Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

INTI2016 161124 Les initiatives féminines dans les économies sociales et solidaires et leur implémentations dans le territoire

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Consultez-les par la suite

1 sur 34 Publicité

INTI2016 161124 Les initiatives féminines dans les économies sociales et solidaires et leur implémentations dans le territoire

Télécharger pour lire hors ligne

Présentation de Giovanna TRUDA (Univ. de Salerno, Italie), "Les initiatives féminines dans les économies sociales et solidaires et leur implémentations dans le territoire. Une comparaison internationale", dans l'Atelier 14 "Economie Sociale et Solidaire et Genre" de la XVe Conférence Annuelle Internationale INTI « Économie Sociale et Solidaire dans les territoires », 22-25 novembre 2016, Charleroi et Liège, Belgique.

Présentation de Giovanna TRUDA (Univ. de Salerno, Italie), "Les initiatives féminines dans les économies sociales et solidaires et leur implémentations dans le territoire. Une comparaison internationale", dans l'Atelier 14 "Economie Sociale et Solidaire et Genre" de la XVe Conférence Annuelle Internationale INTI « Économie Sociale et Solidaire dans les territoires », 22-25 novembre 2016, Charleroi et Liège, Belgique.

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Diaporamas pour vous (20)

Les utilisateurs ont également aimé (20)

Publicité

Similaire à INTI2016 161124 Les initiatives féminines dans les économies sociales et solidaires et leur implémentations dans le territoire (20)

Plus par Territorial Intelligence (20)

Publicité

Plus récents (20)

INTI2016 161124 Les initiatives féminines dans les économies sociales et solidaires et leur implémentations dans le territoire

  1. 1. Giovanna Truda Université de Salerne (UNISA) Département des Sciences humaines, de la Philosophie et de l'Education - DIsuFF 23-24-25 novembre 2016, Charleroi- Liège Les économies sociales et solidaire et le genre. Implémentations dans le territoire.
  2. 2. • Depuis la fin des années 60 et 70 en Italie, la relation entre la famille et e l'économie a été définie par le rôle masculin des activités génératrices de revenus et le rôle féminin des soins de la famille et de la gestion de la maison. • Le modèle gender biased on a construit le moderne système de welfare européenne après la II guerre mondiale. • La société postindustrielle à changé la question et a transformé l’économie sur une économie des services et au même temps de la croissance d’occupation féminines
  3. 3. • Nous avons d’une part le model traditionnel qui monte une déboulez du position masculin dans le marché du travail et surtout des jeunes et des travailleurs moins qualifiés
  4. 4. • D’autre coté toujours plus évident la présence et la centralité des femmes dans le marché de travaille et le double rôle comme mère et comme travailler qui pose des questions très grave pour la conciliations des temps. Gøsta Esping-Andersen, Le nuove sfide per le politiche sociali del XXI secolo, in "Stato e mercato" 2/2005, pp. 181-206, doi: 10.1425/20480
  5. 5. • L'économie sociale et solidaire (ESS) est une autre façon de comprendre l'économie, en se concentrant sur les personnes et l'environnement. • Exemples… le commerce équitable, les entreprises sociales, les banques éthiques, coopératives de crédit, les coopératives
  6. 6. • L'économie sociale et solidaire reconnaît la valeur des personnes et leurs besoins, leur capacité et leur travail, les facteurs qui viennent avant l'accumulation du capital.
  7. 7. • L 'ESS c’est la réponse à la nécessite d’un modèle économique plus re-distributive et équitable. • L 'ESS est une économie innovatrice qui génère co- production de la connaissance, des biens et des services sociaux sur la base de la coopération entre les différents acteurs et secteurs. • Il favorise l'inclusion et la cohésion sociale d'une manière durable et continue.
  8. 8. • L'économie sociale et solidaire regroupe des organismes et des entreprises: • Ils ont parfois explicitement économiques, sociaux et environnementaux • impliquent des degrés divers et des formes de relations de coopération, associative et la solidarité entre les travailleurs, les producteurs et les consommateurs. • démocratie pratique au travail et à l'autogestion.
  9. 9. but • stimule la participation démocratique à la prise de décision sur l'économie • Combats pour un système de gestion participative et transparente • Permet d'accéder à tout le monde aux ressources • Il promeut le respect des droits individuels, sociaux et économiques • Il pousse à l'adoption de la responsabilité sociale et environnementale dans les étapes de la production, la distribution et la consommation. • Il est déterminé à l'égalité, par exemple, pour l'équité sociale et l'égalité dans la répartition de la richesse pour les générations actuelles et futures, tant au niveau local qu'international.
  10. 10. Principes: • L'économie sociale et solidaire a des significations différentes, bien que son but ultime est de répondre aux besoins des individus et des communautés à travers le monde. • Il est essentiellement basé sur ces valeurs fondamentales: les droits de l'homme, la solidarité, l'inclusion, la diversité, le développement durable, l'égalité, l'équité et la justice pour tous.
  11. 11. •L'économie sociale et solidaire (ESS) est une autre façon de comprendre l'économie, en se concentrant sur les personnes et l'environnement.
  12. 12. • L'intérêt pour l'économie sociale et solidaire, comme une alternative économique viable est développée en Europe depuis la crise financière de 2008. • L'ESS contribue déjà à la croissance économique durable et le développement social sur l'Europe. Selon CECOP l'économie sociale représente 10% des deux millions d'entreprises européennes (avec plus de 200.000 coopératives) et emploie 11 millions de personnes, soit 4,5% de la population active de l'UE. Il a prouvé qu'il est économiquement viable dans le monde en développement, en particulier en Asie du Sud et en Amérique latine.
  13. 13. institutions no profit pour la période de mise en place et géographique de recensement de la zone 2011, les pourcentages Source: ISTAT, 9e recensement général de l'industrie et des services - Enquête sur les institutions sans but lucratif
  14. 14. Travailleurs rémunérés employés dans les institutions no profit par sexe et par province Recensement de 2011, les travailleurs payés pour 100 travailleurs de sexe masculin payés
  15. 15. Travailleurs rémunérés employés dans les institutions no profit par sexe et par province Source: ISTAT, 9e recensement général de l'industrie et des services - Enquête sur les institutions sans but lucratif (R) - Recensement de 2011 Provincia maschi femmine Femmine per 100 maschi Caserta 1.781 3.397 190,7 Benevento 987 1.337 135,5 Napoli 6.284 9.943 158,2 Avellino 956 1.530 160,0 Salerno 2.758 3.925 142,3 Italia 315.409 636.171 201,7
  16. 16. La Banque Etique en Italie à fait une photographie de ESS •la majorité des travailleurs concernés sont des femmes •mais la gestion et la gouvernance sont gérés avec un petit pourcentage de femmes qui «traditionnellement» pas les rôles de plus grande responsabilité sont confiés.
  17. 17. Aussi •Les données publiées par la Banque d'Italie dans l'enquête Congiunturale sur les entreprises petites et micro-femmes menées sur le premier trimestre de 2013, montrent que dans les entreprises dirigées par des femmes est inférieur au taux de délinquance, plus le changement de génération, plus la participation. Le pourcentage de financement non seulement accordé mais aussi requis par les entreprises pour les femmes, il est plus faible.
  18. 18. • …une étude réalisée il y a quelques années par le World Values Survey révèle combien ils pèsent​​ préjugés dans la société, comme le plus à droite d'un homme d'obtenir un emploi si les sièges sont rares, l'importance accrue de l'enseignement collégial pour les enfants, la supériorité des hommes à des postes, attribuant les femmes aux rôles traditionnels dans les soins de la maison: la plus répandue sont ces croyances, moins susceptibles que les femmes à participer au marché du travail.
  19. 19. Plusieurs rencontres officiels qui parle des femmes au centre d'une nouvelle âme sociale et économique ( ex BOOKCITY 2016)
  20. 20. • …GVC Italie, Cephas organisme sans but lucratif, Cospe, Legacoop et Nexus, étaient présents à Tunis les 24 et 25 mai 2016 aux côtés de leurs partenaires tunisiens et marocains (ÉERTCR, REMESS), toutes les ONG et les associations travaillant dans la coopération et le secteur coopératif, la mention des diverses initiatives entreprises, la perspective adoptée, les réalisations, mais aussi les défis et les difficultés et le long chemin reste à parcourir ensemble pour la consolidation de l'économie sociale et solidaire et la lutte contre la faim et la pauvreté.
  21. 21. • dans le cadre de la conférence «Perspectives et défis sociaux et de solidarité" internationale a été présenté au public le projet Eco de Femmes. • Le projet, lancé en Décembre 2012, a été entreprise par l'organisation italienne GVC Italie eCefa d'organisme sans but lucratif soutenu par l'Union européenne et la Région Emilie-Romagne pour promouvoir la solidarité sociale et dans le sud de la Méditerranée
  22. 22. • Le projet a donc impliqué les femmes rurales dans plusieurs régions tunisiennes et marocaines et a essayé de les soutenir dans la réalisation d'une position plus avantageuse, et ce à travers la création de coopératives de femmes, dans le double but de lutter contre la pauvreté et de parvenir à une certaine autonomie financière pour les femmes rurales, souvent victimes d'exploitation et le travail précaire.
  23. 23. • Aujourd'hui, le projet Eco de Femmes a rempli sa mission. • Ses objectifs ont été atteints. • Témoin les femmes rurales de Kasserine, Sidi Bouzid, Beni Melal ou Titouane qui ont réussi à créer leurs coopératives, mais aussi ceux qui ont rejoint les cours d'alphabétisation dans les pays ambidue, montrant que l'émancipation passe essentiellement du travail et de la connaissance.
  24. 24. • l'importance de la promotion de la situation des femmes rurales et que la coopérative peut trouver un moyen efficace de mettre un terme à la marginalisation, la pauvreté, l'asservissement et de l'exploitation.
  25. 25. Istat • Roma 15 novembre 2016 –- Il commence l'enquête par sondage de l'enquête sur les institutions à but non lucratif, qui tous les deux ans et portant sur un échantillon d'environ 40 000 institutions dans quatre catégories: associations culturelles, sportives et récréatives, des coopératives sociales, des fondations, des organismes ecclésiastiques, les organisations organisations bénévoles, non gouvernementales, les syndicats, les établissements d'enseignement et de recherche, de formation, avantages et mutuelle santé.
  26. 26. • La réalisation d'enquêtes par sondage pour compléter les données de source administrative répond à la nouvelle approche ISTAT où vous commencez la première édition du recensement permanent des institutions sans but lucratif qui produisent, au moins tous les deux ans, les informations statistiques fournies par les recensements historiquement classiques .
  27. 27. • L'objectif est d'intégrer les informations dans le registre statistique des institutions sans but lucratif et détecter des informations à saisir les aspects particuliers et de la dynamique de l'industrie.
  28. 28. • Le sondage terminerais le 10 Mars 2017. • Le recensement permanent des institutions sans but lucratif, basée sur l'intégration de la source de données administratives, dépasse la logique du recensement décennal et vise à produire au moins tous les deux ans
  29. 29. • La mise à jour de données fournit les outils nécessaires pour saisir les aspects et la dynamique du secteur sans but lucratif et compléter le cadre de l'information des caractéristiques des institutions sans but lucratif (niveau territorial).
  30. 30. Question ??? • Quelle est le rôle des femmes dans les économies sociales et solidaires ? • et l’influence des initiatives féminines autour des économies sociales et solidaires? • quel sont les problématiques provenant de la gestion et de l’implémentation dans le territoire de ces initiatives. • Comment –elles ont été reçues de la part des autorités et des acteurs/ actrices sociaux ? Elles ont- été intégrées dans le tissu socio-économique local ? Quel est leur impact sur la courte et longue durée ?
  31. 31. • Un parallèle entre différents pays (européens et non) voudrait comprendre quels critères vont émerger pour établir des paramètres communs de qualité de vie. Il s’agit de prendre en compte des initiatives qui vont s’interroger autour du care et des rôles féminins dans la société.
  32. 32. • Quels sont les chemins à suivre dans un avenir proche à rechercher un changement? • Certes, nous devons agir sur le plan culturel, en agissant sur la valeur de polarisation et la «mauvaise pratique», sur le renforcement des compétences professionnelles des femmes, sur les politiques nationales et régionales visant à éliminer les obstacles à l'égalité des sexes efficace. • En ce sens Banque Etique en Italy, avec les femmes de la majorité d’une conseil d’administration et des accords de conciliation syndicaux a lancé un important processus de discussion et de partage entre les membres bénévoles, les employés et le conseiller en banque.
  33. 33. Pour croître et prospérer l'économie de notre pays et le monde est de reconnaître aux femmes le rôle crucial qu'ils ont toujours été gèrent la microéconomie de la famille, à la fois en travaillant comme enseignants de l'école, de la maternelle à l'école primaire dans la première décennie important de la vie pour les enfants, qu'ils travaillent dans le social (dans la protection des personnes âgées et les personnes handicapées) et ce que les médiateurs et performants avec leurs énergies en vue de la reconstruction, de la gestion et de surmonter les conflits.Maria Rita Parsi, I maschi son così. Penelope si è stancata, edizione Piemme.
  34. 34. Merci pour votre attention Grazie per la vostra attenzione Thank you for your attention Gracias por su atención gtruda@unisa.it

×