Sylvie Jochems, Elizabeth Harper et Myriam DubSylvie Jochems, Elizabeth Harper et Myriam DubSylvie Jochems, Elizabeth Harp...
BiographiesBiographiesBiographiesBiographies desdesdesdes chercheureschercheureschercheureschercheures
SylvieSylvieSylvieS...
PartenairesPartenairesPartenairesPartenaires
3
PlanPlanPlanPlan dededede lalalala communicationcommunicationcommunicationcommunication
1.1.1.1. ProblProblProblProbléééém...
QUESTIONSQUESTIONSQUESTIONSQUESTIONS
Quelle est lQuelle est lQuelle est lQuelle est l’’’’expexpexpexpéééérience des filles...
1.11.11.11.1 LaLaLaLa CyberviolenceCyberviolenceCyberviolenceCyberviolence ::::
Une pratique de la violence
6
Bloc IBloc IBloc IBloc I 7777
TIC et Web 2.0TIC et Web 2.0
Bloc IBloc IBloc IBloc I
1.1 une pratique de la violence
1.1.11.1.11.1.11.1.1 DeDeDeDe quoiquoiquoiquoi parleparleparleparle----tttt----onononon ??...
1.1 une pratique de la violence
1.1.21.1.21.1.21.1.2 QuelleQuelleQuelleQuelle estestestest lalalala prprprpréééévalenceval...
La TIC la plus utilisLa TIC la plus utilisLa TIC la plus utilisLa TIC la plus utiliséééée pour commettree pour commettree ...
FlamingFlamingFlamingFlaming
envoyer des messages grossiers à un individu ou à un groupe
Happy slappingHappy slappingHappy...
1.1 une pratique de la violence
1.1.41.1.41.1.41.1.4 QueQueQueQue produitproduitproduitproduit lalalala cyberviolencecyber...
1.21.21.21.2 UsagesUsagesUsagesUsages::::
utilisations et pratiques
de TIC et du Web par les jeunes
Emprunts aux sociologi...
1.2 Les usages des TIC et du Web
1.2.11.2.11.2.11.2.1 DesDesDesDes ““““PraTICPraTICPraTICPraTIC””””:::: lesleslesles usage...
1.2 Les usages des TIC et du Web
1.2.11.2.11.2.11.2.1 PraTICPraTICPraTICPraTIC dededede jeunesjeunesjeunesjeunes
Ce qui se...
1.3 Mesures et interventions sociales
SSSSéééécuritcuritcuritcuritéééé publique et justice
publique et justice
publique et...
1.3 Mesures et interventions sociales
1.3.21.3.21.3.21.3.2 InterventionsInterventionsInterventionsInterventions socialesso...
1.3 Mesures et interventions sociales
1.3.21.3.21.3.21.3.2 InterventionsInterventionsInterventionsInterventions socialesso...
1.3 Mesures et interventions sociales
1.3.21.3.21.3.21.3.2 InterventionsInterventionsInterventionsInterventions socialesso...
1.4 Définition : ViolenceViolenceViolenceViolence mmmméééédidididiééééeeee parparparpar lesleslesles TICTICTICTIC etetetet...
2. Méthodologie de la recherche
21
2. Méthodologie de recherche
2.12.12.12.1 ÉÉÉÉchchchchééééancierancierancierancier
2014-2015 : Ann2014-2015 : Ann2014-2015...
2. Méthodologie de recherche
2.22.22.22.2 DDDDééééroulementroulementroulementroulement dededede lalalala rechercherecherch...
2. Méthodologie de recherche
Profil des participant.e.s
● En grande majorité, les filles rencontrées:
○ sont âgées entre 1...
3.3.3.3. RRRRéééésultatssultatssultatssultats
prprprprééééliminairesliminairesliminairesliminaires
Les expériences des fil...
3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes
3.13.13.13.1 LeursLeursLeursLeurs utilisationsutilis...
3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes
3.23.23.23.2 LeursLeursLeursLeurs conceptionsconcept...
3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes
3.23.23.23.2 LeursLeursLeursLeurs conceptionsconcept...
3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes
3.23.23.23.2 LeursLeursLeursLeurs conceptionsconcept...
3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes
3.23.23.23.2 LeursLeursLeursLeurs conceptionsconcept...
3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes
3.33.33.33.3 LeursLeursLeursLeurs expexpexpexpééééri...
3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes
3.33.33.33.3 LeursLeursLeursLeurs expexpexpexpééééri...
3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes
3.43.43.43.4 LeursLeursLeursLeurs pointspointspoints...
3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes
3.43.43.43.4 LeursLeursLeursLeurs pointspointspoints...
ConclusionConclusionConclusionConclusion
RRRRéééésumsumsumsuméééé
ProspectivesProspectivesProspectivesProspectives
-Été 20...
BibliographieBibliographieBibliographieBibliographie sssséééélectivelectivelectivelective
36
-BlayaBlayaBlayaBlaya, Cather...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Aifris porto2015-jochems harperdubé-présentationppt-vfinale

281 vues

Publié le

Communication de résultats préliminaires sur une étude de besoins pour l'intervention sociale : Prévenir et contrer la cyberviolence chez les filles et les jeunes femmes

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
281
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Aifris porto2015-jochems harperdubé-présentationppt-vfinale

  1. 1. Sylvie Jochems, Elizabeth Harper et Myriam DubSylvie Jochems, Elizabeth Harper et Myriam DubSylvie Jochems, Elizabeth Harper et Myriam DubSylvie Jochems, Elizabeth Harper et Myriam Dubéééé Chercheures de l’École de travail social Rachel Dupuis et Carol-Anne VallRachel Dupuis et Carol-Anne VallRachel Dupuis et Carol-Anne VallRachel Dupuis et Carol-Anne Vallééééeeee Assistantes de recherche Congrès AIFRIS 2015 Asso internationale de Formation, Recherche et Intervention Sociales Porto (Portugal) PPT disponible sur Slideshare
  2. 2. BiographiesBiographiesBiographiesBiographies desdesdesdes chercheureschercheureschercheureschercheures SylvieSylvieSylvieSylvie JochemsJochemsJochemsJochems est spécialisée dans les usages des TIC comme révélateurs des transformations des pratiques d’engagement social et politique, en plus de posséder une grande expérience en mobilisation et action collective. Elle est membre chercheure du Laboratoire de communication médiatisée par ordinateur (LabCMO). ElizabethElizabethElizabethElizabeth HarperHarperHarperHarper s’intéresse à la violence vécue par les filles et jeunes femmes en contexte de vulnérabilité. Avant d’être professeure, elle a travaillé 20 ans comme intervenante auprès des femmes et enfants victimes de violence conjugale. Elle a une longue expérience en concertation intersectorielle en matière de violence conjugale. MyriamMyriamMyriamMyriam DubDubDubDubéééé est chercheure reconnue dans le domaine de violence conjugale. Un de ces champs de recherche porte sur les éléments associés au harcèlement criminel en contexte de violence conjugale. Cette expertise, très pointue, sera certainement un atout majeur pour ce projet. Elle est aussi reconnue pour son travail partenarial avec les milieux de pratique en recherche et en élaboration de guides et d’outils d'intervention. 2
  3. 3. PartenairesPartenairesPartenairesPartenaires 3
  4. 4. PlanPlanPlanPlan dededede lalalala communicationcommunicationcommunicationcommunication 1.1.1.1. ProblProblProblProbléééématiquematiquematiquematique 1.1 Une pratique de la violence 1.2 Usages: utilisations et pratiques de TIC et du Web par les jeunes 1.3 Mesures et interventions sociales 1.4 Définition: “violence médiée par les TIC et le Web” 2.2.2.2. MMMMééééthodologiethodologiethodologiethodologie dededede lalalala rechercherechercherechercherecherche 3.3.3.3. RRRRéééésultatssultatssultatssultats prprprprééééliminairesliminairesliminairesliminaires 3.1 Utilisations des TIC/Web par filles et jeunes femmes 3.2 Leurs conceptions de la (cyber)violence 3.3 Leurs expériences de la (cyber)violence 3.4 Leurs points de vue sur le soutien reçu Conclusion et perspectives Bibliographie sélective 4
  5. 5. QUESTIONSQUESTIONSQUESTIONSQUESTIONS Quelle est lQuelle est lQuelle est lQuelle est l’’’’expexpexpexpéééérience des filles et des jeunes femmes concernrience des filles et des jeunes femmes concernrience des filles et des jeunes femmes concernrience des filles et des jeunes femmes concernéééées pares pares pares par la violence dans leurs usages des TIC ?la violence dans leurs usages des TIC ?la violence dans leurs usages des TIC ?la violence dans leurs usages des TIC ? Quelles sont les consQuelles sont les consQuelles sont les consQuelles sont les consééééquences pour elles et leurs proches?quences pour elles et leurs proches?quences pour elles et leurs proches?quences pour elles et leurs proches? Quelles sont leurs stratQuelles sont leurs stratQuelles sont leurs stratQuelles sont leurs stratéééégies pour contrer ces violences?gies pour contrer ces violences?gies pour contrer ces violences?gies pour contrer ces violences? Quels sont les obstacles quQuels sont les obstacles quQuels sont les obstacles quQuels sont les obstacles qu’’’’elles rencontrent lorsquelles rencontrent lorsquelles rencontrent lorsquelles rencontrent lorsqu’’’’elles tentent de seelles tentent de seelles tentent de seelles tentent de se protprotprotprotééééger? Quelles sont les intentions et stratger? Quelles sont les intentions et stratger? Quelles sont les intentions et stratger? Quelles sont les intentions et stratéééégies des personnes quigies des personnes quigies des personnes quigies des personnes qui exercent la violence mexercent la violence mexercent la violence mexercent la violence méééédidididiéééée par les TIC?e par les TIC?e par les TIC?e par les TIC? Quels sont leurs besoins en terme dQuels sont leurs besoins en terme dQuels sont leurs besoins en terme dQuels sont leurs besoins en terme d’’’’intervention sociale?intervention sociale?intervention sociale?intervention sociale? Que font les intervenantes et les proches de ces filles et jeunesQue font les intervenantes et les proches de ces filles et jeunesQue font les intervenantes et les proches de ces filles et jeunesQue font les intervenantes et les proches de ces filles et jeunes femmes?femmes?femmes?femmes? Quelles sont les pratiquesQuelles sont les pratiquesQuelles sont les pratiquesQuelles sont les pratiques d'intervention socialed'intervention socialed'intervention socialed'intervention sociale prometteuses?prometteuses?prometteuses?prometteuses? 5
  6. 6. 1.11.11.11.1 LaLaLaLa CyberviolenceCyberviolenceCyberviolenceCyberviolence :::: Une pratique de la violence 6
  7. 7. Bloc IBloc IBloc IBloc I 7777 TIC et Web 2.0TIC et Web 2.0 Bloc IBloc IBloc IBloc I
  8. 8. 1.1 une pratique de la violence 1.1.11.1.11.1.11.1.1 DeDeDeDe quoiquoiquoiquoi parleparleparleparle----tttt----onononon ???? CyberviolenceCyberviolenceCyberviolenceCyberviolence - surtout en France CyberharcCyberharcCyberharcCyberharcèèèèlementlementlementlement - en Europe CyberbullyingCyberbullyingCyberbullyingCyberbullying - aux États Unis d’Amériques et au Canada anglais CyberintimidationCyberintimidationCyberintimidationCyberintimidation - au Québec Une dUne dUne dUne dééééfinition largement reprise etfinition largement reprise etfinition largement reprise etfinition largement reprise et àààà laquelle est ajoutlaquelle est ajoutlaquelle est ajoutlaquelle est ajoutéééé le prle prle prle prééééfixefixefixefixe ““““CyberCyberCyberCyber””””:::: « un élève est victime de bullying lorsqu'il est soumis, de façon répétée et à long terme à des actions négatives de la part d'un ou de plusieurs élèves » Olweus, 1993Olweus, 1993Olweus, 1993Olweus, 1993 cité par Berguer, A., Blaya, C. et Berthaud, J., 2011 8
  9. 9. 1.1 une pratique de la violence 1.1.21.1.21.1.21.1.2 QuelleQuelleQuelleQuelle estestestest lalalala prprprpréééévalencevalencevalencevalence dededede lalalala cyberviolencecyberviolencecyberviolencecyberviolence???? En 2014En 2014En 2014En 2014 ………… [[[[1/51/51/51/5] 23% des 5 436] 23% des 5 436] 23% des 5 436] 23% des 5 436 ééééllllèèèèves canadiens de la 4ves canadiens de la 4ves canadiens de la 4ves canadiens de la 4eeee àààà la 11la 11la 11la 11eeee annannannannééééeeee (10(10(10(10 àààà 17 ans)17 ans)17 ans)17 ans) ●déclarent avoir dit ou fait quelque chose de méchant ou de cruel à quelqu'un en ligne [[[[⅓⅓⅓⅓] 37% des 5 436] 37% des 5 436] 37% des 5 436] 37% des 5 436 ééééllllèèèèves canadiens de la 4ves canadiens de la 4ves canadiens de la 4ves canadiens de la 4eeee àààà la 11la 11la 11la 11eeee annannannannééééeeee ●signalent que quelqu'un a dit ou fait quelque chose de méchant ou de cruel à leur sujet et qui les a rendus mal à l'aise Le phénomène tendrait à augmenter avec laugmenter avec laugmenter avec laugmenter avec l’â’â’â’âgegegege (école primaire p/r à l’école secondaire). (Habilo Média, 2014) Les études n’établissent paspaspaspas toutes, concernant la «victimisation», des diffdiffdiffdifféééérencesrencesrencesrences entre les sexesentre les sexesentre les sexesentre les sexes qui soient statistiquement significatives (Blaya, 2013) 9
  10. 10. La TIC la plus utilisLa TIC la plus utilisLa TIC la plus utilisLa TIC la plus utiliséééée pour commettree pour commettree pour commettree pour commettre un acte violent est le tun acte violent est le tun acte violent est le tun acte violent est le tééééllllééééphone portablephone portablephone portablephone portable (notamment les t(notamment les t(notamment les t(notamment les tééééllllééééphones ditsphones ditsphones ditsphones dits ““““intelligentsintelligentsintelligentsintelligents””””)))) Le téléphone intelligent est présent chez plus d'un Québécois sur deux (53,3%) en 2014, en hausse p/r à l'année 2013 (41,8%) [73% de t[73% de t[73% de t[73% de tééééllllééééphones intelligents chez les 18phones intelligents chez les 18phones intelligents chez les 18phones intelligents chez les 18 àààà 24 ans].24 ans].24 ans].24 ans]. Notons également qu’il est présent en plus grande proportion dans les foyers des ménages avec au mions un enfant (74,3 % contre 42,2 % dans les foyers sans enfant dans le ménage). [...] De manière générale, les foyers des jeunes adultes sont ceux qui sont le plus souvent équipés d’appareils mobiles. NETendances, 2014: CEFRIO 1.1 une pratique de la violence 1.1.31.1.31.1.31.1.3 CommentCommentCommentComment ssss''''exerceexerceexerceexerce lalalala cyberviolencecyberviolencecyberviolencecyberviolence ???? 10
  11. 11. FlamingFlamingFlamingFlaming envoyer des messages grossiers à un individu ou à un groupe Happy slappingHappy slappingHappy slappingHappy slapping diffuser des images ou vidéos d’une agression SlutshamingSlutshamingSlutshamingSlutshaming inciter au mépris et à la stigmatisation de celles qui ne correspondent pas aux critères dominants de “pureté” et de respectabilité dans un groupe 1.1 une pratique de la violence 1.1.31.1.31.1.31.1.3 CommentCommentCommentComment ssss''''exerceexerceexerceexerce lalalala cyberviolencecyberviolencecyberviolencecyberviolence ???? 11
  12. 12. 1.1 une pratique de la violence 1.1.41.1.41.1.41.1.4 QueQueQueQue produitproduitproduitproduit lalalala cyberviolencecyberviolencecyberviolencecyberviolence ???? ThThThThèèèèse que la cyberintimidation est sans violencese que la cyberintimidation est sans violencese que la cyberintimidation est sans violencese que la cyberintimidation est sans violence • Pas de violence puisque pas de confrontation directe ou de contact physique entre personnes (Ang, P.-R et Goh, H.-D., 2010) VS ThThThThèèèèse que la cyberintimidation est violencese que la cyberintimidation est violencese que la cyberintimidation est violencese que la cyberintimidation est violence • mêmes conséquences que violence hors Web • mais contribue à intensifier l’expérience de la violence : – “ Double victimisation”, sur et hors Web – les intimidé.e.s hors Web ont plus de risques d’être “cyberintimidé.e.s” (Blaya, 2013) 12
  13. 13. 1.21.21.21.2 UsagesUsagesUsagesUsages:::: utilisations et pratiques de TIC et du Web par les jeunes Emprunts aux sociologies de la communication (usages) et de la jeunesse 13
  14. 14. 1.2 Les usages des TIC et du Web 1.2.11.2.11.2.11.2.1 DesDesDesDes ““““PraTICPraTICPraTICPraTIC””””:::: lesleslesles usagesusagesusagesusages desdesdesdes TICTICTICTIC etetetet dudududu WebWebWebWeb 14CARDON, 2010CARDON, 2010 Le rLe rLe rLe rôôôôle d'auteur.e, sans mle d'auteur.e, sans mle d'auteur.e, sans mle d'auteur.e, sans méééédiation, dans l'espace publicdiation, dans l'espace publicdiation, dans l'espace publicdiation, dans l'espace public
  15. 15. 1.2 Les usages des TIC et du Web 1.2.11.2.11.2.11.2.1 PraTICPraTICPraTICPraTIC dededede jeunesjeunesjeunesjeunes Ce qui se passe dans l’univers numérique prolonge, et peut-être stimule, les moeurs du monde réel” (Dagnaud, 2011: 18) LELELELELELELELE TOURNANTTOURNANTTOURNANTTOURNANTTOURNANTTOURNANTTOURNANTTOURNANT EXPRESSIVISTEEXPRESSIVISTEEXPRESSIVISTEEXPRESSIVISTEEXPRESSIVISTEEXPRESSIVISTEEXPRESSIVISTEEXPRESSIVISTE • unununun projetprojetprojetprojet dededede soisoisoisoi (Dagnaud, 2011: 28, 29) • pratiques expressivistes:pratiques expressivistes:pratiques expressivistes:pratiques expressivistes: ironiques, sarcastiquesironiques, sarcastiquesironiques, sarcastiquesironiques, sarcastiques, • une mosaïque d’initiatives qui ddddéééétournenttournenttournenttournent, remixentremixentremixentremixent du contenu • phénomène de viralitviralitviralitviralitéééé (Dagnaud,2011; Monnoyer-Smith, 2011; Blondeau, 2007) 15
  16. 16. 1.3 Mesures et interventions sociales SSSSéééécuritcuritcuritcuritéééé publique et justice publique et justice publique et justice publique et justice SantSantSantSantéééé et Services sociaux et Services sociaux et Services sociaux et Services sociaux en milieux scolaires en milieux scolaires en milieux scolaires en milieux scolaires intervention jeunesse intervention jeunesse intervention jeunesse intervention jeunesse 16
  17. 17. 1.3 Mesures et interventions sociales 1.3.21.3.21.3.21.3.2 InterventionsInterventionsInterventionsInterventions socialessocialessocialessociales Santé et services sociaux en milieu scolaire MELS : Projet deMELS : Projet deMELS : Projet deMELS : Projet de LLLLoi 56 adoptoi 56 adoptoi 56 adoptoi 56 adoptéééé le 12 juin 2012le 12 juin 2012le 12 juin 2012le 12 juin 2012 Le projet de loi fait partie de la Stratégie gouvernementale de mobilisation de la société québécoise afin de lutter contre l'intimidation et la violence à l'école, présentée par la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport le 12 février 2012. Modification de laModification de laModification de laModification de la LLLLoi sur loi sur loi sur loi sur l’’’’instruction publique:instruction publique:instruction publique:instruction publique: Obligation des établissements scolaires à se munir d’un plan d’action pour prévenir et combattre llll’’’’intimidationintimidationintimidationintimidation et la violence sous toute ses formes, dont la cyberintimidation. 17
  18. 18. 1.3 Mesures et interventions sociales 1.3.21.3.21.3.21.3.2 InterventionsInterventionsInterventionsInterventions socialessocialessocialessociales Sécurité publique et justice MinistMinistMinistMinistèèèère de la justice: Projet de loi C-13 dre de la justice: Projet de loi C-13 dre de la justice: Projet de loi C-13 dre de la justice: Projet de loi C-13 dééééposposposposéééé àààà llll’’’’automne 2013automne 2013automne 2013automne 2013 Loi sur la protection des Canadiens contre la cybercriminalité • Des accusations port é es au criminel sont d é sormais possibles pour la distribution d’images non-consensuelle. - ViseViseViseVise àààà lutter contre la cyberintimidation suitelutter contre la cyberintimidation suitelutter contre la cyberintimidation suitelutter contre la cyberintimidation suite àààà la mla mla mla méééédiatisation de nombreux casdiatisation de nombreux casdiatisation de nombreux casdiatisation de nombreux cas qui ont menqui ont menqui ont menqui ont menéééé au suicide, dont celui dau suicide, dont celui dau suicide, dont celui dau suicide, dont celui d’’’’Amanda Todd.Amanda Todd.Amanda Todd.Amanda Todd. - Groupe de travail sur la cybercriminalitGroupe de travail sur la cybercriminalitGroupe de travail sur la cybercriminalitGroupe de travail sur la cybercriminalit éééé du Comit é de coordination des hauts fonctionnaires a publié en juin 2013 un rapport intitulé Cyberintimidation et distribution non consensuelle d’images intimes - Rapport du comitRapport du comitRapport du comitRapport du comit éééé ssss éééé natorial permanent des droits de la personnenatorial permanent des droits de la personnenatorial permanent des droits de la personnenatorial permanent des droits de la personne « La cyberintimidation, ça blesse! Respect des droits à l’ère numérique » (décembre ,2012). Voir aussi Robert, 2013 18
  19. 19. 1.3 Mesures et interventions sociales 1.3.21.3.21.3.21.3.2 InterventionsInterventionsInterventionsInterventions socialessocialessocialessociales Intervention jeunesse 2 tendances2 tendances2 tendances2 tendances «««« localeslocaleslocaleslocales »»»» :::: Organismes communautaires :Organismes communautaires :Organismes communautaires :Organismes communautaires : υ Développement de programmes à caractère éducatif pour prévenir la cyberviolence (jeunes, parents). Milieux scolaires :Milieux scolaires :Milieux scolaires :Milieux scolaires : υ Intervenir en appliquant la politique de tolérance zéro et mesures de disciplines des établissements. (Tend à se modifier? Critique de certain.e.s auteur.e.s) 19
  20. 20. 1.4 Définition : ViolenceViolenceViolenceViolence mmmméééédidididiééééeeee parparparpar lesleslesles TICTICTICTIC etetetet lelelele WebWebWebWeb ViolenceViolenceViolenceViolence = probl= probl= probl= problèèèème socialme socialme socialme social CyberviolenceCyberviolenceCyberviolenceCyberviolence ≠≠≠≠ ““““nouveaunouveaunouveaunouveau”””” problproblproblproblèèèème socialme socialme socialme social ≠≠≠≠ ““““nouvellenouvellenouvellenouvelle”””” forme de violenceforme de violenceforme de violenceforme de violence ====Puisque peut prendre plusieurs formes déjà identifiées : la violence physique, économique, psychologique, verbale ou encore sexuelle. ==== nouvelle pratique sociale qui est mnouvelle pratique sociale qui est mnouvelle pratique sociale qui est mnouvelle pratique sociale qui est méééédidididiéééée par les TIC et le Webe par les TIC et le Webe par les TIC et le Webe par les TIC et le Web ==== Les TIC sont alors un moyen que peut prendre une personne pour produire et/ou propager la violence de façon anonyme ou non, rapide et efficace, laquelle peut être relayée (voire de façon virale) à un nombre limité ou illimité de personnes. ==== Usage stratégique du pouvoir, dont l’intention de l’auteur.e est de faire mal et/ou d’affirmer son pouvoir sur l’autre. Elle s’inscrit dans divers rapports à l’autre situés sur un continuum d’espaces intimes et non-intimes, continuum auquel fait référence le concept et néologisme “extimité” (Tisseron, 2001) à l’ère du numérique et notamment du Web 2.0. 20
  21. 21. 2. Méthodologie de la recherche 21
  22. 22. 2. Méthodologie de recherche 2.12.12.12.1 ÉÉÉÉchchchchééééancierancierancierancier 2014-2015 : Ann2014-2015 : Ann2014-2015 : Ann2014-2015 : Annéééée 1e 1e 1e 1 ““““ÉÉÉÉtude de besoinstude de besoinstude de besoinstude de besoins”””” Décembre 2014 Obtention de la certification éthique, UQAM Avril - Juin 2015 Groupes de discussion et entretiens individuels Avril - Août 2015 Transcription et analyse des données Interprétation collective des résultats Rédaction du rapport d’étude de besoins Communications scientifiques 2015-2016 : Ann2015-2016 : Ann2015-2016 : Ann2015-2016 : Annéééée 2e 2e 2e 2 ““““Concertation sur lConcertation sur lConcertation sur lConcertation sur l’’’’interventioninterventioninterventionintervention”””” Activités de concertation entre partenaires Forum Rédaction et publication d’articles scientifiques Rapport final du projet 22
  23. 23. 2. Méthodologie de recherche 2.22.22.22.2 DDDDééééroulementroulementroulementroulement dededede lalalala rechercherechercherechercherecherche Cette recherche est de nature exploratoireexploratoireexploratoireexploratoire. RecrutementRecrutementRecrutementRecrutement des participantes a été fait par Relais-femmes et ses partenaires du projet. Déroulement de l’étude : 2 groupes de discussion2 groupes de discussion2 groupes de discussion2 groupes de discussion d’une durée de deux heures avec 17 filles17 filles17 filles17 filles (13-17 ans); 1 groupe de discussion1 groupe de discussion1 groupe de discussion1 groupe de discussion avec 6 jeunes femmes6 jeunes femmes6 jeunes femmes6 jeunes femmes (18-25 ans); En cours ... 1/1/1/1/2 groupes de discussion2 groupes de discussion2 groupes de discussion2 groupes de discussion (3 heures) avec 18 intervenant.e.s18 intervenant.e.s18 intervenant.e.s18 intervenant.e.s;;;; 2/2/2/2/3 entrevues3 entrevues3 entrevues3 entrevues avec 3 intervenant.e.s3 intervenant.e.s3 intervenant.e.s3 intervenant.e.s pour recueillir des récits de pratique. 23
  24. 24. 2. Méthodologie de recherche Profil des participant.e.s ● En grande majorité, les filles rencontrées: ○ sont âgées entre 15 et 16 ans; ○ sont au secondaire (niveau 2 et 3); ○ sont sans emploi; ○ 41% passent moins de 3 heures/jour à utiliser les médias sociaux ou applications - l’autre 41% passent entre 3 et 7 heures/jour ● En grande majorité les jeunes femmes rencontrées,: ○ sont âgées entre 24 et 25 ans; ○ sont mères; ○ leur formation scolaire complétée est de niveau secondaire, Cégep ou DEP; ○ sont sans emploi; ○ passent moins de 3 heures/jour à utiliser les médias sociaux ou applications (⅔ d’entre elles (67%) - (⅓ entre 3 et 5 heures (33%) 24
  25. 25. 3.3.3.3. RRRRéééésultatssultatssultatssultats prprprprééééliminairesliminairesliminairesliminaires Les expériences des filles et des jeunes femmes 25
  26. 26. 3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes 3.13.13.13.1 LeursLeursLeursLeurs utilisationsutilisationsutilisationsutilisations desdesdesdes TICTICTICTIC etetetet dudududu WebWebWebWeb TICTICTICTIC WebWebWebWeb Téléphones cellulaires / intelligents Ordinateurs Tablettes numériques Paramètres “screen shot” Adresse IP Prise de photos Textos Tchatter Ipod 26
  27. 27. 3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes 3.23.23.23.2 LeursLeursLeursLeurs conceptionsconceptionsconceptionsconceptions dededede lalalala ““““cyberviolencecyberviolencecyberviolencecyberviolence”””” Formes de violence mFormes de violence mFormes de violence mFormes de violence méééédidididiéééée par les TICe par les TICe par les TICe par les TIC Psychologique (verbale, communication symbolique) Sexuelle Utilisations du rapport de forceUtilisations du rapport de forceUtilisations du rapport de forceUtilisations du rapport de force Anonymat Divulgation publique non consentie de l’intimité Instantanéité du message Perception de l’intentionalité (continuum) Répétition Contrôle par l’auteur.e (facilité de le prendre) Contrôle par la victime (facilité de le perdre) Violence SexuelleViolence SexuelleViolence SexuelleViolence Sexuelle:::: « Bin c’est une fille qui était à l’école pis genre elle était invitée à un genre de fin de semaine. Pis là ,elle était saoule, pis là elle était avec 3 gars et ils l’ont amenés à la toilette et là elle a fait des choses comme [...] très vulgaire, mais là y a comme une vidéo. Comme, quelqu’un a fait un vidéo. Là c’est arrivé que toute l’école l’a vu là. » Utilisation du rapport de forceUtilisation du rapport de forceUtilisation du rapport de forceUtilisation du rapport de force ««««...autant que quand c...autant que quand c...autant que quand c...autant que quand c’’’’est anonyme queest anonyme queest anonyme queest anonyme que quand tout le monde le voit, cquand tout le monde le voit, cquand tout le monde le voit, cquand tout le monde le voit, c’’’’est queest queest queest que cccc’’’’est facileest facileest facileest facile àààà faire. Cfaire. Cfaire. Cfaire. C’’’’est trop facileest trop facileest trop facileest trop facile àààà faire,faire,faire,faire, justement que de juger les personnes, dejustement que de juger les personnes, dejustement que de juger les personnes, dejustement que de juger les personnes, de dire des mdire des mdire des mdire des mééééchancetchancetchancetchancetéééés, pis de le rendres, pis de le rendres, pis de le rendres, pis de le rendre publipublipublipublicccc pour que tout le monde puissepour que tout le monde puissepour que tout le monde puissepour que tout le monde puisse voirvoirvoirvoir………… »»»» «««« ÇÇÇÇa fait mal la fait mal la fait mal la fait mal làààà. Un moment donn. Un moment donn. Un moment donn. Un moment donnéééé que tuque tuque tuque tu te fais rte fais rte fais rte fais rééééppppééééter la mter la mter la mter la mêêêême chose lme chose lme chose lme chose làààà.... ÇÇÇÇa tea tea tea te ddddéééétruit, pis ctruit, pis ctruit, pis ctruit, pis c’’’’est dur aprest dur aprest dur aprest dur aprèèèès de trouvers de trouvers de trouvers de trouver confiance envers cette personne lconfiance envers cette personne lconfiance envers cette personne lconfiance envers cette personne làààà....»»»» «««« TTTT’’’’as beau dire le contraire, que cas beau dire le contraire, que cas beau dire le contraire, que cas beau dire le contraire, que c’’’’est pasest pasest pasest pas vrai quvrai quvrai quvrai qu’’’’est-ce quest-ce quest-ce quest-ce qu’’’’ils disent. Bils disent. Bils disent. Bils disent. Beeeennnn çççça fait pas.a fait pas.a fait pas.a fait pas. Si tSi tSi tSi t’’’’as 15 personnes, 15 fois, 30 fois. Tsas 15 personnes, 15 fois, 30 fois. Tsas 15 personnes, 15 fois, 30 fois. Tsas 15 personnes, 15 fois, 30 fois. Tséééé 10 fois ou 5 fois l10 fois ou 5 fois l10 fois ou 5 fois l10 fois ou 5 fois làààà . T. T. T. T’’’’as beau dire queas beau dire queas beau dire queas beau dire que cccc’’’’est pas vrai, mais test pas vrai, mais test pas vrai, mais test pas vrai, mais t’’’’as tout le temps dansas tout le temps dansas tout le temps dansas tout le temps dans ta tta tta tta têêêête, genre telle personne tte, genre telle personne tte, genre telle personne tte, genre telle personne t’’’’a dita dita dita dit çççça...a...a...a...»»»» 27 Violence psychologiqueViolence psychologiqueViolence psychologiqueViolence psychologique :::: « La cyberviolence c’est quand, bin déjà ça se passe à travers les réseaux sociaux, pis c’est comme quand quelqu’un veut faire mal à quelqu’un d’autre [...]Il y en a mettons qu’ils veulent baisser l’estime d’une personne. Ça peut-être psychologique [...] Ça peut être des vidéos et des photos genre choquantes ou modifiés. [...] des fois, ils prennent la personne pis ils changent des choses, comme modifier la photo.»
  28. 28. 3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes 3.23.23.23.2 LeursLeursLeursLeurs conceptionsconceptionsconceptionsconceptions dededede lalalala ““““cyberviolencecyberviolencecyberviolencecyberviolence”””” Usages violents des TIC selon le genreUsages violents des TIC selon le genreUsages violents des TIC selon le genreUsages violents des TIC selon le genre Motifs Colère / Vengeance / Impulsivité / Perte de controle émotionnelle / Faire du mal (baisser l’estime; intimider; se moquer...) / Popularité (+++) / Conflit de personnalité / Mauvais usage du Web et des TIC en général / effet d’entrainement / Jalousie (amoureuse, matériel, physique, etc.) Motifs plus frMotifs plus frMotifs plus frMotifs plus frééééquents chez les filles:quents chez les filles:quents chez les filles:quents chez les filles: Conflit entre ami.e.s (chicane qui s’inscrit sur un continuum de violence) / Pour prendre sa place dans le groupe, pour être acceptée. Moyens Chatte / Statut / Diffusion de Photos (et modification de photo) / Diffusion de vidéo / Commentaires / Divulgation de secrets (fille +++) / Rumeurs Ils et elles utilisent surtout: Facebook / Snapchat / Texto 28
  29. 29. 3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes 3.23.23.23.2 LeursLeursLeursLeurs conceptionsconceptionsconceptionsconceptions dededede lalalala ““““cyberviolencecyberviolencecyberviolencecyberviolence”””” Usages violents des TIC selon le genre (suite)Usages violents des TIC selon le genre (suite)Usages violents des TIC selon le genre (suite)Usages violents des TIC selon le genre (suite) Attitudes -Les garçons procèdent davantage par chatte pour tenir des propos violents, alors que les filles vont surtout rendre public des informations et des secrets concernant la personne ciblée. -Les filles vont commenter plus négativement les comportements des autres filles qu’elles jugent inacceptables (ex. slutshaming) que les garçons. -Les garçons vont surtout recourir aux confrontations « dans la réalité » où ils vont se bagarrer. -Les gars et les filles se retrouvent souvent dans un cycle de la violence par effet d'entraînement. Généralement, il y a un « leader » qui incite des individus à se regrouper contre une personne ou un autre groupe. «««« On dirait que les fillesOn dirait que les fillesOn dirait que les fillesOn dirait que les filles rendentrendentrendentrendent çççça publia publia publia publicccc parce queparce queparce queparce que leur amis peuvent rentrerleur amis peuvent rentrerleur amis peuvent rentrerleur amis peuvent rentrer dedans plus facilementdedans plus facilementdedans plus facilementdedans plus facilement…………»»»» «««« Pis jPis jPis jPis j’’’’trouve que les fillestrouve que les fillestrouve que les fillestrouve que les filles ont plus tendanceont plus tendanceont plus tendanceont plus tendance àààà embarquer en gang.embarquer en gang.embarquer en gang.embarquer en gang. »»»» «««« Ouin, les gars tu vas voirOuin, les gars tu vas voirOuin, les gars tu vas voirOuin, les gars tu vas voir moinsmoinsmoinsmoins çççça, admettons, ouia, admettons, ouia, admettons, ouia, admettons, oui ççççaaaa vavavava êêêêtre en gang mais en gangtre en gang mais en gangtre en gang mais en gangtre en gang mais en gang plus pour se battre [...]plus pour se battre [...]plus pour se battre [...]plus pour se battre [...] »»»» [En parlant d[En parlant d[En parlant d[En parlant d’’’’unununun commentaire fictif sur unecommentaire fictif sur unecommentaire fictif sur unecommentaire fictif sur une photo de fille sexy.]photo de fille sexy.]photo de fille sexy.]photo de fille sexy.] «««« Oh check moi la pOh check moi la pOh check moi la pOh check moi la pééééttttassassassasse le le le làààà,,,, yark.yark.yark.yark.»»»» «««« Yo ! La plupart du tempsYo ! La plupart du tempsYo ! La plupart du tempsYo ! La plupart du temps cccc’’’’est les filles qui fontest les filles qui fontest les filles qui fontest les filles qui font çççça.a.a.a. »»»» 29
  30. 30. 3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes 3.23.23.23.2 LeursLeursLeursLeurs conceptionsconceptionsconceptionsconceptions dededede lalalala ““““cyberviolencecyberviolencecyberviolencecyberviolence”””” ParticularitParticularitParticularitParticularitéééés de las de las de las de la ““““cyberviolencecyberviolencecyberviolencecyberviolence”””” Anonymat / Divulgation publique non consentie de l’intimité / Instantanéité du message / Convivialité (facile à utiliser) / Réduction de la perception de l’intentionnalité / Contrôle (pour l’auteur facilité de le prendre; pour la cible facilité de le perdre) / Fait autant par des personnes connues que des personnes inconnues du ou de la jeune ciblé.e / Les TIC et le Web peuvent avoir l’effet d’une barrière à l’empathie où à la conscience de l’autre Continuum intimidation-cyberintimidation:Continuum intimidation-cyberintimidation:Continuum intimidation-cyberintimidation:Continuum intimidation-cyberintimidation: çççça se passea se passea se passea se passe àààà llll’é’é’é’école et secole et secole et secole et se poursuit par les TIC et le Webpoursuit par les TIC et le Webpoursuit par les TIC et le Webpoursuit par les TIC et le Web àààà la maisonla maisonla maisonla maison………… C’est réel C’est physique C’est psychologique C’est verbal C’est fréquent C’est banalisé « C’est drôle parce qu’au primaire, quand on subissait de l’intimidation [...] ça commence avec une chicane, pis ça en engendre une autre, une autre. C’était rendue que j’arrivais à l’école et j’étais stressée à cause de la chicane. Mais tsé, j’étais en 3ème année là. Faque, c’était du niaisage. [...] En plus que à l’école je faisais du stress. parce que il était là. Ben, j’arrivais en plus chez nous, pis là c’était sur les réseaux sociaux que ça embarquait. Faque moi, j’ai eu un Facebook à l’âge de 7 ans, j’avais MSN à l’âge de 6 ans. [...] Faque ça continuait à travers Internet. » « ...mais en même temps le monde là, ils voient toute, pis ils le voient défiler pis la majorité ne font rien parce qu’ils se disent « bah c’est juste normal ». Ça arrive souvent, faque on en fait pu de cas… » 30
  31. 31. 3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes 3.33.33.33.3 LeursLeursLeursLeurs expexpexpexpéééériencesriencesriencesriences:::: causes et conséquences Causes les plus nommCauses les plus nommCauses les plus nommCauses les plus nomméééées:es:es:es: -Basées sur des rapports sociaux inégaux liés à l’apparence physique -Jalousie (matériel; amoureuse;...) -Basé sur des rapports inégaux liés aux aspects identitaires du groupe d’appartenance (musique, style vestimentaire, style de vie, loisir, etc.). La cible: Blessures psychologiques (stress, anxiété, dépression, suicide, auto-mutilation) / Isolemement social (abandon, stigmatisation, s’isoler pour éviter la situation) / Perte de confiance envers les pairs (amène une distanciation des liens amicaux) / Réactions physiologiques due au stress vécue (somatisation) Pour la personne qui exerce la violence: Culpabilité / Perte de crédibilité auprès des pairs / Légal (arrestation, plainte devant le tribunal…) -Répercussion sur les amis, la famille et les proches (victimes indirectes) 31
  32. 32. 3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes 3.33.33.33.3 LeursLeursLeursLeurs expexpexpexpéééériencesriencesriencesriences:::: leurs stratégies en situation d’usages des TIC et du Web - Augmenter les paramètres de sécurité des TIC et du Web. - Diminuer la capacité de reconnaissance faciale sur le Web. - Garder ses données intimes pour soi. - Évitement des médias sociaux. - Développement de liens sociaux significatifs (intervention par les pairs, en ligne ou en personne). - Prendre du recul (réfléchir avant d’agir; se renseigner...) - S’affirmer (gestion du conflit en vis-à-vis ou par écrit ce qui permet de prendre du recul) - Confrontation de la personne qui exerce la violence en ligne ou en personne (+++) - Se montrer au-dessus de la situation (sarcasme, ignorer…) 32
  33. 33. 3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes 3.43.43.43.4 LeursLeursLeursLeurs pointspointspointspoints dededede vuevuevuevue sursursursur lelelele soutiensoutiensoutiensoutien rererereççççuuuu :::: à qui et comment s’adressent-elles ? DDDDéééénonciationnonciationnonciationnonciation àààà un adulte de confiance (prof, intervenant, parentun adulte de confiance (prof, intervenant, parentun adulte de confiance (prof, intervenant, parentun adulte de confiance (prof, intervenant, parent…………)))) DDDDéééénonciation au Tribunal ou la policenonciation au Tribunal ou la policenonciation au Tribunal ou la policenonciation au Tribunal ou la police DDDDéééénonciation mnonciation mnonciation mnonciation méééédiatiquediatiquediatiquediatique 33 « Mon fils je pense qu’il en vivait au début de l’année (intimidation). J’ai dit si il y a des amis qui te frappent, c’est toujours le même garçon, cet ami qui te fait cela, il veut le pouvoir sur toi, toi tu vas voir une enseignante, tu en parles… Pis si ça continue tu te défends, tu ne te laisses pas faire, je m’excuse. » « Si ça m’arrivait, c’est sûr que j’appellerais la police en partant. C’est la première chose que je ferais. » « ...moi justement ma professeure en 1ère année. En 1ère année, je me suis faite intimidée. Elle a disait que c’était pas vrai, que je ne me faisais pas intimider. Pis j’ai déjà rapporté qu’il y en a un qui m’avait callé dans une piscine. Pis elle disait: « bin là t’exagères, ça ce peut pas», toute le kit. [...] À cause de ça, j’ai passé dans le journal. Ma mère a appelé un journaliste pis j’ai passé dans le journal après avoir passé dans le journal une gang qui m’avait intimidé sont venu s’excuser… Pis la direction nous ont écrit une lettre d’excuse. Mais pourtant ma prof, en 2ème et 3ème année, j’avais pu la même professeure, pis cette professeure là, elle a toute faite pour faire remonter ma confiance en moi, genre. Parce que quand j’étais plus jeune genre, je chantais tout le temps. Faque. elle m’amenait en avant de la classe. Elle me passait son efface à tableau [pour faire un micro] genre pis elle me disait genre : « envoye, chante !» Pis là, je chantais. Pis à chaque fois que je réalisais quelque chose de bien, ben elle me félicitait, pis toute. Pour montrer aux autres que peu importe qu’ils me traitaient d’épaisse ou whatever que j’étais bonne mettons dans les tests de lecture, que je chantais bien. Pis que peu importe ce qu’ils disaient, j’avais des bons côtés. C’est le fun d’avoir l’appui d’un professeur et qui te comprend et te suit.»
  34. 34. 3. Résultats préliminaires: expériences de filles et de jeunes femmes 3.43.43.43.4 LeursLeursLeursLeurs pointspointspointspoints dededede vuevuevuevue sursursursur lelelele soutiensoutiensoutiensoutien rererereççççuuuu :::: leur satisfaction, contraintes et éléments facilitateurs Le sujet de la cyber violence n’est pas assez discuté. Non-reconnaissance de la situation de violence ou d’intimidation à des adultes significatifs, par le personnel scolaire, les parents… lent à réagir.) Il faut parler du sujet en amont des répercussions dramatiques de celui-ci (sous-entend une prévention primaire). Il doit y avoir plus de dépistage Varier les outils de prévention scolaire et assurer un suivi La dénonciation sociale de la VMT est difficile et demande du courage pour la personne concernée, car c’est toujours à elle qu’incombe la responsabilité de faire la preuve de ce qu’elle a vécu, tout comme dans les situations de V.C. 34 « On peut pas dire que l’école fait rien. Ils essayent mais, ils mettent pas assez d’efforts. Admettons, tu fais des ateliers sur l’intimidation toute le kit. Même. si tu fais des ateliers, même si tu montres l’histoire de X qui finit par se suicider, pis toute. Oui ca fait mal, mais le monde s’en rende pas compte. Le monde font : « Bon OK. C’est ça, c’est ça. Bin oui, il ya personne qui va se suicider, c’est pas vrai, c’est exagéré.» Jusqu’à temps que quelqu’un le fasse pour de vrai. Mais le problème c’est que le monde, même si t’essais de rentrer quelque chose dans la tête des gens, tu vas pas les changer. Même si tu leur dis: «Ha ! Ça c’est mal ! » Mettons, tu dis: « Mange pas de biscuit ça va te rendre grosse. » J’ai aime mes biscuits, faque je vais les manger mes biscuits, tsé. Je vais pas changer à cause tu me dis que c’est pas bon tsé. Mais ils essayent quelque chose mais, je trouve c’est pas les bonnes façons. Ils devraient trouver d’autres manières. Admettons quand quelqu’un se fait intimider, d’adopter toute suite des solutions. Faire des rencontres, pas laisser aller. Pis à la fin, garder un suivi. De demander de temps en temps: « Ça tu recommencé ? Y-a-tu quelqu’un qui a recommencé à te gosser ? » … »
  35. 35. ConclusionConclusionConclusionConclusion RRRRéééésumsumsumsuméééé ProspectivesProspectivesProspectivesProspectives -Été 2015 : Analyse des participantes “interventantes” -2015-2016: phase 2 ie de concertation régionale sur l’intervention sociale à développer MERCIMERCIMERCIMERCI!!!! 35
  36. 36. BibliographieBibliographieBibliographieBibliographie sssséééélectivelectivelectivelective 36 -BlayaBlayaBlayaBlaya, Catherine. (2013). Les ados dans le cyberespace. Prise de risque et cyberviolence (1re éd.). Bruxelles : de boeck. -BlondeauBlondeauBlondeauBlondeau, Olivier (2007). Devenir média. L’activisme sur Internet, entre défection et expérimentation, Éditions Amsterdam, 390 pages. -CardonCardonCardonCardon, Dominique (2010). La démocratie Internet. Promesses et limites, éditions Seuil et La république des Idées, 102 pages. -ComitComitComitComitéééé sssséééénatorial permanent des droits de la personnenatorial permanent des droits de la personnenatorial permanent des droits de la personnenatorial permanent des droits de la personne. (2012). La cyberintimidation, ça blesse ! Respect des droits à l’ère numérique. Ottawa : Mobina S. B. Jaffer et Patrick Brazeau. Récupéré de : http://www.parl.gc.ca/Content/SEN/Committee/411/ridr/rep/rep09dec12-f.pdf -DagnaudDagnaudDagnaudDagnaud, Monique (2011). Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion, SciencesPo. Les Presses, Paris, 172 pages. -JochemsJochemsJochemsJochems, S. Millette M. et J. Millette (2013) Hybridation des pratiques d’engagement : usages des technologies de communication pendant le mouvement des carrés rouges québécois, communication présentée panel "S'engager sur Internet" dans le cadre du congrès Sc. Politique, Luxembourg. -JochemsJochemsJochemsJochems, S. (2012a). "Les jeunes ne s'impliquent plus comme avant. Et puis? Réflexion sur les usages des médias sociaux notamment lors du Printemps Érable québécois", revue Canadienne de Service Social, vol. 29 no2. -JochemsJochemsJochemsJochems, S. (2012b). "PraTIC de RAJE citoyenne. Usages des TIC pour la mobilisation de jeunes à l'aide sociale", Entrevue avec Maxine Boucher, intervenant en action collective, et François Labbé, agent de recherche et de liaison, au Regroupement des Auberges du coeur, Revue Nouvelles Pratiques Sociales, vol. 24 no2. -Monnoyer-SmithMonnoyer-SmithMonnoyer-SmithMonnoyer-Smith, Laurence (2011). La participation en ligne, révélateur d’une évolution des pratiques politiques?, revue Participations, 1(1) : 156-185. -RACQRACQRACQRACQ (2012). Les médias sociaux et les Auberges du coeur: Le défi d'évoluer avec les jeunes, Rapport du comité Éthique et médias sociaux, Disponible en ligne à : http://www.aubergesducoeur.org/sites/www.aubergesducoeur.org/files/2012- 06_rapport_du_comite_ethique_et_medias_sociaux-_vf_0.pdf -RobertRobertRobertRobert, Véronique Me (13 avril 2013). "À propos de la belle Rehtaeh Parsons", journal Voir Montréal, Disponible en lien à : http://voir.ca/veronique-robert/2013/04/13/a-propos-de-la-belle-rehtaeh-parsons/ -SteevesSteevesSteevesSteeves, Valerie. (2014.) Jeunes Canadiens dans un monde branché, Phase III. Ottawa : HabiloMédias. Récupéré de http://habilomedias.ca/jcmb

×