, comment ça fonctionne ?
 détection et combinaison des variables statistiquement
explicatives du phénomène étudi...
les usages
les scores au marketing Orange France
 413 séries de notes de scores sont produites mensuellement
(environ 1,6 milliard d...
les usages
 ciblage proactif sur les canaux phoning, print, emailing, SMS
 marquage pour réactif
reroutage direct des ap...
les usages
 push pour clients mobile en services clients, en point de vente,
sur l’espace client, aux USSD et SVI (serveu...
un peu de méthodologie
1 On s’appuie sur les données d’avant-hier pour construire une formule
de score qui aurait prédit au mieux le churn d’hier...
données d’apprentissage
churn observé
modélisation
notes de fragilité
données de recalcul des notes
application
formule
fo...
données d’apprentissage
churn observé
modélisation
notes de fragilité
données de recalcul des notes
application
formule pr...
données de recalcul des notes
application
formule prévision du churn
churn observé
suivi
données de recalcul des notes
app...
pour aller un peu plus loin…
 sous-profils des top scores
Dans la très grande majorité des cas, les clients top scorés ne...
et demain ?
perspectives… Big Data
 Généralement quelques dizaines de variables sont candidates en standard
pour un modèle (small dat...
merci de votre attention
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

(French) Le scoring au marketing à Orange France - by Claude Riwan - PAPIs Connect

844 vues

Publié le

(French) Le scoring au marketing à Orange France

by Claude Riwan

Publié dans : Données & analyses
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
844
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
34
Actions
Partages
0
Téléchargements
23
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

(French) Le scoring au marketing à Orange France - by Claude Riwan - PAPIs Connect

  1. 1. le scoring au marketing Orange France conférence PAPI’s Connect Claude Riwan 21 mai 2015
  2. 2.  vous avez dit « score » ?  les usages du scoring au marketing Orange France  un peu de méthodologie  et demain ? sommaire
  3. 3. vous avez dit « score » ?
  4. 4. un score, à quoi ça sert ?  à prédire l’occurrence d’événements, tels que la souscription d’une offre par un client ou son degré de fragilité.  à estimer des informations manquantes dans le SI pour le client, comme l’âge, la composition familiale, la CSP, la détention d’équipements concurrents ou les centres d’intérêt… notamment pour adresser des messages personnalisés aux clients.  afin d’augmenter l’efficacité des actions tout en réduisant les coûts
  5. 5. un score, comment ça fonctionne ?  détection et combinaison des variables statistiquement explicatives du phénomène étudié (modélisation de la formule de score).  attribution de notes individuelles de score selon la probabilité d’occurrence du phénomène (calcul des notes mensuelles de scores des clients par application des données clients récentes à la formule de score)  le score sert à classer le fichier par probabilité décroissante d’occurrence du phénomène client score A score B score C score D score E 00001 00002 00013 00066 00085 00056 00002 00008 00056 00013 00066 00085 00003 00007 00034 00009 00024 00057 00004 00021 00056 00013 00066 00085 00005 00038 00001 00004 00015 00036 00006 00020 00056 00013 00066 00085 00007 00038 00002 00039 00035 00028 00008 00020 00056 00013 00066 00085 00009 00038 00010 00003 00003 00007 00010 00024 00056 00013 00066 00085 00011 00040 00010 00004 00013 00013 00012 00025 00056 00013 00066 00085 00013 00040 00010 00010 00006 00004 00014 00025 00056 00013 00066 00085 00015 00040 00011 00010 00007 00009 00016 00026 00056 00013 00066 00085 00017 00041 00011 00011 00010 00008 00018 00026 00056 00013 00066 00085 00019 00041 00011 00011 00011 00008 00020 00026 00056 00013 00066 00085 00021 00041 00011 00011 00011 00010
  6. 6. les usages
  7. 7. les scores au marketing Orange France  413 séries de notes de scores sont produites mensuellement (environ 1,6 milliard de notes).  Ces scores couvrent 7 univers (internet, fibre, 4-play, mobile, fixe, foyers, prospects) exemples : . score d’appétence à une offre concurrente . score de fragilité des clients fibre  500 autres séries de notes de scores de qualification ou d’intérêt sont également calculées semestriellement. exemples : . estimation de la détention d’équipement concurrent . intérêt estimé pour la chaîne TV Eurosport
  8. 8. les usages  ciblage proactif sur les canaux phoning, print, emailing, SMS  marquage pour réactif reroutage direct des appels entrants des clients scorés fragiles aux services clients vers le front prevenance exemples de scores Broad Band utilisés lors des campagnes 2014 :  fragilité, appétence aux bouquets TV, appétence aux videos on demand, appétence au parrainage, appétence à la montée en gamme 4-play  70 scores ont été utilisés en proactif (10% des campagnes appuyées sur des scores) 
  9. 9. les usages  push pour clients mobile en services clients, en point de vente, sur l’espace client, aux USSD et SVI (serveur vocal interactif)  push pour clients 4-play sur device mobile  push pour clients Broad Band en service client, en point de vente, sur la TV, sur le portail et la boutique online  marquage pour réactif push d’offres  connaissance client  qualification des bases  détention de mobile concurrent, descriptif foyer, intérêts thématiques  scores exploratoires (sans autre vocation qu’analytique)  clients injoignables, utilisateurs du service Cineday  inputs pour les autres scores  les notes des scores du mois m-1 sont candidates aux modèles du mois m  intérêt estimé pour le sport  appétence à une chaîne Sport
  10. 10. un peu de méthodologie
  11. 11. 1 On s’appuie sur les données d’avant-hier pour construire une formule de score qui aurait prédit au mieux le churn d’hier données d’apprentissage churn observé modélisation notes de fragilité formule 1 un score, ça vit comment ? exemple d’un score prédictif du churn
  12. 12. données d’apprentissage churn observé modélisation notes de fragilité données de recalcul des notes application formule formule prévision du churn 2 2 On applique les données d’aujourd’hui pour prédire demain un score, ça vit comment ? exemple d’un score prédictif du churn
  13. 13. données d’apprentissage churn observé modélisation notes de fragilité données de recalcul des notes application formule prévision du churn churn observé suivi 3 3 On rapproche la prévision faite avant–hier pour la période d’hier avec le churn effectif d’hier formule un score, ça vit comment ? exemple d’un score prédictif du churn application
  14. 14. données de recalcul des notes application formule prévision du churn churn observé suivi données de recalcul des notes application formule prévision du churn churn observé suivi 4 5 données d’apprentissage churn observé modélisation notes de fragilité formule 4 Chaque mois, on recalcule les notes et on suit les performances5 un score, ça vit comment ? exemple d’un score prédictif du churn
  15. 15. pour aller un peu plus loin…  sous-profils des top scores Dans la très grande majorité des cas, les clients top scorés ne présentent pas le profil moyen du modèle, mais sont regroupés en trois ou quatre sous-profils différenciés. Par clusterisation des top scores, on met en évidence ces familles et on peut ainsi adopter une posture commerciale différenciée.  scoring de l’uplift Les clients ciblés par un score d’appétence souscrivent plus que les autres lors d’une campagne, mais le groupe témoin (les appétents non adressés) a souvent également un taux de prise significatif. Pour concentrer les moyens sur les clients appétents qui ne prendraient pas sans la campagne on construit un modèle uplift qui combine un modèle d’apprentissage de la campagne (qui a pris lors de la campagne?) et un modèle d’apprentissage de l’appétence naturelle (qui a pris hors campagne?)  fast learning Actuellement, nos datamarts sont alimentés mensuellement. Nous modélisons donc sur des données froides et recalculons les notes de scores mensuellement. Les évolutions de notre CRM pourront nous permettre d’utiliser des données chaudes (données de contexte) et de recalculer de façon dynamique les messages adressés aux clients.
  16. 16. et demain ?
  17. 17. perspectives… Big Data  Généralement quelques dizaines de variables sont candidates en standard pour un modèle (small data)  Actuellement nous testons 20 000 agrégats lors d’une modélisation (serveur en mono-cœur) : du Big Data en architecture Small Data  Big Data phase 2 (avec PredicSis) :  320 000 agrégats testés (modèle en mode distribué serveur 32 cœurs).  tuning en cours avec objectif de réduire la durée de modélisation  Big Data phase 3 (avec PredicSis) : plusieurs millions d’agrégats multi- tables de type [1 | n] seront testés à la volée pour chaque score. un environnement parallélisé permet d’augmenter efficacement l’espace de recherche : le Big data, consiste à aller dénicher la valeur prédictive des nouveaux gisements de données.
  18. 18. merci de votre attention

×