Club dircom accompagnementchangement

400 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
400
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
215
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Club dircom accompagnementchangement

  1. 1. CLUB DES DIRCOMS2EME REUNIONL’ACCOMPAGNEMENT DU CHANGEMENT21 juin 2012COMPTE-RENDULa réunion s’est tenue le 21 juin de 8h30 à 10h, dans les locaux de l’INSEEC. Une trentaine departicipants étaient inscrits (liste et coordonnées en pièce jointe).Théorie : qu’est-ce que la conduite du changement ?Corinne Descours, Directeur de la Communication, Conseil Régional d’Aquitaine.Intervient dans le cadre de ses anciennes fonctions de Directeur de l’accompagnement duchangement chez AREVAVoir présentation en pièce jointeTout est changement, qu’il s’agisse de choix internes ou de contraintes externes.Il existe différents types de conduite du changement, selon que l’on se place dans une approchepsycho-sociologique ou plus technique, et en fonction de la culture de l’entreprise.On ne peut pas préjuger de l’importance et de la nature des répercussions dans un projet dechangement. Par exemple, un changement technologique peut avoir des répercussions culturellesetc.Qu’est-ce que la conduite du changement ? Il s’agit d’un ensemble de méthodes et d’outils,adaptés à un diagnostic de départ et s’appuyant sur différents leviers d’actions.La communication est un de ces leviers.Mais l’accompagnement du changement ne se résume pas à de la communication ou de laformation. Les autres leviers : l’organisation, les process, le coaching, les indicateurs deperformance etc.L’analyse de départ s’appuie sur les outils existants, culture de l’entreprise, baromètres RH, liensorganisationnels : où est le pouvoir, explicite (organigramme) ET implicite (réseaux) ?Les différents acteurs du changement : chef de projet (qui ne doit pas être le communicant),équipe projet, sponsors (top management), relais, utilisateurs…S’il y a de gros problèmes c’est que le projet n’est pas clair, a été mal défini.Il vaut mieux s’appuyer sur des consultants internes pour :1. définir la vision (description du projet en 3 lignes par le comité de direction) puis impliquerles équipes en leur présentant la réflexion, pas la solution2. mener des entretiens pour identifier les impacts du changement : ce qu’on y gagne et cequ’on y perd3. cartographier les parties prenantes4. définir la stratégie de changement et le système de mobilisation (réunion de lancement,animation... communication en fonction des cibles).La communication est donc un des éléments du dispositif mais le dispositif ne doit pas reposeruniquement sur la communication.
  2. 2. Cas pratique 1 : Gestion des déchets à la CUBHélène Fribourg, Directeur de la Communication de la CUBContexte :La CUB a eu à gérer une modification dans les jours de travail des équipes de collecte, et donc lesjours de passage des ramassages. 250 000 habitants ont leur jour de collecte changé, avec 7 casde figure différents en fonction des zones.Il s’agit d’un changement à la fois interne et externe, et d’un sujet très sensible en centre ville ettrès médiatique.Plan d’actions :Le choix est de privilégier la communication de proximité, qui d’expérience est efficace dans cegenre de situation.Deux phases :- Information « de masse » :o un courrier adressé à chaque habitant par secteur, personnalisé, signé du présidentde la CUB (afin de montrer que le sujet est considéré comme un service publicimportant qui concerne le quotidien des usagers).o Distribution d’un kit de communication : livret sur le tri des déchets, autocollant àmettre sur sa poubelle avec les dates de ramassage…o Plan de communication sur les communes : journaux communaux, insertionspresse…- Dans un second temps, il a fallu refaire une information car certaines rues d’avaient pas étédistribuées par le prestataire. La solution a été d’envoyer des agents de proximité faire duporte à porte.L’opération a été finalement un succès.Enseignements :Il faut bien prévoir les différentes phases, identifier les poches de résistance et aller sur le terrain,avoir un contact direct ou par téléphone, désamorcer les situations par le dialogue. L’humain est leplus important.Cas pratique 2 : Mise en place d’une GED chez GROUPAMAMarina Bellouin-Vollant, anciennement responsable communication de GROUPAMA Nord-EstContexte :GROUPAMA souhaite passer toutes ses entreprises sur une Gestion Electronique de Documentscommune. L’entité Nord-Est sert de pilote, en particulier l’équipe RH et une équipe métier.Plan d’actions :Le service communication est intégré au pilote, son rattachement à la DRH facilite les choses.La communication est échelonnée dans le temps et ciblée.Les axes mis en avant : les bénéfices pour les collaborateurs, pour les clients et pour l’entreprise(gains et pertes).- Un voyage d’études est organisé pour emmener des futurs utilisateurs visiter une sociétédéjà utilisatrice de la GED. Au retour tous sont enthousiastes et deviennent ambassadeursdu projet.- Création d’une identité graphique, d’outils dédiés (newsletter…)- Utilisation des relais que sont les représentants du personnel, les managers (mise en placede coaching).
  3. 3. Cas pratique 3 : Transformation de l’entreprise Microsoft FranceMarie Dubois, responsable communication de Fayat. Responsable communication interne deMicrosoft France de 1999 à 2004Contexte :Microsoft France filiale du groupe Microsoft est une entreprise d’environ 1000 collaborateurscadres, très bien informés. En 1999 un nouveau DG arrive et souhaite améliorer les performancesde l’entreprise. Il lance un projet de transformation de l’entreprise, « Take Off », qui s’appuie surtoutes les idées des collaborateurs par service et par métier.Une équipe de consultants anime les remontées d’idées, identification des sponsors etambassadeurs, plans d’actions et suivi des indicateurs. Le projet durera plusieurs années.Plan d’actions :- Les messages :o Objectif : montrer que la transformation repose sur chacun, et même sur les petitesactions (diffusion d’une nouvelle culture)o « Quick wins » : les premières réussites concrètes, même mineureso Points d’étape très régulierso Valorisation des équipes en cours de réalisation d’un projet, des ambassadeurs- Utilisation systématique des outils existants :o Création d’une rubrique dédiée dans le web magazine interneo Appui sur les réunions des managerso Points d’étapes lors des Conventions d’entrepriseo Intégration dans chaque prise de parole du DG- Création d’outils dédiés :o Création d’un logo du projet utilisé comme un « label »o Objets pub (« S’il n’y a pas de Tshirt, il n’y a pas de projet »)o Newsletter du projet (mensuelle)o Création d’une mascotte adaptée à la culture de l’entrepriseEnseignements :- L’enjeu majeur est la collaboration avec le chef de projet et avec les consultants, car leprojet repose lui-même sur de la communication (réunions…) : il est impératif de biendéfinir dès le démarrage les responsabilités de chacun (où commence la communication ?Implication dans les réunions de projets ?).- Ne pas sous-estimer l’esprit critique des collaborateurs. Il faut être transparent et parleraussi des échecs.- Ne pas oublier de clôturer le projet à la fin.ConclusionLes participants qui souhaitent aller plus loin peuvent se réunir par sous-groupe pour travaillerensemble. S’adresser à la Commission Club des Dircoms ou directement aux participants.La prochaine réunion du Club sera fixée en septembre, sur le thème « Comment vendre lafonction et les stratégies de communication en interne / lobbying ». Les personnes qui souhaitentparticiper à la préparation de la réunion peuvent se manifester auprès de la Commission.Agnès Buys-Mauléon, Marie Dubois, Karine Gervaise, Jeanne Nassiet

×