SlideShare une entreprise Scribd logo
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 18 : Diarrhée - Page 1/6
Chapitre 18
Diarrhée
1. Différents mécanismes de diarrhée, avec leur traduction sémiologique
2. Explorations fonctionnelles d’une diarrhée
3. Intrication de fait des mécanismes de diarrhée et implications en clinique
.
Différents mécanismes de diarrhée, avec leur
traduction sémiologique
Diarrhée motrice
Elle est la conséquence d’une accélération du transit intestinal, notamment dans le côlon.
Typiquement :
● il existe souvent une première selle matinale avant le lever et le petit déjeuner (selle «
réveille-matin ») ;
● les autres selles de la journée sont essentiellement ou exclusivement postprandiales
précoces, voire peuvent survenir en fin de repas. Elles sont volontiers surtout matinales
(donc après le petit déjeuner), émises en plusieurs fois, de façon rapprochée et de petit
volume (salves) ;
● les selles sont impérieuses (ne peuvent être différées plus de 15 minutes), voire
urgentes (ne peuvent être différées plus de 1 à 5 minutes), voire ne peuvent pas être
retenues du tout (accidents d’incontinence) ;
● la présence visible dans les selles de résidus d’aliments non digérés (lientérie), en général
d’origine végétale, est possible ;
● l’efficacité des ralentisseurs du transit est remarquable (une seule prise de 2 mg de
lopéramide suffit parfois à différer la selle suivante de plus de 24 heures) ;
● le plus souvent, il n’y pas de retentissement sur l’état général.
De multiples processus peuvent aboutir à l’apparition d’une diarrhée. Pour une
même cause de diarrhée, plusieurs processus sont généralement associés et
intriqués. Néanmoins, il est important pour le clinicien de connaître les
caractéristiques individuelles cliniques des principaux mécanismes de diarrhée, qui
peuvent orienter dès l’interrogatoire les démarches diagnostique et thérapeutique.
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 18 : Diarrhée - Page 2/6
Diarrhée osmotique
Elle est due à l’effet osmotique (impliquant une rétention d’eau) dans l’intestin grêle, puis dans le
côlon, de molécules ingérées peu ou pas absorbées dans l’intestin grêle.
Typiquement :
● les selles sont liquides, d’abondance proportionnelle au nombre de molécules ingérées
exerçant leur pouvoir osmotique (à poids égal, les petites molécules exercent donc un effet
osmotique plus important) ;
● l’horaire et le rythme des selles sont dictés par ceux de la prise alimentaire des molécules
osmotiques ;
● la diarrhée cesse lors du jeûne ou de l’éviction du répertoire alimentaire des molécules
en cause.
Diarrhée par malabsorption
L’accélération du transit intestinal porte souvent sur le transit colique, là où il est normalement le
plus lent et où les conséquences diarrhéogènes ne peuvent pas être complètement compensées.
L’accentuation du réflexe gastrocolique (contraction colique expulsive après ingestion de certains
aliments, en particulier froids) semble ainsi participer à la genèse de la diarrhée motrice
fonctionnelle. Les facteurs organiques d’accélération du transit peuvent être l’action de peptides
prokinétiques (exemple : hormones thyroïdiennes) et/ou un dysfonctionnement du système nerveux
autonome.
Les causes de diarrhées motrices sont dominées de très loin par le syndrome de l’intestin irritable,
au cours duquel l’absence de retentissement sur l’état général est la règle. Les causes organiques
sont plus rares, liées à un dysfonctionnement du système nerveux autonome (diabète, amylose), à
une cause endocrinienne (hyperthyroïdie, cancer médullaire de la thyroïde, syndrome carcinoïdien)
ou postchirurgicale (cholécystectomie, vagotomie, résection intestinale).
Les petites molécules de l’alimentation peuvent être responsables de diarrhée osmotique
lorsqu’elles sont prises en quantité importante dans une période de temps courte. Il peut s’agir du
lactose et du fructose (fruits, miel) contenus dans les aliments naturels, de polyols (sorbitol, xylitol,
maltitol) utilisés comme agents sucrants de confiseries ou de chewing-gums. L’effet osmotique peut
être aussi utilisé en thérapeutique, qu’il s’agisse d’ions peu diffusibles (sulfate, magnésium), de
disaccharides non digérés dans l’intestin grêle (lactulose), ou de solutions iso-osmotiques contenant
de grosses molécules (polyéthylène glycol), utilisées en petites quantités comme laxatifs ou en
grandes quantités pour laver le côlon avant une coloscopie.
Lorsque les nutriments sont insuffisamment absorbés dans l’intestin grêle, le microbiote fermente
rapidement, une grande partie des glucides et protéines arrivant en excès dans le côlon. Certains
produits de la fermentation sont à leur tour absorbés à travers la muqueuse colique. Une diarrhée
par malabsorption survient alors du fait du rattrapage fermentaire colique insuffisant d’aliments
malabsorbés dans l’intestin grêle. Les graisses, en particulier les acides gras à chaîne longue, sont
peu ou pas digérées dans le côlon.
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 18 : Diarrhée - Page 3/6
Typiquement :
● les selles sont abondantes, volontiers bouseuses, parfois visiblement graisseuses
(taches grasses surnageant à la surface de la cuvette des toilettes) ;
● leur fréquence peut être normale ;
● la diarrhée est dépendante de l’alimentation ; elle ne persiste pas à son arrêt.
Diarrhée sécrétoire
Typiquement :
● la diarrhée est abondante (> 500 ml/jour si elle est mesurée) ;
● les selles sont le plus souvent complètement liquides ;
● les selles sont réparties sur le nycthémère, avec possibilité de selles nocturnes ;
● la diarrhée persiste au moins en partie lors du jeûne.
Diarrhée volumogénique
À l’interrogatoire et l’examen physique, il faut chercher des signes carentiels : œdèmes
(hypoalbuminémie), hématomes ou saignements faciles ou spontanés (carence en vitamine K),
crampes et tétanie (hypocalcémie par carence en vitamine K), des troubles des phanères (cheveux
fins et cassants, anomalies des ongles) et une glossite par carence en micronutriments, un syndrome
anémique (carence en fer, folates, vitamine B12). La principale cause de diarrhée par malabsorption
dans les pays développés est la maladie cœliaque. Les autres causes sont plus rares (insuffisance
pancréatique exocrine, malabsorption postchirurgicale ou postradique, cholestase, pullulation
bactérienne intestinale, causes rares d’atrophie villositaire [sprue tropicale, maladie de Whipple],
atrophies d’origine médicamenteuse [olmésartan]).
Normalement, les entrées liquidiennes orales excèdent les pertes fécales, le tractus digestif se
comportant de façon résultante par rapport aux mouvements hydroélectrolytiques internes, comme
un système d’absorption. Plusieurs pompes (échangeuses de cations, d’anions) et protéines de
sécrétion (dont le CFTR) existent à surface apicale ou basolatérale des entérocytes. Divers agonistes
et antagonistes de ces pompes orientent la résultante des échanges vers la sécrétion.
Les causes de diarrhées aiguës sécrétoires sont dominées par les infections intestinales via la
production par les agents infectieux de toxines prosécrétoires (choléra, infections à E. coli
entérotoxinogène). Les causes de diarrhée chronique à composante sécrétoire dominante sont
dominées par les colites microscopiques et certaines diarrhées médicamenteuses (acides biliaires,
olsalazine). Beaucoup plus rares sont les tumeurs coliques à forte activité sécrétoire (tumeurs
villeuses), les tumeurs sécrétant du vasoactive intestinal peptide (VIP), les mastocytoses.
C’est une forme de diarrhée très rare due à une hypersécrétion gastrique majeure induisant une
insuffisance pancréatique. La diarrhée peut ressembler à une diarrhée motrice ou de malabsorption.
La cause en est le syndrome de Zollinger-Ellison, dû à une sécrétion excessive de gastrine par une
tumeur endocrine (gastrinome).
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 18 : Diarrhée - Page 4/6
Diarrhée secondaire à des lésions organiques de la paroi
intestinale
Les lésions organiques de l’intestin peuvent être de cause ischémique et/ou infectieuse et/ou
inflammatoire :
● une diarrhée cliniquement hémorragique (sang visible mélangé aux selles à chaque
évacuation) témoigne d’une lésion organique intestinale ;
● l’existence d’un syndrome rectal et/ou dysentérique témoigne d’une atteinte organique du
rectum ;
● la présence isolée de glaires accompagnant les selles ne témoigne pas forcément d’une
lésion organique intestinale.
Toute lésion organique intestinale peut être associée à une exsudation.
Explorations fonctionnelles d’une diarrhée
Test au carmin
Ce test permet, en cas de diarrhée chronique, de documenter une accélération du temps de transit
oro-anal, donc de conclure à une diarrhée à composante motrice.
Analyse chimique des selles – fécalogramme
C’est la quantification d’un ou plusieurs composants des selles, qui permet de progresser dans le
diagnostic des mécanismes d’une diarrhée et d’en apprécier le retentissement hydroélectrolytique
et/ou nutritionnel.
L’exsudation consiste en la fuite dans la lumière digestive de composants du sang ou de la lymphe
(protéines [notamment l’albumine et les gammaglobulines], cholestérol, lymphocytes). Elle est
confirmée par une clairance de l’alpha-1-antitrypsine supérieure à 20 ml par jour. Lorsqu’elle est
majeure, l’exsudation peut aboutir à une carence sérique en albumine, cholestérol,
immunoglobulines, et à une lymphopénie. L’exsudation digestive complique la plupart des
entéropathies organiques. Elle est aussi observée dans les causes de mauvais drainage lymphatique
intestinal, en particulier au cours de la très rare maladie de Waldmann par agénésie des canaux
lymphatiques.
Normalement, le temps de transit oro-anal, dont la majeure partie est constituée du temps de transit
colique, est compris entre 8 et 72 heures. Le test consiste à mesurer le temps séparant l’ingestion de
deux gélules de rouge carmin en début de repas et leur apparition dans les selles. Un temps inférieur
à 8 heures témoigne d’une accélération du temps de transit colo-anal. Ce test est rarement indiqué
en clinique, car la composante motrice d’une diarrhée chronique est le plus souvent déjà évidente
cliniquement.
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 18 : Diarrhée - Page 5/6
Intrication de fait des mécanismes de diarrhée
et implications en clinique
La plupart des causes individuelles de diarrhée sont la résultante de plusieurs mécanismes de
diarrhée, même si l’un d’entre eux est au premier plan d’un point de vue physiopathologique et
sémiologique.
Le recueil des selles se fait habituellement sur 48 heures, au mieux dans les conditions de vie
habituelles. Le poids fécal moyen par 24 heures est toujours déterminé (N < 200 g/jour pour une
alimentation occidentale, jusqu’à 250–300 g/jour en cas d’alimentation particulièrement riche en
fibres végétales). Dans l’exploration diagnostique d’une diarrhée chronique, le fécalogramme
comporte généralement les éléments suivants :
■ la mesure de l’osmolarité fécale (N = 290 mOsm/kg) et de la concentration fécale en sodium
(normalement de l’ordre de 20 mmol/kg) et en potassium (normalement de l’ordre de 100
mmol/kg). Les selles sont normalement toujours iso-osmotiques au plasma (environ 290
mOsm/kg). Une osmolarité basse traduit une diarrhée factice, c’est-à-dire l’ajout volontaire
par le patient dans ses selles de substances hypotoniques (eau du robinet par exemple). Le
trou osmotique (osmolarité fécale − 2 × (concentration fécale en sodium + en potassium))
doit être d’environ 50 mOsm/kg. Des valeurs très supérieures (125 mOsm/kg), traduisent la
présence d’un excès de molécules osmotiques dans les selles (additifs alimentaires
édulcorants [polyols], laxatifs osmotiques), donc une diarrhée au moins en partie osmotique ;
■ la mesure du débit fécal en graisses (stéatorrhée). Sous réserve d’apports alimentaires
notables en graisses pendant la période de recueil (proches de 100 g/jour, soit pour la
plupart des individus, un régime enrichi de 10 à 50 g/jour par rapport aux ingesta habituels),
une stéatorrhée comprise entre 6 et 12 grammes par jour peut témoigner d’une stéatorrhée
dite « d’entraînement » d’une diarrhée motrice (temps de transit des graisses insuffisant dans
l’intestin grêle pour une digestion complète) ou d’une maldigestion des graisses dans
l’intestin grêle. Au-delà de 12 grammes par jour, la maldigestion des graisses est avérée ;
■ la mesure du débit fécal en azote (créatorrhée), normalement inférieur à 2 grammes par jour.
Au-delà de 3 grammes par jour, la maldigestion des protéines dans l’intestin grêle est avérée.
En fonction du contexte clinique de la diarrhée, on peut aussi demander :
■ le calcul de la clairance de l’alpha-1-antitrypsine, qui nécessite une mesure simultanée de la
concentration de la protéine dans le sang et les selles (clairance en ml/jour = concentration
fécale × poids fécal moyen frais/par/jour/concentration sérique). Une clairance supérieure à
20 ml par jour traduit une exsudation protéique, c’est-à-dire une fuite excessive de protéines
dans la lumière intestinale due à des lésions organiques de la paroi intestinale ou beaucoup
plus rarement à un drainage lymphatique insuffisant ;
■ la concentration fécale en élastase pancréatique. Un taux inférieur à 200 μg/kg traduit une
insuffisance pancréatique exocrine ;
■ un dosage de la calprotectine fécale. Cette protéine est contenue dans les polynucléaires
neutrophiles. L’existence de lésions inflammatoires intestinales donne lieu à un afflux de
cellules dans la paroi. La calprotectine survit à la lyse cellulaire et est excrétée intacte dans
les selles. Un taux fécal supérieur à 50–75 μg/g est considéré actuellement comme un
marqueur de l’inflammation d’un segment intestinal
Après une résection étendue de l’intestin grêle, la technique de calorimétrie indirecte permet
d’évaluer le potentiel calorique du contenu des selles, incluant celui des nutriments malabsorbés.
Ces calories ont été perdues pour le métabolisme de l’individu. Cette mesure donne donc une
indication des compensations nutritionnelles nécessaires.
LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE
© CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014
Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur
Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 18 : Diarrhée - Page 6/6
Par exemple :
● une diarrhée motrice est souvent associée à une stéatorrhée dite d’entraînement, présumée
due à un temps de présence insuffisant des lipides dans l’intestin grêle pour y être digérés et
absorbés autant que normalement ;
● dans le cadre d’un syndrome de malabsorption des nutriments dans l’intestin grêle, les
molécules malabsorbées exercent lors de leur progression le long du reste du tractus digestif
un rôle osmotique, à moins qu’elles ne soient fermentées par le microbiote ;
● si les acides biliaires ne sont pas complètement absorbés dans l’iléon, ils exercent ensuite
dans le côlon une action prosécrétoire et prokinétique.
Le meilleur traitement d’une diarrhée est celui de sa cause. Si celui-ci n’est pas immédiatement
possible, le traitement symptomatique peut faire appel en première intention au traitement du
mécanisme présumé prédominant : ralentisseurs du transit pour les diarrhées motrices,
antisécrétoires oraux pour les diarrhées sécrétoires, chélateurs des sels biliaires (cholestyramine)
pour les diarrhées avec malabsorption des sels biliaires. En pratique, en cas d’effet incomplet, il ne
faut pas hésiter à associer empiriquement les différents types de médicaments antidiarrhéiques
entre eux. En particulier, les ralentisseurs du transit, seulement contre-indiqués en cas de diarrhée
aiguë présumée infectieuse avec lésions intestinales, ont une efficacité au moins partielle sur la
plupart des causes de diarrhée.

Contenu connexe

Tendances

Vomissement Enfant
Vomissement EnfantVomissement Enfant
Vomissement Enfant
othmane elakadi
 
Pathologie de l_appareil_urinaire
Pathologie de l_appareil_urinairePathologie de l_appareil_urinaire
Pathologie de l_appareil_urinaireHana Hanouna
 
Constipation pendant la grossesse
Constipation pendant la grossesseConstipation pendant la grossesse
Constipation pendant la grossesse
Dr Giorgini
 
Occlusion Intestinale Aigue
Occlusion Intestinale AigueOcclusion Intestinale Aigue
Occlusion Intestinale Aigue
Mede Space
 
Semio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnelsSemio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnels
ssuser402aa2
 
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Egn Njeba
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinaleRose De Sable
 
Cat devant des vomissents
Cat devant des vomissentsCat devant des vomissents
Cat devant des vomissentskillua zoldyck
 
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenAscite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenArbaoui Bouzid
 
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaireManifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinairekillua zoldyck
 
Semiologie
SemiologieSemiologie
Semiologie
Mehdi Razzok
 
Occlusions neonatales
Occlusions neonatalesOcclusions neonatales
Occlusions neonatales
Mehdi Razzok
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
drchamadi
 
Cholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasiqueCholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasique
Dr. Abdellah Benrahou
 
Patho diges haute 1/2
Patho diges haute 1/2Patho diges haute 1/2
Patho diges haute 1/2
Michel Triffaux
 
Notions de pathologies ia 2017
Notions de pathologies ia 2017Notions de pathologies ia 2017
Notions de pathologies ia 2017
elkhantach
 
Adenome de prostate
Adenome de prostateAdenome de prostate
Adenome de prostate
RimaGuemriche
 

Tendances (20)

Vomissement Enfant
Vomissement EnfantVomissement Enfant
Vomissement Enfant
 
Pathologie de l_appareil_urinaire
Pathologie de l_appareil_urinairePathologie de l_appareil_urinaire
Pathologie de l_appareil_urinaire
 
Amp gastrites casablanca 2011
Amp gastrites casablanca 2011Amp gastrites casablanca 2011
Amp gastrites casablanca 2011
 
Constipation pendant la grossesse
Constipation pendant la grossesseConstipation pendant la grossesse
Constipation pendant la grossesse
 
Occlusion Intestinale Aigue
Occlusion Intestinale AigueOcclusion Intestinale Aigue
Occlusion Intestinale Aigue
 
Semio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnelsSemio digestive troubles-fonctionnels
Semio digestive troubles-fonctionnels
 
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
Chap 19 fondamentaux-pathologie-digestive-octobre-2014
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinale
 
Cat devant des vomissents
Cat devant des vomissentsCat devant des vomissents
Cat devant des vomissents
 
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenAscite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
 
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaireManifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
 
Semiologie
SemiologieSemiologie
Semiologie
 
Occlusions neonatales
Occlusions neonatalesOcclusions neonatales
Occlusions neonatales
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
 
Hepatomegalies
HepatomegaliesHepatomegalies
Hepatomegalies
 
Cholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasiqueCholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasique
 
Patho diges haute 1/2
Patho diges haute 1/2Patho diges haute 1/2
Patho diges haute 1/2
 
Notions de pathologies ia 2017
Notions de pathologies ia 2017Notions de pathologies ia 2017
Notions de pathologies ia 2017
 
Exm du nrs
Exm du nrsExm du nrs
Exm du nrs
 
Adenome de prostate
Adenome de prostateAdenome de prostate
Adenome de prostate
 

En vedette

Modal verbs
Modal verbsModal verbs
Modal verbs
Narcisa Busi
 
Presentación definitiva pp
Presentación definitiva ppPresentación definitiva pp
Presentación definitiva pp
Carmen Ríos Gonzalez
 
Estudos condicional x incondicional
Estudos  condicional   x   incondicionalEstudos  condicional   x   incondicional
Estudos condicional x incondicional
Joel Silva
 
SesiòN 4 ElaboraciòN De ArtìCulos CientìFicos Con Enfoque Ex
SesiòN 4 ElaboraciòN De ArtìCulos CientìFicos Con Enfoque ExSesiòN 4 ElaboraciòN De ArtìCulos CientìFicos Con Enfoque Ex
SesiòN 4 ElaboraciòN De ArtìCulos CientìFicos Con Enfoque Ex
Juan Lobato Valdespino
 
E.b.d adolescentes- 1º timestre 2016 lição 04
E.b.d  adolescentes- 1º timestre 2016 lição 04E.b.d  adolescentes- 1º timestre 2016 lição 04
E.b.d adolescentes- 1º timestre 2016 lição 04
Joel Silva
 
Чем наполнить ЦОД? Унифицированные Коммуникации как Сервис
Чем наполнить ЦОД? Унифицированные Коммуникации как СервисЧем наполнить ЦОД? Унифицированные Коммуникации как Сервис
Чем наполнить ЦОД? Унифицированные Коммуникации как Сервис
Anatoliy Parkhomenko
 
Questões Conversão Eletromecânica de Energia
Questões Conversão Eletromecânica de EnergiaQuestões Conversão Eletromecânica de Energia
Questões Conversão Eletromecânica de Energia
Jim Naturesa
 
Articulo cientificio u original metodologia
Articulo cientificio u original metodologiaArticulo cientificio u original metodologia
Articulo cientificio u original metodologia
Corporación Unificada Nacional de Educación Superior
 
Presentacion enfoques de investigación
Presentacion enfoques de investigaciónPresentacion enfoques de investigación
Presentacion enfoques de investigación
Corporación Unificada Nacional de Educación Superior
 
ANSYS Simulation: Abschaltbarer Haltemagnet für Weltraumanwendungen
ANSYS Simulation: Abschaltbarer Haltemagnet für WeltraumanwendungenANSYS Simulation: Abschaltbarer Haltemagnet für Weltraumanwendungen
ANSYS Simulation: Abschaltbarer Haltemagnet für WeltraumanwendungenCADFEM Austria GmbH
 

En vedette (11)

Georgoulia_final_year_thesis
Georgoulia_final_year_thesisGeorgoulia_final_year_thesis
Georgoulia_final_year_thesis
 
Modal verbs
Modal verbsModal verbs
Modal verbs
 
Presentación definitiva pp
Presentación definitiva ppPresentación definitiva pp
Presentación definitiva pp
 
Estudos condicional x incondicional
Estudos  condicional   x   incondicionalEstudos  condicional   x   incondicional
Estudos condicional x incondicional
 
SesiòN 4 ElaboraciòN De ArtìCulos CientìFicos Con Enfoque Ex
SesiòN 4 ElaboraciòN De ArtìCulos CientìFicos Con Enfoque ExSesiòN 4 ElaboraciòN De ArtìCulos CientìFicos Con Enfoque Ex
SesiòN 4 ElaboraciòN De ArtìCulos CientìFicos Con Enfoque Ex
 
E.b.d adolescentes- 1º timestre 2016 lição 04
E.b.d  adolescentes- 1º timestre 2016 lição 04E.b.d  adolescentes- 1º timestre 2016 lição 04
E.b.d adolescentes- 1º timestre 2016 lição 04
 
Чем наполнить ЦОД? Унифицированные Коммуникации как Сервис
Чем наполнить ЦОД? Унифицированные Коммуникации как СервисЧем наполнить ЦОД? Унифицированные Коммуникации как Сервис
Чем наполнить ЦОД? Унифицированные Коммуникации как Сервис
 
Questões Conversão Eletromecânica de Energia
Questões Conversão Eletromecânica de EnergiaQuestões Conversão Eletromecânica de Energia
Questões Conversão Eletromecânica de Energia
 
Articulo cientificio u original metodologia
Articulo cientificio u original metodologiaArticulo cientificio u original metodologia
Articulo cientificio u original metodologia
 
Presentacion enfoques de investigación
Presentacion enfoques de investigaciónPresentacion enfoques de investigación
Presentacion enfoques de investigación
 
ANSYS Simulation: Abschaltbarer Haltemagnet für Weltraumanwendungen
ANSYS Simulation: Abschaltbarer Haltemagnet für WeltraumanwendungenANSYS Simulation: Abschaltbarer Haltemagnet für Weltraumanwendungen
ANSYS Simulation: Abschaltbarer Haltemagnet für Weltraumanwendungen
 

Similaire à Chap 18 f

20 Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
20  Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf20  Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
20 Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
constantsambo
 
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestionFiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
CCMO Mutuelle
 
nutrition
nutrition nutrition
nutrition
MehdiMAZZI1
 
DIARRHEE AIGUE DE L’ENFANT MS ALAIN [Enregistrement automatique].pptx
DIARRHEE AIGUE DE L’ENFANT MS ALAIN [Enregistrement automatique].pptxDIARRHEE AIGUE DE L’ENFANT MS ALAIN [Enregistrement automatique].pptx
DIARRHEE AIGUE DE L’ENFANT MS ALAIN [Enregistrement automatique].pptx
Mbutyabo Bachweki
 
Semiologie 160321170735
Semiologie 160321170735Semiologie 160321170735
Semiologie 160321170735
Jalal Chafiq
 
Cat devant des vomissents
Cat devant des vomissentsCat devant des vomissents
Cat devant des vomissentskillua zoldyck
 
Nausée et vomissement 2023-2024.pptx
Nausée et vomissement 2023-2024.pptxNausée et vomissement 2023-2024.pptx
Nausée et vomissement 2023-2024.pptx
larryfonkou
 
les_occlusions_intestinales_aigues_2.pptx
les_occlusions_intestinales_aigues_2.pptxles_occlusions_intestinales_aigues_2.pptx
les_occlusions_intestinales_aigues_2.pptx
ZinebBen21
 
Comment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdf
Comment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdfComment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdf
Comment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdf
Khadija Moussayer
 
PATHOLOGIE-MEDICALE-2-.elkhalladi.pdf
PATHOLOGIE-MEDICALE-2-.elkhalladi.pdfPATHOLOGIE-MEDICALE-2-.elkhalladi.pdf
PATHOLOGIE-MEDICALE-2-.elkhalladi.pdf
lojanalaa
 
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIRAUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
Claude EUGENE
 
La dysphagie 2023-2024.pptx
La dysphagie 2023-2024.pptxLa dysphagie 2023-2024.pptx
La dysphagie 2023-2024.pptx
larryfonkou
 
Cat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueCat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueassadn2
 
Déshydratation aiguë du nourrisson et traitement
Déshydratation aiguë du nourrisson et traitementDéshydratation aiguë du nourrisson et traitement
Déshydratation aiguë du nourrisson et traitementkillua zoldyck
 
La Chimie des urines
La Chimie des urinesLa Chimie des urines
La Chimie des urines
S/Abdessemed
 
Pancréatite aigue
Pancréatite aiguePancréatite aigue
Pancréatite aigue
Lina
 
sténose hypertrophique du pylore - RGO.pptx
sténose hypertrophique du pylore - RGO.pptxsténose hypertrophique du pylore - RGO.pptx
sténose hypertrophique du pylore - RGO.pptx
SkanderB
 
La chimie des urines
 La chimie des urines La chimie des urines
La chimie des urines
S/Abdessemed
 

Similaire à Chap 18 f (20)

20 Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
20  Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf20  Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
20 Diarrhée chronique chez l'enfant.pdf
 
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestionFiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
Fiche essentielle - CCMO Mutuelle - La digestion
 
nutrition
nutrition nutrition
nutrition
 
DIARRHEE AIGUE DE L’ENFANT MS ALAIN [Enregistrement automatique].pptx
DIARRHEE AIGUE DE L’ENFANT MS ALAIN [Enregistrement automatique].pptxDIARRHEE AIGUE DE L’ENFANT MS ALAIN [Enregistrement automatique].pptx
DIARRHEE AIGUE DE L’ENFANT MS ALAIN [Enregistrement automatique].pptx
 
Semiologie 160321170735
Semiologie 160321170735Semiologie 160321170735
Semiologie 160321170735
 
Cat devant des vomissents
Cat devant des vomissentsCat devant des vomissents
Cat devant des vomissents
 
Nausée et vomissement 2023-2024.pptx
Nausée et vomissement 2023-2024.pptxNausée et vomissement 2023-2024.pptx
Nausée et vomissement 2023-2024.pptx
 
Semiologi (1)
Semiologi (1)Semiologi (1)
Semiologi (1)
 
les_occlusions_intestinales_aigues_2.pptx
les_occlusions_intestinales_aigues_2.pptxles_occlusions_intestinales_aigues_2.pptx
les_occlusions_intestinales_aigues_2.pptx
 
Comment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdf
Comment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdfComment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdf
Comment vivre avec une maladie rénale par Dr Moussayer Khadija.pdf
 
Constipation
ConstipationConstipation
Constipation
 
PATHOLOGIE-MEDICALE-2-.elkhalladi.pdf
PATHOLOGIE-MEDICALE-2-.elkhalladi.pdfPATHOLOGIE-MEDICALE-2-.elkhalladi.pdf
PATHOLOGIE-MEDICALE-2-.elkhalladi.pdf
 
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIRAUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
 
La dysphagie 2023-2024.pptx
La dysphagie 2023-2024.pptxLa dysphagie 2023-2024.pptx
La dysphagie 2023-2024.pptx
 
Cat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueCat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chronique
 
Déshydratation aiguë du nourrisson et traitement
Déshydratation aiguë du nourrisson et traitementDéshydratation aiguë du nourrisson et traitement
Déshydratation aiguë du nourrisson et traitement
 
La Chimie des urines
La Chimie des urinesLa Chimie des urines
La Chimie des urines
 
Pancréatite aigue
Pancréatite aiguePancréatite aigue
Pancréatite aigue
 
sténose hypertrophique du pylore - RGO.pptx
sténose hypertrophique du pylore - RGO.pptxsténose hypertrophique du pylore - RGO.pptx
sténose hypertrophique du pylore - RGO.pptx
 
La chimie des urines
 La chimie des urines La chimie des urines
La chimie des urines
 

Plus de Egn Njeba

Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1
Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1
Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1
Egn Njeba
 
Formation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secoursFormation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secours
Egn Njeba
 
Formation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secoursFormation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secours
Egn Njeba
 
Premiers secours
Premiers secoursPremiers secours
Premiers secours
Egn Njeba
 
Ophtalmologie ecn
Ophtalmologie ecnOphtalmologie ecn
Ophtalmologie ecn
Egn Njeba
 
Referentiel national semiologie-respiratoire
Referentiel national semiologie-respiratoireReferentiel national semiologie-respiratoire
Referentiel national semiologie-respiratoire
Egn Njeba
 
carabook-2005 guide de l'externe
carabook-2005 guide de l'externecarabook-2005 guide de l'externe
carabook-2005 guide de l'externe
Egn Njeba
 
Motricité digestive
Motricité digestiveMotricité digestive
Motricité digestive
Egn Njeba
 
Peritoine paroi abdominale
Peritoine paroi abdominalePeritoine paroi abdominale
Peritoine paroi abdominale
Egn Njeba
 
Pancréas et pathologies
Pancréas et pathologiesPancréas et pathologies
Pancréas et pathologies
Egn Njeba
 
Foie et voies biliaires
Foie et voies biliairesFoie et voies biliaires
Foie et voies biliaires
Egn Njeba
 
Rectum et canal anal
Rectum et canal analRectum et canal anal
Rectum et canal anal
Egn Njeba
 
Colonet pathologies
Colonet pathologiesColonet pathologies
Colonet pathologies
Egn Njeba
 
Jejunum -iléon
Jejunum -iléonJejunum -iléon
Jejunum -iléon
Egn Njeba
 
Estomac et Duodénum
Estomac et DuodénumEstomac et Duodénum
Estomac et Duodénum
Egn Njeba
 
Oesophage et pathologies
Oesophage et pathologiesOesophage et pathologies
Oesophage et pathologies
Egn Njeba
 
Atlas hito generale
Atlas hito generaleAtlas hito generale
Atlas hito generale
Egn Njeba
 
Systeme digestif, dent
Systeme digestif, dentSysteme digestif, dent
Systeme digestif, dent
Egn Njeba
 
Systeme endocrine
Systeme endocrineSysteme endocrine
Systeme endocrine
Egn Njeba
 
Systeme genital femelle
Systeme genital femelleSysteme genital femelle
Systeme genital femelle
Egn Njeba
 

Plus de Egn Njeba (20)

Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1
Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1
Les-ecn-en-51-dossiers-transversaux-tome-1
 
Formation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secoursFormation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secours
 
Formation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secoursFormation aux Premiers secours
Formation aux Premiers secours
 
Premiers secours
Premiers secoursPremiers secours
Premiers secours
 
Ophtalmologie ecn
Ophtalmologie ecnOphtalmologie ecn
Ophtalmologie ecn
 
Referentiel national semiologie-respiratoire
Referentiel national semiologie-respiratoireReferentiel national semiologie-respiratoire
Referentiel national semiologie-respiratoire
 
carabook-2005 guide de l'externe
carabook-2005 guide de l'externecarabook-2005 guide de l'externe
carabook-2005 guide de l'externe
 
Motricité digestive
Motricité digestiveMotricité digestive
Motricité digestive
 
Peritoine paroi abdominale
Peritoine paroi abdominalePeritoine paroi abdominale
Peritoine paroi abdominale
 
Pancréas et pathologies
Pancréas et pathologiesPancréas et pathologies
Pancréas et pathologies
 
Foie et voies biliaires
Foie et voies biliairesFoie et voies biliaires
Foie et voies biliaires
 
Rectum et canal anal
Rectum et canal analRectum et canal anal
Rectum et canal anal
 
Colonet pathologies
Colonet pathologiesColonet pathologies
Colonet pathologies
 
Jejunum -iléon
Jejunum -iléonJejunum -iléon
Jejunum -iléon
 
Estomac et Duodénum
Estomac et DuodénumEstomac et Duodénum
Estomac et Duodénum
 
Oesophage et pathologies
Oesophage et pathologiesOesophage et pathologies
Oesophage et pathologies
 
Atlas hito generale
Atlas hito generaleAtlas hito generale
Atlas hito generale
 
Systeme digestif, dent
Systeme digestif, dentSysteme digestif, dent
Systeme digestif, dent
 
Systeme endocrine
Systeme endocrineSysteme endocrine
Systeme endocrine
 
Systeme genital femelle
Systeme genital femelleSysteme genital femelle
Systeme genital femelle
 

Chap 18 f

  • 1. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 18 : Diarrhée - Page 1/6 Chapitre 18 Diarrhée 1. Différents mécanismes de diarrhée, avec leur traduction sémiologique 2. Explorations fonctionnelles d’une diarrhée 3. Intrication de fait des mécanismes de diarrhée et implications en clinique . Différents mécanismes de diarrhée, avec leur traduction sémiologique Diarrhée motrice Elle est la conséquence d’une accélération du transit intestinal, notamment dans le côlon. Typiquement : ● il existe souvent une première selle matinale avant le lever et le petit déjeuner (selle « réveille-matin ») ; ● les autres selles de la journée sont essentiellement ou exclusivement postprandiales précoces, voire peuvent survenir en fin de repas. Elles sont volontiers surtout matinales (donc après le petit déjeuner), émises en plusieurs fois, de façon rapprochée et de petit volume (salves) ; ● les selles sont impérieuses (ne peuvent être différées plus de 15 minutes), voire urgentes (ne peuvent être différées plus de 1 à 5 minutes), voire ne peuvent pas être retenues du tout (accidents d’incontinence) ; ● la présence visible dans les selles de résidus d’aliments non digérés (lientérie), en général d’origine végétale, est possible ; ● l’efficacité des ralentisseurs du transit est remarquable (une seule prise de 2 mg de lopéramide suffit parfois à différer la selle suivante de plus de 24 heures) ; ● le plus souvent, il n’y pas de retentissement sur l’état général. De multiples processus peuvent aboutir à l’apparition d’une diarrhée. Pour une même cause de diarrhée, plusieurs processus sont généralement associés et intriqués. Néanmoins, il est important pour le clinicien de connaître les caractéristiques individuelles cliniques des principaux mécanismes de diarrhée, qui peuvent orienter dès l’interrogatoire les démarches diagnostique et thérapeutique.
  • 2. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 18 : Diarrhée - Page 2/6 Diarrhée osmotique Elle est due à l’effet osmotique (impliquant une rétention d’eau) dans l’intestin grêle, puis dans le côlon, de molécules ingérées peu ou pas absorbées dans l’intestin grêle. Typiquement : ● les selles sont liquides, d’abondance proportionnelle au nombre de molécules ingérées exerçant leur pouvoir osmotique (à poids égal, les petites molécules exercent donc un effet osmotique plus important) ; ● l’horaire et le rythme des selles sont dictés par ceux de la prise alimentaire des molécules osmotiques ; ● la diarrhée cesse lors du jeûne ou de l’éviction du répertoire alimentaire des molécules en cause. Diarrhée par malabsorption L’accélération du transit intestinal porte souvent sur le transit colique, là où il est normalement le plus lent et où les conséquences diarrhéogènes ne peuvent pas être complètement compensées. L’accentuation du réflexe gastrocolique (contraction colique expulsive après ingestion de certains aliments, en particulier froids) semble ainsi participer à la genèse de la diarrhée motrice fonctionnelle. Les facteurs organiques d’accélération du transit peuvent être l’action de peptides prokinétiques (exemple : hormones thyroïdiennes) et/ou un dysfonctionnement du système nerveux autonome. Les causes de diarrhées motrices sont dominées de très loin par le syndrome de l’intestin irritable, au cours duquel l’absence de retentissement sur l’état général est la règle. Les causes organiques sont plus rares, liées à un dysfonctionnement du système nerveux autonome (diabète, amylose), à une cause endocrinienne (hyperthyroïdie, cancer médullaire de la thyroïde, syndrome carcinoïdien) ou postchirurgicale (cholécystectomie, vagotomie, résection intestinale). Les petites molécules de l’alimentation peuvent être responsables de diarrhée osmotique lorsqu’elles sont prises en quantité importante dans une période de temps courte. Il peut s’agir du lactose et du fructose (fruits, miel) contenus dans les aliments naturels, de polyols (sorbitol, xylitol, maltitol) utilisés comme agents sucrants de confiseries ou de chewing-gums. L’effet osmotique peut être aussi utilisé en thérapeutique, qu’il s’agisse d’ions peu diffusibles (sulfate, magnésium), de disaccharides non digérés dans l’intestin grêle (lactulose), ou de solutions iso-osmotiques contenant de grosses molécules (polyéthylène glycol), utilisées en petites quantités comme laxatifs ou en grandes quantités pour laver le côlon avant une coloscopie. Lorsque les nutriments sont insuffisamment absorbés dans l’intestin grêle, le microbiote fermente rapidement, une grande partie des glucides et protéines arrivant en excès dans le côlon. Certains produits de la fermentation sont à leur tour absorbés à travers la muqueuse colique. Une diarrhée par malabsorption survient alors du fait du rattrapage fermentaire colique insuffisant d’aliments malabsorbés dans l’intestin grêle. Les graisses, en particulier les acides gras à chaîne longue, sont peu ou pas digérées dans le côlon.
  • 3. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 18 : Diarrhée - Page 3/6 Typiquement : ● les selles sont abondantes, volontiers bouseuses, parfois visiblement graisseuses (taches grasses surnageant à la surface de la cuvette des toilettes) ; ● leur fréquence peut être normale ; ● la diarrhée est dépendante de l’alimentation ; elle ne persiste pas à son arrêt. Diarrhée sécrétoire Typiquement : ● la diarrhée est abondante (> 500 ml/jour si elle est mesurée) ; ● les selles sont le plus souvent complètement liquides ; ● les selles sont réparties sur le nycthémère, avec possibilité de selles nocturnes ; ● la diarrhée persiste au moins en partie lors du jeûne. Diarrhée volumogénique À l’interrogatoire et l’examen physique, il faut chercher des signes carentiels : œdèmes (hypoalbuminémie), hématomes ou saignements faciles ou spontanés (carence en vitamine K), crampes et tétanie (hypocalcémie par carence en vitamine K), des troubles des phanères (cheveux fins et cassants, anomalies des ongles) et une glossite par carence en micronutriments, un syndrome anémique (carence en fer, folates, vitamine B12). La principale cause de diarrhée par malabsorption dans les pays développés est la maladie cœliaque. Les autres causes sont plus rares (insuffisance pancréatique exocrine, malabsorption postchirurgicale ou postradique, cholestase, pullulation bactérienne intestinale, causes rares d’atrophie villositaire [sprue tropicale, maladie de Whipple], atrophies d’origine médicamenteuse [olmésartan]). Normalement, les entrées liquidiennes orales excèdent les pertes fécales, le tractus digestif se comportant de façon résultante par rapport aux mouvements hydroélectrolytiques internes, comme un système d’absorption. Plusieurs pompes (échangeuses de cations, d’anions) et protéines de sécrétion (dont le CFTR) existent à surface apicale ou basolatérale des entérocytes. Divers agonistes et antagonistes de ces pompes orientent la résultante des échanges vers la sécrétion. Les causes de diarrhées aiguës sécrétoires sont dominées par les infections intestinales via la production par les agents infectieux de toxines prosécrétoires (choléra, infections à E. coli entérotoxinogène). Les causes de diarrhée chronique à composante sécrétoire dominante sont dominées par les colites microscopiques et certaines diarrhées médicamenteuses (acides biliaires, olsalazine). Beaucoup plus rares sont les tumeurs coliques à forte activité sécrétoire (tumeurs villeuses), les tumeurs sécrétant du vasoactive intestinal peptide (VIP), les mastocytoses. C’est une forme de diarrhée très rare due à une hypersécrétion gastrique majeure induisant une insuffisance pancréatique. La diarrhée peut ressembler à une diarrhée motrice ou de malabsorption. La cause en est le syndrome de Zollinger-Ellison, dû à une sécrétion excessive de gastrine par une tumeur endocrine (gastrinome).
  • 4. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 18 : Diarrhée - Page 4/6 Diarrhée secondaire à des lésions organiques de la paroi intestinale Les lésions organiques de l’intestin peuvent être de cause ischémique et/ou infectieuse et/ou inflammatoire : ● une diarrhée cliniquement hémorragique (sang visible mélangé aux selles à chaque évacuation) témoigne d’une lésion organique intestinale ; ● l’existence d’un syndrome rectal et/ou dysentérique témoigne d’une atteinte organique du rectum ; ● la présence isolée de glaires accompagnant les selles ne témoigne pas forcément d’une lésion organique intestinale. Toute lésion organique intestinale peut être associée à une exsudation. Explorations fonctionnelles d’une diarrhée Test au carmin Ce test permet, en cas de diarrhée chronique, de documenter une accélération du temps de transit oro-anal, donc de conclure à une diarrhée à composante motrice. Analyse chimique des selles – fécalogramme C’est la quantification d’un ou plusieurs composants des selles, qui permet de progresser dans le diagnostic des mécanismes d’une diarrhée et d’en apprécier le retentissement hydroélectrolytique et/ou nutritionnel. L’exsudation consiste en la fuite dans la lumière digestive de composants du sang ou de la lymphe (protéines [notamment l’albumine et les gammaglobulines], cholestérol, lymphocytes). Elle est confirmée par une clairance de l’alpha-1-antitrypsine supérieure à 20 ml par jour. Lorsqu’elle est majeure, l’exsudation peut aboutir à une carence sérique en albumine, cholestérol, immunoglobulines, et à une lymphopénie. L’exsudation digestive complique la plupart des entéropathies organiques. Elle est aussi observée dans les causes de mauvais drainage lymphatique intestinal, en particulier au cours de la très rare maladie de Waldmann par agénésie des canaux lymphatiques. Normalement, le temps de transit oro-anal, dont la majeure partie est constituée du temps de transit colique, est compris entre 8 et 72 heures. Le test consiste à mesurer le temps séparant l’ingestion de deux gélules de rouge carmin en début de repas et leur apparition dans les selles. Un temps inférieur à 8 heures témoigne d’une accélération du temps de transit colo-anal. Ce test est rarement indiqué en clinique, car la composante motrice d’une diarrhée chronique est le plus souvent déjà évidente cliniquement.
  • 5. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 18 : Diarrhée - Page 5/6 Intrication de fait des mécanismes de diarrhée et implications en clinique La plupart des causes individuelles de diarrhée sont la résultante de plusieurs mécanismes de diarrhée, même si l’un d’entre eux est au premier plan d’un point de vue physiopathologique et sémiologique. Le recueil des selles se fait habituellement sur 48 heures, au mieux dans les conditions de vie habituelles. Le poids fécal moyen par 24 heures est toujours déterminé (N < 200 g/jour pour une alimentation occidentale, jusqu’à 250–300 g/jour en cas d’alimentation particulièrement riche en fibres végétales). Dans l’exploration diagnostique d’une diarrhée chronique, le fécalogramme comporte généralement les éléments suivants : ■ la mesure de l’osmolarité fécale (N = 290 mOsm/kg) et de la concentration fécale en sodium (normalement de l’ordre de 20 mmol/kg) et en potassium (normalement de l’ordre de 100 mmol/kg). Les selles sont normalement toujours iso-osmotiques au plasma (environ 290 mOsm/kg). Une osmolarité basse traduit une diarrhée factice, c’est-à-dire l’ajout volontaire par le patient dans ses selles de substances hypotoniques (eau du robinet par exemple). Le trou osmotique (osmolarité fécale − 2 × (concentration fécale en sodium + en potassium)) doit être d’environ 50 mOsm/kg. Des valeurs très supérieures (125 mOsm/kg), traduisent la présence d’un excès de molécules osmotiques dans les selles (additifs alimentaires édulcorants [polyols], laxatifs osmotiques), donc une diarrhée au moins en partie osmotique ; ■ la mesure du débit fécal en graisses (stéatorrhée). Sous réserve d’apports alimentaires notables en graisses pendant la période de recueil (proches de 100 g/jour, soit pour la plupart des individus, un régime enrichi de 10 à 50 g/jour par rapport aux ingesta habituels), une stéatorrhée comprise entre 6 et 12 grammes par jour peut témoigner d’une stéatorrhée dite « d’entraînement » d’une diarrhée motrice (temps de transit des graisses insuffisant dans l’intestin grêle pour une digestion complète) ou d’une maldigestion des graisses dans l’intestin grêle. Au-delà de 12 grammes par jour, la maldigestion des graisses est avérée ; ■ la mesure du débit fécal en azote (créatorrhée), normalement inférieur à 2 grammes par jour. Au-delà de 3 grammes par jour, la maldigestion des protéines dans l’intestin grêle est avérée. En fonction du contexte clinique de la diarrhée, on peut aussi demander : ■ le calcul de la clairance de l’alpha-1-antitrypsine, qui nécessite une mesure simultanée de la concentration de la protéine dans le sang et les selles (clairance en ml/jour = concentration fécale × poids fécal moyen frais/par/jour/concentration sérique). Une clairance supérieure à 20 ml par jour traduit une exsudation protéique, c’est-à-dire une fuite excessive de protéines dans la lumière intestinale due à des lésions organiques de la paroi intestinale ou beaucoup plus rarement à un drainage lymphatique insuffisant ; ■ la concentration fécale en élastase pancréatique. Un taux inférieur à 200 μg/kg traduit une insuffisance pancréatique exocrine ; ■ un dosage de la calprotectine fécale. Cette protéine est contenue dans les polynucléaires neutrophiles. L’existence de lésions inflammatoires intestinales donne lieu à un afflux de cellules dans la paroi. La calprotectine survit à la lyse cellulaire et est excrétée intacte dans les selles. Un taux fécal supérieur à 50–75 μg/g est considéré actuellement comme un marqueur de l’inflammation d’un segment intestinal Après une résection étendue de l’intestin grêle, la technique de calorimétrie indirecte permet d’évaluer le potentiel calorique du contenu des selles, incluant celui des nutriments malabsorbés. Ces calories ont été perdues pour le métabolisme de l’individu. Cette mesure donne donc une indication des compensations nutritionnelles nécessaires.
  • 6. LES FONDAMENTAUX DE LA PATHOLOGIE DIGESTIVE © CDU-HGE/Editions Elesevier-Masson - Octobre 2014 Toute reproduction ou traduction de l’ouvrage est interdite sans l’accord préalable de l’éditeur Partie II : Chapitres de synthèse - Chapitre 18 : Diarrhée - Page 6/6 Par exemple : ● une diarrhée motrice est souvent associée à une stéatorrhée dite d’entraînement, présumée due à un temps de présence insuffisant des lipides dans l’intestin grêle pour y être digérés et absorbés autant que normalement ; ● dans le cadre d’un syndrome de malabsorption des nutriments dans l’intestin grêle, les molécules malabsorbées exercent lors de leur progression le long du reste du tractus digestif un rôle osmotique, à moins qu’elles ne soient fermentées par le microbiote ; ● si les acides biliaires ne sont pas complètement absorbés dans l’iléon, ils exercent ensuite dans le côlon une action prosécrétoire et prokinétique. Le meilleur traitement d’une diarrhée est celui de sa cause. Si celui-ci n’est pas immédiatement possible, le traitement symptomatique peut faire appel en première intention au traitement du mécanisme présumé prédominant : ralentisseurs du transit pour les diarrhées motrices, antisécrétoires oraux pour les diarrhées sécrétoires, chélateurs des sels biliaires (cholestyramine) pour les diarrhées avec malabsorption des sels biliaires. En pratique, en cas d’effet incomplet, il ne faut pas hésiter à associer empiriquement les différents types de médicaments antidiarrhéiques entre eux. En particulier, les ralentisseurs du transit, seulement contre-indiqués en cas de diarrhée aiguë présumée infectieuse avec lésions intestinales, ont une efficacité au moins partielle sur la plupart des causes de diarrhée.