SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  20
LA VIOLENCE EN PSYCHIATRIE.
Comment la gérer?
QU’EST-CE QUE LA VIOLENCE ?
Définition de l'OMS (Organisation mondiale de la
santé) : 29 juil. 2008
« L'usage délibéré ou la menace d'usage délibérée de la
force physique ou de la puissance contre soi-même, contre
une autre personne ou contre un groupe ou une
communauté qui entraîne ou risque fort d'entraîner un
traumatisme, un décès, un dommage moral, un mal-
développement ou une carence. »
TYPES DE VIOLENCE À L’HÔPITAL :
Nous rencontrons à l’hôpital 3 types de violence :
Les violences internes.
Les violences externes.
La maltraitance.
Chacune de ces types de violence peut générer
l’autre !
QU’EST-CE QUE LA GESTION SOIGNANTE
DE LA VIOLENCE ?
La gestion « soignante » de la violence est à différencier
de la gestion « administrative », « judiciaire » ou
« policière ».Chacune des trois dernières étant
nécessaires pour favoriser la première.
Une définition parmi tant d’autres pourrait être:
La gestion soignante de la violence est celle qui vise à intégrer
la violence comme un élément faisant partie de la prise en
charge globale du patient(ou des accompagnants).
QU’EST-CE QUE LA GESTION SOIGNANTE
DE LA VIOLENCE ?
 Ce concept est issu de la pratique en
psychiatrie: Violence = symptôme
 -« Et quand ils deviennent méchants, que faites-
vous ? » demande le Dr. Philipe Pinel
-« Je les déchaîne », lui répond Jean-Baptiste
Pussin
-« Et alors ? » poursuit le médecin
-« Ils se sont calmés ! » répond le pragmatique
aïeul des infirmiers
QU’EST-CE QUE LA GESTION SOIGNANTE
DE LA VIOLENCE ?
La « de-escalation »
(Dr. Leanne S. COWIN)
« la résolution graduelle d’une situation
potentiellement violente par l’utilisation
d’expressions physiques ou verbales
d’empathie, d’alliance, et la pose de limites
non-confrontant et basées sur le respect »
PSYCHOSE OU PSYCHOPATHIE
MALADE OU DÉLINQUANT
Causes:
contexte économique et politique
Interprétation:
Maladie organique ou psychique
Indépendant du sujet ou dépendant
Conséquence:
Soins ou prison
LA VIOLENCE NE SE GUÈRE PAS
SEULEMENT AU MOMENT DU RISQUE DE
PASSAGE À L’ACTE.
Gérer la violence ne consiste pas seulement à maitriser un
patient (même si parfois c’est nécessaire) mais surtout à
empêcher le passage à l’acte et permettre le soin. Il s’agit
donc, plus souvent, de faire appel à son cerveau (mis en
place de stratégies) plutôt qu’à ses muscles.
ECHELLE D’ESCALADE DE LA VIOLENCE DE
H. LABORIT
Techniques de « de-escalation » selon Cowin (2003)
LA PEUR EST UN OUTIL.
La peur dite « normale » donne intuitivement les
indications pour savoir comment gérer la situation.
Elle nous met en alerte.
Elle nous rend prudents.
Elle nous fait prendre conscience de l’importance du
travail d’équipe: ne pas rester isolé et utiliser les
compétences de l’autre.
Elle permet d’identifier les besoins d’organisation:
anticipation et prévention.
L’ÉQUIPE EST FONDAMENTALE.
La fonction de l’équipe, et plus précisément sa capacité à
former une bonne E.C.R.P., est fondamentale.
Elle doit, pour être efficace:
avoir une fonction contenante (permets de contenir
l’angoisse, la peur de l’agresseur),
être rassurante (permet de sécuriser le soignant qui est en
relation avec l’agresseur, mais aussi l’agresseur qui n’est
plus en relation duelle, mais institutionnelle)
Être pertinente (savoir ne pas surenchérir, garder la
distance adaptée, ne « prendre la main » que lorsque c’est
nécessaire).
GARDER LE LIEN COMMUNICATIONNEL.
C’est lorsqu’il y a rupture du lien communicationnel
(communication vraie et non pas monologue) qu’il
y a risque de passage à l’acte violent.
Le but; pour le soignant, est de tout mettre en œuvre
pour maintenir le lien communicationnel avec le patient.
Par exemple, il est indispensable de respecter le choix
du patient concernant le soignant avec lequel il rentre en
communication, et ne prendre « la main » que lorsque la
communication devient négative.
LES REPRÉSENTATIONS COGNITIVES
FAVORISANT LA PRISE EN CHARGE D’UN
PATIENT AGRESSIF.
 La violence est toujours l’expression d’un sentiment de
danger.
Une personne sereine n’a pas de raison d’être agressive. Le danger peut être
d’origine fantasmatique, délirante, existentielle ou autre, il n’en reste pas moins
que le danger est toujours réel, même s’il est inconscient, pour celui qui le vie.
 Un seul but : Apaiser les tensions agressives.
Il ne s’agit jamais de défendre un point de vue, même juste. Encore moins de
faire justice. Mais toujours de mettre en œuvre la stratégie qui va permettre de
faire baisser les tensions agressives, voir les supprimer.
 L’agresseur, dans la plupart des cas, ne s’adresse pas à
nous, mais à ce qu’il croit ( consciemment ou
inconsciemment) qu’on représente.
TRANSMISSION DE SAVOIRS D’EXPÉRIENCE :
LES RÈGLES DE MISE EN CIT
- pas de ciseaux ou de stylo dans la poche, de bijoux, de lunettes, de
montre
- informer les renforts : se parler même brièvement de ce qui se passe afin
d’identifier ce que la situation exige par rapport au symptôme.
- un infirmier de l’unité doit avoir préparé l’injection prévue en cas de
besoin
- le patient ne doit sentir aucune tension : arriver calmement, rester
concentré sur la situation, ne pas parler d’autre chose ou rire ensemble
jusqu’à résolution complète de la situation
- Entrer dans la CIT par les 2 issues. Savoir évaluer la distance
nécessaire.
- savoir où se placer dans la CIT : tête, pied du lit, devant, derrière le
patient et occuper les angles (afin de toujours pouvoir se placer derrière le
patient)
TRANSMISSION DE SAVOIRS D’EXPÉRIENCE :
LES RÈGLES DE MISE EN CIT
- au moment de la prise en charge, c’est « celui qui a la main » qui
la garde, sauf s’il la perd. Celui qui « a la main » se sert de la
connaissance qu’il a du patient pour établir ou rétablir la
communication, le lien.
Respecter la position de l’interlocuteur souvent choisi, désigné, par
le patient : celui « qui a la main » dans la situation est celui à qui il
parle.
- ne jamais mentir au patient, tenir parole; surveiller les mots utilisés
pour s’adresser au patient (contre agressivité)
- il y a une manière de s’adresser au patient, d’aborder les choses de
manière non violente pour faire baisser la pression, sans donner le
choix pour que le patient aille en CIT. Il est important de rentrer en
communication, de faire tomber les barrières.
TRANSMISSION DE SAVOIRS D’EXPÉRIENCE :
LES RÈGLES DE MISE EN CIT
Il ne faut pas que la discussion dure trop longtemps, si l’entretien
n’améliore pas la relation car cela risque de faire monter la tension. Il faut
intervenir quand c’est encore possible et en s’ajustant avec le médecin.
Si on sent qu’il risque d’y avoir affrontement, que le discours ne suffit pas
pour « ramener » le patient, un regard suffit à celui qui est derrière le patient.
Il ne doit pas y avoir d’hésitation. Tout doit être prêt. On intervient avant
le passage à l’acte en maitrisant le patient de manière coordonnée.
 Importance de la connaissance du patient et surtout de savoir repérer les
signes imminents du passage à l’acte : attitudes d’écoute, tension
musculaire, modification de la distance sociale, mutisme, poings serrés,
yeux mobiles qui repèrent la pièce, muscles du cou tendus, etc…
La cohérence et la coordination ne signifient pas que tout le monde fasse la
même chose en situation
TRANSMISSION DE SAVOIRS D’EXPÉRIENCE :
LES RÈGLES DE MISE EN CIT
 Le moment délicat est aussi celui où il faut sortir de la CIT alors
que le patient est toujours dans l’agitation avec risque de passage à
l’acte.
 On ne lâche pas tous ensemble. Ceux qui sont le plus extérieurs
lâchent en premiers: les bords d’abords, là où le risque est moindre .
Il en reste le plus souvent deux qui maintiennent le patient.
 Le premier qui sort est celui qui a fait l’injection. Les autres suivent
sans tourner le dos au patient en veillant à une éventuelle ré
agitation et en veillant à ce qu’il n’y ait rien de dangereux dans la
CIT.
 Ceux qui continuaient à maintenir le patient partent en derniers,
veillent à se mettre en sécurité et sortent par la même porte
Débat de normes et de valeurs : Sécurité du patient/ sécurité des
soignants.
Sachant que toute situation est nouvelle et qu’il ne faut pas tout
vouloir anticiper pour garder des marges de renormalisations.
TRANSMISSION DE SAVOIRS D’EXPÉRIENCE :
LES RÈGLES DE MISE EN CIT
 La CIT est une chambre de soins attentifs , il faut y passer du
temps. C’est le patient qui prend le plus de temps.
 Avant d’entrer en CIT repérer où est le patient. Prévenir le patient
que l’on va entrer. Si besoin, gardez le pied derrière la porte pour
bloquer une éventuelle ouverture en force.
 Observer ce qui génère de l’agitation chez le patient. Parfois, il
vaudra mieux lui donner à manger dans la CIT plutôt que dans le
sas. Ne lui servir son petit déjeuner que lorsqu’il le voudra.
(renormaliser en situation particulière)
 Il faudra même parfois sortir de la CIT et le laisser manger seul
pour ne pas alimenter le délire (mais rester à proximité).
Débat de normes et de valeurs : mesure de protection/relation
durant le repas : risque d’agitation en raison de la présence du
personnel vécue comme persécutive et pas de risque de fausse
route .
TRANSMISSION DE SAVOIRS D’EXPÉRIENCE :
RÉFLÉCHIR À LA SITUATION
Revenir à la question du sens :
Éviter un grave glissement de valeurs et de normes :
 La CIT n’est que pour les patients violents ( contre soi ou les
autres)
 La CIT n’est jamais un outil disciplinaire
Posture réflexive du soignant:
 Pourquoi le patient est-il violent ?
 Face à une situation d’agressivité : intégration dans le symptôme
de la pathologie, les réponses devant être liées à la singularité du
patient et à la singularité de l’équipe
MERCI
Si cela vous a intéressé
Consultez le site
http://www.psychiatrie.in
À la page
Textes et cours

Contenu connexe

Tendances

Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)SANAA TOUZAMI
 
Ecoute Active
Ecoute ActiveEcoute Active
Ecoute ActiveB ZH
 
Gestion du stress
Gestion du stressGestion du stress
Gestion du stressREALIZ
 
Communiquer avec efficacite et bienveillance
Communiquer avec efficacite et bienveillanceCommuniquer avec efficacite et bienveillance
Communiquer avec efficacite et bienveillanceFrançoise HECQUARD
 
Module management comportemental & stratégique
Module management comportemental & stratégiqueModule management comportemental & stratégique
Module management comportemental & stratégiqueJean Jerome Fauquet
 
La priorisation par l'empathie : pourquoi l'écoute nous fait-elle tant grandir ?
La priorisation par l'empathie : pourquoi l'écoute nous fait-elle tant grandir ?La priorisation par l'empathie : pourquoi l'écoute nous fait-elle tant grandir ?
La priorisation par l'empathie : pourquoi l'écoute nous fait-elle tant grandir ?Antoine Pezé
 
Atelier - Développer son intelligence relationnelle
Atelier - Développer son intelligence relationnelleAtelier - Développer son intelligence relationnelle
Atelier - Développer son intelligence relationnelleMedialibs
 
Cours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesCours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesHana Hanouna
 
les bases de la communication interpersonnelle
les bases de la communication interpersonnelleles bases de la communication interpersonnelle
les bases de la communication interpersonnelleSami Lamqaddam
 
Théories du développement psycho affectif
Théories du développement psycho affectifThéories du développement psycho affectif
Théories du développement psycho affectifAmineBenjelloun
 
Triangle de karpman (jeux psychologiques)
Triangle de karpman (jeux psychologiques)Triangle de karpman (jeux psychologiques)
Triangle de karpman (jeux psychologiques)Svir Consulting
 
La communication interpersonnelle
La communication interpersonnelleLa communication interpersonnelle
La communication interpersonnelleS/Abdessemed
 
Stress : l'apport des Neurosciences
Stress : l'apport des NeurosciencesStress : l'apport des Neurosciences
Stress : l'apport des NeurosciencesPierre-Yves HOSTIN
 
Les émotions dans le monde professionnel
Les émotions dans le monde professionnelLes émotions dans le monde professionnel
Les émotions dans le monde professionnelAlice Barralon
 
Analyse transactionnelle
Analyse transactionnelleAnalyse transactionnelle
Analyse transactionnelleTariq Ben Said
 

Tendances (20)

Chapitre 2concpt de soi
Chapitre 2concpt de soiChapitre 2concpt de soi
Chapitre 2concpt de soi
 
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
 
Ecoute Active
Ecoute ActiveEcoute Active
Ecoute Active
 
Gestion de Stress
Gestion de StressGestion de Stress
Gestion de Stress
 
Gestion du stress
Gestion du stressGestion du stress
Gestion du stress
 
Communiquer avec efficacite et bienveillance
Communiquer avec efficacite et bienveillanceCommuniquer avec efficacite et bienveillance
Communiquer avec efficacite et bienveillance
 
Module management comportemental & stratégique
Module management comportemental & stratégiqueModule management comportemental & stratégique
Module management comportemental & stratégique
 
La priorisation par l'empathie : pourquoi l'écoute nous fait-elle tant grandir ?
La priorisation par l'empathie : pourquoi l'écoute nous fait-elle tant grandir ?La priorisation par l'empathie : pourquoi l'écoute nous fait-elle tant grandir ?
La priorisation par l'empathie : pourquoi l'écoute nous fait-elle tant grandir ?
 
Atelier - Développer son intelligence relationnelle
Atelier - Développer son intelligence relationnelleAtelier - Développer son intelligence relationnelle
Atelier - Développer son intelligence relationnelle
 
DSM, psychiatrie et echelle
DSM, psychiatrie et echelleDSM, psychiatrie et echelle
DSM, psychiatrie et echelle
 
Cours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesCours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicales
 
les bases de la communication interpersonnelle
les bases de la communication interpersonnelleles bases de la communication interpersonnelle
les bases de la communication interpersonnelle
 
Gestion des emotions
Gestion des emotionsGestion des emotions
Gestion des emotions
 
Théories du développement psycho affectif
Théories du développement psycho affectifThéories du développement psycho affectif
Théories du développement psycho affectif
 
Gerer le stress
Gerer le stressGerer le stress
Gerer le stress
 
Triangle de karpman (jeux psychologiques)
Triangle de karpman (jeux psychologiques)Triangle de karpman (jeux psychologiques)
Triangle de karpman (jeux psychologiques)
 
La communication interpersonnelle
La communication interpersonnelleLa communication interpersonnelle
La communication interpersonnelle
 
Stress : l'apport des Neurosciences
Stress : l'apport des NeurosciencesStress : l'apport des Neurosciences
Stress : l'apport des Neurosciences
 
Les émotions dans le monde professionnel
Les émotions dans le monde professionnelLes émotions dans le monde professionnel
Les émotions dans le monde professionnel
 
Analyse transactionnelle
Analyse transactionnelleAnalyse transactionnelle
Analyse transactionnelle
 

Similaire à La violence-en-psychiatrie (1)

Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT est une relation d’aide psycho ...
Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT  est une relation d’aide psycho ...Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT  est une relation d’aide psycho ...
Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT est une relation d’aide psycho ...la maison
 
SOS Hépatites_Rôle des associations.ppt
SOS Hépatites_Rôle des associations.pptSOS Hépatites_Rôle des associations.ppt
SOS Hépatites_Rôle des associations.pptodeckmyn
 
Médecins préjugés coupables
Médecins préjugés coupablesMédecins préjugés coupables
Médecins préjugés coupablesRéseau Pro Santé
 
Omega - Apprendre à se rapprocher sans agressivité
Omega - Apprendre à se rapprocher sans agressivité Omega - Apprendre à se rapprocher sans agressivité
Omega - Apprendre à se rapprocher sans agressivité Patrice Machabee
 
Nouveau document microsoft office word
Nouveau document microsoft office wordNouveau document microsoft office word
Nouveau document microsoft office wordAhmed Rebai
 
Guide des soins selon les besoins des femmes
Guide des soins selon les besoins des femmesGuide des soins selon les besoins des femmes
Guide des soins selon les besoins des femmesadel1990
 
Cours 1 Approche à la santé mentale
Cours 1 Approche à la santé mentaleCours 1 Approche à la santé mentale
Cours 1 Approche à la santé mentaleMichel Perrier
 
Prise en charge psychologique du SCA
Prise en charge psychologique du SCAPrise en charge psychologique du SCA
Prise en charge psychologique du SCAHervé Faltot
 
Traumatisé, stressé, résistant
Traumatisé, stressé, résistantTraumatisé, stressé, résistant
Traumatisé, stressé, résistantPatrice Machabee
 
Soshepatites présentation du 2015
Soshepatites  présentation du 2015Soshepatites  présentation du 2015
Soshepatites présentation du 2015odeckmyn
 
Comment améliorer l'observance thérapeutique
Comment améliorer l'observance thérapeutiqueComment améliorer l'observance thérapeutique
Comment améliorer l'observance thérapeutiqueall-in-web
 
Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)
Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)
Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)Patou Conrath
 

Similaire à La violence-en-psychiatrie (1) (20)

Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT est une relation d’aide psycho ...
Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT  est une relation d’aide psycho ...Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT  est une relation d’aide psycho ...
Selon l’article LA RELATION PATIENT-SOIGNANT est une relation d’aide psycho ...
 
Guide pratique des professionnels de la santé
Guide pratique des professionnels de la santéGuide pratique des professionnels de la santé
Guide pratique des professionnels de la santé
 
Le stress
Le stressLe stress
Le stress
 
SOS Hépatites_Rôle des associations.ppt
SOS Hépatites_Rôle des associations.pptSOS Hépatites_Rôle des associations.ppt
SOS Hépatites_Rôle des associations.ppt
 
QPHA3148_020
QPHA3148_020QPHA3148_020
QPHA3148_020
 
Médecins préjugés coupables
Médecins préjugés coupablesMédecins préjugés coupables
Médecins préjugés coupables
 
Omega - Apprendre à se rapprocher sans agressivité
Omega - Apprendre à se rapprocher sans agressivité Omega - Apprendre à se rapprocher sans agressivité
Omega - Apprendre à se rapprocher sans agressivité
 
Proche Malade
Proche MaladeProche Malade
Proche Malade
 
Nouveau document microsoft office word
Nouveau document microsoft office wordNouveau document microsoft office word
Nouveau document microsoft office word
 
CRISE - INSTITUT 2011 - Suzanne Lamarre - Une tentative de suicide: un change...
CRISE - INSTITUT 2011 - Suzanne Lamarre - Une tentative de suicide: un change...CRISE - INSTITUT 2011 - Suzanne Lamarre - Une tentative de suicide: un change...
CRISE - INSTITUT 2011 - Suzanne Lamarre - Une tentative de suicide: un change...
 
AIDE MÉMOIRE SST 2021.pdf
AIDE MÉMOIRE SST 2021.pdfAIDE MÉMOIRE SST 2021.pdf
AIDE MÉMOIRE SST 2021.pdf
 
Guide des soins selon les besoins des femmes
Guide des soins selon les besoins des femmesGuide des soins selon les besoins des femmes
Guide des soins selon les besoins des femmes
 
Cours 1 Approche à la santé mentale
Cours 1 Approche à la santé mentaleCours 1 Approche à la santé mentale
Cours 1 Approche à la santé mentale
 
Prise en charge psychologique du SCA
Prise en charge psychologique du SCAPrise en charge psychologique du SCA
Prise en charge psychologique du SCA
 
Deambulation
DeambulationDeambulation
Deambulation
 
agressif
agressifagressif
agressif
 
Traumatisé, stressé, résistant
Traumatisé, stressé, résistantTraumatisé, stressé, résistant
Traumatisé, stressé, résistant
 
Soshepatites présentation du 2015
Soshepatites  présentation du 2015Soshepatites  présentation du 2015
Soshepatites présentation du 2015
 
Comment améliorer l'observance thérapeutique
Comment améliorer l'observance thérapeutiqueComment améliorer l'observance thérapeutique
Comment améliorer l'observance thérapeutique
 
Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)
Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)
Kccanada16 168-llsc psychosociaux booklet-6x9_fr_single_page_final (1)
 

Dernier

PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfPIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfRiDaHAziz
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx      Film   françaisPas de vagues.  pptx      Film   français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 37
 
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
Bernard Réquichot.pptx   Peintre françaisBernard Réquichot.pptx   Peintre français
Bernard Réquichot.pptx Peintre françaisTxaruka
 
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfPIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfRiDaHAziz
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfbdp12
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursStagiaireLearningmat
 
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdfBibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdfBibdoc 37
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxMartin M Flynn
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfSylvianeBachy
 
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...NaimDoumissi
 
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 37
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxJCAC
 
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Gabriel Gay-Para
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneTxaruka
 
Cours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'informationCours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'informationpapediallo3
 

Dernier (18)

PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdfPIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
PIE-A2-P 5- Supports stagiaires.pptx.pdf
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx      Film   françaisPas de vagues.  pptx      Film   français
Pas de vagues. pptx Film français
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
 
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
Bernard Réquichot.pptx   Peintre françaisBernard Réquichot.pptx   Peintre français
Bernard Réquichot.pptx Peintre français
 
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdfPIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
PIE-A2-P4-support stagiaires sept 22-validé.pdf
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
 
Apprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceursApprendre avec des top et nano influenceurs
Apprendre avec des top et nano influenceurs
 
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdfBibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
Bibdoc 2024 - Ecologie du livre et creation de badge.pdf
 
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptxDIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
DIGNITAS INFINITA - DIGNITÉ HUMAINE; déclaration du dicastère .pptx
 
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film français
 
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdfVulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
Vulnérabilité numérique d’usage : un enjeu pour l’aide à la réussitepdf
 
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
Potentiel du Maroc en Produits du Terroir et Stratégie Adoptée pour le dévelo...
 
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdfBibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
Bibdoc 2024 - Les maillons de la chaine du livre face aux enjeux écologiques.pdf
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
 
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
Faut-il avoir peur de la technique ? (G. Gay-Para)
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
 
Cours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'informationCours de Management des Systèmes d'information
Cours de Management des Systèmes d'information
 

La violence-en-psychiatrie (1)

  • 1. LA VIOLENCE EN PSYCHIATRIE. Comment la gérer?
  • 2. QU’EST-CE QUE LA VIOLENCE ? Définition de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) : 29 juil. 2008 « L'usage délibéré ou la menace d'usage délibérée de la force physique ou de la puissance contre soi-même, contre une autre personne ou contre un groupe ou une communauté qui entraîne ou risque fort d'entraîner un traumatisme, un décès, un dommage moral, un mal- développement ou une carence. »
  • 3. TYPES DE VIOLENCE À L’HÔPITAL : Nous rencontrons à l’hôpital 3 types de violence : Les violences internes. Les violences externes. La maltraitance. Chacune de ces types de violence peut générer l’autre !
  • 4. QU’EST-CE QUE LA GESTION SOIGNANTE DE LA VIOLENCE ? La gestion « soignante » de la violence est à différencier de la gestion « administrative », « judiciaire » ou « policière ».Chacune des trois dernières étant nécessaires pour favoriser la première. Une définition parmi tant d’autres pourrait être: La gestion soignante de la violence est celle qui vise à intégrer la violence comme un élément faisant partie de la prise en charge globale du patient(ou des accompagnants).
  • 5. QU’EST-CE QUE LA GESTION SOIGNANTE DE LA VIOLENCE ?  Ce concept est issu de la pratique en psychiatrie: Violence = symptôme  -« Et quand ils deviennent méchants, que faites- vous ? » demande le Dr. Philipe Pinel -« Je les déchaîne », lui répond Jean-Baptiste Pussin -« Et alors ? » poursuit le médecin -« Ils se sont calmés ! » répond le pragmatique aïeul des infirmiers
  • 6. QU’EST-CE QUE LA GESTION SOIGNANTE DE LA VIOLENCE ? La « de-escalation » (Dr. Leanne S. COWIN) « la résolution graduelle d’une situation potentiellement violente par l’utilisation d’expressions physiques ou verbales d’empathie, d’alliance, et la pose de limites non-confrontant et basées sur le respect »
  • 7. PSYCHOSE OU PSYCHOPATHIE MALADE OU DÉLINQUANT Causes: contexte économique et politique Interprétation: Maladie organique ou psychique Indépendant du sujet ou dépendant Conséquence: Soins ou prison
  • 8. LA VIOLENCE NE SE GUÈRE PAS SEULEMENT AU MOMENT DU RISQUE DE PASSAGE À L’ACTE. Gérer la violence ne consiste pas seulement à maitriser un patient (même si parfois c’est nécessaire) mais surtout à empêcher le passage à l’acte et permettre le soin. Il s’agit donc, plus souvent, de faire appel à son cerveau (mis en place de stratégies) plutôt qu’à ses muscles.
  • 9. ECHELLE D’ESCALADE DE LA VIOLENCE DE H. LABORIT Techniques de « de-escalation » selon Cowin (2003)
  • 10. LA PEUR EST UN OUTIL. La peur dite « normale » donne intuitivement les indications pour savoir comment gérer la situation. Elle nous met en alerte. Elle nous rend prudents. Elle nous fait prendre conscience de l’importance du travail d’équipe: ne pas rester isolé et utiliser les compétences de l’autre. Elle permet d’identifier les besoins d’organisation: anticipation et prévention.
  • 11. L’ÉQUIPE EST FONDAMENTALE. La fonction de l’équipe, et plus précisément sa capacité à former une bonne E.C.R.P., est fondamentale. Elle doit, pour être efficace: avoir une fonction contenante (permets de contenir l’angoisse, la peur de l’agresseur), être rassurante (permet de sécuriser le soignant qui est en relation avec l’agresseur, mais aussi l’agresseur qui n’est plus en relation duelle, mais institutionnelle) Être pertinente (savoir ne pas surenchérir, garder la distance adaptée, ne « prendre la main » que lorsque c’est nécessaire).
  • 12. GARDER LE LIEN COMMUNICATIONNEL. C’est lorsqu’il y a rupture du lien communicationnel (communication vraie et non pas monologue) qu’il y a risque de passage à l’acte violent. Le but; pour le soignant, est de tout mettre en œuvre pour maintenir le lien communicationnel avec le patient. Par exemple, il est indispensable de respecter le choix du patient concernant le soignant avec lequel il rentre en communication, et ne prendre « la main » que lorsque la communication devient négative.
  • 13. LES REPRÉSENTATIONS COGNITIVES FAVORISANT LA PRISE EN CHARGE D’UN PATIENT AGRESSIF.  La violence est toujours l’expression d’un sentiment de danger. Une personne sereine n’a pas de raison d’être agressive. Le danger peut être d’origine fantasmatique, délirante, existentielle ou autre, il n’en reste pas moins que le danger est toujours réel, même s’il est inconscient, pour celui qui le vie.  Un seul but : Apaiser les tensions agressives. Il ne s’agit jamais de défendre un point de vue, même juste. Encore moins de faire justice. Mais toujours de mettre en œuvre la stratégie qui va permettre de faire baisser les tensions agressives, voir les supprimer.  L’agresseur, dans la plupart des cas, ne s’adresse pas à nous, mais à ce qu’il croit ( consciemment ou inconsciemment) qu’on représente.
  • 14. TRANSMISSION DE SAVOIRS D’EXPÉRIENCE : LES RÈGLES DE MISE EN CIT - pas de ciseaux ou de stylo dans la poche, de bijoux, de lunettes, de montre - informer les renforts : se parler même brièvement de ce qui se passe afin d’identifier ce que la situation exige par rapport au symptôme. - un infirmier de l’unité doit avoir préparé l’injection prévue en cas de besoin - le patient ne doit sentir aucune tension : arriver calmement, rester concentré sur la situation, ne pas parler d’autre chose ou rire ensemble jusqu’à résolution complète de la situation - Entrer dans la CIT par les 2 issues. Savoir évaluer la distance nécessaire. - savoir où se placer dans la CIT : tête, pied du lit, devant, derrière le patient et occuper les angles (afin de toujours pouvoir se placer derrière le patient)
  • 15. TRANSMISSION DE SAVOIRS D’EXPÉRIENCE : LES RÈGLES DE MISE EN CIT - au moment de la prise en charge, c’est « celui qui a la main » qui la garde, sauf s’il la perd. Celui qui « a la main » se sert de la connaissance qu’il a du patient pour établir ou rétablir la communication, le lien. Respecter la position de l’interlocuteur souvent choisi, désigné, par le patient : celui « qui a la main » dans la situation est celui à qui il parle. - ne jamais mentir au patient, tenir parole; surveiller les mots utilisés pour s’adresser au patient (contre agressivité) - il y a une manière de s’adresser au patient, d’aborder les choses de manière non violente pour faire baisser la pression, sans donner le choix pour que le patient aille en CIT. Il est important de rentrer en communication, de faire tomber les barrières.
  • 16. TRANSMISSION DE SAVOIRS D’EXPÉRIENCE : LES RÈGLES DE MISE EN CIT Il ne faut pas que la discussion dure trop longtemps, si l’entretien n’améliore pas la relation car cela risque de faire monter la tension. Il faut intervenir quand c’est encore possible et en s’ajustant avec le médecin. Si on sent qu’il risque d’y avoir affrontement, que le discours ne suffit pas pour « ramener » le patient, un regard suffit à celui qui est derrière le patient. Il ne doit pas y avoir d’hésitation. Tout doit être prêt. On intervient avant le passage à l’acte en maitrisant le patient de manière coordonnée.  Importance de la connaissance du patient et surtout de savoir repérer les signes imminents du passage à l’acte : attitudes d’écoute, tension musculaire, modification de la distance sociale, mutisme, poings serrés, yeux mobiles qui repèrent la pièce, muscles du cou tendus, etc… La cohérence et la coordination ne signifient pas que tout le monde fasse la même chose en situation
  • 17. TRANSMISSION DE SAVOIRS D’EXPÉRIENCE : LES RÈGLES DE MISE EN CIT  Le moment délicat est aussi celui où il faut sortir de la CIT alors que le patient est toujours dans l’agitation avec risque de passage à l’acte.  On ne lâche pas tous ensemble. Ceux qui sont le plus extérieurs lâchent en premiers: les bords d’abords, là où le risque est moindre . Il en reste le plus souvent deux qui maintiennent le patient.  Le premier qui sort est celui qui a fait l’injection. Les autres suivent sans tourner le dos au patient en veillant à une éventuelle ré agitation et en veillant à ce qu’il n’y ait rien de dangereux dans la CIT.  Ceux qui continuaient à maintenir le patient partent en derniers, veillent à se mettre en sécurité et sortent par la même porte Débat de normes et de valeurs : Sécurité du patient/ sécurité des soignants. Sachant que toute situation est nouvelle et qu’il ne faut pas tout vouloir anticiper pour garder des marges de renormalisations.
  • 18. TRANSMISSION DE SAVOIRS D’EXPÉRIENCE : LES RÈGLES DE MISE EN CIT  La CIT est une chambre de soins attentifs , il faut y passer du temps. C’est le patient qui prend le plus de temps.  Avant d’entrer en CIT repérer où est le patient. Prévenir le patient que l’on va entrer. Si besoin, gardez le pied derrière la porte pour bloquer une éventuelle ouverture en force.  Observer ce qui génère de l’agitation chez le patient. Parfois, il vaudra mieux lui donner à manger dans la CIT plutôt que dans le sas. Ne lui servir son petit déjeuner que lorsqu’il le voudra. (renormaliser en situation particulière)  Il faudra même parfois sortir de la CIT et le laisser manger seul pour ne pas alimenter le délire (mais rester à proximité). Débat de normes et de valeurs : mesure de protection/relation durant le repas : risque d’agitation en raison de la présence du personnel vécue comme persécutive et pas de risque de fausse route .
  • 19. TRANSMISSION DE SAVOIRS D’EXPÉRIENCE : RÉFLÉCHIR À LA SITUATION Revenir à la question du sens : Éviter un grave glissement de valeurs et de normes :  La CIT n’est que pour les patients violents ( contre soi ou les autres)  La CIT n’est jamais un outil disciplinaire Posture réflexive du soignant:  Pourquoi le patient est-il violent ?  Face à une situation d’agressivité : intégration dans le symptôme de la pathologie, les réponses devant être liées à la singularité du patient et à la singularité de l’équipe
  • 20. MERCI Si cela vous a intéressé Consultez le site http://www.psychiatrie.in À la page Textes et cours