SlideShare une entreprise Scribd logo
46
pharmaceutiques - avril 2017
P
etit laboratoire espagnol et
maintenant européen, Pharma-
Mar entend bien se faire une
place au soleil sur un marché de
l’oncologie en forte expansion. Déjà,
ses équipes de recherche ont mis au
point Yondelis®, antitumoral d’un
nouveau genre, dérivé d’un mollusque
marin, le tunicier colonial Ecteinasci-
dia turbinata. C’est en 2007 que Yon-
delis® obtient sa première AMM dans
le sarcome des tissus mous. Il s’agit
alors de la première approbation d’un
médicament espagnol via une procé-
dure centralisée. Puis en 2009, une ex-
tension d’indication est octroyée dans
le cancer ovarien. Commence alors
l’expansion internationale de l’entre-
prise ibérique, avec la création des
quatre premières filiales européennes
entre 2013 et 2015 (Italie, Allemagne,
France et Royaume-Uni). Puis Phar-
maMar obtient l’approbation en 2015
sur les marchés américain et japonais
dans le sarcome des tissus mous.
Mort cellulaire programmée
La marque de fabrique de Yondelis® :
contrairement aux autres molécules
cytotoxiques connues, il interfère avec
la division des cellules tumorales et en-
traîne une mort cellulaire programmée
(apoptose). En outre, les résultats ont
démontré une inhibition de l’activité de
transcription des cellules cancéreuses.
« C’est l’association de ces actions qui
contribue aux propriétés antitumorales
uniquesdecemédicament,expliqueSté-
phane Bertocci, directeur général France
PharmaMar. Avant Yondelis®, pour le
traitement des sarcomes des tissus mous
en rechute, il n’existait pas d’alternative.
Parallèlement, dans le cancer de l’ovaire,
ce médicament permet d’améliorer la
prise en charge des patientes en récidive
en préservant leur qualité de vie. »
PourPharmaMar,ledéfirésidedanslare-
cherche puis la synthèse d’agents chimio-
thérapeutiques plus spécifiques, de nou-
velles molécules capables de contourner
les résistances et de substances agissant
sur des pathologies pour lesquelles il
n’existe pas encore de traitement. « Notre
objectif est de mettre à disposition des
traitements anticancéreux innovants qui
présentent le meilleur profil efficacité/
tolérance au service de l’amélioration de
la qualité de vie des patients. »
PharmaMar mène un programme de
recherche en deux phases pour décou-
vrir et développer des composés anti-
tumoraux d’origine marine, dont une
approbation de l’EMA est espérée au
second semestre pour le plus avancé
d’entre eux (voir interview ci-contre).
De nouveaux produits de PharmaMar
sont dans la même lignée que Yonde-
lis® en vue d’apporter une réponse à des
cancers dans lesquels très peu d’alterna-
tives thérapeutiques existent (comme
par exemple lurbinectedin (PM1183)),
un traitement du cancer de l’ovaire
résistant au platine. D’ailleurs lur-
binectedin est aussi en phase III dans
le cancer du poumon à petites cellules
pour lequel aucun nouveau traitement
n’a été lancé sur le marché depuis prati-
quement trente ans. n
Christine Colmont
Le laboratoire espagnol met au point de nouveaux anticancéreux à partir de principes
actifs issus de la mer. Cette spécificité lui donne un avantage compétitif et devrait
contribuer à stimuler sa croissance future.
Un labo au crible PharmaMar
Stratégie
Un positionnement
de niche en oncologie
La France, une quatrième filiale dynamique
Fondée en décembre 2014, PharmaMar France n’a pas encore
soufflé sa troisième bougie. « Notre croissance va passer par
l’accueil des produits actuellement en essais cliniques. De
fait, mon objectif est de préparer l’entité France au défi de
ces lancements et de permettre à PharmaMar de devenir en
France un acteur reconnu en cancérologie », précise Stéphane
Bertocci, country manager France PharmaMar. Dans la droite
ligne des orientations prises à l’international, la filiale France
du laboratoire espagnol ambitionne, en effet, de développer
l’anti­cancéreux Yondelis® dans ses indications actuelles et fu-
tures (voir interview) et de préparer les lancements des médi-
caments encore en développement.
En France, comme à l’international, les anticancéreux du laboratoire sont positionnés sur
un marché hospitalier très spécifique, en oncologie. « Nous travaillons d’une part avec les
centres français spécialisés, comme le réseau Netsarc, dans la prise en charge des sarcomes
des tissus mous, un cancer rare, et d’autre part, avec les établissements hospitaliers spéciali-
sés dans la prise en charge des cancers de l’ovaire », explique Stéphane Bertocci.
Stéphane Bertocci, directeur
général France PharmaMar.
DR
Radioscopie
PharmaMar
Le laboratoire intensifie ses dépenses de R&D pour préparer le lancement de ses nouveaux
anticancéreux.
Les grandes étapes
1986 : PharmaMar est fondée en Espagne par le groupe Zeltia
pour mettre au point des médicaments innovants en oncologie.
2001 : les équipes de recherche terminent la synthèse chimique
du premier anticancéreux dérivé d’un mollusque marin,
Yondelis®.
2002 : Genomica, spécialisée dans le diagnostic moléculaire,
est constituée à partir des actifs de Pharma Gen.
2003 : installation du siège social à l’extérieur de Madrid pour
étendre le centre de recherche et l’usine de production. Obten-
tion d’une ATU en France dans le sarcome mou, quatre ans avant
l’AMM.
2006 : constitution de Sylentis, pionnière dans la recherche et
le développement de médicaments en ophtalmologie basés sur le
silençage génique, à la suite d’un spin-off.
2007 : approbation de Yondelis® en Europe (carcinome des
tissus mous).
2009 : deuxième indication de Yondelis® (cancer ovarien).
2014 : création de la filiale France.
2015 : approbation sur les marchés américains et japonais dans
le sarcome des tissus mous. Accord de licence signé au Japon avec
Chugai Pharmaceutical.
2017 : décision de l’EMA attendue sur l’approbation de
plitidepsin en hématologie au second semestre.
Les chiffres
● Inventeur du Yondelis®, le premier anticancéreux synthétisé à partir des produits
de la mer, PharmaMar a réalisé l’an passé un chiffre d’affaires de 180,97 millions
d’euros. Le laboratoire espagnol compte 7 filiales en Europe dont la France depuis
fin 2014. Il développe aujourd’hui 3 molécules, actuellement en phases II et III,
dont l’une d’entre elles est en cours d’enregistrement en Europe. L’an dernier, ses
dépenses de R&D ont progressé de 30 % pour atteindre 78,42 millions d’euros.
RÉPARTITION PAR ACTIVITÉ
CHIFFRE D’AFFAIRES 2016 (EN %)
Source:PharmaMar
52 % Ventes biopharmaceutiques
39 % Ventes de produits chimiques
3 % Royalties
6 % Produits des licences
CHIFFRE D’AFFAIRES
(en millions d’euros)
20162015
192,81
Source:PharmaMar
180,97
R & D
(en millions d’euros)
201620152014
46,48
Source:PharmaMar
60,29
78,42
47
avril 2017 - pharmaceutiques
48
pharmaceutiques - avril 2017
D’où proviennent les principes actifs
de vos médicaments ?
●● En explorant en profondeur le po-
tentiel de la biodiversité sous-marine,
PharmaMar recherche et développe des
molécules anticancéreuses porteuses
d’un nouvel espoir. La mer est une
source dans laquelle nous puisons une
petite quantité d’échantillons pouvant
potentiellement contenir des principes
actifs, notamment chez les invertébrés
ou les substances spongieuses. Chaque
année, le groupe organise cinq à huit
expéditions dans le monde pour pré-
lever entre 8 000 et 10 000 principes
actifs marins. Nous avons consti-
tué ainsi la plus grande collection au
monde, avec environ 200 000 échan-
tillons différents de macro et de micro-
organismes issus des fonds marins.
En quoi consiste votre technologie si
particulière ?
●● Notre activité consiste à identifier
et isoler les composés actifs des échan-
tillons, à les modifier dans notre labo-
ratoire et à les développer pour en faire
des molécules aux propriétés anticancé-
reuses. Nous recevons les échantillons
prélevés dans les fonds marins dans
notre laboratoire de Madrid. Ces ex-
traits suivent ensuite notre processus de
recherche, décomposé en deux phases.
D’abord, nos équipes de chercheurs
étudient la taxonomie des composés
qui deviendront des molécules et com-
mencent à déterminer si elles possèdent
une activité anticancéreuse. Seules les
propriétés anticancéreuses sont recher-
chées. Nos chercheurs isolent ensuite
ces substances actives, déterminent
leur structure chimique et procèdent
à une synthèse organique. Ce dernier
critère est important car, outre le fait
qu’il nous permet d’accéder au stade
industriel, il nous évite de prélever de
grandes quantités d’échantillons et res-
pecte ainsi l’écosystème sous-marin.
Puis nous mettons au point la formu-
lation pharmaceutique des nouvelles
molécules. Des modèles “in vivo” sont
alors testés pour différentes tumeurs.
Si les résultats sont positifs, nous pou-
vons commencer le développement
clinique, qui prendra plusieurs années.
Avez-vous des concurrents ?
●● Notre approche est atypique.
Yondelis® (trabectedin) a été le pre-
mier anticancéreux d’origine marine
à obtenir une autorisation de mise
sur le marché, d’abord dans le trai-
tement du sarcome des tissus mous
puis dans celui du cancer de l’ovaire
en Europe. Aujourd’hui, ce médica-
ment est disponible dans 80 pays et
sur les principaux marchés en onco-
logie : Etats-Unis, Europe et Japon.
Si certains laboratoires travaillent sur
des échantillons issus de la mer dans
leur recherche et développement, en
Californie notamment, aucune autre
entreprise n’utilise de manière systé-
matique des principes actifs issus de la
mer, comme le fait PharmaMar.
La pollution des fonds marins a-t-
elle un impact sur la qualité de vos
échantillons ?
●● Nos anticancéreux sont produits à
partir de principes actifs, certes issus
de la mer, mais améliorés et synthé-
tisés chimiquement dans notre labo-
ratoire. En outre, nous prélevons nos
échantillons à 100 mètres au-dessous
du niveau de l’eau et non à la surface,
plus polluée que les fonds marins.
Nous intervenons au large du Kenya,
du Mozambique, de la Tanzanie ou
dans la mer du Nord, dans des zones
moins fréquentées que certains océans
ou la mer Méditerranée.
Comment est organisé le groupe
d’un point de vue juridique ?
●● PharmaMar, dont le cœur de l’ac-
tivité est l’oncologie, est cotée à la
Bourse de Madrid. Outre son activité
propre, elle compte quatre filiales à
100 %, toutes gérées indépendam-
ment. Dans la sphère biotechnolo-
gique, nous détenons deux sociétés :
Genomica, spécialisée dans le diagnos-
tic moléculaire, et Sylentis, pionnière
dans la recherche et le développement
de médicaments en ophtalmologie
basés sur le silençage génique (interfé-
rence ARN, ARNi). Autre domaine, la
chimie avec Zelnova Zeltia et Xylazel,
toutes deux bénéficiaires mais dont
l’activité n’est pas prioritaire pour
nous, deux sociétés dont PharmaMar
possède la totalité des parts.
Après la nouvelle indication dans
le cancer de l’ovaire pour Yondelis®,
quelles sont les prochaines
extensions espérées ?
●● Notre composé antitumoral d’ori-
gine marine Yondelis® a été approuvé
dans le traitement du sarcome des tissus
mous en 2007 et pour lutter contre le
cancer de l’ovaire en 2009. Ce produit
Le laboratoire espagnol souhaite renforcer sa présence commerciale en
Europe et aux Etats-Unis. Il espère aussi pouvoir annoncer des résultats
cliniques concluants pour ses composés en développement.
Un labo au crible PharmaMar
Luis Mora, directeur général de PharmaMar :
« La biodiversité sous-marine
efficace en oncologie »
49
avril 2017 - pharmaceutiques
est aujourd’hui en développement dans
deux autres indications : le mésothé-
liome pleural malin avec des essais ac-
tuellement de phase II et le méningiome
en phase II-III, deux domaines dans
lesquels les besoins sont très élevés et où
il n’existe pas de traitements sur le mar-
ché. Nous espérons pouvoir terminer
les études cliniques l’an prochain pour
pouvoir déposer un dossier dans ces
deux indications.
Vous avez licencié Yondelis® à Janssen
au Japon et hors d’Europe. La taille
de votre société était-elle trop petite
pour pouvoir le commercialiser seul
sur le marché mondial ?
●● Cet accord avec Janssen (division
pharmaceutique de Johnson & John-
son, ndlr) avait été signé en 2001, à
une époque où notre entreprise était
encore trop petite pour commercialiser
seule ses médicaments hors d’Europe.
Nous avons donc codéveloppé Yon-
delis®, ce qui nous a permis d’obtenir
notre première AMM six ans plus tard.
Pour les produits à venir, PharmaMar
va s’appuyer sur ses filiales européennes
(France, Allemagne, Italie, Belgique,
Autriche, Royaume-Uni, Portugal) et
sur son implantation aux Etats-Unis
pour les commercialiser seul. Une
exception : le Japon. D’ailleurs, l’an
dernier, nous avons conclu un accord
de licence portant uniquement sur
l’Archipel, avec Chugai Pharmaceuti-
cal (groupe Roche), pour y lancer notre
molécule, lurbinectedin (PM1183),
actuellement en phase III. L’opération
porte sur un montant de 13 millions
d’euros. A cette exception près, les
accords de licence ne font plus partie
de notre stratégie pour accélérer notre
croissance. Les Etats-Unis et l’Europe
représentent 75 % du marché mondial
de l’oncologie et nous voulons désor-
mais nous y développer seuls.
Combien de molécules compte votre
portefeuille en développement ?
●● PharmaMar développe aujourd’hui
trois molécules, actuellement en phase
II et III. Il s’agit tout d’abord de lur-
binectedin (PM1183), un traitement
du cancer de l’ovaire résistant au platine,
du cancer du poumon à petites cellules
et du cancer du sein avec la mutation
BRCA 1 et 2, puis de plitidepsin en
hématologie (myélome multiple notam-
ment en combinaison avec dexamétha-
sone) dont le dossier d’enregistrement
a été déposé en Europe, et enfin, de
PM184 (cancer du sein avancé). Nous
comptons aussi de nombreux composés
en phase préclinique. Prochaine étape :
l’ouverture d’un essai clinique pour
l’une de nos molécules. Cet important
programme de développement prouve
bien que la mer est une excellente source
d’actifs pour soigner les cancers.
Vous produisez vos médicaments
en Espagne. Prévoyez-vous de
construire une ou plusieurs
usines miroir pour sécuriser votre
production ?
●● Notre usine a été approuvée par la
FDA, l’EMA et d’autres autorités de
santé. Mais sa taille est réduite. C’est
pour cela que nous avons recours à des
façonniers. Par exemple, nous produi-
sons à Barcelone, en Suisse, en Bel-
gique, au Royaume-Uni, en France….
Et nos capacités de production sont
suffisantes. Nul besoin de construire
d’autres usines.
Quelle place occupe la France dans
votre stratégie ?
●● Elle est majeure. Nous menons
dans l’Hexagone de nombreux essais
cliniques en raison du niveau d’exper-
tise élevé des centres en oncologie,
parmi les meilleurs au monde. Ainsi,
toutes les phases I et II de Yondelis®
ont été conduites en France. En 2003,
nous avons également obtenu une
ATU dans le sarcome mou, quatre
ans avant l’AMM. C’est pourquoi
nous voulons y accroître notre pré-
sence. Pour l’heure, la filiale française
compte 14 personnes mais dans un
futur proche, nous prévoyons de dou-
bler ses effectifs.
Comment voyez-vous PharmaMar à
un horizon de cinq ans ?
●● Notre objectif premier est d’obte-
nir, à cet horizon, cinq ou six indi-
cations pour nos trois molécules sur
le marché : cancer de l’ovaire résis-
tant au platine, myélome multiple,
cancer du poumon à petites cellules,
cancer de l’ovaire résistant et can-
cer du sein. Mais nous avons aussi
d’autres ambitions : renforcer notre
présence commerciale en Europe et
aux Etats-Unis en développant notre
force de vente, enregistrer une forte
croissance et annoncer des résultats
cliniques concluants pour nos nou-
veaux composés en développement.
Pour accompagner cette croissance
nous souhaiterions coter également
l’entreprise sur le marché américain
du Nasdaq (double cotation) pour
lever des fonds en cas de besoin. Pour
l’heure, d’ici à la fin de l’année, nous
renforçons notre équipe de vente
aux Etats-Unis de manière à être fin
prêts à lancer nos nouveaux produits
outre-Atlantique dès qu’ils obtien-
dront leur AMM.
Propos recueillis
par Christine Colmont
DR

Contenu connexe

Similaire à PharmaMar le laboratoire qui utilise la biodiversité sous-marine en oncologie, présentera "Mon Bullet Journal" comment mieux vivre avec un cancer de l'ovaire

Bilan invest r%26_d_260112
Bilan invest r%26_d_260112Bilan invest r%26_d_260112
Bilan invest r%26_d_260112
Association LIR
 
Cosmétologie : un secteur pluridisciplinaire qui recrute - Quelques exemples ...
Cosmétologie : un secteur pluridisciplinaire qui recrute - Quelques exemples ...Cosmétologie : un secteur pluridisciplinaire qui recrute - Quelques exemples ...
Cosmétologie : un secteur pluridisciplinaire qui recrute - Quelques exemples ...
Réseau Pro Santé
 
Etude Apec - Les difficultés de recrutement de cadres en production industrie...
Etude Apec - Les difficultés de recrutement de cadres en production industrie...Etude Apec - Les difficultés de recrutement de cadres en production industrie...
Etude Apec - Les difficultés de recrutement de cadres en production industrie...
Apec
 
Industries de santé: synthèse prospective emploi-compétences (Ministère du Tr...
Industries de santé: synthèse prospective emploi-compétences (Ministère du Tr...Industries de santé: synthèse prospective emploi-compétences (Ministère du Tr...
Industries de santé: synthèse prospective emploi-compétences (Ministère du Tr...
Groupe IMT
 
Article de Presse Fahrenberger - Pharma - Mai 2013
Article de Presse Fahrenberger - Pharma - Mai 2013Article de Presse Fahrenberger - Pharma - Mai 2013
Article de Presse Fahrenberger - Pharma - Mai 2013
pbcom1998
 
Sciences de la vie - Fiche descriptive
Sciences de la vie -  Fiche descriptiveSciences de la vie -  Fiche descriptive
Sciences de la vie - Fiche descriptive
Université Laval
 
Ose pharma cp 3 juillet 2012 vf
Ose pharma cp 3 juillet 2012 vfOse pharma cp 3 juillet 2012 vf
Ose pharma cp 3 juillet 2012 vf
OSEPharma
 
Genopole, aujourd’hui et demain
Genopole, aujourd’hui et demainGenopole, aujourd’hui et demain
Genopole, aujourd’hui et demain
Genopole
 
Dossier de production groupe 149 (Lille)
Dossier de production groupe 149 (Lille)Dossier de production groupe 149 (Lille)
Dossier de production groupe 149 (Lille)
Axelle CARROY
 
Communiqué de Presse Pharmagora - 21janv2010
Communiqué de Presse Pharmagora - 21janv2010Communiqué de Presse Pharmagora - 21janv2010
Communiqué de Presse Pharmagora - 21janv2010
pbcom1998
 
Communiqué de Presse Wolters Kluwer - 2010
Communiqué de Presse Wolters Kluwer - 2010Communiqué de Presse Wolters Kluwer - 2010
Communiqué de Presse Wolters Kluwer - 2010
pbcom1998
 
Dossier de Presse ENDOCONTROL 2015-2016
Dossier de Presse ENDOCONTROL 2015-2016Dossier de Presse ENDOCONTROL 2015-2016
Dossier de Presse ENDOCONTROL 2015-2016
ENDO CONTROL
 
Conférence Annuelle 2014 SIMV
Conférence Annuelle 2014 SIMVConférence Annuelle 2014 SIMV
Conférence Annuelle 2014 SIMV
Market iT
 
Hormones de reproduction : les actions pour des alternatives | JTC 2019
Hormones de reproduction : les actions pour des alternatives | JTC 2019Hormones de reproduction : les actions pour des alternatives | JTC 2019
Hormones de reproduction : les actions pour des alternatives | JTC 2019
Institut de l'Elevage - Idele
 
pharmaceurtical industry
pharmaceurtical industrypharmaceurtical industry
pharmaceurtical industry
SHARE MIND
 
Acces precoce innovation
Acces precoce innovationAcces precoce innovation
Acces precoce innovation
Association LIR
 

Similaire à PharmaMar le laboratoire qui utilise la biodiversité sous-marine en oncologie, présentera "Mon Bullet Journal" comment mieux vivre avec un cancer de l'ovaire (20)

Bilan invest r%26_d_260112
Bilan invest r%26_d_260112Bilan invest r%26_d_260112
Bilan invest r%26_d_260112
 
Cosmétologie : un secteur pluridisciplinaire qui recrute - Quelques exemples ...
Cosmétologie : un secteur pluridisciplinaire qui recrute - Quelques exemples ...Cosmétologie : un secteur pluridisciplinaire qui recrute - Quelques exemples ...
Cosmétologie : un secteur pluridisciplinaire qui recrute - Quelques exemples ...
 
Etude Apec - Les difficultés de recrutement de cadres en production industrie...
Etude Apec - Les difficultés de recrutement de cadres en production industrie...Etude Apec - Les difficultés de recrutement de cadres en production industrie...
Etude Apec - Les difficultés de recrutement de cadres en production industrie...
 
Industries de santé: synthèse prospective emploi-compétences (Ministère du Tr...
Industries de santé: synthèse prospective emploi-compétences (Ministère du Tr...Industries de santé: synthèse prospective emploi-compétences (Ministère du Tr...
Industries de santé: synthèse prospective emploi-compétences (Ministère du Tr...
 
Article de Presse Fahrenberger - Pharma - Mai 2013
Article de Presse Fahrenberger - Pharma - Mai 2013Article de Presse Fahrenberger - Pharma - Mai 2013
Article de Presse Fahrenberger - Pharma - Mai 2013
 
Sciences de la vie - Fiche descriptive
Sciences de la vie -  Fiche descriptiveSciences de la vie -  Fiche descriptive
Sciences de la vie - Fiche descriptive
 
Ose pharma cp 3 juillet 2012 vf
Ose pharma cp 3 juillet 2012 vfOse pharma cp 3 juillet 2012 vf
Ose pharma cp 3 juillet 2012 vf
 
Genopole, aujourd’hui et demain
Genopole, aujourd’hui et demainGenopole, aujourd’hui et demain
Genopole, aujourd’hui et demain
 
IGR Cancer du sein
IGR Cancer du seinIGR Cancer du sein
IGR Cancer du sein
 
Dossier de production groupe 149 (Lille)
Dossier de production groupe 149 (Lille)Dossier de production groupe 149 (Lille)
Dossier de production groupe 149 (Lille)
 
Plateformes - CLARA - 1er sem. 2014
Plateformes - CLARA - 1er sem. 2014Plateformes - CLARA - 1er sem. 2014
Plateformes - CLARA - 1er sem. 2014
 
Communiqué de Presse Pharmagora - 21janv2010
Communiqué de Presse Pharmagora - 21janv2010Communiqué de Presse Pharmagora - 21janv2010
Communiqué de Presse Pharmagora - 21janv2010
 
Communiqué de Presse Wolters Kluwer - 2010
Communiqué de Presse Wolters Kluwer - 2010Communiqué de Presse Wolters Kluwer - 2010
Communiqué de Presse Wolters Kluwer - 2010
 
PLAIDOIRIE Oral
PLAIDOIRIE OralPLAIDOIRIE Oral
PLAIDOIRIE Oral
 
Dossier de Presse ENDOCONTROL 2015-2016
Dossier de Presse ENDOCONTROL 2015-2016Dossier de Presse ENDOCONTROL 2015-2016
Dossier de Presse ENDOCONTROL 2015-2016
 
Conférence Annuelle 2014 SIMV
Conférence Annuelle 2014 SIMVConférence Annuelle 2014 SIMV
Conférence Annuelle 2014 SIMV
 
Hormones de reproduction : les actions pour des alternatives | JTC 2019
Hormones de reproduction : les actions pour des alternatives | JTC 2019Hormones de reproduction : les actions pour des alternatives | JTC 2019
Hormones de reproduction : les actions pour des alternatives | JTC 2019
 
2- Analyses des pesticides
2- Analyses des pesticides2- Analyses des pesticides
2- Analyses des pesticides
 
pharmaceurtical industry
pharmaceurtical industrypharmaceurtical industry
pharmaceurtical industry
 
Acces precoce innovation
Acces precoce innovationAcces precoce innovation
Acces precoce innovation
 

Plus de Festival de la Communication Santé

Le Mag du Festival de la Communication Sante 2018
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2018  Le Mag du Festival de la Communication Sante 2018
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2018
Festival de la Communication Santé
 
Article paru dans Pharmaceutiques : Les patients mis à l'honneur au Festival ...
Article paru dans Pharmaceutiques : Les patients mis à l'honneur au Festival ...Article paru dans Pharmaceutiques : Les patients mis à l'honneur au Festival ...
Article paru dans Pharmaceutiques : Les patients mis à l'honneur au Festival ...
Festival de la Communication Santé
 
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2017 #Fcsante
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2017  #FcsanteLe Mag du Festival de la Communication Sante 2017  #Fcsante
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2017 #Fcsante
Festival de la Communication Santé
 
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Festival de la Communication Santé
 
Le Festival de la Communication Sante en chiffres
Le Festival de la Communication Sante en chiffres Le Festival de la Communication Sante en chiffres
Le Festival de la Communication Sante en chiffres
Festival de la Communication Santé
 
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2016 #FCsante
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2016 #FCsanteLe Mag du Festival de la Communication Sante 2016 #FCsante
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2016 #FCsante
Festival de la Communication Santé
 
Edito de Dominique Noel, présidente du Festival de la Communication Santé dan...
Edito de Dominique Noel, présidente du Festival de la Communication Santé dan...Edito de Dominique Noel, présidente du Festival de la Communication Santé dan...
Edito de Dominique Noel, présidente du Festival de la Communication Santé dan...
Festival de la Communication Santé
 
Etude Ifop - Canal33 : Primo vision compilation 2009 - 2016
Etude Ifop - Canal33 : Primo vision   compilation 2009 - 2016Etude Ifop - Canal33 : Primo vision   compilation 2009 - 2016
Etude Ifop - Canal33 : Primo vision compilation 2009 - 2016
Festival de la Communication Santé
 
Triple médaille pour lj com à deauville
Triple médaille pour lj com à deauvilleTriple médaille pour lj com à deauville
Triple médaille pour lj com à deauville
Festival de la Communication Santé
 
Le Palmarès du Festival de la Communication Santé 2015
Le Palmarès du Festival de la Communication Santé 2015Le Palmarès du Festival de la Communication Santé 2015
Le Palmarès du Festival de la Communication Santé 2015
Festival de la Communication Santé
 
Mdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariat
Mdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariatMdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariat
Mdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariat
Festival de la Communication Santé
 
Festival de la Communication Santé 2015 - Catalogue
Festival de la Communication Santé 2015 - Catalogue Festival de la Communication Santé 2015 - Catalogue
Festival de la Communication Santé 2015 - Catalogue
Festival de la Communication Santé
 
FOCUS SUR LA CONFÉRENCE Environnement et santé : des liens d'intérêt à ne plu...
FOCUS SUR LA CONFÉRENCE Environnement et santé : des liens d'intérêt à ne plu...FOCUS SUR LA CONFÉRENCE Environnement et santé : des liens d'intérêt à ne plu...
FOCUS SUR LA CONFÉRENCE Environnement et santé : des liens d'intérêt à ne plu...
Festival de la Communication Santé
 
Le programme complet du Festival de la Communication Santé 2015
Le programme complet du Festival de la Communication Santé 2015Le programme complet du Festival de la Communication Santé 2015
Le programme complet du Festival de la Communication Santé 2015
Festival de la Communication Santé
 
Newsletter avec le programme des conférences du Festival de la Communication ...
Newsletter avec le programme des conférences du Festival de la Communication ...Newsletter avec le programme des conférences du Festival de la Communication ...
Newsletter avec le programme des conférences du Festival de la Communication ...
Festival de la Communication Santé
 
Article paru dans Pharmaceutiques sur l'Open data santé et la conférence orga...
Article paru dans Pharmaceutiques sur l'Open data santé et la conférence orga...Article paru dans Pharmaceutiques sur l'Open data santé et la conférence orga...
Article paru dans Pharmaceutiques sur l'Open data santé et la conférence orga...
Festival de la Communication Santé
 
Pharmacien Manager : article Festival de la Communication Santé 2014
Pharmacien Manager : article Festival de la Communication Santé 2014Pharmacien Manager : article Festival de la Communication Santé 2014
Pharmacien Manager : article Festival de la Communication Santé 2014
Festival de la Communication Santé
 
Palmares Festival de la Communication Santé 2014
Palmares Festival de la Communication Santé 2014Palmares Festival de la Communication Santé 2014
Palmares Festival de la Communication Santé 2014
Festival de la Communication Santé
 

Plus de Festival de la Communication Santé (20)

Le Mag du Festival de la Communication Sante 2018
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2018  Le Mag du Festival de la Communication Sante 2018
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2018
 
Article paru dans Pharmaceutiques : Les patients mis à l'honneur au Festival ...
Article paru dans Pharmaceutiques : Les patients mis à l'honneur au Festival ...Article paru dans Pharmaceutiques : Les patients mis à l'honneur au Festival ...
Article paru dans Pharmaceutiques : Les patients mis à l'honneur au Festival ...
 
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2017 #Fcsante
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2017  #FcsanteLe Mag du Festival de la Communication Sante 2017  #Fcsante
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2017 #Fcsante
 
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
Le programme du Festival de la Communication Sante 2017
 
Le Festival de la Communication Sante en chiffres
Le Festival de la Communication Sante en chiffres Le Festival de la Communication Sante en chiffres
Le Festival de la Communication Sante en chiffres
 
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2016 #FCsante
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2016 #FCsanteLe Mag du Festival de la Communication Sante 2016 #FCsante
Le Mag du Festival de la Communication Sante 2016 #FCsante
 
Edito de Dominique Noel, présidente du Festival de la Communication Santé dan...
Edito de Dominique Noel, présidente du Festival de la Communication Santé dan...Edito de Dominique Noel, présidente du Festival de la Communication Santé dan...
Edito de Dominique Noel, présidente du Festival de la Communication Santé dan...
 
Etude Ifop - Canal33 : Primo vision compilation 2009 - 2016
Etude Ifop - Canal33 : Primo vision   compilation 2009 - 2016Etude Ifop - Canal33 : Primo vision   compilation 2009 - 2016
Etude Ifop - Canal33 : Primo vision compilation 2009 - 2016
 
Triple médaille pour lj com à deauville
Triple médaille pour lj com à deauvilleTriple médaille pour lj com à deauville
Triple médaille pour lj com à deauville
 
Le Palmarès du Festival de la Communication Santé 2015
Le Palmarès du Festival de la Communication Santé 2015Le Palmarès du Festival de la Communication Santé 2015
Le Palmarès du Festival de la Communication Santé 2015
 
Mdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariat
Mdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariatMdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariat
Mdsavenir et L'Université des Patients signent un partenariat
 
Festival de la Communication Santé 2015 - Catalogue
Festival de la Communication Santé 2015 - Catalogue Festival de la Communication Santé 2015 - Catalogue
Festival de la Communication Santé 2015 - Catalogue
 
FOCUS SUR LA CONFÉRENCE Environnement et santé : des liens d'intérêt à ne plu...
FOCUS SUR LA CONFÉRENCE Environnement et santé : des liens d'intérêt à ne plu...FOCUS SUR LA CONFÉRENCE Environnement et santé : des liens d'intérêt à ne plu...
FOCUS SUR LA CONFÉRENCE Environnement et santé : des liens d'intérêt à ne plu...
 
Le programme complet du Festival de la Communication Santé 2015
Le programme complet du Festival de la Communication Santé 2015Le programme complet du Festival de la Communication Santé 2015
Le programme complet du Festival de la Communication Santé 2015
 
Newsletter avec le programme des conférences du Festival de la Communication ...
Newsletter avec le programme des conférences du Festival de la Communication ...Newsletter avec le programme des conférences du Festival de la Communication ...
Newsletter avec le programme des conférences du Festival de la Communication ...
 
FCSanté
FCSantéFCSanté
FCSanté
 
Festival de la Communication Santé 2015
Festival de la Communication Santé 2015Festival de la Communication Santé 2015
Festival de la Communication Santé 2015
 
Article paru dans Pharmaceutiques sur l'Open data santé et la conférence orga...
Article paru dans Pharmaceutiques sur l'Open data santé et la conférence orga...Article paru dans Pharmaceutiques sur l'Open data santé et la conférence orga...
Article paru dans Pharmaceutiques sur l'Open data santé et la conférence orga...
 
Pharmacien Manager : article Festival de la Communication Santé 2014
Pharmacien Manager : article Festival de la Communication Santé 2014Pharmacien Manager : article Festival de la Communication Santé 2014
Pharmacien Manager : article Festival de la Communication Santé 2014
 
Palmares Festival de la Communication Santé 2014
Palmares Festival de la Communication Santé 2014Palmares Festival de la Communication Santé 2014
Palmares Festival de la Communication Santé 2014
 

PharmaMar le laboratoire qui utilise la biodiversité sous-marine en oncologie, présentera "Mon Bullet Journal" comment mieux vivre avec un cancer de l'ovaire

  • 1. 46 pharmaceutiques - avril 2017 P etit laboratoire espagnol et maintenant européen, Pharma- Mar entend bien se faire une place au soleil sur un marché de l’oncologie en forte expansion. Déjà, ses équipes de recherche ont mis au point Yondelis®, antitumoral d’un nouveau genre, dérivé d’un mollusque marin, le tunicier colonial Ecteinasci- dia turbinata. C’est en 2007 que Yon- delis® obtient sa première AMM dans le sarcome des tissus mous. Il s’agit alors de la première approbation d’un médicament espagnol via une procé- dure centralisée. Puis en 2009, une ex- tension d’indication est octroyée dans le cancer ovarien. Commence alors l’expansion internationale de l’entre- prise ibérique, avec la création des quatre premières filiales européennes entre 2013 et 2015 (Italie, Allemagne, France et Royaume-Uni). Puis Phar- maMar obtient l’approbation en 2015 sur les marchés américain et japonais dans le sarcome des tissus mous. Mort cellulaire programmée La marque de fabrique de Yondelis® : contrairement aux autres molécules cytotoxiques connues, il interfère avec la division des cellules tumorales et en- traîne une mort cellulaire programmée (apoptose). En outre, les résultats ont démontré une inhibition de l’activité de transcription des cellules cancéreuses. « C’est l’association de ces actions qui contribue aux propriétés antitumorales uniquesdecemédicament,expliqueSté- phane Bertocci, directeur général France PharmaMar. Avant Yondelis®, pour le traitement des sarcomes des tissus mous en rechute, il n’existait pas d’alternative. Parallèlement, dans le cancer de l’ovaire, ce médicament permet d’améliorer la prise en charge des patientes en récidive en préservant leur qualité de vie. » PourPharmaMar,ledéfirésidedanslare- cherche puis la synthèse d’agents chimio- thérapeutiques plus spécifiques, de nou- velles molécules capables de contourner les résistances et de substances agissant sur des pathologies pour lesquelles il n’existe pas encore de traitement. « Notre objectif est de mettre à disposition des traitements anticancéreux innovants qui présentent le meilleur profil efficacité/ tolérance au service de l’amélioration de la qualité de vie des patients. » PharmaMar mène un programme de recherche en deux phases pour décou- vrir et développer des composés anti- tumoraux d’origine marine, dont une approbation de l’EMA est espérée au second semestre pour le plus avancé d’entre eux (voir interview ci-contre). De nouveaux produits de PharmaMar sont dans la même lignée que Yonde- lis® en vue d’apporter une réponse à des cancers dans lesquels très peu d’alterna- tives thérapeutiques existent (comme par exemple lurbinectedin (PM1183)), un traitement du cancer de l’ovaire résistant au platine. D’ailleurs lur- binectedin est aussi en phase III dans le cancer du poumon à petites cellules pour lequel aucun nouveau traitement n’a été lancé sur le marché depuis prati- quement trente ans. n Christine Colmont Le laboratoire espagnol met au point de nouveaux anticancéreux à partir de principes actifs issus de la mer. Cette spécificité lui donne un avantage compétitif et devrait contribuer à stimuler sa croissance future. Un labo au crible PharmaMar Stratégie Un positionnement de niche en oncologie La France, une quatrième filiale dynamique Fondée en décembre 2014, PharmaMar France n’a pas encore soufflé sa troisième bougie. « Notre croissance va passer par l’accueil des produits actuellement en essais cliniques. De fait, mon objectif est de préparer l’entité France au défi de ces lancements et de permettre à PharmaMar de devenir en France un acteur reconnu en cancérologie », précise Stéphane Bertocci, country manager France PharmaMar. Dans la droite ligne des orientations prises à l’international, la filiale France du laboratoire espagnol ambitionne, en effet, de développer l’anti­cancéreux Yondelis® dans ses indications actuelles et fu- tures (voir interview) et de préparer les lancements des médi- caments encore en développement. En France, comme à l’international, les anticancéreux du laboratoire sont positionnés sur un marché hospitalier très spécifique, en oncologie. « Nous travaillons d’une part avec les centres français spécialisés, comme le réseau Netsarc, dans la prise en charge des sarcomes des tissus mous, un cancer rare, et d’autre part, avec les établissements hospitaliers spéciali- sés dans la prise en charge des cancers de l’ovaire », explique Stéphane Bertocci. Stéphane Bertocci, directeur général France PharmaMar. DR
  • 2. Radioscopie PharmaMar Le laboratoire intensifie ses dépenses de R&D pour préparer le lancement de ses nouveaux anticancéreux. Les grandes étapes 1986 : PharmaMar est fondée en Espagne par le groupe Zeltia pour mettre au point des médicaments innovants en oncologie. 2001 : les équipes de recherche terminent la synthèse chimique du premier anticancéreux dérivé d’un mollusque marin, Yondelis®. 2002 : Genomica, spécialisée dans le diagnostic moléculaire, est constituée à partir des actifs de Pharma Gen. 2003 : installation du siège social à l’extérieur de Madrid pour étendre le centre de recherche et l’usine de production. Obten- tion d’une ATU en France dans le sarcome mou, quatre ans avant l’AMM. 2006 : constitution de Sylentis, pionnière dans la recherche et le développement de médicaments en ophtalmologie basés sur le silençage génique, à la suite d’un spin-off. 2007 : approbation de Yondelis® en Europe (carcinome des tissus mous). 2009 : deuxième indication de Yondelis® (cancer ovarien). 2014 : création de la filiale France. 2015 : approbation sur les marchés américains et japonais dans le sarcome des tissus mous. Accord de licence signé au Japon avec Chugai Pharmaceutical. 2017 : décision de l’EMA attendue sur l’approbation de plitidepsin en hématologie au second semestre. Les chiffres ● Inventeur du Yondelis®, le premier anticancéreux synthétisé à partir des produits de la mer, PharmaMar a réalisé l’an passé un chiffre d’affaires de 180,97 millions d’euros. Le laboratoire espagnol compte 7 filiales en Europe dont la France depuis fin 2014. Il développe aujourd’hui 3 molécules, actuellement en phases II et III, dont l’une d’entre elles est en cours d’enregistrement en Europe. L’an dernier, ses dépenses de R&D ont progressé de 30 % pour atteindre 78,42 millions d’euros. RÉPARTITION PAR ACTIVITÉ CHIFFRE D’AFFAIRES 2016 (EN %) Source:PharmaMar 52 % Ventes biopharmaceutiques 39 % Ventes de produits chimiques 3 % Royalties 6 % Produits des licences CHIFFRE D’AFFAIRES (en millions d’euros) 20162015 192,81 Source:PharmaMar 180,97 R & D (en millions d’euros) 201620152014 46,48 Source:PharmaMar 60,29 78,42 47 avril 2017 - pharmaceutiques
  • 3. 48 pharmaceutiques - avril 2017 D’où proviennent les principes actifs de vos médicaments ? ●● En explorant en profondeur le po- tentiel de la biodiversité sous-marine, PharmaMar recherche et développe des molécules anticancéreuses porteuses d’un nouvel espoir. La mer est une source dans laquelle nous puisons une petite quantité d’échantillons pouvant potentiellement contenir des principes actifs, notamment chez les invertébrés ou les substances spongieuses. Chaque année, le groupe organise cinq à huit expéditions dans le monde pour pré- lever entre 8 000 et 10 000 principes actifs marins. Nous avons consti- tué ainsi la plus grande collection au monde, avec environ 200 000 échan- tillons différents de macro et de micro- organismes issus des fonds marins. En quoi consiste votre technologie si particulière ? ●● Notre activité consiste à identifier et isoler les composés actifs des échan- tillons, à les modifier dans notre labo- ratoire et à les développer pour en faire des molécules aux propriétés anticancé- reuses. Nous recevons les échantillons prélevés dans les fonds marins dans notre laboratoire de Madrid. Ces ex- traits suivent ensuite notre processus de recherche, décomposé en deux phases. D’abord, nos équipes de chercheurs étudient la taxonomie des composés qui deviendront des molécules et com- mencent à déterminer si elles possèdent une activité anticancéreuse. Seules les propriétés anticancéreuses sont recher- chées. Nos chercheurs isolent ensuite ces substances actives, déterminent leur structure chimique et procèdent à une synthèse organique. Ce dernier critère est important car, outre le fait qu’il nous permet d’accéder au stade industriel, il nous évite de prélever de grandes quantités d’échantillons et res- pecte ainsi l’écosystème sous-marin. Puis nous mettons au point la formu- lation pharmaceutique des nouvelles molécules. Des modèles “in vivo” sont alors testés pour différentes tumeurs. Si les résultats sont positifs, nous pou- vons commencer le développement clinique, qui prendra plusieurs années. Avez-vous des concurrents ? ●● Notre approche est atypique. Yondelis® (trabectedin) a été le pre- mier anticancéreux d’origine marine à obtenir une autorisation de mise sur le marché, d’abord dans le trai- tement du sarcome des tissus mous puis dans celui du cancer de l’ovaire en Europe. Aujourd’hui, ce médica- ment est disponible dans 80 pays et sur les principaux marchés en onco- logie : Etats-Unis, Europe et Japon. Si certains laboratoires travaillent sur des échantillons issus de la mer dans leur recherche et développement, en Californie notamment, aucune autre entreprise n’utilise de manière systé- matique des principes actifs issus de la mer, comme le fait PharmaMar. La pollution des fonds marins a-t- elle un impact sur la qualité de vos échantillons ? ●● Nos anticancéreux sont produits à partir de principes actifs, certes issus de la mer, mais améliorés et synthé- tisés chimiquement dans notre labo- ratoire. En outre, nous prélevons nos échantillons à 100 mètres au-dessous du niveau de l’eau et non à la surface, plus polluée que les fonds marins. Nous intervenons au large du Kenya, du Mozambique, de la Tanzanie ou dans la mer du Nord, dans des zones moins fréquentées que certains océans ou la mer Méditerranée. Comment est organisé le groupe d’un point de vue juridique ? ●● PharmaMar, dont le cœur de l’ac- tivité est l’oncologie, est cotée à la Bourse de Madrid. Outre son activité propre, elle compte quatre filiales à 100 %, toutes gérées indépendam- ment. Dans la sphère biotechnolo- gique, nous détenons deux sociétés : Genomica, spécialisée dans le diagnos- tic moléculaire, et Sylentis, pionnière dans la recherche et le développement de médicaments en ophtalmologie basés sur le silençage génique (interfé- rence ARN, ARNi). Autre domaine, la chimie avec Zelnova Zeltia et Xylazel, toutes deux bénéficiaires mais dont l’activité n’est pas prioritaire pour nous, deux sociétés dont PharmaMar possède la totalité des parts. Après la nouvelle indication dans le cancer de l’ovaire pour Yondelis®, quelles sont les prochaines extensions espérées ? ●● Notre composé antitumoral d’ori- gine marine Yondelis® a été approuvé dans le traitement du sarcome des tissus mous en 2007 et pour lutter contre le cancer de l’ovaire en 2009. Ce produit Le laboratoire espagnol souhaite renforcer sa présence commerciale en Europe et aux Etats-Unis. Il espère aussi pouvoir annoncer des résultats cliniques concluants pour ses composés en développement. Un labo au crible PharmaMar Luis Mora, directeur général de PharmaMar : « La biodiversité sous-marine efficace en oncologie »
  • 4. 49 avril 2017 - pharmaceutiques est aujourd’hui en développement dans deux autres indications : le mésothé- liome pleural malin avec des essais ac- tuellement de phase II et le méningiome en phase II-III, deux domaines dans lesquels les besoins sont très élevés et où il n’existe pas de traitements sur le mar- ché. Nous espérons pouvoir terminer les études cliniques l’an prochain pour pouvoir déposer un dossier dans ces deux indications. Vous avez licencié Yondelis® à Janssen au Japon et hors d’Europe. La taille de votre société était-elle trop petite pour pouvoir le commercialiser seul sur le marché mondial ? ●● Cet accord avec Janssen (division pharmaceutique de Johnson & John- son, ndlr) avait été signé en 2001, à une époque où notre entreprise était encore trop petite pour commercialiser seule ses médicaments hors d’Europe. Nous avons donc codéveloppé Yon- delis®, ce qui nous a permis d’obtenir notre première AMM six ans plus tard. Pour les produits à venir, PharmaMar va s’appuyer sur ses filiales européennes (France, Allemagne, Italie, Belgique, Autriche, Royaume-Uni, Portugal) et sur son implantation aux Etats-Unis pour les commercialiser seul. Une exception : le Japon. D’ailleurs, l’an dernier, nous avons conclu un accord de licence portant uniquement sur l’Archipel, avec Chugai Pharmaceuti- cal (groupe Roche), pour y lancer notre molécule, lurbinectedin (PM1183), actuellement en phase III. L’opération porte sur un montant de 13 millions d’euros. A cette exception près, les accords de licence ne font plus partie de notre stratégie pour accélérer notre croissance. Les Etats-Unis et l’Europe représentent 75 % du marché mondial de l’oncologie et nous voulons désor- mais nous y développer seuls. Combien de molécules compte votre portefeuille en développement ? ●● PharmaMar développe aujourd’hui trois molécules, actuellement en phase II et III. Il s’agit tout d’abord de lur- binectedin (PM1183), un traitement du cancer de l’ovaire résistant au platine, du cancer du poumon à petites cellules et du cancer du sein avec la mutation BRCA 1 et 2, puis de plitidepsin en hématologie (myélome multiple notam- ment en combinaison avec dexamétha- sone) dont le dossier d’enregistrement a été déposé en Europe, et enfin, de PM184 (cancer du sein avancé). Nous comptons aussi de nombreux composés en phase préclinique. Prochaine étape : l’ouverture d’un essai clinique pour l’une de nos molécules. Cet important programme de développement prouve bien que la mer est une excellente source d’actifs pour soigner les cancers. Vous produisez vos médicaments en Espagne. Prévoyez-vous de construire une ou plusieurs usines miroir pour sécuriser votre production ? ●● Notre usine a été approuvée par la FDA, l’EMA et d’autres autorités de santé. Mais sa taille est réduite. C’est pour cela que nous avons recours à des façonniers. Par exemple, nous produi- sons à Barcelone, en Suisse, en Bel- gique, au Royaume-Uni, en France…. Et nos capacités de production sont suffisantes. Nul besoin de construire d’autres usines. Quelle place occupe la France dans votre stratégie ? ●● Elle est majeure. Nous menons dans l’Hexagone de nombreux essais cliniques en raison du niveau d’exper- tise élevé des centres en oncologie, parmi les meilleurs au monde. Ainsi, toutes les phases I et II de Yondelis® ont été conduites en France. En 2003, nous avons également obtenu une ATU dans le sarcome mou, quatre ans avant l’AMM. C’est pourquoi nous voulons y accroître notre pré- sence. Pour l’heure, la filiale française compte 14 personnes mais dans un futur proche, nous prévoyons de dou- bler ses effectifs. Comment voyez-vous PharmaMar à un horizon de cinq ans ? ●● Notre objectif premier est d’obte- nir, à cet horizon, cinq ou six indi- cations pour nos trois molécules sur le marché : cancer de l’ovaire résis- tant au platine, myélome multiple, cancer du poumon à petites cellules, cancer de l’ovaire résistant et can- cer du sein. Mais nous avons aussi d’autres ambitions : renforcer notre présence commerciale en Europe et aux Etats-Unis en développant notre force de vente, enregistrer une forte croissance et annoncer des résultats cliniques concluants pour nos nou- veaux composés en développement. Pour accompagner cette croissance nous souhaiterions coter également l’entreprise sur le marché américain du Nasdaq (double cotation) pour lever des fonds en cas de besoin. Pour l’heure, d’ici à la fin de l’année, nous renforçons notre équipe de vente aux Etats-Unis de manière à être fin prêts à lancer nos nouveaux produits outre-Atlantique dès qu’ils obtien- dront leur AMM. Propos recueillis par Christine Colmont DR