Cr mv mai_2013-blog

4 081 vues

Publié le

  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Cr mv mai_2013-blog

  1. 1. Pédagogie, Universités et Mondes VirtuelsCOMPTE-RENDUCes deux journées de colloque ont été organisées par le Centre Droit et NouvellesTechnologies de lUniversité Jean Moulin Lyon 3.Il a été largement suivi, tant dans les Mondes Virtuels que via les réseaux sociaux(Twitter : @FDVLyon #MVLyon #virtuniv)Jeudi 23 mai 2013Colloque Droit et Justice dans les Mondes virtuelsLe colloque a été introduit par M. Franck Marmoz, Doyen de la Faculté de droit.La matinée consacrée au « visage de la justice dans lesMondes Virtuels » a été entamée par Chrystelle Géazeauqui a su convoquer les grands penseurs (Lock,Montesquieu, Beccaria…) pour alimenter une réflexionintroductive riche sur la notion de justice face à lavirtualité.La seconde intervention a été loccasion dune mise enabyme des Mondes Virtuels, puisque Valentin Callipelsest exprimé à travers son avatar dans le Monde Virtuelde la Faculté de droit de Lyon (http://maps.secondlife.com/secondlife/Lutece/206/199/22 ,où le colloque était retransmis en direct). Cet intervenant a su, courageusement (il était alorsde 4 heures du matin pour lui… !) démontrer, en prenant notamment appui sur lesexpériences de son laboratoire de Cyberjustice de lUniversité de Montréal (http://www.laboratoiredecyberjustice.org/fr/Home/Home), en quoi la question de la territorialitéconduisait à envisager une justice virtuelle hors de son état et hors de lÉtat.Cest ensuite le droit civil et le droit des obligations qui sont entrées en jeu. Lepremier travail a consisté en la délicate mission de déterminer si les actions au sein desmondes virtuels avaient une nature réelle ou personnelle. Cette réflexion, qui est confiné audroit de la propriété, a été livrée au public par de Caroline Laverdet, avocat à la Cour (http://
  2. 2. www.laverdet-avocat.com/), qui est par ailleurs lune des rares universitaires à sintéresseraux questions juridiques liées aux environnements virtuels. Cela a conduit naturellement àlintervention dAdrien Bascoulergue, qui a bien voulu prendre le parti de réfléchir sur lespossibles implications dun préjudice virtuel reconnu à lavatar, en accordant une possiblepersonnalité juridique à ce dernier.Cest sur cette prise de position fort prospective que la matinée sest conclue.Laprès-midi a fait suite à cette première série de réflexions, en sattachant cette fois au «bras de la justice dans les Mondes Virtuels ». Les réflexions sont allées crescendo, grâce àdes intervenants qui ont bien voulu se prêter au jeu (même si les Mondes Virtuels neméritent certainement par cette qualification…).Cest ainsi que le lieutenant de police Dimitri Delpeut a exposé au public, à lalumière de sa pratique professionnelle, comment des investigations pourraient être menéespar un policier virtuel. Étonnamment, une solution bien connue de la procédure pénale a étéretenue : la technique de linfiltration.Ce fut ensuite à Camille Kurek denvisager en quoi une peine virtuelle pouvaitexister et avoir vocation à sappliquer à lavatar. De son propre aveu, réticente à une telleidée, poussant à distinguer lavatar du joueur qui le manipule, elle a pourtant su mener unebrillante réflexion, qui l’a conduite à une démonstration parfaitement structurée tant enmatière juridique que sociologique.Le dernier intervenant, Thomas Muller, huissier de justice, sest à son tour placédans la peau dun avatar, devenant cette fois huissier de justice virtuel. Il a ainsi pu détaillerquelles pourraient être les procédures mais aussi les pouvoirs qui seraient nécessaires à unavatar qui exercerait de telles fonctions dans les Mondes Virtuels.Enfin, le rapport de synthèse de cette journée a été proposé par Gérald Delabre,tentant une réécriture de dispositions de procédure civile etde procédure pénale à la lumière des réflexions menées parles conférenciers et les enjeux de la création dune justicedans les Mondes Virtuels.Lensemble de ces conférences sera disponible, à lasuite de celles des deux colloques précédents, à cetteadresse :   http://suel.univ-lyon3.fr/droit/colloques-et-conferences-de-centres-et-instituts/centre-droit-et-nouvelles-tecno/voircategorie/95/droit-et-mondes-virtuelsIl convient également de mentionner la prochainepublication des actes des deux premiers colloques consacrésau Droit dans les Mondes Virtuels (http://editions.larcier.com/titres/127133_2/le-droit-dans-les-mondes-virtuels.html) .
  3. 3. Vendredi 24 mai 2013Workshops autour des Mondes virtuels en éducationCette journée a été organisée en deux parties. Elle a proposé dans un premiertemps des réflexions et retours dexpériences sur lutilisation des Mondes virtuels enpédagogie, en particulier à partir des réalisations menées par le Centre Droit et NouvellesTechnologies en partenariat avec dautres universités françaises et étrangères.Dans un second temps, des propositions et une discussion ont été ouvertesouvertes quant aux aspects institutionnels de lutilisation des Mondes virtuels au bénéficedes acteurs de lenseignement, à travers le concept dUniversité-Nuage.Workshop Simulation en pédagogie immersiveJean-Paul Moiraud, spécialiste de la pédagogie immersive, professeurau Lycée La Martinière Diderot (http://moiraudjp.wordpress.com/ ,http://tutvirt.blogspot.fr/ ) a proposé une réflexion théorique etpratique sur les enjeux des mondes virtuels en pédagogie. Le débat aété enrichi par les réflexions et questionnements des différents acteursdéjà impliqués dans des actions de formation dans des environnementsvirtuels, et particulièrement grâce à la présence de Guillaume Reys,animateur du monde DentalLife (http://www.dentallife.fr/ ).La présentation a débuté par la diffusion du machinima issu de la simulation deprocès pénal menée en immersion avec les étudiants de lEcole de Droit de Lyon (http://fdv.univ-lyon3.fr/ecolededroit/).Voir le film : http://youtu.be/hzBpGJ7Bq40Jean-Paul Moiraud a ensuite présenté les enjeux philosophiques du virtuel grâceaux écrits de différents auteurs (Marcello Vitali Rosati, Alain Milon…), ceci le conduisant àproposer une définition du monde virtuel en tant que concept pédagogique.Cette définition lui permet alors didentifier des usages pédagogiques qu’il classeau nombre de quatre : construire des cours, simuler des situations, simmerger dans unconcept et concevoir par collaboration. Les exemples donnés sont forts (cours et simulationsjuridiques à la Faculté de Droit de Lyon, médecine de catastrophe à la Faculté deToulouse…). Au sein de ces usages repérés, une notion centrale est mise en avant : letutorat. Là encore, les différents moments de tutorat (avant, pendant et après –postmortem-la simulation) ainsi que ces différents modes (tutorat disciplinaire, pédagogique et
  4. 4. technique) sont largement étudiés. Pour cela, Jean-Paul Moiraud a créé la notiondavatuteurs.La conclusion de cette présentation met laccent sur la nécessité de scénarisationdes processus pédagogiques en immersion dans les mondes virtuels.Les débats ont également laissé une large place à la manière dont il convientdenvisager les espaces et leur construction dans ces environnements spécifiques. Aégalement été soulignée la nécessité de valoriser le travail fourni par chacun des acteurscontribuant à ces processus pédagogiques immersifs.Télécharger la présentation : http://www.slideshare.net/FaculteDroitVirtuelle/workshop-simulation-en-pdagogie-immersiveConférence de presseUne conférence de presse a permis de fournir un point d’étape sur le travail effectuédepuis quatre ans par le Centre Droit et Nouvelles Technologies dans les Mondes Virtuels. Laseconde partie a quant à elle été consacrée à une présentation du futur: l’Université Nuage.Voir la vidéo : http://youtu.be/eEzJb22ZRRA
  5. 5. Workshop L’ Université NuageLa présentation a été conduite par Samuelle Ducrocq-Henry, professeurchercheur à l’UQAT (Université du Québec) (http://www.ludisme.com/)Le projet Université Nuage résulte de la connaissance approfondie du E-Learning par Samuelle Ducrocq-Henry, en particulier dans le cadre deses recherches ayant conduit à travailler sur lutilisation des jeux enréseau pour la formation (LAN pédagogique) (http://www.dailymotion.com/video/xcscpb_volet-pratique-du-lan-pedagogique_videogames#.UZ_FWMpdxqc) .La définition proposée de lUniversité-Nuage est « un campus virtuel mondial recrééen 3D, favorisant une immersion des étudiants et professeurs dans des infrastructuresvirtuelles hébergées sur serveur dédié ». Ce projet serait ainsi de nature à accueillir « lesétablissements de formation internationaux dans leurs activités de transmission deconnaissances et de recherche, tout en diminuant les coûts de l’enseignement supérieur(allégement des infrastructures, mutualisation des ressources). »Lun des intérêts de ce projet se manifesterapidement à travers les chiffres. En effet,lUniversité Nuage est de nature à réduire demoitié les coûts de lenseignement actuel.Ainsi, pour former 100   000 étudiants,l’enseignement délivré en présentiel aura uncoût de 4   440   000 €. Le même nombredétudiants pourra être formé en E-Learningdans le cadre de lUniversité Nuage pour uncoût de 37 000 €.Mais les avantages qualitatifs s’avèrent encore plus nombreux : abolition desdistances, création de coopérations et de collaborations interuniversitaires, enrichissementdu corps enseignant, tutorat par les pairs en classe…Enfin, en se fondant sur létat de lart et les meilleures pratiques, cest-à-dire cellesoffrant la meilleure réussite en matière de E-Learning, Samuelle Ducrocq-Henry prône uneUniversité Nuage permettant la mise en place dapprentissages hybrides, mêlant à la foisenvironnements physiques et virtuels.Télécharger la présentation : http://www.slideshare.net/FaculteDroitVirtuelle/workshop-l-universit-nuage
  6. 6. Informations – ContactGérald DELABRE Directeur adjoint du CDNTTél. : (0033) 4 78 78 71 40 / (0033) 6 82 81 00 73E-mail : gerald.delabre@univ-lyon3.frCentre Droit et Nouvelles TechnologiesFaculté de Droit Virtuelle15 quai Claude Bernard69007 LYONweb : http://fdv.univ-lyon3.fr

×