Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Gestion de tresorerie

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Prochain SlideShare
Gestion de trésorerie
Gestion de trésorerie
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 107 Publicité

Plus De Contenu Connexe

Diaporamas pour vous (20)

Publicité

Similaire à Gestion de tresorerie (20)

Gestion de tresorerie

  1. 1. GESTION DE LA TRESORERIE BMS 2012
  2. 2. Définition de la gestion de trésorerie • Lexique de finance (voir la page 1099 du Vernimmen 2013) Activité consistant pour le Trésorier d'une entreprise à gérer les risques de liquidité, de Taux d'intérêt et de taux de change qui pèsent sur l'entreprise; à placer les liquidités dans les meilleures conditions de rentabilité et de risque; et à pouvoir faire face tous les jours aux engagements de l'entreprise en mobilisant les Ressources financières à court ou à Long Terme nécessaires. Equivalent anglais : Cash management
  3. 3. SOMMAIRE CHAPITRE 1 - LES APPROCHES DE LA TRESORERIE CHAPITRE 2 - LES NOTIONS FONDAMENTALES CHAPITRE 3- L ’ENVIRONNEMENT BANCAIRE MAROCAIN CHAPITRE 4- LA GESTION DE TRESORERIE CHAPITRE 5- LE DIAGNOSTIC D ’UN SYSTEME DE GESTION DE TRESORERIE CHAPITRE 6- LES PREVISIONS DE TRESORERIE CHAPITRE 7- LES DECISIONS FINANCIERES A C.T
  4. 4. Chapitre1- LES DIFFERENTES APPROCHES DE LA TRESORERIE • APPROCHE STATIQUE DE LA TRESORERIE : • APPROCHE BILANTIELLE • APPROCHE RELATIVE • APPROCHE DYNAMIQUE DE LA TRESORERIE : • TABLEAU DE RESULTAT • TABLEAU DE FINANCEMENT • TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE
  5. 5. A- APPROCHE BILANTIELLE • BILAN, CIRCUIT FINANCIER ET ROLE PRIMORDIAL DES LIQUIDITES • BILAN, STRUCTURE FINANCIERE ET REGLE D ’EQUILIBRE FINANCIER
  6. 6. CIRCUIT FINANCIER OPERATIONS D ’INVESTISSEMENT FINAN O INVEST Décisions P Financières Capitaux E Actif DESINV REINV Propres R Immobilisé A RESERVOIR T DE I L ’ENCAISSE O N FLUX EXP Dettes de S Actif d’exploitation ENCA/ VENTES REMB : DETTES financement F ASSOCIES I ETAT N OPERATIONS D ’EXPLOITATION
  7. 7. VALORISATION DE LA LIQUIDITE ACTIVITES DONT LE CYCLE D ’EXPLOITATION EST LONG: CAS DES ENTREPRISES INDUSTRIELLES ENCAISSE MP PROD CREANCES ENCAISSE MO TRANS Commerciales MAT STOCK ACTIVITES DONT LE CYCLE D ’EXPLOITATION EST COURT: CAS DES ENTREPRISES COMMERCIALES ENCAISSE MDSES Créances ENCAISSE VENDEURS Commerciales DISTRS STOCK
  8. 8. BILAN, STRUCTURE FINANCIERE ET REGLE D ’EQUILIBRE FINANCIER • LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA STRUCTURE FINANCIERE : • FONDS DE ROULEMENT: FDR • BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT: BFR • TRESORERIE NETTE :TR N
  9. 9. Fonds de Roulement = Ressources Permanentes - Actifs Immobilisés
  10. 10. BFR = ACTIFS CIRCULANTS - PASSIFS CIRCULANTS
  11. 11. TN = FR - BFR
  12. 12. EXEMPLE : Constructions : 1000 000 Capital: 100 000 Réserves : 400 000 Matériel de transport: Emprunt à LT : 1 500 000 500 000 Stocks : 1 500 000 Fournisseurs : 800 000 Clients : 1000 000 Etat : 300 000 Banques : 100 000 Banques : 1 000 000 Calculez le FR ,le BFR et la TR N
  13. 13. FDR= Ressources Permanentes - Actifs Immobilisés = k((100+ 400 +1500)- (1000+500)) = 500 000 BFR= ACTIFS CIRCULANTS - PASSIFS CIRCULANTS =k((1500+1000+500) – (800+300+1000)) = 900 000 TR N= FR - BFR = 500 000 – 900 000= - 400 000
  14. 14. Une trésorerie nette négative signifie qu’une partie du Besoin en Fonds de Roulement n’est pas financée par: Le Fonds de Roulement
  15. 15. B- APPROCHE RELATIVE DE LA TRESORERIE
  16. 16. RATIO DE LA LIQUIDITE GENERALE STOCKS + CREANCES CLIENTS + TVP + DISPONIBILITES DETTES A COURT TERME =
  17. 17. RATIO DE LA LIQUIDITE REDUITE CREANCES CLIENTS + TVP + DISPONIBILITES DETTES A COURT TERME =
  18. 18. RATIO DE LA LIQUIDITE IMMEDIATE DISPONIBILITES DETTES A COURT TERME =
  19. 19. AUTRES RATIOS DETTES BANCAIRES ACTIF CIRCULANT = DETTES BANCAIRES ----------------------------------- VALEURS REALISABLES =
  20. 20. C- APPROCHE DYNAMIQUE DE LA TRESORERIE • TABLEAU DE RESULTAT • TABLEAU DE FINANCEMENT • TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE
  21. 21. PREOCCUPATIONS MAJEURES : • COMMENT L ’ENTREPRISE DEGAGE-T-ELLE DE LA TRESORERIE ? • QU ’EN FAIT-ELLE ?
  22. 22. ORIGINE DES INFORMATIONS NECESSAIRES : • LE COMPTE DE RESULTATS : • EBE • BENEFICE NET • CAF • LE TABLEAU DE FINANCEMENT : • AUTOFINANCEMENT • VARIATION DU BFG • VARIATION DE LA TRESORERIE
  23. 23. CORRECTIONS NECESSAIRES AUX APPROCHES BASEES SUR LES FLUX: • AU NIVEAU DES OPERATIONS COURANTES L’EXPRESSION DE LA LIQUIDITE PEUT S’ECRIRE COMME SUIT: EXCEDENT DE TRESORERIE SUR OPERATIONS DE GESTION = CAF - BFR LA LIQUIDITE DE L’ENTREPRISE EST ASSUREE SI : CAF - BFR - REMBOURSEMENT DES DETTES FINANCIERES > 0
  24. 24. CORRECTIONS NECESSAIRES AUX APPROCHES BASEES SUR LES FLUX : • AU NIVEAU DES OPERATIONS D’EXPLOITATION L’ EXPRESSION DE LA LIQUIDITE PEUT S’ECRIRE COMME SUIT: • EBE - BFRE - CHARGES D ’INTERETS - REMBOURSEMENT DE DETTES - IS >= 0 OU : • ETE - CHARGES D ’INTERETS - REMBOURSEMENT DE DETTES - IS >= 0 • ETE = ESO - ENCOURS COMMERCIAUX • ESO = PRODUITS D ’EXPLOITATION (AUTRES QUE STOCKS) - CHARGES D ’EXPLOITATION (AUTRES QUE STOCKS) • ENCOURS COMMERCIAUX = CREANCES D ’EXPLOITATION - DETTES D ’EXPLOITATION
  25. 25. TRESORERIE GLOBALE • TG = EXCEDENT SUR OPERATIONS DE GESTION + EXCEDENT DE TRESORERIE SUR OPERATIONS D’INVESTISSEMENT ET DE FINANCEMENT OR : ETOG = CAF - BFR ET ETOIF = FR – CAF DONC: TG = FR - BFR
  26. 26. Chapitre 2. LES NOTIONS FONDAMENTALES PREVISIONS DE TRESORERIE RÉDUIRE SES BESOINS DE FINANCEMENT IMPORTANCE DE LA GESTION DE TRESORERIE ROLES ET FONCTIONS DU TRESORIER SYSTEME DE GESTION DE TRESORERIE
  27. 27. A-PREVISIONS DE TRESORERIE • Une démarche qui suppose: -L’élaboration du budget de trésorerie -L’élaboration du plan de trésorerie
  28. 28. • Il donne une prévision des excédents et des déficits de trésorerie, en montant et en durée dans une double perspective: 1. Vérifier que les lignes de crédits initialement négociés suffiront à combler les besoins éventuels 2. Définir les utilisations prévisibles de crédits par grandes masses (par ex nécessité de recourir à l’escompte compte tenu du portefeuille de traites.)
  29. 29. • Les prévisions de trésoreries annuelles, avec un découpage mensuel, sont la résultante des différents budgets: 1.Budgets d’exploitation 2.Budget d’investissement 3.Budget de financement.
  30. 30. • Le budget de trésorerie ne regroupe que des dépenses et des recettes: • • les charges non décaissables, les produits non encaissables n’apparaissent pas dans les sommes considérées. • Clients et fournisseurs Les montants correspondants sont pris pour leur valeur TTC. Les ventes non soumises à TVA sont considérées pour leur montant HT • TVA à décaisser Il convient pour l’établir d’appliquer le bon critère (livraison ou encaissement du prix) pour trouver le mois d’exigibilité de la TVA. La TVA calculée est sauf en cas de règlement par obligations cautionnées réglée le mois suivant. Un crédit de TVA s’impute sur la TVA du mois suivant
  31. 31. • Tableau des encaissements Prise en compte des délais de paiements Certains encaissements de la période proviennent des ventes de la période précédente. L’information concernant ce type d’encaissements se trouve dans le bilan d’ouverture. Montant Janvier Février …… Décembre Créances Vtes JAN Vtes FEV …… T enc/Vtes Autres Enc Total ENC
  32. 32. Mt 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 c/ N-1 JAN FEV MARS AVRIL MAI JUIN JUIL AOUT SEPT OCT NOV DEC TOTAL
  33. 33. • Dans ce budget sont concentrées toutes les dépenses anticipées à court terme de l’entreprise. Comme pour les encaissements, certains décaissements proviennent des engagements de la période antérieure. MT 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Reliq Dec/AC HATS FP Ch Sles I&T TVA Tot DEC
  34. 34. TVA JAN FEV MARS ………… DEC Report TVA COLL Tva récupéra bles verseme nts Tenir compte du régime fiscal Faire attention aux ventes exonérées
  35. 35. Trésorerie Janv fev mars …………… DEC Trésorerie début du mois RECETTES DEPENSES Trésorerie fin du mois
  36. 36. B-RÉDUIRE SES BESOINS DE FINANCEMENT De manière schématique, l’optimisation de votre trésorerie va consister à mettre en œuvre les processus nécessaires à l’accélération de vos encaissements et au ralentissement de vos décaissements. Selon que vous vendez des biens ou des services, selon que vous êtes fabricant ou négociant, les techniques appliquées sont différentes. L’entreprise a peu de sources d’encaissement. La principale est, bien entendu, ses clients. L’amélioration des flux d’entrée de trésorerie consiste donc à raccourcir le plus possible : - a) les délais de livraison - b) les délais de facturation - c) les délais d’encaissement
  37. 37. • L’optimisation des délais de livraison est en théorie un processus simple : sortir rapidement les marchandises des magasins permet de réduire le temps de conservation du stock. Il faut donc examiner les procédures d’acceptation des commandes, de regroupement, de conditionnement puis d’expédition. Il n’est pas rare de s’apercevoir de pertes de temps dans cet enchaînement pouvant atteindre plusieurs jours. Autant de décalage entre les flux de trésorerie. Les délais de facturation relèvent de la même démarche. Une livraison à un client doit être facturée aussi vite que possible : évitez les traitements par lots trop espacés ou les circuits administratifs complexes. Pour les entreprises qui fournissent des prestations de services, les conditions d’acomptes et d’échelonnements des règlements doivent être établies et suivies avec beaucoup d’attention. Clairement prévues dans les documents faisant office de commande, elles font l’objet d’un processus interne strict n’acceptant pas d’exception.
  38. 38. • Les moyens informatiques permettent aujourd’hui de traiter et d’acheminer les factures dans des délais plus courts. Les délais d’encaissement sont les plus difficiles à optimiser car ils dépendent en partie des conditions du marché et de la position de l’entreprise par rapport à ses clients. Il est indispensable de se doter d’un système de suivi et de relance efficace, appliqué de manière permanente. La mise en place d’un système informatisé de relance et l’affectation d’une personne habilitée à contacter les clients pour suivre les anomalies peuvent réduire de manière substantielle le délai d’encaissement moyen. Il permet également de détecter rapidement les éléments de désaccords éventuels et de les régler. Lorsqu’une entreprise ne suit pas ou suit insuffisamment ses créances, les clients s’en aperçoivent rapidement et allongent insensiblement leurs délais de règlement. Elle s’expose en outre à des pertes significatives dans la mesure où le risque de non-paiement augmente de manière exponentielle avec le retard de paiement.
  39. 39. • Si de meilleures procédures vous permettent de gagner 10 jours de crédit clients et que votre entreprise réalise un chiffre d’affaires de 10 millions DH, votre trésorerie moyenne s’améliorera d’environ 300.000 DH. Tout produit stocké représente un décaissement qui presque toujours sera payé bien avant que vous n’encaissiez le produit de vente. Dans la grande majorité des cas, la gestion en flux tendu représentera une diminution substantielle de vos besoins de financement.. La recherche d’un optimum ne doit pas aller jusqu’au risque d’une rupture qui coûte souvent plus cher que la gestion d’un stock de sécurité. • L’amélioration de l’informatisation, la mise en place d’une chaîne continue reliant les commandes clients aux décisions d’approvisionnement permettent de diminuer le niveau des stocks. La définition de niveau de stock d’alerte constitue une approche simple qui permet aux entreprises, de constater le plus souvent une baisse de leur besoin de fonds de roulement.
  40. 40. • Comme pour les créances clients, une diminution du ratio de stock d’une dizaine de jours peut représenter une amélioration importante de votre trésorerie. Comment peut-on agir sur le poste fournisseur pour obtenir des délais de règlement plus longs ? La réponse dépend pour l’essentiel du poids de la société sur le marché et de sa capacité réelle à négocier. Pour les entreprises de taille moyenne, la meilleure voie consiste à mettre plusieurs d’entre eux en concurrence, mais là, également la taille de l’acheteur est un facteur primordial. Au delà toute entreprise doit veiller à ce que ses achats d’approvisionnement comme de frais généraux soient réalisés dans un cadre défini et suivi de la manière la plus rigoureuse possible. : Payer à temps, ni trop tard ni trop tôt.
  41. 41. • Comme pour les créances clients, une diminution du ratio de stock d’une dizaine de jours peut représenter une amélioration importante de votre trésorerie. Comment peut-on agir sur le poste fournisseur pour obtenir des délais de règlement plus longs ? La réponse dépend pour l’essentiel du poids de la société sur le marché et de sa capacité réelle à négocier. Pour les entreprises de taille moyenne, la meilleure voie consiste à mettre plusieurs d’entre eux en concurrence, mais là, également la taille de l’acheteur est un facteur primordial. Au delà de cette constatation, tout entreprise doit veiller à ce que ses achats d’approvisionnement comme de frais généraux soient réalisés dans un cadre défini et suivi de la manière la plus rigoureuse possible. Cela peut se résumer en une phrase : payer à temps, ni trop tard ni trop tôt, des marchandises ou prestations acquises au meilleur prix.
  42. 42. • Les erreurs à ne pas commettre • Quelle que soit la qualité de la gestion de votre fonds de roulement, elle ne pourra pas résoudre toutes les situations que rencontre une entreprise. Hormis les situations de pertes d’exploitation, deux risques essentiels menacent les entreprises : - Une erreur de financement des investissements - Une mauvaise anticipation des effets de la croissance. Le premier découle du non-respect d’un principe élémentaire : le financement d’un bien produisant un profit sur une longue période doit être financé sur le moyen ou long terme. L’utilisation de la trésorerie pour financer un investissement produit un double déséquilibre : diminution des liquidités disponibles et augmentation simultanée des besoins en fonds de roulement dû à l’accroissement du chiffre d’affaires provoqué par l’investissement.
  43. 43. Ce type de situation doit toujours être anticipée et les divers instruments de financement disponible sur le marché mis en place. Le second découle du fait que très peu d’entreprise ont un besoin de fonds de roulement négatif. Structurellement, pour la plupart des activités, l’exploitation entraîne des décaissements qui précèdent les encaissements. Toute phase de croissance rapide produit un décalage qui s’accumule. Mal géré, il peut conduire des entreprises performantes à des cessations de paiement ou nécessiter de faire appel à des investisseurs extérieurs dans des conditions pas toujours favorables pour les actionnaires d’origine. Lorsqu’une entreprise connaît le succès et un fort développement, ses dirigeants doivent anticiper les financements structurels nécessaires
  44. 44. A- IMPORTANCE DE LA GESTION DE TRESORERIE • POIDS DES FRAIS FINANCIERS DANS LE RESULTAT NET DE L ’ENTREPRISE • SOUPLESSE DE LA GESTION DE TRESORERIE * FINANCEMENT DE L ’ENTREPRISE AU MOINDRE COUT
  45. 45. B- ROLE DU TRESORIER • OPTIMISER LES FLUX D’ENCAISSEMENTS ET DE DECAISSEMENTS ET GERER LES SOLDES BANCAIRES • ASSURER LA LIQUIDITE AU MOINDRE COUT ET D ’UNE MANIERE PERMANENTE • GERER LES RISQUES FINANCIERS
  46. 46. GESTION DES RISQUES FINANCIERS • QUOI? RISQUE DE TAUX, DE CHANGE, DE LIQUIDITE, DE CONTREPARTIE ETC... • COMBIEN? EVALUATION/SENSIBILITE • COMMENT ? CHOIX DES INSTRUMENTS, SUIVI DES COUVERTURES
  47. 47. ROLE DU TRESORIER NEGOCIATION/RELATION AVEC LES BANQUES GESTION DE CHOIX DES LA POSITION TRESORIER CREDITS GESTION DES RISQUES FINANCIERS
  48. 48. C- LE SYSTEME DE GESTION DE TRESORERIE INTERNES ORGANISATION DECISIONS INFORMATIONS DE TRESORERIE FINANCIERES EXTERNES
  49. 49. Chapitre 3. L ’ENVIRONNEMENT BANCAIRE MAROCAIN • Les différents crédits de fonctionnement disponibles dans les banques marocaines • LES CONDITIONS DE BANQUE • LE COUT REEL DES CREDITS • LA NEGOCIATION BANCAIRE
  50. 50. Les différents crédits de fonctionnement disponibles dans les banques marocaines Extrait de la documentation d’une banque de la place •I/ Crédits de trésorerie : Avances et découverts Votre besoin : disposer d'un apport en trésorerie Notre proposition : Facilité de caisse •Dans l'attente de récupérer des créances certaines, vous avez à faire face, au cours du mois, à des dépenses courantes. Pour renflouer votre trésorerie, nous vous faisons bénéficier de notre facilité de caisse que vous pouvez utiliser selon vos besoins, dans la limite du plafond autorisé et sur une période inférieure à un an. Ce plafond est fonction du mouvement créditeur de votre compte courant. Les intérêts sont calculés uniquement en fonction du nombre de jours pendant lesquels le crédit a été effectivement utilisé et sur le montant dont vous avez réellement disposé.
  51. 51. • Votre besoin : disposer d'un appoint de trésorerie • Notre proposition : Découvert Vous avez engagé des opérations en rapport avec l'activité de votre entreprise, ce qui vous a engendré du besoin en trésorerie. Pour assurer le financement partiel ou intégral de vos dépenses dans l'attente de recettes certaines, nous mettons à votre disposition notre découvert qui peut s'étendre sur plusieurs mois et dont le montant s'adapte à vos besoins réels. • Votre besoin : financer une activité à rythme saisonnier • Notre proposition : Crédit de campagne Vous exercez une activité saisonnière relevant notamment de l'agro-industrie telle l'embouche, l'achat d'engrais, de semence ou autres. Notre ligne "crédit de campagne" que nous mettons à votre disposition, sous forme de découvert, s'adapte étroitement au calendrier de votre activité et répond aux besoins de financement occasionnés par son cycle de production à caractère saisonnier.
  52. 52. • Votre besoin : obtenir un crédit sur la base de marchandises entreposées en magasin général • Notre proposition : Warrant Les Magasins Généraux, organismes agréés par l'État, vous délivrent lors du dépôt de votre marchandise dans leurs locaux, un récépissé attestant l'entreposage de la marchandise et un bulletin de gage, le Warrant. A la remise de ces documents dûment endossés en notre faveur, vous bénéficiez de notre avance en compte Warrant. Le remboursement du crédit est lié aux ventes.
  53. 53. • Votre besoin : financer la constitution de vos stocks de marchandises • Notre proposition : Avance sur marchandise ASM • Votre activité nécessite la constitution d'un stock de marchandises. Notre avance sur marchandises -ASM vous permet de financer ce stock à hauteur de 80 % de sa valeur. Cette avance, d'une durée allant jusqu'à trois mois, peut être renouvelable. • Votre besoin: obtenir des avances en contrepartie de créances sur l'administration publique • Notre proposition : Avance sur marché nanti • Vous êtes une entreprise opérant sur des marchés publics et détenant ainsi des créances sur l'Administration publique. Grâce à notre crédit avance sur marché nanti, il vous est possible, sur simple nantissement du marché en notre faveur, de disposer de liquidité immédiate pouvant atteindre jusqu'à 80% des droits constatés • • • II/ Crédits d'escompte • Votre besoin : récupérer immédiatement la valeur de votre
  54. 54. • Votre besoin : obtenir un crédit sur la base de présentation de titres • Notre proposition : Avance sur titres Vous êtes détenteur de titres cotés en bourse. Pour renflouer votre trésorerie, il vous est possible d'obtenir notre avance sur titres. Le montant accordé est fonction de la valeur boursière moyenne des titres. La garantie est constituée par nantissement de ces titres. • Votre besoin de disposer de liquidités pour une courte période dans l'attente de réception imminente de fonds • Notre proposition : Crédit relais Vous êtes dans l'attente d'encaissements en votre faveur tels une mise en place de crédit à moyen terme, une créance de l'État, une subvention ou prime d'équipement ou encore une récupération de taxes. Pour pallier un décalage intervenant dans votre trésorerie, nous mettons à votre disposition notre crédit relais qui vous est octroyé de façon provisoire et pour une courte durée
  55. 55. • Votre besoin : vous assurer contre l'insolvabilité de vos clients, assurer le recouvrement ainsi que le financement de vos créances et vous débarrasser de la gestion de vos comptes clients: • Notre proposition : Garantie Maroc factoring • Pour vos ventes aussi bien au Maroc que sur les marchés extérieurs, notre filiale Maroc Factoring peut garantir à 100% vos créances commerciales sur les clients agréés, vous aidant à sélectionner votre clientèle, et par conséquent à en éliminer les clients douteux. En effet, en plus du dense fichier qu'elle tient sur la clientèle locale, Maroc Factoring est membre du réseau International Factor Group qui couvre 40 pays où déjà plus de 2 500 000 clients sont recensés et étudiés. Vous pouvez ainsi vendre en toute tranquillité : les factures approuvées peuvent faire l'objet d'un financement par anticipation par Maroc Factoring qui se charge de l'encaissement de vos factures
  56. 56. • . D'ailleurs, pour vos créances sur l'étranger, les correspondants internationaux de Maroc Factoring sont des partenaires sur lesquels vous pouvez vous appuyer. Ils maîtrisent la langue, la législation et les usages commerciaux des pays qui vous intéressent. Le recours aux garanties Maroc Factoring vous décharge donc de la gestion de vos comptes clients, vous permet d'éviter leur tenue onéreuse et surtout de consacrer votre énergie à votre principal métier : le développement de votre entreprise.
  57. 57. A- LES CONDITIONS DE BANQUE • LES TAUX ET LES MARGES (TJJ, MARCHE INTERBANCAIRE, MARCHE DES TCN) • LES COMMISSIONS • LES JOURS DE BANQUE • L’HEURE DE CAISSE • LE CONTRÔLE DES CONDITIONS DE BANQUE
  58. 58. LES CONDITIONS STANDARD DES OPERATIONS DE CREDIT VERSEMENT ESPECES J+1 (O) RETRAIT D ’ESPECES J-1 (O) REMISE CHEQUE/PL. J+2 (O) REMISE CHEQUE HPB J+12 (C) REMISE CHEQUES HPNB J+15 (C) VIREMENT EMIS J-1 (O) VIREMENT RECU J+1 (O)
  59. 59. LE CONTRÔLE DES CONDITIONS DE BANQUE • LES PRINCIPAUX DOCUMENTS EMIS PAR LES BANQUES : - LES BORDEREAUX DE REMISE - LE RELEVE DES COMPTES - L ECHELLE D’ INTERET (DATE D ’OPERATION, DATE DE VALEUR, COMMISSION, TAUX, INTERETS MORATOIRES, ETC….
  60. 60. B- LE COUT REEL DES CREDITS LES TAUX D ’UTILISATION DES CREDITS SONT ASSEZ DIFFERENTS DES TAUX AFFICHES, GENERALEMENT SUPERIEURS. QUATRE SUR-COUTS AFFECTENT LE TAUX AFFICHE DES CREDITS A C.T : - LES JOURS DE BANQUES; - LES 360 JOURS BANCAIRES; - LE NET D ’ESCOMPTE; - LA CAPITALISATION DES AGIOS.
  61. 61. VALORISATION DES COUTS CACHES POUR EVALUER L ’IMPACT DE CHACUN DE CES QUATRE SURCOUTS NOUS RAISONNERONS SUR UN EXEMPLE SIMPLE : UN CREDIT DE TRESORERIE MOBILISABLE DE 1 MDH, AU TAUX AFFICHE DE 10% ET RENOUVELLE TOUTES LES FINS DE MOIS PENDANT 1 AN, SOIT 12 FOIS DANS L ’ANNEE »
  62. 62. PREMIER SURCOUT : IMPACT DES JOURS DE BANQUES DIFFERENCE ENTRE LE NOMBRE DE JOURS D ’AGIOS ET LE NOMBRE REEL DE JOURS DE MISE A DISPOSITION DU CREDIT 31 MAI 30 JUIN
  63. 63. • LE BILLET TOMBANT A ECHEANCE LE 31 MAI SERA DEBITE VALEUR 31 MAI. • LE BILLET RENOUVELE SERA CREDITE VALEUR 31 MAI EGALEMENT • NOMBRE DE JOURS D ’AGIOS = DUREE APPARENTE (31 JOURS) + 1 jour • NOMBRE DE JOURS DE MISE A DISPOSITION DU CREDIT (30 JOURS) 1 jour de mai (31) + 29 jours de juin (date de valeur : 30 juin)
  64. 64. • EN RESUME ON CONSTATE POUR CE BILLET : -UN NOMBRE DE JOURS D ’AGIOS EGAL A 32 -UN NOMBRE DE JOURS DE MISE A DISPOSITION DES FONDS EGAL A 30 CES DEUX JOURS DE BANQUE ONT UN IMPACT DIRECT SUR LE COUT REEL DU CREDIT. 10% x 32/30 = 10,67%
  65. 65. DEUXIEME SURCOUT : LE NET D ’ESCOMPTE • SI LA SOCIETE EST DEBITRICE DE 1MDH SUR UN MOIS, LA MOBILISATION D’UN CREDIT DE TRESORERIE DE 1 MDH NE SERA PAS SUFFISANTE POUR COMBLER LE DECOUVERT. • EN EFFET L’ENTREPRISE SERA CREDITEE D’UN MONTANT EGAL A 1 MDH - AGIOS
  66. 66. • CETTE PRATIQUE RENCHERIT DONC LE COUT AFFICHE DU CREDIT UTILISE. LE SURCOUT SE FERA DANS LE RAPPORT (1MDH /1 MDH -AGIOS). • L ’IMPACT DU NET D ’ESCOMPTE SERA DONC DE (1 MDH/1MDH - 8 889) = 1,009
  67. 67. • LE TAUX AFFICHE DU CREDIT DE TRESORERIE DE 10% PORTE A 10,67% PAR LE PREMIER SURCOUT DEVIENT DONC PAR L ’IMPACT DU NET D ’ESCOMPTE DE 10,67% x 1,009 = 10,76%
  68. 68. TROISIEME SURCOUT : LA CAPITALISATION DES AGIOS NOUS AVONS RETENU L ’HYPOTHESE D’UNE SOCIETE QUI AVAIT UN BESOIN PERMANENT SUR L ’ANNEE DE 1 MDH. EN CONSEQUENCE ELLE MOBILISE DU 1èr JANVIER AU 31 DECEMBRE UN CREDIT DE TRESORERIE PAR DES TIRAGES A UN MOIS.
  69. 69. LE TAUX AFFICHE EST DE 10%. QUEL EST LE COUT REEL? POUR QUE LE TAUX SOIT UN TAUX REEL, IL FAUDRAIT QUE LE PRETEUR PERCOIVE LES AGIOS AU RYTHME ANNUEL. DANS NOTRE HYPOTHESE, LE BANQUIER LES PERCEVRA 12 FOIS (TIRAGES A UN MOIS). IL POURRA DONC LES REINVESTIR 12 FOIS POUR QUE CEUX-CI PRODUISENT ENCORE DES INTERETS.
  70. 70. LES AGIOS POUR 30 JOURS ET POUR 1DH SONT 0,10/12 = 0,008 333 3 CES AGIOS ETANT REINVESTIS 12 FOIS PRODUIRONT POUR LE BANQUIER UN RENDEMENT DE (1+0,008 333 3) A LA PUISSANCE 12 = 1,104 712 1 SOIT DU 10,4712% L ’AN ALORS QUE LE TAUX APPARENT EST DE 10%.
  71. 71. LA CAPITALISATION DES AGIOS POUR DES TIRAGES A 30 JOURS ET POUR UN CREDIT A 10% MULTIPLIE LE TAUX AFFICHE PAR L ’IMPACT DE LA CAPITALISATION DES AGIOS PORTE LE TAUX A: 10,471 2/10 = 1,0471 10,76% x 1,0471 1 = 11,27%
  72. 72. QUATRIEME SURCOUT : LES 360 JOURS DE BANQUE LE DECOMPTE DES JOURS D ’AGIOS S ’EFFECTUE SUR UNE BASE DE 360 JOURS ALORS QUE L’ANNEE EN COMPTE 365 SINON 366. CETTE PROCEDURE RENCHERIT LE COUT DU CREDIT DANS LE RAPPORT 365/ 360, SOIT 1,013 9. LE TAUX DU CREDIT AFFICHE A 10% PASSE DONC A : 11,27% x 1,013 9 = 11,43%
  73. 73. C- LA NEGOCIATION BANCAIRE LA NEGOCIATION BANCAIRE CONSTITUE UN VERITABLE IMPERATIF DE COMPETITION POUR L’ENTREPRISE. LE BANQUIER N ’EST PAS UN ADVERSAIRE, MAIS UN PARTENAIRE, LES RELATIONS DOIVENT ETRE ECONOMIQUES : VENDRE ET ACHETER AU MEILLEUR MAIS JUSTE PRIX.
  74. 74. IL CONVIENT D’ADOPTER AVEC SES BANQUIERS UNE ATTITUDE PLUS MARKETING DE SELECTION, DE RAPPORT QUALITE/PRIX ET DE LEUR DEMANDER DES JUSTIFICATIFS DE LEUR TARIFICATION. POUR NEGOCIER AVEC SON BANQUIER, IL FAUT BIEN PREPARER LA NEGOCIATION CONSTITUER UNE EQUIPE QUI A DES COMPETENCES ET UN POUVOIR DECISIONNEL.  CHOISIR LA BANQUE AVEC LAQUELLE VA S'OUVRIR LA NEGOCIATION.  FIXER LES AXES DE NEGOCIATION ET HIERARCHISER LES DEMANDES
  75. 75. CHAPITRE 4. LA GESTION DE TRESORERIE LES DIFFERENTS MODES DE GESTION DE TRESORERIE : * LA GESTION DE TRESORERIE COMPTABLE * LA GESTION DE TRESORERIE EN DATE DE VALEUR
  76. 76. LA GESTION DE TRESORERIE EN DATE DE VALEUR LES OBJECTIFS :  - MINIMISER LES FRAIS FINANCIERS  - MAXIMISER LES PRODUITS FINANCIERS  - CONCEPT DE TRESORERIE ZERO
  77. 77. LES CONTRAINTES : - 1- CONNAISSANCE DES CONDITIONS DE BANQUE - 2- RELATIONS AVEC LES BANQUES - 3- CHOIX DES PARTENAIRES BANCAIRES - 4- SYSTEME D ’INFORMATION ADAPTE - 5- COMPETENCES DU TRESORIER
  78. 78. L ’OUTIL A METTRE EN PLACE EST UN SYSTEME DE SUIVI DES SOLDES BANCAIRES EN DATE DE VALEUR. 1. ANALYSE DES FACTEURS INTERNES 2. MISE EN PLACE DU SYSTEME 3. POSITIONNEMENT DES FLUX
  79. 79. A- ANALYSE DES FACTEURS INTERNES A L ’ENTREPRISE • MOYENS HUMAINS DONT DISPOSE L ’ENTREPRISE • NATURE DES FLUX • NOMBRE DE BANQUES * BESOINS DE L ’ENTREPRISE
  80. 80. B- MISE EN PLACE DU SYSTEME 1. ANALYSE DES FLUX : INVENTORIER LES ENCAISSEMENTS/DECAISSEMENTS 2. REAFFECTATION DES FLUX PAR BANQUE 3. POSITIONNEMENT DES FLUX
  81. 81. C- LE SUIVI EN VALEUR L ’ELABORATION D ’UNE FICHE DE SUIVI EN VALEUR PERMET DE POSITIONNER LES MOUVEMENTS EN DATE DE VALEUR. A CHAQUE BANQUE CORRESPOND UNE FICHE IL FAUT CALCULER LE SOLDE DE DEPART EN VALEUR
  82. 82. SOLDE DE DEPART : • LES ECHELLES D’INTERETS, * LE RELEVE BANCAIRE, • LE SOLDE COMPTABLE FICHE DE SUIVI EN VALEUR OU DAMIER
  83. 83. CHAPITRE 5.DIAGNOSTIC DU SYSTEME DE GESTION DE TRESORERIE LES ERREURS QUI PEUVENT ETRE COMMISES EN MATIERE DE GESTION DE TRESORERIE ET QUI SONT SOURCE DE GASPILLAGE DE FRAIS FINANCIERS SONT DE 3 TYPES : • ERREUR D ’EQUILIBRAGE • ERREUR DE SUR-MOBILISATION * ERREUR DE SOUS-MOBILISATION
  84. 84. A- ERREUR D’EQUILIBRAGE ELLE TRADUIT L’EXISTENCE SIMULTANEE D’UN SOLDE CREDITEUR EN VALEUR DANS UNE BANQUE ET D ’UN SOLDE DEBITEUR DANS UNE AUTRE. L’UN GENERE DES INTERETS DEBITEURS, L ’AUTRE N ’EST EN THEORIE PAS REMUNERE EXEMPLE D ’ERREUR D ’EQUILIBRAGE SOLDE BANCAIRE MOYEN EN VALEUR: +5MDH (BANQUE A) SOLDE BANCAIRE : -7MDH (BANQUE B) TAUX D ’INTERET : 11% QUEL EST LE COUT DE CETTE ERREUR SUR 1 MOIS ?
  85. 85. 5 MDH X 0,11 X 30/360 = 45 833, SOIT EN EXTRAPOLANT, 550 000 DH POUR L ’ANNEE. CETTE ERREUR EST FREQUENTE. ELLE CONSTITUE LA SOURCE PRINCIPALE D’UN GASPILLAGE DE FRAIS FINANCIERS.
  86. 86. B- ERREUR DE SUR MOBILISATION ELLE RESULTE DES SOLDES CREDITEURS A VUE NON REMUNERES. UNE FOIS LES ERREURS D ’EQUILIBRAGE DES COMPTES ELIMINES, L’EXISTENCE DE SOLDES CREDITEURS TRADUIT SOIT UN RECOURS INUTILE AUX CREDITS (ESCOMPTE, CREDIT DE TRESORERIE, SPOT, …), SOIT UN DEFAUT DE PLACEMENT.
  87. 87. EXEMPLE D’ERREUR DE SUR- MOBILISATION SOLDE BANCAIRE : -5MDH (01/10/99) POUR COUVRIR CE DEBIT, LE TRESORIER DECIDE DE REMETTRE POUR 5 MDH DE TRAITES A L ’ESCOMPTE. OR LE 15/10/99 LE TRESORIER A UNE RENTREE NON PREVUE DE 5 MDH. QUEL EST LE COUT DE CET ERREUR ? SI L ’ESCOMPTE EST FACTURE A 10,50% L’AN, CETTE SUR MOBILISATION FAIT GASPILLER A L ’ENTREPRISE : 5MDH x 0,105 x 16/360 = 23 333 DH.
  88. 88. C- ERREUR DE SOUS-MOBILISATION ELLE RESULTE D’UNE UTILISATION DU DECOUVERT EN LIEU ET PLACE DE CREDITS ALTERNATIFS MOINS ONEREUX. SON IMPACT SUR LES FRAIS FINANCIERS EST DONC EGAL AU DIFFERENTIEL DE TAUX ENTRE LE TAUX DU DECOUVERT ET LE MEILLEUR CREDIT DE L’ ENTREPRISE. L ’IMPACT DEPEND DES SOMMES CONCERNEES; IL REPRESENTE, EN EFFET, 5000 DH PAR AN POUR UN SOLDE MOYEN DEBITEUR DE 1 MDH
  89. 89. D- TRESORERIE ZERO L’IDENTIFICATION DES TROIS TYPES D’ERREUR EXPOSES VISE EN FAIT A VALORISER LA DISPARITE QUI EXISTE ENTRE LES SOLDES TELS QU’ILS APPARAISSENT SUR LES ECHELLES D’INTERET ET LES SOLDES TELS QU’ILS DEVRAIENT ETRE A L ’OPTIMUM : EGAUX A ZERO  TOUT SOLDE CREDITEUR TRADUISANT UN SUR-FINANCEMENT;  TOUT SOLDE DEBITEUR UN DEFAUT DE FINANCEMENT.  LE SOLDE ZERO SE PRESENTE DONC COMME L’OPTIMUM DE LA GESTION DE TRESORERIE.
  90. 90. CHAPITRE6. LES PREVIS° DE TRESORERIE LA CONNAISSANCE DES BESOINS FUTURS DE L’ENTREPRISE PERMET: * DE VERIFIER LA COHERENCE DU BUDGET D’EXPLOITATION/HORS EXPLOITATION *DE PREPARER LES DECISIONS DE FINANCEMENT/PLACEMENT * D’ ABORDER DANS DE MEILLEURS CONDITIONS LA NEGOCIATION BANCAIRE; * DE METTRE EN PLACE LES INSTRUMENTS DE COUVERTURE DES RISQUES DE FLUCTUATION DES TAUX D’ INTERET/CHANGE; * AU NIVEAU D’UN GROUPE DE MESURER LES BESOINS EXTERNES REELS.
  91. 91. HORIZONS & MODALITES DES PREV°DE TRESORERIE HORIZON MODALITES PAS OBJECTIF BUDGET DE ANNEE DATE MENSUEL NEGOCIATION TRESORERIE COMPTABLE COUVERTURE BLOCAGE A MT PLAN 3/6 MOIS DATE DECADAIRE OPTIMISATION FINANCIER COMPTABLE DES TIRAGES GESTION EN 1 MOIS DATE EN QUOTIDIEN OPERATIONS DE DATE DE VALEUR TRESORERIE VALEUR EQUILIBRAGE
  92. 92. BESOINS D ’INFORMATION INFORMATIONS INFORMATIONS NECESSAIRES FOURNIES BUDGET D ’EXPLOITATION ET FLUX MENSUALISES PAR HORS EXPLOITATION NATURE (BUDGET DE TRESORERIE) TOUS LES FLUX AFFECTANT L ’ENCAISSEMENT FLUX PAR NATURE ET SUPPORT (PLAN DE TRESORERIE) ENCAISSEMENT POSITION EN VALEUR PAR DECAISSEMENTS BANQUES (GESTION EN VALEUR) DETAIL DES FLUX
  93. 93. CHAPITRE 7- LES DECISIONS FINANCIERES A COURT TERME • ARBITRAGE ESCOMPTE – DECOUVERT • ARBITRAGE PLACEMENT – DECOUVERT
  94. 94. A- ARBITRAGE ESCOMPTE - DECOUVERT C’ EST LA DECISION FINANCIERE LA PLUS FREQUENTE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION DE TRESORERIE EXEMPLE: UNE ENTREPRISE SE TROUVE EN POSITION DE DECOUVERT D’ UN MONTANT M A LA DATE T . CE DECOUVERT PEUT ETRE COMBLE PAR UNE REMISE D’ EFFET A L’ESCOMPTE VALEUR T ET DE MONTANT M. L’ECHEANCE E DE CES EFFETS EST RELATIVEMENT ELOIGNEE. LA SOCIETE ATTEND L’ENCAISSEMENT D’UN GROS CHEQUE EMANANT D’UN CLIENT C.
  95. 95. PREMIER SCENARIO: GERER CE DECOUVERT JUSQU’AU CREDIT C (FLUX D’ ENCAISSEMENT) COUT = (M*D*Td)/36000 DEUXIEME SCENARIO: REMISE A L’ ESCOMPTE DU PORTEFEUILLE EFFETS COUT = (M*(L+1)*Te/36000) (L+1) CORRESPOND AU NOMBRE DE JOURS, SOIT LA DUREE APPARENT MAJOREE D’ UN JOUR BANCAIRE L’ARBITRAGE PEUT S’ EXPLIQUER COMME SUIT: L’ESCOMPTE DES EFFETS SERA PREFERABLE AU DECOUVERT, SI LE COUT DE LA REMISE A L’ ESCOMPTE EST INFERIEUR AU COUT DU DECOUVERT c-à-d : (M*(L+1)*Te/36000) < (M*D*Td)/36000 L’ ESCOMPTE EST PREFERABLE AU DECOUVERT SI : D > (L+1)
  96. 96. B- ARBITRAGE PLACEMENT - DECOUVERT LA SOCIETE EN QUESTION DEGAGE UNE TRESORERIE DE 4MDH PENDANT LA MAJEUR PARTIE DE L’ ANNEE. ELLE SE TROUVE NEANMOINS EN DECOUVERT DE –2MDH DURANT PRES D’ UNE SEMAINE. LE PLACEMENT D’ UN MONTANT M SUR UNE PERIODE DE 30 JOURS GENERE DES INTERETS CREDITEURS CALCULES COMME SUIT: M*Tp*30/36000. LE BLOCAGE DU MONTANT M ENGENDRE UN DECOUVERT DONT LES INTERETS DEBITEURS SE CALCULENT COMME SUIT: M*D*Td/36000 LA SOCIETE AURA INTERET A BLOQUER UN MONTANT M SI LA DIFFERENCE : M*Tp*30/36000 - M*D*Td/36000 > 0
  97. 97. Glossaire : gestion de trésorerie et financière •Agios (ou ticket d’agios) : facturation mensuelle ou trimestrielle comprenant les intérêts débiteurs, la commission de plus fort découvert, la commission de dépassement, la commission de mouvements et les frais de tenue de compte. Audit de trésorerie : analyse des conditions sur les valeurs, les frais bancaires et les financements/placements dans le but de déceler des économies potentielles engendrées par une négociation de ces conditions et un suivi quotidien de la trésorerie de l'entreprise. Base de la commission de mouvement : cette base comprend tous les mouvements commerciaux au débit du compte bancaire. Ne sont pas compris les financements et placements, les commissions bancaires, les virements de trésorerie et les annulations bancaires.
  98. 98. Budget prévisionnel de trésorerie : budget permettant une vision à court et moyen terme (3 mois à 12 mois) de la position de sa trésorerie. Ce budget est établi à partir d’éléments comptables et extra-comptables donnés par les différents services de l’entreprise (trésorerie, commercial, production, achats…). Chèque hors rayon : chèque établi sur une banque domiciliée hors de la zone de la Chambre de compensation où il est remis à l’encaissement Chèque sur rayon : chèque établi sur une banque domiciliée dans la zone de la Chambre de compensation où il est remis à l’encaissement Commission de change : commission perçue sur les opérations pour lesquelles il est nécessaire d’acheter ou de vendre des devises (exemple : un virement fournisseur en US dollars).
  99. 99. • Commission de plus fort découvert : commission bancaire calculée en appliquant un pourcentage sur le plus fort découvert mensuel ou trimestriel. Son taux « normal » est de 0.05%. Commission de transfert : commission bancaire perçue sur les virements émis vers l'étranger ou reçu en provenance de l’étranger Commission de mouvement : commission bancaire calculée en appliquant un pourcentage sur tous les mouvements débiteurs commerciaux. Elle s’applique même lorsque le solde du compte est positif. Son taux « normal » est de 0.005%
  100. 100. • Commission de dépassement : commission appliquée lorsque l’autorisation de découvert est dépassée. Son taux est souvent prohibitif. Il faut donc négocier une autorisation de découvert adaptée. Conditions standard : condition appliquée par les banques sans aucune négociation. Crédit de campagne : outil de financement court terme accordé aux entreprises pendant des périodes définies de l’année lorsque ces dernières ont une activité saisonnière. Crédit Spot : Crédit à court terme (de 1 à 3 mois), utilisable par billet financier émis par l’entreprise à l’ordre de sa banque. Date d’opération : date de traitement des opérations bancaires utilisées comme base pour le calcul de la date de valeur
  101. 101. • Date de valeur : date calculée à partir de la date d'opération d'une opération à laquelle est appliquée une condition de valeur. Découvert théorique : découvert bancaire qui cumule les opérations déjà tombées sur le compte bancaire et les prévisions de décaissement et/ou d’encaissement pouvant se présenter à ce jour. Dépôt à terme (DAT) : placement sur une période de 1 à 6 mois rémunéré par un taux fixé au début du placement. Les intérêts sont versés sans prélèvement fiscal et social. Echéance reportée : lorsque l'échéance tombe un jour non ouvré, le calcul de la valeur est automatiquement reporté le premier jour ouvré qui suit. Cette pratique concerne essentiellement les traites clients remises à l’encaissement
  102. 102. • Echelle d’intérêts : elles servent à calculer les agios. Ces documents reprennent, pour chaque compte, son solde en valeur au jour. La somme des découverts donnent les nombres débiteurs qui servent de base au calcul des agios. La somme des soldes positifs donnent les nombres créditeurs qui ne sont pas rémunérés pour les comptes en euros (rémunérés au taux de la devise pour les comptes en devises). • Encours : montant total utilisé par type de financement pour un jour donné. Eonia : taux moyen du marché monétaire (ancien nom : T4M) • Erreur de contrephase : erreur qui consiste à laisser un compte bancaire créditeur, alors que dans le même temps un autre compte est débiteur. Erreur de sur-mobilisation : soldes créditeurs non placés.
  103. 103. • Erreur sous-mobilisation : utilisation du découvert au lieu d’une mise en place de financements moins onéreux. • Escompte en compte : couverture du découvert par des traites remises à l’escompte en compte et non échues. Ce découvert couvert est en général facturé à un taux plus intéressant que celui du découvert. Ce financement permet d’éviter les coûts cachés à l’escompte (les minima, les jours de banque,…). • Escompte : crédit à court terme appliqué aux traites clients remises à la banque moyennant rémunération. • Etebac : Norme de télécommunication régissant les échanges entre les entreprises et les banques. • EURIBOR : taux interbancaire utilisé dans la zone euro comme référence pour le calcul d'intérêts (ancien nom : Pibor)
  104. 104. Flux : type d'écriture qui se présente sur les comptes bancaires (exemple : chèques émis, traites clients). Frais de tenue de compte : frais trimestriels ou mensuels facturés par la banque pour la gestion des opérations bancaires. Heure de caisse : heure à laquelle la banque arrête de prendre en compte les opérations à porter sur les comptes ; après cette heure les opérations sont reportées au jour ouvré suivant. Intérêts Pré-comptés et Post-comptés : les intérêts pré- comptés sont facturés au début de l’opération, alors que les intérêts post-comptés sont facturés à la fin. En général, les intérêts liés à un financement sont précomptés ; ceux liés à un placement sont postcomptés. Jour Ouvré : tous les jours de la semaine, excepté le samedi, le dimanche et les jours fériés bancaires. Jours calendaires : tous les jours de la semaine comptent, du lundi au dimanche inclus.
  105. 105. • SICAV : placement de trésorerie à très court terme • Solde «zéro» ou solde optimal : solde bancaire le plus proche de zéro afin de ne pas laisser sur le compte des sommes trop importantes non rémunérées, ni des découverts non financés. Taux Base Bancaire : taux anciennement utilisé comme référence pour le calcul d'intérêts. Taux de l’usure : taux maximum légal pour les opérations de crédit. TEG : taux effectif global. Ticket ou décompte d’agios : document bancaire qui indique le détail du calcul des agios trimestriels : bases et taux appliqués, frais de tenue de compte et TVA. Valeur compensée : date de valeur "sans décalage" appliquée pour les virements de trésorerie. La date de valeur est identique pour le compte débité et le compte crédité. Virement de trésorerie : virement émis entre deux comptes bancaires d’une même société. Ces virements sont normalement en date de valeur compensée et exonérés de commission de mouvements.

Notes de l'éditeur

  • Sage 100 Suivi de Trésorerie Télécharger la fiche au format PDF Sans aucune saisie, grâce à la récupération automatique de ses données comptables et de ses données bancaires, Suivi de Trésorerie permet d’optimiser la gestion de sa trésorerie. 
Plus besoin d’être un expert ! A la fois simple à utiliser et à paramétrer, Sage 100 Suivi de Trésorerie est l’outil indispensable pour connaître sans délai la situation précise de ses comptes bancaires, d’établir des prévisions de trésorerie, d’optimiser ses placements. La maîtrise de votre trésorerie immédiate Sage 100 Suivi de Trésorerie vous fournit toutes vos positions bancaires en date de valeur et en date d’opération. Consacrez-vous alors à l’analyse des différents tableaux et graphiques à votre disposition pour suivre vos soldes. La trésorerie anticipée Sage 100 Suivi de Trésorerie récupère quotidiennement vos extraits de comptes et vos prévisions d’encaissements et de décaissements issus des différents échéanciers gérés dans Sage 100 Comptabilité ou Sage 100 Moyens de Paiement, vous fournit un comparatif des prévisions et réalisations, calcule le ticket d’agios... Les propositions d’équilibrage arbitrées L’automate d’équilibrage de Sage 100 Suivi de Trésorerie vous guidera vers les meilleures solutions financières (virement interbancaire, placement…) à retenir pour équilibrer votre trésorerie. Vous éviterez ainsi les frais financiers inutiles liés à un compte débiteur alors qu’un autre présente une position excédentaire. Le meilleur choix pour vos placements et financements Analysez vos types de financement et obtenez automatiquement le gain net de chaque opération. Ainsi vous saurez immé-diatement s’il est plus rentable de choisir un financement par escompte ou de rester à découvert pendant une certaine période. De plus, les opérations que vous confirmerez seront automatiquement prises en compte dans le calcul des soldes prévisionnels. Les prévisions de trésorerie interactives Pilotez aisément des tableaux de bord qui sont le reflet de votre trésorerie réelle ou prévisionnelle. Exploitez la fiche en valeur interactive de votre logiciel et faites les bons choix en toute sérénité. Liaison bancaire directe avec Telbac 100 Telbac 100 est un automate de télétransmission qui vous permet d’instaurer un dialogue quotidien et automatique avec vos banques, d’effectuer en toute sécurité des communications aller-retour à coût réduit avec vos banques. Vous recevrez ainsi directement et rapidement vos extraits de comptes. Telbac 100 réalise la gestion des accès analogiques, Numéris point à point et Numéris Transpac (Entrée Banalisée Synchrone, numéro d’appel : 08 36 08 64 64). Les fonctions de Sage 100 Suivi de Trésorerie Base Mouvements et soldes Situation et soldes en valeur ou en capitaux, par compte, banque ou fusion. Saisie ou importation des extraits de compte, affichage de la répartition francs / euro, sélection, tri et recherche sur la liste. Saisie, importation ou décalage des prévisions, option d’affichage de recherche, tri et sélection. Importation et situation des mouvements comptables futurs. Pointage manuel ou automatique des mouvements prévus / réalisés avec ou sans report de l’écart entre le prévisionnel et le réalisé. Visualisation des relevés bancaires, par compte, banque, par jour et par extrait transmis. Édition d’un relevé analytique, en capitaux ou en valeur, par compte ou par banque. Extraction de fichiers bancaires (reconstitution d’un fichier d’extrait de compte). Communication Connexion directe au module de communication ou Internet. Intégration automatique, édition des fichiers reçus (avis d’opérés, relevés de prélèvements, virements rejetés...). Historique d’intégration, critère de sélection et visualisation du relevé. Suivi Synthèse du jour : affichage synthétique des informations essentielles au suivi quotidien de la trésorerie. Échelles d’intérêts. Ticket d’agios (visualisation, édition) trimestriel ou mensuel, par compte ou comptes fusionnés pour les écritures réalisées ou prévues et réalisées. Édition d’un comparatif prévu / réalisé, par compte, par nature de mouvement, par type d’écriture. Activité bancaire en date d’opération, de valeur, écritures réalisées ou réalisées et prévisionnelles. Suivi des conditions de valeur. Suivi des prévisions à pointer. Société Création des sociétés, banques, agences et comptes associés, paramétrage des conditions bancaires et conditions générales (par banque et par compte). Création de fusions de comptes. Définition des agrégats et des postes d’exploitations, pour les natures de type exploitation. Paramétrage des natures de mouvements (condition de valeur, échéance reportée, exonération de la commission de mouvement, critères d’importation). Consolidation des prévisions de trésorerie. Utilitaires Gestion de la table des pays, codes interbancaires, motifs de rejet, devises, codes internes, taux de référence. Gestion de l’importation (création de format, paramétrage de l’importation). Gestion de la confidentialité. Export de la fiche en valeur au format Excel Les fonctions supplémentaires de Sage 100 Suivi de Trésorerie Pack Ce logiciel reprend les fonctions de Suivi de Trésorerie 100 ainsi que les fonctions suivantes. Mouvements et soldes Situation et soldes en valeur ou en capitaux, par compte, banque, fusion, société ou pour le groupe. Saisie, importation sur la société mère ou sur les filiales, décalage des prévisions et écritures d’abonnement, option d’affichage de recherche, tri et sélection. Tableau des écarts par compte, banque ou société, en capitaux ou en valeur. Pointage automatique (unitaire ou en grande masse), par banque, par compte,mono devise, par nature de mouvement ou code AFB générique, avec ou sans report de l’écart entre le Prévisionnel et le Réalisé. Suivi Répartitionmensuelle des encaissements /décaissements. Répartition bancaire, par société ou pour le groupe, par banque ou par compte. Automate d’édition, par compte, banque, société ou groupe,manuellement ou à la suite d’une intégration. Décision Création et remise en banque de Virements Interbancaires. Mise en place de financements et placements, calcul du gain net et évolution des soldes. Création, achat, vente, suivi de l’historique des cours et des opérations des valeurs mobilières. Automate d’équilibrage des comptes. Société Création des sociétés, filiales, banques, agences et comptes associés, paramétrage des conditions bancaires et conditions générales (par banque et par compte). Définition des agrégats et des postes d’exploitations, pour les natures de type exploitation et financier. Paramétrage des natures de mouvements (condition de valeur, échéance reportée, exonération de la commission de mouvement, critères d’importation, application d’une loi statistique). Utilitaires Gestion de la table des pays, codes interbancaires, motifs de rejet, devises, codes internes, taux de référence et loi statistique. Gestion des modèles de documents (virements de trésorerie, financement, placements, achat et vente de valeurs mobilières). Telbac 100 (vendu séparément) Émission et réception de fichiers Envoi aux banques des remises de LCR-BOR clients, virements, prélèvements et réponses aux relevés de LCR à payer. Récupération des extraits de comptes, relevés de LCR à payer,…Édition des fichiers reçus ou émis. Appels en mode automatique Programmation des appels en mode automatique aux heures souhaitées, avec envoi de plusieurs fichiers lors d’un même appel. Récupération et mémorisation des informations sans interve
  • OR CET ORDRE DE GRANDEUR CORRESPOND APPROXIMATIVEMENT A DES SOCIETES DE 300 A 500 MDH DE CHIFFRE D  ’ AFFAIRES, ET SONT EN RELATION AVEC 4 OU 5 BANQUES QUI NE GERENT PAS LEUR TRESORERIE EN VALEUR.

×