SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  57
Télécharger pour lire hors ligne
1 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
#8
11.05.2018
HUNGRYANDFOOLISH.PARIS
L’HÉRITAGE DES MONSTRES
SACRÉS DE LA PUB
STRATEGIC ISSUE
QUE LEUR DEVONS-NOUS AU QUOTIDIEN
DANS NOS VIES DE PUBLICITAIRES ?
2 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Enguerran Barreau
Senior strategic planner
Fabio Motte
Strategic planner
Le départ de Martin Sorrell sonne la fin d’une époque pour WPP, mais pas que…
Il est sûrement l’un des derniers monstres sacrés de la publicité. Il est l’un de ceux à
pouvoir affirmer qu’il a construit, structuré, révolutionné notre métier comme d’autres
illustres noms avant lui.
C’est d’ailleurs intéressant de constater que notre métier répond à des codes, à des
réflexes, des automatismes qui ne se sont pas imposés par hasard. Ils sont le fruit de
ces « grands publicitaires » qui depuis le milieu du 20e siècle ont eu une vision, des
idées pour faire grandir ce métier.
Ce qu’on vous propose donc c’est une petite remontée dans le temps afin de se
rappeler qui sont les hommes qui ont construit la publicité moderne.
3 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Avec le départ de Martin Sorrell de WPP,
on dit au revoir à l’un des derniers monstres sacrés
de la publicité.
4 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Cela nous a donné envie de remonter dans le temps
pour rendre hommage aux pères fondateurs
et à leurs apports décisifs
dans la structuration de notre métier.
5 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Brainsnacks présente
LES 10 FONDATEURS
DE LA PUBLICITÉ
MODERNE
1906-1996MARCEL
BLEUSTEIN-BLANCHET
7 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
MARCEL, LE PIONNIER
QUI AIMAIT LA PUB
À vingt ans, Marcel Bleustein-Blanchet fonde
l’agence Publicis à Paris en 1926.
Bâtisseur de la publicité, il devient acteur de la
société de consommation balbutiante.
La guerre n’arrêtera pas l’ascension de l’agence:
en 1954, Publicis prend ses quartiers aux Champs
Elysées, puis, en 1959, elle est la première
agence française à s’installer à New York.
8 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
LA PUB
DEVIENT
MÉTIER
9 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Précurseur des pubs radios chantées
(jingles), des sondages d’opinion en
France... Il devient incontournable et oreille
attentive des puissants et des grands
groupes.
Marcel est le symbole d’une publicité qui
monte en puissance, en influence, en
impact et qui gagne la considération des
marques.
Il laisse en héritage, le 3e groupe de
communication mondial.
De la création jusqu’au média, Publicis opère
à l’époque sur toute la chaine.
UN FAISEUR DE GÉANTS
10 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
1911-1982BILL
BERNBACH
11 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
L’ARCHÉTYPE
DU MAD MEN
Madison Avenue, à New York, est, au début des
années 40, le cœur de la publicité mondiale où les
grandes agences y mènent une bataille disputée.
En tête, Bill Bernbach et son agence DDB qui va
produire des campagnes parmi les plus mythiques
de l’histoire de la publicité.
Apple, 1997
12 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
13 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
L’INSIGHT
14 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Bill a une vison bien personnelle de la
publicité à cette époque : il faut traiter le
client avec respect, sans artifice publicitaire.
On ne parle plus des marques mais de la vie
des gens, une vérité produit, mais aussi une
vérité consommateur.
C’est le point de départ d’une publicité plus
humaine et émotionnelle qui est aujourd’hui
le cœur de la publicité.
LA RÉVOLUTION DE LA
PUB INSPIRÉE DES GENS
Boursorama
Boursorama Banque,
la banque qu'on a envie de recommander
1985
15 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Mais plus encore, Bill Bernbach propose de
nouvelles manières d’organiser la création...
16 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
LE TEAM
CRÉATIF
17 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Avant Bill, le processus créatif était séquencé :
le rédacteur trouvait un slogan, puis le directeur
artistique l’illustrait.
Sous l’impulsion de Bernbach, Helmut Krone,
Concepteur-Rédacteur et Julian Koening, Directeur
Artistique, vont travailler de concert sur les
campagnes Volkswagen. C’est une des premières
grandes réussite de l’agence, qui va convaincre
Bill de généraliser cette organisation en team.
Cette organisation va vite être copiée, puis
généralisée, de sorte à devenir une norme
universelle aujourd’hui.
ET SI ON METTAIT CR ET
DA DANS LA MÊME PIÈCE !
18 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
19 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
20 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
LES ANNÉES 60 PROCTER & GAMBLE
21 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Au début des années 60, le lessivier Procter &
Gamble est, aux Etats-Unis, en situation de quasi-
monopole mais avec un portefeuille élargi de
marques de produits ménagers.
Se pose alors un casse-tête : comment
différencier ses marques pour ne pas
cannibaliser les produits entre eux et créer la
confusion dans l’esprit des consommateurs.
C’est le moment d’inventer les outils qui
cadreront l’ambition créative et stratégique.
ET COMMENT
JE VENDS ÇA ?
22 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
LA COPY
STRATEGY
23 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
ON A TOUS
DES CHOSES À DIRE...
MAIS DE MANIÈRE
DIFFÉRENTE !
Pour mieux dégager les grandes lignes des
intentions stratégiques et créatives de ses
marques, P&G invente la Copy Strategy, un
document de synthèse inspiré de ses outils
marketing.
Elle a pour vertu de définir clairement le fil
rouge d’une campagne de communication.
24 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
1910-1984ROSSER
REEVES
25 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
L’HOMME
QUI FAISAIT GAGNER
DES MILLIONS
Pionnier de la publicité télévisée et légende du
marketing, Rosser Reeves de l’agence Ted Bates
brise les codes de son époque par le succès et
l’impact de ses campagnes.
Alors que la société de consommation explose,
l’occasion est trop belle pour ne pas profiter de la
publicité pour faire des produits des best-sellers
que les gens s’arrachent.
Anacin
Anacin
1940
26 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
L’USP
27 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
L’ARGUMENT
QUI FAIT MOUCHE
La formule est simple, chaque publicité doit faire
une proposition au consommateur, en s’appuyant
sur une proposition propre à un produit.
Rosser Reeves théorise l’USP - « Unique Selling
Proposition » - au sein du discours publicitaire. Ce
concept peut à lui seul expliquer une grande partie
du succès de la publicité du début des années 60.
28 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
29 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
1911-1999DAVID
OGILVY
30 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Visionnaire, David Ogilvy a dessiné à son arrivée à
Madison Avenue les contours d’une nouvelle
publicité : audace, maîtrise du storytelling au
service de l’impact du visuel et de mots.
Plus encore, il est aussi reconnu pour sa formidable
capacité à vouloir transmettre son savoir-faire
en publiant bon nombre d’ouvrages sur la pratique
publicitaire.
LE DANDY ANGLAIS
AU SERVICE DES IDÉES
31 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
32 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
LE TERRITOIRE
DE MARQUE
33 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Au cœur de son propos, David Ogilvy prend très
tôt conscience que les produits sont facilement
interchangeables aux yeux des consommateurs.
La marque et son image deviennent
essentielles pour construire une relation forte
avec le consommateur.
Une philosophie qui a fait des émules et qui est le
cœur aujourd’hui du travail des agences du
monde entier.
LES MARQUES QUI
COMPTENT SONT CELLES
DONT L’IMAGE DURE
34 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
1930-1979 STANLEY POLLITT
& 1931-2005 STEPHEN KING
35 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Dans les années 60, Stanley Pollitt de BMP et
Stephen King chez JWT se rendent compte de
menaces naissantes dans la publicité :
les marchés sont de plus en plus disputés, les
marques se multiplient et les innovations sont de
plus en plus nombreuses…
Ils sont les premiers à formaliser le caractère
primordial de la veille stratégique et de la vision
stratégique pour mettre fin au one shot créatif.
NOURRIR LA PUBLICITÉ
EN INTELLIGENCE
36 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
LE PLANNING
STRATÉGIQUE
37 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Conscients que ces tâches prennent du temps,
King et Pollitt imposent la nécessité d’allouer les
tâches de réflexion stratégique et de veille à
des personnes dédiées.
C’est l’apparition des premiers planneurs
stratégiques ou strategists, qui s’ils sont toujours
peu nombreux sont indispensables en agence de
publicité.
UN JOB
À PLEIN TEMPS
38 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
1947-AUJOURD’HUI JEAN-MARIE
DRU
39 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Jean-Marie Dru fonde avec 3 autres associés l’agence BDDP.
Il surfe sur une époque où la culture mondialisée fait des
marques des entités périssables et uniformes.
Pour Dru, alors chez TBWA, il faudra nécessairement se
différencier des marques concurrentes grâce à une
communication publicitaire originale et plus spécifique.
À BAS
LES CONVENTIONS !
Absolut Vodka
Perfection
1980
40 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
LA DISRUPTION
41 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
MARQUER UNE DIFFÉRENCE
DÈS LE BRIEF
1
CONVENTION
2
DISRUPTION
3
VISION
Jean Marie Dru consacre une nouvelle stratégie: d’abord
l’identification de conventions et biais culturels.
L’idée est de les prendre à contrepied, en privilégiant
les idées non-conventionnelles pour créer une rupture
la disruption.
In fine, de la disruption naît la vision, d’une marque,
et lui donne une voie à suivre pour créer un impact
durable sur les consommateurs.
42 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
1934-AUJOURD’HUI JACQUES
SEGUELA
43 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Connu pour sens de la formule, Jacques Seguela
est symbole d’une période dorée de la publicité
pré-loi Sapin.
Alors que l’affirmation passe par son mode de
consommation et où l’époque tend vers une
certaine promotion de la réussite, la « starification »
sonne alors pour lui comme une évidence.
SEGUELA, GOLDEN BOY
DES ANNÉES 90’
44 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
LA STAR
STRATEGY
45 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
STAR STRATEGY :
DE VALEUR D’USAGE
À VALEUR D’IMAGE
Ce que souhaite dépasser Seguela, c’est la
traditionnelle Copy Strat, où le produit vendu est
seulement un produit. Il souhaite désormais le vendre
comme une personnalité.
La Star Strategy, qu’il théorise, c’est d’abord de faire du
produit une personne, puis de la personne, une
célébrité. Seguela lance ici les prémices des Love
Brands d’aujourd’hui.
Alain Afflelou
On est fou d’Afflelou
1985
46 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Citroën
Visa GTI
1988
47 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Nespresso
What Else
2006
48 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
1945-AUJOURD’HUI MARTIN
SORRELL
49 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Martin Sorrell devient très rapidement le symbole
d’une industrialisation du marché avec la période des
grandes acquisitions. À la tête de WPP, il rachète
Ogilvy & Mather, Y&R, Kantar, Burson-Marsteller, TNS...
Son idée est de créer des liens entre les
différentes entités du groupe : publicité, conseil
corporate, études, média, digital, design... Pour mieux
servir les marques.
LE MAGNAT PUB
DES ANNÉES 2000
50 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
« L’INTÉ-
GRATION »
51 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Sorrell a une vision claire de ce que doit être
un grand groupe publicitaire, un croisement de
compétences pour créer de l’intelligence et
une émulsion créative.
Mais aussi, un groupe capable de servir une
marque, sous toutes ses expressions ainsi
que son concurrent direct.
DE L’ACQUISITION
À L’INTÉGRATION
Plus de 400 agences...
52 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
1963-AUJOURD’HUI ALEX
BOGUSKY
53 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Alex Bogusky commence sa carrière à 26 ans, à Miami
dans l’agence Crispin Porter. Huit ans plus tard et de
nombreux prix récoltés, il devient associé : CP + B est né.
Une trajectoire de surdoué à l’heure du début
d’Internet et des grandes campagnes virales :
ses premières campagnes pour Burger King sont
restées des best cases.
DES CAMPAGNES
QUI MARQUENT...
ET LONGTEMPS
Burger King
Whopper Sacrifice
2009
54 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
LA
« TALKABILITY »
55 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
Au cœur de ce qui fonctionne aujourd’hui, ça
n’est pas seulement l’idée créative en son
cœur, mais surtout tout le dispositif qui va
accompagner l’exposition de l’idée à ses publics.
Désormais, depuis Bogusky une campagne est
jugée par sa capacité à se propager et se
révéler à son audience.
FAIRE DE LA PUB
QUI FAIT PARLER D’ELLE
POUR FAIRE PARLER
DU PRODUIT Tipp-Ex
A hunter shoots a bear!
2010
Carambar
#cetaituneblague
2013
HUNGRYANDFOOLISH.PARIS
HUNGRYANDFOOLISH.PARIS

Contenu connexe

Tendances

Tendances (20)

Marque et évènementialisation
Marque et évènementialisationMarque et évènementialisation
Marque et évènementialisation
 
La campagne Hathaway
La campagne HathawayLa campagne Hathaway
La campagne Hathaway
 
Cas 73 - HP Hype gallery
Cas 73 - HP Hype galleryCas 73 - HP Hype gallery
Cas 73 - HP Hype gallery
 
La campagne Insight
La campagne InsightLa campagne Insight
La campagne Insight
 
Cas N°71 - Altoids
Cas N°71 - AltoidsCas N°71 - Altoids
Cas N°71 - Altoids
 
L'idée forte
L'idée forte L'idée forte
L'idée forte
 
La saga Eram
La saga EramLa saga Eram
La saga Eram
 
L’éloge de la simplicité
L’éloge de la simplicitéL’éloge de la simplicité
L’éloge de la simplicité
 
La campagne Diesel
La campagne DieselLa campagne Diesel
La campagne Diesel
 
Les règles d’or de l’affichage
Les règles d’or de l’affichageLes règles d’or de l’affichage
Les règles d’or de l’affichage
 
La campagne Canal plus « L’ours »
La campagne Canal plus « L’ours »La campagne Canal plus « L’ours »
La campagne Canal plus « L’ours »
 
Marque et Expérience
Marque et ExpérienceMarque et Expérience
Marque et Expérience
 
La camapgne Energizer
La camapgne EnergizerLa camapgne Energizer
La camapgne Energizer
 
Beats
BeatsBeats
Beats
 
La campagne BMW The Hire
La campagne BMW The HireLa campagne BMW The Hire
La campagne BMW The Hire
 
Les leçons des EFFIE
Les leçons des EFFIELes leçons des EFFIE
Les leçons des EFFIE
 
Cas 69 - Pespi Challenge
Cas 69 - Pespi ChallengeCas 69 - Pespi Challenge
Cas 69 - Pespi Challenge
 
La campagne Darty et "contrat de confiance"
La campagne Darty et "contrat de confiance"La campagne Darty et "contrat de confiance"
La campagne Darty et "contrat de confiance"
 
Cas 61 - Les fruits et légumes moches d'Intermarché
Cas 61 - Les fruits et légumes moches d'IntermarchéCas 61 - Les fruits et légumes moches d'Intermarché
Cas 61 - Les fruits et légumes moches d'Intermarché
 
Cas 66 - Le calendrier Pirelli
Cas 66 - Le calendrier PirelliCas 66 - Le calendrier Pirelli
Cas 66 - Le calendrier Pirelli
 

Similaire à Brainsnacks #8 - Strategic issue : L'héritage des monstres sacrés de la pub

La veille de red guy du 03.10.12 les directeurs artistiques
La veille de red guy du 03.10.12   les directeurs artistiquesLa veille de red guy du 03.10.12   les directeurs artistiques
La veille de red guy du 03.10.12 les directeurs artistiques
Red Guy
 

Similaire à Brainsnacks #8 - Strategic issue : L'héritage des monstres sacrés de la pub (20)

La campagne Red Bull
La campagne Red BullLa campagne Red Bull
La campagne Red Bull
 
La Fabrique des esprits critiques
La Fabrique des esprits critiquesLa Fabrique des esprits critiques
La Fabrique des esprits critiques
 
BU Paris - A MONTH OF IDEAS - Février 2015
BU Paris - A MONTH OF IDEAS - Février 2015BU Paris - A MONTH OF IDEAS - Février 2015
BU Paris - A MONTH OF IDEAS - Février 2015
 
Cours de publicite
Cours de publiciteCours de publicite
Cours de publicite
 
L’art dans la publicité
L’art dans la publicitéL’art dans la publicité
L’art dans la publicité
 
Les fausses pubs dans le jeu vidéo quand la pub devient support narratif et a...
Les fausses pubs dans le jeu vidéo quand la pub devient support narratif et a...Les fausses pubs dans le jeu vidéo quand la pub devient support narratif et a...
Les fausses pubs dans le jeu vidéo quand la pub devient support narratif et a...
 
Leperlier-Baldisseri
Leperlier-Baldisseri Leperlier-Baldisseri
Leperlier-Baldisseri
 
Cas 67 - Coca Cola The pause that refreshes
Cas 67 - Coca Cola The pause that refreshesCas 67 - Coca Cola The pause that refreshes
Cas 67 - Coca Cola The pause that refreshes
 
La campagne Benetton
La campagne BenettonLa campagne Benetton
La campagne Benetton
 
ref104
ref104ref104
ref104
 
La Veille de Né Kid du 13 01 10 : le silence
La Veille de Né Kid du 13 01 10 : le silenceLa Veille de Né Kid du 13 01 10 : le silence
La Veille de Né Kid du 13 01 10 : le silence
 
La veille de Né Kid du 26/03/2008
La veille de Né Kid du 26/03/2008La veille de Né Kid du 26/03/2008
La veille de Né Kid du 26/03/2008
 
BLSTK Replay n°302 28 octobre au 11 novembre 2019
BLSTK Replay  n°302 28 octobre au 11 novembre 2019BLSTK Replay  n°302 28 octobre au 11 novembre 2019
BLSTK Replay n°302 28 octobre au 11 novembre 2019
 
cours sur la publicité
cours sur la publicitécours sur la publicité
cours sur la publicité
 
Cas 68 - Old Spice
Cas 68 - Old SpiceCas 68 - Old Spice
Cas 68 - Old Spice
 
La Veille De Né Kid Du 11.02.09
La Veille De Né Kid Du 11.02.09La Veille De Né Kid Du 11.02.09
La Veille De Né Kid Du 11.02.09
 
La veille de red guy du 03.10.12 les directeurs artistiques
La veille de red guy du 03.10.12   les directeurs artistiquesLa veille de red guy du 03.10.12   les directeurs artistiques
La veille de red guy du 03.10.12 les directeurs artistiques
 
La marque au coeur de l'évènement - conférence INSEEC Paris - #Evenementor
La marque au coeur de l'évènement - conférence INSEEC Paris - #EvenementorLa marque au coeur de l'évènement - conférence INSEEC Paris - #Evenementor
La marque au coeur de l'évènement - conférence INSEEC Paris - #Evenementor
 
Conne(x)Ions 1
Conne(x)Ions 1Conne(x)Ions 1
Conne(x)Ions 1
 
Cours sur le buzz marketing
Cours sur le buzz marketingCours sur le buzz marketing
Cours sur le buzz marketing
 

Brainsnacks #8 - Strategic issue : L'héritage des monstres sacrés de la pub

  • 1. 1 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB #8 11.05.2018 HUNGRYANDFOOLISH.PARIS L’HÉRITAGE DES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB STRATEGIC ISSUE QUE LEUR DEVONS-NOUS AU QUOTIDIEN DANS NOS VIES DE PUBLICITAIRES ?
  • 2. 2 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Enguerran Barreau Senior strategic planner Fabio Motte Strategic planner Le départ de Martin Sorrell sonne la fin d’une époque pour WPP, mais pas que… Il est sûrement l’un des derniers monstres sacrés de la publicité. Il est l’un de ceux à pouvoir affirmer qu’il a construit, structuré, révolutionné notre métier comme d’autres illustres noms avant lui. C’est d’ailleurs intéressant de constater que notre métier répond à des codes, à des réflexes, des automatismes qui ne se sont pas imposés par hasard. Ils sont le fruit de ces « grands publicitaires » qui depuis le milieu du 20e siècle ont eu une vision, des idées pour faire grandir ce métier. Ce qu’on vous propose donc c’est une petite remontée dans le temps afin de se rappeler qui sont les hommes qui ont construit la publicité moderne.
  • 3. 3 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Avec le départ de Martin Sorrell de WPP, on dit au revoir à l’un des derniers monstres sacrés de la publicité.
  • 4. 4 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Cela nous a donné envie de remonter dans le temps pour rendre hommage aux pères fondateurs et à leurs apports décisifs dans la structuration de notre métier.
  • 5. 5 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Brainsnacks présente LES 10 FONDATEURS DE LA PUBLICITÉ MODERNE
  • 7. 7 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB MARCEL, LE PIONNIER QUI AIMAIT LA PUB À vingt ans, Marcel Bleustein-Blanchet fonde l’agence Publicis à Paris en 1926. Bâtisseur de la publicité, il devient acteur de la société de consommation balbutiante. La guerre n’arrêtera pas l’ascension de l’agence: en 1954, Publicis prend ses quartiers aux Champs Elysées, puis, en 1959, elle est la première agence française à s’installer à New York.
  • 8. 8 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB LA PUB DEVIENT MÉTIER
  • 9. 9 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Précurseur des pubs radios chantées (jingles), des sondages d’opinion en France... Il devient incontournable et oreille attentive des puissants et des grands groupes. Marcel est le symbole d’une publicité qui monte en puissance, en influence, en impact et qui gagne la considération des marques. Il laisse en héritage, le 3e groupe de communication mondial. De la création jusqu’au média, Publicis opère à l’époque sur toute la chaine. UN FAISEUR DE GÉANTS
  • 10. 10 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB 1911-1982BILL BERNBACH
  • 11. 11 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB L’ARCHÉTYPE DU MAD MEN Madison Avenue, à New York, est, au début des années 40, le cœur de la publicité mondiale où les grandes agences y mènent une bataille disputée. En tête, Bill Bernbach et son agence DDB qui va produire des campagnes parmi les plus mythiques de l’histoire de la publicité. Apple, 1997
  • 12. 12 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
  • 13. 13 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB L’INSIGHT
  • 14. 14 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Bill a une vison bien personnelle de la publicité à cette époque : il faut traiter le client avec respect, sans artifice publicitaire. On ne parle plus des marques mais de la vie des gens, une vérité produit, mais aussi une vérité consommateur. C’est le point de départ d’une publicité plus humaine et émotionnelle qui est aujourd’hui le cœur de la publicité. LA RÉVOLUTION DE LA PUB INSPIRÉE DES GENS Boursorama Boursorama Banque, la banque qu'on a envie de recommander 1985
  • 15. 15 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Mais plus encore, Bill Bernbach propose de nouvelles manières d’organiser la création...
  • 16. 16 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB LE TEAM CRÉATIF
  • 17. 17 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Avant Bill, le processus créatif était séquencé : le rédacteur trouvait un slogan, puis le directeur artistique l’illustrait. Sous l’impulsion de Bernbach, Helmut Krone, Concepteur-Rédacteur et Julian Koening, Directeur Artistique, vont travailler de concert sur les campagnes Volkswagen. C’est une des premières grandes réussite de l’agence, qui va convaincre Bill de généraliser cette organisation en team. Cette organisation va vite être copiée, puis généralisée, de sorte à devenir une norme universelle aujourd’hui. ET SI ON METTAIT CR ET DA DANS LA MÊME PIÈCE !
  • 18. 18 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
  • 19. 19 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
  • 20. 20 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB LES ANNÉES 60 PROCTER & GAMBLE
  • 21. 21 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Au début des années 60, le lessivier Procter & Gamble est, aux Etats-Unis, en situation de quasi- monopole mais avec un portefeuille élargi de marques de produits ménagers. Se pose alors un casse-tête : comment différencier ses marques pour ne pas cannibaliser les produits entre eux et créer la confusion dans l’esprit des consommateurs. C’est le moment d’inventer les outils qui cadreront l’ambition créative et stratégique. ET COMMENT JE VENDS ÇA ?
  • 22. 22 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB LA COPY STRATEGY
  • 23. 23 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB ON A TOUS DES CHOSES À DIRE... MAIS DE MANIÈRE DIFFÉRENTE ! Pour mieux dégager les grandes lignes des intentions stratégiques et créatives de ses marques, P&G invente la Copy Strategy, un document de synthèse inspiré de ses outils marketing. Elle a pour vertu de définir clairement le fil rouge d’une campagne de communication.
  • 24. 24 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB 1910-1984ROSSER REEVES
  • 25. 25 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB L’HOMME QUI FAISAIT GAGNER DES MILLIONS Pionnier de la publicité télévisée et légende du marketing, Rosser Reeves de l’agence Ted Bates brise les codes de son époque par le succès et l’impact de ses campagnes. Alors que la société de consommation explose, l’occasion est trop belle pour ne pas profiter de la publicité pour faire des produits des best-sellers que les gens s’arrachent. Anacin Anacin 1940
  • 26. 26 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB L’USP
  • 27. 27 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB L’ARGUMENT QUI FAIT MOUCHE La formule est simple, chaque publicité doit faire une proposition au consommateur, en s’appuyant sur une proposition propre à un produit. Rosser Reeves théorise l’USP - « Unique Selling Proposition » - au sein du discours publicitaire. Ce concept peut à lui seul expliquer une grande partie du succès de la publicité du début des années 60.
  • 28. 28 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
  • 29. 29 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB 1911-1999DAVID OGILVY
  • 30. 30 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Visionnaire, David Ogilvy a dessiné à son arrivée à Madison Avenue les contours d’une nouvelle publicité : audace, maîtrise du storytelling au service de l’impact du visuel et de mots. Plus encore, il est aussi reconnu pour sa formidable capacité à vouloir transmettre son savoir-faire en publiant bon nombre d’ouvrages sur la pratique publicitaire. LE DANDY ANGLAIS AU SERVICE DES IDÉES
  • 31. 31 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB
  • 32. 32 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB LE TERRITOIRE DE MARQUE
  • 33. 33 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Au cœur de son propos, David Ogilvy prend très tôt conscience que les produits sont facilement interchangeables aux yeux des consommateurs. La marque et son image deviennent essentielles pour construire une relation forte avec le consommateur. Une philosophie qui a fait des émules et qui est le cœur aujourd’hui du travail des agences du monde entier. LES MARQUES QUI COMPTENT SONT CELLES DONT L’IMAGE DURE
  • 34. 34 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB 1930-1979 STANLEY POLLITT & 1931-2005 STEPHEN KING
  • 35. 35 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Dans les années 60, Stanley Pollitt de BMP et Stephen King chez JWT se rendent compte de menaces naissantes dans la publicité : les marchés sont de plus en plus disputés, les marques se multiplient et les innovations sont de plus en plus nombreuses… Ils sont les premiers à formaliser le caractère primordial de la veille stratégique et de la vision stratégique pour mettre fin au one shot créatif. NOURRIR LA PUBLICITÉ EN INTELLIGENCE
  • 36. 36 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB LE PLANNING STRATÉGIQUE
  • 37. 37 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Conscients que ces tâches prennent du temps, King et Pollitt imposent la nécessité d’allouer les tâches de réflexion stratégique et de veille à des personnes dédiées. C’est l’apparition des premiers planneurs stratégiques ou strategists, qui s’ils sont toujours peu nombreux sont indispensables en agence de publicité. UN JOB À PLEIN TEMPS
  • 38. 38 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB 1947-AUJOURD’HUI JEAN-MARIE DRU
  • 39. 39 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Jean-Marie Dru fonde avec 3 autres associés l’agence BDDP. Il surfe sur une époque où la culture mondialisée fait des marques des entités périssables et uniformes. Pour Dru, alors chez TBWA, il faudra nécessairement se différencier des marques concurrentes grâce à une communication publicitaire originale et plus spécifique. À BAS LES CONVENTIONS ! Absolut Vodka Perfection 1980
  • 40. 40 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB LA DISRUPTION
  • 41. 41 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB MARQUER UNE DIFFÉRENCE DÈS LE BRIEF 1 CONVENTION 2 DISRUPTION 3 VISION Jean Marie Dru consacre une nouvelle stratégie: d’abord l’identification de conventions et biais culturels. L’idée est de les prendre à contrepied, en privilégiant les idées non-conventionnelles pour créer une rupture la disruption. In fine, de la disruption naît la vision, d’une marque, et lui donne une voie à suivre pour créer un impact durable sur les consommateurs.
  • 42. 42 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB 1934-AUJOURD’HUI JACQUES SEGUELA
  • 43. 43 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Connu pour sens de la formule, Jacques Seguela est symbole d’une période dorée de la publicité pré-loi Sapin. Alors que l’affirmation passe par son mode de consommation et où l’époque tend vers une certaine promotion de la réussite, la « starification » sonne alors pour lui comme une évidence. SEGUELA, GOLDEN BOY DES ANNÉES 90’
  • 44. 44 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB LA STAR STRATEGY
  • 45. 45 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB STAR STRATEGY : DE VALEUR D’USAGE À VALEUR D’IMAGE Ce que souhaite dépasser Seguela, c’est la traditionnelle Copy Strat, où le produit vendu est seulement un produit. Il souhaite désormais le vendre comme une personnalité. La Star Strategy, qu’il théorise, c’est d’abord de faire du produit une personne, puis de la personne, une célébrité. Seguela lance ici les prémices des Love Brands d’aujourd’hui. Alain Afflelou On est fou d’Afflelou 1985
  • 46. 46 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Citroën Visa GTI 1988
  • 47. 47 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Nespresso What Else 2006
  • 48. 48 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB 1945-AUJOURD’HUI MARTIN SORRELL
  • 49. 49 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Martin Sorrell devient très rapidement le symbole d’une industrialisation du marché avec la période des grandes acquisitions. À la tête de WPP, il rachète Ogilvy & Mather, Y&R, Kantar, Burson-Marsteller, TNS... Son idée est de créer des liens entre les différentes entités du groupe : publicité, conseil corporate, études, média, digital, design... Pour mieux servir les marques. LE MAGNAT PUB DES ANNÉES 2000
  • 50. 50 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB « L’INTÉ- GRATION »
  • 51. 51 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Sorrell a une vision claire de ce que doit être un grand groupe publicitaire, un croisement de compétences pour créer de l’intelligence et une émulsion créative. Mais aussi, un groupe capable de servir une marque, sous toutes ses expressions ainsi que son concurrent direct. DE L’ACQUISITION À L’INTÉGRATION Plus de 400 agences...
  • 52. 52 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB 1963-AUJOURD’HUI ALEX BOGUSKY
  • 53. 53 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Alex Bogusky commence sa carrière à 26 ans, à Miami dans l’agence Crispin Porter. Huit ans plus tard et de nombreux prix récoltés, il devient associé : CP + B est né. Une trajectoire de surdoué à l’heure du début d’Internet et des grandes campagnes virales : ses premières campagnes pour Burger King sont restées des best cases. DES CAMPAGNES QUI MARQUENT... ET LONGTEMPS Burger King Whopper Sacrifice 2009
  • 54. 54 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB LA « TALKABILITY »
  • 55. 55 LES MONSTRES SACRÉS DE LA PUB Au cœur de ce qui fonctionne aujourd’hui, ça n’est pas seulement l’idée créative en son cœur, mais surtout tout le dispositif qui va accompagner l’exposition de l’idée à ses publics. Désormais, depuis Bogusky une campagne est jugée par sa capacité à se propager et se révéler à son audience. FAIRE DE LA PUB QUI FAIT PARLER D’ELLE POUR FAIRE PARLER DU PRODUIT Tipp-Ex A hunter shoots a bear! 2010 Carambar #cetaituneblague 2013