Rapport de stage

12 124 vues

Publié le

waw

Publié dans : Business
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
12 124
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
21
Actions
Partages
0
Téléchargements
212
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport de stage

  1. 1. - 1 - SOMAIRE REMERCIEUMENT AVANT PROPOS PRESENTATION : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE FICHE TECHNIQUE L’ORGANIGRAME LE CORP : INTRODUCTION QULQUE DEFINITIONS L’ENTREPRISE ET CES FONCTIONS LES TRAVEAUX EFECTUER DURANT MON STAGE  Le Classement  La Comptabilisation LA CAISS NATIONAL DU SECURITE SOCIAL  Définition  La Retraite  Les Allocations Familiales  La Maladie  La Formule de Calcul LA PAIE  Définition  L’organisation de la paie  Bulletin de paie  Salaire de base et salaire brute  Heures supplémentaires L’IMPOT SUR LE REVENU  Définition  Champs d’application  Exonération  Barème de calcul  Les étapes de la détermination de l’IR. LE THEME (TVA) :  Définition  Les Taux ANNEXE : RAPPORT DE STAGE En comptabilité Ce rapport, conclus toutes les taches que j’ai effectues pendant le mois d’avril dans L’entreprise RIVERA METAL éalisa tion : Mr Yassi ne DAH IRI Encadrée par: Mme Bissaine . Réalisation: Mehdi El Alaoui
  2. 2. - 2 - Tables des matières : REMERCIEMENT ………………………………………………3 AVANT PROPOS ……………………………………………….4 INTRODUCTION………………………………………………..5 CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA SOCIETE A PROPOS …………………………………………………..8 HISTORIQUE………………………………………………..8 LA SOCIETE AUJOURD’HUI……………………………9 PERSONNEL………………………………………………..11 ORGANIGRAMME………………………………………....12 FICHE TECHNIQUE ……………………………………….13 PRESENTATION DU SECTEUR D’ACTIVITE…………..14 CHAPITRE II : PRODUITS ET SERVICES PRODUITS ………………………………………………….24 SERVICES…………………………………………………..25 CHAPITRE III : LE CORP LA COMPTABILITE……………………………………….26 LA FACTURATION………………………………………..40 LE RAPPROCHEMENT BANCAIRE……………………..43 QUESTION/REPONSE…………………………………….44 CONCLUSION………………………………………………….58 ANNEXES………………………………………………………60 REFFERENCES………………………………………………...62
  3. 3. - 3 - REMERCIEMENT En premier lieu, je tiens à remercier Mr MOUSTAFA et Mme MERYEM, responsables des ressources humaines, pour m'avoir permis d'effectuer ce stage au sein de l’entreprise RIVERA METAL. Je remercie également Mlle AWATIF et Mlle SOUKAINA MOUKRINI et Mlle NABILA ENNAMRI pour les explications et les informations qu'ils ont pu me fournir sur tous ce qui concerne les travaux comptable. Et surtout, je remercie Melle BISSAINE pour toutes les explications et les éclaircissements qu'elle a pu m'apporter au sujet des différents processus mis en oeuvre. Ses connaissances en Comptabilité m'ont beaucoup aidé. Enfin, je remercie tous mes formateurs et spécialement Mr MOUSSA ABDELKARIM et Mr LAHRACH ABD EL ALI, ainsi mes collègues et spécialement Mr MOHAMMED EL GUADDARI.
  4. 4. - 4 - AVANT PROPOS AU COUR DE LA 3EME ANNEE DE FORMATION ET POUR QUE CELLE CI SOIT ENRICHIE l’Ecole HECF NOUS OBLIGE DE PASSER UN STAGE PRATIQUE QUANT A MOI J’AI EFFECTUE UN STAGE DANS L’ENTREPRISE RIVERA METAL DURANT LA PERIODE 09/04/15 AU 04/05/15 POUR AVOIR UNE EXPERIENCE PRATIQUE ET FAIRE UNE COMPARAISON ENTRE CE QUE J’AI APPRIS DURANT MA FORMATION (EN 1ERE, EN 2EME ET EN 3EME ANNEE BRANCHE FISCALITE ? COMPTABILITE ET FINANCE)
  5. 5. - 5 - ET CE QUE J’AI PRATIQUE EN TANT QUE STAGIAIRE AU SEIN DE L’ENTREPRISE .
  6. 6. - 6 - introduction Le stage est organisé afin de découvrir le monde du travail, son fonctionnement, ses activités et ses objectifs. Il permet d’élargir les connaissances des étudiants et d’acquérir une méthode de travail en passant de la théorie à la pratique. De ce fait, la pratique du stage est une nécessité et une affirmation de la réussite dans le domaine professionnel, elle permet de mesurer l’écart existant entre l’étude théorique acquise à l’université et l’étude pratique acquise dans l’entreprise. L’objet de ce rapport est de présenter le déroulement du stage que j’ai effectué au sein de la société RIVERA METAL, pendant les quatres semaines. Le présent rapport décrit le contexte de la mission qui m’a été confié ainsi que son exécution. Par ailleurs, la présentation du cadre juridique permet d’en exposer l’intérêt et d’éclairer les difficultés que j’ai pu rencontrer. Enfin, ce rapport présente un bilan de la mission et une évolution du stage. Mon rapport de stage, vient après un travail d’observation et de recherche afin de décrire le travail des différents services de l’entreprise, son organisation et les tâches exercées par les salariés. En vue de rendre compte de manière fidèle et analytique de ces quatres semaines passées au sein de la société RIVERA METAL, il apparaît logique de présenter à titre préalable la société, ses activités et sa structure générale, à savoir RIVERA METAL : structures et activités (I), puis dans la deuxième partie de mentionner un des produits de la société : le segment armatures coupées-façonnées dans le secteur BTP (II). Enfin, dans la conclusion, il sera précisé les différentes missions et tâches que j’ai pu effectuer au sein la société, et les nombreux apports que j’ai pu en tirer.
  7. 7. - 7 - Mon choix du lieu du stage est orienté vers la société RIVERA METAL une filiale du groupe BELMEKKI qui opère dans le secteur du Bâtiments et Travaux Publics (BTP). Donc, avant de commencer ce rapport, il est logique de faire une présentation complète de la société et du secteur dans lequel opère la société, à savoir le secteur du Bâtiments et Travaux Publics (BTP).
  8. 8. - 8 - PRESENTATION A PROPOS : RIVERA METAL Une filiale du groupe Meski Holding, grâce à plusieurs années de savoir faire dans le secteur de la métallurgie, le groupe BELMEKKI et RIVERA METAl ont pu prendre une sérieuse longueur d’avance dans la profession pour offrir le meilleur de la technologie en matière d’armature coupées façonnées et d’acier tréfilés. HISTORIQUE : RIVERA METAL est le spécialiste de l’armature qui propose une offre adaptée aux besoins des clients, soit des professionnels de bâtiments, de génie civil ou de travaux publics, se voit non seulement l’opérateur national le plus performant en matière de fabrication et de distribution des armatures, mais aussi un leader incontournable de la logistique grâce à son réseau de distribution présent dans les principales villes du Royaume. RIVERA METAL est une filiale du groupe BELMEKKI (BMK), leader national dans le négoce des matériaux de construction et notamment du rond à béton. Fort de 30 ans d’expérience, le groupe BELMEKKI accompagne les professionnels du bâtiment dans des chantiers de toutes superficies, des plus simples aux prestigieux sur l’ensemble du territoire. Ces dizaines d’années de savoir faire dans le secteur de la métallurgie, ont permis au groupe BELMEKKI et à RIVERA METAL de prendre une sérieuse longueur d’avance dans la profession pour offrir le meilleur de la technologie en matière d’armatures coupées façonnées et d’aciers tréfilés. La réussite de RIVERA METAL est due essentiellement à son souci constant d’anticiper les besoins du marché et de répondre à la demande de ses clients en leur fournissant des produits innovants et de très haute qualité.
  9. 9. - 9 - Par sa maîtrise des potentialités régionales et l’étendu de son réseau de distribution, par l’implication de ses collaborateurs et la qualité de ses partenariats, RIVERA METAL consolide son positionnement de leader et continue à innover et à investir pour la grande satisfaction de ses clients AUJOURD’HUI : a) Valeurs : Le secteur du bâtiment se voit subir des changements radicaux dans les modes et les délais de réalisation des ouvrages. RIVERA METAL accompagne les opérateurs du secteur dans la maîtrise de ces nouvelles contraintes. RIVERA METAL veille en continu à anticiper les changements et à suivre les avancements technologiques réalisés à l’international. RIVERA METAL dont les réalisations commencent à s’épanouir dans tout le royaume, emploie plus de 150 personnes et contribue efficacement dans la promotion d’une industrie à haute valeur ajoutée. Toute la structure fait preuve d’implication ferme pour la satisfaction des clients en leur faisant jouir d’un accompagnement amont et aval en permanence. Le respect des collaborateurs et des partenaires passe par une considération réciproque basée sur l’écoute, l’équité et la tolérance afin d’instaurer un climat de confiance, de motivation et d’initiative libérant les énergies, les potentiels et les talents. b) Atouts : Un système rigoureux de contrôle qualité : RIVERA METAL accorde une grande importance à la qualité de ses intrants. En effet, les aciers sont garanties Fe E500, tandis que deux grandes démarches de certification ISO et NM sont en cours.
  10. 10. - 10 -  L’acier utilisé : o Acier à haute adhérence (HA) :  Leurs surface présente des reliefs (crantages, nervures en hélice...).  Ces aciers sont très résistants, mais peu souples, ils s’y cassent facilement si on les tord sans précautions.  Les barres doivent être bien propres. o Fe E500. La qualité inédite des armatures et des aciers constitue un gage de sécurité pour les chantiers et une assurance pour la réalisation des projets les plus colossaux. Des outils de production innovants : Tout en s’étendant sur une superficie de plus de 10 hectares, RIVERA METAL dispose des machines et d’équipements de dernière génération, lui permettant une qualité inédite de ses articles et des gains de productivité considérables.  Des barres bien dressées.  Une très bonne qualité de façonnage (les angles, les crochés sont aux normes).
  11. 11. - 11 - Aussi, l’importance parc camions que détient RIVERA METAL s’élevant à plus de 50 véhicules lui permet de couvrir les besoins de ses partenaires sur l’ensemble du territoire marocain. D’autant plus, les équipes administratives et techniques constituées d’hommes et de femmes qualifiés, mettent à disposition leurs compétences et savoir faire pour réaliser les projets les plus ambitieux. Logistiques : Relevant du groupe BELMEKKI maître de la logistique, RIVERA METAL constitue avec son réseau de distribution dans toutes les grandes villes du royaume, le premier véritable réseau national de distribution d’Aciers tréfilés, Armatures Coupées- façonnées, Poutrelles nues et Treillis soudés. PERSONNEL : La société RIVERA METAL regroupe environ un effectif de 65 personnes dont quatre ingénieurs d’Etat et environ 50 techniciens spécialisés, tous sous la direction du Président-Directeur Général, M. BELMEKKI Abdelmajid : Directrice Générale : Mme BOUAYAD Nadia. Chefs de Départements PTS et ACF : M. AHJJAOUI Mohamed, M. Driss. Responsable de Vente : M. ALAOUI Mohamed.
  12. 12. - 12 - Responsables Commerciaux : M. Kamal, M. Ahmed, Mlle Nada, Mlle Zineb. Responsable Administratif et Financier : Mme BOURKHA Meryem. Service Financier : Mme Rajae, Mlle Soukaina, Mlle Ghizlan, Mlle Louiza, Mlle Siham Chefs ateliers : M. Youssef, M. Rabie. ORGANIGRAMME :
  13. 13. - 13 - FICHE TECHNIQUE DE L’ENTREPRISE SIEGE SOCIAL : GROUPE MESKI HOLDING ACTIVITE : Armature Coupée Façonnées, Treillis Soudés, Poutrelles Nues, Aciers Tréfilés. RAISON SOCIAL :zone industrielle Mejjat, lot 39 - 50000 Meknès FORME JURIDIQUE : S.A.R.L TEL : +212 0535526863/0535526796 TELEFAX : +212 0535525532 E-MAIL : rivera.contact@gmail.com CAPITAL : 70.000.000 Dhs DIRIGEANTS : - BELMEKKI Abdelmajid SALARIES : 53 SITE-WEB : www.riverametal.com
  14. 14. - 14 - PRESENTATION du secteur d’activité 1. Présentation : Les BTP est un secteur stratégique de l'économie marocaine de par sa contribution au PIB, à la formation brute de capital fixe (FBCF) et à la création d'emplois. Initialement tourné vers la satisfaction des besoins du marché local, il s'ouvre de plus en plus sur l'extérieur où les produits et le savoir-faire marocains sont très demandés, relève une note de Maroc Export. Les industries des matériaux de construction au Maroc tirent pleinement profit de l'essor que connaît le secteur du bâtiment et des travaux publics notamment à travers la politique des grands chantiers lancés par l'Etat. Selon les professionnels, ces industries réalisent près de 20 milliards de DH de production soit 7% de la production industrielle nationale. 2. Opportunités :  Existence d'une forte demande pour l'immobilier soutenue par un mouvement de baisse des taux d’intérêt des crédits immobiliers ;  Population jeune, tranche d'âge (25 ans-40 ans), représentant plus de 24% de la population marocaine et constituée de plus en plus de personnes actives ;  Taux d'urbanisation en croissance pouvant atteindre 65% à l'horizon 2012 ;  Coopération active entre les promoteurs immobiliers et les banques commerciales ;  Rationalisation de l’intervention des établissements publics, incarnée dans une première étape par l’émergence d’une société holding Al Omrane qui chapeautera et coordonnera leurs activités. 3. Faiblesses :  Faiblesse du taux d'encadrement de la main d'œuvre ;  Manque d’efficacité de l’appareil réglementaire régissant le secteur locatif ;
  15. 15. - 15 -  Difficultés au sein des Organismes Sous Tutelle relevant du Ministère de l'Habitat et de l'Urbanisme : allongement des délais de réalisation, non compétitivité des prix de vente, surendettement de certains établissements et difficultés de commercialisation ;  Rareté des ressources foncières et complexité des régimes fonciers dans les zones urbaines ;  Non respect des normes de construction, de confort et de sécurité. 4. Menaces :  Lourdeur administrative en matière d'octroi d'autorisations ;  Renchérissement des prix des matériaux de construction ;  Dominance du secteur informel dans la promotion immobilière, se répercutant sur les normes de sécurité et de confort ;  Présence massive d’entreprises étrangères ;  Effet de spéculation sur le foncier, entraînant une hausse des prix. Le secteur de l’habitat est une locomotive de développement durable pour le Maroc dans la mesure où il crée de la richesse, génère de l'emploi, mobilise l'épargne des ménages et stimule des effets d'entraînement sur d'autres industries telles que le ciment, les produits métallurgiques, la céramique, le verre, le bois, les matières plastiques… Conjugué à une croissance démographique soutenue, l'exode rural qui entretient imparablement le développement de l’habitat insalubre, aggrave le déficit en logement auquel est confronté le secteur depuis des années. A cet effet, l'Etat a mis en place les Organismes Sous Tutelle (OST) du Ministère de l'Habitat et de l'Urbanisme, le programme des 200.000 logements et le Fonds Hassan II pour le développement économique et social pour encourager l'investissement dans l'habitat social. 5. Une volonté politique d’aide au développement : a) Les pouvoirs publics offrent un cadre incitatif pour les investisseurs étrangers dans le secteur du BTP au travers de :  L’exonération des droits de douane pour les produits et marchandises importées entrant dans la fabrication locale de matériels, outillages et biens d’équipement.  Des moyens de financement propres sous forme de « crédit fournisseur » et de « crédit export » à des taux d’intérêts faibles et sur une durée allant jusqu’à 5 ans. b) Fonds Hasan II pour le développement économique et social :
  16. 16. - 16 - Le Fonds Hassan II pour le développement économique et social accorde une importance particulière au secteur de l'habitat et ce, en instituant des projets d'ampleur, portant sur l'axe Casablanca-Kénitra. Ces projets visent l'éradication de l'habitat insalubre enraciné dans le tissu urbain, le renforcement et l'extension des infrastructures urbaines et la garantie d'un logement convenable pour les citoyens. Notons que plusieurs conventions ont été signées par le Fonds Hassan II. Il s'agit de :  16 conventions relatives au financement et à la réalisation des projets d'habitat, portant sur la construction de 13.553 logements, 1.100 commerces et l'aménagement de 10.545 lots sur différentes régions du royaume pour un investissement de 3,3 Md.Dh dont 1,3 Md.Dh financé par le Fonds Hassan II, soit 37% du montant global de l'investissement.  2 conventions relatives au renforcement des fonds propres de deux ERACs (Centre et Nord-Ouest), portant sur une enveloppe budgétaire de 200 M.Dh leur permettant de payer une partie de leurs arriérés auprès du CIH. 6. Importance du secteur dans l’économie nationale : Depuis 1997, la valeur ajoutée du BTP n’a cessé de croître en passant de 14,8 Md.Dh à 19,6 Md.Dh, soit un taux de croissance annuel moyen de 4,8% légèrement supérieur à la croissance moyenne du PIB au titre de la même période. Sa contribution dans ledit agrégat s’est donc naturellement améliorée pour se hisser à 4,7% en 2003. Dans la Formation Brute de Capital Fixe (FBCF), le BTP a contribué pour 41,8 Md.Dh en 2003 contre 31,2 Md.Dh en 1997. Cette hausse est imputable, essentiellement, au lancement du programme des 200.000 logements. Sur cette période, le bâtiment a tous secteurs confondus, elle a chuté de 29,40% en 1997 à 26,83% en 2003. Dans le secteur de l’Habitat, le chiffre d'affaires cumulé des 793 entreprises opérant dans la promotion immobilière est de 6,5 Md.Dh, soit en moyenne 8,2 millions de Dh (M.Dh) par promoteur. Une étude élaborée en 2000 par la Direction de la Promotion Immobilière montre que plus de 50% des promoteurs immobiliers réalisent un chiffre d'affaires de moins de 5 M.Dh et 3% ont un chiffre d'affaires dépassant les 100 M.Dh. S’agissant des autorisations de construire, leur nombre a enregistré un pic de 41.285 en 2002, en hausse de 8,31% par rapport à 2000. En ce qui concerne les transactions immobilières, le nombre total des ventes est passé de 266.316 en 2000 à 277.163 en 2001, en augmentation de 4,07% pour une valeur de 39.803 M.Dh contre 36.720 M.Dh, soit 8,4%.
  17. 17. - 17 - Le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP) est «en pleine ébullition» au Maroc. Ce secteur, qui contribue depuis 2001 pour plus de la moitié de la FBCF, a drainé un volume d'investissement de 8,7 milliards d'euros en 2007 et de près de 9,8 milliards en 2008, ajoute la même source pour qui les BTP ont employé près de 900.000 personnes en 2008, soit 8,2% de la population active. Avec ses 134.655 m2 nets d'exposition, «Batimat» rassemble tous les professionnels français et internationaux, dont les maîtres d'œuvre et d'ouvrage, les entrepreneurs et les distributeurs, autour de ses sept espaces que sont les gros d'œuvre, la menuiserie, la finition et décoration, le matériel et outillage, la gestion durable des bâtiments, l'informatique et les services. A. Les institutionnels du secteur : 1. FNBTP : Fédération Nationale du Bâtiment et des Travaux Publics : La FNBTP est une organisation de proximité. Elle représente 5000 entreprises organisées du secteur du BTP, dont :  Plus de 60% dans le Bâtiment.  10 bureaux régionaux pour être à l’écoute des entreprises dans les régions.  Des Associations Sectorielles pour que toutes les branches du BTP soient représentées.  12 commissions : pour étudier et élaborer la stratégie de la FNBTP dans tous les domaines. 2. FIMME : Fédération des Industries Métallurgiques, Mécaniques et Électroniques : Organisme actif et présent depuis 1951, la FIMME sert ses adhérents, défend leurs intérêts, contribue dans l’évolution constructive des réglementations et promeut le secteur dans sa globalité. Créée en 1951, la Fédération des Industries Métallurgiques, Mécaniques et Electromécaniques (FIMME) œuvre pour la promotion et le développement
  18. 18. - 18 - des IMME, secteur résolument stratégique pour l’avenir et considéré, à juste titre, comme une force économique majeure. Parallèlement à ses missions traditionnelles, la Fédération a en effet l’ambition de jouer un rôle prépondérant et se veut être un moteur puissant et dynamique pour la croissance industrielle. 3. FMC : Fédération des Industries des Matériaux de Construction : Crée en 1995, La Fédération des Industries des Matériaux de Construction (FMC) est membre de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), Elle regroupe les associations professionnelles et les entreprises du secteur des industries des Matériaux de construction : ciment, produits en béton, carreaux céramiques, appareils sanitaires en céramique, produits en terre cuite, granulats, fer à béton, articles en marbres… La Fédération des Industries des Matériaux de Construction joue un rôle moteur dans le domaine de la construction. Elle a pour mission principale :  D'assurer la représentation du secteur des industries des matériaux de construction auprès des instances nationales et internationales, de l'opinion publique, des organisations syndicales,  D'étudier les principales questions d'ordre économique, social, technique, financier, juridique, fiscal, douanier. - Apporter à ses membres adhérents des services d'information et d'orientation.  D'apporter aux donneurs d'ordre, aux proscripteurs et au grand public des services d'information et de sensibilisation sur une meilleure utilisation des matériaux de construction.  De Promouvoir la qualité des produits de construction. - Préparer les PME/PMI aux actions de mise à niveau.  De réaliser des études sectorielles sur les industries des matériaux de construction.  De promouvoir le développement technologique et la protection de l'environnement.  De défendre les intérêts professionnels du secteur.  De contribuer à l'amélioration de l'acte de bâtir. Promouvoir les associations de tous les secteurs des matériaux de construction.
  19. 19. - 19 - Ses associations membres :  APC : Association Professionnelle Des Cimentiers  APIC : Association Professionnelle des Industries de la Céramique  APB : Association Professionnelle des Briquetiers  AMM : Association Marocaine du Marbre  AMPE : Association Marocaine du Béton Prêt à l'Emploi  AFIP : Association des Fabriquants de Plâtre.  SONASID : Industrie du Fer à Béton. 4. CETEMCO : Centre des Techniques et Matériaux de Construction : Le CETEMCO Centre des Techniques et Matériaux de Construction a été crée en 1996 à l’initiative des fabricants des matériaux de construction et des entreprises du bâtiment et des travaux publics, avec l’appui du ministère chargé de l’industrie. Il a pour vocation de développer la compétitivité et la qualité dans le secteur de la construction. Le CETEMCO offre pour l’ensemble des industries des matériaux de construction, un outil d’assistance, de collaboration et de recherche technologique grâce à des moyens collectifs d’expérimentation, de documentation et d’amélioration des techniques. Les actions du CETEMCO couvrent les branches industrielles suivantes :  Ciment,  Béton prêt à l’emploi,  Rond à béton,  Produits industriels en béton,  Sable et granulats,  Céramique (carreaux, sanitaire, vaisselle),  Briques et tuiles en terre cuite,  Pierre naturelle CETEMCO est également au service des entreprises de mise en œuvre, les promoteurs immobiliers et les donneurs d’ordre publics et privés. 5. AMIB : Association Marocaine de l’Industrie du Béton : L'AMIB est une association à but non lucratif et à visée non politique régie par le dahir n°1.58.376 du 3 joumada I 1378 (15 novembre 1958).
  20. 20. - 20 - L'Association Marocaine de l’Industrie du Béton, par abréviation, « AMIB », représente l’industrie du béton qui regroupe les entreprises qui fabriquent en usines fixes des produits en béton destinés aux marchés du Bâtiment, des Travaux Publics et de l’Environnement. L’association a comme missions de :  Créer et entretenir entre ses membres des liens d’amitié et de sympathie susceptible de favoriser la communication et le partage des expériences.  Être un interlocuteur permanent de la profession vis-à-vis des institutions et des organismes publics et privés tant nationaux qu’internationaux.  Défendre les intérêts de la profession.  Étudier les questions économiques, sociales, administratives, juridiques, techniques financières, fiscales ou autres, intéressant tous les travaux se rattachant à la profession et de fournir à ses membres et à tout organisme public ou privé, tous renseignements et documentations se rapportant à ces questions.  Organiser la politique sociale de l’industrie du béton.  Développer des partenariats avec des groupements nationaux ou internationaux et des associations à vocation proche ou connexe, telles les fédérations d’entreprises et les associations relatives à l’industrie des produits en béton.  Favoriser l’évolution de la qualité et des techniques mises en œuvre dans la profession.  Promouvoir les relations sociales et la transparence dans les relations professionnelles. 6. CERIMME : Centre d’Etudes et de Recherches des Industries Métallurgiques, Mécaniques, Electriques et Electroniques : Le Centre d’Etudes et de Recherches des Industries Métallurgiques, Mécaniques, Electriques et Electroniques (CERIMME), émanation du Ministère de l’Industrie et la Fédération du secteur des IMME, est créé autant qu’association à but non lucratif pour offrir à l’ensemble des Industries un foyer d’assistance, de collaboration, d’étude et de recherche. Sa mission principale est de contribuer au progrès technique et à l’amélioration de la productivité, de réaliser des essais de contrôle de conformité ainsi que des prestations d’assistance technique liées à la promotion de la qualité des produits. Il constitue une composante primordiale dans le programme de mise à niveau des entreprises du secteur des Industries Métallurgiques, Mécaniques, Electriques et Electroniques au Maroc. Le CERIMME est une association à but non lucratif conformément au Dahir du 15 Novembre 1958. Sa création juridique remonte au 26 Février 1996. Il est
  21. 21. - 21 - administré par un Conseil d’Administration (CA) composé de 22 membres représentant la FIMME, la FENELEC et les donneurs d'ordre. Le CA fixe les grandes orientations du Centre sur les plans scientifique, technique, financier et administratif Parmi ses multiples services, le CERIMME met à la disposition des entreprises :  L’assistance technique conduite par des spécialistes.  Les laboratoires d’essais munis d’équipements et d’instruments de technologie avancée.  Les Recherches et Développements technologiques, en collaboration avec des Universités, des Ecoles d’Ingénieurs et le Réseau des Centres Techniques partenaires.  Les connaissances sur le Qualité, la Normalisation et la Certification.  Les activités de spécialisation et de perfectionnement nécessaires à la profession : Formation inter et intra–entreprise, Journées techniques, Séminaires.  Domaines d’expertise : Métrologie, Techniques d’Etalonnage, Mécanique, Métallurgie, Electricité, Qualité et Veille Technologique. 7. Ministère de l’Equipement et des Transports : Le Ministère de l’Equipement et des Transports élabore et met en œuvre, dans le cadre des lois et règlements en vigueur, la politique du gouvernement dans les domaines routier, portuaire, ferroviaire, aérien et maritime. Il élabore et met en œuvre la politique du gouvernement en matière de transports routier, ferroviaire, aérien et maritime. Il a en outre pour mission de définir la politique du gouvernement en matière de sécurité routière et de coordonner sa mise en œuvre. Le Ministère de l’Equipement et des Transports peut assurer également pour le compte d’autres départements ou des collectivités territoriales, ou des établissements publics qui en font la demande :  La réalisation, la supervision ou le contrôle d’études à caractère technique.  La réalisation d’ouvrages techniques ou le contrôle technique, de travaux concédés, ou donnés en gérance.
  22. 22. - 22 - Grille de séparations des fonctions pour RIVERA METAL Nature Personnel concerné DG magasinier commercial Assistant logistiqu e comptable Courrier d’ouverture Courrier signature Achat/bon de commande Achat/bon de livraison Achat/bon à payer Achat/comptabilité Vente/facturation Vente/calcul des tarifs Ventes calculs avoirs Vente/comptabilité Caisse Caisse/ comptabilité Banque/comptabilité Détention Autorisation Contrôle Contrôle Contrôle Enregistremen t Contrôle Contrôle Contrôle Enregistremen t Contrôle Enregistremen x x x x x x x x x x x x x x x x x x Les responsables Fonctions
  23. 23. - 23 - t Enregistremen t
  24. 24. - 24 - Produits et services : Rivera Metal a su s’imposer sur le marché de l’armature industrielle pour le béton armé en vous livrant des armatures prêtes à l’emploi de qualité dans les meilleures conditions de prix et de délais. Ces armatures sont conçues en fonction des caractéristiques du projet et vous garantissent plus d’efficacité et de qualité dans la conduite de vos chantiers En effet, les armatures coupées façonnées sont principalement destinées aux ouvrages de génie civil et des travaux publics, elles sont réalisées selon le processus suivant : • Dépouillement et décorticage des plans : Transformation des plans béton armé issus des bureaux d’études en ordre de fabrication • Coupe à la longueur : A partir des barres et de couronnes, coupe sur cisailles, bancs de coupe ou redresseuses • Façonnage : Pliage ou cintrage des armatures sur des lignes automatiques pour obtenir les cadres, étriers, épingle, ancrages et coudes Produits Treillis Soudés Ces panneaux sont fabriqués par des aciers tréfilés à froid et trouvent leurs utilisations aussi bien dans le secteur des bâtiments que celui du génie civil 1. Diamètres fil de chaine : 3.5 à 8mm
  25. 25. - 25 - 2. Diamètres fil de trame : 3.5 à 8mm 3. Largeur panneau : jusqu'à 2.4m 4. Longueur panneau jusqu'à 6m 5. Maille : 100-150-200-300 ou 400m Poutrelles nues Aciers Tréfilés • Du diamètre 3.5mm au diamètre 14mm. Ce sont des aciers résultant d’opérations de laminage à froid par la réduction des diamètres de fil machine suivant les normes appropriées • les diamètres des aciers tréfilés au millimètre suivants : 3.5-4- 4.5-5-6-7-8-9- 10-12-14 ainsi que tout diamètre relevant d’une commande spécial Services Transport et Logistique Relevant du groupe BELMEKKI maître de la logistique national,Rivera Metal a créé un concept inédit au Maroc Ainsi, Rivera Metal constitue avec son réseau de distribution dans toutes les grandes villes du royaume, le premier véritable réseau national de distribution d’aciers tréfilés, poutrelles nues et treillis soudés Contrôle Qualité
  26. 26. - 26 - Rivera Metal est une entreprise certifiée NM et norme marocaine depuis Avril 2013 ayant mis en place un laboratoire de contrôle qualité et d’essais depuis sa création des plus performants en la matière doté d’équipements modernes et innovants et destiné au contrôle et aux essais de tous les produits à l’entrée comme à la sortie des articles, ces essais concernent : la traction, cisaillement, paramètres de forme, masse linéique, qualité de soudure. Conscient des enjeux économiques et réglementaires actuels et future inhérent au secteur BTP, Rivera Metal a eu le ferme engagement de s’investir dans une charte qualité à travers la mise en place de deux projets de certification ISO 9001, NM2008 avec l’accompagnement du CETEMCO marocain. LE CORP Introduction : Les stages ont pour but la découverte du monde de travail et la confrontation des Méthodes enseignées dans les instituts avec celles pratiquées aux seins des sociétés, des Régies et des offices. Par ailleurs, cette confrontation aide le stagiaire à acquérir d’autres connaissances qu’il n’a pas eu l’occasion de voir pendant sa formation, par la suite de savoir à quel degré ces Théories sont perçues et les pratiques effectuées pendant la période du stage. Dans cet esprit, j’ai passé mon stage en comptabilité au sein de Ste CLEAN CONSEILS. Pour Commencer je vous propose Quelque Définitions : La Comptabilité : est un outil d'évaluation recensant et communiquant des informations sur l'activité économique d'une entité économique (entreprise, collectivité, association, État, administration publique, etc.). Ces informations sont généralement exprimées en unités monétaires. Elle
  27. 27. - 27 - effectue des opérations de saisie des informations brutes, de classement et de synthèse de ces informations. Ces synthèses décrivent la situation financière de l'entité, sa création de valeur (flux de fond) et ses flux de trésorerie. La T.V.A : La TVA est un impôt indirect sur les dépenses de consommation. Elle est payée par le consommateur et collectée par les entreprises qui participent au processus de production et de commercialisation. Le montant de la taxe est proportionnel au prix de vente hors taxe (HT). LE CORP L’IS : L’impôt sur les sociétés est un impôt sur le revenu des entreprises. Il existe dans la majorité des pays. Son assiette est en général constituée du bénéfice ou de l'excédent brut d'exploitation des entreprises. Les taux d'imposition dans le monde sont différents et varient généralement entre 0 % et 45 %. L’IGR : C'est un impôt direct qui s'applique aux catégories des revenus suivants : Revenus professionnels. Revenus provenant des exploitations agricoles. Revenus salariaux et assimilés. Revenus de la location des biens immobilisés. Revenus des capitaux mobiliers. SAGE Comptabilité : SAGE Saari Comptabilité assure la comptabilité générale, auxiliaire, analytique et budgétaire des TPE et PME de 1 à 200 salariés. Proposée en environnement Windows et Macintosh, Saari
  28. 28. - 28 - Comptabilité est une solution évolutive s’adaptant à chacune des étapes de la vie de l’entreprise. EL ALAMI / : logiciel de la comptabilite , assure la comptabilité générale, Proposée en Windows et Macintosh, LA COMPTABILITE : LE CORP L’entreprise et ces Fonctions : Les Travaux De L’entreprise S’applique Sous des Fonction fondamentaux,
  29. 29. - 29 - Fonction Comptable : L’ORGANISATION COMPTABLE AVANT TOUS NOUS PERMET DE CLASSER CHRONOLOGIQUEMENT UN DOSSIER AVANT QU’IL SOIT TRAITE APRES LE CLASSEMENT ON PASSE AUX ECRITURES COMPTABLES, CE DERNIER EST SOUS FORME D’UN JOURNAL, ET CHAQUE JOURNAL EST DIVISE EN 4 JOURNAUX AUXILIAIRES SUIVANTS : 1. JOURNAL DE BANQUE 2. JOURNAL DE CAISSE 3. JOURNAL D’ACHAT 4. JOURNAL DE VENTE 5. JOURNAL DES OPERATIONS DIVERS Fonction Fiscale : APRES PASSATION DES ECRITURES COMPTABLES DANS DES JOUNAUX AUXILIAIRES, ON COMMENCE A TOTALISER LES FACTURES DE VENTES PAYEES AU COMPTANT ET LES ENCAISSEMENTS REÇUS DES CLIENTS SOIT EN ESPECES SOIT PAR CHEQUE, AFIN D’ETABLIR LE CHIFFRE D’AFFAIRE A DECLARER A CE MOI CI; PUIS ON VA VOIR LES ACHATS QUI ONT ETE PAYEES LE MOIS PRECEDENT EN POINTANT L’EXTRAIT DE BANQUE, S’ILS ONT ETE PAYES PAR CHEQUE POUR FAIRE LA DECLARATION DE LA TVA. Fonction juridique : EN CAS D’AUGMENTATION DE CAPITAL IL Y A UN ACCOMPLISSEMENT DE CERTAINES FORMALITES ET NECESSAIRES OBLIGATOIRES PARMI EUX : CONVOCATION DES ACTIONNAIRES SOIT PAR UNE LETTRE RECOMMANDEE PENDANT UNE DUREE DE 8 JOURS LA REUNION A L’A.G.E, SOIT PAR L’INSERTION D’AVIS AU JOURNAL D’ANNONCE LEGAL. PROCES VERBAL DE L’A.G.E POUR LA FIXATION DU MONTANT DU CAPITAL A AUGMENTER. BULLETIN DE SOUSCRIPTION ET DES VERSEMENTS EFFECTUES PAR CHAQUE ACTIONNAIRE DONT LE RAPPORT EST ACHEVE PAR L’ASSISTANCE DU NOTAIRE POUR LES PERSONNES MORALES. ET IL EST CHARGE DE CREER DE NOUVELLE E/SES QUELQUE SOIT SA FORME JURIDIQUE. LE CORP Pour Moi, Au Temps que stagiaire en Comptabilité, j’ai pris en priorité tous ce qui concerne la Comptabilité, J’été Chargé de passation des écritures Comptable dans les journaux auxiliaires et de l’établissement de la TVA. LLEESS TTRRAAVVEEAAUUXX CCOOMMPPTTAABBLLEE QQUUEE JJ’’AAII EEFFEECCTTUUEERR DDUURRAANNTT LLEE SSTTAAGGEE :: LLee CCllaasssseemmeenntt
  30. 30. - 30 - Dans le 1ER Niveau, selon la date de paiement pour faciliter l’enregistrement des pièces dans Les journaux auxiliaires. Dans un 2emme Niveau, Selon la nature des pièces, d’une part, les pièces de la Banque et d’un autre, les pièces de la Caisse. La Comptabilisation Apres avoir classé les pièces, On rédige les écritures Comptable, Ce dernier est constitué sous forme d’un journal comptable qui est subdiviser sur quatre journaux auxiliaires. 1. JOURNAL DE BANQUE : ° Qui sert a enregistré toutes les pièces de banque, comme les souches de chèques, les chèques reçus des clients ou d'une vente au comptant, les virements... LE CORP 2. JOURNAL DE CAISSE :
  31. 31. - 31 - DATE N° PIECE COMPTE LIBELLE DEBIT CREDIT 14/01/05 4411 6167 5161 REGLE TEL.NF°36161T/05 DROIT TIMBRE CAISSE 1597.71 8.00 1605.71 ° On y enregistre toutes les pièces de caisse, les recettes ou dépenses payées en espèces. 3. JOURNALE D’ACHATS : ° Pour enregistrer toutes les factures reçues de nos fournisseurs pour des acquisitions ou des approvisionnements. LE CORP
  32. 32. - 32 - 4. JOURNAL DE VENTES : ° Ce lui la est pour enregistrer toutes les factures adressées à nos clients. LE JOURNAL DES OPERATIONS DIVERS : On y enregistre toutes les opérations qui ne peuvent pas être enregistrées dans les précédents journaux comme par exemple la TVA, les salaires, etc.. PS : À la fin de chaque mois, on enregistre, dans le livre-journal, le report de tous les totaux des journaux auxiliaires. Par contre, une entreprise qui n'utilise pas de journaux auxiliaires, enregistrera toutes ses opérations au jour le jour directement dans le livre journal. LE CORP
  33. 33. - 33 - LA CAISSE NATIONAL DE LA SECURITE SOCIAL Définition : LA C.N.S.S. EST UN PRELEVEMENT SUR LE SALAIRE D’UN OUVRIER POUR RECOUVRIR DES RISQUES FUTURES ; ELLE A ETE CREE PAR LE DAHIR DU 30/12/59 ET MIS EN VIGUEUR EN AVRIL 1961 SOUS FORME D’UN ETABLISEMMENT PUBLIQUE. ALORS LA CAISSE NATIONAL DE LA SECURITE SOCIAL OUVRE DES RISQUE A LONGTERME ET COURT TERME QUI SE PRESENTE SOUS DECU : Les Risque A Court Terme : °° LLAA RREETTRRAAIITTEE:: LA C.N.S.S. DONNE DROIT A 50% DE SALAIRE POUR CHAQUE SALARIE TRAVAILLANT UNE PERIODE DE 324 JOURS EN AJOUTANT 1% CHAQUE ANNEE JUSQU'A 70%. Les Risque A Long terme : ° LES ALLOCATIONS FAMILLIALES: CHAQUE MOIS L’ASSUJETTIE REÇOIT 200 DH POUR LES TROIS PREMIERS ENFANTS ; ET 36 DH POUR LES TROIS 2EME ET RIEN POUR LE RESTE. LE PLAFOND EST DE 6 ENFANTS ° LA MALADIE: LA C.N.S.S. REMBOURSE LES FRAIS DE LA MALADIE AU CAS OU LE CONTRIBUABLE REMET UN CERTIFICAT TEMOIGNANT LES JOURS DE SA MALADIE. Ici on distingue 2 taux Deux taux de la C.N.S.S égale en totalité, 21.99% et se subdivises sur : ‘ C.N.S.S. OUVRIERE AVEC UN TAUX DE 4.29% ‘ C.N.S.S. PATRONALE AVEC UN TAUX DE 17.7% On Les Appelle la cotisation de sécurité sociale, et elle se calcule comme suite : LA CNSS PATRONAL = CNSS TOTAL – (S.B* 17.7%)
  34. 34. - 34 - LE CORP LA PAIE Définition : La gestion de la paie est l'organisation du mode de rémunération des employés et du calcul des charges salariales et patronales relatives à cette rémunération Dans l'entreprise, la gestion de la paie est généralement de la co-responsabilité du service comptable et de la direction des ressources humaines. La gestion de la paie constitue un aspect important de l'administration des salariés. Matérialisant la relation entre l'employeur et le salarié, le bulletin de paie est un document périodique obligatoire devant répondre à certaines règles. Le salaire, contrepartie de la prestation du travail effectuée par le salarié, constitue un coût pour l'entreprise qui doit être comptabilisé. La gestion de la paie permet aussi d'assurer un suivi des taxes salariales et patronales sur les salaires. L’organisation De La Paie : La fixation de la rémunération prend en compte la complexité des tâches à effectuer, mais également les conditions de travail, le cadre et, les performances de l'entreprise et du salarié, la situation personnelle du salarié. Bulletin de paie : Le bulletin de paie doit être remis au salarié selon une certaine périodicité (mois, quinzaine...). Il n'est soumis à aucune condition de forme dès lors qu'il comporte les mentions exigées par le Code du travail. Globalement, l'ensemble des précisions doit permettre de déterminer à qui est due la rémunération concernée par le bulletin de paie et comment son montant a été déterminé.
  35. 35. - 35 - LE CORP Salaire de base et salaire brut : Le salaire de base figure sur le contrat de travail. Il peut être calculé selon diverses méthodes (exemple : salaire au rendement). La méthode la plus utilisée est le salaire mensuel. Ce dernier est calculé sur la base de 151,67 heures de travail effectif par mois en France. Le salaire de base est la partie fixe de la rémunération. Le salaire de base et la rémunération variable (primes, avantages divers) constituent la rémunération brute totale. La rémunération brute totale est la base de calcul pour tous les prélèvements sociaux. Heures supplémentaires : Sont payées avec majoration de 20% pendant les jours. De 50% pendant la nuit des jours normales et les jours des repos hebdomadaire et les jours féries. 100% pendant les nuits des repos hebdomadaires et des jours féries. - Ax4, 29% = B - Ax2% = C DATE 61710000 ° REMUNERATION DU PERSONNEL 10.000 ,00[A] 61741000 ° COTISATION CNSS 429,00[B] 61743000 ° COTISATION AMO 200,00[C] 44525000 ° IGR 150,00[D] 44320000 ° REMUNDUES AU Pnlle 9221,00[E]
  36. 36. - 36 - - E = A-[B+C+D] LE CORP L’IMPOT SUR LE REVENUS : Définition : Impôt sur le Revenu s’applique aux revenus et profits des personnes physiques et des personnes morales n’ayant pas opté pour l’impôt sur les sociétés. CHMPS D’APPLICATION L'IR s'applique aux revenus et profits des personnes physiques et des sociétés de personnes. Le revenu global imposable est constitué du ou des revenus nets cités ci-dessous :  Revenus salariaux.  Revenus professionnels.  Revenus et profits de capitaux mobiliers.  Revenus et profits fonciers.  Revenus agricoles. EXONERATION : Sont exonérés de l’impôt général sur le revenu : 1. Les ambassadeurs et agents diplomatiques, les consuls et agents consulaires de nationalité étrangère sous réserve de réciprocité ; 2. Les personnes résidentes pour les produits qui leurs sont versés en contrepartie de l’usage ou du droit à usage de droits d’auteurs sur les œuvres littéraires, artistiques ou scientifiques. Le Barème de Calcul et fixé comme suit : TRANCHES DE REVENU ANNUEL EN DH TAUX 0 à 20.000 0% 20.001 à 24.000 13%
  37. 37. - 37 - 24.001 à 36.000 21% 36.001 à 60.000 35% Au-delà de 60.000 44% LE CORP OONN PPEEUUTT SSCCHHEEMMAATTIISSEERR LLEESS EETTAAPPEESS DDEE LLAA DDEETTEERRMMIINNAATTIIOONN DDEE LL’’II....RR.. CCOOMMMMEE SSUUIITTEE REMUNIRATION TOTALE - ELEMENTS EXONERES = REVENU BRUT IMPOSABMLE - ELEMENTS DEDUCTIBLES ___________________________________________ BAREM - I.R BRUT IMPOSABLE = DEDUCTIONS - I.R NET IMPOSABLE
  38. 38. - 38 - LE THEME LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE Définition de la TVA ou Taxe sur la valeur ajoutée : La TVA est un impôt indirect sur les dépenses de consommation. Elle est payée par le consommateur et collectée par les entreprises qui participent au processus de production et de commercialisation. Le montant de la taxe est proportionnel au prix de vente hors taxe (HT). Le principe est le suivant : l'entreprise majore son prix de vente du montant de la TVA qu'elle facture à son client et qu'elle reverse à l'Etat après déduction des montants de TVA (opération dite de récupération de la TVA) qu'elle a dû payer à ses propres fournisseurs pour acquérir les biens et services nécessaires à son activité. La TVA est donc intégralement supportée par le consommateur, mais collectée de manière fractionnée par les "organismes assujettis" à la TVA (entreprises, certaines professions indépendantes et certaines associations). Ceux-ci reversent à l'Etat la TVA en fonction de sa "valeur ajoutée" qui est la différence entre la valeur finale des biens et services (prix de vente) et la valeur des biens et services utilisés dans le processus de fabrication.
  39. 39. - 39 - Le principe de la taxe sur la valeur ajoutée a été inventée en 1954 par le Français Maurice Lauré, inspecteur des finances, directeur adjoint de la Direction générale des impôts, qui a su convaincre les dirigeants politiques de son efficacité : la levée de la TVA par chaque entreprise au fur et à mesure du processus de production. Le succès de la TVA en France a incité, au milieu des années 1960, les Etats membres du Marché commun à l'adopter. LE THEME En matière de territorialité, les livraisons de biens et services au départ de la France vers l'étranger sont exonérées de TVA. Il existe trois taux de TVA applicables :  Taux normal 20% : Il s’applique aux opérations imposables dont aucun autre taux n’a été prévu.  Taux réduit 14 % : Il s’applique aux produits et services de consommation courants.  Taux super réduit 7% : Il s’applique aux produits de consommation courante.  Taux particulier 10% : Il s’applique aux opérations de restauration et de fourniture de logement dans les établissements touristiques, opérations financières… Une des principales critiques faites à la TVA est d'être un impôt injuste car, en proportion, il pèse davantage sur les ménages à faibles ressources. En effet, la capacité d'épargne des ménages augmente en fonction des revenus. Les ménages à faibles revenus, dans l'incapacité d'épargner, consomment
  40. 40. - 40 - donc l'intégralité de leurs revenus et paient ainsi une part plus importante de TVA que les ménages aisés. AUTRES TRAVAUX EFFECTUES : Au cours de ce stage, j’ai eu l’opportunité de découvrir un métier sous toutes ses formes et de comprendre de manière globale les difficultés que les employés pouvaient rencontrer dans l’exercice de leurs métiers. Pour une meilleure compréhension des tâches que j’ai pu effectuer, il apparaît approprié de traiter en premier lieu des outils qui étaient mis à ma disposition, puis de traiter de manière détaillée les tâches que j’ai pu effectuer. 1. Les outils mis à ma disposition : LA FACTURATION : Au cours de ce stage, j’ai passé le plus clair de mon temps à effectuer des opérations de facturation. A mesure que j’apprenais, mes recherches se sont approfondies. Ce n’est donc qu’à partir de la 2éme semaine de mon stage que j’ai été véritablement opérationnel, du fait de ma meilleure maîtrise des connaissances comptables. Parmi les outils mis à ma disposition, le logiciel de facturation « Elalami » : Pour ouvrir l’exercice : on choisi le compte RIVERA METAL, puis l’exercice 2011, le nom d’utilisateur et le mot de passe :
  41. 41. - 41 - Pour la consultation des documents : Facture fournisseur : Dans la case « numéro » on met le numéro de la facture, puis la date de la saisie, ensuite le code du fournisseur « FRM N° », puis la désignation, la quantité et le prix unitaire et à la fin un double click, et ainsi de suite.
  42. 42. - 42 - Facture client : Pour la facture « client », c’est la même chose sauf pour le code on met « CRM N° ». Facturation ou Pièces Déjà Définies : En cliquant sur une pièce, on peut :  Imprimer ou réimprimer cette pièce.  Visualiser ou modifier cette pièce. Attention, la modification ne s'enclenche que par double-click sur une ligne, on est considéré en visualisation de la pièce avant toute première modification.
  43. 43. - 43 - LE RAPPROCHEMENT BANCAIRE Solution de sécurisation du circuit des flux financiers Sage X3 Rapprochement Bancaire constitue un moyen efficace pour sécuriser les flux grâce, notamment, à l’automatisation avancée des réconciliations entre écritures bancaires et comptables. En effet, ces automatismes diminuent sensiblement les risques d’oublis, d’erreurs et de fraude. Rapide, intuitif et adaptable, Sage Concept Rapprochement Bancaire facilite les tâches de rapprochement tout en offrant une fiabilité et une disponibilité
  44. 44. - 44 - sans concession de l’information, même rétroactive. Automatiser le rapprochement pour alléger les tâches de back-office Sage X3 Rapprochement Bancaire traite, de façon automatique ou semi- automatique, les cas les plus simples comme les plus complexes, par définition avancée de critères de rapprochement pouvant être combinés entre eux. Ces nombreux critères de rapprochement, génériques ou paramétrables par type d’opération, par banque, voire par compte, garantissent une approche fine et des taux de rapprochement automatique performants. Contrôler et assurer la traçabilité des flux De nombreux outils et restitutions sont à notre disposition afin de mieux contrôler et améliorer nos rapprochements. En complément de l’état de rapprochement, l’édition de rapprochement historique restitue votre rapprochement dans une situation antérieure en l’état. En effet, chaque état de rapprochement peut être figé et historisé par le biais du traitement de clôture. Quelles que soient les opérations intervenues depuis la clôture, nous sommes sûrs de retrouver une situation fiable et validée par nos soins. QUESTION/REPONSE : 1- Questionnaire sur les Achats  Question : Les commandes sont elles passés par une seule personne ?
  45. 45. - 45 -  Réponse : Oui les commandes sont passées par une seule personne qui est le responsable d’approvisionnement.  Question : Les achats sont-elles procédées toujours d’une commande écrite ?  Réponse : Oui mais parfois les commandes peuvent se faire oralement.  Question : Les commandes sont-elles passées sur des imprimés standards pré numérotés ?  Réponse : Oui il existe un carnet pré imprimé de bons de commandes dont les références figurent sur la facture.  Question : Peut-on connaitre à une date donnée, les commandes non encore livrées, celles qui le sont partiellement. Celles qui sont réalisées et celles qui sont annulées ?  Réponse : Oui.  Question : En combien d’exemplaires les commandes sont-elles préparées et quels sont les destinataires ?  Réponse : Les commandes sont préparées en un seul exemplaire, qu’on envoi au fournisseur par fax, et qui reste dans la société pour le suivi avec l’accusé de l’envoi.  Question : Les commandes font-elles apparaitre le prix convenu ?  Réponse : Les commandes ne contient pas le prix, les seuls éléments qui y figure sont : les références des articles, les quantités.
  46. 46. - 46 -  Question : Qui approuve les commandes ? L’approbation apparaît-elle sur tous les exemplaires ?  Réponse : Il n’y a pas d’approbation formelle par une signature ou un cachet du moment ou il est confirmée par le responsable d’approvisionnement et le directeur général.  Question : Existe-il un fichier fournisseur auquel il est fait référence pour le choix du fournisseur ?  Réponses : Le choix du fournisseur se fait oralement en fonction du prix.  Question : Dans quelles circonstances l’entreprise procède-t-elle à des appels d’offre ?  Réponse : la société procède à des appels d’offre lors d’un besoin de fourniture.  Les réceptions sont-elles correctement appréhendées ?  Question : Toutes les réceptions doivent passer par un point central ?  Réponse : Les réceptions sont directement stockées dans le magasin, le contrôle se fait au fur et à mesure du déchargement de la marchandise par l’assistant logistique.  Question : Toute réception donne-t-elle lieu à l’émission d’un bon d’entrée ?  Réponse : Oui, toute réception donne lieu à un bon d’entré.  Question : Ces bons d’entrées sont-ils pré numérotés, signés, datés et explicites sur les qualités et les quantités reçues ?
  47. 47. - 47 -  Réponse : Oui, il existe un carnet de bons d’entrée pré numérotés.  Question : En combien d’exemplaires sont-ils émis et quels sont les destinataires ?  Réponse : les bons d’entrées sont émis en un seul exemplaire qu’on envoi par fax au fournisseur et qui reste dans la société pour le suivi avec l’accusé de l’envoi.  Question : Quelles vérifications sont faites à la réception ?  Réception : Sur les marchandises reçus figurent des étiquettes qui décrivent la désignation de l’article ainsi que le nombre. Les vérifications consistent à comparer la quantité, le prix…  Le contrôle des factures et leur enregistrement sont-ils correctement assurés ?  Question : Quelle mesure prend-on à la réception des factures pour garder une trace de leur réception ?  Réponse : lors de la réception des factures l’assistant logistique s’en charge de garder une copie de la facture dans un dossier des fournisseurs.  Question : Comment se fait le traitement des factures avant paiement ?  Réponse : le traitement effectué est le rapprochement avec le bon de commandes ainsi que le bon de livraison.  Question : Par qui sont effectués ces contrôles ?  Réponse : Par l’assistant logistique.  Question : Quels sont les contrôles exercés sur les factures de transport ?
  48. 48. - 48 -  Réponse : l’assistant logistique s’occupe de la vérification de tout le dossier transport.  Question : Comment est effectué le contrôle des factures reçues sans commande préalable ?  Réponse : le responsable achat/ fournisseur est tenu de laisser une trace lors de la commande pour éviter toute omission d’information. 2- Synthèse  Points forts du contrôle interne  Les commandes sont passées par le « responsable d’approvisionnement » la seule personne autorisé par la direction de le faire, et ce en fonction des besoins de la société.  Les commandes sont passées sur des imprimés standards pré numérotés dont le numéro figure sur la facture, ce qui permet un rapprochement du bon de commande, la facture et le bon de livraison.  La direction peut savoir que la commande est effectivement passée avec précision de la date d’envoi.  Points faibles du contrôle interne
  49. 49. - 49 - L’absence d’une opposition « bon à payer » sur les factures ce qui peut entrainer un paiement de factures non autorisées par la direction.
  50. 50. - 50 - I-Cycle Ventes/ Clients 1- Revue analytique  Le compte « Clients » a enregistré une augmentation de l’ordre de 5% par apport à 2011, la majorité des clients sont des institutionnels et de grandes entreprises (OCP, ONE, ADM…) ce qui ne posent pas de problème de solvabilité.  En 2012, les ventes de l’entreprise ont enregistré une augmentation de l’ordre de 33% par apport à 2011. 2- Questionnaire sur les ventes  Question : Est-ce que chaque commande est autorisée ?  Réponse : chaque commande est autorisée par le DG.  Question : Est-ce que la commande du client est vérifiée (prix, quantité…) ?  Réponse : Oui chaque commande est vérifiée par le commercial.  Question : Est-ce qu’il existe des listes standards de prix, de remises et d’escompte ?  Réponse : La seule liste qui existe est celle des prix.  Question : Les bons de livraisons ainsi que les factures sont-ils pré numéroté ?  Réponse : Oui, la facturation se fait sur un modèle informatique numéroté, et pou les bons de livraison, il existe un carnet pré imprimé qui est numéroté.  Question : Est ce que les bons de livraisons sont rapprochés aux factures correspondantes ?
  51. 51. - 51 -  Réponse : Oui.  Question : Quelles sont les procédures de comptabilisation des retours ?  Réponse : En établissant des factures d’avoirs.  Question : Quels sont les justificatifs nécessaires pour l’établissement des avoirs ?  Réponse : Des bons de livraisons d’avoir signé par le DG.  Question : Est-ce qu’il existe un contrôle sur le calcul d’avoir ?  Réponse : Oui, mais il n’est pas formalisé.  Question : Est-ce que les avoirs sont pré numérotés ?  Réponse : Oui, les avoirs sont pré numérotés.  Question : Est-ce qu’il existe une procédure spécifique du recouvrement des créances ?  Réponse : En cas de litige le commercial tente de le résoudre à l’amiable, si ce dernier s’avère impossible, il recourt à la justice. En général, la société n’a pas de problèmes de recouvrement.  Question : Est-ce qu’il existe un contrôle sur les ventes au comptant ?  Réponse : Oui.  Question : Est-ce qu’il existe un contrôle sur les ventes au comptant ?  Réponse : Oui.
  52. 52. - 52 -  Question : Est-ce qu’il existe une procédure de facturation des livraisons partielles ?  Réponse : Oui, les factures sont faites selon la quantité livrais.  Question : Existe-il des dispositifs de sécurité adéquats dans les bureaux des personnes responsables de la caisse et tous autres endroits où sont effectuées des manipulations d’espèce ?  Réponse : La caisse est tenue dans une boite métallique à clé mise dans le tiroir du bureau du caissier qui est toujours fermé.  Question : Est-ce que la caissière exerce un contrôle effectif sur les chèques et espèces, depuis l’encaissement jusqu’au dépôt en banque ?  Réponse : La seule vérification est celle des chèques reçus en comparaison avec les factures, qui sont envoyés immédiatement à la banque après les avoir passer au scanner.  Question : Les recettes sont-elle déposées en banque dans leur intégrité et rapidement ?  Réponse : Oui après avoir enlever les charges de la société.  Question : L’autorisation de tous les paiements de la caisse est-elle donnée par des personnes autres que la caissière ?  Réponse : C’est le directeur qui donne l’autorisation des paiements.  Question : les bons de caisse sont-ils :  Ecrits à l’encre ;  Rédigés en chiffres et en toutes lettres ;
  53. 53. - 53 -  Signés par le bénéficiaire ;  Autorisés.  Réponse : les bons de caisse sont écrits à l’encre en chiffre seulement, signés par le bénéficiaire et autorisés par le directeur.  Question : Dans le cas d’encaissement en espèce, les pièces justificatives correspondantes sont-elles comparées aux registres détaillés par une autre personne que la caissière et le bénéficiaire ?  Réponse : Oui, ils sont comparés par le DG.  Question : Les chèques sont-ils datés et enregistrés à leur date d’émission ?  Réponse : Oui, dans la comptabilité, il est enregistré avec la date de remise en banque.  Question : Les chèques mal libellés sont-ils annulés et gardés à titre de preuve pour la séquence numérique ?  Réponse : Les chèques mal libellés en provenance des clients sont retournés immédiatement au client pour être changés.  Question : Existe-il un contrôle sur les chèques inutilisés des carnets de chèque en cours ?  Réponse : Oui.  Question : Existe-t-il un contrôle sur le stock de carnets de chèque en cours ?  Réponse : Oui, le stock de carnets de chèque est gardé dans le bureau du directeur dans un coffre.
  54. 54. - 54 -  Question : Un plafond a-t-il été fixé pour les chèques qui exigent une contre signature ?  Réponse : Non applicable, la signature du PDG est la seule signature autorisée.  Question : le chèque présenté au signataire est-il accompagné des factures et pièces justificatives nécessaires ?  Réponse : Oui, l’ensemble des pièces est visé par le directeur.  Question : L’ouverture du courrier est-elle centralisée et se fait-elle en présence d’un responsable ?  Réponse : le courrier est reçu par le comptable sans la présence du directeur.  Question : Une liste des encaissements est-elle établie à l’ouverture du courrier ?  Réponse : A l’ouverture du courrier le comptable saisie les écritures au système. 1- Questionnaire sur les stocks  Les mouvements de stock  Question : Le magasin est-il séparé de la réception des marchandises?  Réponse : Non, il intervient lors de la réception des marchandises.  Question : Toute réception donne-t-elle lieu à l’émission d’un bon de réception pré numéroté ?  Réponse : Oui.
  55. 55. - 55 -  Question : A quelles conditions des stocks obsolètes, inutilisés ou détériorés peuvent-ils être mis au rebut ou cédés ?  Réponse : En cas de soudage non complet et de chutes.  Question : Quelles procédures sont mises en place pour s’assurer que tous les mouvements physiques de stocks sont enregistrés à la même période de ce mouvement ?  Réponse : - A l’entrée : contrôle quantitatif et qualitatif, allotissement, pointage et mise à jour des quantités en stock -A l’intérieur : stockage dans les zones et emplacements appropriés ; -A la sortie : prélèvement, préparation des commandes, pointage et mise à jour des quantités en stock.  Les procédures d’inventaire  Question : Toutes les catégories de stock font-elles objet d’un inventaire physique périodique ? Quelle est cette périodicité ?  Réponse : le stock fait l’objet d’un inventaire permanent deux fois par mois.  Question : des instructions écrites sont-elles émises avant les inventaires.  Réponse : Non.  Question : L’inventaire est-il précédé d’un rangement rationnel des stocks pour faciliter les comptages.  Réponse : Oui ; Le stockage se fait dans les zones et emplacements appropriés.  Question : Des étiquettes pré numérotées sont-elles utilisées.
  56. 56. - 56 -  Réponse : Oui ; en fait les étiquettes contiennent la références ainsi que les noms d’article.  Question : la responsabilité des comptages est-elle confiée à des personnes indépendantes de celles chargées de la surveillance des stocks concernés ?  Réponse : Oui, elle est confiée au gestionnaire du stock.  Question : Procède-t-on à un double comptage ?  Réponse : Parfois, pour s’assurer.  La surveillance des stocks  Question : la surveillance des différentes catégories de stock (produits finis, matières consommables …) est-elle confiée à des personnes différentes ?  Réponse : Non seule le magasinier est le responsable de la surveillance des stocks.  Question : L’accès au magasin est-il limité aux seules personnes autorisées ?  Réponse : Non, différentes personnes peuvent entrer au magasin.  Question : Les stocks sont-ils protégés contre les risques d’une détérioration physique ?  Réponse : Oui le magasin est propre et aéré, les articles sont bien rangés de façon à être protégé contre toute détérioration physique.  Question : La couverture d’assurance est-elle revue régulièrement ?  Réponse : Oui, une « assurance tous risques» est contractée.
  57. 57. - 57 -  Question : Des fiches de stock en quantité et en valeur sont-elles tenues en comptabilité ? Pour tous les stocks ?  Réponse : Oui, ces fiches sont faites pour tous les articles stockés ainsi que les quantités.  Question : Les magasiniers doivent-ils signaler périodiquement les stocks inutilisables ou à rotation lente ?  Réponse : Oui, lors d’une rotation lente le magasinier informe le directeur technique. .
  58. 58. - 58 - CONCLUSION Ainsi, j’ai effectué mon stage au sein de l’entreprise RIVERA METAL. Lors de ce stage de 4 semaines, j’ai pu mettre en pratique mes connaissances théoriques acquises durant ma formation, de plus, je me suis confronté aux difficultés réelles du monde du travail. Après ma rapide intégration dans l’équipe, j’ai eu l’occasion de réaliser plusieurs tâches qui ont constitué une mission de stage globale. Chacune de ces tâches, utiles au service, se sont inscrites dans la stratégie de l’entreprise et plus précisément dans celle du service Financier et service Commerciale. -Apports de stage : Les apports que j’ai tiré au cours de ce stage et de cette expérience professionnelle peuvent être regroupés autour de trois idées principales : les compétences acquises, les difficultés rencontrés et ainsi que la vie en société. -Compétences acquises : Mon stage au sein de RIVERA METAL a été très positif car il m’a permis de développer et d’acquérir des savoir être qui sont utiles et indispensables dans le monde du travail. Tout d’abord, mon stage m’a permis d’acquérir une plus grande confiance en moi. Mon stage m’a aussi permis d’acquérir un savoir être indispensable : l’esprit d’équipe. Au sein de l’établissement, j’ai appris qu’il était important de se confier, et ainsi apprendre des conseils des autres. De plus le travail qui m’avait été confié, était
  59. 59. - 59 - pour moi une vraie mission, ainsi qu’un vrai test, afin de savoir si j’étais capable de m’impliquer davantage dans cette voie, qui n’est pas sans difficultés. Ce stage m’aura permis de réaliser mon travail avec passion. -Difficultés rencontrées : Les difficultés rencontrées ont été généralement des difficultés techniques : La réalisation de A à Z d'un logiciel n'est parfois pas très aisée. J'ai néanmoins réussi à obtenir l'aide nécessaire, soit dans la société même, soit ailleurs en cherchant sur Internet. -La vie en société : Mon stage chez RIVERA METAL a été très instructif. Au cours des quatres semaines j’ai ainsi pu observer le fonctionnement de la société. Au-delà, de l’activité de chacun des services, j’ai pu apprendre comment s’articulent les différents départements d’une telle entreprise. Par ailleurs, les relations humaines entre les différents employés de la société, indépendamment de l’activité exercée par chacun d’eux, m’ont appris sur le comportement à avoir en toute circonstance
  60. 60. - 60 - ANNEXE 1 : -bon de livraison :
  61. 61. - 61 - ANNEXE 2 : -facture :
  62. 62. - 62 -
  63. 63. - 63 - REFFERENCES http://www.charika.ma/societe-rivera- metal-252479 http://riverametal.com/ http://www.sage.fr/espaces/default.aspx ?tabid=91 les personnels de la société les brochures

×