Rapport de stage transport-de marchandise

47 918 vues

Publié le

1 commentaire
9 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
47 918
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
17
Actions
Partages
0
Téléchargements
737
Commentaires
1
J’aime
9
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport de stage transport-de marchandise

  1. 1. Sommaire Matière page • Dédicace ……………………………………….1 • Remerciement………………………………….2 • Avant-propos…………………………………...3 • Introduction……………………………….........4 • La formation…………………………………….5 • L’histoire du transporte de marchandises…...6 • Première partie : la présentation de l’entreprise : • Identification de l’entreprise • Effectif personnel • Organigramme de structure • Parc matériel. • Deuxième partie : les opérations exécute lors des • Trajets quotidiens : • 1.Les trajets • 2. Parti administratif • 3. Parti technique: • -Les taches organisé par le C.R.M • -Les vérifications avent le départ • • 4. La conduite rationnelle • 5. Attelage et dételage • Troisième partie : la mécanique : • 1. Comment purger l'air et l'eau dans un filtre à gazole ? • 2. Vidange l’huile de moteur • 3. Changement d’une roue • 4. Changement des mâchoires • • Conclusion………………………………………7 • Annexe…………………………………………..8
  2. 2. Dédicace • Je dédie ce modeste rapport en premier lieu A’mes chers parents dont je souhaitebonne et longue vie inchallah . • A’tout mes fidéles amis: lahbib,rachid,abdrahmane,omar,mustapha,salah,skikra, ….a tout mes amis de C.R.M group B ,et tout les stagiaires de C.R.M.
  3. 3. Remerciement • Je tiens a remercier en premier lieu la direction de l’institut supérieur de la technologie appliquée du AIT MELLOUL, en particulier Mr le directeur de l’établissement et surveillant général Mr FARID BEN MEZIN ,En suite j’ai essayé de profiter de cette unique occasion pour remercie mes formateur : • - Mr A.ALFEDDY • - Mr K.WAHID • - Mr L.ABAIH • Je porte mes remerciements aussi a tous les membres de la société « OUINTOD » à leur tête monsieur le gérant : ANBDAD MOHAMED, ainsi que l’équipe de la société qui m’ont porté assistance tant pratique que théorique tout au longe de mon stage.
  4. 4. Avant-propos • Suit aux règlements suivies aux établissement de la formation professionnelle, chaque stagiaire est tenue d’effectuer un stage pendant un ans afin de compléter l’autre cote théorique. • Etant stagiaire a l’institut supérieur de la technologie appliqué de AIT MELLOUL , spécialité C.R.M, j’ étais affectée auprès de la société OUINTOD pour passer ce stage d’une durée du 05/04/2008 au 05/06/2008 • Qui m’a permit de connaître autant de choses sur le monde du travail. • Mon rapport expose les travaux que j’ai réalise durant mon stage au société OUINTOD
  5. 5. Introduction • Le secteur • Les conducteurs routiers de marchandises travaillent dans le secteur des transports. Ils peuvent transporter des denrées alimentaires, tous types de marchandises inertes, ainsi que des produits dangereux. L’activité peut se distinguer en trois types, suivant la distance parcourue transports locaux, régionaux ou internationaux. • Les fonctions • Les chauffeurs routiers conduisent des poids lourds de plus de 3,5 t, voire pouvant même aller jusqu’a 44 t, pour les véhicules avec remorque .ils sont chargés, outre la conduite de leur véhicule, de le charger et le décharger, le bâcher et le débâcher, contrôler les marchandises, les livrer et organiser leur trajet .ils doivent de plus veiller au contrôle et a l’entretien de leur véhicule. • Si la conduite occupe la plupart du temps de travail, il ne faut pas non plus négliger les fonctions commerciales, techniques et administratives, qui occupent de plut en plus de temps. • Les conducteurs exercent leur activité dans le respect des règles de sécurité, de manière relativement autonome dans un environnement technologique en pleine évolution (repérage par satellite, informatique embarqué) • et en relation avec les opérateurs de leurs clients. • Leurs horaires sont particulièrement irréguliers, et ils peuvent travailler de nuit ou être obligés de dormir dans leur camion. • Les profils • Le conducteur de poids lourds doit être titulaire du permis C ou E .il doit avoir le sens des responsabilités, être autonome, et capable de repérer une panne sur son véhicule, et, le cas. Échéant, la réparer si la panne est simple. • Il doit avoir une bonne condition physique, être éventuellement capable de porter de lourdes charges et avoir une bonne résistance au stress lié aux impératifs de livraison. • Conditions de travail ?
  6. 6. • Les routiers travaillent de jour comme de nuit à l’échelle nationale ou internationale ils doivent faire preuve d’endurance et être particulièrement résistant nerveusement. • Ils doivent être en parfaite santé (vue, audition, cœur….) • Quelles qualités ? • Un goût conduite bien évidemment, une aisance relationnelle et le goût d’une certaine solitude car il peut passer des heures seul à son volant… • Il doit bien connaître son véhicule et posséder de bonnes connaissances en mécanique pour éviter ou solutionner une panne. La formation • Ces derniers ânes le monde a connu des vastes changements au niveau de l’économie. Le transporte est l’un du domaine qui ont une influence directe sur cette économie (national et international). • Dans ce but il y a lien d’accrocher une attention à la mise au niveau du secteur de transporte, afin de permettre l’adaptations de ces réglementation au normes exigées par le biais d l’O.F.P.P.T à la création des établissements disposant des formations ayant trait au secteur du transporte routier. • La formation au sein de ces établissements, s’étale sur une période d’un âne, une attestation de conducteur routier de marchandises est délivrée à la fin de la formation.
  7. 7. L’histoire du transporte routière de marchandises • La route est l’infrastructure de transport terrestre la plus souple car c’est une infrastructure banalisée, c’est-à-dire est utilisable par des usagers de types différents. Les routes ont été rarement créées ex nihilo (sauf à une époque toute récente). • A partir de la simple piste d’origine, elles ont pris progressivement des formes de plus en plus évoluées sur les mêmes itinéraires (chemins de terre, puis routes dallées ou empierrées,enfin macadamisées et goudronnées).en outre, la route peut grimper de fortes pentes(18p.100 en principe, mais afin de ne pas trop ralentir la circulation, on limite aujourd’hui les déclivités à 9p.100 sur les grandes routes).sur les versants raides, les virages peuvent être très serrés, notamment en montagne(lacets), mais ils tendent de nos jours à s’élargir en raison de l’accroissement de la taille des véhicules : le rayon n’est jamais inférieur à 40m .enfin, la route, qui n’est pas close, ne crée pas une rupture dans l’espace qu’elle traverse. La route est bordée de maisons et d’activités en tout genre : elle constitue un trait d’union. • Le trafic routier ne s’est véritablement développé qu’avec la mise au point du moteur à essence, d’abord utilisé pour l’automobile, mais celle-ci est demeurée longtemps très marginale et peu adapter au transport des marchandises. Ce n’est donc pas elle qui a concurrencé d’abord le chemin de fer,mais seulement ses dérivés que sont l’autocar pour les voyageurs et le camion pour les marchandises. L’un et l’autre démultiplièrent leur activité avec l’utilisation du moteur diesel (inventé en 1893), mais que les véhicules utilitaires et les autocars n’utilisèrent que dans l’entre-deux-guerres. Cependant, si le camion est conçu pour le transport de marchandises, son action fut longtemps (jusqu’aux années 1960) limitée aux distances courtes .mais, de nos jours, les transports routiers de marchandises, tout comme les automobiles, assurent généralement plus des trois quarts des trafics totaux. • 1-le réseau routier • Réseau routier à Atlanta (E.-U.) À l’instar de nombreuses grandes villes américaines Atlanta possède un réseau routier très dense. • En France et dans de nombreux pays d’ Europe , les routes ne sont que le réaménagement des routes tracées au XVIIIe et au XIXe siècle( en France, le corps des ponts et chaussées fut créé en 1716).Mais dans les pays les plus récents, notamment aux Etats-Unis, c’est dans l’entre-deux-guerres que les routes se développèrent sous la pression de la diffusion de l’automobile :1.5 millions de kilomètres construits entre 1919 et 1930.la longueur du réseau de routes américain dépasse actuellement 6 millions de kilomètres.
  8. 8. • La densité des réseaux routiers dans le monde et très variable. Elle est largement fonction de la taille du pays (inversement), de la densité d’urbanisation et du degré. • D’industrialisation. ainsi,pour 100 km2 de territoire,la Belgique compte 420 km de route, l’Allemagne 195km ;la France,146km (avec les chemins vicinaux),la Grande-Bretagne ,140km ,l’Italie, 99km les États-Unis, 66km,l’Espagne, 63km ;la suède,31km • La France offre le premier réseau routier d’Europe par sa longueur : plus de 800 000 km. • 2-les autoroutes • Réseau autoroutier (Los Angles) Corbis/Nik Wheeler • Mais la généralisations de l’automobile en Europe occidentale et dans les autres pays industrialisés a engendré la nécessité de créer une nouvelle infrastructure routière, spécialement conçue pour les véhicules automobiles : l’autoroute. La première autoroute est apparue en 1923(Milan- Varèse ,85km) : autostrade .à partir des années 1950, les autoroutes se développèrent en un véritable réseau routier rapide, mais ce développement fut d’autant plus rapide que le réseau de bonnes routes se trouvait moins développé. D’où le retard relatif de la France dans la construction du réseau autoroutier par rapport à ses voisins, notamment l’Allemagne et l’Italie. • L’autoroute est une infrastructure réservée aux véhicules automobiles à moteur, et encore pas à tous : elle est donc soumise à une réglementation très stricte .Mais en raison de la vitesse de déplacement qu’elle permet, elle a été vouée dés l’origine, aux liaisons à grande distance, c’est-à-dire très rapidement au trafic international .il a donc fallu définir rigoureusement cette infrastructure en se fondant sur des normes techniques de construction et de fonctionnement qui soient les mêmes a l’échelle de l’Europe. C’est en1957 que cette définition de l’autoroute a été retenue. • En France , la mise en place du réseau d’autoroute s’est en deux phases : celle des autoroute de dégagement autour de paris (autoroute de l’Ouest dés 1946) et des grandes villes, jusqu’au début des années 1960.Mais a partir des années 1960,se développée en France la phase des autoroutes de liaison , a l’image de la stratégie développées dans les autres pays européens .le schéma national des autoroutes repend la disposition en étoile autour de paris que l’on retrouve dans tous les réseaux français de transport .une seule exception : l’autoroute des deux mers ( Bordeaux-Marseille ) en raison de son éloignement de la capitale .Mais , a la suite de la saturation de la région parisienne , cette structure radiale tend a s’affaiblir :A 31 (Luxembourg-Beaune) et A 26 (Calais-Dijion) notamment .
  9. 9. • Si l’on prend en compte non seulement les autoroute proprement dites, mais également leurs prolongements sous forme de route express a quatre voies (type N 4 entre Toul et Saint-Dizier) ,la France dispose du premier réseau routier rapide par sa longueur : prés de 10 000km suivie par l’Allemagne et l’Italie. la France en comptant quelque 7 000 km actuellement . • Mais la France est loin de disposer de la plus forte densité d’autoroutes, que ce soit par rapport a la population ou par rapport a la surface .Dans les deux cas, les densités les plus • élevées s’observent dans les états de petite taille a haut niveau de la vie , soit dont la densité de population est affaiblie par le caractère montagneux du pays • pour le premier cas (Suisse,Autriche), soit sans contraintes de relief pour le second (Belgique). • Le réseau de route nationales entretenues par l’état avait été défini au XIXe siècle, comme celui devant servir a mettre en relation les 90 préfectures départementales (soit quelque 9 000 liaisons interdépartementales) il totalisait environ 85 000 km, mais dont une très large partie ne correspondait plus a des itinéraires de grand trafic (par exemple Tulle Bourges) .En 1972 une grand majorité de ce réseau (55 000 km) a été déclassé en routes départementales. • La réalisation d’une autoroute n’est souhaitable que si le trafic est suffisant : ce seuil de rentabilité est de 10 000 à 15 000 véhicules/jour, mais le seuil de trafic à partir duquel les seuls coûts de fonctionnement sont couverts est de 5 000 véhicules/jour. Ce seuil peut être pris en considération, par exemple, dans le cadre des préoccupations d’aménagement du territoire, pour désenclaver une région. Le tracé est aussi peu sinueux que possible : le rayon minimal des courbes est de 1 000m, et les déclivités maximales sont de 4p. 100 en plaine, de 6p.100 en montagne. Ces normes se traduisent par la nécessité de construire de nombreux ouvrages d’art (viaducs de franchissement de vallée et souterrains de grande longueur sous les montagnes : 17km sous le Saint-Gothard).Si de tels ouvrages d’art étaient déjà réalisés depuis le XIXe siècle sur les voies ferrées, ils constituent quelque chose de tout à fait nouveau dans les infrastructures routières. • L’autoroute est assez grosse consommatrice en espace : 10 à 12ha/km. Le coût de construction, principalement celui de l’expropriation, varie de 1 à 10 selon qu’il s’agit de zones rurales ou de secteurs d’urbanisation dense. Par sa spécialisation ou trafic rapide, par son isolement du à la distance entre les échangeurs et accentué par les péages, l’autoroute constitue un univers clos qui s’insère difficilement dans son environnement et crée une rupture dans l’espace qu’elle traverse.
  10. 10. • • Dans l’ensemble du réseau routier rapide, les autoroutes sont complétées par les routes express et les voies rapides dont les normes son moins sévères pour le tracé, la densité des échangeurs et l’aménagement des croisements, et par les déviations aux caractéristiques similaires, qui évitent la traversée des agglomérations au trafic de transit.
  11. 11. • La présentation de l’entreprise : • 1* Identification de l’entreprise • OUINTOD • Le transport en générale est un facteur major, c’est la base fondamentale de chaque décollage en relaient entre les point de production et la distribution. • Elle met à sa mission pour atteindre une concurrence de haut niveau. • L’entreprise OUINTOD est une entreprise de transport pour compte propre. • ---Activité : transport et vente de marchandises. • 2* Effectif personnel : • ---Nombre de véhicule : 7 • Il y travaille a peu prés de 18 salaries et chauffeurs. • 1* Identification de l’entreprise • OUINTOD • Le transport en générale est un facteur major, c’est la base fondamentale de chaque décollage en relaient entre les point de production et la distribution. • Elle met à sa mission pour atteindre une concurrence de haut niveau. • L’entreprise OUINTOD est une entreprise de transport pour compte propre. • ---Activité : transport et vente de marchandises. • 2* Effectif personnel : • ---Nombre de véhicule : 7 • Il y travaille a peu prés de 18 salaries et chauffeurs. • ---La société dispose d’une : - Administration. - Magasin de stock de déféren Marchandises (Ciments, fer…) - 1 Pompe de gasoil. -Place de stockage des pneus neufs • ---Adresse : Société OUINTOD SARL BLOC 2 N°115 ASSAISS AZROU AIT MELLOUL • TEL : 061504135
  12. 12. 3*Organigramme de structure Direction Gérant: Responsable d’agens Technicien du transit, conducteurs Gestion: Comptable gestionnaire Magasinage: *Magasine Maintenance: *Mécanicien Réparateur *Soudure, tôle 4*Parc matériel : Le parc matériels se compose de : 4 porteurs : -CANTER HD -3 Mitsubishi FK • 3 véhicule Articuliers : -2 SCANIA 360 -VOLVO FH
  13. 13. Les opérations exécute lors des Trajets quotidiens :
  14. 14. •1*Trajets • Après une formation au sein de l’institut spécialisé de technologie appliqué au transport a ait Melloul, Filière (C.R.M). j ai effectue le stage dans la société ‘’ OUINTOD ’’durée de deux mois comme suit : le premier mois comme conducteur (CANTER HD) et après comme stagiaire (Articulé). • Pendant cette période j’ai acquis une bonne expérience qui m’a aidé à voir le monde de transport, et pour développer les connaissances ainsi que les habilites en fonction de programme de formation. • A la fin de mieux réaliser mon rapport j’ai adapte trois parties dont la première sera l’objet de la présentation de l’entreprise de la deuxième partie sera les opérations exécute lors du stage la troisième partie pour la mécanique. • - CANTER HD • 1* ère semaine (lundi 15/04/2008 au 20/04/2008) • * J’ai effectuée les trajets suivants : • • Ait Melloul ....................Tafraoute • Ait Melloul ....................Tafraoute • Hawara .........................Idagnigif • hawara..........................Tanalet • hawara..........................Tafraoute • • 2*eme semaine (30/04/2008 au 04/05/2008) • J’ai effectuée les trajets suivants : • Azrou …………………..Biougra • Azrou …………………..Biougra • Azrou …………………..Tanalet • Tikiwine…………………hawara • Ait Melloul …………… hawara
  15. 15. 2*Parti administratif • Les rôles administratifs d’un C.R.M • Il a une relation avec : • *l’entreprise • -bon de décharge • -C.R.M • -bon de ses travaux • *les agents verbalisateurs • -respecté le code de la route • -vérifié les marchandises • -respecté les consignés de sécurités • -Disposé une plient en cas d’un incident, accèdent ou vole • *service technique • Pour avoir ou validé une visite technique du véhicule
  16. 16. 3*Parti technique • Les taches organisé par le C.R.M • Les vérifications avent le départ • Contrôle l’immobilisation • Frein de parcage serré • Le cabine verrouillé • Le chrono tachygraphe, les documents de bord, les lots de bord • Rédaction, et positionnement du disque (la feuille d’enregistrement du chrono) • Vérifier l’absence de décalage horaire • Les documents : présence, validité, et concordance • Les lots de bords : obligatoire s et facultatifs
  17. 17. • 1- les vérifications • extérieures : • Des taches de : huile, eau, gazole, sou le véhicule • Les niveaux : liquide de refroidissement, huile moteur, et l’eau de lave-glace • Les niveaux des assistances : direction, freinages et ombrage • Les systèmes pneumatiques et de la suspension : • - bonde de roulement, pression • - absence des corps étranges • - écrous de roue • - état de la suspension • - purge des réservoirs d’air • - feux, glaces, rétroviseurs et dispositifs réfléchissants • - la propreté et l’état de glaces, essuie-glaces, rétroviseur, plaques, feux dispositif réfléchissent et de protection latéraux et arrière. • - fonctionnent des feux : de position, de route les clignotant, d’immatriculation. • - la fixation de barre anti-encastrement • 2- vérification intérieure : • Réglage de séage, rétroviseurs • Mis en marche le moteur
  18. 18. • Emplacement, rôle et fonctionnent des dispositifs de contrôle, des accessoires et des assistances. • *systèmes de freinages : • Mise en pression a l’intérieur des réservoirs d’air : - contrôle le voient ou le manomètre. • Essais les freins. • Frein de parcage. • Frein de service. • Contrôle de la pression après chaque essai de frein. • NB : la plus parte des conducteurs ne respectons ses vérification 4*La conduite rationnelle • Les précautions à suivre dans les situations suivent : 1-le démarrage • Le démarrage en douceur • - augmenté l’égerment le régime du moteur • - évité les accélération 2- les contrôles avent le départ • *contrôle : • - Les niveaux (eau, huile) • - l’éclairage et signalisation • - freinage et pneumatique • - arrimage et calage de la charge • - les doucement validité et compactibilité
  19. 19. 3- le passage des vitesses • - respecter le régime du moteur • - ne pas forcer le levier • - effectuer le reembrayare doucement 4- le freinage • - freine lentement et plusieurs fois • - rétrograder les vitesses • - utilise les dirent freine 5- dépassement • - pouvoir d’accélération • - la visibilité vers l’avant et l’arrière • - la disante suffit pour le dépassement • - signalisation lumineux et sonner 6- les virages • - redoubles la prudence • - conduite en douceur • - adapté la vitesse • - réserve la marge la sécurité 7- conduite sous la pluie • - maintenir le volant • - utilises les essuie-glaces • - éviter de mettre l’allumage hors service • - rouler à une vitesse modéré 8- le verglas • - réduire la vitesse • - augmentes les distances de sécurité • - circules à des vitesses compatibles avec ses propres capacités • - ralentir suffisamment
  20. 20. • - montrez calmement la trajectoire • - ne pas cédez à la panique • - ne pas donné de coup de volant 9- le brouillard et le fumé • - roulez à une vitesse • - allumer les feux de brouillard et de croisement même le jour • - adapter la vitesse 10- les autoroutes • - utilise les rétroviseurs • - respecter les voies de circulation 11- les cas d’urgence • A- brise de pare-brise • - il ne faut pas cèdes à la panique • - pas de coup le volent • - freinage en graduellement • - allumé le feux de détresse • - ralentir, tenir la droit et s’arrête • B- animaux sur la route • - utilisé la virtuose sonore • - changé le feux de route par le croisement • - un véhicule en sens inverse de plusieurs personnes • C- éclatement d’ pneu • - maintenir fermement le volant • - pneu de l’avent : ne pas freiné • - pneu de l’arrière : freinez très progressivement • D- freinage d’urgence • - freiner vigoureusement et relâcher • - conserve une direction stable
  21. 21. • - amorcer le frein d’urgence • E- défaillance du frein • - rétrogradé les vitesses • - serré le frein à main • F- perte d’une roue • - amorcer le frein d’urgence • - tenir d’amortir de dérapage par le contre • G- câble d’accélérateur bloqué • - allumé les feux de détresses • - couper l’allumage • - débrayer et passer au point mort 9- le brouillard et le fumé • - roulez à une vitesse • - allumer les feux de brouillard et de croisement même le jour • - adapter la vitesse 10- les autoroutes • - utilise les rétroviseurs • - respecter les voies de circulation 11- les cas d’urgence • A- brise de pare-brise • - il ne faut pas cèdes à la panique • - pas de coup le volent • - freinage en graduellement • - allumé le feux de détresse • - ralentir, tenir la droit et s’arrête • B- animaux sur la route • - utilisé la virtuose sonore
  22. 22. • - changé le feux de route par le croisement • - un véhicule en sens inverse de plusieurs personnes • C- éclatement d’ pneu • - maintenir fermement le volant • - pneu de l’avent : ne pas freiné • - pneu de l’arrière : freinez très progressivement • D- freinage d’urgence • - freiner vigoureusement et relâcher • - conserve une direction stable • - amorcer le frein d’urgence • E- défaillance du frein • - rétrogradé les vitesses • - serré le frein à main • F- perte d’une roue • - amorcer le frein d’urgence • - tenir d’amortir de dérapage par le contre • G- câble d’accélérateur bloqué • - allumé les feux de détresses • - couper l’allumage • - débrayer et passer au point mort • A/ dételage : • Les étapes de dételage sont : • Redescend les béquilles • Ouvre le verrouillage coupleur de la sellette • Démarre le tracteur (avance un peu = 1m avant) • Débranche les flexibles et les remettent dans leurs places
  23. 23. • NB : si le verrou et bloqué, monter dans la cabine, desserrer puis resserrer le frein de parc. • B/ Attelage : • Les étapes d’attelage sont : • Mettre le tracteur sous la semi-remorque • Branche les flexibles • Remonte les béquilles • Recule en marche arrière jusqu’à l’accouplement de • La sellette avec l’axe pivot • Vérification de la fermeture de verrouillage • Coupleur de la sellette • Avance un peu en essayant de tracter • La semi-remorque • Mis la plaque d’immatriculation • NB : pour les tracteur puis son pas équipé du system de suspension d’air on la remplace par les biquettes.
  24. 24. la mécanique : • 1*Comment purger l'air et l'eau dans un filtre à gazole ? • ***Tout d'abord, voici la bête... pour le remplacement du filtre, il faut enlever les 4 vis Torx du couvercle, déposer celui-ci et extraire le filtre en tirant dessus. Bien laisser couler le gazole dont le filtre est gavé avant de le retirer, et le déposer dans une bouteille d'eau coupée en deux (pour éviter de mettre du gazole partout !). Remplacer les joints (qui sont fournis avec le filtre neuf) et installer le nouveau filtre. Reposer le couvercle, ne pas serrer exagérément les vis Torx. (je n'ai pas de photos pour le remplacement du filtre à gazole, désolé) . ***Vous n'êtes pas obligé de purger l'air contenu dans le circuit d'alimentation, mais si vous ne ne faites pas, vous allez devoir tirer sur le démarreur pendant un long moment avant que la voiture ne donne des signes de vie... Ce n'est pas bon pour le démarreur ! Je préconise donc de purger l'air, ce qui facilitera grandement le premier démarrage... Voici la pompe d'amorçage :
  25. 25. ***Et voici enfin la vis de purge d'air, situé sur la pompe à injection (notez que l'emplacement de la vis de purge peut être différent en fonction du moteur, ici il s'agit d'un 2.1 TD équipé d'une pompe LUCAS EPIC) : ***Pour purger l'air, il suffit de mettre le contact (je préfère le faire, certains diront que c'est inutile, mais bon... ) ; d'ouvrir la vis de purge d'un demi-tour environ et de pomper sur la "poire". Lorsque le gazole s'écoule, il faut refermer la vis de purge et démarrer l'auto. C'est tout... Ponctuellement, il est recommandé de purger également l'eau contenue dans le filtre à gazole. Celle-ci se trouve dans le bas du filtre, il y a donc une petite vis en plastique équipée d'un tuyau sur l'un des côtés du filtre, à la base de celui-ci : ***Il suffit de démarrer le moteur, d'ouvrir un peu la vis de purge d'eau, et de pomper sur la "poire" quatre ou cinq fois. Refermer ensuite la vis de purge d'eau, et c'est fini. Il est nécessaire, pour protéger l'environnement, de retrouver où se termine le tuyau raccordé à la vis de purge d'eau, et d'y mettre un petit bocal pour récupérer le gazole et l'eau qui se seront écoulés.
  26. 26. • 2*Vidange d’huile de moteur • vidange : • Arrêt le moteur en ralenti • Mettre une bague sous le carter • Desserrer le boulon de carter, et bouchon de remplissage • Laisser l’huile couler complètement • Changement des filtres d’huile chaque deux vidange : • Déposer des vis de fixations du couvercle. • Déposer l’élément filtrant • Poser les neufs filtres • Remplissage d’huile moteur : • Serrer le boulon de vidange avec un joint. • Verser l’huile propre (sae 50 ou sae 40) sous déposer le niveau normale (entre maxi et mini) • enfin : • - Vérifier le niveau d’huile. • Lancer le moteur. • 3*Changement d’une roue • Caler le véhicule • Vérifier l’état de la roue de secours et la présence • Du matériel (cric, clé de roue). • Déposer la roue • Desserrer sans les enlever les écrous de roue. • Soulever l’essieu a l’aide du cric. • Déposer la roue. • b) Reposer la roue • Reposer la roue de secoure. • Remettre les écrous en place d’abord à la main puis • Graduellement avec la clé. • Redescendre le véhicule (baisser le cric). • Terminer la fixation des écrions de la roue. • Contrôler la pression de gonflage. • C) Important • Après avoir parcouru environ 50 km contrôler a • Nouveau le serrage des écrous.
  27. 27. 4*Changement des mâchoires • Déposer le tambour et les mâchoires • - Arrêt le moteur en ralenti pour remplir les réservoirs • de l’air. • Caler le véhicule. • Frein de stationnement. • Passer le cric sur l’essieu. • Desserrer les écrous de la roue. • Lever l’essieu avec le cric jusqu’à la roue est libre. • Déposer les écrous de la roue. • Déposer la roue. • Déposer le tambour. • Déposer les ressorts de rappelle à l’aide d’un tournevis. • Dégager les mâchoires. Changement des mâchoires - Contrôler et nettoyer les autres éléments. Changement des garnitures. Monter des mâchoires dans leur logement. Vérifier le montage. Reposer le tambour. Monter la roue
  28. 28. • Pendant la période de stage j’ai essaye de pratiquer ce que j’ai vu a I.S.T.A, est j’ai connaître et vivre le domaine de travail a une société de transport « OUINTOD » , je me suis pas arrivée a connaître tout ce qui concerne le conducteur du transport routier marchandises,car son domine et très vaste, mais cela ne m’empêche pas de dire que j’ai pas amélioré ma connaissance , et aussi passer mon stage dans les bonnes condition .

×