SlideShare une entreprise Scribd logo

compression medullaire.pptx

un cours qui élucide d'une façon globale les différentes forme de compressions médullaires et leurs prise en charges bonne lecture médecine neurologie neurochirurgie

1  sur  40
Télécharger pour lire hors ligne
CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE DE BAB EL OUED
LAMINE DEBAGHINE
SERVICE DE NEUROLOGIE
Pr H.LEKLOU
INTRODUCTION ET INTÉRÊT DE LA QUESTION
• Urgence neurochirurgicale
• Intérêt de la prise en charge rapide DG et TRT
• Toutes compression de la moelle épinière évoluée peut
aboutir a des lésions irréversibles et donc compromettre le
pronostic fonctionnel, voir même vital
• Le diagnostic d’une compression médullaire est fait
précocement, moins seront les complications fonctionnelles,
d’autre part, les chances de récupérations sont meilleures
SCHEMATIQUEMENT
On distingue :
1. LA COMPRESSION MEDULLAIRE AIGUË dominée par
les traumatismes du rachis
2. LA COMPRESSION MEDULLAIRE LENTE forme la
plus typique dominée par les pathologies tumorales
RAPPEL ANATOMIQUE:
La moelle chemine du TROU OCCIPITAL au bord supérieur de
LA VERTEBRE L 2 dans un canal ostéo-ligamentaire
inextensible.
De la moelle émergent LES NERFS RACHIDIENS qui sortent par
les trous de conjugaison
La moelle se termine par le cône terminal au niveau des
dernières vertèbres dorsales et de L 1.
La moelle est organisée transversalement en métamère et
longitudinalement en fibres longues
Elles comportent des fibres sensitives et des fibres motrices
• Les fibres SENSITIVES se répartissent :
– EN VOIE SPINOTHALAMIQUE qui véhicule la sensibilité thermo-
algique ; elles croisent à chaque niveau métamérique, elles cheminent
dans le cordon latéral de la moelle du côté opposé ;
– EN VOIE LEMNISCALE qui véhicule le tact épicritique et la sensibilité
profonde située dans le cordon postérieur de la moelle, homolatéral ;
elles croiseront plus haut à la partie inférieure du bulbe.
• Le faisceau MOTEUR pyramidal :
après avoir croisé dans le bulbe descend dans le cordon latéral de la
moelle.
La moelle est entourée d’UNE PIE-MERE
épaisse, résistante, puis par
L’ARACHNOÏDE où circule le liquide
céphalo-rachidien (LCR) et LA DURE
MERE qui réalise un fourreau cylindrique
épais.
L’espace extradural ou épidural est
graisseux, rempli de vaisseaux, surtout
veineux.
Publicité

Recommandé

Syndrome de volkmann
Syndrome de volkmannSyndrome de volkmann
Syndrome de volkmannlaamlove
 
Syndromes mediastinaux
Syndromes mediastinauxSyndromes mediastinaux
Syndromes mediastinauxhind henzazi
 
La myélopathie cervicale
La myélopathie cervicaleLa myélopathie cervicale
La myélopathie cervicaleBenjamin NICOT
 
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdfas cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdf
as cliniques rachis cervical - 50 dossiers à ne pas manquer.pdfMarieChhim1
 

Contenu connexe

Similaire à compression medullaire.pptx

CAVERNOMES.ppt
CAVERNOMES.pptCAVERNOMES.ppt
CAVERNOMES.pptfarahmoon1
 
01 Myelopathies.pptx
01 Myelopathies.pptx01 Myelopathies.pptx
01 Myelopathies.pptxboris757553
 
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médianeTumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médianeimma-dr
 
Compression médullaire.pptx
Compression médullaire.pptxCompression médullaire.pptx
Compression médullaire.pptxboutayna5
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelkillua zoldyck
 
Mai 28.20 Tumeurs cérébrales.pdf
Mai 28.20 Tumeurs cérébrales.pdfMai 28.20 Tumeurs cérébrales.pdf
Mai 28.20 Tumeurs cérébrales.pdfYahaoHari
 
Semiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradioSemiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradioElsa von Licy
 
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09raymondteyrouz
 
Diagnostic des tumeurs mediastinales
Diagnostic des tumeurs mediastinalesDiagnostic des tumeurs mediastinales
Diagnostic des tumeurs mediastinaleshind henzazi
 
Diagnostics differentiels des syndromes myofasciaux
Diagnostics differentiels des syndromes myofasciauxDiagnostics differentiels des syndromes myofasciaux
Diagnostics differentiels des syndromes myofasciauxIRMSHN276
 
Cancer Broncho Pulmonaire
Cancer Broncho PulmonaireCancer Broncho Pulmonaire
Cancer Broncho PulmonaireMede Space
 
Canal carpien 24 11 2011
Canal carpien 24 11 2011Canal carpien 24 11 2011
Canal carpien 24 11 2011amase13
 
Epistaxis.pptx
Epistaxis.pptxEpistaxis.pptx
Epistaxis.pptxPauljr10
 
Etiologies et Classifications des Accidents Ischémiques Cérébraux
Etiologies et Classifications des Accidents Ischémiques CérébrauxEtiologies et Classifications des Accidents Ischémiques Cérébraux
Etiologies et Classifications des Accidents Ischémiques Cérébrauxsaddek khellaf
 
fichier_produit_3454.pdf
fichier_produit_3454.pdffichier_produit_3454.pdf
fichier_produit_3454.pdfSoufuaneAM
 
Semiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradioSemiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradioElsa von Licy
 
Thème vi pathologie circulatoire
Thème vi pathologie circulatoireThème vi pathologie circulatoire
Thème vi pathologie circulatoirePianissimoSiriusH
 

Similaire à compression medullaire.pptx (20)

CAVERNOMES.ppt
CAVERNOMES.pptCAVERNOMES.ppt
CAVERNOMES.ppt
 
01 Myelopathies.pptx
01 Myelopathies.pptx01 Myelopathies.pptx
01 Myelopathies.pptx
 
Hic
HicHic
Hic
 
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médianeTumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
Tumeurs cranioencéphaliques de la ligne médiane
 
Compression médullaire.pptx
Compression médullaire.pptxCompression médullaire.pptx
Compression médullaire.pptx
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuel
 
Mai 28.20 Tumeurs cérébrales.pdf
Mai 28.20 Tumeurs cérébrales.pdfMai 28.20 Tumeurs cérébrales.pdf
Mai 28.20 Tumeurs cérébrales.pdf
 
Semiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradioSemiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradio
 
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
 
LéSsenti..
LéSsenti..LéSsenti..
LéSsenti..
 
Endocardite infectieuse
Endocardite infectieuseEndocardite infectieuse
Endocardite infectieuse
 
Diagnostic des tumeurs mediastinales
Diagnostic des tumeurs mediastinalesDiagnostic des tumeurs mediastinales
Diagnostic des tumeurs mediastinales
 
Diagnostics differentiels des syndromes myofasciaux
Diagnostics differentiels des syndromes myofasciauxDiagnostics differentiels des syndromes myofasciaux
Diagnostics differentiels des syndromes myofasciaux
 
Cancer Broncho Pulmonaire
Cancer Broncho PulmonaireCancer Broncho Pulmonaire
Cancer Broncho Pulmonaire
 
Canal carpien 24 11 2011
Canal carpien 24 11 2011Canal carpien 24 11 2011
Canal carpien 24 11 2011
 
Epistaxis.pptx
Epistaxis.pptxEpistaxis.pptx
Epistaxis.pptx
 
Etiologies et Classifications des Accidents Ischémiques Cérébraux
Etiologies et Classifications des Accidents Ischémiques CérébrauxEtiologies et Classifications des Accidents Ischémiques Cérébraux
Etiologies et Classifications des Accidents Ischémiques Cérébraux
 
fichier_produit_3454.pdf
fichier_produit_3454.pdffichier_produit_3454.pdf
fichier_produit_3454.pdf
 
Semiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradioSemiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradio
 
Thème vi pathologie circulatoire
Thème vi pathologie circulatoireThème vi pathologie circulatoire
Thème vi pathologie circulatoire
 

compression medullaire.pptx

  • 1. CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE DE BAB EL OUED LAMINE DEBAGHINE SERVICE DE NEUROLOGIE Pr H.LEKLOU
  • 2. INTRODUCTION ET INTÉRÊT DE LA QUESTION • Urgence neurochirurgicale • Intérêt de la prise en charge rapide DG et TRT • Toutes compression de la moelle épinière évoluée peut aboutir a des lésions irréversibles et donc compromettre le pronostic fonctionnel, voir même vital • Le diagnostic d’une compression médullaire est fait précocement, moins seront les complications fonctionnelles, d’autre part, les chances de récupérations sont meilleures
  • 3. SCHEMATIQUEMENT On distingue : 1. LA COMPRESSION MEDULLAIRE AIGUË dominée par les traumatismes du rachis 2. LA COMPRESSION MEDULLAIRE LENTE forme la plus typique dominée par les pathologies tumorales
  • 4. RAPPEL ANATOMIQUE: La moelle chemine du TROU OCCIPITAL au bord supérieur de LA VERTEBRE L 2 dans un canal ostéo-ligamentaire inextensible. De la moelle émergent LES NERFS RACHIDIENS qui sortent par les trous de conjugaison La moelle se termine par le cône terminal au niveau des dernières vertèbres dorsales et de L 1. La moelle est organisée transversalement en métamère et longitudinalement en fibres longues Elles comportent des fibres sensitives et des fibres motrices
  • 5. • Les fibres SENSITIVES se répartissent : – EN VOIE SPINOTHALAMIQUE qui véhicule la sensibilité thermo- algique ; elles croisent à chaque niveau métamérique, elles cheminent dans le cordon latéral de la moelle du côté opposé ; – EN VOIE LEMNISCALE qui véhicule le tact épicritique et la sensibilité profonde située dans le cordon postérieur de la moelle, homolatéral ; elles croiseront plus haut à la partie inférieure du bulbe. • Le faisceau MOTEUR pyramidal : après avoir croisé dans le bulbe descend dans le cordon latéral de la moelle.
  • 6. La moelle est entourée d’UNE PIE-MERE épaisse, résistante, puis par L’ARACHNOÏDE où circule le liquide céphalo-rachidien (LCR) et LA DURE MERE qui réalise un fourreau cylindrique épais. L’espace extradural ou épidural est graisseux, rempli de vaisseaux, surtout veineux.
  • 8. VASCULARISATION La moelle est irriguée par les artères spinales antérieur et postérieur , branches de artère vertébrale, et par les artères radiculaires qui pénètrent dans la moelle avec les racines des nerfs spinaux
  • 9. VASCULARISATION L’artère de l'intumescence lombaire ou d’Adamkievwicz , artère radiculaire impaire plus volumineuse qui assure a elle seul la vascularisation d'environ deux tiers de la moelle
  • 10. PHYSIOPATHOLOGIE: LA COMPRESSION MEDULLAIRE INTRA DURALE 70 % EXTRA DURALE INTRA MEDULLAIRE 20% • EPENDYMOME • ASTROCYTOME EXTRA MEDULLAIRE 5O% • MENINGIOME • NEURINOME EPIDURALE • EPIDURITE NEOPLASIQUE • EPIDURITE INFECTIEUSE RACHIDIENNE • TUMEUR ET INFECTION OSSEUSES 30 %
  • 11. DIAGNOSTIC CLINIQUE : La symptomatologie des compressions médullaires est très variable et dépend du siège de la lésion par rapport a la moelle aussi bien en hauteur qu’en largeur associe 3 types de syndromes :  SD RACHIDIEN : atteinte des structures ostéoligamentaires  SD LESIONNEL : atteinte radiculaire  SD SOUS LESIONNEL : atteinte des voie longues
  • 12. 1 - SD RACHIDIEN Signes rachidiens : inconstant , affection extradurales+++ - Raideur rachidienne avec douleur vertébrale, attitude vicieuses - Raideur spontanée ou provoquée par la pression des épineuses. - Limitation de l'amplitude des mouvements du rachis
  • 13. 2. SYNDROME LESIONNEL : - Traduit la Souffrance d’une racine nerveuse. - Indique le niveau de la compression médullaire . (niveau lésionnel ++) - Souvent le premier signe clinique :  Douleur de la topographie radiculaire : o Augmenté par les efforts à glotte fermée (toux, défécation …). o Uni ou bilatérale à paroxysmes nocturnes.  Avec hypo ou anesthésie dans le même territoire.  Troubles moteurs : o Paralysie périphérique radiculaire. o Amyotrophie. o Abolition du ROT correspondant.
  • 16. 3. SYNDROME SOUS LESIONNEL  Troubles moteurs : o Atteinte du faisceau pyramidal descendant (syndrome pyramidal). o Intensité variable : de la simple fatigabilité à la plégie.  Troubles sensitifs : o Subjectifs +/- objectifs. o Sensibilité superficielle ou proprioceptive (faisceaux cordonaux post). o Sensibilité thermo-algique (faisceaux spino-thalamiques).  Troubles sphinctériens : o Mictions impérieuses et pollakiurie. o Puis rétention d’urine et mictions par rengorgement
  • 17. Courbe de GUIOT Evolutions des troubles moteurs
  • 18. FORMES CLINIQUES : A ) EN HAUTEUR : 1- Cervicale : - Tétraplégie spastique 2- Dorsale: - Douleurs en ceinture ou en hémi ceinture - Paraplégie spastique 3- Cône terminal : -Troubles sphinctériens sévères.
  • 19. B ) EN LARGEUR: ANTERIEURE:  le déficit MOTEUR prédomine POSTERIEURE:  Les troubles SENSITIFS prédominent avec surtout : UN SD CORDONAL POSTERIEUR (Signe de Lhermitte : Décharge électrique le long du rachis et des membres provoqué par la flexion du cou )
  • 20. LATERALE: Sd de Brown Sequard :  Côté HOMOLATERAL : déficit sensibilité profonde + déficit moteur  Côté CONTROLATERAL : déficit sensibilité thermo algique CENTROMEDULLAIRE : SD SYRINGOMYELIQUE syndrome de dissociation thermoalgesique
  • 21. EXAMENS COMPLEMENTAIRES : 1- Radiographies simples du rachis : - Face, profil et 3/4, centrées sur le niveau lésionnel. - Recherche de lésion disco vertébrale :  Tassement vertébral,  Erosion de la face postérieure du corps vertébral : SCALLOPING  Agrandissement du trou de conjugaison ( neurinome)
  • 22. 2- IRM MEDULLAIRE en urgence +++ Peut être couplée à un TDM du rachis centré sur la lésion : - EXAMEN DE CHOIX ++++ - Confirme le diagnostic en visualisant la moelle. - Caractérise la lésion : siège exact, étendue, rapport … - Recherche d’un retentissement médullaire (hyper signal intra médullaire ).
  • 23. ETIOLOGIES : INTRA DURALE 70 % EXTRA DURALE INTRA MEDULLAIRE 20% • EPENDYMOME • ASTROCYTOME EXTRA MEDULLAIRE 5O% • MENINGIOME • NEURINOME EPIDURALE • EPIDURITE NEOPLASIQUE • EPIDURITE INFECTIEUSE RACHIDIENNE • TUMEUR ET INFECTION OSSEUSES 30 %
  • 24. ETIOLOGIES : EXTRA DURALE EPIDURALE • EPIDURITE NEOPLASIQUE • EPIDURITE INFECTIEUSE RACHIDIENNE • TUMEUR ET INFECTION OSSEUSES 30 %
  • 25. 1. ETIOLOGIES EXTRA-DURALES : 1-1 – Etiologies Rachidiennes : syndrome rachidien souvent net  TUMORALES : o Métastases osseuses d’un cancer solide (kc mammaire 80%, pulmonaire 20-40%, colon-rectum 5% ) o Hémopathie (myélome +++, lymphome). o Tumeur vertébrale primitive (ostéosarcome, chondrosarcome).  INFECTIEUSES (spondylodiscites, germe banal, tuberculose par BK).  Maladies RHUMATISMALES : o Maladie de Paget. o Polyarthrite rhumatoïde. o Canal médullaire rétréci (cervical +++, dorsal).
  • 27. 1. ETIOLOGIES EXTRA-DURALES : 1-3 étiologie dégénératives (myélopathie cervicarthrosique):
  • 28. ETIOLOGIES : INTRA DURALE 70 % INTRA MEDULLAIRE 20% • EPENDYMOME • ASTROCYTOME EXTRA MEDULLAIRE 5O% • MENINGIOME • NEURINOME
  • 29. 2. ETIOLOGIES INTRA-DURALES: 2-1 EXTRA-MEDULLAIRE :  NEURINOME (1/3 DES TUMEUR INTRAMEDULAIRE)= Schawnome (= tumeur nerveuse bénigne développée au dépend des cellules de Schwann, de la racine postérieure sensitive le plus souvent). tumeur bénigne, développement au niveau de la partie antero-latéral du canal rachidien le plus souvent unique  MENINGIOME (= tumeur bénigne des méninges) , femme (40 a 70ans), localisation dorsal ou cervical , compression latéral ou antéro latéral
  • 32. 3-2 ETIOLOGIES INTRA-MEDULLAIRE :  EPENDYMOME (= tumeur gliale ,centromedullaire, croissance lente ).  ASTROCYTOME (= tumeur infiltrante , développée à partir des astrocytes).  HEMANGIOBLASTOME (= tumeur primitive ayant la propriété d'induire une augmentation des globules rouges).
  • 36. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL :  La sclérose en plaque ( SEP)  Sclérose latérale amyotrophique ( SLA ) peut débuter par des signes exclusivement pyramidaux (moteurs).  Carence vitaminique (maladie de Biermer ).  Les myélites virales  Les polyradiculonévrites ( PRN )
  • 37. TRAITEMENT : 1. BUTS : - Lever la compression - Appliquer un traitement étiologique adapté à chaque cause. 2. MOYENS : - La kinésithérapie et la prévention des complications du décubitus - Les différentes modalités du traitement étiologique sont: • CHIRURGIE : L'intervention de décompression est une laminectomie, tumorectomie • RADIOTHERAPIE, CHIMIOTHERAPIE • ANTIBIOTHERAPIE, ANTITUBERCULEUX. - La kinésithérapie et la prévention des complications du décubitus
  • 39. CONCLUSION : • Compression médullaire constituée : syndrome lésionnel radiculaire + syndrome sous-lésionnel (moteur, sensitif, sphinctérien) + syndrome rachidien (douleur, raideur) • Diagnostic positif : IRM ( EXAMEN CLÉ POUR LE DGC +++) • Etiologies :  extradurale (métastases vertébrales, myélopathie cervicarthrosique) ;  Intradurale et extramédullaire (méningiome, neurinome) ;  Intramedullaires (tumeur, malformations vasculaires) • Diagnostic différentiel : PRN , SEP, SLA….. • Le pronostic est en relation avec:  L'importance de la compression  La participation d'un facteur ischémique  Et surtout de la rapidité du DGC .
  • 40. MERCI