SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  16
NUTRITION PARENTERALE
Pr BENSFIA.B
Service anesthésié-réanimation
Hôpital militaire universitaire d'Oran
Mars 2023
I. OBJECTIFS PEDAGOGIQUES
II. DEFINITIONS
III. EVALUATION DE L’ETAT NUTRITIONNEL PERIOPERATOIRE
IV. INDICATIONS
V. CONTRE INDICATIONS
VI. APPORTS NUTRITIONELS ET SUBSTRATS UTILISABLES
VII.ASPECTS TECHNIQUES
VIII.COMPLICATIONS
IX. SURVEILLANCE
I. Objectifs pédagogiques
 Savoir identifier une dénutrition
 Connaître les recommandations en matière de
nutrition parentérale
 Connaître les risques associés à la nutrition
parentérale
 Connaître les critères de choix entre nutrition
entérale et nutrition parentérale
 Préciser les indications de la nutrition parentérale
périphérique
 Identifier les indications indiscutables de la
nutrition parentérale ?
II. DEFINITIONS
La dénutrition se définit par des
apports ou des stocks
énergétiques ou protéiniques
insuffisants pour répondre aux
besoins métaboliques de
l’organisme.
 La nutrition artificielle est définie
comme un apport calorico-azoté
exogène équivalent aux besoins du
patient comportant un apport
énergétique (glucides avec ou sans
lipides), des protéines, des électrolytes,
des vitamines et des éléments traces.
II. DEFINITIONS
 La nutrition parentérale est une technique
d’assistance par voie veineuse exclusive ou
complémentaire.
 Cette assistance doit être complète (substrats
énergétiques, azotés, eau, électrolytes, oligo-
éléments et vitamines) et individualisée
adaptée aux besoins spécifiques du malade).
II. DEFINITIONS
III. EVALUATION DE L’ETAT NUTRITIONNEL PERIOPERATOIRE
 Cette évaluation devra être effectuée au moins 7 jours avant la chirurgie, à l’occasion de la
consultation avec le chirurgien ou l’anesthésiste.
 la dénutrition préopératoire est définie lorsqu’existe au moins l’un des critères suivants :
- Perte de poids>10% en 3-6mois
- albuminémie < 30 g/l en l’absence de pathologie inflammatoire, hépatique ou rénale
- IMC < 18,5 (vieillard IMC<22)
- NRI < 97,5 (indexe de risque nutritionnelle)
NRI= 1,52 x Alb (g/L) +0,42 (Poids actuel/poids usuel x 100.
Celui-ci répartit les malades en 3 classes :
N.R.I. supérieur à 97,5 % (état nutritionnel normal).
N.R.I compris entre 83,5 % et 97,5 %(dénutrition modérée).
N.R.I inférieur à 83,5 % (dénutrition sévère).
Facteurs de risque liés au patient (comorbidités)
- Age > 70 ans -Cancer - Sepsis
- Pathologie chronique : Digestive - Insuffisance d’organe (respiratoire, cardiaque, rénale, intestinale, pancréatique,
hépatique)
- Antécédent de chirurgie digestive majeure :(grêle court, pancréatectomie, gastrectomie, chirurgie bariatrique)
- Syndrome dépressif, troubles cognitifs, démence, syndrome confusionnel
- Symptômes persistants: Dysphagie -Nausée-vomissement- Diarrhée - Dyspnée
- Facteurs de risques liés à un traitement (traitement à risque)
- Traitement à visée carcinologique (chimiothérapie, radiothérapie)
- Corticothérapie > 1 mois
- Polymédication> 5
III. EVALUATION DE L’ETAT NUTRITIONNEL PERIOPERATOIRE
 Les indications majeures sont les situations cliniques où le tube digestif n’est plus fonctionnel ou nécessite
une mise au repos (pancréatite aiguë sévère, infarctus mésentérique, abcès intra-abdominal, fistules
digestives, etc.).
 On relève ainsi les indications suivantes :
Impossibilité de réaliser une NE
Nutrition péri-opératoire ou postopératoire
Exclusion digestive
Intestin non fonctionnel (pseudo obstruction)
Insuffisance intestinale (grêle court)
Complément d’une nutrition orale
Dans les recommandations américaines récemment publiées, on indique que la NP doit être envisagée chez tout
patient dont 'on estime que le tube digestif ne sera plus utilisable pendant un minimum de 10 jours.
IV. INDICATIONS DU NP
 hypersensibilité aux protéines d‘ œuf ou de soja, ou à tout autre composant.
 insuffisance rénale sévère sans possibilité d‘ hémofiltration ou de dialyse.
 taux sérique élevé et pathologique de l'un des électrolytes inclus dans les produis utilisés.
 insuffisance hépatique sévère.
 anomalie congénitale du métabolisme des acides aminés.
 troubles importants de la coagulation sanguine.
 hyperlipidémie grave.
 hyperglycémie nécessitant plus de 6 unités d'insuline/heure.
IV. Contre-indications DU NP
V. AVANTAGES ET INCOVENIENTS DE LA NP
 Avantages
Décision neutre pour le médecin et le patient par rapport aux autres modalités.
Maintien du poids sans prise de poids.
Concrétise le lien social et de soin avec le patient et son entourage.
 Inconvénients
Ne respecte pas l’apport entéral (perte de la trophicité et des fonctions d’absorption et de barrière du
Tube digestif).
Pas de prise de poids.
+ d’oedèmes (ascite) et d’encombrement.
Pas d’impact sur la qualité de vie si état Général altéré (OMS≥2) ou espérance de vie<3mois.
Pas d’impact sur l’évolution des escarres.
VI. APPORTS NUTRITIONELS ET SUBSTRATS UTILISABLES
A_ Apports énergétiques: GLUCOSE
l’adulte: 25 à 35kcal/kg de poids.
1g de glucides = 4 kcal
B- Apports lipidiques:
-Chez l’adulte:1.5g/kg/j.
1g de lipides = 9kcal
C -Apports protéiques: Les besoins azotés moyens sont de 0,16 à 0,35 g/kg/jour (environ 1 à
2 g d'acides aminés/kg/jour).
D_ Apports en micronutriments:
-Électrolytes -Oligo-éléments -Vitamines:B1,B6,B12,Vit E, Vit K.
VII. ASPECTS TECHNIQUES
 Voie périphérique
possible pour NP < 10 jours
si capital veineux suffisant
si apport ≤ 1500 kcal /jour
 Voie centrale
NP quelque soit sa durée
NP hyperosmolaire = apport calorique adaptable
Accès veineux selon durée prévisible
< 2 mois : cathéter à émergence cutanée
> 2 mois : dispositif de longue durée
VIII. COMPLICATIONS
 Infectieuses :
- Contamination du mélange nutritionnel.
- Inflammation au point de ponction du cathéter.
- Sepsis du cathéter.
 Métaboliques :
- Hypoglycémie.
- Hyperglycémie (> 1,5 g/L).
- Hyper urémie.
- Hypophosphatémie, hypokaliémie, hypomagnésémie.
- Dysfonction hépatique.
- Complications hépato biliaires (HPN).
- Perturbation des tests hépatiques (max. valeurs doubles à celles du départ).
- Hypertriglycéridémie (> 2,5 g/L).
- Déficience en vitamines et oligo-éléments (ne pas oublier l’administration de vitamine K une fois par
semaine).
VIII. SURVEILLANCE
a_ La ligne veineuse:
-surveillance des cathéters centraux ou périphériques.
-Contrôle radiologique.
-Surveillance de la courbe thermique.
b_ Le dépistage des complications liées aux apports
nutritionnels:
-surveillance biologique
c_ Efficacité de la nutrition:
-variation du poids du malade et du bilan hydrique.
Points forts
Le recours à une assistance nutritionnelle est envisagé lorsqu’il existe une dénutrition ou que celle-ci est
prévisible à court terme alors que les apports alimentaires spontanés du patient n’atteignent pas un niveau
suffisant pour couvrir les besoins
La nutrition entérale doit toujours être privilégiée par rapport à la nutrition parentérale
Les contre-indications formelles à la nutrition entérale
occlusion intestinale organique
vomissements répétés ou incoercibles
surface d’absorption intestinale effective insuffisante
La mise en place d’une nutrition artificielle nécessite des protocoles écrits, rigoureusement contrôlés et
appliqués par l’équipe

Contenu connexe

Tendances

Brûlés : prise en charge aux urgences
Brûlés : prise en charge aux urgencesBrûlés : prise en charge aux urgences
Brûlés : prise en charge aux urgencesArnaud Depil-Duval
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguëdrchamadi
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueothmaneBenrokhrokh
 
Cours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesCours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesHana Hanouna
 
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05 Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05 Abdennadher Mahdi
 
POLYTRAUMATISME.ppt
POLYTRAUMATISME.pptPOLYTRAUMATISME.ppt
POLYTRAUMATISME.pptBahaEddine11
 
La bronchiolite aigue
La bronchiolite aigueLa bronchiolite aigue
La bronchiolite aigueHaythem Chiha
 
Traumatismes thorax Recommandations formalisées d'expert
Traumatismes thorax Recommandations formalisées d'expertTraumatismes thorax Recommandations formalisées d'expert
Traumatismes thorax Recommandations formalisées d'expertArnaud Depil-Duval
 
Cat devant une invagination intestinle aigue
Cat  devant une invagination intestinle   aigueCat  devant une invagination intestinle   aigue
Cat devant une invagination intestinle aigueHana Hanouna
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprungHana Hanouna
 
Ag hbs positif que faire
Ag hbs positif que faire Ag hbs positif que faire
Ag hbs positif que faire Salim KHELIF
 
Les vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfantLes vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfantkillua zoldyck
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguëMehdi Razzok
 
Liquide amniotique
Liquide amniotiqueLiquide amniotique
Liquide amniotiquemai13
 
prelevements sanguins analyses
prelevements sanguins analyses prelevements sanguins analyses
prelevements sanguins analyses Patou Conrath
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]benkourdel mohamed
 

Tendances (20)

Brûlés : prise en charge aux urgences
Brûlés : prise en charge aux urgencesBrûlés : prise en charge aux urgences
Brûlés : prise en charge aux urgences
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigue
 
Cours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesCours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicales
 
Hepatomegalies
HepatomegaliesHepatomegalies
Hepatomegalies
 
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05 Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
 
POLYTRAUMATISME.ppt
POLYTRAUMATISME.pptPOLYTRAUMATISME.ppt
POLYTRAUMATISME.ppt
 
La bronchiolite aigue
La bronchiolite aigueLa bronchiolite aigue
La bronchiolite aigue
 
Traumatismes thorax Recommandations formalisées d'expert
Traumatismes thorax Recommandations formalisées d'expertTraumatismes thorax Recommandations formalisées d'expert
Traumatismes thorax Recommandations formalisées d'expert
 
Semio radio thorax
Semio radio thoraxSemio radio thorax
Semio radio thorax
 
Solutés de remplissage
Solutés de remplissageSolutés de remplissage
Solutés de remplissage
 
Cat devant une invagination intestinle aigue
Cat  devant une invagination intestinle   aigueCat  devant une invagination intestinle   aigue
Cat devant une invagination intestinle aigue
 
Maladie de hirschprung
Maladie de  hirschprungMaladie de  hirschprung
Maladie de hirschprung
 
Ag hbs positif que faire
Ag hbs positif que faire Ag hbs positif que faire
Ag hbs positif que faire
 
Cancers du larynx
Cancers du larynxCancers du larynx
Cancers du larynx
 
Les vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfantLes vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfant
 
Appendicite aiguë
Appendicite aiguëAppendicite aiguë
Appendicite aiguë
 
Liquide amniotique
Liquide amniotiqueLiquide amniotique
Liquide amniotique
 
prelevements sanguins analyses
prelevements sanguins analyses prelevements sanguins analyses
prelevements sanguins analyses
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
 

Similaire à alimentation parenterale Pr BENSFIA.pptx

Malnutrition and calorie - nutrition enteral
Malnutrition and calorie - nutrition enteralMalnutrition and calorie - nutrition enteral
Malnutrition and calorie - nutrition enteralSandro Zorzi
 
Recommandations nutrition periop 090111 sfar
Recommandations nutrition periop 090111 sfarRecommandations nutrition periop 090111 sfar
Recommandations nutrition periop 090111 sfarpquentin
 
Recommandations nutrition periop 090111sfar
Recommandations nutrition periop 090111sfarRecommandations nutrition periop 090111sfar
Recommandations nutrition periop 090111sfarpquentin
 
Prise en charge de la dénutrition n chapelle
Prise en charge de la dénutrition n chapellePrise en charge de la dénutrition n chapelle
Prise en charge de la dénutrition n chapellevdimartino
 
Malnutrition chez le cirrhotique
Malnutrition chez le cirrhotiqueMalnutrition chez le cirrhotique
Malnutrition chez le cirrhotiqueoussama kissani
 
Dg et évaluation de la nutrition l de mestier
Dg et évaluation de la nutrition l de mestierDg et évaluation de la nutrition l de mestier
Dg et évaluation de la nutrition l de mestiervdimartino
 
Nutrition et cirrhose c chaignat
Nutrition et cirrhose c chaignatNutrition et cirrhose c chaignat
Nutrition et cirrhose c chaignatvdimartino
 
Evaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhose
Evaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhoseEvaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhose
Evaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhosesoshepatites
 
Nutrition preoperatoire en chirurgie digestive reglee
Nutrition preoperatoire en chirurgie digestive regleeNutrition preoperatoire en chirurgie digestive reglee
Nutrition preoperatoire en chirurgie digestive regleepquentin
 
Prise en charge globale du patient vasculaire
Prise en charge globale du patient vasculaire Prise en charge globale du patient vasculaire
Prise en charge globale du patient vasculaire Pelouze Guy-André
 
Presentation de Francois Lemoine
Presentation de Francois LemoinePresentation de Francois Lemoine
Presentation de Francois Lemoinetsoret1
 
Conf Lebhar Nov 09
Conf Lebhar Nov 09Conf Lebhar Nov 09
Conf Lebhar Nov 09Medif
 
Complications de la nutrition parenterale c coutris
Complications de la nutrition parenterale c coutrisComplications de la nutrition parenterale c coutris
Complications de la nutrition parenterale c coutrisvdimartino
 
Malnutrition proteino energetique
Malnutrition proteino energetiqueMalnutrition proteino energetique
Malnutrition proteino energetiqueAmel Ammar
 
Serfaty l hcv obdiabinsulin 2014
Serfaty l  hcv obdiabinsulin  2014Serfaty l  hcv obdiabinsulin  2014
Serfaty l hcv obdiabinsulin 2014odeckmyn
 
Le rôle du médecin généraliste dans la prise en charge du diabète type II ...
Le rôle du médecin généraliste dans la prise en charge du diabète  type II   ...Le rôle du médecin généraliste dans la prise en charge du diabète  type II   ...
Le rôle du médecin généraliste dans la prise en charge du diabète type II ...maamrifateh
 
Le role du médecin généraliste dans la prise
Le role du médecin généraliste dans la priseLe role du médecin généraliste dans la prise
Le role du médecin généraliste dans la priseFateh Maamri
 
MALADIE CHRONIQUE DU FOIE ET NUTRITION (diagnostic, traitement)
MALADIE CHRONIQUE DU FOIE ET NUTRITION (diagnostic, traitement)MALADIE CHRONIQUE DU FOIE ET NUTRITION (diagnostic, traitement)
MALADIE CHRONIQUE DU FOIE ET NUTRITION (diagnostic, traitement)Claude EUGENE
 

Similaire à alimentation parenterale Pr BENSFIA.pptx (20)

Malnutrition and calorie - nutrition enteral
Malnutrition and calorie - nutrition enteralMalnutrition and calorie - nutrition enteral
Malnutrition and calorie - nutrition enteral
 
Recommandations nutrition periop 090111 sfar
Recommandations nutrition periop 090111 sfarRecommandations nutrition periop 090111 sfar
Recommandations nutrition periop 090111 sfar
 
Recommandations nutrition periop 090111sfar
Recommandations nutrition periop 090111sfarRecommandations nutrition periop 090111sfar
Recommandations nutrition periop 090111sfar
 
Prise en charge de la dénutrition n chapelle
Prise en charge de la dénutrition n chapellePrise en charge de la dénutrition n chapelle
Prise en charge de la dénutrition n chapelle
 
Chir ObéSité Endoc
Chir ObéSité EndocChir ObéSité Endoc
Chir ObéSité Endoc
 
Malnutrition chez le cirrhotique
Malnutrition chez le cirrhotiqueMalnutrition chez le cirrhotique
Malnutrition chez le cirrhotique
 
Dg et évaluation de la nutrition l de mestier
Dg et évaluation de la nutrition l de mestierDg et évaluation de la nutrition l de mestier
Dg et évaluation de la nutrition l de mestier
 
Nutrition et cirrhose c chaignat
Nutrition et cirrhose c chaignatNutrition et cirrhose c chaignat
Nutrition et cirrhose c chaignat
 
Evaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhose
Evaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhoseEvaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhose
Evaluation de l'état nutritionnel au cours de la cirrhose
 
Nutrition preoperatoire en chirurgie digestive reglee
Nutrition preoperatoire en chirurgie digestive regleeNutrition preoperatoire en chirurgie digestive reglee
Nutrition preoperatoire en chirurgie digestive reglee
 
Prise en charge globale du patient vasculaire
Prise en charge globale du patient vasculaire Prise en charge globale du patient vasculaire
Prise en charge globale du patient vasculaire
 
Presentation de Francois Lemoine
Presentation de Francois LemoinePresentation de Francois Lemoine
Presentation de Francois Lemoine
 
Conf Lebhar Nov 09
Conf Lebhar Nov 09Conf Lebhar Nov 09
Conf Lebhar Nov 09
 
Complications de la nutrition parenterale c coutris
Complications de la nutrition parenterale c coutrisComplications de la nutrition parenterale c coutris
Complications de la nutrition parenterale c coutris
 
Malnutrition proteino energetique
Malnutrition proteino energetiqueMalnutrition proteino energetique
Malnutrition proteino energetique
 
Serfaty l hcv obdiabinsulin 2014
Serfaty l  hcv obdiabinsulin  2014Serfaty l  hcv obdiabinsulin  2014
Serfaty l hcv obdiabinsulin 2014
 
Le rôle du médecin généraliste dans la prise en charge du diabète type II ...
Le rôle du médecin généraliste dans la prise en charge du diabète  type II   ...Le rôle du médecin généraliste dans la prise en charge du diabète  type II   ...
Le rôle du médecin généraliste dans la prise en charge du diabète type II ...
 
Le role du médecin généraliste dans la prise
Le role du médecin généraliste dans la priseLe role du médecin généraliste dans la prise
Le role du médecin généraliste dans la prise
 
MALADIE CHRONIQUE DU FOIE ET NUTRITION (diagnostic, traitement)
MALADIE CHRONIQUE DU FOIE ET NUTRITION (diagnostic, traitement)MALADIE CHRONIQUE DU FOIE ET NUTRITION (diagnostic, traitement)
MALADIE CHRONIQUE DU FOIE ET NUTRITION (diagnostic, traitement)
 
Parcours des soins coordonné pacaline Boudou.pdf
Parcours des soins coordonné pacaline Boudou.pdfParcours des soins coordonné pacaline Boudou.pdf
Parcours des soins coordonné pacaline Boudou.pdf
 

alimentation parenterale Pr BENSFIA.pptx

  • 1. NUTRITION PARENTERALE Pr BENSFIA.B Service anesthésié-réanimation Hôpital militaire universitaire d'Oran Mars 2023
  • 2. I. OBJECTIFS PEDAGOGIQUES II. DEFINITIONS III. EVALUATION DE L’ETAT NUTRITIONNEL PERIOPERATOIRE IV. INDICATIONS V. CONTRE INDICATIONS VI. APPORTS NUTRITIONELS ET SUBSTRATS UTILISABLES VII.ASPECTS TECHNIQUES VIII.COMPLICATIONS IX. SURVEILLANCE
  • 3. I. Objectifs pédagogiques  Savoir identifier une dénutrition  Connaître les recommandations en matière de nutrition parentérale  Connaître les risques associés à la nutrition parentérale  Connaître les critères de choix entre nutrition entérale et nutrition parentérale  Préciser les indications de la nutrition parentérale périphérique  Identifier les indications indiscutables de la nutrition parentérale ?
  • 4. II. DEFINITIONS La dénutrition se définit par des apports ou des stocks énergétiques ou protéiniques insuffisants pour répondre aux besoins métaboliques de l’organisme.
  • 5.  La nutrition artificielle est définie comme un apport calorico-azoté exogène équivalent aux besoins du patient comportant un apport énergétique (glucides avec ou sans lipides), des protéines, des électrolytes, des vitamines et des éléments traces. II. DEFINITIONS
  • 6.  La nutrition parentérale est une technique d’assistance par voie veineuse exclusive ou complémentaire.  Cette assistance doit être complète (substrats énergétiques, azotés, eau, électrolytes, oligo- éléments et vitamines) et individualisée adaptée aux besoins spécifiques du malade). II. DEFINITIONS
  • 7. III. EVALUATION DE L’ETAT NUTRITIONNEL PERIOPERATOIRE  Cette évaluation devra être effectuée au moins 7 jours avant la chirurgie, à l’occasion de la consultation avec le chirurgien ou l’anesthésiste.  la dénutrition préopératoire est définie lorsqu’existe au moins l’un des critères suivants : - Perte de poids>10% en 3-6mois - albuminémie < 30 g/l en l’absence de pathologie inflammatoire, hépatique ou rénale - IMC < 18,5 (vieillard IMC<22) - NRI < 97,5 (indexe de risque nutritionnelle) NRI= 1,52 x Alb (g/L) +0,42 (Poids actuel/poids usuel x 100. Celui-ci répartit les malades en 3 classes : N.R.I. supérieur à 97,5 % (état nutritionnel normal). N.R.I compris entre 83,5 % et 97,5 %(dénutrition modérée). N.R.I inférieur à 83,5 % (dénutrition sévère).
  • 8. Facteurs de risque liés au patient (comorbidités) - Age > 70 ans -Cancer - Sepsis - Pathologie chronique : Digestive - Insuffisance d’organe (respiratoire, cardiaque, rénale, intestinale, pancréatique, hépatique) - Antécédent de chirurgie digestive majeure :(grêle court, pancréatectomie, gastrectomie, chirurgie bariatrique) - Syndrome dépressif, troubles cognitifs, démence, syndrome confusionnel - Symptômes persistants: Dysphagie -Nausée-vomissement- Diarrhée - Dyspnée - Facteurs de risques liés à un traitement (traitement à risque) - Traitement à visée carcinologique (chimiothérapie, radiothérapie) - Corticothérapie > 1 mois - Polymédication> 5 III. EVALUATION DE L’ETAT NUTRITIONNEL PERIOPERATOIRE
  • 9.  Les indications majeures sont les situations cliniques où le tube digestif n’est plus fonctionnel ou nécessite une mise au repos (pancréatite aiguë sévère, infarctus mésentérique, abcès intra-abdominal, fistules digestives, etc.).  On relève ainsi les indications suivantes : Impossibilité de réaliser une NE Nutrition péri-opératoire ou postopératoire Exclusion digestive Intestin non fonctionnel (pseudo obstruction) Insuffisance intestinale (grêle court) Complément d’une nutrition orale Dans les recommandations américaines récemment publiées, on indique que la NP doit être envisagée chez tout patient dont 'on estime que le tube digestif ne sera plus utilisable pendant un minimum de 10 jours. IV. INDICATIONS DU NP
  • 10.  hypersensibilité aux protéines d‘ œuf ou de soja, ou à tout autre composant.  insuffisance rénale sévère sans possibilité d‘ hémofiltration ou de dialyse.  taux sérique élevé et pathologique de l'un des électrolytes inclus dans les produis utilisés.  insuffisance hépatique sévère.  anomalie congénitale du métabolisme des acides aminés.  troubles importants de la coagulation sanguine.  hyperlipidémie grave.  hyperglycémie nécessitant plus de 6 unités d'insuline/heure. IV. Contre-indications DU NP
  • 11. V. AVANTAGES ET INCOVENIENTS DE LA NP  Avantages Décision neutre pour le médecin et le patient par rapport aux autres modalités. Maintien du poids sans prise de poids. Concrétise le lien social et de soin avec le patient et son entourage.  Inconvénients Ne respecte pas l’apport entéral (perte de la trophicité et des fonctions d’absorption et de barrière du Tube digestif). Pas de prise de poids. + d’oedèmes (ascite) et d’encombrement. Pas d’impact sur la qualité de vie si état Général altéré (OMS≥2) ou espérance de vie<3mois. Pas d’impact sur l’évolution des escarres.
  • 12. VI. APPORTS NUTRITIONELS ET SUBSTRATS UTILISABLES A_ Apports énergétiques: GLUCOSE l’adulte: 25 à 35kcal/kg de poids. 1g de glucides = 4 kcal B- Apports lipidiques: -Chez l’adulte:1.5g/kg/j. 1g de lipides = 9kcal C -Apports protéiques: Les besoins azotés moyens sont de 0,16 à 0,35 g/kg/jour (environ 1 à 2 g d'acides aminés/kg/jour). D_ Apports en micronutriments: -Électrolytes -Oligo-éléments -Vitamines:B1,B6,B12,Vit E, Vit K.
  • 13. VII. ASPECTS TECHNIQUES  Voie périphérique possible pour NP < 10 jours si capital veineux suffisant si apport ≤ 1500 kcal /jour  Voie centrale NP quelque soit sa durée NP hyperosmolaire = apport calorique adaptable Accès veineux selon durée prévisible < 2 mois : cathéter à émergence cutanée > 2 mois : dispositif de longue durée
  • 14. VIII. COMPLICATIONS  Infectieuses : - Contamination du mélange nutritionnel. - Inflammation au point de ponction du cathéter. - Sepsis du cathéter.  Métaboliques : - Hypoglycémie. - Hyperglycémie (> 1,5 g/L). - Hyper urémie. - Hypophosphatémie, hypokaliémie, hypomagnésémie. - Dysfonction hépatique. - Complications hépato biliaires (HPN). - Perturbation des tests hépatiques (max. valeurs doubles à celles du départ). - Hypertriglycéridémie (> 2,5 g/L). - Déficience en vitamines et oligo-éléments (ne pas oublier l’administration de vitamine K une fois par semaine).
  • 15. VIII. SURVEILLANCE a_ La ligne veineuse: -surveillance des cathéters centraux ou périphériques. -Contrôle radiologique. -Surveillance de la courbe thermique. b_ Le dépistage des complications liées aux apports nutritionnels: -surveillance biologique c_ Efficacité de la nutrition: -variation du poids du malade et du bilan hydrique.
  • 16. Points forts Le recours à une assistance nutritionnelle est envisagé lorsqu’il existe une dénutrition ou que celle-ci est prévisible à court terme alors que les apports alimentaires spontanés du patient n’atteignent pas un niveau suffisant pour couvrir les besoins La nutrition entérale doit toujours être privilégiée par rapport à la nutrition parentérale Les contre-indications formelles à la nutrition entérale occlusion intestinale organique vomissements répétés ou incoercibles surface d’absorption intestinale effective insuffisante La mise en place d’une nutrition artificielle nécessite des protocoles écrits, rigoureusement contrôlés et appliqués par l’équipe