SlideShare une entreprise Scribd logo
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 1/10
Chapitre 10
Motricité digestive
1. Support anatomique
2. Etapes de progression du bol alimentaire
Support anatomique
Couches musculaires
À l’exception des muscles striés de la région oropharyngée, du sphincter supérieur de l’œsophage,
de la musculeuse de la paroi du tiers proximal de l’œsophage et du sphincter externe de l’anus, la
musculature du tube digestif est composée de cellules musculaires lisses disposées en couche
circulaire interne et couche longitudinale externe.
Le potentiel de repos des cellules musculaires lisses varie de façon spontanée et rythmique :
ces ondes lentes de dépolarisation proviennent de l’activité électrique spontanée de cellules
pacemaker, les cellules interstitielles de Cajal. Ces dépolarisations rythmiques sont transmises
aux cellules musculaires lisses par des jonctions communicantes (gaps), qui unissent également les
cellules musculaires lisses entre elles. L’activité électrique est ainsi transmise rapidement de cellule à
cellule. Le rythme propre de dépolarisation des cellules de Cajal varie selon les organes :
d’environ trois cycles par minute dans l’estomac à 12 cycles par minute dans le duodénum.
Les ondes de dépolarisation ne déclenchent pas par elles-mêmes la contraction musculaire : elles
rapprochent le potentiel de membrane du seuil de déclenchement du potentiel d’action (figure 10.1).
Chaque fois que l’onde de dépolarisation atteint ce seuil (spontanément ou après une stimulation
nerveuse), une salve de potentiels d’action survient, responsable de la contraction du muscle. Le
muscle lisse digestif se comporte donc comme un syncytium fonctionnel qui se contracte en masse
lorsque le potentiel d’action est atteint. Il se contracte de façon lente et soutenue en réponse à une
stimulation, se relâche sous l’influence de neurones inhibiteurs, est contrôlé par le système nerveux
entérique (innervation intrinsèque sous forme de plexus dans la paroi des organes digestifs) et le
système nerveux autonome sympathique et parasympathique.
L’activité motrice du tube digestif permet la progression ordonnée des aliments
puis des résidus alimentaires de la bouche jusqu’à l’anus. La présence du réservoir
gastrique favorise une alimentation intermittente plutôt que continue. La vidange
gastrique, pulsatile, vise à optimiser les processus de digestion et d’absorption des
nutriments le long de l’intestin grêle. Le côlon termine la digestion, concentre les
résidus et stocke les matières fécales avant leur élimination volontaire.
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 2/10
Figure 10.1 : Variations du potentiel de membrane à l’origine de la contraction
du muscle lisse digestif
Illustration : Carole Fumat
Innervation
Le tube digestif est innervé par le système nerveux autonome. Les fibres afférentes et efférentes
des systèmes sympathiques et parasympathiques font relais au niveau d’un réseau de neurones de
la paroi du tube digestif, organisés en deux plexus : le plexus myentérique, entre les deux
couches musculaires lisses et qui contrôle la motricité digestive, et le plexus sous-muqueux plus
impliqué dans le contrôle des phénomènes de sécrétion et absorption.
Au sein de ces deux plexus, les corps cellulaires sont regroupés en ganglions, et les prolongements
cellulaires (axones et dendrites) assurent les interconnexions entre les neurones et les cellules
effectrices. Les neurones sensitifs sont reliés à différents types de récepteurs localisés dans la paroi
digestive : mécanorécepteurs, chémo- et thermorécepteurs, récepteurs polymodaux. Les
motoneurones sont de deux types : excitateurs et inhibiteurs. Les motoneurones excitateurs libèrent
de l’acétylcholine au contact de la membrane des cellules musculaires lisses, provoquant une
dépolarisation membranaire et la survenue de potentiels d’action, et donc d’une contraction
musculaire. Les motoneurones inhibiteurs libèrent des médiateurs différents (vasoactive intestinal
peptide (VIP) et monoxyde d’azote notamment) qui entraînent une hyperpolarisation membranaire, et
donc une relaxation de la fibre musculaire lisse. De très nombreux interneurones intègrent les signaux
sensitifs et organisent les réponses excitatrices ou inhibitrices, rendant possibles les réflexes
entériques tels que le réflexe péristaltique (figure 10.2 et figure 10.3).
Le réflexe péristaltique est totalement dépendant de l’intégrité du système nerveux entérique,
dont le rôle est de coordonner la contraction et la relaxation des deux couches musculaires
lisses de la paroi digestive.
Le système nerveux autonome extrinsèque module l’activité du système nerveux entérique (figure
10.4). Les afférences parasympathiques projettent vers le bulbe rachidien (principalement le nerf
Seuil d’excitabilité
Potentiel de membrane
Stimulation nerveuse +
Contraction
EMG
Stimulation nerveuse -
Hyperpolarisation
Électrique
Potentiel de membrane
Mécanique
Potentiel
d’action
Onde lente
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 3/10
vague) et la moelle sacrée (nerfs pelviens), alors que les afférences sympathiques projettent vers la
moelle thoracolombaire (nerfs splanchniques et hypogastriques provenant des ganglions
prévertébraux cœliaques et mésentériques).
Figure 10.2 : Réflexe péristaltique
Le point de départ est la stimulation d’un mécanorécepteur de la paroi par le passage du bol alimentaire. L’activation du
neurone sensitif va déclencher une réponse motrice faite en amont d’une contraction de la couche circulaire interne et une
relaxation de la couche longitudinale, ce qui entraîne un rétrécissement de la lumière digestive et une augmentation de
pression, et en aval d’une contraction de la couche longitudinale et une relaxation de la couche circulaire avec comme
conséquence un raccourcissement du segment digestif et une diminution de pression. Il se forme ainsi un segment d’amont
propulsif et un segment d’aval réceptif qui permet la progression du bol alimentaire, le phénomène se reproduisant de
proche en proche dans le sens oral-aboral
Illustration : Carole Fumat
Figure 10.3 : Péristaltisme digestif : alternance coordonnée et propagée de contraction/relaxation
des deux couches musculaires digestives
Relax CCE : relaxation de la couche longitudinale externe ; CLE : couche circulaire interne
Illustration : Carole Fumat
Récepteur à l'étirement
Contraction CCI
Relaxation CCI
Couche musculaire
longitudinale externe
(CLE)
Plexus myentérique
Couche musculaire
circulaire interne
(CCI)
Lumière digestive
Neuron
Neurone sensitif
Interneurone excitateur (+)
Interneurone inhibiteur (-)
IInterneurone excitateur (+)
Motoneurone excitateur (Ach, +)
Motoneurone inhibiteur (VIP, NO, -)
Bolus
Mouvement du bolus
alimentaire
Relaxation CLE
Contraction CLE
Relax CLE,
Contraction CCI
Relax CCI,
Contraction CLE
Segment propulseur Segment récepteur
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 4/10
Figure 10.4 : Innervation sympathique et parasympatique
Illustration : Carole Fumat
Classiquement, le système parasympathique augmente l’activité péristaltique et tend à
diminuer l’activité contractile tonique des sphincters, alors que le système sympathique inhibe
le péristaltisme et renforce le tonus sphinctérien.
Étapes de progression du bol alimentaire
Motricité digestive en dehors du repas
La motricité œsophagienne est décrite dans le chapitre 1 « Œsophage ».
Chez l’homme normal, la motricité interprandiale de l’estomac et de l’intestin grêle a une
organisation cyclique qui comporte trois périodes : une phase de repos moteur (phase I), une
phase d’activité motrice irrégulière non propagée (phase II) et une période de quelques minutes
pendant laquelle survient la phase III, caractéristique de la motricité interdigestive. Cette phase III est
typiquement suivie d’une nouvelle période de phase I. La succession de ces trois périodes
compose le complexe moteur migrant (CMM) (figure 10.5 et figure 10.6).
Moelle
cervicale
Tronc
cérébral
Ganglion
cervical
supérieur
Moelle
thoracique
Moelle
lombaire
Moelle
sacrée
Foie
Intestins
Pancréas
Estomac
Ganglions
sympathiques
Ganglion
étoilé
Ganglions
parasympathiques
Ganglion
cœliaque
Rein
vasoconstriction
Ganglion
ciliaire
Vésicule biliaire
Pancréas
Intestins
Estomac
Vésicule biliaire
Vers les
membres
inférieurs Ganglion
mésentérique
inférieur
Ganglion
mésentérique
supérieur
Système sympathique
Moelle
cervicale
Moelle
thoracique
Moelle
lombaire
Moelle
sacrée
Système parasympathique
Tronc
cérébral
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 5/10
Figure : 10.5 : Exemple d’un complexe moteur migrant
Chaque phase III est un train de contractions régulières qui se propagent sur une longue distance dans le grêle
Illustration : Carole Fumat
Figure 10.6 : Exemple d’une phase III typique sur un enregistrement manométrique jéjunal
à 12 niveaux (J-1 à J-12)
Un train d’ondes régulières est recueilli successivement aux différents niveaux d’enregistrement
Illustration : Carole Fumat
Les phases III sont surtout recueillies au niveau du duodénum et du jéjunum, mais elles ont dans 60
% des cas un site d’initiation gastrique. La fréquence contractile de ces trains d’ondes est proche de
la fréquence contractile maximale autorisée par l’activité électrique de base : 3 par minute dans
l’estomac, 10 à 13 par minute dans le duodénojéjunum, 7 à 8 par minute dans l’iléon. La survenue
d’une phase III s’observe en moyenne toutes les 90 à 120 minutes, mais cette fréquence de survenue
des phases III est très variable d’un sujet à l’autre, et également d’un jour à l’autre chez un même
sujet. Cette variabilité de survenue des phases III s’observe aussi chez un individu donné au cours du
nycthémère avec des phases III plus fréquentes la nuit, pendant le sommeil, que le jour. Seulement 40
à 50 % des phases III atteignent l’iléon proximal et moins de 5 % atteignent la valvule iléocæcale.
L’iléon terminal est surtout le siège d’une activité contractile sporadique, non systématisée, qui
Repas
Temps (1 heure)
Antre gastrique
Distanceparrapportàl'angle
deTreitz,cm
20
70
120
170
220
270
300
J-1
J-2
J-3
J-4
J-5
J-6
J-7
J-8
J-9
J-10
40 mm Hg
1 mm
J-11
J-12
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 6/10
devient de plus en plus intense à mesure que le site d’enregistrement se rapproche de la valvule
iléocæcale.
La motricité interdigestive de l’estomac se caractérise également au niveau de l’estomac
proximal par une contraction tonique qui détermine une pression intragastrique permanente
de 6 à 7 mmHg, alors qu’aucune activité motrice n’est recueillie dans l’estomac distal. Des
contractions pyloriques surviennent également en dehors de toute contraction antrale ou duodénale.
À jeun, dans le côlon, existe une activité motrice faible, non cyclique. De longues périodes (20 à
30 min) de repos moteur sont interrompues par de courtes salves de contractions segmentaires.
Cette motricité varie selon le site d’enregistrement et la période du nycthémère. L’index moteur est
moins important dans le côlon droit que dans le côlon gauche. Il existe dans le côlon sigmoïde une
barrière de pression quasi permanente qui s’oppose à la progression des fèces vers le rectum.
L’activité motrice, quasi nulle pendant la nuit, est fortement stimulée par le lever et l’exercice
physique.
En période interprandiale, les mouvements endoluminaux sont limités. Cependant, les phases III sont
propulsives et leur survenue favorise le déplacement rapide du contenu luminal vers l’aval. Elles
débarrassent le grêle des résidus endoluminaux et préviennent ainsi une pullulation bactérienne
endoluminale qui favorise une diarrhée.
Motricité postprandiale
L’ingestion d’un repas modifie profondément la motricité digestive en supprimant l’organisation
cyclique de la motricité gastrogrêlique et en stimulant la motricité à tous les niveaux du tube digestif.
Réponse motrice gastrique (voir chapitre 2 « Estomac – Duodénum »)
La réponse motrice de l’estomac à l’ingestion d’un repas associe plusieurs phénomènes : la
relaxation de l’estomac proximal qui lui permet de jouer son rôle de réservoir, l’augmentation de
la motricité gastrique distale et la stimulation des contractions pyloriques.
La relaxation de l’estomac proximal maintient une pression intragastrique constante malgré l’arrivée
du bol alimentaire, quel que soit le volume du repas ingéré. Cette relaxation est déclenchée
initialement par la stimulation du pharynx par les aliments, puis dans un second temps, quelques
secondes plus tard, par la distension gastrique secondaire à l’arrivée du bol alimentaire dans
l’estomac sous l’effet des contractions péristaltiques œsophagiennes. Une relaxation initiale précoce,
ample et profonde favorise le stockage des aliments dans l’estomac proximal. Dans un second
temps, le tonus fundique augmente progressivement pour créer un gradient de pression entre le
fundus et le duodénum qui favorise la migration des aliments vers l’estomac distal (figure 10.7).
Dans l’antre gastrique et l’intestin grêle, la prise alimentaire induit un profond changement du
profil moteur en supprimant très rapidement, à tous les niveaux d’enregistrement, la motricité
interdigestive, en particulier les phases III. Dans l’antre, la motricité postprandiale se caractérise
par des contractions de grande amplitude, survenant au rythme de trois par minute (figure
10.8).
Cette activité motrice antrale intense persiste tant que l’estomac est en réplétion. Chaque contraction
antrale réalise une contraction annulaire qui migre vers le pylore. Les aliments ne quittent donc
l’estomac que lorsque le pylore est ouvert et lorsque leur taille est suffisamment petite, de l’ordre de 2
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 7/10
ou 3 mm. Cette réduction de taille résulte du broyage progressif des particules solides et de leur
homogénéisation par les contractions antrales.
Figure 10.7 : Mouvements intragastriques d’un repas
a. Les aliments sont d’abord stockés dans le fundus grâce à la relaxation adaptative de celui-ci ; b. sous l’effet d’un gradient
de pression fundo-antro-duodénal, les aliments migrent secondairement progressivement vers l’antre où la phase solide du
repas va être broyée et homogénéisée, préalable indispensable à son évacuation
Illustration : Carole Fumat
Figure 10.8 : Tracé manométrique antro-duodénal
Sur les deux voies supérieures, l’enregistrement recueille des contractions antrales typiques survenant au rythme
de trois par minute
Illustration : Carole Fumat
La vidange gastrique est le résultat de cette activité motricité gastro-pyloro-duodénale postprandiale.
Motricité postprandiale dans l’intestin grêle
La motricité postprandiale dans l’intestin grêle (voir chapitre 3 « Jéjunum – Iléon ») consiste en
une activité contractile soutenue, seulement interrompue de courtes périodes de repos moteur
(figure 10.9).
a
b
Antre moyen
Antre distal
Duodénum proximal
3 mn
30 mm Hg
Duodénum distal
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 8/10
Figure 10.9 : Aspect typique de la motricité postprandiale de l’intestin grêle recueillie sur huit
niveaux d’enregistrement au niveau duodénojéjunal
Illustration : Carole Fumat
Ce profil moteur est composé de salves de contractions irrégulières, souvent groupées en courtes
bouffées de trois à six contractions successives. Comme la motricité interdigestive, la motricité
postprandiale de l’intestin grêle se caractérise par une grande variabilité d’un individu à l’autre et,
chez un même sujet, d’un repas à l’autre. Sa durée augmente avec la charge calorique du repas.
La progression du chyme intraluminal est intermittente avec une alternance de périodes pendant
lesquelles le transit est très lent et d’autres au cours desquelles la progression se fait sur quelques
dizaines de centimètres. Les phases de transit très lent permettent le mélange des aliments qui
quittent l’estomac avec les sécrétions biliopancréatiques. Les phases de transit plus rapide
permettent un contact des aliments avec une plus large surface muqueuse pour favoriser leur
absorption.
Le profil moteur postprandial se termine avec le retour des phases III. Les premières phases III
diffèrent de celles recueillies lorsque la motricité interdigestive est bien installée par un site d’initiation
plus distal et une propagation sur une plus courte distance.
Dans l’iléon, la période postprandiale se caractérise surtout par des variations de tonus avec une
relaxation iléale prolongée. Cette relaxation permet à l’intestin grêle terminal de jouer un rôle de
réservoir et de contribuer à un remplissage intermittent du cæcum. L’arrivée du bol alimentaire dans
l’iléon déclenche également par des phénomènes de rétrocontrôle un ralentissement de la vidange
gastrique et de la vitesse de transit dans le grêle. Ce phénomène est appelé le frein iléal.
Motricité colique (voir chapitre 4 « Côlon »)
La prise alimentaire stimule la motricité colique à la condition que le repas apporte un
minimum de 1 000 calories.
Cette réponse à l’alimentation se traduit par une augmentation du nombre des contractions
coliques mais surtout par la survenue de contractions propagées de grande amplitude et qui
sont appelées CPGA ou HAPC (high amplitude propagated contractions) pour les auteurs anglo-
2 mn
60 mm Hg
7
6
5
4
3
2
1
Post-prandial, normal
RY
8
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 9/10
saxons. Ces CPGA, élément le plus caractéristique de la motricité colique, balaient la totalité du cadre
colique, après être nées dans le cæcum. Les CPGA sont rares (en moyenne 6/24 heures) et ont une
fréquence de survenue très variable d’un individu à l’autre mais également d’un jour à l’autre chez un
individu donné. Elles s’observent particulièrement après les repas (figure 10.10), notamment le petit
déjeuner. Ces CPGA correspondent aux mouvements de masse coliques radiologiques ou
scintigraphiques et permettent la progression du contenu colique du côlon ascendant vers le côlon
descendant où il sera stocké. Lorsque ces mouvements de masse aboutissent à l’arrivée de
matières fécales dans le rectum, ils déclenchent alors un besoin exonérateur. L’individu a alors
le choix, en fonction de la situation où il se trouve, de mettre en jeu les mécanismes assurant la
défécation ou, au contraire, de solliciter les mécanismes de continence.
Figure 10.10 : Évolution de l’index moteur (MI) au cours du nycthémère lors d’un enregistrement
au niveau du côlon transverse et descendant
L’index moteur est maximal au réveil et après les repas. Il est minimal la nuit, évitant ainsi que le sommeil soit perturbé par
l’arrivée de matières fécales dans le rectum
Illustration : Carole Fumat
Le repas stimule quantitativement ces contractions phasiques pendant les 30 à 180 minutes suivant
son ingestion. La réponse motrice au repas est plus marquée dans le côlon distal que proximal. Le
déclenchement de cette réponse motrice naît d’une stimulation de la muqueuse gastrique ou
duodénale (réflexe gastrocolique) puisque la réponse disparaît lorsque les aliments sont ingérés après
anesthésie préalable de la muqueuse gastrique par de la procaïne. Parmi les différents nutriments, les
lipides sont ceux qui stimulent le plus la motricité colique. Les protides pourraient avoir un effet plutôt
inhibiteur.
Certains auteurs ont décrit un second pic d’activité motrice postprandiale qui est enregistrée deux à
quatre heures après l’ingestion d’un repas. Chez l’homme, ce second pic d’activité motrice coïncide
avec l’arrivée de la tête du repas dans le cæcum. Cette arrivée est facilitée par le péristaltisme iléal
déclenché par la prise alimentaire.
La prise alimentaire déclenche parallèlement des variations du tonus dans les côlons ascendant et
descendant, à condition que le repas apporte au moins 1 000 calories. Ces variations de tonus, plus
20
0
20
Ml / h
Ml / h
Ml / h
Repas
12 pm
Dîner
12 am
Réveil
Petit-déjeuner
12 pm
0
20
0
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 10/10
marquées dans le côlon distal, génèrent des gradients de pression entre les segments qui contribuent
aux mouvements du contenu colique.
Défécation (voir chapitre 5 « Rectum – Canal anal »)
La défécation résulte d’une succession de phénomènes : a) la contraction des muscles rectaux qui
réduit la capacité de réservoir du rectum ; b) la fermeture de la charnière rectosigmoïdienne qui évite
le reflux des matières vers l’amont ; c) l’augmentation de la pression abdominale par contraction, à
glotte fermée, des muscles abdominaux et du diaphragme ; d) la baisse de la résistance à
l’écoulement du contenu intrarectal par le relâchement de la sangle des releveurs (notamment le
relâchement du faisceau puborectal qui fait disparaître l’angle anorectal) et l’ouverture des sphincters.
Une bonne vidange rectale nécessite une parfaite coordination entre propulsion et disparition
de la résistance à l’écoulement et une bonne tonicité des muscles du plancher pelvien pour
que la poussée exonératrice soit efficace.

Contenu connexe

Tendances

Kyste hydatique du foie
Kyste hydatique du foieKyste hydatique du foie
Kyste hydatique du foie
Amine Benkabbou
 
Cat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive hauteCat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive haute
Nisrine Bouji
 
Nutrition
Nutrition Nutrition
Nutrition
Mehdi Razzok
 
Anatomie du thorax power point
Anatomie du thorax power pointAnatomie du thorax power point
Anatomie du thorax power point
Rachid Marouf
 
L’appareil respiratoire ah
L’appareil respiratoire ahL’appareil respiratoire ah
L’appareil respiratoire ah
Eya Nasraoui
 
Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontanePneumothorax spontane
Pneumothorax spontanehind henzazi
 
anatomie de la rate
 anatomie de la rate  anatomie de la rate
anatomie de la rate
CHU Tlemcen
 
Brulures caustiques oesophage1
Brulures caustiques oesophage1Brulures caustiques oesophage1
Brulures caustiques oesophage1هدى رويس
 
Bassin obstetrical [enregistrement automatique]
Bassin obstetrical [enregistrement automatique]Bassin obstetrical [enregistrement automatique]
Bassin obstetrical [enregistrement automatique]
benkourdel mohamed
 
Occlusions neonatales
Occlusions neonatalesOcclusions neonatales
Occlusions neonatales
Mehdi Razzok
 
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09raymondteyrouz
 
Sémiologie artério veineuse
Sémiologie artério veineuseSémiologie artério veineuse
Sémiologie artério veineusekillua zoldyck
 
Le foie _v_biliaires_panc
Le foie _v_biliaires_pancLe foie _v_biliaires_panc
Le foie _v_biliaires_panclaamlove
 
HEPATITE AIGUE
HEPATITE AIGUEHEPATITE AIGUE
HEPATITE AIGUE
Claude EUGENE
 
Syndrome d'embolie graisseuse
Syndrome d'embolie graisseuseSyndrome d'embolie graisseuse
Syndrome d'embolie graisseuse
Ben Mekki
 
Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++
Basset azd
 
Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015
Egn Njeba
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
Claude EUGENE
 

Tendances (20)

Kyste hydatique du foie
Kyste hydatique du foieKyste hydatique du foie
Kyste hydatique du foie
 
Cat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive hauteCat devant une hémorragie digestive haute
Cat devant une hémorragie digestive haute
 
Nutrition
Nutrition Nutrition
Nutrition
 
Anatomie du thorax power point
Anatomie du thorax power pointAnatomie du thorax power point
Anatomie du thorax power point
 
L’appareil respiratoire ah
L’appareil respiratoire ahL’appareil respiratoire ah
L’appareil respiratoire ah
 
Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontanePneumothorax spontane
Pneumothorax spontane
 
anatomie de la rate
 anatomie de la rate  anatomie de la rate
anatomie de la rate
 
Hepatomegalies
HepatomegaliesHepatomegalies
Hepatomegalies
 
Brulures caustiques oesophage1
Brulures caustiques oesophage1Brulures caustiques oesophage1
Brulures caustiques oesophage1
 
Bassin obstetrical [enregistrement automatique]
Bassin obstetrical [enregistrement automatique]Bassin obstetrical [enregistrement automatique]
Bassin obstetrical [enregistrement automatique]
 
Occlusions neonatales
Occlusions neonatalesOcclusions neonatales
Occlusions neonatales
 
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
Maladie HéMorroïDaire Dm 21 04 09
 
Sémiologie artério veineuse
Sémiologie artério veineuseSémiologie artério veineuse
Sémiologie artério veineuse
 
Le foie _v_biliaires_panc
Le foie _v_biliaires_pancLe foie _v_biliaires_panc
Le foie _v_biliaires_panc
 
HEPATITE AIGUE
HEPATITE AIGUEHEPATITE AIGUE
HEPATITE AIGUE
 
Syndrome d'embolie graisseuse
Syndrome d'embolie graisseuseSyndrome d'embolie graisseuse
Syndrome d'embolie graisseuse
 
Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++Comment rédiger une observation médicale ++++
Comment rédiger une observation médicale ++++
 
Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015
 
Paroi abd
Paroi abdParoi abd
Paroi abd
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
 

Similaire à Motricité digestive

COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
COURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptxCOURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
LoredanaHurjui1
 
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptx
COURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptxCOURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptx
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptx
LoredanaHurjui1
 
Anatomie vesico sphincterienne
  Anatomie vesico sphincterienne  Anatomie vesico sphincterienne
Anatomie vesico sphincterienne
Soulimane Baro
 
Gastrointestinal hormones
Gastrointestinal hormonesGastrointestinal hormones
Gastrointestinal hormones
ilham guercif
 
Travail pratique de l'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi-UNIKOL-Gasr...
Travail pratique de l'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi-UNIKOL-Gasr...Travail pratique de l'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi-UNIKOL-Gasr...
Travail pratique de l'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi-UNIKOL-Gasr...
university of kolwezi, group, searchers
 
2emephysio regulation des reflexes medullaires.pdf
2emephysio regulation des reflexes medullaires.pdf2emephysio regulation des reflexes medullaires.pdf
2emephysio regulation des reflexes medullaires.pdf
KawtarKh1
 
Introduction physiologie partie1
Introduction physiologie partie1Introduction physiologie partie1
Introduction physiologie partie1
Elisa Marsaud
 
Physiologie am
Physiologie amPhysiologie am
Physiologie am
Abdeldjalil Gadra
 
Jejunum -iléon
Jejunum -iléonJejunum -iléon
Jejunum -iléon
Egn Njeba
 
Le comportement alimentaire
Le comportement alimentaireLe comportement alimentaire
Le comportement alimentaire
Khalid Tilirine
 
10 physiologie digestive 18.pdf
10 physiologie digestive 18.pdf10 physiologie digestive 18.pdf
10 physiologie digestive 18.pdf
ssuiam588
 
Cours d'anatomie 2
Cours d'anatomie  2Cours d'anatomie  2
Cours d'anatomie 2
Jaefar El Kassmi
 
Peritoine paroi abdominale
Peritoine paroi abdominalePeritoine paroi abdominale
Peritoine paroi abdominale
Egn Njeba
 
BTS diététique Le microbiote intestinal
BTS diététique Le microbiote intestinalBTS diététique Le microbiote intestinal
BTS diététique Le microbiote intestinal
FranckRencurel
 
Ostéopathie tendinopathie calcanéenne adhésiolyse manuelle dynamique
Ostéopathie tendinopathie calcanéenne   adhésiolyse manuelle dynamiqueOstéopathie tendinopathie calcanéenne   adhésiolyse manuelle dynamique
Ostéopathie tendinopathie calcanéenne adhésiolyse manuelle dynamique
E.I. HO-PUN-CHEUNG
 
Ostéopathie tendinopathie calcanéenne adhésiolyse manuelle dynamique
Ostéopathie tendinopathie calcanéenne   adhésiolyse manuelle dynamiqueOstéopathie tendinopathie calcanéenne   adhésiolyse manuelle dynamique
Ostéopathie tendinopathie calcanéenne adhésiolyse manuelle dynamique
Adhésiolyse Manuelle Dynamique-Osteopathie-Ho Pun Cheung
 
Cuerps humain
Cuerps humainCuerps humain
Cuerps humainalepimi98
 
Bts diététique la digestion
Bts diététique la digestionBts diététique la digestion
Bts diététique la digestion
FranckRencurel
 

Similaire à Motricité digestive (20)

COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
COURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptxCOURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
 
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptx
COURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptxCOURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptx
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2022-23.pptx
 
Anatomie vesico sphincterienne
  Anatomie vesico sphincterienne  Anatomie vesico sphincterienne
Anatomie vesico sphincterienne
 
Gastrointestinal hormones
Gastrointestinal hormonesGastrointestinal hormones
Gastrointestinal hormones
 
Travail pratique de l'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi-UNIKOL-Gasr...
Travail pratique de l'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi-UNIKOL-Gasr...Travail pratique de l'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi-UNIKOL-Gasr...
Travail pratique de l'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi-UNIKOL-Gasr...
 
2emephysio regulation des reflexes medullaires.pdf
2emephysio regulation des reflexes medullaires.pdf2emephysio regulation des reflexes medullaires.pdf
2emephysio regulation des reflexes medullaires.pdf
 
Le systeme digestif
Le systeme digestifLe systeme digestif
Le systeme digestif
 
Le système digestif
Le système digestifLe système digestif
Le système digestif
 
Introduction physiologie partie1
Introduction physiologie partie1Introduction physiologie partie1
Introduction physiologie partie1
 
Physiologie am
Physiologie amPhysiologie am
Physiologie am
 
Jejunum -iléon
Jejunum -iléonJejunum -iléon
Jejunum -iléon
 
Le comportement alimentaire
Le comportement alimentaireLe comportement alimentaire
Le comportement alimentaire
 
10 physiologie digestive 18.pdf
10 physiologie digestive 18.pdf10 physiologie digestive 18.pdf
10 physiologie digestive 18.pdf
 
Cours d'anatomie 2
Cours d'anatomie  2Cours d'anatomie  2
Cours d'anatomie 2
 
Peritoine paroi abdominale
Peritoine paroi abdominalePeritoine paroi abdominale
Peritoine paroi abdominale
 
BTS diététique Le microbiote intestinal
BTS diététique Le microbiote intestinalBTS diététique Le microbiote intestinal
BTS diététique Le microbiote intestinal
 
Ostéopathie tendinopathie calcanéenne adhésiolyse manuelle dynamique
Ostéopathie tendinopathie calcanéenne   adhésiolyse manuelle dynamiqueOstéopathie tendinopathie calcanéenne   adhésiolyse manuelle dynamique
Ostéopathie tendinopathie calcanéenne adhésiolyse manuelle dynamique
 
Ostéopathie tendinopathie calcanéenne adhésiolyse manuelle dynamique
Ostéopathie tendinopathie calcanéenne   adhésiolyse manuelle dynamiqueOstéopathie tendinopathie calcanéenne   adhésiolyse manuelle dynamique
Ostéopathie tendinopathie calcanéenne adhésiolyse manuelle dynamique
 
Cuerps humain
Cuerps humainCuerps humain
Cuerps humain
 
Bts diététique la digestion
Bts diététique la digestionBts diététique la digestion
Bts diététique la digestion
 

Plus de Egn Njeba

Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1
Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1
Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1
Egn Njeba
 
Formation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secoursFormation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secours
Egn Njeba
 
Formation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secoursFormation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secours
Egn Njeba
 
Premiers secours
Premiers secoursPremiers secours
Premiers secours
Egn Njeba
 
Ophtalmologie ecn
Ophtalmologie ecnOphtalmologie ecn
Ophtalmologie ecn
Egn Njeba
 
Referentiel national semiologie-respiratoire
Referentiel national semiologie-respiratoireReferentiel national semiologie-respiratoire
Referentiel national semiologie-respiratoire
Egn Njeba
 
carabook-2005 guide de l'externe
carabook-2005 guide de l'externecarabook-2005 guide de l'externe
carabook-2005 guide de l'externe
Egn Njeba
 
Chap 18 f
Chap 18 fChap 18 f
Chap 18 f
Egn Njeba
 
Foie et voies biliaires
Foie et voies biliairesFoie et voies biliaires
Foie et voies biliaires
Egn Njeba
 
Rectum et canal anal
Rectum et canal analRectum et canal anal
Rectum et canal anal
Egn Njeba
 
Colonet pathologies
Colonet pathologiesColonet pathologies
Colonet pathologies
Egn Njeba
 
Estomac et Duodénum
Estomac et DuodénumEstomac et Duodénum
Estomac et Duodénum
Egn Njeba
 
Oesophage et pathologies
Oesophage et pathologiesOesophage et pathologies
Oesophage et pathologies
Egn Njeba
 
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Egn Njeba
 
Atlas hito generale
Atlas hito generaleAtlas hito generale
Atlas hito generale
Egn Njeba
 
Systeme digestif, dent
Systeme digestif, dentSysteme digestif, dent
Systeme digestif, dent
Egn Njeba
 
Systeme endocrine
Systeme endocrineSysteme endocrine
Systeme endocrine
Egn Njeba
 
Systeme genital femelle
Systeme genital femelleSysteme genital femelle
Systeme genital femelle
Egn Njeba
 
Systeme genital male
Systeme genital maleSysteme genital male
Systeme genital male
Egn Njeba
 
Systeme immunitaire
Systeme immunitaireSysteme immunitaire
Systeme immunitaire
Egn Njeba
 

Plus de Egn Njeba (20)

Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1
Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1
Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1
 
Formation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secoursFormation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secours
 
Formation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secoursFormation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secours
 
Premiers secours
Premiers secoursPremiers secours
Premiers secours
 
Ophtalmologie ecn
Ophtalmologie ecnOphtalmologie ecn
Ophtalmologie ecn
 
Referentiel national semiologie-respiratoire
Referentiel national semiologie-respiratoireReferentiel national semiologie-respiratoire
Referentiel national semiologie-respiratoire
 
carabook-2005 guide de l'externe
carabook-2005 guide de l'externecarabook-2005 guide de l'externe
carabook-2005 guide de l'externe
 
Chap 18 f
Chap 18 fChap 18 f
Chap 18 f
 
Foie et voies biliaires
Foie et voies biliairesFoie et voies biliaires
Foie et voies biliaires
 
Rectum et canal anal
Rectum et canal analRectum et canal anal
Rectum et canal anal
 
Colonet pathologies
Colonet pathologiesColonet pathologies
Colonet pathologies
 
Estomac et Duodénum
Estomac et DuodénumEstomac et Duodénum
Estomac et Duodénum
 
Oesophage et pathologies
Oesophage et pathologiesOesophage et pathologies
Oesophage et pathologies
 
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
 
Atlas hito generale
Atlas hito generaleAtlas hito generale
Atlas hito generale
 
Systeme digestif, dent
Systeme digestif, dentSysteme digestif, dent
Systeme digestif, dent
 
Systeme endocrine
Systeme endocrineSysteme endocrine
Systeme endocrine
 
Systeme genital femelle
Systeme genital femelleSysteme genital femelle
Systeme genital femelle
 
Systeme genital male
Systeme genital maleSysteme genital male
Systeme genital male
 
Systeme immunitaire
Systeme immunitaireSysteme immunitaire
Systeme immunitaire
 

Motricité digestive

  • 1. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 1/10 Chapitre 10 Motricité digestive 1. Support anatomique 2. Etapes de progression du bol alimentaire Support anatomique Couches musculaires À l’exception des muscles striés de la région oropharyngée, du sphincter supérieur de l’œsophage, de la musculeuse de la paroi du tiers proximal de l’œsophage et du sphincter externe de l’anus, la musculature du tube digestif est composée de cellules musculaires lisses disposées en couche circulaire interne et couche longitudinale externe. Le potentiel de repos des cellules musculaires lisses varie de façon spontanée et rythmique : ces ondes lentes de dépolarisation proviennent de l’activité électrique spontanée de cellules pacemaker, les cellules interstitielles de Cajal. Ces dépolarisations rythmiques sont transmises aux cellules musculaires lisses par des jonctions communicantes (gaps), qui unissent également les cellules musculaires lisses entre elles. L’activité électrique est ainsi transmise rapidement de cellule à cellule. Le rythme propre de dépolarisation des cellules de Cajal varie selon les organes : d’environ trois cycles par minute dans l’estomac à 12 cycles par minute dans le duodénum. Les ondes de dépolarisation ne déclenchent pas par elles-mêmes la contraction musculaire : elles rapprochent le potentiel de membrane du seuil de déclenchement du potentiel d’action (figure 10.1). Chaque fois que l’onde de dépolarisation atteint ce seuil (spontanément ou après une stimulation nerveuse), une salve de potentiels d’action survient, responsable de la contraction du muscle. Le muscle lisse digestif se comporte donc comme un syncytium fonctionnel qui se contracte en masse lorsque le potentiel d’action est atteint. Il se contracte de façon lente et soutenue en réponse à une stimulation, se relâche sous l’influence de neurones inhibiteurs, est contrôlé par le système nerveux entérique (innervation intrinsèque sous forme de plexus dans la paroi des organes digestifs) et le système nerveux autonome sympathique et parasympathique. L’activité motrice du tube digestif permet la progression ordonnée des aliments puis des résidus alimentaires de la bouche jusqu’à l’anus. La présence du réservoir gastrique favorise une alimentation intermittente plutôt que continue. La vidange gastrique, pulsatile, vise à optimiser les processus de digestion et d’absorption des nutriments le long de l’intestin grêle. Le côlon termine la digestion, concentre les résidus et stocke les matières fécales avant leur élimination volontaire.
  • 2. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 2/10 Figure 10.1 : Variations du potentiel de membrane à l’origine de la contraction du muscle lisse digestif Illustration : Carole Fumat Innervation Le tube digestif est innervé par le système nerveux autonome. Les fibres afférentes et efférentes des systèmes sympathiques et parasympathiques font relais au niveau d’un réseau de neurones de la paroi du tube digestif, organisés en deux plexus : le plexus myentérique, entre les deux couches musculaires lisses et qui contrôle la motricité digestive, et le plexus sous-muqueux plus impliqué dans le contrôle des phénomènes de sécrétion et absorption. Au sein de ces deux plexus, les corps cellulaires sont regroupés en ganglions, et les prolongements cellulaires (axones et dendrites) assurent les interconnexions entre les neurones et les cellules effectrices. Les neurones sensitifs sont reliés à différents types de récepteurs localisés dans la paroi digestive : mécanorécepteurs, chémo- et thermorécepteurs, récepteurs polymodaux. Les motoneurones sont de deux types : excitateurs et inhibiteurs. Les motoneurones excitateurs libèrent de l’acétylcholine au contact de la membrane des cellules musculaires lisses, provoquant une dépolarisation membranaire et la survenue de potentiels d’action, et donc d’une contraction musculaire. Les motoneurones inhibiteurs libèrent des médiateurs différents (vasoactive intestinal peptide (VIP) et monoxyde d’azote notamment) qui entraînent une hyperpolarisation membranaire, et donc une relaxation de la fibre musculaire lisse. De très nombreux interneurones intègrent les signaux sensitifs et organisent les réponses excitatrices ou inhibitrices, rendant possibles les réflexes entériques tels que le réflexe péristaltique (figure 10.2 et figure 10.3). Le réflexe péristaltique est totalement dépendant de l’intégrité du système nerveux entérique, dont le rôle est de coordonner la contraction et la relaxation des deux couches musculaires lisses de la paroi digestive. Le système nerveux autonome extrinsèque module l’activité du système nerveux entérique (figure 10.4). Les afférences parasympathiques projettent vers le bulbe rachidien (principalement le nerf Seuil d’excitabilité Potentiel de membrane Stimulation nerveuse + Contraction EMG Stimulation nerveuse - Hyperpolarisation Électrique Potentiel de membrane Mécanique Potentiel d’action Onde lente
  • 3. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 3/10 vague) et la moelle sacrée (nerfs pelviens), alors que les afférences sympathiques projettent vers la moelle thoracolombaire (nerfs splanchniques et hypogastriques provenant des ganglions prévertébraux cœliaques et mésentériques). Figure 10.2 : Réflexe péristaltique Le point de départ est la stimulation d’un mécanorécepteur de la paroi par le passage du bol alimentaire. L’activation du neurone sensitif va déclencher une réponse motrice faite en amont d’une contraction de la couche circulaire interne et une relaxation de la couche longitudinale, ce qui entraîne un rétrécissement de la lumière digestive et une augmentation de pression, et en aval d’une contraction de la couche longitudinale et une relaxation de la couche circulaire avec comme conséquence un raccourcissement du segment digestif et une diminution de pression. Il se forme ainsi un segment d’amont propulsif et un segment d’aval réceptif qui permet la progression du bol alimentaire, le phénomène se reproduisant de proche en proche dans le sens oral-aboral Illustration : Carole Fumat Figure 10.3 : Péristaltisme digestif : alternance coordonnée et propagée de contraction/relaxation des deux couches musculaires digestives Relax CCE : relaxation de la couche longitudinale externe ; CLE : couche circulaire interne Illustration : Carole Fumat Récepteur à l'étirement Contraction CCI Relaxation CCI Couche musculaire longitudinale externe (CLE) Plexus myentérique Couche musculaire circulaire interne (CCI) Lumière digestive Neuron Neurone sensitif Interneurone excitateur (+) Interneurone inhibiteur (-) IInterneurone excitateur (+) Motoneurone excitateur (Ach, +) Motoneurone inhibiteur (VIP, NO, -) Bolus Mouvement du bolus alimentaire Relaxation CLE Contraction CLE Relax CLE, Contraction CCI Relax CCI, Contraction CLE Segment propulseur Segment récepteur
  • 4. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 4/10 Figure 10.4 : Innervation sympathique et parasympatique Illustration : Carole Fumat Classiquement, le système parasympathique augmente l’activité péristaltique et tend à diminuer l’activité contractile tonique des sphincters, alors que le système sympathique inhibe le péristaltisme et renforce le tonus sphinctérien. Étapes de progression du bol alimentaire Motricité digestive en dehors du repas La motricité œsophagienne est décrite dans le chapitre 1 « Œsophage ». Chez l’homme normal, la motricité interprandiale de l’estomac et de l’intestin grêle a une organisation cyclique qui comporte trois périodes : une phase de repos moteur (phase I), une phase d’activité motrice irrégulière non propagée (phase II) et une période de quelques minutes pendant laquelle survient la phase III, caractéristique de la motricité interdigestive. Cette phase III est typiquement suivie d’une nouvelle période de phase I. La succession de ces trois périodes compose le complexe moteur migrant (CMM) (figure 10.5 et figure 10.6). Moelle cervicale Tronc cérébral Ganglion cervical supérieur Moelle thoracique Moelle lombaire Moelle sacrée Foie Intestins Pancréas Estomac Ganglions sympathiques Ganglion étoilé Ganglions parasympathiques Ganglion cœliaque Rein vasoconstriction Ganglion ciliaire Vésicule biliaire Pancréas Intestins Estomac Vésicule biliaire Vers les membres inférieurs Ganglion mésentérique inférieur Ganglion mésentérique supérieur Système sympathique Moelle cervicale Moelle thoracique Moelle lombaire Moelle sacrée Système parasympathique Tronc cérébral
  • 5. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 5/10 Figure : 10.5 : Exemple d’un complexe moteur migrant Chaque phase III est un train de contractions régulières qui se propagent sur une longue distance dans le grêle Illustration : Carole Fumat Figure 10.6 : Exemple d’une phase III typique sur un enregistrement manométrique jéjunal à 12 niveaux (J-1 à J-12) Un train d’ondes régulières est recueilli successivement aux différents niveaux d’enregistrement Illustration : Carole Fumat Les phases III sont surtout recueillies au niveau du duodénum et du jéjunum, mais elles ont dans 60 % des cas un site d’initiation gastrique. La fréquence contractile de ces trains d’ondes est proche de la fréquence contractile maximale autorisée par l’activité électrique de base : 3 par minute dans l’estomac, 10 à 13 par minute dans le duodénojéjunum, 7 à 8 par minute dans l’iléon. La survenue d’une phase III s’observe en moyenne toutes les 90 à 120 minutes, mais cette fréquence de survenue des phases III est très variable d’un sujet à l’autre, et également d’un jour à l’autre chez un même sujet. Cette variabilité de survenue des phases III s’observe aussi chez un individu donné au cours du nycthémère avec des phases III plus fréquentes la nuit, pendant le sommeil, que le jour. Seulement 40 à 50 % des phases III atteignent l’iléon proximal et moins de 5 % atteignent la valvule iléocæcale. L’iléon terminal est surtout le siège d’une activité contractile sporadique, non systématisée, qui Repas Temps (1 heure) Antre gastrique Distanceparrapportàl'angle deTreitz,cm 20 70 120 170 220 270 300 J-1 J-2 J-3 J-4 J-5 J-6 J-7 J-8 J-9 J-10 40 mm Hg 1 mm J-11 J-12
  • 6. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 6/10 devient de plus en plus intense à mesure que le site d’enregistrement se rapproche de la valvule iléocæcale. La motricité interdigestive de l’estomac se caractérise également au niveau de l’estomac proximal par une contraction tonique qui détermine une pression intragastrique permanente de 6 à 7 mmHg, alors qu’aucune activité motrice n’est recueillie dans l’estomac distal. Des contractions pyloriques surviennent également en dehors de toute contraction antrale ou duodénale. À jeun, dans le côlon, existe une activité motrice faible, non cyclique. De longues périodes (20 à 30 min) de repos moteur sont interrompues par de courtes salves de contractions segmentaires. Cette motricité varie selon le site d’enregistrement et la période du nycthémère. L’index moteur est moins important dans le côlon droit que dans le côlon gauche. Il existe dans le côlon sigmoïde une barrière de pression quasi permanente qui s’oppose à la progression des fèces vers le rectum. L’activité motrice, quasi nulle pendant la nuit, est fortement stimulée par le lever et l’exercice physique. En période interprandiale, les mouvements endoluminaux sont limités. Cependant, les phases III sont propulsives et leur survenue favorise le déplacement rapide du contenu luminal vers l’aval. Elles débarrassent le grêle des résidus endoluminaux et préviennent ainsi une pullulation bactérienne endoluminale qui favorise une diarrhée. Motricité postprandiale L’ingestion d’un repas modifie profondément la motricité digestive en supprimant l’organisation cyclique de la motricité gastrogrêlique et en stimulant la motricité à tous les niveaux du tube digestif. Réponse motrice gastrique (voir chapitre 2 « Estomac – Duodénum ») La réponse motrice de l’estomac à l’ingestion d’un repas associe plusieurs phénomènes : la relaxation de l’estomac proximal qui lui permet de jouer son rôle de réservoir, l’augmentation de la motricité gastrique distale et la stimulation des contractions pyloriques. La relaxation de l’estomac proximal maintient une pression intragastrique constante malgré l’arrivée du bol alimentaire, quel que soit le volume du repas ingéré. Cette relaxation est déclenchée initialement par la stimulation du pharynx par les aliments, puis dans un second temps, quelques secondes plus tard, par la distension gastrique secondaire à l’arrivée du bol alimentaire dans l’estomac sous l’effet des contractions péristaltiques œsophagiennes. Une relaxation initiale précoce, ample et profonde favorise le stockage des aliments dans l’estomac proximal. Dans un second temps, le tonus fundique augmente progressivement pour créer un gradient de pression entre le fundus et le duodénum qui favorise la migration des aliments vers l’estomac distal (figure 10.7). Dans l’antre gastrique et l’intestin grêle, la prise alimentaire induit un profond changement du profil moteur en supprimant très rapidement, à tous les niveaux d’enregistrement, la motricité interdigestive, en particulier les phases III. Dans l’antre, la motricité postprandiale se caractérise par des contractions de grande amplitude, survenant au rythme de trois par minute (figure 10.8). Cette activité motrice antrale intense persiste tant que l’estomac est en réplétion. Chaque contraction antrale réalise une contraction annulaire qui migre vers le pylore. Les aliments ne quittent donc l’estomac que lorsque le pylore est ouvert et lorsque leur taille est suffisamment petite, de l’ordre de 2
  • 7. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 7/10 ou 3 mm. Cette réduction de taille résulte du broyage progressif des particules solides et de leur homogénéisation par les contractions antrales. Figure 10.7 : Mouvements intragastriques d’un repas a. Les aliments sont d’abord stockés dans le fundus grâce à la relaxation adaptative de celui-ci ; b. sous l’effet d’un gradient de pression fundo-antro-duodénal, les aliments migrent secondairement progressivement vers l’antre où la phase solide du repas va être broyée et homogénéisée, préalable indispensable à son évacuation Illustration : Carole Fumat Figure 10.8 : Tracé manométrique antro-duodénal Sur les deux voies supérieures, l’enregistrement recueille des contractions antrales typiques survenant au rythme de trois par minute Illustration : Carole Fumat La vidange gastrique est le résultat de cette activité motricité gastro-pyloro-duodénale postprandiale. Motricité postprandiale dans l’intestin grêle La motricité postprandiale dans l’intestin grêle (voir chapitre 3 « Jéjunum – Iléon ») consiste en une activité contractile soutenue, seulement interrompue de courtes périodes de repos moteur (figure 10.9). a b Antre moyen Antre distal Duodénum proximal 3 mn 30 mm Hg Duodénum distal
  • 8. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 8/10 Figure 10.9 : Aspect typique de la motricité postprandiale de l’intestin grêle recueillie sur huit niveaux d’enregistrement au niveau duodénojéjunal Illustration : Carole Fumat Ce profil moteur est composé de salves de contractions irrégulières, souvent groupées en courtes bouffées de trois à six contractions successives. Comme la motricité interdigestive, la motricité postprandiale de l’intestin grêle se caractérise par une grande variabilité d’un individu à l’autre et, chez un même sujet, d’un repas à l’autre. Sa durée augmente avec la charge calorique du repas. La progression du chyme intraluminal est intermittente avec une alternance de périodes pendant lesquelles le transit est très lent et d’autres au cours desquelles la progression se fait sur quelques dizaines de centimètres. Les phases de transit très lent permettent le mélange des aliments qui quittent l’estomac avec les sécrétions biliopancréatiques. Les phases de transit plus rapide permettent un contact des aliments avec une plus large surface muqueuse pour favoriser leur absorption. Le profil moteur postprandial se termine avec le retour des phases III. Les premières phases III diffèrent de celles recueillies lorsque la motricité interdigestive est bien installée par un site d’initiation plus distal et une propagation sur une plus courte distance. Dans l’iléon, la période postprandiale se caractérise surtout par des variations de tonus avec une relaxation iléale prolongée. Cette relaxation permet à l’intestin grêle terminal de jouer un rôle de réservoir et de contribuer à un remplissage intermittent du cæcum. L’arrivée du bol alimentaire dans l’iléon déclenche également par des phénomènes de rétrocontrôle un ralentissement de la vidange gastrique et de la vitesse de transit dans le grêle. Ce phénomène est appelé le frein iléal. Motricité colique (voir chapitre 4 « Côlon ») La prise alimentaire stimule la motricité colique à la condition que le repas apporte un minimum de 1 000 calories. Cette réponse à l’alimentation se traduit par une augmentation du nombre des contractions coliques mais surtout par la survenue de contractions propagées de grande amplitude et qui sont appelées CPGA ou HAPC (high amplitude propagated contractions) pour les auteurs anglo- 2 mn 60 mm Hg 7 6 5 4 3 2 1 Post-prandial, normal RY 8
  • 9. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 9/10 saxons. Ces CPGA, élément le plus caractéristique de la motricité colique, balaient la totalité du cadre colique, après être nées dans le cæcum. Les CPGA sont rares (en moyenne 6/24 heures) et ont une fréquence de survenue très variable d’un individu à l’autre mais également d’un jour à l’autre chez un individu donné. Elles s’observent particulièrement après les repas (figure 10.10), notamment le petit déjeuner. Ces CPGA correspondent aux mouvements de masse coliques radiologiques ou scintigraphiques et permettent la progression du contenu colique du côlon ascendant vers le côlon descendant où il sera stocké. Lorsque ces mouvements de masse aboutissent à l’arrivée de matières fécales dans le rectum, ils déclenchent alors un besoin exonérateur. L’individu a alors le choix, en fonction de la situation où il se trouve, de mettre en jeu les mécanismes assurant la défécation ou, au contraire, de solliciter les mécanismes de continence. Figure 10.10 : Évolution de l’index moteur (MI) au cours du nycthémère lors d’un enregistrement au niveau du côlon transverse et descendant L’index moteur est maximal au réveil et après les repas. Il est minimal la nuit, évitant ainsi que le sommeil soit perturbé par l’arrivée de matières fécales dans le rectum Illustration : Carole Fumat Le repas stimule quantitativement ces contractions phasiques pendant les 30 à 180 minutes suivant son ingestion. La réponse motrice au repas est plus marquée dans le côlon distal que proximal. Le déclenchement de cette réponse motrice naît d’une stimulation de la muqueuse gastrique ou duodénale (réflexe gastrocolique) puisque la réponse disparaît lorsque les aliments sont ingérés après anesthésie préalable de la muqueuse gastrique par de la procaïne. Parmi les différents nutriments, les lipides sont ceux qui stimulent le plus la motricité colique. Les protides pourraient avoir un effet plutôt inhibiteur. Certains auteurs ont décrit un second pic d’activité motrice postprandiale qui est enregistrée deux à quatre heures après l’ingestion d’un repas. Chez l’homme, ce second pic d’activité motrice coïncide avec l’arrivée de la tête du repas dans le cæcum. Cette arrivée est facilitée par le péristaltisme iléal déclenché par la prise alimentaire. La prise alimentaire déclenche parallèlement des variations du tonus dans les côlons ascendant et descendant, à condition que le repas apporte au moins 1 000 calories. Ces variations de tonus, plus 20 0 20 Ml / h Ml / h Ml / h Repas 12 pm Dîner 12 am Réveil Petit-déjeuner 12 pm 0 20 0
  • 10. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 10 : Motricité digestive - Page 10/10 marquées dans le côlon distal, génèrent des gradients de pression entre les segments qui contribuent aux mouvements du contenu colique. Défécation (voir chapitre 5 « Rectum – Canal anal ») La défécation résulte d’une succession de phénomènes : a) la contraction des muscles rectaux qui réduit la capacité de réservoir du rectum ; b) la fermeture de la charnière rectosigmoïdienne qui évite le reflux des matières vers l’amont ; c) l’augmentation de la pression abdominale par contraction, à glotte fermée, des muscles abdominaux et du diaphragme ; d) la baisse de la résistance à l’écoulement du contenu intrarectal par le relâchement de la sangle des releveurs (notamment le relâchement du faisceau puborectal qui fait disparaître l’angle anorectal) et l’ouverture des sphincters. Une bonne vidange rectale nécessite une parfaite coordination entre propulsion et disparition de la résistance à l’écoulement et une bonne tonicité des muscles du plancher pelvien pour que la poussée exonératrice soit efficace.