Traumatisé, stressé, résistant

1 232 vues

Publié le

Traumatisé, stressé, résistant?: Lumière sur le stress post-traumatique
Plus de trois canadiens sur quatre ont vécu au moins un événement potentiellement traumatisant au cours de leur vie et certains d’entre eux ont développé un État de stress post-traumatique (ÉSPT) suite à celui-ci. Cette conférence distinguera ce qu’est un événement « stressant » versus « traumatique", présentera les plus récents critères diagnostiques selon le DSM-5 et expliquera les facteurs pouvant contribuer à protéger ou à mettre à risque les individus exposés à des événements « traumatiques ». Enfin, les comportements de soutien à favoriser et à éviter pour les proches seront exposés et discutés avec l’auditoire.

Publié dans : Développement personnel
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 232
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
549
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Traumatisé, stressé, résistant

  1. 1. Traumatisé, stressé, résistant?: Lumière sur le stress post-traumatique Stéphane Guay, Ph.D. , psychologue. Directeur du Centre d’étude sur le trauma Professeur, École de criminologie, Université de Montréal
  2. 2. 1)Traumatisé vs stressé… : Du pareil au même?
  3. 3. Événements de vie stressants: /100  Décès du conjoint 100  Divorce 73  Mariage 50  Mise à la retraite 45  Difficultés sexuelles 39  Départ du foyer d’un enfant 29
  4. 4. Événements stressants vs traumatisants Événements traumatiques (ET) Événements stressants normaux (ESN) 1. La victime d’un ET n’a généralement pas eu de temps pour s’y préparer ou l’anticiper comme dans le cas d’un vol ou d’un accident de voiture. 1. L’ET n’a généralement pas été vécu précédemment, à tout le moins pas à cette intensité. 1. Les victimes d’un ET n’ont souvent pas de contrôle par rapport à ce qui provoque les symptômes ou à la possibilité de les retarder ou de les arrêter. Il est généralement possible de se préparer ou d’anticiper les ESN tels que la naissance d’un bébé, un changement d’emploi ou le décès d’un proche qui était déjà hospitalisé. La répétition d’un même ESN ou d’un événement similaire contribuent à diminuer l’amplitude des symptômes puisqu’il devient possible d’apprendre des expériences antérieures et de mieux y réagir comme dans le cas de plusieurs pertes d’emploi subséquentes. Les ESN ne provoquent pas autant de symptômes d’anxiété ou s’ils en provoquent, ils peuvent être contrôlés beaucoup plus facilement puisqu’ils sont généralement de moindre intensité.
  5. 5. Événements stressants vs traumatisants Événements traumatiques (ET) Événements stressants normaux (ESN) La victime d’un ET n’a généralement pas eu de temps pour s’y préparer ou l’anticiper comme dans le cas d’un vol ou d’un accident de voiture. L’ET n’a généralement pas été vécu précédemment, à tout le moins pas à cette intensité. Les victimes d’un ET n’ont souvent pas de contrôle par rapport à ce qui provoque les symptômes ou à la possibilité de les retarder ou de les arrêter. Il est généralement possible de se préparer ou d’anticiper les ESN tels que la naissance d’un bébé, un changement d’emploi ou le décès d’un proche qui était déjà hospitalisé. La répétition d’un même ESN ou d’un événement similaire contribuent à diminuer l’amplitude des symptômes puisqu’il devient possible d’apprendre des expériences antérieures et de mieux y réagir comme dans le cas de plusieurs pertes d’emploi subséquentes. Les ESN ne provoquent pas autant de symptômes d’anxiété ou s’ils en provoquent, ils peuvent être contrôlés beaucoup plus facilement puisqu’ils sont généralement de moindre intensité.
  6. 6. Événements stressants vs traumatisants Événements traumatiques (ET) Événements stressants normaux (ESN) Les ET exposent la victime (et souvent ses proches) à des menaces de danger physiques très élevées et laissent souvent une empreinte pour la vie, et ce même si les symptômes disparaissent. Les ET créent un impact émotif aigu (p. ex. insomnie, dépression) et chronique (ex. retrait social, conflits interpersonnels, per- ceptions erronées de soi ou des autres, pho-bies, paranoïa, difficultés sexuelles, etc.) Suite à un ET la victime peut prendre de quelques semaines à quelques années avant d’être rétablie. En comparaison, les ESN sont vécus par beaucoup de gens et constituent souvent un sujet de discussion entre les personnes qui ont vécu les mêmes expériences (par ex. une perte d’emploi). En comparaison, les ESN produisent généralement des expériences négatives moins beaucoup moins perturbantes. Les ESN posent peu de menace de danger aux proches et l’impact tend à se dissiper plus rapidement au fur et à mesure que d’autres expériences quotidiennes surviennent.
  7. 7. Qu’est-ce que l’état de stress post- traumatique?  Tout d’abord, la personne a été exposée à un ou plusieurs des événements suivants:  Mort ou menace de mort  Blessure grave ou menace de blessure grave  Délit sexuel ou menace de délit sexuel
  8. 8. Qu’est-ce que l’état de stress post- traumatique?  De l’une ou l’autre des façons suivantes:  Vivre l’événement soi-même  Être témoin d’un tel événement  Apprendre que l’événement s’est produit à un ami proche ou un parent  Vivre une exposition répétée ou extrême aux détails de l’événement
  9. 9. De quels types d’événements s’agit-il?  Accidents graves (voiture, incendie…)  Catastrophes naturelles (tremblements de terre, inondation, tornade…)  Agressions violentes (physiques, sexuelles, vol à main armée…)  Guerre, expérience militaire, incident terroriste…
  10. 10. 3/4 Des canadiens vont vivre entre 1 et 3 événements potentiellement traumatisants au cours de leur vie
  11. 11. Quelles réactions puis-je observer chez une personne qui a un ESPT?  Ré-expérience du traumatisme
  12. 12. Quelles réactions puis-je observer chez une personne qui a un ESPT?  Évitements persistants associés au traumatisme
  13. 13. Quelles réactions puis-je observer chez une personne qui a un ESPT?  Perturbations sur le plan des pensées et des émotions
  14. 14. Quelles réactions puis-je observer chez une personne qui a un EPST?  Hyperactivation du système nerveux
  15. 15. Est-ce que l’exposition à un événement horrible ou catastrophique entraîne toujours un ESPT? Population générale (Van Ameringen et al., 2008):  9,2% au Canada  76% des Canadiens seront exposés à au moins un événement au cours de leur vie (2,3 en moyenne)
  16. 16. 2) Résistant Quels sont les facteurs déterminants qui facilitent ou non le retour à une vie normale?
  17. 17. Qui sont les individus à risque?  Gravité de l’événement  Dissociation  Détresse durant l’événement  Faible soutien social
  18. 18. 3) Soutien aux victimes
  19. 19. Défis pour les proches  Nature des symptômes  Fluctuations et évolution de la maladie  Stigmatisation de la maladie  Gestion de sa propre détresse  Besoins de soutien et de répit  Difficultés au niveau de la communication et … du soutien
  20. 20. La communication et le soutien Intention Émetteur Impact Récepteur Filtres Filtres Pensées Émotions PenséesÉmotions
  21. 21. Acteurs du soutien (Barker & Pistrang,2002) Soutien Soutien Informel Formel Conjoint Infirmières Psychologue Parent MD famille Psychiatre Ami
  22. 22. Soutien Des Proches À Favoriser … De Façon Générale  Encouragements à avoir recours aux services en cas de besoin  Encouragements au recours à des comportements de santé préventifs  Facilitation l’adhérence aux traitements  Séances de thérapie et prise de médications  Renforcements des efforts et des progrès
  23. 23. Soutien Des Proches À Éviter … De Façon Générale  Critiques négatives sur les manières de gérer les difficultés  Minimisation des symptômes  Blâmes pour l’apparition et le maintien du trouble  Évitement de la personne, distanciation
  24. 24. Soutien professionnel  Les traitements généralement recommandés dans le cas de l'état de stress post-traumatique sont la thérapie cognitivo- comportementale (TCC) et la pharmacothérapie. LaTCC obtient en général un taux de réussite de 60 à 70 % auprès de victimes de divers types d’événements traumatiques.  La thérapie cognitivo-comportementale permet aux personnes aux prises d'un état de stress post-traumatique d'apprendre à gérer les réactions qui surviennent.
  25. 25. Buts de la TCC (Marchand, Brillon,1999) (1) Favoriser le retour vers les situations évitées ( l’évitement). (2) Favoriser une perception plus réaliste ( pensées dysfonctionnelles). (3) Améliorer la gestion de l’anxiété ( l’anxiété face aux situations évitées). (4) Favoriser la personnalisation des émotions associées à l’événement traumatique.
  26. 26. Les ressources disponibles
  27. 27. facebook.com/plusqu1souvenir
  28. 28. Ressources Médecin de famille ou pédiatre CSSS du quartier Équipes de pédopsychiatrie Centre de crise Ressources communautaires
  29. 29. Merci de votre attention!

×