SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  65
Télécharger pour lire hors ligne
1) Énumérer les facteurs favorisants la survenue d’une
ostéomyélite aiguë (OMA)
2) Décrire les signes cliniques et radiologiques d’une arthrite
septique, d’une OMA,
3) Argumenter l’attitude thérapeutique devant une infection
ostéoarticulaire ;
4) Assurer le suivi sous traitement d’un malade présentant une
OMA
22
I. Généralités
1. Définition
2. Intérêt
3. Epidémiologie
4. Physiopathologie
5. Etiologies
II. Diagnostic positif
IV. Diagnostic différentiel
V. Traitement
33
• Infections ostéoarticulaires se présentent sous des
formes cliniques variables selon l'âge de l'enfant.
• Il faut y penser devant toute symptomatologie articulaire
ou para-articulaire.
• Traitement: véritable urgence, il doit être débuté sans
attendre les résultats bactériologiques.
• Cette précocité thérapeutique est nécessaire en raison des
risques de séquelles fonctionnelles qui vont des troubles
de croissance modérés jusqu'à la destruction articulaire
majeure.
44
1. Définitions:
• Arthrite: l’infection de la synoviale qui peut être responsable
d’une destruction du cartilage articulaire.
• Ostéo-arthrite: infection conjointe de l'os et de l'articulation.
• Ostéomyélite: infection de l'os. Elle peut être aiguë ou
devenir chronique
• Spondylodiscites (SD) = atteinte septique du rachis et du
disque
55
2. Intérêts:
– Thérapeutique: URGENCE Médico-Chirurgicale
– Le Pronostic vital et fonctionnel : la Précocité du diagnostic et du
traitement
2. Epidémiologie:
 Age-Sexe:
– Ostéomyélite survient préférentiellement chez l’enfant et le nourrisson
– Âge moyen = 6 – 9 ans
66
3. Epidémiologie:
 Les facteurs favorisants:
1. Diabète,
2. Corticothérapie,
3. Drépanocytose,
4. Déficits immunitaires,
5. Maladies malignes sous chimiothérapie,
6. Hépathopathies,
7. Insuffisance rénale,
8. Polyarthrite rhumatoïde,
9. Arthrite microcristalline,
10. Toxicomanes,
11. Hémodialysés.
77
3. Physiopathologie:
• La vascularisation métaphysodiaphysaire de l'os
88
3. Physiopathologie de OMA:
• 3 voies de contamination ostéoarticulaires:
– Hématogène (++++),
– contiguité,
– directe
• Porte d’entrée: furoncle, plaie surinfectée, ongle incarné,
infection dentaire ou de la sphère oto-rhino-laryngologique.
• Localisation métaphysaire: ostéomyélite
• Localisation articulaire: Arthrite
• Localisation vertébrale: Spondildiscite
99
3. Physiopathologie de OMA:
• Étendue de la dévascularisation conditionne le pronostic de la
maladie.
• Dans l’ostéomyélite, un traumatisme peut avoir un rôleDans l’ostéomyélite, un traumatisme peut avoir un rôle
focalisateur.focalisateur.
1010
3. Physiopathologie de OMA: Classification Essaddam - DargouthClassification Essaddam - Dargouth
1111
• stade 0 : état normal où la double
vascularisation osseuse est
présente ;
• stade 1 : dévascularisation
endostée ;
• stade 2 : début de la
dévascularisation périostée ;
• stade 3 : fin de la dévascularisation
périostée et donc au stade de la
double dévascularisation ;
• stade 4 : nécrose osseuse.
3. Physiopathologie de l’arthrite:
• L'arthrite succède à l'atteinte primitive de la synoviale, dontL'arthrite succède à l'atteinte primitive de la synoviale, dont
l'absence de membrane basale et la riche vascularisationl'absence de membrane basale et la riche vascularisation
permettent la traversée des germes avec les produits sanguins.permettent la traversée des germes avec les produits sanguins.
– L'arthrite surviendra si les réactions immunitaires locales sontL'arthrite surviendra si les réactions immunitaires locales sont
dépassées.dépassées.
– L'atteinte de la synoviale va contrarier la nutrition du tissuL'atteinte de la synoviale va contrarier la nutrition du tissu
cartilagineux.cartilagineux.
– Le liquide articulaire passe d'un état séreux à celui de purulent,Le liquide articulaire passe d'un état séreux à celui de purulent,
poursuivant l'altération du cartilage articulaire et de la couchepoursuivant l'altération du cartilage articulaire et de la couche
germinale du cartilage de croissance épiphysaire.germinale du cartilage de croissance épiphysaire.
1212
3. Physiopathologie de l’arthrite:
• NB: Dans l'arthrite, l’Dans l'arthrite, l’atteinte peut-être secondaire à une ostéomyéliteatteinte peut-être secondaire à une ostéomyélite
aigue, le plus souvent le germe gagne l’articulation à travers la métaphyseaigue, le plus souvent le germe gagne l’articulation à travers la métaphyse
lorsqu’elle est intra articulaire (extrémité sup du fémur, radius, humérus)lorsqu’elle est intra articulaire (extrémité sup du fémur, radius, humérus)
soit après avoir traversé le cartilage de croissance uniquement chez lesoit après avoir traversé le cartilage de croissance uniquement chez le
nourrisson (épaule, hanche)nourrisson (épaule, hanche)
1313
4. Etiologies:
 Bactéries
Le staphylocoque est le germe le plus souvent en cause +++
Les germes en cause sont différents en fonction de l’âge
L’infection à salmonelle est fréquente chez l’enfant drépanocytaire.
le B.K chez les enfants vivants dans des conditions socio-économiques
défavorables ainsi que les enfants infectés par le VIH
1414
4. Etiologies:
 Virus: MNI, Varicelle, Oreillons, hépatite B et VIH etc ...
 Parasites: Filaire de Médine, anguillules, Ascaris, Tænia et les
schistosomes
 Mycoses: Essentiellement chez les immunodéprimés: Candida
albicans, Cryptococcus néoformans
1515
1. TDD: Ostéomyélite aigue (OMA Stade 1 ou Phase d’état) de
l’extrémité inférieure du fémur de l’Adolescent
• Le diagnostic de l'ostéomyélite aiguë est CLINIQUE
• La symptomatologie associe un Syndrome SEPTIQUE et une
DOULEUR OSSEUSE.
• Le Début est en général BRUTAL.
• Dans 40% des cas, une notion de TRAUMATISME Récent
1616
1. TDD: Ostéomyélite aigue (OMA Stade 1 ou Phase d’état) de
l’extrémité inférieure du fémur de l’Adolescent
 Douleurs vives, localisées, pulsatiles
– Signe fonctionnel MAJEUR
– Spontanée au niveau du genou
– Violente: « douleur de fracture sans fracture »
– Exacerbée par le moindre contact
– L'enfant est immobile, refusant l'examen clinique
1717
1. TDD: Ostéomyélite aigue (OMA Stade 1 ou Phase d’état) de
l’extrémité inférieure du fémur de l’Adolescent
 SIGNES GÉNÉRAUX: Syndrome infectieux lié à la
bactériémie
– AEG
– Fièvre 39° - 40°
– Frissons (bactériémie) --> Hémocultures
– Céphalées
1818
1. TDD: Ostéomyélite aigue
 SIGNES PHYSIQUES:
• à l'inspection :
– Aspect normal ou augmenté de volume
– la peau en regard est sans rougeur cutanée, ni traînée de lymphangite
– un genou immobile en flexion.
• à la palpation (prudente)  une DOULEUR
– de siège Sus-articulaire, Diaphysométaphysaire,
– d'emblée Intense,
– Transfixiante Circonférentielle (sur toutes les faces de l’os)
NB: la peau en regard est Chaude
• Une mobilité articulaire conservée.
– La mobilisation articulaire douce est possible.
– PAS de choc rotulien.
1919
1. TDD: Ostéomyélite aigue
 On recherchera:
1. une porte d'entrée cutanée ou de la sphère ORL: Un prélèvement
bactériologique
2. une autre localisation osseuse: la palpation de TOUTES les
Métaphyses
3. une extension de l'infection staphylococcique vers les Poumons, le
Coeur, le Péricarde et les Méninges
4. l'absence d'Adénopathies Inguinales
2020
1. TDD: Ostéomyélite aigue
 Localisations
• Les grosses métaphyses très fertiles +++
= Richement vascularisées
« LOIN du Coude, PRÈS du Genou »
2121
1. TDD: Ostéomyélite aigue
 Examens paracliniques:
• Biologie
– VS augmentée
– CRP élevée
– Orosomucoïdes ++
– Polynucléose
– Hémocultures Systématiques et répétées +
– Antibiogramme
2222
Le staphylococcus aureus
est le plus souvent en cause
1. TDD: Ostéomyélite aigue
 Examens paracliniques:
• Radiographies de face et de profil du genou:
– Absence de lésions osseuses
– parfois un Oedème des parties molles ou une Raréfaction osseuse
– Éliminer une Fracture en cas de traumatisme associé
– Les signes radiographiques sont retardés par rapport à la clinique.
– 10 à 15 jours après le début de la symptomatologie peut apparaître :
• Une Réaction Périostée,
• Voire une Zone Lacunaire du spongieux métaphysaire
2323
1. TDD: Ostéomyélite aigue
 Examens paracliniques:
• Scintigraphie au technétium 99:
– une Hyperfixation Précoce au temps initial et tardif.
– Pas nécessaire au diagnostic à ce stade.
– Sa négativité n’élimine PAS le diagnostic.
– UTILE : Autres localisations osseuses encore « Muettes » cliniquement
2424
1. TDD: Ostéomyélite aigue
 ÉVOLUTION: Ne se conçoit que sous traitement médical,
qui doit être commencé en urgence dès la suspicion
diagnostique: « dans le premier quart d’heure de la maladie »
• Variable
• L'échographie +++ SURVEILLANCE
– pratiquée dès le premier jour de la maladie et répétée tous les
jours pendant au minimum 1 semaine
– explorera toutes les faces du membre à la recherche de l'abcès
sous-périosté
• Évolution IMMÉDIATE: 2 éventualités sont possibles.
2525
1. TDD: Ostéomyélite aigue
 Évolution IMMÉDIATE: 2 éventualités sont possibles.
• La RÉSOLUTION complète du foyer: Efficacité du
traitement médical
– les signes généraux régressent : la température revient en quelques
jours à la normale et s'y maintient ;
– la douleur disparaît ;
– l'échographie répétée tous les jours pendant 1 semaine ne trouve pas
d'abcès sous-périosté ;
– la radiographie standard faîte à la deuxième semaine est normale, ou
peut montrer une petite réaction périostée.
2626
1. TDD: Ostéomyélite aigue
 Évolution IMMÉDIATE: 2 éventualités sont possibles.
• Parfois, l'évolution vers l'ABCÉDATION: Échec du
traitement médical.
– L'abcès sous-périosté
– L'abcès après sa rupture dans les parties molles
2727
• Abcés sous-périosté ou ostéomyélite stade 2 :
• Survenue IMPRÉVISIBLE :
– classiquement : forme traitée tardivement
– parfois : formes vues et traitées tôt
• L'échographie +++
– un décollement du périoste de très petite taille sous forme d’une Image
liquidienne Hypoéchogène au contact de la corticale osseuse
2828
« L'abcès sous-périosté doit être opéré dans le
premier quart d'heure de sa naissance »
A l'ouverture du périoste : s’il y a une
SÉROSITÉ Laboratoire pour rechercher des
germes
• Abcès sous-cutané ou ostéomyélite stade 3
– Tuméfaction au niveau de la partie basse de la cuisse, douloureuse à la
pression et fluctuante.
– L’évolution est menacée par le spectre de l'ostéomyélite chronique.
2929
• Ostéomyélite chronique ou ostéomyélite stade 4
• Évolution HABITUELLE avant l’antibiothérapie.
• SÉQUESTRES OSSEUX →3 Complications :
– les réveils aigus,
– les fistules cutanées
– et la fracture pathologique.
• Le Pronostic → Séquelles Fonctionnelles très Sévères =
« INVALIDITÉ Sociale ».
3030
• Ostéomyélite chronique ou ostéomyélite stade 4
• En l’absence de traitement: fistulisation
– un Écoulement purulent.
– peuvent se compliquer de Dégénérescence cutanée.
– peuvent être associées à des séquestres osseux.
3131
3232
• Ostéomyélite chronique ou ostéomyélite stade 4
• Fractures
– sont Fréquentes.
– surviennent souvent Spontanément
– et se compliquent fréquemment de Pseudarthrose (25
%)
– Le délai de consolidation de ces fractures est au
minimum de 3 mois
– Leur traitement a grandement bénéficié de l'apport de
la technique d'ILIZAROV.
3333
• Ostéomyélite chronique ou ostéomyélite stade 4
• Déformations Squelettiques
– Raideurs articulaires
– Inégalités des longueurs des membres inférieurs
3434
1. TDD: Ostéomyélite aigue
 Complications:
• Plusieurs localisations osseuses en même temps sont possibles (autres
métaphyses, vertébre)
• Abcès à distance : cerveau, poumon
• Septicémie, endocardite infectieuse etc.
• Pandiaphysite : diffusion à toute la diaphyse
• Arthrite : par la dissémination des germes à travers le cartilage de
croissance (destruction de l’articulation)
• Le cartilage de conjugaison peut être atteint avec épiphysiodèse
(conséquences graves sur la croissance)
3535
1. TDD: Ostéomyélite aigue
 Complications:
3636
Séquelles de pandiaphysite
+ décollement épiphysaire
2. Formes cliniques
2.1. Arthrite septique: Toutes les articulations peuvent être atteintes, le
plus souvent de façon localisée et isolée
 Interrogatoire :
• Recherche d’ATCD infectieux récents.
• ATCD maternelle pour nouveau né et nourrisson allaité au sein.
• Recherche d’une porte d’entrée (cutanée, ORL, urinaire…)
• Impotence fonctionnelle totale, douleur violente centrée sur
l’articulation.
• Boiterie.
3737
2.1. Arthrite septique:
Signes paracliniques
BIOLOGIE:
•Hémocultures : au nombre de 2, à 10 minutes d’intervalle ;
•Prélèvement de liquide articulaire:
– Examen direct : > 50 000 GB/mm3, > 85% PNN altérés, présence de germes après
Gram,
– Mise en culture (inoculation directe dans un flacon d’hémoculture aérobie),
– Recherche d’antigènes solubles, PCR
•Prélèvement d’une éventuelle porte d’entrée
•Sérologie virale (Ag Hbs, VIH...)
•Dosage des ASLO
•Le bilan inflammatoire n’est pas contributif (non spécifique).
3838
2.1. Arthrite septique:
Signes paracliniques
Imagerie:
•Clichés standards :
– Au début: normaux, parfois présence de signes indirects d’épanchement intra-
articulaire
– Plu tard, des signes de destruction articulaire : un pincement articulaire global,
érosions des épiphyses, microgéodes
•Echographie : épanchement intra-articulaire
•Scintigraphie osseuse : foyer d’hyperfixation intra-articulaire (signe précoce)
•IRM : épanchement intra-articulaire, prise de contraste de la synoviale.
3939
2. Formes cliniques
2.2. Ostéo-arthrite de la hanche du nourrisson
• Localisation la plus fréquente chez le nouveau-né et le nourrisson
• Toute arthrite ou ostéomyélite évolue rapidement en ostéo-arthrite.
• Le diagnostic clinique est rendu difficile par la position profonde
de l'articulation, d'une part et par le fait que le nourrisson présente
souvent une pathologie "lourde" (il s'agit souvent de prématurés…)
pour laquelle il est en réanimation néonatale, d'autre part.
4040
2. Formes cliniques
2.2. Ostéo-arthrite de la hanche du nourrisson
• C'est avant tout les vagissements de l'enfant lors de changes qui est
observée par la maman ou le personnel paramédical.
• Au minimum c'est une réduction des mouvements du membre, qui
devra éveiller l'attention
• L'ostéoarthrite peut au pire passer totalement inaperçue et n'être
diagnostiquée que quelques années plus tard devant des séquelles
typiques
4141
2. Formes cliniques
2.3. Autres formes topographiques de l’ostéo-arthrite
 L'arthrite sacro-iliaque
• Il s'agit d'une localisation souvent méconnue, dont le diagnostic est
fait de façon très retardée.
• Diagnostic difficile à établir au début.
– Attitude en flexion rotation externe.
– Douleur à la rotation interne.
• Le risque pour la tête fémorale est important, et les troubles
trophiques voire destruction définitive de l’épiphyse.
4242
2. Formes cliniques
2.3. Autres formes topographiques de l’ostéo-arthrite
 Au niveau de l’épaule :
– Le pronostic fonctionnel est meilleur, cependant le tendon du long
biceps, intra articulaire, risque d’être atteint et de se rompre.
 Au niveau du genou :
– ⅓ des localisations des arthrites septiques.
– Pose une difficulté diagnostic avec l’arthrite juvénile rhumatoïde
4343
2. Formes cliniques
2.4. Polyarthrite aiguë
• C’est une atteinte articulaire touchant au moins 4 articulations et
ayant moins de 3 mois d’évolution. Elle est associée à une fièvre de
plus de 38°C, présente depuis plusieurs jours ou semaines,
s’accompagnant parfois de sueurs nocturnes (Tubercolose ou
Brucelloses)
4444
2. Formes cliniques
2.5. Spondylodiscite
• Atteinte Initiale Vasculaire sous la plaque de croissance puis
Migration vers le Disque.
• Tableau clinique est peu évocateur →RETARD diagnostique
– Début progressif avec des douleurs d’allure mécanique au début pour
devenir plus tard permanente,
– AEG souvent fréquente
– L’examen recherche un Abcès du Psoas et des signes d’Irritation
Médullaire +++.
4545
2. Formes cliniques
2.5. Spondylodiscite
• Les radiographies initialement Normales → un Pincement discal
voir une Irrégularité des Plateaux vertébraux.
• Un Fuseau paravertébral doit être recherché par Échographie ou
Scanner.
• La ponction discale permet d’isoler le germe une fois sur deux.
4646
L’érysipèle (atteinte des parties molles)
Les arthrites inflammatoires d’origine auto-immune :
– LED,
– Polyarthrite rhumatoïde,
– périarthrite noueuse etc...
Les arthrites réactionnelles :
• atteintes inflammatoires aseptiques périphériques survenant environ
3 à 5 semaines après un épisode infectieux (le plus souvent digestif).
• Il s’agit la plupart de cas d’une polyarthrite (3 à 4 articulations).
• L’atteinte articulaire est asymétrique touchant les doigts et les
orteils, rarement les genoux.
4747
Les arthrites sont à différentier des arthroses (maladie du cartilage)
de par leur symptomatologie clinique et paraclinique.
4848
Clinique Arthrose Arthrite
1. douleur
2. Tuméfaction
3. Chaleur
4. Rougeur
Mécanique, diurne
Irrégulière(ostéophytoses)
(-)
(-)
Inflammatoire nocturne
Diffuse (épanchement)
(+)
(+)
Radiologie
1. pincement
2. présence de géodes
3. condensation
4. ostéophytoses
Localisé
(+)(géodes d’hyperpression)
(+)
(+)
Global
(+) (microgéodes)
(-)
(-)
Biologie
1.Syndrome inflammatoire (-) (+)
1. But
 Soulager le malade
 Stériliser le foyer infectieux
 Prévenir les complications (= prévenir l'évolution des ostéomyélites
stade 0, 1 et 2 vers les stades 3 et 4.)
2. Moyens
 Antibiothérapie
 Antalgiques, anti-inflammatoires
 Drainage chirurgical
 Immobilisation
4949
3. Indications:
 L’antibiothérapie:
• Initialement probabiliste, efficace sur le staphylocoque doré.
Secondairement, le traitement est adapté au germe et à son
antibiogramme.
• Associer au début deux antibiotiques Bactéricides Synergiques à
dose efficace.
• L’antibiothérapie est administrée dès les prélèvements effectués
sans en attendre les résultats.
• Durée totale : 6 semaines ; relais per os au bout de 4 à 7 jours à la
disparition de signes cliniques.
5050
3. Indications:
 L’antibiothérapie:
5151
3. Indications:
 L’antibiothérapie:
5252
3. Indications:
 L’antibiothérapie:
5353
3. Indications:
 Traitement de la douleur et de l’inflammation
 Traitement de la portée d’entrée
 Immobilisation de l’articulation
• une Attelle Plâtrée qui prendra les articulations sus- et sous-
jacentes
• Pendant une DURÉE minimale de 4 semaines
– Antalgique, Anti-inflammatoire ;
– Augmenter le débit vasculaire osseux →la concentration des
antibiotiques au niveau du foyer ;
– et Prévenir les Attitudes Vicieuses +++.
5454
3. Indications:
 Chirurgie:
• Le drainage chirurgical n’est indispensable que lorsque la collection
purulente est abondante ou empêchant une bonne diffusion
d’antibiotiques.
• Il s’agit dans ce cas d’une urgence chirurgicale, au bloc opératoire.
(Exemples: OMA stades 2, 3 et 4).
Il comprendra deux temps :
• Incision de l'abcès : la voie d'abord orientée par le siège échographique de
l'abcès ;
• Trépanation systématique avec Lavage du fût diaphysaire au sérum
physiologique, puis fermeture sur un système d'aspiration par un drain de
Redon aspiratif.
►Une immobilisation postopératoire x 1 mois.
5555
4. Surveillance:
 Clinique :
• Prise biquotidienne de la température rectale et du pouls
• et auscultation quotidienne des poumons et du coeur
 Échographique:
• L'échographie quotidienne la première semaine
• explorera de manière comparative toutes les faces du membre
atteint à la recherche de l'abcès sous-périosté dont la présence
impose un traitement chirurgical urgent.
5656
• Dès la suspicion diagnostique d’une infection ostéoarticulaire
(triade : fièvre aigue + douleur + impotence fonctionnelle du
membre), il convient de tout mettre en œuvre pour confirmer
le diagnostic et débuter rapidement la prise en charge
thérapeutique.
• Aucun examen complémentaire ne doit pour autant retarder le
traitement qui est une urgence médico-chirurgicale.
5757
5858
• http://www.med.univ-
rennes1.fr/cerf/edicerf/PEDIATRIE/14_OST_ITE.html
• http://www.lerat-orthopedie.com/FR/cours/FR/powerpoint/07-
Infections%20osseuses/1-%20Osteomyelite%20aigue.ppt
• http://s3.amazonaws.com/ppt-download/osteomyeliteaigue-
121103073439-phpapp01.ppt?response-content-
disposition=attachment&Signature=R
%2FcipwTc2nhssZN1ZjlMmuplpjw
%3D&Expires=1394290409&AWSAccessKeyId=AKIAIW74DRR
RQSO4NIKA
5959
Un enfant de 6 ans est amené aux urgences le
soir par ses parents qui sont inquiets de le voir
boiter douloureusement depuis le matin.
De plus, il a de la fièvre à 39° depuis l’après
midi et il a mal à la hanche.
Cette hanche est douloureuse à la mobilisation.
Q 1: Quel diagnostic évoquez-vous?
Q 2: Quel bilan radiologique demandez-vous et que
recherchez-vous?
Q 3: Quel bilan biologique demandez-vous?
Q 4: Quels autres examens paracliniques demandez-vous?
Q 5: Quelle est votre prise en charge?
Un enfant de 6 ans est amené aux urgences le
soir par ses parents qui sont inquiets de le voir
boiter douloureusement depuis le matin.
De plus, il a de la fièvre à 39° depuis l’après
midi et il a mal à la hanche.
Cette hanche est douloureuse à la mobilisation.
Q 1: Quel diagnostic évoquez-vous?
Réponse
Otéoarthrite de la hanche
Un enfant de 6 ans est amené aux urgences le
soir par ses parents qui sont inquiets de le voir
boiter douloureusement depuis le matin.
De plus, il a de la fièvre à 39° depuis l’après
midi et il a mal à la hanche.
Cette hanche est douloureuse à la mobilisation.
Q 2: Quel bilan radiologique demandez-vous et que
recherchez-vous?
Réponse
Radios simples de la hanche F et P qui ne devraient rien
montrer d’anormal à ce stade
Un enfant de 6 ans est amené aux urgences le
soir par ses parents qui sont inquiets de le voir
boiter douloureusement depuis le matin.
De plus, il a de la fièvre à 39° depuis l’après
midi et il a mal à la hanche.
Cette hanche est douloureuse à la mobilisation.
Q 3: Quel bilan biologique demandez-vous?
Hospitalisation
Prélèvements pour VS NF CRP Hémocultures répétées
Voie veineuse centrale installée
Un enfant de 6 ans est amené aux urgences le
soir par ses parents qui sont inquiets de le voir
boiter douloureusement depuis le matin.
De plus, il a de la fièvre à 39° depuis l’après
midi et il a mal à la hanche.
Cette hanche est douloureuse à la mobilisation.
Q 4: Quels autres examens paracliniques demandez-vous?
Échographie à la recherche d’un épanchement ou IRM
PONCTION exploratrice et évacuatrice et ex bactério
Scintigraphie de la hanche qui devrait être très positive
Rechercher une porte d’entrée
Un enfant de 6 ans est amené aux urgences le
soir par ses parents qui sont inquiets de le voir
boiter douloureusement depuis le matin.
De plus, il a de la fièvre à 39° depuis l’après
midi et il a mal à la hanche.
Cette hanche est douloureuse à la mobilisation.
Q 5: Quelle est votre prise en charge?
Réponse
Traitement AB mis en route immédiatement par voie veineuse avec
une bithérapie large
Adaptée ensuite aux résultats de l’hémoculture et de la ponction
Repos complet
Surveillance de la biologie

Contenu connexe

Tendances

Fracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radiusFracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radiusHamlaoui Saddek
 
Luxations de l’épaule.
Luxations de l’épaule.Luxations de l’épaule.
Luxations de l’épaule.L-ilia
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]benkourdel mohamed
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueothmaneBenrokhrokh
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireDr. Kerfah Soumia
 
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusFractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusHamlaoui Saddek
 
Luxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hancheLuxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hancheBen Mekki
 
26. infections et plaies de la main
26. infections et plaies de la main26. infections et plaies de la main
26. infections et plaies de la mainHela Mtir
 
Orthopédie Traumatologie 1 / 2
Orthopédie Traumatologie 1 / 2 Orthopédie Traumatologie 1 / 2
Orthopédie Traumatologie 1 / 2 Michel Triffaux
 
Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++Basset azd
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinaleRose De Sable
 
Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2killua zoldyck
 
6.fracturi mb sup fr
6.fracturi mb sup fr6.fracturi mb sup fr
6.fracturi mb sup frSalah Eddine
 
Lésions élémentaires en dermatologie
Lésions élémentaires en dermatologieLésions élémentaires en dermatologie
Lésions élémentaires en dermatologielaamlove
 
Rétention aigue des urines
Rétention aigue des urinesRétention aigue des urines
Rétention aigue des urineskillua zoldyck
 

Tendances (20)

Fracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radiusFracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radius
 
Luxations de l’épaule.
Luxations de l’épaule.Luxations de l’épaule.
Luxations de l’épaule.
 
12 poignet - fractures
12  poignet - fractures12  poignet - fractures
12 poignet - fractures
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
 
CAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigueCAT devant une occlusion intestinale aigue
CAT devant une occlusion intestinale aigue
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaire
 
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrusFractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
 
Luxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hancheLuxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hanche
 
26. infections et plaies de la main
26. infections et plaies de la main26. infections et plaies de la main
26. infections et plaies de la main
 
Orthopédie Traumatologie 1 / 2
Orthopédie Traumatologie 1 / 2 Orthopédie Traumatologie 1 / 2
Orthopédie Traumatologie 1 / 2
 
Fractures generalites
 Fractures generalites Fractures generalites
Fractures generalites
 
Spondylarthropathies
SpondylarthropathiesSpondylarthropathies
Spondylarthropathies
 
Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinale
 
Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2Traumatismes du rachis cervical 2
Traumatismes du rachis cervical 2
 
Traumato cheville & pied
 Traumato cheville & pied Traumato cheville & pied
Traumato cheville & pied
 
6.fracturi mb sup fr
6.fracturi mb sup fr6.fracturi mb sup fr
6.fracturi mb sup fr
 
Lésions élémentaires en dermatologie
Lésions élémentaires en dermatologieLésions élémentaires en dermatologie
Lésions élémentaires en dermatologie
 
Pbve dr hacid
Pbve  dr hacidPbve  dr hacid
Pbve dr hacid
 
Rétention aigue des urines
Rétention aigue des urinesRétention aigue des urines
Rétention aigue des urines
 

En vedette

Arthrite septique de lenfant
Arthrite septique de lenfantArthrite septique de lenfant
Arthrite septique de lenfantemnahammami
 
Raideurs du genou : Etiologie, Classification et Traitement
Raideurs du genou : Etiologie, Classification et TraitementRaideurs du genou : Etiologie, Classification et Traitement
Raideurs du genou : Etiologie, Classification et Traitementaatrillat
 
How to Make Awesome SlideShares: Tips & Tricks
How to Make Awesome SlideShares: Tips & TricksHow to Make Awesome SlideShares: Tips & Tricks
How to Make Awesome SlideShares: Tips & TricksSlideShare
 
Le prématuré
Le prématuréLe prématuré
Le prématuréesf3
 
Télécharger le Miracle de la grossesse PDF
Télécharger le Miracle de la grossesse PDFTélécharger le Miracle de la grossesse PDF
Télécharger le Miracle de la grossesse PDFInfopreneur des Ebooks
 
Getting Started With SlideShare
Getting Started With SlideShareGetting Started With SlideShare
Getting Started With SlideShareSlideShare
 
Pathologie de l’appareil locomoteur
Pathologie de l’appareil locomoteurPathologie de l’appareil locomoteur
Pathologie de l’appareil locomoteurAh Med
 
Prise en charge des Hémorragies traumatiques
Prise en charge des Hémorragies traumatiquesPrise en charge des Hémorragies traumatiques
Prise en charge des Hémorragies traumatiquesArnaud Depil-Duval
 
Arthrites infectieuses
Arthrites infectieusesArthrites infectieuses
Arthrites infectieusesCé Cha
 
Raideurs Du Genou
Raideurs Du GenouRaideurs Du Genou
Raideurs Du GenouChiad Hamza
 
Skin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM Foundation
Skin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM FoundationSkin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM Foundation
Skin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM FoundationThe CRUDEM Foundation
 
Troubles De La Statique Chez L Enfant Mrg 13 01 09
Troubles De La Statique Chez L Enfant Mrg 13 01 09Troubles De La Statique Chez L Enfant Mrg 13 01 09
Troubles De La Statique Chez L Enfant Mrg 13 01 09raymondteyrouz
 
Syndrome d'embolie graisseuse
Syndrome d'embolie graisseuseSyndrome d'embolie graisseuse
Syndrome d'embolie graisseuseBen Mekki
 

En vedette (17)

Arthrite septique de lenfant
Arthrite septique de lenfantArthrite septique de lenfant
Arthrite septique de lenfant
 
3.infectii fr
3.infectii fr3.infectii fr
3.infectii fr
 
Raideurs du genou : Etiologie, Classification et Traitement
Raideurs du genou : Etiologie, Classification et TraitementRaideurs du genou : Etiologie, Classification et Traitement
Raideurs du genou : Etiologie, Classification et Traitement
 
Pied diabetique bouayed
Pied diabetique bouayedPied diabetique bouayed
Pied diabetique bouayed
 
How to Make Awesome SlideShares: Tips & Tricks
How to Make Awesome SlideShares: Tips & TricksHow to Make Awesome SlideShares: Tips & Tricks
How to Make Awesome SlideShares: Tips & Tricks
 
Le prématuré
Le prématuréLe prématuré
Le prématuré
 
Télécharger le Miracle de la grossesse PDF
Télécharger le Miracle de la grossesse PDFTélécharger le Miracle de la grossesse PDF
Télécharger le Miracle de la grossesse PDF
 
Getting Started With SlideShare
Getting Started With SlideShareGetting Started With SlideShare
Getting Started With SlideShare
 
Pathologie de l’appareil locomoteur
Pathologie de l’appareil locomoteurPathologie de l’appareil locomoteur
Pathologie de l’appareil locomoteur
 
Prise en charge des Hémorragies traumatiques
Prise en charge des Hémorragies traumatiquesPrise en charge des Hémorragies traumatiques
Prise en charge des Hémorragies traumatiques
 
Arthrites infectieuses
Arthrites infectieusesArthrites infectieuses
Arthrites infectieuses
 
Raideurs Du Genou
Raideurs Du GenouRaideurs Du Genou
Raideurs Du Genou
 
Skin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM Foundation
Skin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM FoundationSkin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM Foundation
Skin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM Foundation
 
Troubles De La Statique Chez L Enfant Mrg 13 01 09
Troubles De La Statique Chez L Enfant Mrg 13 01 09Troubles De La Statique Chez L Enfant Mrg 13 01 09
Troubles De La Statique Chez L Enfant Mrg 13 01 09
 
Grossesse Et Te3
Grossesse Et Te3Grossesse Et Te3
Grossesse Et Te3
 
Syndrome d'embolie graisseuse
Syndrome d'embolie graisseuseSyndrome d'embolie graisseuse
Syndrome d'embolie graisseuse
 
Slideshare ppt
Slideshare pptSlideshare ppt
Slideshare ppt
 

Similaire à Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014

1- Osteomyelite aigue.ppt
1- Osteomyelite aigue.ppt1- Osteomyelite aigue.ppt
1- Osteomyelite aigue.pptBadrAbouAlia
 
La polyarthrite rhumatoïde (2)
La polyarthrite rhumatoïde (2)La polyarthrite rhumatoïde (2)
La polyarthrite rhumatoïde (2)Moni Ra
 
CAT devant une monoarthrite aigue.pptxjdj
CAT devant une monoarthrite aigue.pptxjdjCAT devant une monoarthrite aigue.pptxjdj
CAT devant une monoarthrite aigue.pptxjdjHindBerrani
 
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.pptorthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.pptBadrAbouAlia
 
10 pathologies micro-traumatique du systeme extenseur
10  pathologies micro-traumatique du systeme extenseur10  pathologies micro-traumatique du systeme extenseur
10 pathologies micro-traumatique du systeme extenseurtyuit
 
Le Syndrome Post Polio
Le Syndrome Post PolioLe Syndrome Post Polio
Le Syndrome Post PolioSandrine Boult
 
www.leblogdentaire.com
www.leblogdentaire.comwww.leblogdentaire.com
www.leblogdentaire.commohammed sadek
 
Cysticercose + photos
Cysticercose + photosCysticercose + photos
Cysticercose + photosNorbert Manzo
 
Infections aigues des parties molles
Infections aigues des parties mollesInfections aigues des parties molles
Infections aigues des parties mollesAmar AOULMI
 
INFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptx
INFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptxINFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptx
INFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptxSafaaRou
 
Méningites purlt dr mahi 2
Méningites purlt dr mahi 2Méningites purlt dr mahi 2
Méningites purlt dr mahi 2killua zoldyck
 

Similaire à Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014 (20)

1- Osteomyelite aigue.ppt
1- Osteomyelite aigue.ppt1- Osteomyelite aigue.ppt
1- Osteomyelite aigue.ppt
 
La polyarthrite rhumatoïde (2)
La polyarthrite rhumatoïde (2)La polyarthrite rhumatoïde (2)
La polyarthrite rhumatoïde (2)
 
MAL_DE_POTT.pptx
MAL_DE_POTT.pptxMAL_DE_POTT.pptx
MAL_DE_POTT.pptx
 
CAT devant une monoarthrite aigue.pptxjdj
CAT devant une monoarthrite aigue.pptxjdjCAT devant une monoarthrite aigue.pptxjdj
CAT devant une monoarthrite aigue.pptxjdj
 
Pied diabetique
Pied diabetiquePied diabetique
Pied diabetique
 
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.pptorthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
 
Endocardite infectieuse
Endocardite infectieuseEndocardite infectieuse
Endocardite infectieuse
 
Arthrite juvenile ic
Arthrite juvenile icArthrite juvenile ic
Arthrite juvenile ic
 
Toa
ToaToa
Toa
 
ADP.ppt
ADP.pptADP.ppt
ADP.ppt
 
10 pathologies micro-traumatique du systeme extenseur
10  pathologies micro-traumatique du systeme extenseur10  pathologies micro-traumatique du systeme extenseur
10 pathologies micro-traumatique du systeme extenseur
 
Le Syndrome Post Polio
Le Syndrome Post PolioLe Syndrome Post Polio
Le Syndrome Post Polio
 
www.leblogdentaire.com
www.leblogdentaire.comwww.leblogdentaire.com
www.leblogdentaire.com
 
095 mst
095 mst095 mst
095 mst
 
Cysticercose + photos
Cysticercose + photosCysticercose + photos
Cysticercose + photos
 
Pied diab as 1
Pied diab as  1Pied diab as  1
Pied diab as 1
 
Les infections de la main
Les infections de la mainLes infections de la main
Les infections de la main
 
Infections aigues des parties molles
Infections aigues des parties mollesInfections aigues des parties molles
Infections aigues des parties molles
 
INFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptx
INFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptxINFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptx
INFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptx
 
Méningites purlt dr mahi 2
Méningites purlt dr mahi 2Méningites purlt dr mahi 2
Méningites purlt dr mahi 2
 

Plus de Nouhoum L Traore

Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016Nouhoum L Traore
 
Troubles du métabolisme des lipides chez l'enfant 2014
Troubles du métabolisme des lipides chez l'enfant 2014Troubles du métabolisme des lipides chez l'enfant 2014
Troubles du métabolisme des lipides chez l'enfant 2014Nouhoum L Traore
 
Physiologie rénale 2011: particularités pédiatriques
Physiologie rénale 2011: particularités pédiatriquesPhysiologie rénale 2011: particularités pédiatriques
Physiologie rénale 2011: particularités pédiatriquesNouhoum L Traore
 
Impétigo chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement ppt
Impétigo  chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement pptImpétigo  chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement ppt
Impétigo chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement pptNouhoum L Traore
 
Le lymphome de Burkitt chez l'enfant mali
Le lymphome de Burkitt chez l'enfant  mali Le lymphome de Burkitt chez l'enfant  mali
Le lymphome de Burkitt chez l'enfant mali Nouhoum L Traore
 
Organisation des urgences 2012 pédiatrie chu gabriel toure
Organisation des urgences 2012 pédiatrie chu gabriel toure Organisation des urgences 2012 pédiatrie chu gabriel toure
Organisation des urgences 2012 pédiatrie chu gabriel toure Nouhoum L Traore
 
La tuberculose de l'enfant
La tuberculose de l'enfant La tuberculose de l'enfant
La tuberculose de l'enfant Nouhoum L Traore
 
Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013
Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013
Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013Nouhoum L Traore
 

Plus de Nouhoum L Traore (8)

Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
 
Troubles du métabolisme des lipides chez l'enfant 2014
Troubles du métabolisme des lipides chez l'enfant 2014Troubles du métabolisme des lipides chez l'enfant 2014
Troubles du métabolisme des lipides chez l'enfant 2014
 
Physiologie rénale 2011: particularités pédiatriques
Physiologie rénale 2011: particularités pédiatriquesPhysiologie rénale 2011: particularités pédiatriques
Physiologie rénale 2011: particularités pédiatriques
 
Impétigo chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement ppt
Impétigo  chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement pptImpétigo  chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement ppt
Impétigo chez l'enfant: Signes-Diagnostic-Traitement ppt
 
Le lymphome de Burkitt chez l'enfant mali
Le lymphome de Burkitt chez l'enfant  mali Le lymphome de Burkitt chez l'enfant  mali
Le lymphome de Burkitt chez l'enfant mali
 
Organisation des urgences 2012 pédiatrie chu gabriel toure
Organisation des urgences 2012 pédiatrie chu gabriel toure Organisation des urgences 2012 pédiatrie chu gabriel toure
Organisation des urgences 2012 pédiatrie chu gabriel toure
 
La tuberculose de l'enfant
La tuberculose de l'enfant La tuberculose de l'enfant
La tuberculose de l'enfant
 
Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013
Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013
Purpura rhumatoïde de l’enfant 2013
 

Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014

  • 1.
  • 2. 1) Énumérer les facteurs favorisants la survenue d’une ostéomyélite aiguë (OMA) 2) Décrire les signes cliniques et radiologiques d’une arthrite septique, d’une OMA, 3) Argumenter l’attitude thérapeutique devant une infection ostéoarticulaire ; 4) Assurer le suivi sous traitement d’un malade présentant une OMA 22
  • 3. I. Généralités 1. Définition 2. Intérêt 3. Epidémiologie 4. Physiopathologie 5. Etiologies II. Diagnostic positif IV. Diagnostic différentiel V. Traitement 33
  • 4. • Infections ostéoarticulaires se présentent sous des formes cliniques variables selon l'âge de l'enfant. • Il faut y penser devant toute symptomatologie articulaire ou para-articulaire. • Traitement: véritable urgence, il doit être débuté sans attendre les résultats bactériologiques. • Cette précocité thérapeutique est nécessaire en raison des risques de séquelles fonctionnelles qui vont des troubles de croissance modérés jusqu'à la destruction articulaire majeure. 44
  • 5. 1. Définitions: • Arthrite: l’infection de la synoviale qui peut être responsable d’une destruction du cartilage articulaire. • Ostéo-arthrite: infection conjointe de l'os et de l'articulation. • Ostéomyélite: infection de l'os. Elle peut être aiguë ou devenir chronique • Spondylodiscites (SD) = atteinte septique du rachis et du disque 55
  • 6. 2. Intérêts: – Thérapeutique: URGENCE Médico-Chirurgicale – Le Pronostic vital et fonctionnel : la Précocité du diagnostic et du traitement 2. Epidémiologie:  Age-Sexe: – Ostéomyélite survient préférentiellement chez l’enfant et le nourrisson – Âge moyen = 6 – 9 ans 66
  • 7. 3. Epidémiologie:  Les facteurs favorisants: 1. Diabète, 2. Corticothérapie, 3. Drépanocytose, 4. Déficits immunitaires, 5. Maladies malignes sous chimiothérapie, 6. Hépathopathies, 7. Insuffisance rénale, 8. Polyarthrite rhumatoïde, 9. Arthrite microcristalline, 10. Toxicomanes, 11. Hémodialysés. 77
  • 8. 3. Physiopathologie: • La vascularisation métaphysodiaphysaire de l'os 88
  • 9. 3. Physiopathologie de OMA: • 3 voies de contamination ostéoarticulaires: – Hématogène (++++), – contiguité, – directe • Porte d’entrée: furoncle, plaie surinfectée, ongle incarné, infection dentaire ou de la sphère oto-rhino-laryngologique. • Localisation métaphysaire: ostéomyélite • Localisation articulaire: Arthrite • Localisation vertébrale: Spondildiscite 99
  • 10. 3. Physiopathologie de OMA: • Étendue de la dévascularisation conditionne le pronostic de la maladie. • Dans l’ostéomyélite, un traumatisme peut avoir un rôleDans l’ostéomyélite, un traumatisme peut avoir un rôle focalisateur.focalisateur. 1010
  • 11. 3. Physiopathologie de OMA: Classification Essaddam - DargouthClassification Essaddam - Dargouth 1111 • stade 0 : état normal où la double vascularisation osseuse est présente ; • stade 1 : dévascularisation endostée ; • stade 2 : début de la dévascularisation périostée ; • stade 3 : fin de la dévascularisation périostée et donc au stade de la double dévascularisation ; • stade 4 : nécrose osseuse.
  • 12. 3. Physiopathologie de l’arthrite: • L'arthrite succède à l'atteinte primitive de la synoviale, dontL'arthrite succède à l'atteinte primitive de la synoviale, dont l'absence de membrane basale et la riche vascularisationl'absence de membrane basale et la riche vascularisation permettent la traversée des germes avec les produits sanguins.permettent la traversée des germes avec les produits sanguins. – L'arthrite surviendra si les réactions immunitaires locales sontL'arthrite surviendra si les réactions immunitaires locales sont dépassées.dépassées. – L'atteinte de la synoviale va contrarier la nutrition du tissuL'atteinte de la synoviale va contrarier la nutrition du tissu cartilagineux.cartilagineux. – Le liquide articulaire passe d'un état séreux à celui de purulent,Le liquide articulaire passe d'un état séreux à celui de purulent, poursuivant l'altération du cartilage articulaire et de la couchepoursuivant l'altération du cartilage articulaire et de la couche germinale du cartilage de croissance épiphysaire.germinale du cartilage de croissance épiphysaire. 1212
  • 13. 3. Physiopathologie de l’arthrite: • NB: Dans l'arthrite, l’Dans l'arthrite, l’atteinte peut-être secondaire à une ostéomyéliteatteinte peut-être secondaire à une ostéomyélite aigue, le plus souvent le germe gagne l’articulation à travers la métaphyseaigue, le plus souvent le germe gagne l’articulation à travers la métaphyse lorsqu’elle est intra articulaire (extrémité sup du fémur, radius, humérus)lorsqu’elle est intra articulaire (extrémité sup du fémur, radius, humérus) soit après avoir traversé le cartilage de croissance uniquement chez lesoit après avoir traversé le cartilage de croissance uniquement chez le nourrisson (épaule, hanche)nourrisson (épaule, hanche) 1313
  • 14. 4. Etiologies:  Bactéries Le staphylocoque est le germe le plus souvent en cause +++ Les germes en cause sont différents en fonction de l’âge L’infection à salmonelle est fréquente chez l’enfant drépanocytaire. le B.K chez les enfants vivants dans des conditions socio-économiques défavorables ainsi que les enfants infectés par le VIH 1414
  • 15. 4. Etiologies:  Virus: MNI, Varicelle, Oreillons, hépatite B et VIH etc ...  Parasites: Filaire de Médine, anguillules, Ascaris, Tænia et les schistosomes  Mycoses: Essentiellement chez les immunodéprimés: Candida albicans, Cryptococcus néoformans 1515
  • 16. 1. TDD: Ostéomyélite aigue (OMA Stade 1 ou Phase d’état) de l’extrémité inférieure du fémur de l’Adolescent • Le diagnostic de l'ostéomyélite aiguë est CLINIQUE • La symptomatologie associe un Syndrome SEPTIQUE et une DOULEUR OSSEUSE. • Le Début est en général BRUTAL. • Dans 40% des cas, une notion de TRAUMATISME Récent 1616
  • 17. 1. TDD: Ostéomyélite aigue (OMA Stade 1 ou Phase d’état) de l’extrémité inférieure du fémur de l’Adolescent  Douleurs vives, localisées, pulsatiles – Signe fonctionnel MAJEUR – Spontanée au niveau du genou – Violente: « douleur de fracture sans fracture » – Exacerbée par le moindre contact – L'enfant est immobile, refusant l'examen clinique 1717
  • 18. 1. TDD: Ostéomyélite aigue (OMA Stade 1 ou Phase d’état) de l’extrémité inférieure du fémur de l’Adolescent  SIGNES GÉNÉRAUX: Syndrome infectieux lié à la bactériémie – AEG – Fièvre 39° - 40° – Frissons (bactériémie) --> Hémocultures – Céphalées 1818
  • 19. 1. TDD: Ostéomyélite aigue  SIGNES PHYSIQUES: • à l'inspection : – Aspect normal ou augmenté de volume – la peau en regard est sans rougeur cutanée, ni traînée de lymphangite – un genou immobile en flexion. • à la palpation (prudente)  une DOULEUR – de siège Sus-articulaire, Diaphysométaphysaire, – d'emblée Intense, – Transfixiante Circonférentielle (sur toutes les faces de l’os) NB: la peau en regard est Chaude • Une mobilité articulaire conservée. – La mobilisation articulaire douce est possible. – PAS de choc rotulien. 1919
  • 20. 1. TDD: Ostéomyélite aigue  On recherchera: 1. une porte d'entrée cutanée ou de la sphère ORL: Un prélèvement bactériologique 2. une autre localisation osseuse: la palpation de TOUTES les Métaphyses 3. une extension de l'infection staphylococcique vers les Poumons, le Coeur, le Péricarde et les Méninges 4. l'absence d'Adénopathies Inguinales 2020
  • 21. 1. TDD: Ostéomyélite aigue  Localisations • Les grosses métaphyses très fertiles +++ = Richement vascularisées « LOIN du Coude, PRÈS du Genou » 2121
  • 22. 1. TDD: Ostéomyélite aigue  Examens paracliniques: • Biologie – VS augmentée – CRP élevée – Orosomucoïdes ++ – Polynucléose – Hémocultures Systématiques et répétées + – Antibiogramme 2222 Le staphylococcus aureus est le plus souvent en cause
  • 23. 1. TDD: Ostéomyélite aigue  Examens paracliniques: • Radiographies de face et de profil du genou: – Absence de lésions osseuses – parfois un Oedème des parties molles ou une Raréfaction osseuse – Éliminer une Fracture en cas de traumatisme associé – Les signes radiographiques sont retardés par rapport à la clinique. – 10 à 15 jours après le début de la symptomatologie peut apparaître : • Une Réaction Périostée, • Voire une Zone Lacunaire du spongieux métaphysaire 2323
  • 24. 1. TDD: Ostéomyélite aigue  Examens paracliniques: • Scintigraphie au technétium 99: – une Hyperfixation Précoce au temps initial et tardif. – Pas nécessaire au diagnostic à ce stade. – Sa négativité n’élimine PAS le diagnostic. – UTILE : Autres localisations osseuses encore « Muettes » cliniquement 2424
  • 25. 1. TDD: Ostéomyélite aigue  ÉVOLUTION: Ne se conçoit que sous traitement médical, qui doit être commencé en urgence dès la suspicion diagnostique: « dans le premier quart d’heure de la maladie » • Variable • L'échographie +++ SURVEILLANCE – pratiquée dès le premier jour de la maladie et répétée tous les jours pendant au minimum 1 semaine – explorera toutes les faces du membre à la recherche de l'abcès sous-périosté • Évolution IMMÉDIATE: 2 éventualités sont possibles. 2525
  • 26. 1. TDD: Ostéomyélite aigue  Évolution IMMÉDIATE: 2 éventualités sont possibles. • La RÉSOLUTION complète du foyer: Efficacité du traitement médical – les signes généraux régressent : la température revient en quelques jours à la normale et s'y maintient ; – la douleur disparaît ; – l'échographie répétée tous les jours pendant 1 semaine ne trouve pas d'abcès sous-périosté ; – la radiographie standard faîte à la deuxième semaine est normale, ou peut montrer une petite réaction périostée. 2626
  • 27. 1. TDD: Ostéomyélite aigue  Évolution IMMÉDIATE: 2 éventualités sont possibles. • Parfois, l'évolution vers l'ABCÉDATION: Échec du traitement médical. – L'abcès sous-périosté – L'abcès après sa rupture dans les parties molles 2727
  • 28. • Abcés sous-périosté ou ostéomyélite stade 2 : • Survenue IMPRÉVISIBLE : – classiquement : forme traitée tardivement – parfois : formes vues et traitées tôt • L'échographie +++ – un décollement du périoste de très petite taille sous forme d’une Image liquidienne Hypoéchogène au contact de la corticale osseuse 2828 « L'abcès sous-périosté doit être opéré dans le premier quart d'heure de sa naissance » A l'ouverture du périoste : s’il y a une SÉROSITÉ Laboratoire pour rechercher des germes
  • 29. • Abcès sous-cutané ou ostéomyélite stade 3 – Tuméfaction au niveau de la partie basse de la cuisse, douloureuse à la pression et fluctuante. – L’évolution est menacée par le spectre de l'ostéomyélite chronique. 2929
  • 30. • Ostéomyélite chronique ou ostéomyélite stade 4 • Évolution HABITUELLE avant l’antibiothérapie. • SÉQUESTRES OSSEUX →3 Complications : – les réveils aigus, – les fistules cutanées – et la fracture pathologique. • Le Pronostic → Séquelles Fonctionnelles très Sévères = « INVALIDITÉ Sociale ». 3030
  • 31. • Ostéomyélite chronique ou ostéomyélite stade 4 • En l’absence de traitement: fistulisation – un Écoulement purulent. – peuvent se compliquer de Dégénérescence cutanée. – peuvent être associées à des séquestres osseux. 3131
  • 32. 3232
  • 33. • Ostéomyélite chronique ou ostéomyélite stade 4 • Fractures – sont Fréquentes. – surviennent souvent Spontanément – et se compliquent fréquemment de Pseudarthrose (25 %) – Le délai de consolidation de ces fractures est au minimum de 3 mois – Leur traitement a grandement bénéficié de l'apport de la technique d'ILIZAROV. 3333
  • 34. • Ostéomyélite chronique ou ostéomyélite stade 4 • Déformations Squelettiques – Raideurs articulaires – Inégalités des longueurs des membres inférieurs 3434
  • 35. 1. TDD: Ostéomyélite aigue  Complications: • Plusieurs localisations osseuses en même temps sont possibles (autres métaphyses, vertébre) • Abcès à distance : cerveau, poumon • Septicémie, endocardite infectieuse etc. • Pandiaphysite : diffusion à toute la diaphyse • Arthrite : par la dissémination des germes à travers le cartilage de croissance (destruction de l’articulation) • Le cartilage de conjugaison peut être atteint avec épiphysiodèse (conséquences graves sur la croissance) 3535
  • 36. 1. TDD: Ostéomyélite aigue  Complications: 3636 Séquelles de pandiaphysite + décollement épiphysaire
  • 37. 2. Formes cliniques 2.1. Arthrite septique: Toutes les articulations peuvent être atteintes, le plus souvent de façon localisée et isolée  Interrogatoire : • Recherche d’ATCD infectieux récents. • ATCD maternelle pour nouveau né et nourrisson allaité au sein. • Recherche d’une porte d’entrée (cutanée, ORL, urinaire…) • Impotence fonctionnelle totale, douleur violente centrée sur l’articulation. • Boiterie. 3737
  • 38. 2.1. Arthrite septique: Signes paracliniques BIOLOGIE: •Hémocultures : au nombre de 2, à 10 minutes d’intervalle ; •Prélèvement de liquide articulaire: – Examen direct : > 50 000 GB/mm3, > 85% PNN altérés, présence de germes après Gram, – Mise en culture (inoculation directe dans un flacon d’hémoculture aérobie), – Recherche d’antigènes solubles, PCR •Prélèvement d’une éventuelle porte d’entrée •Sérologie virale (Ag Hbs, VIH...) •Dosage des ASLO •Le bilan inflammatoire n’est pas contributif (non spécifique). 3838
  • 39. 2.1. Arthrite septique: Signes paracliniques Imagerie: •Clichés standards : – Au début: normaux, parfois présence de signes indirects d’épanchement intra- articulaire – Plu tard, des signes de destruction articulaire : un pincement articulaire global, érosions des épiphyses, microgéodes •Echographie : épanchement intra-articulaire •Scintigraphie osseuse : foyer d’hyperfixation intra-articulaire (signe précoce) •IRM : épanchement intra-articulaire, prise de contraste de la synoviale. 3939
  • 40. 2. Formes cliniques 2.2. Ostéo-arthrite de la hanche du nourrisson • Localisation la plus fréquente chez le nouveau-né et le nourrisson • Toute arthrite ou ostéomyélite évolue rapidement en ostéo-arthrite. • Le diagnostic clinique est rendu difficile par la position profonde de l'articulation, d'une part et par le fait que le nourrisson présente souvent une pathologie "lourde" (il s'agit souvent de prématurés…) pour laquelle il est en réanimation néonatale, d'autre part. 4040
  • 41. 2. Formes cliniques 2.2. Ostéo-arthrite de la hanche du nourrisson • C'est avant tout les vagissements de l'enfant lors de changes qui est observée par la maman ou le personnel paramédical. • Au minimum c'est une réduction des mouvements du membre, qui devra éveiller l'attention • L'ostéoarthrite peut au pire passer totalement inaperçue et n'être diagnostiquée que quelques années plus tard devant des séquelles typiques 4141
  • 42. 2. Formes cliniques 2.3. Autres formes topographiques de l’ostéo-arthrite  L'arthrite sacro-iliaque • Il s'agit d'une localisation souvent méconnue, dont le diagnostic est fait de façon très retardée. • Diagnostic difficile à établir au début. – Attitude en flexion rotation externe. – Douleur à la rotation interne. • Le risque pour la tête fémorale est important, et les troubles trophiques voire destruction définitive de l’épiphyse. 4242
  • 43. 2. Formes cliniques 2.3. Autres formes topographiques de l’ostéo-arthrite  Au niveau de l’épaule : – Le pronostic fonctionnel est meilleur, cependant le tendon du long biceps, intra articulaire, risque d’être atteint et de se rompre.  Au niveau du genou : – ⅓ des localisations des arthrites septiques. – Pose une difficulté diagnostic avec l’arthrite juvénile rhumatoïde 4343
  • 44. 2. Formes cliniques 2.4. Polyarthrite aiguë • C’est une atteinte articulaire touchant au moins 4 articulations et ayant moins de 3 mois d’évolution. Elle est associée à une fièvre de plus de 38°C, présente depuis plusieurs jours ou semaines, s’accompagnant parfois de sueurs nocturnes (Tubercolose ou Brucelloses) 4444
  • 45. 2. Formes cliniques 2.5. Spondylodiscite • Atteinte Initiale Vasculaire sous la plaque de croissance puis Migration vers le Disque. • Tableau clinique est peu évocateur →RETARD diagnostique – Début progressif avec des douleurs d’allure mécanique au début pour devenir plus tard permanente, – AEG souvent fréquente – L’examen recherche un Abcès du Psoas et des signes d’Irritation Médullaire +++. 4545
  • 46. 2. Formes cliniques 2.5. Spondylodiscite • Les radiographies initialement Normales → un Pincement discal voir une Irrégularité des Plateaux vertébraux. • Un Fuseau paravertébral doit être recherché par Échographie ou Scanner. • La ponction discale permet d’isoler le germe une fois sur deux. 4646
  • 47. L’érysipèle (atteinte des parties molles) Les arthrites inflammatoires d’origine auto-immune : – LED, – Polyarthrite rhumatoïde, – périarthrite noueuse etc... Les arthrites réactionnelles : • atteintes inflammatoires aseptiques périphériques survenant environ 3 à 5 semaines après un épisode infectieux (le plus souvent digestif). • Il s’agit la plupart de cas d’une polyarthrite (3 à 4 articulations). • L’atteinte articulaire est asymétrique touchant les doigts et les orteils, rarement les genoux. 4747
  • 48. Les arthrites sont à différentier des arthroses (maladie du cartilage) de par leur symptomatologie clinique et paraclinique. 4848 Clinique Arthrose Arthrite 1. douleur 2. Tuméfaction 3. Chaleur 4. Rougeur Mécanique, diurne Irrégulière(ostéophytoses) (-) (-) Inflammatoire nocturne Diffuse (épanchement) (+) (+) Radiologie 1. pincement 2. présence de géodes 3. condensation 4. ostéophytoses Localisé (+)(géodes d’hyperpression) (+) (+) Global (+) (microgéodes) (-) (-) Biologie 1.Syndrome inflammatoire (-) (+)
  • 49. 1. But  Soulager le malade  Stériliser le foyer infectieux  Prévenir les complications (= prévenir l'évolution des ostéomyélites stade 0, 1 et 2 vers les stades 3 et 4.) 2. Moyens  Antibiothérapie  Antalgiques, anti-inflammatoires  Drainage chirurgical  Immobilisation 4949
  • 50. 3. Indications:  L’antibiothérapie: • Initialement probabiliste, efficace sur le staphylocoque doré. Secondairement, le traitement est adapté au germe et à son antibiogramme. • Associer au début deux antibiotiques Bactéricides Synergiques à dose efficace. • L’antibiothérapie est administrée dès les prélèvements effectués sans en attendre les résultats. • Durée totale : 6 semaines ; relais per os au bout de 4 à 7 jours à la disparition de signes cliniques. 5050
  • 54. 3. Indications:  Traitement de la douleur et de l’inflammation  Traitement de la portée d’entrée  Immobilisation de l’articulation • une Attelle Plâtrée qui prendra les articulations sus- et sous- jacentes • Pendant une DURÉE minimale de 4 semaines – Antalgique, Anti-inflammatoire ; – Augmenter le débit vasculaire osseux →la concentration des antibiotiques au niveau du foyer ; – et Prévenir les Attitudes Vicieuses +++. 5454
  • 55. 3. Indications:  Chirurgie: • Le drainage chirurgical n’est indispensable que lorsque la collection purulente est abondante ou empêchant une bonne diffusion d’antibiotiques. • Il s’agit dans ce cas d’une urgence chirurgicale, au bloc opératoire. (Exemples: OMA stades 2, 3 et 4). Il comprendra deux temps : • Incision de l'abcès : la voie d'abord orientée par le siège échographique de l'abcès ; • Trépanation systématique avec Lavage du fût diaphysaire au sérum physiologique, puis fermeture sur un système d'aspiration par un drain de Redon aspiratif. ►Une immobilisation postopératoire x 1 mois. 5555
  • 56. 4. Surveillance:  Clinique : • Prise biquotidienne de la température rectale et du pouls • et auscultation quotidienne des poumons et du coeur  Échographique: • L'échographie quotidienne la première semaine • explorera de manière comparative toutes les faces du membre atteint à la recherche de l'abcès sous-périosté dont la présence impose un traitement chirurgical urgent. 5656
  • 57. • Dès la suspicion diagnostique d’une infection ostéoarticulaire (triade : fièvre aigue + douleur + impotence fonctionnelle du membre), il convient de tout mettre en œuvre pour confirmer le diagnostic et débuter rapidement la prise en charge thérapeutique. • Aucun examen complémentaire ne doit pour autant retarder le traitement qui est une urgence médico-chirurgicale. 5757
  • 58. 5858
  • 59. • http://www.med.univ- rennes1.fr/cerf/edicerf/PEDIATRIE/14_OST_ITE.html • http://www.lerat-orthopedie.com/FR/cours/FR/powerpoint/07- Infections%20osseuses/1-%20Osteomyelite%20aigue.ppt • http://s3.amazonaws.com/ppt-download/osteomyeliteaigue- 121103073439-phpapp01.ppt?response-content- disposition=attachment&Signature=R %2FcipwTc2nhssZN1ZjlMmuplpjw %3D&Expires=1394290409&AWSAccessKeyId=AKIAIW74DRR RQSO4NIKA 5959
  • 60. Un enfant de 6 ans est amené aux urgences le soir par ses parents qui sont inquiets de le voir boiter douloureusement depuis le matin. De plus, il a de la fièvre à 39° depuis l’après midi et il a mal à la hanche. Cette hanche est douloureuse à la mobilisation. Q 1: Quel diagnostic évoquez-vous? Q 2: Quel bilan radiologique demandez-vous et que recherchez-vous? Q 3: Quel bilan biologique demandez-vous? Q 4: Quels autres examens paracliniques demandez-vous? Q 5: Quelle est votre prise en charge?
  • 61. Un enfant de 6 ans est amené aux urgences le soir par ses parents qui sont inquiets de le voir boiter douloureusement depuis le matin. De plus, il a de la fièvre à 39° depuis l’après midi et il a mal à la hanche. Cette hanche est douloureuse à la mobilisation. Q 1: Quel diagnostic évoquez-vous? Réponse Otéoarthrite de la hanche
  • 62. Un enfant de 6 ans est amené aux urgences le soir par ses parents qui sont inquiets de le voir boiter douloureusement depuis le matin. De plus, il a de la fièvre à 39° depuis l’après midi et il a mal à la hanche. Cette hanche est douloureuse à la mobilisation. Q 2: Quel bilan radiologique demandez-vous et que recherchez-vous? Réponse Radios simples de la hanche F et P qui ne devraient rien montrer d’anormal à ce stade
  • 63. Un enfant de 6 ans est amené aux urgences le soir par ses parents qui sont inquiets de le voir boiter douloureusement depuis le matin. De plus, il a de la fièvre à 39° depuis l’après midi et il a mal à la hanche. Cette hanche est douloureuse à la mobilisation. Q 3: Quel bilan biologique demandez-vous? Hospitalisation Prélèvements pour VS NF CRP Hémocultures répétées Voie veineuse centrale installée
  • 64. Un enfant de 6 ans est amené aux urgences le soir par ses parents qui sont inquiets de le voir boiter douloureusement depuis le matin. De plus, il a de la fièvre à 39° depuis l’après midi et il a mal à la hanche. Cette hanche est douloureuse à la mobilisation. Q 4: Quels autres examens paracliniques demandez-vous? Échographie à la recherche d’un épanchement ou IRM PONCTION exploratrice et évacuatrice et ex bactério Scintigraphie de la hanche qui devrait être très positive Rechercher une porte d’entrée
  • 65. Un enfant de 6 ans est amené aux urgences le soir par ses parents qui sont inquiets de le voir boiter douloureusement depuis le matin. De plus, il a de la fièvre à 39° depuis l’après midi et il a mal à la hanche. Cette hanche est douloureuse à la mobilisation. Q 5: Quelle est votre prise en charge? Réponse Traitement AB mis en route immédiatement par voie veineuse avec une bithérapie large Adaptée ensuite aux résultats de l’hémoculture et de la ponction Repos complet Surveillance de la biologie