SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  36
Télécharger pour lire hors ligne
W.BENKHETTAB (1), K.ABDI (2)
(1)Service de radiologie ,CLCC de Sétif ,Algérie
(2) Service de radiologie ,CHU de Sétif ,Algérie
- L'orateur n'a aucun conflit d'intérêt à déclarer.
 Objectifs
 Introduction
 Données démographiques
 Clinique
 Aspects en imagerie :
- Radiographie
- Échographie
- Imagerie par résonance magnétique (IRM)
 Complications
 Diagnostics différentiels
 Prise en charge de l'arthropathie hémophilique
 Conclusion
 Références
 Décrire et illustrer les atteintes articulaires dans
l’hémophilie en imagerie.
 De rappeler les différentes complications
observées dans l’hémophilie.
 L’hémophilie est une affection congénitale de l'hémostase à
transmission héréditaire récessive liée au chromosomeX ,
résultant d'une déficience en facteur de coagulation.
• Hémophilie A (> 85 % des cas) : déficit en facteurVIII
• Hémophilie B (< 15 % des cas) : déficit en facteur IX
 Arthropathie hémophilique : destruction progressive des
articulations due aux hémarthroses récurrentes, avec
synovite et érosions osseuses.
• Âge :
1er épisode d'hémarthrose avant l'âge de 2–3 ans.
• Sexe :
Garçons seulement (récessif lié au chromosome X).
• Épidémiologie:
Son incidence est de 1/10 000 naissances.
 Hémarthrose aiguë : articulation tendue, enflée, rouge,
douloureuse, survenant spontanément ou avec un traumatisme
mineur.
 Hémarthrose subaiguë ou chronique : arthrose dégénérative,
contractures .
 Hématomes intramusculaires : quadriceps, ilio-psoas.
 Radiographie
 Echographie
 Imagerie par résonance magnétique (IRM)
 Siège de l'arthropathie :
genou > coude > cheville > épaule.
 On recherche des signes témoignant d'une
hémarthrose et/ou d'une arthropathie
hémophilique.
■Tuméfaction synoviale, parfois dense
■ Raréfaction osseuse périarticulaire
■ Hypertrophie épiphysaire
■ Pincement articulaire diffus
■ Érosions marginales bien limitées
■ Érosions et géodes centrales
■ Stries d'arrêt de croissance
■Troubles de la croissance des os, déformations
Signes radiographiques de l'arthropathie hémophilique:
Radiographie
 Deux scores radiologiques peuvent être utilisés pour caractériser l’arthropathie
hémophilique :
 le score de Pettersson, dit « additif », reconnu par la World Federation of Haemophilia,
de 0 à 13 par addition de points délivrés selon des items. Selon l’articulation affectée,
certaines particularités lésionnelles peuvent être observées.
 le score d’Arnold-Hilgartner, dit « progressif », est une classification en cinq stades.
 Les limites des radiographies standard :
• une sous-estimation des atteintes articulaires ,notamment au stade de début .
• absence de visualisation directe de structures primordiales (la synoviale, le cartilage
et les tissus mous).
Scores Radiologiques
Type de modification Degré d’atteinte Score
Ostéoporose Absente
Présente
0
1
Élargissement épiphysaire Absente
Présente
0
1
Irrégularitésdes surfacessous-
chondrales
Absente
Présente
Importante
0
1
2
Pincement de l’interlignearticulaire Absente
< 50 %
≥ 50 %
0
1
2
Kyste sous-chondral
Absente
1
> 1
0
1
2
Érosion marginale Absente
Présente
0
1
Incongruencearticulaire Absente
≤ 10◦
> 10◦
0
1
2
Déformationarticulaire Absente
≤ 10◦
> 10◦
0
1
2
Craquement
Absente
Mineure
Sévère
0
1
2
Importante tuméfaction synoviale avec
hypertrophie épiphysaire contrastant avec le
caractère grêle des diaphyses.
Aspect « carré » de la patella et les stries de
croissance diaphysaires.
Arthropathie hémophilique du genou
Pincement des deux compartiments fémorotibiaux
et ostéophytose marginale.
Elargissement de la fosse intercondylaire .
Hypertrophie des épiphyses avec surfaces
articulaires aplaties.
Arthropathie hémophilique de la cheville
Tuméfaction synoviale dense des récessus talocrural
et subtalaire responsable du déplacement des plans
graisseux adjacents.
Hémarthrose aiguë :
 Confirme le diagnostic de l’hémarthrose, évalue son abondance et guide une
éventuelle ponction évacuatrice.
 Épanchement intra-articulaire d’échogénicité variable.
 Doppler puissance : caractère actif ou non du saignement.
Arthropathie hémophilique:
 Épaississement synovial avec hyperémie au Doppler.
 Anomalies cartilagineuses sous forme d’irrégularités, d’érosions ou de plages
hyperéchogènes, des érosions osseuses marginales et des ostéophytes.
 Coupes échographiques axiales du récessus latéro-patellaire externe.
(a) Patient hémophile sévère avec douleur et gonflement du genou depuis 15
jours. Hypertrophie synoviale majeure avec hyperémie doppler puissance.
(b) Patient hémophile sévère asymptomatique. Hypertrophie synoviale nette,
sans signal doppler puissance.
 Examen de choix dans l'exploration de l'arthropathie
hémophilique à un stade précoce et pour les formes
infracliniques.
Limites de l'IRM :
 Coût
 Accessibilité
 Sédation nécessaire chez les jeunes enfants.
 Hémarthrose : signal d'intensité variable, hétérogénéité des
épanchements dus aux saignements d'âges différents .
- Au stade aigu (2–7 jours), signal hétérogène avec
des plages hyperintenses enT1 et hypointenses enT2.
- Au stade subaigu (1–4 semaines), la présence de méthémoglobine peut
être responsable d'un hypersignalT1 etT2. Des niveaux déclives sont
parfois visualisés.
- A distance d'un épisode aigu ou subaigu, l'épanchement liquidien
aspécifique ,hypointense enT1 et hyperintense enT2.
Sémiologie IRM
 Hypertrophie synoviale : souvent de signal intermédiaire
enT1 etT2, peut avoir un signal identique à celui du liquide
si la synovite est active.
 Dépôts synoviaux chroniques linéaires d'hémosidérine :
Hyposignal sur toutes les séquences avec « floraison »
caractéristique de la perte de signal enT2*GRE.
 Développement d'érosions ostéo-cartilagineuses.
Sémiologie IRM
Coupes sagittalesT1 ( a ) et en écho de gradient T2 ( b ).
- Hémarthrose de signal hétérogène, avec niveau liquide-liquide.
- Des dépôts intra-synoviaux d'hémosidérine en hyposignal T2 avec importante érosion du condyle fémoral.
- L’analyse de la surface tibiale est gênée par les dépôts d'hémosidérine importants à ce niveau, dont l'hyposignal
est majoré sur la séquence en écho de gradient.
Arthropathie hémophilique du genou
Arthropathie hémophilique du genou
 Hématomes des tissus mous
 Pseudo-tumeurs hémophiliques
 Fractures
 Ostéoporose
 Ostéonécroses
 Hématomes des tissus mous :saignements sous-cutanés, inter ou
intramusculaires.
 Les saignements intra-canalaires rachidiens sont rares mais graves.
 La taille , la topographie et le retentissement sur les structures vasculo-
nerveuses de ces hématomes doivent être précisées.
 La régression incomplète de ces hématomes sous traitement peut favoriser les
saignements itératifs et par conséquent le développement de pseudo-tumeurs .
Hématome intramusculaire avec niveau
liquide-liquide (flèche).
 Complication rare chez les hémophiles sévères ou les patients
n'ayant pas bénéficiés d'un traitement prophylactique.
 Hématome chronique : masse kystique encapsulée de croissance
lente, suite à des saignements itératifs, touchant l'os, l'espace
sous-périosté et les tissus mous.
 Chez l’enfant, les pseudo-tumeurs intra-osseuses atteignent
surtout les petits os de la main et peuvent toucher la diaphyse
que la métaphyse ou l’épiphyse .
 Lésion ostéolytique expansive, uni ou multiloculaire, de contours
nets et géographiques, avec possible extension dans les tissus mous,
souvent cerclée d'un liseré de sclérose périphérique.
 Siège de calcifications ou des foyers d'ossification et d'épaisses
trabéculations.
 Déformations et/ou à des fractures pathologiques voire destruction
complète de l'os.
 Les diagnostics différentiels sont les tumeurs osseuses bénignes et
malignes à croissance lente.
 Lésion de signal hétérogène, très variable reflète les
différents stades de saignement intra-lésionnels.
 La lésion est cerclée par un anneau hypointense.
 Le diagnostic différentiel le plus difficile est celui du kyste
osseux anévrysmal (mêmes caractéristiques de signal mais
terrain différent).
 Décollement du périoste avec d'un scalloping de l'os
adjacent en raison de l'effet de masse chronique .
 Des travées osseuses intra-lésionnelles épaisses, radiaires
à partir de l'os sont très évocatrices.
 Les caractéristiques sémiologiques sont les mêmes que
celles des pseudo-tumeurs intra-osseuses.
 A. Sur la radiographie, il existe un
long scalloping circonférentiel du
fémur avec grosses travées
osseuses radiaires et ossifications
circonscrivanten partie la
pseudotumeur .
 B à D. IRM, coupes axiales
pondérées enT1 (B),T2 (C)
etT1 après injection de gadolinium
(D).
 Le signal hétérogène de la
pseudotumeur hémophiliqueet les
grosses travées radiaires
circonférentielles, essentiellement
visibles enT1 .
 Hémangiome synovial
Lésion vasculaire bénigne rare de la membrane synoviale, surtout localisée au genou (60
% des cas) ; une seule articulation est affectée.
En IRM, la lésion est en hyposignalT1 et hypersignalT2, avec des structures
serpigineuses hyperintenses en T2.
 Synovite villonodulaire pigmentée
Sémiologie radiographique et IRM très proche de celle de l'hémophilie mais une seule
articulation est affectée.
 Arthrite juvénile idiopathique
Synovite sans dépôts d'hémosidérine avec distribution différentes
des atteintes (mains, poignets et rachis volontiers affectés).
 Multidisciplinaire.
 Saignement aigu : concentrées de facteurs de coagulation déficitaires ,
ponction / infiltration articulaire.
 Synovite chronique : synovectomie (chirurgicale ou isotopique) ; si stade
terminal → arthroplastie.
 Prévention de tout saignement : mesures éducationnelles(gestes et sports
à risque à éviter) et prophylaxie.
 L’arthropathie hémophilique et son handicap
sont au cœur de la préoccupation des équipes multidisciplinaires
impliquées dans la prise en charge de l’hémophilie.
Recommandations pour l'imagerie
 Radiographie: suivi au long cours de l’arthropathie hémophilique .
 Échographie pour l'hémarthrose aiguë.
 IRM : meilleure évaluation de l'ensemble de l'articulation.
 Lésions musculosquelettiques dans l’hémophilie (E. Cockenpot,
V. Pansini, J.-M. Cepparo, G. Lefebvre, V. Balbi et A. Cotten) EMC Radiologie
et imagerie médicale - musculosquelettique - neurologique - maxillofaciale,
2012-02-01, volume 31, numéro 1.
 Lésions musculosquelettiques dans l'hémophilie (Morillon, D.; Boutry, N.;
Demondion, X.; Duquesnoy, B.; Cotten, A) EMC -Radiologie et Imagerie
médicale : Musculosquelettique - Neurologique - Maxillofaciale ,2006.
 Atteintes ostéoarticulaires dans l’hémophilie (M. Leroy, J.-D. Albert, B.
Guillet) EMC - Appareil locomoteur octobre 2017 ,Volume 12 ,numéro 4.
 Imagerie Pédiatrique © 2021, Elsevier Masson SAS (Merrow, A. Carlson,
MD).
 Imagerie musculosquelettique, 2e édition (Cotten, Anne).
 Complications articulaires de l’hémophilie. Revue Rhumatos 02 mars
2018 (Dr Nicolas Poursac).

Contenu connexe

Similaire à Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf

Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médianeTumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médianeimma-dr
 
1.2 DES2017-2-IRM-MO normale et techniques.pdf
1.2 DES2017-2-IRM-MO normale et techniques.pdf1.2 DES2017-2-IRM-MO normale et techniques.pdf
1.2 DES2017-2-IRM-MO normale et techniques.pdfFirasBarhoumi
 
Conduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatiqueConduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatiqueimma-dr
 
La myélopathie cervicale
La myélopathie cervicaleLa myélopathie cervicale
La myélopathie cervicaleBenjamin NICOT
 
Tumeurs et Dystrophies Synoviales
Tumeurs et Dystrophies SynovialesTumeurs et Dystrophies Synoviales
Tumeurs et Dystrophies Synovialesaatrillat
 
Tumeurs bénignes des maxillaires d'origine non dentaire
Tumeurs bénignes des maxillaires d'origine non dentaireTumeurs bénignes des maxillaires d'origine non dentaire
Tumeurs bénignes des maxillaires d'origine non dentaireZertaMerfa
 
Artériopathies non athéromateuses
Artériopathies non athéromateusesArtériopathies non athéromateuses
Artériopathies non athéromateusesimma-dr
 
CORRECTION-PLANCHAGE-DES-POUSSINS-2023.pptx
CORRECTION-PLANCHAGE-DES-POUSSINS-2023.pptxCORRECTION-PLANCHAGE-DES-POUSSINS-2023.pptx
CORRECTION-PLANCHAGE-DES-POUSSINS-2023.pptxBadum1
 
Anomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégée
Anomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégéeAnomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégée
Anomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégéeimma-dr
 
Anomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégée
Anomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégéeAnomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégée
Anomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégéeimma-dr
 
Atteintes osseuses dans le myélome
Atteintes osseuses dans le myélomeAtteintes osseuses dans le myélome
Atteintes osseuses dans le myélomeimma-dr
 
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdfas cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdfMarieChhim1
 
02.neuro_radiologie.pdf
02.neuro_radiologie.pdf02.neuro_radiologie.pdf
02.neuro_radiologie.pdfOnLine68
 

Similaire à Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf (20)

Osteosarcome
OsteosarcomeOsteosarcome
Osteosarcome
 
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médianeTumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
 
compression medullaire.pptx
compression medullaire.pptxcompression medullaire.pptx
compression medullaire.pptx
 
1.2 DES2017-2-IRM-MO normale et techniques.pdf
1.2 DES2017-2-IRM-MO normale et techniques.pdf1.2 DES2017-2-IRM-MO normale et techniques.pdf
1.2 DES2017-2-IRM-MO normale et techniques.pdf
 
Conduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatiqueConduite à tenir devant une masse focale hépatique
Conduite à tenir devant une masse focale hépatique
 
La myélopathie cervicale
La myélopathie cervicaleLa myélopathie cervicale
La myélopathie cervicale
 
Tumeurs et Dystrophies Synoviales
Tumeurs et Dystrophies SynovialesTumeurs et Dystrophies Synoviales
Tumeurs et Dystrophies Synoviales
 
Tumeurs bénignes des maxillaires d'origine non dentaire
Tumeurs bénignes des maxillaires d'origine non dentaireTumeurs bénignes des maxillaires d'origine non dentaire
Tumeurs bénignes des maxillaires d'origine non dentaire
 
Artériopathies non athéromateuses
Artériopathies non athéromateusesArtériopathies non athéromateuses
Artériopathies non athéromateuses
 
P93
P93P93
P93
 
CORRECTION-PLANCHAGE-DES-POUSSINS-2023.pptx
CORRECTION-PLANCHAGE-DES-POUSSINS-2023.pptxCORRECTION-PLANCHAGE-DES-POUSSINS-2023.pptx
CORRECTION-PLANCHAGE-DES-POUSSINS-2023.pptx
 
Anomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégée
Anomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégéeAnomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégée
Anomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégée
 
Anomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégée
Anomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégéeAnomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégée
Anomalies artérielles congénitales (artères poplitées piégée
 
Pied diab as 1
Pied diab as  1Pied diab as  1
Pied diab as 1
 
Atteintes osseuses dans le myélome
Atteintes osseuses dans le myélomeAtteintes osseuses dans le myélome
Atteintes osseuses dans le myélome
 
P108
P108P108
P108
 
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdfas cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
 
02.neuro_radiologie.pdf
02.neuro_radiologie.pdf02.neuro_radiologie.pdf
02.neuro_radiologie.pdf
 
ostéochondrose
 ostéochondrose ostéochondrose
ostéochondrose
 
3.infectii fr
3.infectii fr3.infectii fr
3.infectii fr
 

Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf

  • 1. W.BENKHETTAB (1), K.ABDI (2) (1)Service de radiologie ,CLCC de Sétif ,Algérie (2) Service de radiologie ,CHU de Sétif ,Algérie
  • 2. - L'orateur n'a aucun conflit d'intérêt à déclarer.
  • 3.  Objectifs  Introduction  Données démographiques  Clinique  Aspects en imagerie : - Radiographie - Échographie - Imagerie par résonance magnétique (IRM)  Complications  Diagnostics différentiels  Prise en charge de l'arthropathie hémophilique  Conclusion  Références
  • 4.  Décrire et illustrer les atteintes articulaires dans l’hémophilie en imagerie.  De rappeler les différentes complications observées dans l’hémophilie.
  • 5.  L’hémophilie est une affection congénitale de l'hémostase à transmission héréditaire récessive liée au chromosomeX , résultant d'une déficience en facteur de coagulation. • Hémophilie A (> 85 % des cas) : déficit en facteurVIII • Hémophilie B (< 15 % des cas) : déficit en facteur IX  Arthropathie hémophilique : destruction progressive des articulations due aux hémarthroses récurrentes, avec synovite et érosions osseuses.
  • 6. • Âge : 1er épisode d'hémarthrose avant l'âge de 2–3 ans. • Sexe : Garçons seulement (récessif lié au chromosome X). • Épidémiologie: Son incidence est de 1/10 000 naissances.
  • 7.  Hémarthrose aiguë : articulation tendue, enflée, rouge, douloureuse, survenant spontanément ou avec un traumatisme mineur.  Hémarthrose subaiguë ou chronique : arthrose dégénérative, contractures .  Hématomes intramusculaires : quadriceps, ilio-psoas.
  • 8.  Radiographie  Echographie  Imagerie par résonance magnétique (IRM)
  • 9.  Siège de l'arthropathie : genou > coude > cheville > épaule.  On recherche des signes témoignant d'une hémarthrose et/ou d'une arthropathie hémophilique.
  • 10. ■Tuméfaction synoviale, parfois dense ■ Raréfaction osseuse périarticulaire ■ Hypertrophie épiphysaire ■ Pincement articulaire diffus ■ Érosions marginales bien limitées ■ Érosions et géodes centrales ■ Stries d'arrêt de croissance ■Troubles de la croissance des os, déformations Signes radiographiques de l'arthropathie hémophilique: Radiographie
  • 11.  Deux scores radiologiques peuvent être utilisés pour caractériser l’arthropathie hémophilique :  le score de Pettersson, dit « additif », reconnu par la World Federation of Haemophilia, de 0 à 13 par addition de points délivrés selon des items. Selon l’articulation affectée, certaines particularités lésionnelles peuvent être observées.  le score d’Arnold-Hilgartner, dit « progressif », est une classification en cinq stades.  Les limites des radiographies standard : • une sous-estimation des atteintes articulaires ,notamment au stade de début . • absence de visualisation directe de structures primordiales (la synoviale, le cartilage et les tissus mous). Scores Radiologiques
  • 12. Type de modification Degré d’atteinte Score Ostéoporose Absente Présente 0 1 Élargissement épiphysaire Absente Présente 0 1 Irrégularitésdes surfacessous- chondrales Absente Présente Importante 0 1 2 Pincement de l’interlignearticulaire Absente < 50 % ≥ 50 % 0 1 2 Kyste sous-chondral Absente 1 > 1 0 1 2 Érosion marginale Absente Présente 0 1 Incongruencearticulaire Absente ≤ 10◦ > 10◦ 0 1 2 Déformationarticulaire Absente ≤ 10◦ > 10◦ 0 1 2 Craquement Absente Mineure Sévère 0 1 2
  • 13. Importante tuméfaction synoviale avec hypertrophie épiphysaire contrastant avec le caractère grêle des diaphyses. Aspect « carré » de la patella et les stries de croissance diaphysaires. Arthropathie hémophilique du genou Pincement des deux compartiments fémorotibiaux et ostéophytose marginale. Elargissement de la fosse intercondylaire . Hypertrophie des épiphyses avec surfaces articulaires aplaties.
  • 14.
  • 15.
  • 16. Arthropathie hémophilique de la cheville Tuméfaction synoviale dense des récessus talocrural et subtalaire responsable du déplacement des plans graisseux adjacents.
  • 17. Hémarthrose aiguë :  Confirme le diagnostic de l’hémarthrose, évalue son abondance et guide une éventuelle ponction évacuatrice.  Épanchement intra-articulaire d’échogénicité variable.  Doppler puissance : caractère actif ou non du saignement. Arthropathie hémophilique:  Épaississement synovial avec hyperémie au Doppler.  Anomalies cartilagineuses sous forme d’irrégularités, d’érosions ou de plages hyperéchogènes, des érosions osseuses marginales et des ostéophytes.
  • 18.
  • 19.
  • 20.  Coupes échographiques axiales du récessus latéro-patellaire externe. (a) Patient hémophile sévère avec douleur et gonflement du genou depuis 15 jours. Hypertrophie synoviale majeure avec hyperémie doppler puissance. (b) Patient hémophile sévère asymptomatique. Hypertrophie synoviale nette, sans signal doppler puissance.
  • 21.  Examen de choix dans l'exploration de l'arthropathie hémophilique à un stade précoce et pour les formes infracliniques. Limites de l'IRM :  Coût  Accessibilité  Sédation nécessaire chez les jeunes enfants.
  • 22.  Hémarthrose : signal d'intensité variable, hétérogénéité des épanchements dus aux saignements d'âges différents . - Au stade aigu (2–7 jours), signal hétérogène avec des plages hyperintenses enT1 et hypointenses enT2. - Au stade subaigu (1–4 semaines), la présence de méthémoglobine peut être responsable d'un hypersignalT1 etT2. Des niveaux déclives sont parfois visualisés. - A distance d'un épisode aigu ou subaigu, l'épanchement liquidien aspécifique ,hypointense enT1 et hyperintense enT2. Sémiologie IRM
  • 23.  Hypertrophie synoviale : souvent de signal intermédiaire enT1 etT2, peut avoir un signal identique à celui du liquide si la synovite est active.  Dépôts synoviaux chroniques linéaires d'hémosidérine : Hyposignal sur toutes les séquences avec « floraison » caractéristique de la perte de signal enT2*GRE.  Développement d'érosions ostéo-cartilagineuses. Sémiologie IRM
  • 24. Coupes sagittalesT1 ( a ) et en écho de gradient T2 ( b ). - Hémarthrose de signal hétérogène, avec niveau liquide-liquide. - Des dépôts intra-synoviaux d'hémosidérine en hyposignal T2 avec importante érosion du condyle fémoral. - L’analyse de la surface tibiale est gênée par les dépôts d'hémosidérine importants à ce niveau, dont l'hyposignal est majoré sur la séquence en écho de gradient. Arthropathie hémophilique du genou
  • 26.  Hématomes des tissus mous  Pseudo-tumeurs hémophiliques  Fractures  Ostéoporose  Ostéonécroses
  • 27.  Hématomes des tissus mous :saignements sous-cutanés, inter ou intramusculaires.  Les saignements intra-canalaires rachidiens sont rares mais graves.  La taille , la topographie et le retentissement sur les structures vasculo- nerveuses de ces hématomes doivent être précisées.  La régression incomplète de ces hématomes sous traitement peut favoriser les saignements itératifs et par conséquent le développement de pseudo-tumeurs . Hématome intramusculaire avec niveau liquide-liquide (flèche).
  • 28.  Complication rare chez les hémophiles sévères ou les patients n'ayant pas bénéficiés d'un traitement prophylactique.  Hématome chronique : masse kystique encapsulée de croissance lente, suite à des saignements itératifs, touchant l'os, l'espace sous-périosté et les tissus mous.  Chez l’enfant, les pseudo-tumeurs intra-osseuses atteignent surtout les petits os de la main et peuvent toucher la diaphyse que la métaphyse ou l’épiphyse .
  • 29.  Lésion ostéolytique expansive, uni ou multiloculaire, de contours nets et géographiques, avec possible extension dans les tissus mous, souvent cerclée d'un liseré de sclérose périphérique.  Siège de calcifications ou des foyers d'ossification et d'épaisses trabéculations.  Déformations et/ou à des fractures pathologiques voire destruction complète de l'os.  Les diagnostics différentiels sont les tumeurs osseuses bénignes et malignes à croissance lente.
  • 30.  Lésion de signal hétérogène, très variable reflète les différents stades de saignement intra-lésionnels.  La lésion est cerclée par un anneau hypointense.  Le diagnostic différentiel le plus difficile est celui du kyste osseux anévrysmal (mêmes caractéristiques de signal mais terrain différent).
  • 31.  Décollement du périoste avec d'un scalloping de l'os adjacent en raison de l'effet de masse chronique .  Des travées osseuses intra-lésionnelles épaisses, radiaires à partir de l'os sont très évocatrices.  Les caractéristiques sémiologiques sont les mêmes que celles des pseudo-tumeurs intra-osseuses.
  • 32.  A. Sur la radiographie, il existe un long scalloping circonférentiel du fémur avec grosses travées osseuses radiaires et ossifications circonscrivanten partie la pseudotumeur .  B à D. IRM, coupes axiales pondérées enT1 (B),T2 (C) etT1 après injection de gadolinium (D).  Le signal hétérogène de la pseudotumeur hémophiliqueet les grosses travées radiaires circonférentielles, essentiellement visibles enT1 .
  • 33.  Hémangiome synovial Lésion vasculaire bénigne rare de la membrane synoviale, surtout localisée au genou (60 % des cas) ; une seule articulation est affectée. En IRM, la lésion est en hyposignalT1 et hypersignalT2, avec des structures serpigineuses hyperintenses en T2.  Synovite villonodulaire pigmentée Sémiologie radiographique et IRM très proche de celle de l'hémophilie mais une seule articulation est affectée.  Arthrite juvénile idiopathique Synovite sans dépôts d'hémosidérine avec distribution différentes des atteintes (mains, poignets et rachis volontiers affectés).
  • 34.  Multidisciplinaire.  Saignement aigu : concentrées de facteurs de coagulation déficitaires , ponction / infiltration articulaire.  Synovite chronique : synovectomie (chirurgicale ou isotopique) ; si stade terminal → arthroplastie.  Prévention de tout saignement : mesures éducationnelles(gestes et sports à risque à éviter) et prophylaxie.
  • 35.  L’arthropathie hémophilique et son handicap sont au cœur de la préoccupation des équipes multidisciplinaires impliquées dans la prise en charge de l’hémophilie. Recommandations pour l'imagerie  Radiographie: suivi au long cours de l’arthropathie hémophilique .  Échographie pour l'hémarthrose aiguë.  IRM : meilleure évaluation de l'ensemble de l'articulation.
  • 36.  Lésions musculosquelettiques dans l’hémophilie (E. Cockenpot, V. Pansini, J.-M. Cepparo, G. Lefebvre, V. Balbi et A. Cotten) EMC Radiologie et imagerie médicale - musculosquelettique - neurologique - maxillofaciale, 2012-02-01, volume 31, numéro 1.  Lésions musculosquelettiques dans l'hémophilie (Morillon, D.; Boutry, N.; Demondion, X.; Duquesnoy, B.; Cotten, A) EMC -Radiologie et Imagerie médicale : Musculosquelettique - Neurologique - Maxillofaciale ,2006.  Atteintes ostéoarticulaires dans l’hémophilie (M. Leroy, J.-D. Albert, B. Guillet) EMC - Appareil locomoteur octobre 2017 ,Volume 12 ,numéro 4.  Imagerie Pédiatrique © 2021, Elsevier Masson SAS (Merrow, A. Carlson, MD).  Imagerie musculosquelettique, 2e édition (Cotten, Anne).  Complications articulaires de l’hémophilie. Revue Rhumatos 02 mars 2018 (Dr Nicolas Poursac).