SlideShare une entreprise Scribd logo
Décryptage de la loi El Khomri :
Quels changements pour les
entreprises ?
27 avril 2017
Malik Douaoui et Eric Guillemet
© Taj 2017
SOMMAIRE
1. Réforme de la durée du travail
2. Rénovation de la négociation collective
3. Encadrement des licenciements pour motif économique
4. Renforcement de la lutte contre le détachement illégal
2
© Taj 2017
01
Réforme de la durée du travail
3
© Taj 2017
Réforme de la durée du travail
• Objectifs
• Faciliter la montée en puissance de la négociation collective grâce à une
nouvelle architecture du Code du travail plus lisible ;
• Donner la priorité à la négociation d’entreprise en matière de durée du travail
pour répondre au besoin de normes plus proches de la réalité du terrain ;
• Faciliter le quotidien des entreprises en leur permettant d’allonger les
périodes pendant lesquelles elles peuvent aménager le temps de travail ;
• Donner plus de souplesse aux TPE et aux PME afin de renforcer leur
compétitivité.
4
01
© Taj 2017
Réforme de la durée du travail
• Quelles sont les nouvelles mesures issues de la Loi
travail ?
• Adoption d’une nouvelle architecture de la partie durée du travail du Code du
travail et réorganisation des titres en 3 parties :
 La première partie intitulée « Ordre public » pose les règles auxquelles il ne peut pas être
dérogé ;
 La deuxième partie intitulée « Champ de la négociation collective » fixe précisément le champ
de la négociation collective ;
 La troisième partie « Dispositions supplétives » rassemble les dispositions du code qui ont
vocation à s’appliquer en l’absence d’accord collectif.
• Consécration de la primauté de l’accord d’entreprise ou d’établissement sur la
convention ou l’accord de branche
• Sécurisation du recours aux conventions de forfait en heures et en jours sur l’année
• Entrée en vigueur : à défaut de précision dans la loi, ces mesures sont entrées en
vigueur le lendemain de leur publication au Journal officiel. La généralisation de
l’accord collectif majoritaire a débuté à compter du 1er janvier 2017.
5
01
© Taj 2017
La primauté de principe de l’accord
collectif d’entreprise ou
d’établissement sur la convention ou
l’accord de branche
6
01.01
© Taj 2017
La primauté de principe de l’accord d’entreprise ou
d’établissement sur la convention ou l’accord de branche
• L’accord collectif d’entreprise devient le niveau de droit
commun en matière de durée du travail
• Quels sont les nouveaux domaines concernés ?
- Taux de majoration des heures supplémentaires : l’accord de branche ne s’applique plus qu’à défaut
d’accord d’entreprise et ce même s’il prévoit une clause dite de verrouillage. Dans les 2 cas, le taux ne
peut pas être inférieur à 10 % (article L. 3121-33 nouveau) ;
- Travail de nuit : le principe de primauté est uniquement applicable pour la mise en place du travail de
nuit, le dépassement de la durée quotidienne maximale de 8 heures pour certaines activités et
l’augmentation de la durée maximale hebdomadaire jusqu’à 44 heures sur 12 semaines consécutives ;
- Dérogation à la durée minimale de repos quotidien (notamment pour les activités caractérisées par la
nécessité d’assurer une continuité du service ou par des périodes d’intervention fractionnées). A défaut
d’accord d’entreprise, un décret définit les conditions dans lesquelles il peut être dérogé à cette durée
minimale en cas de surcroît exceptionnel d’activité (articles L. 3131-3 et D. 3131-1 à -7 nouveaux) ;
- Autres domaines tels que la fixation de la rémunération des temps de restauration et de pause, la
détermination des contreparties aux temps d’habillage et de déshabillage ou la mise en place des
astreintes.
7
01.01
© Taj 2017
La primauté de principe de l’accord d’entreprise ou
d’établissement sur la convention ou l’accord de branche
• Modification des conditions permettant de déroger aux durées maximales
quotidiennes et hebdomadaires
8
01.01
Avant la loi Après la loi
Dérogation par accord
collectif à la durée
quotidienne de 10 heures
Sans restriction, à condition
que l’accord de branche soit
étendu et que la durée ne
dépasse pas 12 heures
- Sur autorisation de l’inspecteur du travail ou en cas
d’urgence (dont les modalités sont définies aux articles D.
3121-4 et suiv.)
ou
- Par accord d’entreprise ou d’établissement ou à défaut
par accord de branche, dans les cas d’accroissement
d’activité ou de motifs liés à l’organisation de l’entreprise.
La durée ne doit pas dépasser 12 heures
Articles L. 3121-18 et 19 nouveaux
Dérogations à la durée
maximale de 44 heures sur
12 semaines
Par décret pris après
conclusion d’une convention
ou d’un accord collectif de
branche
Par accord d’entreprise ou d’établissement ou à défaut par
accord de branche (sans qu’il soit validé par décret) à
condition que cette durée ne dépasse pas 46 heures sur la
même période
Article L. 3121-23 nouveau
© Taj 2017
La primauté de principe de l’accord d’entreprise ou
d’établissement sur la convention ou l’accord de branche
• Révision des possibilités d’aménagement du temps de travail : article L 3121-41
nouveau
(*) Un accord d’entreprise ne peut prévoir un aménagement sur une période supérieure à l’année qu’à la condition qu’un accord de
branche l’y autorise.
9
01.01
Avant la loi Après la loi
Avec la conclusion d’un accord
d’entreprise ou d’établissement ou, à
défaut de branche
Aménagement de la durée du travail
sur une période supérieure à la
semaine et au plus égale à l’année
Aménagement possible de la durée du
travail sur une période supérieure à la
semaine jusqu’à 3 ans (*)
A défaut d’accord d’entreprise ou
d’établissement ou, à défaut de
branche
Aménagement par l’employeur de la
durée du travail sur 4 semaines, quelle
que soit la taille de l’entreprise
Aménagement par l’employeur de la
durée du travail sur :
- 9 semaines pour les entreprises de
moins de 50 salariés
- 4 semaines pour les entreprises de
50 salariés et plus
© Taj 2017
La primauté de principe de l’accord d’entreprise ou
d’établissement sur la convention ou l’accord de branche
• Sécurisation de l’ancien dispositif de modulation
La loi du 20 août 2008 avait refondu l’ensemble des dispositifs d’aménagement du temps de travail
tout en maintenant la légalité des anciens accords sous réserve qu’ils remplissent les conditions
exigées par la législation antérieure.
Plusieurs anciens dispositifs de modulation dépourvus de programme indicatif de modulation s’étaient
retrouvés invalidés par la Cour de Cassation (Cass.soc. 2-7-2014 n°13-14.216 ; Cass.soc. 17-12-
2014 n°13-19.834).
Afin de sécuriser le recours aux dispositifs de modulation, la loi pose pour principe que les
dispositions relatives à la détermination d’un programme indicatif cessent d’être applicables aux
accords conclus antérieurement à la publication de la loi.
10
01.01
© Taj 2017
La sécurisation des forfaits en heures
et en jours
11
01.02
© Taj 2017
La sécurisation des forfaits en heures et en jours
• Les accords collectifs autorisant le recours au forfait en heures ou en jours sur
l’année, conclus après la publication de la loi, sont enrichis de deux nouvelles
clauses obligatoires – art. L. 3121-64 I nouveau
 La définition de la période de référence du forfait ;
 Les conditions de prise en compte des absences, des arrivées et des départs en cours de période pour
la rémunération des salariés.
• L’accord collectif autorisant le recours au forfait jours sur l’année doit comporter de
nouvelles clauses – art. L. 3121-64 II nouveau
 Les modalités selon lesquelles l’employeur assure l’évaluation et le suivi régulier de la charge de travail
du salarié ;
 Les modalités selon lesquelles l’employeur et le salarié communiquent périodiquement sur la charge de
travail du salarié, sur l’articulation entre son activité professionnelle et sa vie personnelle, sur sa
rémunération ainsi que sur l’organisation du travail du salarié ;
 Les modalités d’exercice par le salarié de son droit à la déconnexion prévu au 7° de l’article L. 2242-8
du Code du travail.
• L’employeur se voit contraint de veiller régulièrement à ce que la charge de travail
du salarié reste raisonnable et permet une bonne répartition dans le temps de
son travail – art. L. 3121-60 nouveau.
12
01.02
© Taj 2017
La sécurisation des forfaits en heures et en jours
• Mise en place d’un dispositif dit de « béquille » en cas d’accord collectif d’entreprise ou
de branche insuffisant en terme de suivi régulier de la charge de travail du salarié -
Art. L. 3121-64 II nouveau 1° et 2°
Le défaut de procédure de suivi dans l’accord collectif n’empêche pas le recours par
l’employeur au forfait jours sous réserve de respecter 3 règles – art. L.3121-65 I nouveau
 Obligation d’établir un document de contrôle mentionnant la date et le nombre de journées ou demi-
journées travaillées ;
 Obligation de s’assurer de la compatibilité de la charge de travail du salarié avec le respect des temps de
repos quotidien et hebdomadaire ;
 Obligation d’organiser un entretien annuel avec le salarié pour évoquer sa charge de travail,
l’organisation de son travail, l’articulation entre son activité professionnelle et sa vie personnelle
ainsi que sa rémunération.
En outre, en l’absence de dispositions conventionnelles relatives au droit à la déconnexion
(Art. L. 3121-64 II nouveau 3°), les modalités d’exercice par le salarié de son droit (Art. L.3121-
65 II nouveau)
 Sont définies par l’employeur et communiquées par tout moyen aux salariés concernés ;
 Seront à compter du 1er janvier 2017 intégrées au sein d’une charte sur la régulation de l’utilisation des
outils numériques pour les entreprises de 50 salariés et plus.
13
01.02
© Taj 2017
La sécurisation des forfaits en heures et en jours
• Mise en conformité avec la loi de l’accord collectif autorisant le recours au forfait en
heures ou en jours sur l’année (Art. L. 3121-64 nouveau) : aucun accord du salarié
requis
• La durée de l’avenant portant renonciation à des jours de repos est limitée à 1 an et
ne peut pas être reconduit de manière tacite – Art. L.3121-59 nouveau
Mesure applicable à compter du lendemain de la publication de la loi au journal officiel
14
01.02
© Taj 2017
02
Rénovation de la négociation
collective
15
© Taj 2017
Révision facilitée des accords collectifs
• Règles relatives à la révision des accords collectifs
antérieures à la Loi travail
• Des règles de révision sources de blocage
 Avant la Loi travail, l’engagement de la procédure de révision n’était possible qu’avec le
consentement unanime de tous les signataires
 La conclusion d’un accord de révision des conventions ou accords collectifs n’était quant à elle
possible que par les organisations syndicales de salariés représentatives (i) signataires et/ou (ii)
par celles y ayant adhéré ultérieurement
 Ces règles étaient sources de fréquents blocages :
‒ Un syndicat signataire pouvait, alors même qu’il ne satisfaisait plus à la condition d’audience faute
d’avoir franchi le seuil des 10 % de suffrages exprimés aux élections intervenues postérieurement à
la conclusion de l’accord, s’opposer à l’engagement d’une procédure de révision.
‒ La révision pouvait devenir impossible si l’ensemble des syndicats signataires ne franchissait pas le
seuil de représentativité de 30 %.
• Des règles de révision au carrefour de deux logiques
 Une logique contractuelle qui exigerait que seules les parties à l’accord puissent modifier ou faire
évoluer le « contrat »
 Une logique conventionnelle qui placerait l’audience syndicale comme seul critère de la révision
des accords.
16
02
© Taj 2017
Révision facilitée des accords collectifs
• De nouvelles règles relatives à l’engagement de la
procédure de révision issues de la Loi travail
• Révision engagée au cours du cycle électoral de conclusion de l’accord
 Durant le cycle électoral au cours duquel l’accord a été conclu, l’engagement de la procédure de
révision est réservé uniquement à la ou les organisations syndicales de salariés à la fois (i)
représentatives et (ii) signataires ou adhérentes de l’accord.
• Révision engagée une fois le cycle électoral de conclusion de l’accord
achevé
 La Loi travail met fin à une règle source de blocage : à l’issue du cycle électoral, l’engagement de
la procédure de révision est désormais ouvert à toutes les organisations syndicales de salariés
représentatives dans le champ d’application de l’accord, même celles n’ayant pas signé le texte
ou adhéré à celui-ci.
• Révision en l’absence de délégué syndical dans l’entreprise
La Loi travail met fin à une incertitude juridique et habilite désormais à réviser les conventions ou
accords collectifs d’entreprise :
 Les élus mandatés par des syndicats ;
 A défaut, des élus non mandatés ;
 A défaut, des salariés non élus mandatés.
17
02
© Taj 2017
Révision facilitée des accords collectifs
• De nouvelles règles relatives à la conclusion d’accord
de révision issues de la Loi travail
• Avenant de révision opposable à l’ensemble des employeurs et salariés
liés par l’accord révisé
 L’article L2261-8 du Code du travail n’est pas modifié : L’accord portant révision de tout ou partie
d’un accord se substitue de plein droit aux stipulations de l’accord qu’il modifie et est opposable à
l’ensemble des employeurs et salariés liés par l’accord.
18
02
© Taj 2017
Dénonciation et mise en cause : fin
des avantages acquis
• Rappel des règles relatives à la dénonciation des
conventions et accords collectifs
• La dénonciation et la mise en cause d’un accord collectif à durée
indéterminée
 La Loi travail laisse inchangées les règles relatives aux conditions et modalités de la
dénonciation d’une convention ou d’un accord collectif de travail : la convention et l’accord à
durée indéterminée peuvent être dénoncés par les parties signataires
• La mise en cause d’un accord collectif
 La mise en cause peut notamment résulter d’une fusion, d’une cession, d’une scission ou d’un
changement d’activité
• Conséquences de la dénonciation ou mise en cause d’un accord collectif
 Dans l’un et l’autre cas, les conventions ou accords collectifs :
- Cessent d’être applicables aux salariés concernés, soit à la date d’entrée en vigueur d’une convention ou
accord de substitution, soit au plus tard à l’expiration du délai légal ou conventionnel « de survie » ;
- En cas d’absence de conclusion d’une convention ou d’un accord de substitution, donnent lieu au maintien
d’un certain nombre de droits : avantages individuels acquis jusqu’à la Loi travail puis, depuis, droit au
maintien de la rémunération perçue.
19
02
© Taj 2017
Dénonciation et mise en cause :
fin des avantages acquis
• Incitation des partenaires sociaux à négocier un nouvel
accord
• En cas de dénonciation
 La négociation d’un accord de substitution s’engage alors, à la demande d’une des parties
intéressées, dans les trois mois suivant le début du préavis de dénonciation (et non plus dans les
trois mois suivant la date de la dénonciation)
 Depuis la loi Travail, cette négociation peut déboucher sur un accord avant l’expiration de ce
préavis.
• En cas de mise en cause
 Négociation après mise en cause
Une nouvelle négociation doit s’engager dans l’entreprise concernée, à la demande d’une des
parties intéressées, dans les trois mois suivant la mise en cause, soit pour l’adaptation aux
dispositions conventionnelles nouvellement applicables, soit pour l’élaboration de nouvelles
stipulations.
 Négociation anticipée avant mise en cause
‒ Accord de transition : conclu avec les organisations syndicales représentatives du cédant. Cet accord, qui ne
peut excéder 3 ans, s’applique à l’exclusion des stipulations portant sur le même objet des accords applicables
chez le cessionnaire.
A l’expiration de cet accord, les accords applicables chez le cessionnaires s’appliquent aux salariés transférés.
‒ Accord d’adaptation : conclu avec les organisations syndicales représentatives du cédant et du cessionnaire.
Cet accord se substitue aux accords mis en cause et révise ceux applicables chez le cessionnaire.
20
02
© Taj 2017
Dénonciation et mise en cause :
fin des avantages acquis
• Du maintien des avantages individuels acquis au
maintien de la rémunération perçue
• Faute de conclusion d’un accord de substitution, maintien de la
rémunération perçue
 Faute de conclusion d’une convention ou d’accord de remplacement / substitution dans un délai
d’1 an à compter de l’expiration du préavis de dénonciation, les salariés transférés ne
conserveront plus les avantages individuels acquis mais uniquement leur rémunération.
• Quelle rémunération ?
• Maintien d’une rémunération dont le montant annuel pour une durée du travail équivalente à celle
prévue au contrat de travail ne peut pas être inférieure à la rémunération versée lors des 12
derniers mois précédant la date à laquelle la convention ou l’accord cesse de produire ses effets.
• Rémunération au sens de l’article L. 242-1 du Code de la Sécurité Sociale : toutes les sommes
versées au salarié en contrepartie ou à l’occasion du travail. Sont notamment visés :
‒ Salaire de base ;
‒ Rémunération des heures supplémentaires et complémentaires et majorations afférentes,
‒ Indemnités de congés payés ;
‒ Gratifications liées à l’exécution du travail, primes annuelles, avantages en nature, etc.
 Sont en revanche exclus les remboursements de frais professionnels, la participation,
l’intéressement.
21
02
© Taj 2017
03
Encadrement des licenciements pour
motif économique
22
© Taj 2017
Nouvelle définition du licenciement pour
motif économique
23
03
• Constat
• Insécurité juridique autour du licenciement pour motif économique
 La loi ne définissait pas l’ensemble des motifs économiques ;
 Les critères permettant de prouver les difficultés économiques étaient incertains ;
 Les groupes internationaux font face à des situations de blocage à l’occasion de leur
projet de réorganisation lorsqu’ils sont confrontés à des difficultés uniquement sur le
territoire français.
• Perte de compétitivité pour les entreprises françaises
 Les Etats européens ont pour la plupart sécurisé la procédure de licenciement pour motif
économique
© Taj 2017
Nouvelle définition du licenciement pour
motif économique
24
03
Codification du motif économique
Négociation collective sur le motif économique
Détermination du périmètre d’appréciation des
difficultés économiques au niveau national
• Objectif : favoriser l’emploi en CDI en sécurisant
les licenciements pour motif économique
Mesures envisagées
© Taj 2017
• La codification du motif
économique : consécration des
solutions jurisprudentielles
Depuis le 1er décembre 2016, la loi consacre les solutions
jurisprudentielles de la Cour de cassation et inscrit à l’article
L. 1233-3 du Code du travail les motifs de :
 « réorganisation d’entreprise nécessaire à la sauvegarde et
à sa compétitivité » (Cass. Soc. 5 avril 1995, n° 93-42.690
« Vidéocolor » et Cass. Soc. 2 février 2006, n°03-48.228) ;
 « cessation d’activité de l’entreprise », (Cass. Soc. 16
janvier 2001, n°98-44.647).
Elle consacre également le niveau d’appréciation des
suppressions, transformations ou modifications d’emploi au
niveau de l’entreprise (Cass. Soc. 8 janvier 1998, n°95-
43.606).
25
L. 1233-3 CT (à compter du 1er décembre 2016)
«Constitue un licenciement pour motif économique
le licenciement effectué par un employeur pour un
ou plusieurs motifs non inhérents à la personne du
salarié résultant d'une suppression ou
transformation d'emploi ou d'une modification,
refusée par le salarié, d'un élément essentiel du
contrat de travail, consécutives notamment :
1° A des difficultés économiques (…) ;
2° A des mutations technologiques ;
3° A une réorganisation de l'entreprise
nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité ;
4° A la cessation d'activité de l'entreprise.
La matérialité de la suppression, de la
transformation d'emploi ou de la modification d'un
élément essentiel du contrat de travail s'apprécie au
niveau de l'entreprise. »
Nouvelle définition du licenciement pour
motif économique 03
© Taj 2017
• La codification des critères
permettant la preuve des difficultés
économiques
Le législateur s’emploie à objectiver les critères à retenir pour
caractériser les difficultés économiques.
 Il reprend les critères retenus par la jurisprudence et
notamment les critères de « baisses des commandes ou du
chiffre d’affaires » (Cass. Soc. 6 avril 2004, n° 01-46.898), ou
les « pertes d’exploitation » (Cass. Soc. 16 décembre 1997,
n°95-41.816) ;
 Et ajoute un critère plus large « tout autre élément de nature à
justifier de ces difficultés » afin de rendre plus aisée la preuve
des difficultés économiques.
Pour faciliter les licenciements économiques TPE et PME, la
baisse significative « des commandes ou du chiffre d’affaires »
est appréciée sur une durée plus courte.
26
L. 1233-3 CT (à compter du 1er décembre 2016)
«Constitue un licenciement pour motif économique le
licenciement effectué par un employeur pour un ou
plusieurs motifs non inhérents à la personne du
salarié (…) consécutives notamment :
1° A des difficultés économiques caractérisées soit
par l'évolution significative d'au moins un indicateur
économique tel qu'une baisse des commandes ou du
chiffre d'affaires, des pertes d'exploitation ou une
dégradation de la trésorerie ou de l'excédent brut
d'exploitation, soit par tout autre élément de nature à
justifier de ces difficultés.
Une baisse significative des commandes ou du chiffre
d'affaires est constituée dès lors que la durée de cette
baisse est, en comparaison avec la même période de
l'année précédente, au moins égale à :
a) Un trimestre pour une entreprise de moins
de onze salariés ;
b) Deux trimestres consécutifs pour une
entreprise d'au moins onze salariés et de
moins de cinquante salariés ;
c) Trois trimestres consécutifs pour une
entreprise d'au moins cinquante salariés et
de moins de trois cents salariés ;
d) Quatre trimestres consécutifs pour une
entreprise de trois cents salariés et plus ;
Nouvelle définition du licenciement pour
motif économique 03
© Taj 2017
04
Renforcement de la lutte contre le
détachement illégal
27
© Taj 2017
Loi « Travail » : une étape supplémentaire
dans la lutte contre le détachement illégal
• La lutte contre le détachement illégal est une priorité
du gouvernement
• Le détachement de salariés étrangers en France est en constante
augmentation
 Le nombre de salariés détachés ne cesse d’augmenter : 38 000 salariés ont été détachés en
2006 contre 228 649 salariés détachés en 2014 (correspondant à environ 42 000 emplois en ETP
contre 32 000 en 2013).
 Un phénomène qui ne concerne pas tous les secteurs d’activités de manière identique : le BTP et
les entreprises de travail temporaire représentent plus de la moitié des travailleurs détachés en
France.
• L’arsenal législatif visant à lutter contre le détachement illégal doit
s’adapter aux pratiques frauduleuses
 Le détachement de travailleurs au sein de l’UE est encadré par 2 directives (la directive 96/71/CE
du 16 décembre 1996 et la directive d’exécution 2014/67/UE du 15 mai 2014).
 En France, 3 lois ont été adoptées pour transposer ces directives : La loi « Savary » du 10 juillet
2014, la loi « Macron » du 6 août 2015 et la loi « Travail » du 8 août 2016.
28
04
© Taj 2017
Loi « Travail » : une étape supplémentaire
dans la lutte contre le détachement illégal
• Aperçu synthétique des principales mesures de la loi
« Travail » en matière de lutte contre le détachement illégal
• Extension de l’obligation de vigilance du maître d’ouvrage ou du donneur d’ordre
• Elargissement des cas de suspension de la prestation de services
• Renforcement des mesures de lutte contre la fraude au détachement et le travail illégal dans
le secteur du BTP et les entreprises de travail temporaire
• Création d’une contribution financière à la charge de l’employeur établi hors de France (ou
en cas de manquement à la charge du maître d’ouvrage ou du donneur d’ordre) destinée à
compenser les coûts générés par la mise en place et le fonctionnement du système
dématérialisé de la déclaration préalable et la mobilisation des services de contrôle. Le
montant de cette contribution ne pourra pas excéder la somme de 50 € et devra être fixé par
décret non paru à ce jour.
• Multiplication des situations passibles de l’amende administrative à la charge du donneur
d’ordre ou du maître d’ouvrage.
• Déclaration des accidents du travail par l’employeur établi à l’étranger ou par le donneur
d’ordre ou le maître d’ouvrage.
• Renforcement des moyens des agents de contrôle.
29
04
© Taj 2017
Extension de l'obligation de vigilance du
donneur d'ordre
• En application des dispositions des lois « Savary » et « Macron », le maître d’ouvrage
ou le donneur d’ordre est tenu à une obligation de vigilance par laquelle il doit :
 vérifier auprès de l'employeur établi hors de France, avant le début de détachement, que ce
dernier s'est bien acquitté de ses obligations de déclaration préalable du détachement auprès de
l'inspection du travail et de désignation d'un représentant de l'entreprise sur le territoire national ;
 s’il n’obtient pas ces documents, il est tenu d'adresser, dans les 48 heures suivant le début du
détachement, une déclaration à l'inspection du travail du lieu où débute la prestation.
• La loi « Travail » vient compléter et renforcer cette obligation de vigilance en l’étendant à
l’ensemble de la chaîne de sous-traitance. Le maître d’ouvrage ou donneur d’ordre doit
ainsi également vérifier que la déclaration préalable de détachement a été effectuée par :
 chacun des sous-traitants directs ou indirects de ses cocontractants (agréés en application de la
législation relative à la sous-traitance) ;
 chacune des entreprises de travail temporaire avec laquelle un de ces sous-traitants ou un de ces
cocontractants a contracté.
• La loi « Travail » prévoit que le maître d’ouvrage ou le donneur d’ordre sera tenu, dans
des conditions déterminées par décret, de transmettre la déclaration « subsidiaire » de
détachement par voie électronique. Ce décret n’est pas paru à ce jour.
30
04
© Taj 2017
Elargissement des cas de suspension
d'activité du prestataire de services
• La loi « Travail » vient tout d’abord compléter un cas de
suspension de la prestation de service crée par la loi
« Macron ».
• La loi « Macron » a introduit la possibilité de suspendre la réalisation de la prestation de
services pour une durée maximale d’un mois en cas de manquement grave aux droits des
salariés détachés (concernent notamment le Smic, la durée du travail ou les conditions
d’hébergement).
• La loi « Travail » prévoit que la suspension de la prestation de services peut être décidée en
cas de constat du non-paiement partiel ou total du salaire minimum conventionnel (et non
plus seulement légal).
• Pour rappel :
 la Direccte met fin à la mesure de suspension temporaire de la réalisation de la prestation de
services dès que l'employeur justifie de la cessation du manquement constaté.
 La décision de suspension de la prestation de services n'entraîne ni rupture, ni suspension du
contrat de travail, ni aucun préjudice pécuniaire pour les salariés concernés.
31
04
© Taj 2017
Elargissement des cas de suspension
d'activité du prestataire de services
• La loi « Travail » vient également créer un nouveau cas de
suspension de la prestation de service
• Ce nouveau cas de suspension de la prestation de services est une conséquence du renforcement
de l’obligation de vigilance du donneur d’ordre ou du maître d’ouvrage.
• Si, au titre de son obligation de vigilance, le donneur d’ordre ou le maître d’ouvrage n’obtient pas
une copie de la déclaration préalable de détachement de tous les intervenants étrangers détachant
des salariés en France, ce dernier doit adresser à l’inspection du travail compétente une déclaration
subsidiaire de détachement dans les 48 heures suivant le début du détachement.
• A défaut de transmission de la déclaration subsidiaire dans ce délai, l’agent de contrôle peut
demander à la Direccte la suspension de la prestation de services pour une durée de 1 mois
maximum.
• La décision de suspension de la prestation de services n'entraîne ni rupture, ni suspension du
contrat de travail, ni aucun préjudice pécuniaire pour les salariés concernés.
• La sanction de suspension de la prestation peut être cumulée avec l’amende administrative
(sanctionnant l’absence de transmission de la déclaration préalable de détachement).
• La mise en œuvre de cette suspension est subordonnée à la publication d’un décret non paru à ce
jour.
32
04
© Taj 2017
Introduction de règles spécifiques au
secteur du BTP
• La loi « Travail » impose une information des travailleurs
détachés dans le BTP sur leurs droits
• La loi « Travail » prévoit une obligation d’affichage de la règlementation
applicable sur les grands chantiers (relevant d’une coordination de niveau 1).
 Chantiers visés : chantiers soumis à l’obligation de constituer un comité interentreprises de
sécurité.
 L’affichage concerne la règlementation mentionnée à l’article L.1262-4 (« noyau dur »). Il doit être
facilement accessible et traduit dans l’une des langues officielles parlées dans chacun des Etats
d’appartenance des salariés détachés.
 Les conditions de mise en œuvre de cette obligation et notamment le contenu des informations
qui doivent y être mentionnées doivent être déterminées par un décret non paru à ce jour.
• La loi « Travail » prévoit également que les salariés titulaires d’une carte
d’identification professionnelle (CIP) se verront remettre un document
d’information
 Ce document, comportant les informations sur la règlementation applicable (« noyau dur »), doit
être remis en même temps que la CIP.
 Ces modalités d’information doivent être déterminées par un décret non paru à ce jour.
33
04
© Taj 2017
Introduction de règles spécifiques au
secteur du BTP
• La loi « Travail » étend les possibilités de fermeture de
chantiers du BTP
• La loi prévoyait déjà que le préfet de département peut, lorsqu’il a connaissance d’un procès-verbal
relatif à une infraction de travail dissimulé, marchandage, prêt illicite de main d’œuvre, ordonner par
décision motivée, l’arrêt de l'activité de l'entreprise sur le site dans lequel a été commis l'infraction
ou le manquement, à titre temporaire et pour une durée ne pouvant excéder 3 mois.
• Toutefois, en raison de la courte durée de certains chantiers, cette mesure pouvait se révéler
inefficace.
• Ainsi, la loi « Travail » a complété ce dispositif en indiquant que, lorsque la fermeture temporaire est
devenue sans objet parce que l'activité est déjà achevée ou a été interrompue, l'autorité
administrative peut prononcer l'arrêt de l'activité de l'entreprise sur un autre site.
• Les conditions dans lesquelles cette mesure sera mise en œuvre aux chantiers du bâtiment et des
travaux publics doivent être fixées par décret, non paru à ce jour.
34
04
© Taj 2017
Vos contacts
35
Malik DOUAOUI
Avocat Associé
Email : adouaoui@taj.fr
Tel.: 01 40 88 25 26
Eric GUILLEMET
Avocat
Email : eguillemet@taj.fr
Tel.: 01 55 61 69 97
© Taj 2017
NEUILLY-SUR-SEINE
181 avenue Charles de Gaulle
92524 Neuilly-sur-Seine
Tel: 01 40 88 22 50
Fax: 01 40 88 22 17
BORDEAUX
19, boulevard Alfred Daney
BP 80105
33041 Bordeaux Cedex
Tel: 05 57 19 51 00
Fax: 05 57 19 51 01
LILLE
83, rue du Luxembourg
59777 Euralille
Tel: 03 20 14 94 20
Fax: 03 20 14 94 29
LYON
Immeuble "Higashi"
106, cours Charlemagne
CS 60209
69286 Lyon cedex 02
Tel: 04 72 43 37 85
Fax: 04 72 43 39 94
MARSEILLE
10, place de la Joliette
Les Docks – Atrium 10.4
BP 62544
13567 Marseille cedex 02
Tel: 04 91 59 84 75
Fax: 04 91 59 84 79
Les informations contenues dans cette présentation sont présentées à titre indicatif seulement. Cette présentation ne
doit pas être utilisée comme un substitut à une consultation d’un professionnel en fiscalité, en droit ou tout autre
conseil.
The information on this presentation is intended for guidance only. As such, it should not be used as a substitute for
consultation with professional tax, legal or other competent advisers.
© Taj 2017

Contenu connexe

Tendances

Idcc 1516 accord temps partiel
Idcc 1516 accord temps partielIdcc 1516 accord temps partiel
Idcc 1516 accord temps partiel
Léo Guittet
 
Actualité Sociale 7 Octobre
Actualité Sociale 7 OctobreActualité Sociale 7 Octobre
Actualité Sociale 7 Octobre
Benoît Bourquin
 
Avenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgie
Avenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgieAvenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgie
Avenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgie
Léo Guittet
 
Idcc 292 avenant indemnites
Idcc 292 avenant indemnitesIdcc 292 avenant indemnites
Idcc 292 avenant indemnites
Léo Guittet
 
IDCC 1044 Accord sur le forfait jour dans la CCN de l'horlogerie
IDCC 1044 Accord sur le forfait jour dans la CCN de l'horlogerieIDCC 1044 Accord sur le forfait jour dans la CCN de l'horlogerie
IDCC 1044 Accord sur le forfait jour dans la CCN de l'horlogerie
Société Tripalio
 
IDCC 3090 Avenant forfait jours
IDCC 3090 Avenant forfait joursIDCC 3090 Avenant forfait jours
IDCC 3090 Avenant forfait jours
Société Tripalio
 
IDCC 573 Avenant du 30 6 2016 relatif aux forfait jours ccn 3044
IDCC 573 Avenant du 30 6 2016 relatif aux forfait jours ccn 3044IDCC 573 Avenant du 30 6 2016 relatif aux forfait jours ccn 3044
IDCC 573 Avenant du 30 6 2016 relatif aux forfait jours ccn 3044
Mame Mariéme Traoré
 
Idcc 3236 accord temps de travail
Idcc 3236 accord temps de travailIdcc 3236 accord temps de travail
Idcc 3236 accord temps de travail
Léo Guittet
 
Idcc 2335 accord national forfait jours
Idcc 2335 accord national forfait joursIdcc 2335 accord national forfait jours
Idcc 2335 accord national forfait jours
Léo Guittet
 
Les forfaits jours et la charge de travail
Les forfaits jours et la charge de travailLes forfaits jours et la charge de travail
Les forfaits jours et la charge de travailPhilippe Dion
 
IDCC 2216 Avenant forfait jours dans la CCN Commerce de détail et de gros
IDCC 2216 Avenant forfait jours dans la CCN Commerce de détail  et de grosIDCC 2216 Avenant forfait jours dans la CCN Commerce de détail  et de gros
IDCC 2216 Avenant forfait jours dans la CCN Commerce de détail et de gros
Société Tripalio
 
Idcc 1077 accord forfait jours
Idcc 1077 accord forfait joursIdcc 1077 accord forfait jours
Idcc 1077 accord forfait jours
Société Tripalio
 
IDCC 1979 Avenant 22 bis cadres
IDCC 1979 Avenant 22 bis cadresIDCC 1979 Avenant 22 bis cadres
IDCC 1979 Avenant 22 bis cadres
Société Tripalio
 
Idcc 1996 avenant revision ccn
Idcc 1996 avenant revision ccnIdcc 1996 avenant revision ccn
Idcc 1996 avenant revision ccn
Société Tripalio
 
IDCC 3016 Accord sur l'aménagement du temps de travail
IDCC 3016 Accord sur l'aménagement du temps de travailIDCC 3016 Accord sur l'aménagement du temps de travail
IDCC 3016 Accord sur l'aménagement du temps de travail
Société Tripalio
 
IDCC 1518 Avenant temps partiel
IDCC 1518 Avenant temps partielIDCC 1518 Avenant temps partiel
IDCC 1518 Avenant temps partiel
Société Tripalio
 
Immobilier: Avenant concernant le travail à temps partiel au sein de la profe...
Immobilier: Avenant concernant le travail à temps partiel au sein de la profe...Immobilier: Avenant concernant le travail à temps partiel au sein de la profe...
Immobilier: Avenant concernant le travail à temps partiel au sein de la profe...
Groupe SFC, cabinet d'expertise comptable
 
IDCC 43 Avenant temps travail forfait jours
IDCC 43 Avenant temps travail forfait joursIDCC 43 Avenant temps travail forfait jours
IDCC 43 Avenant temps travail forfait jours
Société Tripalio
 
IDCC 1396 Accord conventions de forfait
IDCC 1396 Accord conventions de forfaitIDCC 1396 Accord conventions de forfait
IDCC 1396 Accord conventions de forfait
Société Tripalio
 
Idcc 489 accord type temps de travail
Idcc 489 accord type temps de travailIdcc 489 accord type temps de travail
Idcc 489 accord type temps de travail
Société Tripalio
 

Tendances (20)

Idcc 1516 accord temps partiel
Idcc 1516 accord temps partielIdcc 1516 accord temps partiel
Idcc 1516 accord temps partiel
 
Actualité Sociale 7 Octobre
Actualité Sociale 7 OctobreActualité Sociale 7 Octobre
Actualité Sociale 7 Octobre
 
Avenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgie
Avenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgieAvenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgie
Avenant 2-juillet-2020-indemnites-licenciement-retraite-plasturgie
 
Idcc 292 avenant indemnites
Idcc 292 avenant indemnitesIdcc 292 avenant indemnites
Idcc 292 avenant indemnites
 
IDCC 1044 Accord sur le forfait jour dans la CCN de l'horlogerie
IDCC 1044 Accord sur le forfait jour dans la CCN de l'horlogerieIDCC 1044 Accord sur le forfait jour dans la CCN de l'horlogerie
IDCC 1044 Accord sur le forfait jour dans la CCN de l'horlogerie
 
IDCC 3090 Avenant forfait jours
IDCC 3090 Avenant forfait joursIDCC 3090 Avenant forfait jours
IDCC 3090 Avenant forfait jours
 
IDCC 573 Avenant du 30 6 2016 relatif aux forfait jours ccn 3044
IDCC 573 Avenant du 30 6 2016 relatif aux forfait jours ccn 3044IDCC 573 Avenant du 30 6 2016 relatif aux forfait jours ccn 3044
IDCC 573 Avenant du 30 6 2016 relatif aux forfait jours ccn 3044
 
Idcc 3236 accord temps de travail
Idcc 3236 accord temps de travailIdcc 3236 accord temps de travail
Idcc 3236 accord temps de travail
 
Idcc 2335 accord national forfait jours
Idcc 2335 accord national forfait joursIdcc 2335 accord national forfait jours
Idcc 2335 accord national forfait jours
 
Les forfaits jours et la charge de travail
Les forfaits jours et la charge de travailLes forfaits jours et la charge de travail
Les forfaits jours et la charge de travail
 
IDCC 2216 Avenant forfait jours dans la CCN Commerce de détail et de gros
IDCC 2216 Avenant forfait jours dans la CCN Commerce de détail  et de grosIDCC 2216 Avenant forfait jours dans la CCN Commerce de détail  et de gros
IDCC 2216 Avenant forfait jours dans la CCN Commerce de détail et de gros
 
Idcc 1077 accord forfait jours
Idcc 1077 accord forfait joursIdcc 1077 accord forfait jours
Idcc 1077 accord forfait jours
 
IDCC 1979 Avenant 22 bis cadres
IDCC 1979 Avenant 22 bis cadresIDCC 1979 Avenant 22 bis cadres
IDCC 1979 Avenant 22 bis cadres
 
Idcc 1996 avenant revision ccn
Idcc 1996 avenant revision ccnIdcc 1996 avenant revision ccn
Idcc 1996 avenant revision ccn
 
IDCC 3016 Accord sur l'aménagement du temps de travail
IDCC 3016 Accord sur l'aménagement du temps de travailIDCC 3016 Accord sur l'aménagement du temps de travail
IDCC 3016 Accord sur l'aménagement du temps de travail
 
IDCC 1518 Avenant temps partiel
IDCC 1518 Avenant temps partielIDCC 1518 Avenant temps partiel
IDCC 1518 Avenant temps partiel
 
Immobilier: Avenant concernant le travail à temps partiel au sein de la profe...
Immobilier: Avenant concernant le travail à temps partiel au sein de la profe...Immobilier: Avenant concernant le travail à temps partiel au sein de la profe...
Immobilier: Avenant concernant le travail à temps partiel au sein de la profe...
 
IDCC 43 Avenant temps travail forfait jours
IDCC 43 Avenant temps travail forfait joursIDCC 43 Avenant temps travail forfait jours
IDCC 43 Avenant temps travail forfait jours
 
IDCC 1396 Accord conventions de forfait
IDCC 1396 Accord conventions de forfaitIDCC 1396 Accord conventions de forfait
IDCC 1396 Accord conventions de forfait
 
Idcc 489 accord type temps de travail
Idcc 489 accord type temps de travailIdcc 489 accord type temps de travail
Idcc 489 accord type temps de travail
 

Similaire à Décryptage de la loi El Khomri : quels changements pour les entreprises ?

Idcc 1631 accord cdd
Idcc 1631 accord cddIdcc 1631 accord cdd
Idcc 1631 accord cdd
Léo Guittet
 
02. Diapos DuréE Travail Janv 09
02. Diapos DuréE Travail Janv 0902. Diapos DuréE Travail Janv 09
02. Diapos DuréE Travail Janv 09Francois Bardel
 
Temps partiel & heures complémentaires
Temps partiel & heures complémentairesTemps partiel & heures complémentaires
Temps partiel & heures complémentaires
BBK Management
 
IDCC 3090 accord du 21 octobre 2015
IDCC 3090 accord du 21 octobre 2015IDCC 3090 accord du 21 octobre 2015
IDCC 3090 accord du 21 octobre 2015
Société Tripalio
 
Idcc 1589 accord temps de travail
Idcc 1589 accord temps de travailIdcc 1589 accord temps de travail
Idcc 1589 accord temps de travail
Léo Guittet
 
Idcc 669 accord cdd contrat temporaire
Idcc 669 accord cdd contrat temporaireIdcc 669 accord cdd contrat temporaire
Idcc 669 accord cdd contrat temporaire
Léo Guittet
 
IDCC 2697 Avenant ccn durée du travail le 30 juin 2016
IDCC 2697 Avenant ccn durée du travail le 30 juin 2016IDCC 2697 Avenant ccn durée du travail le 30 juin 2016
IDCC 2697 Avenant ccn durée du travail le 30 juin 2016
Société Tripalio
 
Idcc 2697 avenant temps de travail
Idcc 2697 avenant temps de travailIdcc 2697 avenant temps de travail
Idcc 2697 avenant temps de travail
Léo Guittet
 
IDCC 3168 Accord Aménagement organisation du temps travail
IDCC 3168 Accord Aménagement organisation du temps travail IDCC 3168 Accord Aménagement organisation du temps travail
IDCC 3168 Accord Aménagement organisation du temps travail
Société Tripalio
 
IDCC 2596 Avenant temps partiel 19 01 2016
IDCC 2596 Avenant temps partiel 19 01 2016IDCC 2596 Avenant temps partiel 19 01 2016
IDCC 2596 Avenant temps partiel 19 01 2016
Société Tripalio
 
Idcc 1487 accord cdd
Idcc 1487 accord cddIdcc 1487 accord cdd
Idcc 1487 accord cdd
Léo Guittet
 
Avenant n° 38 du 21 janvier 2016 relatif aux modalités d'organisation du trav...
Avenant n° 38 du 21 janvier 2016 relatif aux modalités d'organisation du trav...Avenant n° 38 du 21 janvier 2016 relatif aux modalités d'organisation du trav...
Avenant n° 38 du 21 janvier 2016 relatif aux modalités d'organisation du trav...
Romain MICHELON
 
IDCC 1631 Avenant n37 travail saisonnier
IDCC 1631 Avenant n37   travail saisonnierIDCC 1631 Avenant n37   travail saisonnier
IDCC 1631 Avenant n37 travail saisonnier
Société Tripalio
 
Idcc 1710 accord mise a disposition salaries
Idcc 1710 accord mise a disposition salariesIdcc 1710 accord mise a disposition salaries
Idcc 1710 accord mise a disposition salaries
Société Tripalio
 
IDCC 1266 avenant n° 52 du 11 mars 2016
IDCC 1266 avenant n° 52 du 11 mars 2016IDCC 1266 avenant n° 52 du 11 mars 2016
IDCC 1266 avenant n° 52 du 11 mars 2016
Société Tripalio
 
Idcc 1606 accord contrat a duree determinee cdd
Idcc 1606 accord contrat a duree determinee cddIdcc 1606 accord contrat a duree determinee cdd
Idcc 1606 accord contrat a duree determinee cdd
Léo Guittet
 
IDCC 218 Pa relatif au temps partiel dérogatoire
IDCC 218 Pa relatif au temps partiel dérogatoireIDCC 218 Pa relatif au temps partiel dérogatoire
IDCC 218 Pa relatif au temps partiel dérogatoire
Mame Mariéme Traoré
 
IDCC 1044 Avenant relatif à l'aménagement du temps de travail dans la CCN de ...
IDCC 1044 Avenant relatif à l'aménagement du temps de travail dans la CCN de ...IDCC 1044 Avenant relatif à l'aménagement du temps de travail dans la CCN de ...
IDCC 1044 Avenant relatif à l'aménagement du temps de travail dans la CCN de ...
Société Tripalio
 
IDCC 292 Accord salaires du 15 décembre 2016 (version word)
IDCC 292 Accord salaires du 15 décembre  2016 (version word)IDCC 292 Accord salaires du 15 décembre  2016 (version word)
IDCC 292 Accord salaires du 15 décembre 2016 (version word)
Société Tripalio
 
Idcc 1580 accord salaires smc
Idcc 1580 accord salaires smcIdcc 1580 accord salaires smc
Idcc 1580 accord salaires smc
Léo Guittet
 

Similaire à Décryptage de la loi El Khomri : quels changements pour les entreprises ? (20)

Idcc 1631 accord cdd
Idcc 1631 accord cddIdcc 1631 accord cdd
Idcc 1631 accord cdd
 
02. Diapos DuréE Travail Janv 09
02. Diapos DuréE Travail Janv 0902. Diapos DuréE Travail Janv 09
02. Diapos DuréE Travail Janv 09
 
Temps partiel & heures complémentaires
Temps partiel & heures complémentairesTemps partiel & heures complémentaires
Temps partiel & heures complémentaires
 
IDCC 3090 accord du 21 octobre 2015
IDCC 3090 accord du 21 octobre 2015IDCC 3090 accord du 21 octobre 2015
IDCC 3090 accord du 21 octobre 2015
 
Idcc 1589 accord temps de travail
Idcc 1589 accord temps de travailIdcc 1589 accord temps de travail
Idcc 1589 accord temps de travail
 
Idcc 669 accord cdd contrat temporaire
Idcc 669 accord cdd contrat temporaireIdcc 669 accord cdd contrat temporaire
Idcc 669 accord cdd contrat temporaire
 
IDCC 2697 Avenant ccn durée du travail le 30 juin 2016
IDCC 2697 Avenant ccn durée du travail le 30 juin 2016IDCC 2697 Avenant ccn durée du travail le 30 juin 2016
IDCC 2697 Avenant ccn durée du travail le 30 juin 2016
 
Idcc 2697 avenant temps de travail
Idcc 2697 avenant temps de travailIdcc 2697 avenant temps de travail
Idcc 2697 avenant temps de travail
 
IDCC 3168 Accord Aménagement organisation du temps travail
IDCC 3168 Accord Aménagement organisation du temps travail IDCC 3168 Accord Aménagement organisation du temps travail
IDCC 3168 Accord Aménagement organisation du temps travail
 
IDCC 2596 Avenant temps partiel 19 01 2016
IDCC 2596 Avenant temps partiel 19 01 2016IDCC 2596 Avenant temps partiel 19 01 2016
IDCC 2596 Avenant temps partiel 19 01 2016
 
Idcc 1487 accord cdd
Idcc 1487 accord cddIdcc 1487 accord cdd
Idcc 1487 accord cdd
 
Avenant n° 38 du 21 janvier 2016 relatif aux modalités d'organisation du trav...
Avenant n° 38 du 21 janvier 2016 relatif aux modalités d'organisation du trav...Avenant n° 38 du 21 janvier 2016 relatif aux modalités d'organisation du trav...
Avenant n° 38 du 21 janvier 2016 relatif aux modalités d'organisation du trav...
 
IDCC 1631 Avenant n37 travail saisonnier
IDCC 1631 Avenant n37   travail saisonnierIDCC 1631 Avenant n37   travail saisonnier
IDCC 1631 Avenant n37 travail saisonnier
 
Idcc 1710 accord mise a disposition salaries
Idcc 1710 accord mise a disposition salariesIdcc 1710 accord mise a disposition salaries
Idcc 1710 accord mise a disposition salaries
 
IDCC 1266 avenant n° 52 du 11 mars 2016
IDCC 1266 avenant n° 52 du 11 mars 2016IDCC 1266 avenant n° 52 du 11 mars 2016
IDCC 1266 avenant n° 52 du 11 mars 2016
 
Idcc 1606 accord contrat a duree determinee cdd
Idcc 1606 accord contrat a duree determinee cddIdcc 1606 accord contrat a duree determinee cdd
Idcc 1606 accord contrat a duree determinee cdd
 
IDCC 218 Pa relatif au temps partiel dérogatoire
IDCC 218 Pa relatif au temps partiel dérogatoireIDCC 218 Pa relatif au temps partiel dérogatoire
IDCC 218 Pa relatif au temps partiel dérogatoire
 
IDCC 1044 Avenant relatif à l'aménagement du temps de travail dans la CCN de ...
IDCC 1044 Avenant relatif à l'aménagement du temps de travail dans la CCN de ...IDCC 1044 Avenant relatif à l'aménagement du temps de travail dans la CCN de ...
IDCC 1044 Avenant relatif à l'aménagement du temps de travail dans la CCN de ...
 
IDCC 292 Accord salaires du 15 décembre 2016 (version word)
IDCC 292 Accord salaires du 15 décembre  2016 (version word)IDCC 292 Accord salaires du 15 décembre  2016 (version word)
IDCC 292 Accord salaires du 15 décembre 2016 (version word)
 
Idcc 1580 accord salaires smc
Idcc 1580 accord salaires smcIdcc 1580 accord salaires smc
Idcc 1580 accord salaires smc
 

Plus de Deloitte Société d'Avocats

Financial Crime - Resultats enquete_septembre 23.pptx
Financial Crime - Resultats enquete_septembre 23.pptxFinancial Crime - Resultats enquete_septembre 23.pptx
Financial Crime - Resultats enquete_septembre 23.pptx
Deloitte Société d'Avocats
 
Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier 
Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier  Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier 
Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier 
Deloitte Société d'Avocats
 
Actualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - Conférence à Bordeaux
Actualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - Conférence à BordeauxActualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - Conférence à Bordeaux
Actualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - Conférence à Bordeaux
Deloitte Société d'Avocats
 
Actualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - La fiscalité pour passer...
Actualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - La fiscalité pour passer...Actualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - La fiscalité pour passer...
Actualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - La fiscalité pour passer...
Deloitte Société d'Avocats
 
Mobilité internationale et actualités juridiques et fiscales en France et e...
Mobilité internationale et actualités juridiques et fiscales en France et e...Mobilité internationale et actualités juridiques et fiscales en France et e...
Mobilité internationale et actualités juridiques et fiscales en France et e...
Deloitte Société d'Avocats
 
Rétention des talents et restructuration : quels modes de rémunération adopter ?
Rétention des talents et restructuration : quels modes de rémunération adopter ?Rétention des talents et restructuration : quels modes de rémunération adopter ?
Rétention des talents et restructuration : quels modes de rémunération adopter ?
Deloitte Société d'Avocats
 
Quels levier actionner pour optimiser votre empreinte immobilière ? Une appro...
Quels levier actionner pour optimiser votre empreinte immobilière ? Une appro...Quels levier actionner pour optimiser votre empreinte immobilière ? Une appro...
Quels levier actionner pour optimiser votre empreinte immobilière ? Une appro...
Deloitte Société d'Avocats
 
Webinar coronavirus financement immobilier - 12 mai 2020 - slides
Webinar coronavirus   financement immobilier - 12 mai 2020 - slidesWebinar coronavirus   financement immobilier - 12 mai 2020 - slides
Webinar coronavirus financement immobilier - 12 mai 2020 - slides
Deloitte Société d'Avocats
 
Covid-19 : des enjeux en matière de prix de transfert à traiter rapidement !
Covid-19 : des enjeux en matière de prix de transfert à traiter rapidement !Covid-19 : des enjeux en matière de prix de transfert à traiter rapidement !
Covid-19 : des enjeux en matière de prix de transfert à traiter rapidement !
Deloitte Société d'Avocats
 
Les entreprises face au Coronavirus : maintien de l'activité & protection des...
Les entreprises face au Coronavirus : maintien de l'activité & protection des...Les entreprises face au Coronavirus : maintien de l'activité & protection des...
Les entreprises face au Coronavirus : maintien de l'activité & protection des...
Deloitte Société d'Avocats
 
Les entreprises face au coronavirus : le maintien de l’activité et la protect...
Les entreprises face au coronavirus : le maintien de l’activité et la protect...Les entreprises face au coronavirus : le maintien de l’activité et la protect...
Les entreprises face au coronavirus : le maintien de l’activité et la protect...
Deloitte Société d'Avocats
 
Lois de finances 2020 pour le secteur financier : la France post « gilets jau...
Lois de finances 2020 pour le secteur financier : la France post « gilets jau...Lois de finances 2020 pour le secteur financier : la France post « gilets jau...
Lois de finances 2020 pour le secteur financier : la France post « gilets jau...
Deloitte Société d'Avocats
 
Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...
Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...
Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...
Deloitte Société d'Avocats
 
Quel contrôle pour le CIR ? La parole aux entreprises - édition 2019
Quel contrôle pour le CIR ? La parole aux entreprises - édition 2019Quel contrôle pour le CIR ? La parole aux entreprises - édition 2019
Quel contrôle pour le CIR ? La parole aux entreprises - édition 2019
Deloitte Société d'Avocats
 
Prix de transfert : la carotte et le baton
Prix de transfert : la carotte et le batonPrix de transfert : la carotte et le baton
Prix de transfert : la carotte et le baton
Deloitte Société d'Avocats
 
La nouvelle vie du contrat : impacts du numérique
La nouvelle vie du contrat : impacts du numériqueLa nouvelle vie du contrat : impacts du numérique
La nouvelle vie du contrat : impacts du numérique
Deloitte Société d'Avocats
 
Êtes-vous brexit ready ?
Êtes-vous brexit ready ? Êtes-vous brexit ready ?
Êtes-vous brexit ready ?
Deloitte Société d'Avocats
 
The French Digital Services Tax: An Economic Impact Assessment
The French Digital Services Tax: An Economic Impact AssessmentThe French Digital Services Tax: An Economic Impact Assessment
The French Digital Services Tax: An Economic Impact Assessment
Deloitte Société d'Avocats
 
Lois de finances 2019 pour le secteur financier : la lutte contre la fraude c...
Lois de finances 2019 pour le secteur financier : la lutte contre la fraude c...Lois de finances 2019 pour le secteur financier : la lutte contre la fraude c...
Lois de finances 2019 pour le secteur financier : la lutte contre la fraude c...
Deloitte Société d'Avocats
 
Lois de finances 2019 – Quand fiscalité rime avec fermeté : de l’harmonisatio...
Lois de finances 2019 – Quand fiscalité rime avec fermeté : de l’harmonisatio...Lois de finances 2019 – Quand fiscalité rime avec fermeté : de l’harmonisatio...
Lois de finances 2019 – Quand fiscalité rime avec fermeté : de l’harmonisatio...
Deloitte Société d'Avocats
 

Plus de Deloitte Société d'Avocats (20)

Financial Crime - Resultats enquete_septembre 23.pptx
Financial Crime - Resultats enquete_septembre 23.pptxFinancial Crime - Resultats enquete_septembre 23.pptx
Financial Crime - Resultats enquete_septembre 23.pptx
 
Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier 
Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier  Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier 
Actualité fiscale et Loi de Finances 2023 pour le secteur financier 
 
Actualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - Conférence à Bordeaux
Actualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - Conférence à BordeauxActualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - Conférence à Bordeaux
Actualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - Conférence à Bordeaux
 
Actualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - La fiscalité pour passer...
Actualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - La fiscalité pour passer...Actualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - La fiscalité pour passer...
Actualités fiscales et Loi de finances pour 2023 - La fiscalité pour passer...
 
Mobilité internationale et actualités juridiques et fiscales en France et e...
Mobilité internationale et actualités juridiques et fiscales en France et e...Mobilité internationale et actualités juridiques et fiscales en France et e...
Mobilité internationale et actualités juridiques et fiscales en France et e...
 
Rétention des talents et restructuration : quels modes de rémunération adopter ?
Rétention des talents et restructuration : quels modes de rémunération adopter ?Rétention des talents et restructuration : quels modes de rémunération adopter ?
Rétention des talents et restructuration : quels modes de rémunération adopter ?
 
Quels levier actionner pour optimiser votre empreinte immobilière ? Une appro...
Quels levier actionner pour optimiser votre empreinte immobilière ? Une appro...Quels levier actionner pour optimiser votre empreinte immobilière ? Une appro...
Quels levier actionner pour optimiser votre empreinte immobilière ? Une appro...
 
Webinar coronavirus financement immobilier - 12 mai 2020 - slides
Webinar coronavirus   financement immobilier - 12 mai 2020 - slidesWebinar coronavirus   financement immobilier - 12 mai 2020 - slides
Webinar coronavirus financement immobilier - 12 mai 2020 - slides
 
Covid-19 : des enjeux en matière de prix de transfert à traiter rapidement !
Covid-19 : des enjeux en matière de prix de transfert à traiter rapidement !Covid-19 : des enjeux en matière de prix de transfert à traiter rapidement !
Covid-19 : des enjeux en matière de prix de transfert à traiter rapidement !
 
Les entreprises face au Coronavirus : maintien de l'activité & protection des...
Les entreprises face au Coronavirus : maintien de l'activité & protection des...Les entreprises face au Coronavirus : maintien de l'activité & protection des...
Les entreprises face au Coronavirus : maintien de l'activité & protection des...
 
Les entreprises face au coronavirus : le maintien de l’activité et la protect...
Les entreprises face au coronavirus : le maintien de l’activité et la protect...Les entreprises face au coronavirus : le maintien de l’activité et la protect...
Les entreprises face au coronavirus : le maintien de l’activité et la protect...
 
Lois de finances 2020 pour le secteur financier : la France post « gilets jau...
Lois de finances 2020 pour le secteur financier : la France post « gilets jau...Lois de finances 2020 pour le secteur financier : la France post « gilets jau...
Lois de finances 2020 pour le secteur financier : la France post « gilets jau...
 
Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...
Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...
Lois de finances 2020 : toujours plus de transparence … toujours plus de comp...
 
Quel contrôle pour le CIR ? La parole aux entreprises - édition 2019
Quel contrôle pour le CIR ? La parole aux entreprises - édition 2019Quel contrôle pour le CIR ? La parole aux entreprises - édition 2019
Quel contrôle pour le CIR ? La parole aux entreprises - édition 2019
 
Prix de transfert : la carotte et le baton
Prix de transfert : la carotte et le batonPrix de transfert : la carotte et le baton
Prix de transfert : la carotte et le baton
 
La nouvelle vie du contrat : impacts du numérique
La nouvelle vie du contrat : impacts du numériqueLa nouvelle vie du contrat : impacts du numérique
La nouvelle vie du contrat : impacts du numérique
 
Êtes-vous brexit ready ?
Êtes-vous brexit ready ? Êtes-vous brexit ready ?
Êtes-vous brexit ready ?
 
The French Digital Services Tax: An Economic Impact Assessment
The French Digital Services Tax: An Economic Impact AssessmentThe French Digital Services Tax: An Economic Impact Assessment
The French Digital Services Tax: An Economic Impact Assessment
 
Lois de finances 2019 pour le secteur financier : la lutte contre la fraude c...
Lois de finances 2019 pour le secteur financier : la lutte contre la fraude c...Lois de finances 2019 pour le secteur financier : la lutte contre la fraude c...
Lois de finances 2019 pour le secteur financier : la lutte contre la fraude c...
 
Lois de finances 2019 – Quand fiscalité rime avec fermeté : de l’harmonisatio...
Lois de finances 2019 – Quand fiscalité rime avec fermeté : de l’harmonisatio...Lois de finances 2019 – Quand fiscalité rime avec fermeté : de l’harmonisatio...
Lois de finances 2019 – Quand fiscalité rime avec fermeté : de l’harmonisatio...
 

Décryptage de la loi El Khomri : quels changements pour les entreprises ?

  • 1. Décryptage de la loi El Khomri : Quels changements pour les entreprises ? 27 avril 2017 Malik Douaoui et Eric Guillemet © Taj 2017
  • 2. SOMMAIRE 1. Réforme de la durée du travail 2. Rénovation de la négociation collective 3. Encadrement des licenciements pour motif économique 4. Renforcement de la lutte contre le détachement illégal 2 © Taj 2017
  • 3. 01 Réforme de la durée du travail 3 © Taj 2017
  • 4. Réforme de la durée du travail • Objectifs • Faciliter la montée en puissance de la négociation collective grâce à une nouvelle architecture du Code du travail plus lisible ; • Donner la priorité à la négociation d’entreprise en matière de durée du travail pour répondre au besoin de normes plus proches de la réalité du terrain ; • Faciliter le quotidien des entreprises en leur permettant d’allonger les périodes pendant lesquelles elles peuvent aménager le temps de travail ; • Donner plus de souplesse aux TPE et aux PME afin de renforcer leur compétitivité. 4 01 © Taj 2017
  • 5. Réforme de la durée du travail • Quelles sont les nouvelles mesures issues de la Loi travail ? • Adoption d’une nouvelle architecture de la partie durée du travail du Code du travail et réorganisation des titres en 3 parties :  La première partie intitulée « Ordre public » pose les règles auxquelles il ne peut pas être dérogé ;  La deuxième partie intitulée « Champ de la négociation collective » fixe précisément le champ de la négociation collective ;  La troisième partie « Dispositions supplétives » rassemble les dispositions du code qui ont vocation à s’appliquer en l’absence d’accord collectif. • Consécration de la primauté de l’accord d’entreprise ou d’établissement sur la convention ou l’accord de branche • Sécurisation du recours aux conventions de forfait en heures et en jours sur l’année • Entrée en vigueur : à défaut de précision dans la loi, ces mesures sont entrées en vigueur le lendemain de leur publication au Journal officiel. La généralisation de l’accord collectif majoritaire a débuté à compter du 1er janvier 2017. 5 01 © Taj 2017
  • 6. La primauté de principe de l’accord collectif d’entreprise ou d’établissement sur la convention ou l’accord de branche 6 01.01 © Taj 2017
  • 7. La primauté de principe de l’accord d’entreprise ou d’établissement sur la convention ou l’accord de branche • L’accord collectif d’entreprise devient le niveau de droit commun en matière de durée du travail • Quels sont les nouveaux domaines concernés ? - Taux de majoration des heures supplémentaires : l’accord de branche ne s’applique plus qu’à défaut d’accord d’entreprise et ce même s’il prévoit une clause dite de verrouillage. Dans les 2 cas, le taux ne peut pas être inférieur à 10 % (article L. 3121-33 nouveau) ; - Travail de nuit : le principe de primauté est uniquement applicable pour la mise en place du travail de nuit, le dépassement de la durée quotidienne maximale de 8 heures pour certaines activités et l’augmentation de la durée maximale hebdomadaire jusqu’à 44 heures sur 12 semaines consécutives ; - Dérogation à la durée minimale de repos quotidien (notamment pour les activités caractérisées par la nécessité d’assurer une continuité du service ou par des périodes d’intervention fractionnées). A défaut d’accord d’entreprise, un décret définit les conditions dans lesquelles il peut être dérogé à cette durée minimale en cas de surcroît exceptionnel d’activité (articles L. 3131-3 et D. 3131-1 à -7 nouveaux) ; - Autres domaines tels que la fixation de la rémunération des temps de restauration et de pause, la détermination des contreparties aux temps d’habillage et de déshabillage ou la mise en place des astreintes. 7 01.01 © Taj 2017
  • 8. La primauté de principe de l’accord d’entreprise ou d’établissement sur la convention ou l’accord de branche • Modification des conditions permettant de déroger aux durées maximales quotidiennes et hebdomadaires 8 01.01 Avant la loi Après la loi Dérogation par accord collectif à la durée quotidienne de 10 heures Sans restriction, à condition que l’accord de branche soit étendu et que la durée ne dépasse pas 12 heures - Sur autorisation de l’inspecteur du travail ou en cas d’urgence (dont les modalités sont définies aux articles D. 3121-4 et suiv.) ou - Par accord d’entreprise ou d’établissement ou à défaut par accord de branche, dans les cas d’accroissement d’activité ou de motifs liés à l’organisation de l’entreprise. La durée ne doit pas dépasser 12 heures Articles L. 3121-18 et 19 nouveaux Dérogations à la durée maximale de 44 heures sur 12 semaines Par décret pris après conclusion d’une convention ou d’un accord collectif de branche Par accord d’entreprise ou d’établissement ou à défaut par accord de branche (sans qu’il soit validé par décret) à condition que cette durée ne dépasse pas 46 heures sur la même période Article L. 3121-23 nouveau © Taj 2017
  • 9. La primauté de principe de l’accord d’entreprise ou d’établissement sur la convention ou l’accord de branche • Révision des possibilités d’aménagement du temps de travail : article L 3121-41 nouveau (*) Un accord d’entreprise ne peut prévoir un aménagement sur une période supérieure à l’année qu’à la condition qu’un accord de branche l’y autorise. 9 01.01 Avant la loi Après la loi Avec la conclusion d’un accord d’entreprise ou d’établissement ou, à défaut de branche Aménagement de la durée du travail sur une période supérieure à la semaine et au plus égale à l’année Aménagement possible de la durée du travail sur une période supérieure à la semaine jusqu’à 3 ans (*) A défaut d’accord d’entreprise ou d’établissement ou, à défaut de branche Aménagement par l’employeur de la durée du travail sur 4 semaines, quelle que soit la taille de l’entreprise Aménagement par l’employeur de la durée du travail sur : - 9 semaines pour les entreprises de moins de 50 salariés - 4 semaines pour les entreprises de 50 salariés et plus © Taj 2017
  • 10. La primauté de principe de l’accord d’entreprise ou d’établissement sur la convention ou l’accord de branche • Sécurisation de l’ancien dispositif de modulation La loi du 20 août 2008 avait refondu l’ensemble des dispositifs d’aménagement du temps de travail tout en maintenant la légalité des anciens accords sous réserve qu’ils remplissent les conditions exigées par la législation antérieure. Plusieurs anciens dispositifs de modulation dépourvus de programme indicatif de modulation s’étaient retrouvés invalidés par la Cour de Cassation (Cass.soc. 2-7-2014 n°13-14.216 ; Cass.soc. 17-12- 2014 n°13-19.834). Afin de sécuriser le recours aux dispositifs de modulation, la loi pose pour principe que les dispositions relatives à la détermination d’un programme indicatif cessent d’être applicables aux accords conclus antérieurement à la publication de la loi. 10 01.01 © Taj 2017
  • 11. La sécurisation des forfaits en heures et en jours 11 01.02 © Taj 2017
  • 12. La sécurisation des forfaits en heures et en jours • Les accords collectifs autorisant le recours au forfait en heures ou en jours sur l’année, conclus après la publication de la loi, sont enrichis de deux nouvelles clauses obligatoires – art. L. 3121-64 I nouveau  La définition de la période de référence du forfait ;  Les conditions de prise en compte des absences, des arrivées et des départs en cours de période pour la rémunération des salariés. • L’accord collectif autorisant le recours au forfait jours sur l’année doit comporter de nouvelles clauses – art. L. 3121-64 II nouveau  Les modalités selon lesquelles l’employeur assure l’évaluation et le suivi régulier de la charge de travail du salarié ;  Les modalités selon lesquelles l’employeur et le salarié communiquent périodiquement sur la charge de travail du salarié, sur l’articulation entre son activité professionnelle et sa vie personnelle, sur sa rémunération ainsi que sur l’organisation du travail du salarié ;  Les modalités d’exercice par le salarié de son droit à la déconnexion prévu au 7° de l’article L. 2242-8 du Code du travail. • L’employeur se voit contraint de veiller régulièrement à ce que la charge de travail du salarié reste raisonnable et permet une bonne répartition dans le temps de son travail – art. L. 3121-60 nouveau. 12 01.02 © Taj 2017
  • 13. La sécurisation des forfaits en heures et en jours • Mise en place d’un dispositif dit de « béquille » en cas d’accord collectif d’entreprise ou de branche insuffisant en terme de suivi régulier de la charge de travail du salarié - Art. L. 3121-64 II nouveau 1° et 2° Le défaut de procédure de suivi dans l’accord collectif n’empêche pas le recours par l’employeur au forfait jours sous réserve de respecter 3 règles – art. L.3121-65 I nouveau  Obligation d’établir un document de contrôle mentionnant la date et le nombre de journées ou demi- journées travaillées ;  Obligation de s’assurer de la compatibilité de la charge de travail du salarié avec le respect des temps de repos quotidien et hebdomadaire ;  Obligation d’organiser un entretien annuel avec le salarié pour évoquer sa charge de travail, l’organisation de son travail, l’articulation entre son activité professionnelle et sa vie personnelle ainsi que sa rémunération. En outre, en l’absence de dispositions conventionnelles relatives au droit à la déconnexion (Art. L. 3121-64 II nouveau 3°), les modalités d’exercice par le salarié de son droit (Art. L.3121- 65 II nouveau)  Sont définies par l’employeur et communiquées par tout moyen aux salariés concernés ;  Seront à compter du 1er janvier 2017 intégrées au sein d’une charte sur la régulation de l’utilisation des outils numériques pour les entreprises de 50 salariés et plus. 13 01.02 © Taj 2017
  • 14. La sécurisation des forfaits en heures et en jours • Mise en conformité avec la loi de l’accord collectif autorisant le recours au forfait en heures ou en jours sur l’année (Art. L. 3121-64 nouveau) : aucun accord du salarié requis • La durée de l’avenant portant renonciation à des jours de repos est limitée à 1 an et ne peut pas être reconduit de manière tacite – Art. L.3121-59 nouveau Mesure applicable à compter du lendemain de la publication de la loi au journal officiel 14 01.02 © Taj 2017
  • 15. 02 Rénovation de la négociation collective 15 © Taj 2017
  • 16. Révision facilitée des accords collectifs • Règles relatives à la révision des accords collectifs antérieures à la Loi travail • Des règles de révision sources de blocage  Avant la Loi travail, l’engagement de la procédure de révision n’était possible qu’avec le consentement unanime de tous les signataires  La conclusion d’un accord de révision des conventions ou accords collectifs n’était quant à elle possible que par les organisations syndicales de salariés représentatives (i) signataires et/ou (ii) par celles y ayant adhéré ultérieurement  Ces règles étaient sources de fréquents blocages : ‒ Un syndicat signataire pouvait, alors même qu’il ne satisfaisait plus à la condition d’audience faute d’avoir franchi le seuil des 10 % de suffrages exprimés aux élections intervenues postérieurement à la conclusion de l’accord, s’opposer à l’engagement d’une procédure de révision. ‒ La révision pouvait devenir impossible si l’ensemble des syndicats signataires ne franchissait pas le seuil de représentativité de 30 %. • Des règles de révision au carrefour de deux logiques  Une logique contractuelle qui exigerait que seules les parties à l’accord puissent modifier ou faire évoluer le « contrat »  Une logique conventionnelle qui placerait l’audience syndicale comme seul critère de la révision des accords. 16 02 © Taj 2017
  • 17. Révision facilitée des accords collectifs • De nouvelles règles relatives à l’engagement de la procédure de révision issues de la Loi travail • Révision engagée au cours du cycle électoral de conclusion de l’accord  Durant le cycle électoral au cours duquel l’accord a été conclu, l’engagement de la procédure de révision est réservé uniquement à la ou les organisations syndicales de salariés à la fois (i) représentatives et (ii) signataires ou adhérentes de l’accord. • Révision engagée une fois le cycle électoral de conclusion de l’accord achevé  La Loi travail met fin à une règle source de blocage : à l’issue du cycle électoral, l’engagement de la procédure de révision est désormais ouvert à toutes les organisations syndicales de salariés représentatives dans le champ d’application de l’accord, même celles n’ayant pas signé le texte ou adhéré à celui-ci. • Révision en l’absence de délégué syndical dans l’entreprise La Loi travail met fin à une incertitude juridique et habilite désormais à réviser les conventions ou accords collectifs d’entreprise :  Les élus mandatés par des syndicats ;  A défaut, des élus non mandatés ;  A défaut, des salariés non élus mandatés. 17 02 © Taj 2017
  • 18. Révision facilitée des accords collectifs • De nouvelles règles relatives à la conclusion d’accord de révision issues de la Loi travail • Avenant de révision opposable à l’ensemble des employeurs et salariés liés par l’accord révisé  L’article L2261-8 du Code du travail n’est pas modifié : L’accord portant révision de tout ou partie d’un accord se substitue de plein droit aux stipulations de l’accord qu’il modifie et est opposable à l’ensemble des employeurs et salariés liés par l’accord. 18 02 © Taj 2017
  • 19. Dénonciation et mise en cause : fin des avantages acquis • Rappel des règles relatives à la dénonciation des conventions et accords collectifs • La dénonciation et la mise en cause d’un accord collectif à durée indéterminée  La Loi travail laisse inchangées les règles relatives aux conditions et modalités de la dénonciation d’une convention ou d’un accord collectif de travail : la convention et l’accord à durée indéterminée peuvent être dénoncés par les parties signataires • La mise en cause d’un accord collectif  La mise en cause peut notamment résulter d’une fusion, d’une cession, d’une scission ou d’un changement d’activité • Conséquences de la dénonciation ou mise en cause d’un accord collectif  Dans l’un et l’autre cas, les conventions ou accords collectifs : - Cessent d’être applicables aux salariés concernés, soit à la date d’entrée en vigueur d’une convention ou accord de substitution, soit au plus tard à l’expiration du délai légal ou conventionnel « de survie » ; - En cas d’absence de conclusion d’une convention ou d’un accord de substitution, donnent lieu au maintien d’un certain nombre de droits : avantages individuels acquis jusqu’à la Loi travail puis, depuis, droit au maintien de la rémunération perçue. 19 02 © Taj 2017
  • 20. Dénonciation et mise en cause : fin des avantages acquis • Incitation des partenaires sociaux à négocier un nouvel accord • En cas de dénonciation  La négociation d’un accord de substitution s’engage alors, à la demande d’une des parties intéressées, dans les trois mois suivant le début du préavis de dénonciation (et non plus dans les trois mois suivant la date de la dénonciation)  Depuis la loi Travail, cette négociation peut déboucher sur un accord avant l’expiration de ce préavis. • En cas de mise en cause  Négociation après mise en cause Une nouvelle négociation doit s’engager dans l’entreprise concernée, à la demande d’une des parties intéressées, dans les trois mois suivant la mise en cause, soit pour l’adaptation aux dispositions conventionnelles nouvellement applicables, soit pour l’élaboration de nouvelles stipulations.  Négociation anticipée avant mise en cause ‒ Accord de transition : conclu avec les organisations syndicales représentatives du cédant. Cet accord, qui ne peut excéder 3 ans, s’applique à l’exclusion des stipulations portant sur le même objet des accords applicables chez le cessionnaire. A l’expiration de cet accord, les accords applicables chez le cessionnaires s’appliquent aux salariés transférés. ‒ Accord d’adaptation : conclu avec les organisations syndicales représentatives du cédant et du cessionnaire. Cet accord se substitue aux accords mis en cause et révise ceux applicables chez le cessionnaire. 20 02 © Taj 2017
  • 21. Dénonciation et mise en cause : fin des avantages acquis • Du maintien des avantages individuels acquis au maintien de la rémunération perçue • Faute de conclusion d’un accord de substitution, maintien de la rémunération perçue  Faute de conclusion d’une convention ou d’accord de remplacement / substitution dans un délai d’1 an à compter de l’expiration du préavis de dénonciation, les salariés transférés ne conserveront plus les avantages individuels acquis mais uniquement leur rémunération. • Quelle rémunération ? • Maintien d’une rémunération dont le montant annuel pour une durée du travail équivalente à celle prévue au contrat de travail ne peut pas être inférieure à la rémunération versée lors des 12 derniers mois précédant la date à laquelle la convention ou l’accord cesse de produire ses effets. • Rémunération au sens de l’article L. 242-1 du Code de la Sécurité Sociale : toutes les sommes versées au salarié en contrepartie ou à l’occasion du travail. Sont notamment visés : ‒ Salaire de base ; ‒ Rémunération des heures supplémentaires et complémentaires et majorations afférentes, ‒ Indemnités de congés payés ; ‒ Gratifications liées à l’exécution du travail, primes annuelles, avantages en nature, etc.  Sont en revanche exclus les remboursements de frais professionnels, la participation, l’intéressement. 21 02 © Taj 2017
  • 22. 03 Encadrement des licenciements pour motif économique 22 © Taj 2017
  • 23. Nouvelle définition du licenciement pour motif économique 23 03 • Constat • Insécurité juridique autour du licenciement pour motif économique  La loi ne définissait pas l’ensemble des motifs économiques ;  Les critères permettant de prouver les difficultés économiques étaient incertains ;  Les groupes internationaux font face à des situations de blocage à l’occasion de leur projet de réorganisation lorsqu’ils sont confrontés à des difficultés uniquement sur le territoire français. • Perte de compétitivité pour les entreprises françaises  Les Etats européens ont pour la plupart sécurisé la procédure de licenciement pour motif économique © Taj 2017
  • 24. Nouvelle définition du licenciement pour motif économique 24 03 Codification du motif économique Négociation collective sur le motif économique Détermination du périmètre d’appréciation des difficultés économiques au niveau national • Objectif : favoriser l’emploi en CDI en sécurisant les licenciements pour motif économique Mesures envisagées © Taj 2017
  • 25. • La codification du motif économique : consécration des solutions jurisprudentielles Depuis le 1er décembre 2016, la loi consacre les solutions jurisprudentielles de la Cour de cassation et inscrit à l’article L. 1233-3 du Code du travail les motifs de :  « réorganisation d’entreprise nécessaire à la sauvegarde et à sa compétitivité » (Cass. Soc. 5 avril 1995, n° 93-42.690 « Vidéocolor » et Cass. Soc. 2 février 2006, n°03-48.228) ;  « cessation d’activité de l’entreprise », (Cass. Soc. 16 janvier 2001, n°98-44.647). Elle consacre également le niveau d’appréciation des suppressions, transformations ou modifications d’emploi au niveau de l’entreprise (Cass. Soc. 8 janvier 1998, n°95- 43.606). 25 L. 1233-3 CT (à compter du 1er décembre 2016) «Constitue un licenciement pour motif économique le licenciement effectué par un employeur pour un ou plusieurs motifs non inhérents à la personne du salarié résultant d'une suppression ou transformation d'emploi ou d'une modification, refusée par le salarié, d'un élément essentiel du contrat de travail, consécutives notamment : 1° A des difficultés économiques (…) ; 2° A des mutations technologiques ; 3° A une réorganisation de l'entreprise nécessaire à la sauvegarde de sa compétitivité ; 4° A la cessation d'activité de l'entreprise. La matérialité de la suppression, de la transformation d'emploi ou de la modification d'un élément essentiel du contrat de travail s'apprécie au niveau de l'entreprise. » Nouvelle définition du licenciement pour motif économique 03 © Taj 2017
  • 26. • La codification des critères permettant la preuve des difficultés économiques Le législateur s’emploie à objectiver les critères à retenir pour caractériser les difficultés économiques.  Il reprend les critères retenus par la jurisprudence et notamment les critères de « baisses des commandes ou du chiffre d’affaires » (Cass. Soc. 6 avril 2004, n° 01-46.898), ou les « pertes d’exploitation » (Cass. Soc. 16 décembre 1997, n°95-41.816) ;  Et ajoute un critère plus large « tout autre élément de nature à justifier de ces difficultés » afin de rendre plus aisée la preuve des difficultés économiques. Pour faciliter les licenciements économiques TPE et PME, la baisse significative « des commandes ou du chiffre d’affaires » est appréciée sur une durée plus courte. 26 L. 1233-3 CT (à compter du 1er décembre 2016) «Constitue un licenciement pour motif économique le licenciement effectué par un employeur pour un ou plusieurs motifs non inhérents à la personne du salarié (…) consécutives notamment : 1° A des difficultés économiques caractérisées soit par l'évolution significative d'au moins un indicateur économique tel qu'une baisse des commandes ou du chiffre d'affaires, des pertes d'exploitation ou une dégradation de la trésorerie ou de l'excédent brut d'exploitation, soit par tout autre élément de nature à justifier de ces difficultés. Une baisse significative des commandes ou du chiffre d'affaires est constituée dès lors que la durée de cette baisse est, en comparaison avec la même période de l'année précédente, au moins égale à : a) Un trimestre pour une entreprise de moins de onze salariés ; b) Deux trimestres consécutifs pour une entreprise d'au moins onze salariés et de moins de cinquante salariés ; c) Trois trimestres consécutifs pour une entreprise d'au moins cinquante salariés et de moins de trois cents salariés ; d) Quatre trimestres consécutifs pour une entreprise de trois cents salariés et plus ; Nouvelle définition du licenciement pour motif économique 03 © Taj 2017
  • 27. 04 Renforcement de la lutte contre le détachement illégal 27 © Taj 2017
  • 28. Loi « Travail » : une étape supplémentaire dans la lutte contre le détachement illégal • La lutte contre le détachement illégal est une priorité du gouvernement • Le détachement de salariés étrangers en France est en constante augmentation  Le nombre de salariés détachés ne cesse d’augmenter : 38 000 salariés ont été détachés en 2006 contre 228 649 salariés détachés en 2014 (correspondant à environ 42 000 emplois en ETP contre 32 000 en 2013).  Un phénomène qui ne concerne pas tous les secteurs d’activités de manière identique : le BTP et les entreprises de travail temporaire représentent plus de la moitié des travailleurs détachés en France. • L’arsenal législatif visant à lutter contre le détachement illégal doit s’adapter aux pratiques frauduleuses  Le détachement de travailleurs au sein de l’UE est encadré par 2 directives (la directive 96/71/CE du 16 décembre 1996 et la directive d’exécution 2014/67/UE du 15 mai 2014).  En France, 3 lois ont été adoptées pour transposer ces directives : La loi « Savary » du 10 juillet 2014, la loi « Macron » du 6 août 2015 et la loi « Travail » du 8 août 2016. 28 04 © Taj 2017
  • 29. Loi « Travail » : une étape supplémentaire dans la lutte contre le détachement illégal • Aperçu synthétique des principales mesures de la loi « Travail » en matière de lutte contre le détachement illégal • Extension de l’obligation de vigilance du maître d’ouvrage ou du donneur d’ordre • Elargissement des cas de suspension de la prestation de services • Renforcement des mesures de lutte contre la fraude au détachement et le travail illégal dans le secteur du BTP et les entreprises de travail temporaire • Création d’une contribution financière à la charge de l’employeur établi hors de France (ou en cas de manquement à la charge du maître d’ouvrage ou du donneur d’ordre) destinée à compenser les coûts générés par la mise en place et le fonctionnement du système dématérialisé de la déclaration préalable et la mobilisation des services de contrôle. Le montant de cette contribution ne pourra pas excéder la somme de 50 € et devra être fixé par décret non paru à ce jour. • Multiplication des situations passibles de l’amende administrative à la charge du donneur d’ordre ou du maître d’ouvrage. • Déclaration des accidents du travail par l’employeur établi à l’étranger ou par le donneur d’ordre ou le maître d’ouvrage. • Renforcement des moyens des agents de contrôle. 29 04 © Taj 2017
  • 30. Extension de l'obligation de vigilance du donneur d'ordre • En application des dispositions des lois « Savary » et « Macron », le maître d’ouvrage ou le donneur d’ordre est tenu à une obligation de vigilance par laquelle il doit :  vérifier auprès de l'employeur établi hors de France, avant le début de détachement, que ce dernier s'est bien acquitté de ses obligations de déclaration préalable du détachement auprès de l'inspection du travail et de désignation d'un représentant de l'entreprise sur le territoire national ;  s’il n’obtient pas ces documents, il est tenu d'adresser, dans les 48 heures suivant le début du détachement, une déclaration à l'inspection du travail du lieu où débute la prestation. • La loi « Travail » vient compléter et renforcer cette obligation de vigilance en l’étendant à l’ensemble de la chaîne de sous-traitance. Le maître d’ouvrage ou donneur d’ordre doit ainsi également vérifier que la déclaration préalable de détachement a été effectuée par :  chacun des sous-traitants directs ou indirects de ses cocontractants (agréés en application de la législation relative à la sous-traitance) ;  chacune des entreprises de travail temporaire avec laquelle un de ces sous-traitants ou un de ces cocontractants a contracté. • La loi « Travail » prévoit que le maître d’ouvrage ou le donneur d’ordre sera tenu, dans des conditions déterminées par décret, de transmettre la déclaration « subsidiaire » de détachement par voie électronique. Ce décret n’est pas paru à ce jour. 30 04 © Taj 2017
  • 31. Elargissement des cas de suspension d'activité du prestataire de services • La loi « Travail » vient tout d’abord compléter un cas de suspension de la prestation de service crée par la loi « Macron ». • La loi « Macron » a introduit la possibilité de suspendre la réalisation de la prestation de services pour une durée maximale d’un mois en cas de manquement grave aux droits des salariés détachés (concernent notamment le Smic, la durée du travail ou les conditions d’hébergement). • La loi « Travail » prévoit que la suspension de la prestation de services peut être décidée en cas de constat du non-paiement partiel ou total du salaire minimum conventionnel (et non plus seulement légal). • Pour rappel :  la Direccte met fin à la mesure de suspension temporaire de la réalisation de la prestation de services dès que l'employeur justifie de la cessation du manquement constaté.  La décision de suspension de la prestation de services n'entraîne ni rupture, ni suspension du contrat de travail, ni aucun préjudice pécuniaire pour les salariés concernés. 31 04 © Taj 2017
  • 32. Elargissement des cas de suspension d'activité du prestataire de services • La loi « Travail » vient également créer un nouveau cas de suspension de la prestation de service • Ce nouveau cas de suspension de la prestation de services est une conséquence du renforcement de l’obligation de vigilance du donneur d’ordre ou du maître d’ouvrage. • Si, au titre de son obligation de vigilance, le donneur d’ordre ou le maître d’ouvrage n’obtient pas une copie de la déclaration préalable de détachement de tous les intervenants étrangers détachant des salariés en France, ce dernier doit adresser à l’inspection du travail compétente une déclaration subsidiaire de détachement dans les 48 heures suivant le début du détachement. • A défaut de transmission de la déclaration subsidiaire dans ce délai, l’agent de contrôle peut demander à la Direccte la suspension de la prestation de services pour une durée de 1 mois maximum. • La décision de suspension de la prestation de services n'entraîne ni rupture, ni suspension du contrat de travail, ni aucun préjudice pécuniaire pour les salariés concernés. • La sanction de suspension de la prestation peut être cumulée avec l’amende administrative (sanctionnant l’absence de transmission de la déclaration préalable de détachement). • La mise en œuvre de cette suspension est subordonnée à la publication d’un décret non paru à ce jour. 32 04 © Taj 2017
  • 33. Introduction de règles spécifiques au secteur du BTP • La loi « Travail » impose une information des travailleurs détachés dans le BTP sur leurs droits • La loi « Travail » prévoit une obligation d’affichage de la règlementation applicable sur les grands chantiers (relevant d’une coordination de niveau 1).  Chantiers visés : chantiers soumis à l’obligation de constituer un comité interentreprises de sécurité.  L’affichage concerne la règlementation mentionnée à l’article L.1262-4 (« noyau dur »). Il doit être facilement accessible et traduit dans l’une des langues officielles parlées dans chacun des Etats d’appartenance des salariés détachés.  Les conditions de mise en œuvre de cette obligation et notamment le contenu des informations qui doivent y être mentionnées doivent être déterminées par un décret non paru à ce jour. • La loi « Travail » prévoit également que les salariés titulaires d’une carte d’identification professionnelle (CIP) se verront remettre un document d’information  Ce document, comportant les informations sur la règlementation applicable (« noyau dur »), doit être remis en même temps que la CIP.  Ces modalités d’information doivent être déterminées par un décret non paru à ce jour. 33 04 © Taj 2017
  • 34. Introduction de règles spécifiques au secteur du BTP • La loi « Travail » étend les possibilités de fermeture de chantiers du BTP • La loi prévoyait déjà que le préfet de département peut, lorsqu’il a connaissance d’un procès-verbal relatif à une infraction de travail dissimulé, marchandage, prêt illicite de main d’œuvre, ordonner par décision motivée, l’arrêt de l'activité de l'entreprise sur le site dans lequel a été commis l'infraction ou le manquement, à titre temporaire et pour une durée ne pouvant excéder 3 mois. • Toutefois, en raison de la courte durée de certains chantiers, cette mesure pouvait se révéler inefficace. • Ainsi, la loi « Travail » a complété ce dispositif en indiquant que, lorsque la fermeture temporaire est devenue sans objet parce que l'activité est déjà achevée ou a été interrompue, l'autorité administrative peut prononcer l'arrêt de l'activité de l'entreprise sur un autre site. • Les conditions dans lesquelles cette mesure sera mise en œuvre aux chantiers du bâtiment et des travaux publics doivent être fixées par décret, non paru à ce jour. 34 04 © Taj 2017
  • 35. Vos contacts 35 Malik DOUAOUI Avocat Associé Email : adouaoui@taj.fr Tel.: 01 40 88 25 26 Eric GUILLEMET Avocat Email : eguillemet@taj.fr Tel.: 01 55 61 69 97 © Taj 2017
  • 36. NEUILLY-SUR-SEINE 181 avenue Charles de Gaulle 92524 Neuilly-sur-Seine Tel: 01 40 88 22 50 Fax: 01 40 88 22 17 BORDEAUX 19, boulevard Alfred Daney BP 80105 33041 Bordeaux Cedex Tel: 05 57 19 51 00 Fax: 05 57 19 51 01 LILLE 83, rue du Luxembourg 59777 Euralille Tel: 03 20 14 94 20 Fax: 03 20 14 94 29 LYON Immeuble "Higashi" 106, cours Charlemagne CS 60209 69286 Lyon cedex 02 Tel: 04 72 43 37 85 Fax: 04 72 43 39 94 MARSEILLE 10, place de la Joliette Les Docks – Atrium 10.4 BP 62544 13567 Marseille cedex 02 Tel: 04 91 59 84 75 Fax: 04 91 59 84 79 Les informations contenues dans cette présentation sont présentées à titre indicatif seulement. Cette présentation ne doit pas être utilisée comme un substitut à une consultation d’un professionnel en fiscalité, en droit ou tout autre conseil. The information on this presentation is intended for guidance only. As such, it should not be used as a substitute for consultation with professional tax, legal or other competent advisers. © Taj 2017