Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

INTI2016 161125 Données territoriales en ESS - entre usages et co-construction.pptx

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Prochain SlideShare
Plaquette projet mobilise
Plaquette projet mobilise
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 15 Publicité

INTI2016 161125 Données territoriales en ESS - entre usages et co-construction.pptx

Télécharger pour lire hors ligne

Présentation de Cyril MASSELOT, Stéphane DJAHANCHACHI (Univ. Bourgogne Franche-Comté), dans l'Atelier 16 "Intelligence collective et développement des territoires" de la XVe Conférence Annuelle Internationale INTI « Économie Sociale et Solidaire dans les territoires », 22-25 novembre 2016, Charleroi et Liège, Belgique.

Présentation de Cyril MASSELOT, Stéphane DJAHANCHACHI (Univ. Bourgogne Franche-Comté), dans l'Atelier 16 "Intelligence collective et développement des territoires" de la XVe Conférence Annuelle Internationale INTI « Économie Sociale et Solidaire dans les territoires », 22-25 novembre 2016, Charleroi et Liège, Belgique.

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Les utilisateurs ont également aimé (20)

Similaire à INTI2016 161125 Données territoriales en ESS - entre usages et co-construction.pptx (20)

Publicité

Plus par Territorial Intelligence (20)

Publicité

INTI2016 161125 Données territoriales en ESS - entre usages et co-construction.pptx

  1. 1. Données territoriales en ESS : entre usages et co-construction Cyril MASSELOT & Stéphane DJHANCHAHI Laboratoire CIMEOS EA 4221, Université de Bourgogne Franche-Comté International Network of Territorial Intelligence
  2. 2. Observations des acteurs Production de données Formalisation en informations Représentation du territoire à l’aide d’indicateurs Connaissance pour la décision cget.gouv.fr Territoires
  3. 3. Contexte & Problématique Comment s’articulent ces données dans les missions des acteurs ? Comment transforment-elles les territoires ? Données nationales distribuées par des observatoires « Nouvelles » données produite par la généralisation d’outils sociotechniques Nouveau paysage de la donnée
  4. 4. Hypothèses – Les nouvelles données impliquent de nouveaux usages en construction – Il existe des freins à leur utilisation par les acteurs, allant de leur foisonnement à des difficultés d’accès d’ordre pratique (médiation ?) – La co-construction des indicateurs favorise leur utilisation et la transformation de la connaissance en actions (médiation ?)
  5. 5. Méthodologie Deux approches Entretiens avec différents types d’acteurs des territoires Recherche des observatoires et des informations disponibles
  6. 6. Méthodologie : Entretiens Analyse communicationnelle Approche quanti-qualitative : profils de discours
  7. 7. Corpus • 13 acteurs au sein de 11 structures différentes, toutes ayant une utilisation ou production de la donnée : – 1 membre d’une institution liée à l’éducation – 2 universitaires (ayant effectué des missions pour diverses institutions) – 3 agents de collectivités territoriales (de Franche Comté et de Bourgogne, en préfecture et en mairie) – 7 membres d’associations (pour l’emploi, la prévention, la solidarité ou encore l’environnement) • Analyse cognitive et communicationnelle du discours avec Iramuteq (Ratinaud 2009) et production de graphes des similitudes (Vergès & Bouriche 2001)
  8. 8. Méthodologie : Veille active Retrouver les sources d’information sur les territoires En construire une première représentation
  9. 9. Corpus
  10. 10. Données « classiques » « Nouvelles » données Données locales Données nationales Modèle absolument pas définitif !
  11. 11. Résultats (intuitifs et provisoires) • Outre la bonne volonté du producteur de donnée, c’est la mise en capacité des acteurs qui semble prégnante : – Pour l’usage des données existantes, la production d’indicateurs etc. Mais aussi : – Les nouvelles données impliquent de nouveaux usages qui ne sont pas encore encadrés
  12. 12. Résultats (intuitifs et provisoires) • Le manque d’information sur les indicateurs produits par les observatoires nationaux : – Conduit certains acteurs à payer des prestataires privés (Kompass, Maitron) pour faire le travail déjà effectué par les observatoires nationaux – Exacerbe l’importance de la formation et de l’expérience professionnelle des acteurs
  13. 13. Conclusion… partielle ! • La méconnaissance de la donnée conduit à divers écueils : – Coûts évitables – Productions en doublon avec d’autres organismes – Carences dans la représentation du territoire donc dans la définition de l’action publique • Les producteurs, acteurs et utilisateurs de la donnée sont plus efficients dans certaines conditions : – « on sait quoi en faire quand on sait comment c’est fait » – « on sait comment la faire quand on sait pour quoi c’est fait » • La co-construction des indicateurs semble la plus importante pour leur usage dans les politiques publiques • Une médiation sera effectivement utile tant pour la pertinence des usages que pour cette co-construction.
  14. 14. Merci pour votre attention Thank you for your attention Gracias por su atención Vă mulţumesc pentru atenţie Köszönöm a figyelmet 謝謝您的關注 Grazie per la vostra attenzione Vielen Dank für Ihre Aufmerksamkeit Kiitos huomiota Σας ευχαριστώ για την προσοχή σας Dziękuję za uwagę Спасибо за Ваше внимание İlginiz için teşekkürler ‫الهتمامكم‬ ‫شكرا‬

Notes de l'éditeur

  • Le CGET pilote des observatoires : onpv, i.vill, sig.ville
    Travaille avec des données labellisées issues du niveau national (donc de l’INSEE en fait)

    Au dela des questions de difficulté d’accès à certaines données: manque, rétention etc. évoqués lors des présentations de nos confrères…
    Nous : ce qui est mis à disposition est-il utile et comment est-ce utilisé?
  • Surtout des données INSEE
    Données labellisées
    Mais nouvelles données (open, self, big… data) produites par les acteurs dans leurs missions sur le terrain
    « les acteurs ont la donnée avant les statisticiens » comme l’a dit Julien Perreault mardi
  • Nous nous posions des questions précises quant à la transformation en action mais :
    On a surtout vu émerger différentes catégories d’acteurs qui, selon leur appartenance organisationnelle et institutionnelle, ont différentes « culture de la donnée » et ainsi différentes pratiques, à préciser bien en amont de la description des impacts que l’on pourra observer sur la transformation des territoires

    Donc on doit en comprendre que les choses évoluent
    =>Problématique plus générale
  • pour connaître leur utilisation mais aussi leur culture de la donnée
  • La connaissance des observatoires nationaux
    La culture de la donnée ou data literacy des acteurs
    Le rôle du cursus professionnel, formation etc.
    L’organisation de l’information territoriale
    Les types d’usages et de productions

    Analyse communicationnelle
    Approche quanti-qualitative : profils de discours


    Mais la plupart ne connaissaient pas les observatoires du CGET, pourtant tous connaissaient les données INSEE, mais aussi s’orientaient eux-mêmes sur la toile pour trouver leurs informations (en plus de produire parfois leurs propres indicateurs à partir du terrain)
  • Ratinaud, P. (2009). Iramuteq : Interface de R pour les Analyses Multidimensionnelles de Textes et de Questionnaires. www.iramuteq.org
    Vergès, P. & Bouriche, B. (2001)

    => Pour voir les profils de discours
  • Recherche des observatoires et recherche en ligne (avec le service Veille du Réseau transition)
    Première étape : tentative de veille
    Les publications sont trop sporadiques pour prétendre à l’exhaustivité
    Seconde étape: recherche par mots clefs dans les moteurs généralistes
    Constitution d’un répertoire lexical autour de l’action sociale et environnementale
    Ajout d’une liste de termes liés à l’observation et à l’étude de phénomène sociaux.
    Combinaison à la liste des territoires étudiés

    Retrouver les sources d’information sur les territoires pour éprouver la possibilité de se créer une représentation fidèle de ceux-ci

    Seconde étape, nous avons exploité notre répertoire lexical pour interroger les moteurs de recherches généralistes. Les requêtes se sont affinées en partant du niveau régional pour aboutir au niveau le plus fin de la recherche avec les noms des principales communes ciblées.
  • En guise d’illustration, on peut représenter les observatoires sur deux axes, que l’on pourrait diviser en trois en séparant nouvelles données et données propres afin d’accentuer encore leur diversité
    Ce qui pose problème, c’est la multiplicité des sources
    Comment repérer l’innovant et le local, pour contribuer au niveau national?
  • …. leurs usages ne dépendent que peu de leur organisation, indépendamment des différents types de données produites ou utilisées
  • Méconnaissance
    => de son origine pour les utilisateurs
    mais aussi de son usage pour les producteurs

×