SlideShare une entreprise Scribd logo
Avec :
 Avec :
Jean-Benoît Besset – Chef de Projet Stratégique - Orange,
 Jean-Benoît Besset – Chef de Projet Stratégique - Orange,
Laurent Schlosser - Directeur de la Division Opérateurs et MobilitéMobilité -
 Laurent Schlosser - Directeur de la Division Opérateurs et - Microsoft,
 Microsoft, - Responsable du Secteur Télécoms - BearingPoint,
 Henri Tcheng
Henri Le Mouël - Directeur Général de la FFTélécoms, - BearingPoint,
 Yves Tcheng - Responsable du Secteur Télécoms
Yves LeProt - Dirigeant - Legos
 Pascal Mouël - Directeur Général de la FFTélécoms,
Pascal Prot - Dirigeant - Legos




                 COMPTE-RENDU
Cette table ronde est le premier événement organisé par Legos, pionnier de
l’externalisation de téléphonie fixe et mobile « pure player » en marque blanche, à
destination des opérateurs locaux et des intégrateurs. Elle a réuni des acteurs du monde
des télécoms, principalement ceux du conseil et de l’intégration de services télécoms.




                                         Legos

                                  +33 1 75 85 00 00

                                      info@legos.fr

                       40 rue d’Oradour-sur-Glane - 75015 Paris
Table ronde Legos, le 4 avril 2013


Introduction par Solveig Godeluck

Demain, tous opérateurs. Cette idée paraîtra sans doute bizarre, voire abracadabrante, à la plupart
d’entre vous ici ce soir.

Et c’est normal. Quand on parle de réseaux télécoms, par association d’idée, on pense « monopole
naturel ». Il coûte tellement cher de construire un réseau, il y a de tels effets de taille critique, que
ce monopole est une évidence. Et tous les efforts entrepris depuis la libéralisation des télécoms
tendent plutôt à remplacer ce monopole naturel par une sorte d’oligopole culturel.

Bref, France Télécom est toujours là, et SFR, Bouygues Telecom ou Free ne doivent leur existence
qu’à la volonté de l’Etat et à la vigilance des régulateurs. Quant aux opérateurs virtuels grand
public, ils ont eu la vie très dure depuis un an. Leur vie ne tient qu’à un fil - ce qui est très dur
quand on est opérateur wireless.

Par ailleurs, pourquoi une entreprise chercherait-elle soudain à faire le sale boulot des opérateurs ?
Je résume : Faire des plans de déploiement à 5 ans ou plus, gérer d’effroyables systèmes
d’information sur lesquels le temps a laissé sa marque, rendre des comptes à des clients
exaspérants ! Les entrepreneurs ne sont pas fous à ce point.

Et pourtant, quelque chose est en train de se fissurer dans cet apparent statu quo.

Les opérateurs télécoms ne sont plus tout à fait certains de rester les maîtres de l’accès dans le
monde de demain. Car la porte d’entrée vers l’Internet, ce sont de plus en plus Google, Apple,
Facebook ou Amazon, surnommés la bande à GAFA. On parle aussi des « over the top » parce
qu’ils chevauchent les réseaux des autres pour proposer leurs services directement aux
internautes.

Quand Apple enregistre en direct sur son site tous les acheteurs de son iPhone, il y a un début de
désintermédiation. Même scenario lorsqu’Amazon prend en charge de manière invisible le coût de
la connexion 3G dans sa tablette, pour les clients qui veulent télécharger des ebooks. Autre
exemple frappant, Google Voice, un numéro unique pour vous joindre sur les terminaux de votre
choix.

Mais on peut bouleverser encore plus profondément le modèle. Je citerai Skype, le numéro un de la
voix sur IP, qui gère aujourd’hui le tiers des minutes de communications internationales à l’échelle
mondiale. C’est un grand des télécoms, même s’il refuse d’être étiqueté opérateur. On peut aussi
imaginer que demain, un « over the top » parvienne à bâtir un réseau hétéroclite, fait d’accords
d’itinérance et de hotspots Wifi. Ou bien, ce qui revient à peu près au même, qu’un fabricant de
terminaux devienne propriétaire de sa carte SIM scellée, et vende des abonnements sans même
que l’on sache qui opère l’infrastructure.

Vu du monde de l’entreprise, ce n’est pas si bizarre que ça, finalement.

Cela fait déjà longtemps que les entreprises cherchent à unifier leurs communications. Un salarié,
une adresse IP, c’est comme ça que ça marche déjà.

Dans l’univers professionnel, la voix est déjà une application, une petite icône sur un écran, un
logiciel hébergé dans le cloud. Elle accompagne des services de travail collaboratif, un peu comme
la feuille de salade à côté du steak dans votre assiette au restaurant.

Et puis dans l’entreprise, il y a moins de tabous. Certains fabricants de voitures vont devenir
propriétaires d’un parc de cartes SIM parce que créer des modèles économiques alternatifs devient
une nécessité à l’âge de l’Internet des objets.

Bref, petit à petit des entreprises qui n’ont rien à voir avec le métier d’opérateur en acquièrent
certains attributs. La vraie question, finalement, c’est « qu’est-ce qu’un opérateur ? » Faut-il avoir
un réseau ? Héberger des applications de communication ? Gérer des profils clients ?

Je vous propose d’y réfléchir ensemble, autour de cette table. Le format de cette table ronde se
veut convivial, donc si la salle veut réagir, participer, n’hésitez pas.




Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms                                                       Page 2
Table ronde Legos, le 4 avril 2013


Solveig Godeluck : vous dîtes dans votre Livre Blanc qu’il est de plus en plus facile de
devenir opérateur grâce à la technologie, pourquoi ?

Pascal Prot – Dirigeant de Legos : c’est facile de devenir opérateur et de facturer des services
de communication à ses clients. En revanche, la réglementation n’a pas évolué en matière de
services de téléphonie, elle reste la même et s’impose à tous les opérateurs. Derrière la voix de
Skype, il y a des opérateurs. Google Voice a contracté un accord avec Sprint aux Etats-Unis pour
prendre en charge tous les aspects régulés – tous les aspects compliqués. A partir du moment où
elles choisissent le bon acteur – le bon bricoleur et sa boîte à outils - les entreprises peuvent libérer
leurs initiatives marketing, de services et créer des offres. Il y a autant de business model que de
stratégies d’entreprise, comme La Poste qui est devenue MVNO (Mobile Virtual Network Operator),
qui maintenant équipe tous les facteurs de Smartphones, et qui a également un projet de box.
D’autres comme un fabricant automobile ou un grand compte peuvent déployer leurs stratégies.
On peut imaginer par exemple qu’avec la restructuration de l’actionnariat de SFR, Canal +
envisage de créer ses propres offres « triple play ». Toutes ces entreprises vont chercher un acteur
qui n’a pas une offre retail trop contraignante pour, comme vous le disiez en introduction, faire « le
sale boulot ». Vous parliez également de MtoM tout à l’heure, il y a des cartes SIM dans les
machines à café, est-ce que Nespresso doit devenir opérateur ou être un simple distributeur de
SFR, Orange ou Bouygues Telecom ? Pourquoi ne pas devenir opérateur ! Il faut regarder le
business model et la masse critique à obtenir. Il y a quelques années, on devait envisager le
business model sur 15 ans et il fallait déployer sur 1 voire 5 millions de clients. Aujourd’hui,
150 000 utilisateurs peuvent faire tourner un business model parfaitement rentable. En choisissant
le bon acteur / bricoleur, l’entreprise peut se concentrer sur son cœur de métier, sur l’optimisation
de ses coûts de commercialisation, de marketing ou de son système d’information. Un acteur
comme Legos est flexible et agile et n’a pas les systèmes legacies des grands opérateurs qui sont
une véritable chape de plomb. On peut écouter Audi raconter son projet de GPS communicant dans
la voiture. On est bricoleur, on va vite et on peut suivre les envies de nos clients. Il y a une envie
qui est très forte et qui se banalise, car devenir opérateur fait de moins en moins peur. Avant, il
fallait établir une première étude faite par des consultants juste pour faire le dossier de demande
de licence. Aujourd’hui, une simple déclaration suffit. Mais toute la mécanique derrière, toute la
boîte à outil du bricoleur est toujours la même et il faut arriver à la manier plus simplement.

Solveig Godeluck : vous dîtes également dans votre Livre Blanc, que la France est plutôt
en retard, pouvez-vous nous en dire plus sur ce point ?

Pascal Prot : cet argumentaire est surtout valable sur le recours quasi systématique à
l’externalisation, et notamment le Centrex, qui est un modèle établi dans les pays anglo-saxons et
qui n’a jamais pris en France. Pour des raisons culturelles, peut-être technologiques, mais
également car les intégrateurs Voix sur le marché n’ont pas conseillé leurs clients vers le Centrex.
Quelques confrères mettent en avant des offres Centrex. Nous ne sommes pas dogmatiques, nous
nous adaptons. Pour nous, que ce soit un PABX hébergé ou un Centrex ou un IPBX mutualisé, ça
marche aussi bien. Il y avait besoin de déployer le haut-débit, de le banaliser pour pouvoir
déployer des couches de service. Maintenant c’est fait. Avant les entreprises étaient plus
hésitantes. Aujourd’hui, la conjoncture est favorable car elles ne peuvent plus perdre de temps à
hésiter. La masse des entreprises est en retard, car elles sont cajolées par leur opérateur
historique. Mais certaines initiatives ressortent des cartons du fait de la morosité car les entreprises
cherchent des relais de croissance et des remèdes à la crise.

Solveig Godeluck, c’est bien d’avoir des bricoleurs, il faut également une boîte à outils. Et
vous en avez une. Parlons de ces outils qui servent à faire des communications unifiées
pour les entreprises. Où en est-on avec Skype et Lync ?

Laurent Schlosser, Directeur de la division Opérateurs et Mobilité de Microsoft : Skype est
un peu grand public. Mais on va tout de suite déminer le terrain. Il y a une procédure en cours.
L’ARCEP a demandé au procureur de la République d’enquêter. Cela fait longtemps que l’on discute
avec l’ARCEP. On n’a pas le même point de vue mais on va continuer à discuter. L’ARCEP considère
que Skype est un opérateur. Nous considérons que Skype est une application qui fonctionne sur
internet. Comme c’est en cours, je ne vais pas pouvoir vous en dire plus. Et comme ce soir, on est
plus axé sur le monde de l’entreprise, parlons des entreprises. Il y a une dynamique avec une
double pression dans l’entreprise. Premièrement, il y a le besoin de plus d’efficacité, de
collaboration et de décloisonnement des entreprises qui sont de plus en plus distantes et
internationales. Donc il faut faciliter le fonctionnement à distance, le télétravail, la productivité et la
capacité de travailler au sein d’équipes distantes et « dispatchées » à différents endroits. Le


Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms                                                        Page 3
Table ronde Legos, le 4 avril 2013


deuxième élément est une pression sur la réduction des coûts. Il y a un besoin de mettre en place
des solutions qui soient très simples pour pouvoir partager des documents, sans avoir une salle
avec une table ronde, des écrans, des caméras, qui sont des salles extrêmement coûteuses.
Aujourd’hui la technologie avec sa webcam, que l’on connaît dans le grand public, est valable dans
l’entreprise avec des outils de collaboration très efficaces (messageries instantanée intégrée avec
l’annuaire d’entreprise, la messagerie email classique, les communications unifiées y compris les
conférences téléphoniques, le partage d’un même document pour des collaborateurs qui ne sont
pas géographiquement au même endroit). Cette double pression fait qu’il y a une tendance très
forte de la part des entreprises à s’équiper de ces solutions de communications unifiées.

Solveig Godeluck, avez-vous quelques chiffres ?

Laurent Schlosser : chez Microsoft tout est dans la division qui regroupe Office, Sharepoint,
Exchange et Lync. Elle représente 24 Milliards de $ et croît de 10% par an. Si on regarde Lync plus
particulièrement, qui est la solution qui permet de communiquer en messagerie instantanée, en
téléconférence, en visioconférence ou en communication vocale, sur les 100 grandes sociétés au
monde, plus de 90 sont équipées de cette solution. Plus de 5 millions d’utilisateurs utilisent cette
solution en entreprise. Ces solutions peuvent être utilisées par les entreprises qui ont leur propre
système d’information dans leur data center, qu’il soit managé par sa DSI ou par un tiers. La
même solution fonctionne chez un Services Provider qui peut en revendre l’usage à ses clients. Les
grands Services Provider en France l’utilisent, comme par exemple, SFR Business Team, qui l’a
complètement intégré à son Centrex dans les solutions revendues sur l’activité Entreprises. Cette
même solution fonctionne dans le Cloud Microsoft. Dans ce cas, c’est du standardisé par rapport à
ce que peut customiser un Services Provider avec sa boîte à outils. C’est un service qu’on sait offrir
et opérer dans le Cloud et que les opérateurs peuvent revendre à leurs clients. C’est le cas chez
SFR Business Team ou Orange Business Services.

Solveig Godeluck, avez-vous           des       retours   des   utilisateurs   ?   Ces   outils   sont-ils
disruptifs dans l’organisation ?

Laurent Schlosser : les utilisateurs votent surtout avec leurs pieds. Ils utilisent, ils n’utilisent pas.
Je crois surtout beaucoup aux tendances de fond comme le fait de travailler à domicile tout en
étant complètement connecté avec la totalité de son entreprise comme si on y était. Donc il faut
plutôt apprécier l’adoption par les utilisateurs à l’aune de la progression des équipements sur le
marché. On a des taux de croissance qui sont au-delà de 150% par exemple pour Office 365, la
version Cloud de ces solutions. Mon appréciation est donc qu’il y a une vraie adoption de la part
des utilisateurs parce que cela répond à un vrai besoin.

Solgveig Godeluck : Orange s’est également positionné sur ce marché des
communications unifiées d’entreprise, un marché sur lequel il y a énormément de
concurrence. Quels arguments de vente mettez-vous en avant ?

Jean-Benoît Besset, Chef de Projet stratégique France chez Orange : je ne vais pas vous
faire la retape d’Orange, vous n’êtes pas venus avec votre carnet de chèque pour commander. Je
ne vais pas non plus vous expliquer pourquoi on est les premiers et les meilleurs, même si j’en suis
convaincu. Les autres sont très beaux aussi. Il faut plutôt se poser la question : « pourquoi nos
clients viennent nous voir ? » Il y a le poids de l’habitude, c’est indéniable. On bénéficie du fait
qu’on a été opérateur historique, donc c’est naturel de venir chez France Telecom, même si on
s’appelle Orange maintenant. On a également beaucoup de monde chez Orange qui travaille dans
la recherche et sur les réseaux. Car le premier élément pour que tout cela fonctionne, est qu’il faut
d’abord un réseau. On fait du Centrex en France et on voit que ça ne décolle pas. On fait beaucoup
plus de PABX alors qu’un Centre Opérateur a beaucoup plus intérêt à faire du Centrex, car il capte
plus de valeur. Mais ça ne marche pas. Les solutions Cloud de Microsoft ou de Cisco vont donner un
nouveau souffle. Ce ne sera pas du Centrex. Ce sera beaucoup plus évolutif, car le Centex a deux
ans de retard sur les roadmaps de PABX. Les solutions Cloud vont faire sortir la téléphonie de
l’entreprise pour aller dans le Cloud privé ou dans le Cloud de l’opérateur ou dans le Cloud de
Microsoft. Les clients viennent chez nous car ils savent qu’ils peuvent trouver de tout, que ce soit
du PABX, du Centrex, de la fibre, du cuivre, du mobile. Tout ce qui existe, existe chez nous
quasiment. On n’est pas forcément les meilleurs sur tout, mais si nos clients continuent à venir
chez nous, c’est qu’ils sont contents. Sinon, ils iraient voir ailleurs parce que l’offre est pléthorique
en effet.




Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms                                                        Page 4
Table ronde Legos, le 4 avril 2013


Solveig Godeluck : est-ce un marché difficile ?

Jean-Benoît Besset : c’est un marché super facile, on ne fait rien de la semaine (rires). Le
marché Entreprises est moins secoué que le marché grand public en ce moment. Mais il a toujours
été difficile et hyper concurrentiel avec des concurrents respectables, des gros, des petits, et tout
le monde se bat comme des chiens

Solgveig Godeluck : les entreprises en opérant leur système de communications unifiées
deviennent-elles des opérateurs ou est-une une idée fausse ?

Henri Tcheng, Responsable du secteur Télécoms chez BearingPoint : ce qui est certain,
c’est le besoin qu’on toutes les entreprises de communiquer et d’apporter de bons services de
communications unifiées à leurs salariés et à tous leurs partenaires externes (fournisseurs, clients
et autres partenaires). Cela n’en fait pas forcément ou pas du tout des opérateurs. J’avais écrit un
livre il y a 10 ans sur devenir opérateur mobile sans réseau. Je n’ai pas touché beaucoup de
royalties de droit d’auteur depuis 4 ans (rires). On a vendu peut-être 2 exemplaires à La Poste.
Devenir opérateur mobile était une bonne idée au moment où il n’y avait encore que 3 opérateurs.
Il faut se rappeler qu’être MVNO, c’est jouer sur un espace économique entre un achat de prix de
gros de la minute et le prix retail, avec une guerre tarifaire incroyable sur le marché français. Le
prix du mobile français est 2 à 3 fois inférieur (plutôt 3 fois inférieur) à celui qu’on trouve dans les
grands pays comparables. Même le prix de l’ADSL est 2 fois inférieur avec les offres « Triple Play »
par rapport à d’autres pays comparables. Donc, on est dans un marché retail qui est extrêmement
agressif en terme de prix et du coup, l’espace économique pour des MVNO est extrêmement réduit,
en tout cas sur le marché du grand public. Cela peut être un peu différent sur le marché des
entreprises. Mais on voit bien la difficulté de ce marché, car Orange occupe une position
dominante. Les entreprises ont besoin de réassurance, de confiance, de sécurité, de fiabilité, de
marque. C’est pourquoi l’opérateur historique pèse énormément dans les choix des clients
Entreprises. C’est un marché très segmenté, il y a les petits pros qui veulent être considérés
comme des gros, mais dont le faible volume fait qu’ils ne peuvent pas bénéficier d’une force de
vente dédiée, c’est de la vente par téléphone. Plus on monte vers les grands comptes, plus le
département achat est professionnalisé, plus les prix peuvent être négociés auprès d’une force de
vente dédiée. Pour résumé, devenir opérateur sur le secteur grand public sur le marché français, je
ne recommanderai à personne de le faire. Le dernier à l’avoir fait, c’est La Poste, et je pense qu’il
ne devrait pas y en avoir d’autre. En revanche, sur les services aux entreprises, la chaîne de valeur
s’est beaucoup complexifiée. Il y a des cartes SIM dans les voitures, dans les tablettes, et dans un
certain nombre d’objets communicants. On peut se demander si le MtoM (Machine to Machine) ne
va pas faire exploser la chaîne de valeur et si un nombre d’acteurs du MtoM qui sont face aux
clients finaux, ne voudraient pas devenir opérateur d’un certain nombre de services, qui incluront
des services de communication. J’y crois beaucoup car il y a l’intrusion d’un nouvel acteur qui veut
innover. Dans tous les projets Machine to Machine, il y a du développement et de l’intégration de
services à valeur ajoutée. Sur ce marché-là, il y a un vrai questionnement. Pour autant, devenir
opérateur, détenant une licence et faisant partie de la Fédération Française des Télécoms, j’y crois
moins, car il y a quand même des obligations. Si Skype devient opérateur demain, régulé par
l’ARCEP, il y aura des obligations d’interceptions (d’écoutes légales) ou de véhiculer des appels
d’urgence. Je ne suis pas certain qu’ils aient envie de le faire, car c’est très compliqué de répondre
à ces obligations, que ce soit dans un réseau de fixe ou de mobile.

Solveig Godeluck : à la FFT, êtes-vous inquiet du succès des applications de VoIP ou de
messagerie instantanée et de toutes ces technologies qui se développent à toute vitesse,
créées par des entreprises qui n’investissent pas forcément dans les réseaux ? Ces
applications sont-elles des menaces pour les opérateurs ?

Yves Le Mouël, Président de la FFTélécoms : il faut revenir aux bases de ce qu’est un
opérateur télécoms, qui est une personne morale ou physique qui exploite un réseau de
communications électroniques. Soit on est exploitant, donc on a un réseau qui est territorialisé
dans un pays – ce facteur géographique est extrêmement important – soit on fournit des services
de communications électroniques et là, c’est sans frontière, on n’est pas borné par un réseau. Au
cours de ces 10 dernières années, se sont passées des choses fondamentales qui ont balayé ce
secteur : l’arrivée massive de l’IP dans toutes les communications électroniques et la
mondialisation. Autour de cela, on essaie de faire vivre des vieux concepts réglementaires. Car
effectivement, quand on est opérateur, on a des droits et également des obligations d’ordre
réglementaires, fiscales et qui portent aussi sur les investissements qui doivent être faits sur le
territoire dans lequel on opère. Dans l’ancienne structure de l’ancien marché des télécoms, il y


Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms                                                      Page 5
Table ronde Legos, le 4 avril 2013


avait des couches distinctes : le fabricant de réseau ou les fournisseurs de terminaux qui
fournissaient leurs équipements aux opérateurs, ensuite les opérateurs, puis les fournisseurs de
services ou de contenu. Aujourd’hui, comme des plaques tectoniques, tout ce monde-là glisse les
uns sur les autres et font les métiers des uns et des autres. Il n’y a plus de frontière aussi
clairement définie qu’avant. Et parce que la technologie le permet, on assiste à un choc de plaques
à l’échelle mondiale. Ce que souhaite les opérateurs qui exercent dans un pays et qui investissent
dans des réseaux, est que cette concurrence soit loyale, transparente et équitable, et ceci, sur des
éléments aussi importants que la réglementation et la fiscalité. On constate que les OTT, qui sont
suffisamment nombreux pour être pris en compte, sont dans une construction mondiale d’un
business basée sur ce qui se fait en matière d’optimisation fiscale. Ils utilisent le fait d’être
fournisseur de logiciel et non opérateur de réseau, pour fournir des services de communications
électroniques, puisqu’ils permettent de faire de la voix, de la messagerie, de l’accès au contenu
etc. Certains consultants ont évalué qu’à l’horizon 2015, ils pèseraient pour 10 % de ce qu’avaient
auparavant les opérateurs européens dans ces domaines-là. Cela n’est plus marginal, et cela croît
énormément. Tant mieux. Chacun a le droit de faire valoir ses atouts. Ce qu’il faut, c’est qu’on
ramène ce territoire du numérique mondial sur ce qu’on appelle un level playing field, où chacun
est amené à exercer son activité avec des règles, des contraintes et des capacités équitables. C’est
ce que l’on souhaite du côté de la Fédération. On sait que cela prendra un peu de temps, mais on
espère que cela viendra.

Solveig Godeluck : cela viendra comment ?

Yves Le Mouël : On voit bien qu’en ce moment on s’intéresse aux problématiques de fiscalité, car
on est en période de crise. Chaque gouvernement cherche à trouver de l’argent pour ses caisses et
s’interroge, comme l’article dans Le Monde de ce soir par exemple, sur les 1000 milliards
d’évasions fiscales qui ont lieu sur la surface du globe. Il y a des domaines dans lesquels on voit
cet évitement fiscal (on ne parle pas d’évasion fiscale dans ce cas-là, car les acteurs opèrent de
manière légale). Que ce soit Microsoft, Google, Apple ou les autres qui utilisent soit la naïveté de la
règlementation européenne, soit un certain nombre d’astuces juridiques qui reposent sur des
éléments légaux. Si on était à leur place, on ferait exactement pareil. Mais il faut savoir que quand
on est opérateur de réseaux, il faut continuer à investir entre 6 et 7 milliards d’euros chaque
année, hors achat de licence. Et si on veut qu’ils continuent à investir, il faut qu’ils continuent à
pouvoir dégager le free cash flow pour pouvoir le faire. Ce n’est pas avec des prix qui sont
effectivement les plus bas du monde dans le domaine des mobiles ou dans celui du « triple play »
qu’on va pouvoir continuer longtemps. Toute la règlementation française et européenne a focalisé
son attention sur les dépenses du consommateur - un consommateur heureux étant un
consommateur qui ne paie pas beaucoup ses communications électroniques - et donc on se trouve
face à des opérateurs français et européens qui ont de plus en plus de mal à répondre à l’obligation
de continuer à investir dans les réseaux. Si un opérateur n’investit pas pendant un an ou lève le
pied pendant un an, cela tient encore la route. Cela a été fait dans un certain nombre de cas de
figure. Mais s’il le fait pendant 2 ou 3 ans, c’en est terminé de la qualité de service et de
l’innovation. Cet investissement est donc une obligation. C’est la clé du succès. C’est pourquoi, il
faut faire en sorte à ce que ces opérateurs puissent poursuivre leurs investissements et continuer à
permettre à d’autres acteurs, qui n’investissent pas dans des réseaux, de faire leur métier et de
dégager de la valeur ajoutée. Ce qui est pénalisant aujourd’hui c’est que la valeur ajoutée dégagée
sur l’ensemble du secteur du numérique est captée essentiellement par les OTT. Il ne s’agit pas
d’être dans l’exclusion, on a besoin de tous ces acteurs et je suis admiratif de toutes ces
entreprises. Simplement, il faut que chacun joue avec les mêmes règles du jeu quand on exerce
sur le même métier. Et comme ces métiers, comme je le disais, fusionnent ou deviennent plus
confus, il y a donc une nécessaire adaptation de la règlementation nationale et européenne à faire
et le plus vite sera le mieux.

Solveig Godeluck : cela nous amène à nous interroger sur « qu’est-ce qu’un
opérateur » ? A partir de quand devient-on opérateur ? Pour vous, Skype n’est pas un
opérateur télécoms alors qu’est-ce que c’est ?

Laurent Schlosser : nous ne sommes pas un fournisseur de services de communications
électroniques au regard de la loi française. Nous sommes une application. En tant qu’observateur
du marché des télécoms, puisque nous côtoyons les opérateurs au quotidien, pour nous, ce sont
les Tiers de confiance des clients. Un opérateur est celui qui connaît les technologies, qui sait
conseiller son client et lui proposer le panel de services qui répond à ses besoins. Et nous, grand
acteur mondial « chevaucheur de réseau », notre stratégie est de fournir aux opérateurs télécoms
les technologies qui permettent de développer leur argumentaire. Quand on regarde notre


Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms                                                     Page 6
Table ronde Legos, le 4 avril 2013


collaboration avec Bouygues Entreprises, SFR Business Team ou Orange Business Services, il s’agit
pour nous du meilleur canal pour adresser les besoins des petites et des moyennes entreprises.
C’est pourquoi nous nous allions à eux. Comme le précisait Henri Tcheng, qu’on soit une petite ou
une grande entreprise, on a besoin d’un Tiers de confiance avec lequel on a l’habitude de travailler.
On a besoin de proximité. Et quand on s’adresse à ces entreprises, naturellement, elles nous disent
qu’elles veulent travailler avec leur agence Orange Business Services par exemple pour qu’elle leur
fournisse leur package de services technologiques dont elles ont besoin. C’est le premier point. Le
deuxième point est que, quand ils ont créé la mobilité et les réseaux, nos législateurs ont
également créé la pilule empoisonnée pour enquiquiner les opérateurs, qui est la portabilité du
numéro. Donc quand vous êtes opérateur, la première chose qui vous préoccupe, c’est « comment
je réduis mon churn », « comment je crée de la fidélisation client ». Dans le monde de l’entreprise,
il n’y a rien de mieux que de mettre la main sur le système d’information, car cela réduit votre
churn à vitesse grand V. Quand vous devez changer de flotte mobile d’un opérateur à un autre, il
suffit de changer de carte SIM, ça ne coûte rien. Mais quand il s’agit de changer d’hébergeur et de
fournisseur de services qui fait tourner votre système d’information, votre messagerie, votre
intranet, vos communications unifiées, c’est beaucoup plus compliqué pour une entreprise. Et donc,
les opérateurs de télécoms ont un atout magnifique, c’est qu’ils ont cette proximité avec le client.
Ils ont acquis cette légitimité de Tiers de confiance pour leur facturer des services technologiques,
et ils sont les mieux placés par la nature de leurs activités, pour être ceux qui sont capables de leur
fournir le bouquet de services numériques qui répond à leurs besoins. Et donc, naturellement, le
besoin du client Entreprise rencontre celui de l’opérateur qui est vital, à savoir celui de créer de la
fidélisation et de développer son business. Enfin, il faut renvoyer le législateur à ses décisions. Il a
décidé de créer une concurrence de folie en France. On est donc dans un marché où il y en a un qui
va mourir, un des gros. C’est la guerre. En terme tarifaire, on a poussé la compétition à l’extrême
au point que les opérateurs le disent officiellement dans leurs offres, la voix n’est plus un business.
Et du coup, la préoccupation des opérateurs aujourd’hui est d’arriver à vendre de la valeur à leurs
clients. Ils ont besoin de tous les types d’usages, aussi bien grand public qu’entreprise, pour
expliquer la valeur de la 4G et de son investissement. Il faut que les utilisateurs voient les
bénéfices et les usages de la 4G. Pour cela, la vidéo ou la visioconférence sont des bons exemples.

Solveig Godeluck : pour les autres autour de la table, qu’est-ce qu’un opérateur pour
vous ?

Henri Tcheng : je ne suis pas opérateur parce que je ne fais pas concurrence à mes clients. En
revanche, il faut regarder un certain nombre de faits ou de présomptions concernant la fourniture
de services de communications électroniques. Quand on touche des clients qu’on essaie de
conquérir par ce service, pour échanger de la voix ou de la donnée, quand on en touche un revenu
direct ou indirect, c’est un signe. Et puis, si on revient aux obligations, celles concernant la volonté
des Etats de pouvoir mettre des interceptions légales ou de pouvoir utiliser les services d’urgence.
Si un service de communication, tel qu’il soit, devient le service principal de quelqu’un, c’est-à-dire,
s’il n’a plus de ligne RTC, il faut que cette personne puisse avoir accès à des services d’appel
d’urgence. Par exemple, il y a 3 ans, BlackBerry a été blacklisté pendant quelques semaines Inde
et au Moyen Orient suite aux attentats de Bombay, car les terroristes communiquaient uniquement
entre eux sur BBM. Cela veut dire que l’impossibilité pour un Etat de faire des interceptions légales
sur les services de BBM devient un problème de sécurité intérieure. C’est peut-être aussi un signe
que BlackBerry est devenu opérateur de communications électroniques tout simplement.

Yves Le Mouël : il serait intéressant de revoir les définitions à l’aune de ce qu’est aujourd’hui le
monde des communications. En 2007 ou 2008, le groupe des régulateurs européens avait choisi de
ne rien changer en disant qu’effectivement la voix sur IP entre ordinateurs n’entrait pas dans le
schéma d’opérateur télécoms. On est bien obligé de constater que les choses ont beaucoup évolué
et que ça continue d’évoluer très vite. Il faut que la règlementation s’adapte à ce que l’on vit
quotidiennement, c’est-à-dire, quelque chose qui change tous les jours. Elle doit être dans le même
courant que le reste de l’activité. C’est un premier point. Deuxième aspect des choses, un
opérateur est quelqu’un qui dans son ADN a le mot interopérabilité. Un opérateur permet à tout
autre, qui s’est déclaré, de se connecter et de s’interconnecter avec lui. C’est comme ça qu’on a eu
les premiers échanges de communication à travers le monde. Que l’on parle à un Chinois ou à un
Américain, on savait se numéroter. Et derrière cela, il y a la création d’un certain nombre de
services, qui sont des services à vocation quasi universel. Prenons des exemples de ce qui va
arriver comme le mobile sans contact. Il y a des normes qui sont en train de se mettre en place
qu’il faut exploiter. Cela représente un potentiel de développement majeur qui sera sans doute le
3ème ou le 4ème souffle de tout ce qui concerne la mobilité. Et cela se fait (ou devrait se faire) à



Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms                                                      Page 7
Table ronde Legos, le 4 avril 2013


travers l’interopérabilité qu’ont les opérateurs. Il y a également tout ce qui concerne l’exploitation
du RCS qui devrait arriver très prochainement chez les opérateurs. Ou encore toute sorte de
choses autour du Smart Home. On est dans un système dans lequel un opérateur permet à
d’autres composantes de se connecter et de rendre l’univers périphérique intelligent.

Solveig Godeluck : on peut se demander s’il n’y a pas une démocratisation du métier
d’opérateur. Cependant on ne va pas entrer dans un monde beaucoup moins
interopérable ?

Yves Le Mouël : soit on a ce modèle d’interopérabilité, soit on a un autre modèle que nous
propose aujourd’hui typiquement Apple, qui est un monde fermé. La première chose que vous
faites quand vous achetez un iPhone, c’est de donner votre numéro de carte bancaire. C’est
fascinant et cela ne choque personne. Vous êtes ensuite pris dans un phénomène global qui est
verticalisé et qui va continuer avec l’iPad, puis la télé d’Apple etc. Je trouve cela magique, mais
c’est un système fermé. Il faut savoir ce que le citoyen du monde veut, est-ce un monde ouvert ou
un monde fermé, qui va capter la valeur de bout en bout de la chaîne (terminal, services, etc). Ce
sont ces problèmes auxquels il faut penser et qu’il faut résoudre.

Pascal Prot : si on prend le cadre stricte. En France, un opérateur est quelqu’un qui se déclare. Il
suffit donc de se déclarer et d’obéir à toutes les obligations. Ce qui n’est pas si simple. Il y a la
boîte à outils et il faut avoir les connaissances technologiques. Il faut savoir comment le faire, de
manière rentable, et trouver un modèle qui permet de délivrer ces obligations et de les respecter.
Ensuite, il y a l’obligation rappelée par Yves Le Mouël qui est celle de s’interconnecter. Cette
interopérabilité est aussi toute une mécanique. Il y a eu une rupture fondamentale il y a quelques
années qui est le protocole convergent SIP. C’est l’opportunité sur laquelle se sont basés les OTT et
qui fait les beaux jours de Legos aujourd’hui, en permettant à toutes les infrastructures qui étaient
hétérogènes (par service, les gens du mobile avaient leur normes, ceux du fixe ou de l’html avaient
les leur) d’être réunies autour d’un même protocole. Ce qui facilite l’interfonctionnement,
l’interopérabilité entre tous ces réseaux. Du coup, c’est assez simple de créer et de développer un
modèle opérateur, parce qu’on n’a pas les systèmes legacies qu’on doit traîner derrière soi.
Microsoft non plus. Derrière Skype, il y a du SIP, derrière MSN, il y avait du H323, cela a évolué
vers du SIP. Après Skype a fait un peu de l’Apple en mettant un Codec qu’ils ont bien verrouillé
pour avoir leur technologie propriétaire. Un opérateur est donc quelqu’un qui va prendre le modèle
à bras le corps et qui va savoir le faire tourner. On est moins axé sur le réseau d’accès mais on est
à fond sur les interconnexions et les interopérabilités. Sur l’ensemble de nos clients qui deviennent
opérateur (non pas au sens réglementaire, mais au sens de fournir des services de communication
- téléphonie fixe, mobile ou de convergence entre les deux), tous nous demandent s’ils doivent
devenir opérateur pour facturer des services de téléphonie, et être en phase avec la
réglementation et la loi française, la fiscalité, etc. On s’est demandé comment répondre à cette
question. L’ARCEP pose régulièrement la question au marché : faut-il réviser les
conditions minimums ? Au début, on répondait à nos clients qu’il fallait qu’ils se déclarent. Même si
cela signifiait de recevoir des emails de l’ARCEP tous les trimestres pour poser des questions sur
les ressources en numéro ou le nombre de minutes vendues dans le mois, etc, et pour demander
de payer des redevances. Se déclarer signifiait également de recevoir des demandes de L’ANSI,
sur la manière dont sont faites les interceptions de sécurité ou encore si les équipements sont
R226, etc. On leur disait de se déclarer car c’était plus prudent. Puis, on a dit à nos clients que
Legos, étant déclaré opérateur, le contrat qui nous lie leur permet d’adosser totalement leurs
obligations sur les nôtres. Si on vient leur demander une écoute, c’est nous qui l’opérons et qui
allons techniquement l’assurer. Il suffit de nous envoyer la commission rogatoire. Pareil pour les
numéros d’urgence. On va s’occuper de ce qui est obligatoire réglementairement. Donc
aujourd’hui, seule la moitié de nos clients sont déclarés opérateurs, l’autre moitié ne l’est pas, ne le
souhaite pas et ne doit pas strictement le faire, parce qu’ils ont le bon partenaire derrière eux qui
assume toutes les obligations qu’ils doivent présenter facialement. Lorsque Skype propose des
services qui requièrent l’interopérabilité, ils ont un partenaire qui est déclaré opérateur et assume
les obligations. Pour reprendre l’exemple de la boîte à outils, il faut qu’il y ait une boîte à outil dans
la chaîne. Ensuite de savoir qui doit la détenir ou qui doit la faire tourner, le modèle s’adapte au
cas par cas en fonction de l’opportunité sur laquelle on travaille.

Jean-Benoît Besset : si c’est l’Etat qui le demande, un opérateur est quelqu’un qui suit des
réglementations et paient des taxes, qui ont servi à payer des choses aussi baroques que l’arrêt de
la publicité sur France Télévision par exemple. On peut se demander quel est le lien ? Dans ce cas-
là, personne n’a envie d’être opérateur. La vision que je peux avoir d’Orange en tant qu’opérateur,
c’est d’abord des collaboratrices et des collaborateurs. On est nombreux chez Orange. C’est ensuite


Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms                                                       Page 8
Table ronde Legos, le 4 avril 2013


un réseau. Un opérateur MVNO vit parce qu’il y a un opérateur de réseau. Pas d’opérateur de
réseau, pas de MVNO, pas de Skype, pas d’Apple. Notre positionnement historique et assumé est
d’être le leader du réseau en France. C’est également une capacité financière importante, car le
réseau représente des investissements énormes. Yves Le Mouël mentionnait 6 milliards d’euros par
an, une bonne part revient à Orange. C’est tous les ans. Et ce sont des investissements qui ont une
rentabilité très longue. Pour sortir de l’univers des Télécoms, j’écoutais Monsieur Edouard Leclerc
se plaindre des marges catastrophiques du secteur de la distribution, puisqu’il faisait 2% de marge.
Sauf que lorsqu’il met 1 euro sur la table, une semaine après, cet euro lui a rapporté 2 centimes,
donc au bout d’un an, 1 euro lui a rapporté 1,4 euros. Dans les télécoms, lorsque l’on met 1 euro
sur la table, il commence à rapporter au bout de quelques années (rarement en dessous de 18
mois). C’est pour cette raison que nous avons des taux de marge qui sont plus importants que
dans la distribution. Quand on est MVNO, on n’a pas besoin d’une capacité financière importante
puisqu’on ne porte pas tous ces investissements. On doit simplement investir sur des services et
sur de la gestion de la relation client, qui sont des investissements qui tournent beaucoup plus vite.
Enfin, il faut être capable de gérer les clients. Il y a peu d’entreprises dans le monde capables de
gérer des dizaines de millions de clients. Google ne sait pas gérer des dizaines de millions de
clients. Ils n’envoient pas des factures tous les mois aux clients, ils n’ont pas de SAV ou de hotline,
etc. Un opérateur comme Orange, doit être capable de facturer, de recouvrer (ce n’est pas la
même chose) et de gérer tout le SAV du client.

Solveig Godeluck : vous imaginez le nombre d’employés que Google devrait avoir pour
faire cela à l’échelle mondiale ?

Jean-Benoît Besset : pour ce business model là, il n’est pas sûr que la publicité suffise à financer
l’entreprise.

Questions / commentaires de la salle :

Je vous remercie beaucoup pour cette conférence. Je l’ai trouvé très intéressante. Je travaille dans
le conseil en télécommunications au sens large, et je m’interrogeais en même temps que vous sur
la définition d’un opérateur. Il y a une distinction que je fais et dont on n’a pas parlé, c’est la notion
d’opérateur pour son propre réseau. Je pense par exemple aux universités qui sont opérateurs
pour leurs étudiants, pour leurs campus. Ce sont des opérateurs et ils ont des raisons de l’être. Ils
ne sont pas franchement des concurrents de Skype, de Legos ou d’Orange. Ils se fournissent à la
DIVOP pour la plupart. C’est une frange d’opérateurs qui existe parce qu’il y a des impératifs
budgétaires, les universités ne roulant pas sur l’or. Les conseils généraux le font, des associations
le font également dans des plaques géographiques qui sont délaissées par la fibre et par les
investissements. Au bout du compte, ces opérateurs ont toute leur légitimité et complètent le
panorama que vous avez fait ce soir. Ils sont tous enregistrés auprès de l’ARCEP mais selon une loi
qui est différente de celle de l’opérateur qui vend au public, puisqu’ils vendent à une clientèle
privée.



Suite à ce débat, ce que je comprends, c’est qu’il n’y a pas une seule définition d’opérateur et que
cette définition peut être multiple en fonction du rôle et des responsabilités de chacun. Et c’est la
conclusion que j’en tirerai. Comme on l’a dit, il y a une homogénéisation ou un recoupement des
différents business. Sans cette agglomération, on n’arrive pas à créer de la valeur ou de la nouvelle
valeur. Chaque entreprise, que ce soit les opérateurs historiques, les opérateurs physiques ou ceux
qui se positionnent sur un business type Over The top, n’arrive pas à créer cette nouvelle
innovation ou toutes ces opportunités qui permettront d’évoluer et de répondre aux besoins du
marché. Il y a vraiment deux notions d’opérateurs. Dans le cadre de la règlementation, il faut bien
différentier ces deux rôles, pour que tout le monde, même s’ils ont des rôles différents, puissent
travailler ensemble et créer de la valeur pour tout le monde.



L’équipe Legos




Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms                                                       Page 9

Contenu connexe

Tendances

CR Conférence #G9plus - Opérateurs télécom: dinosaures ou mutants ?
CR Conférence #G9plus - Opérateurs télécom: dinosaures ou mutants ?CR Conférence #G9plus - Opérateurs télécom: dinosaures ou mutants ?
CR Conférence #G9plus - Opérateurs télécom: dinosaures ou mutants ?
Institut G9+
 
Extrait HUBREPORT Future of Work 2017
Extrait HUBREPORT Future of Work 2017Extrait HUBREPORT Future of Work 2017
Extrait HUBREPORT Future of Work 2017
HUB INSTITUTE
 
HUBREPORT Best of CES 2018 Extrait
HUBREPORT Best of CES 2018 ExtraitHUBREPORT Best of CES 2018 Extrait
HUBREPORT Best of CES 2018 Extrait
HUB INSTITUTE
 
1604.12 accessibilité et innovation discours d casas
1604.12 accessibilité et innovation   discours d casas1604.12 accessibilité et innovation   discours d casas
1604.12 accessibilité et innovation discours d casas
Fédération Française des Télécoms
 
Baromètre télétravail Zevillage-Inférences
Baromètre télétravail Zevillage-InférencesBaromètre télétravail Zevillage-Inférences
Baromètre télétravail Zevillage-Inférences
Zevillage
 
Pl news letter_juillet11
Pl news letter_juillet11Pl news letter_juillet11
Pl news letter_juillet11
robertpluss
 
L'Intelligence Artificielle : levier du nouveau paradigme de l'expérience cli...
L'Intelligence Artificielle : levier du nouveau paradigme de l'expérience cli...L'Intelligence Artificielle : levier du nouveau paradigme de l'expérience cli...
L'Intelligence Artificielle : levier du nouveau paradigme de l'expérience cli...
HUB INSTITUTE
 
Création
CréationCréation
Petit-déjeuner "Psychanalyse du Chatbot"
Petit-déjeuner "Psychanalyse du Chatbot"Petit-déjeuner "Psychanalyse du Chatbot"
Petit-déjeuner "Psychanalyse du Chatbot"
OCTO Technology
 
[Livre blanc Institut g9+] 2020 : Ou vont les industries francaises du numeri...
[Livre blanc Institut g9+] 2020 : Ou vont les industries francaises du numeri...[Livre blanc Institut g9+] 2020 : Ou vont les industries francaises du numeri...
[Livre blanc Institut g9+] 2020 : Ou vont les industries francaises du numeri...
Institut G9+
 
Livre blanc numerique 2020
Livre blanc numerique 2020Livre blanc numerique 2020
Livre blanc numerique 2020
Amel Miaoulis
 
HUBFORUM : 8 Tendances de la transformation digitale pour 2018
HUBFORUM : 8 Tendances de la transformation digitale pour 2018 HUBFORUM : 8 Tendances de la transformation digitale pour 2018
HUBFORUM : 8 Tendances de la transformation digitale pour 2018
HUB INSTITUTE
 
1604 12 appel à projets solutions innovantes d'accessibilité
1604 12 appel à projets solutions innovantes d'accessibilité1604 12 appel à projets solutions innovantes d'accessibilité
1604 12 appel à projets solutions innovantes d'accessibilité
Fédération Française des Télécoms
 
Atelier d'innovation @ Le Cube "Construisons ensemble le travail de demain"
Atelier d'innovation @ Le Cube "Construisons ensemble le travail de demain"Atelier d'innovation @ Le Cube "Construisons ensemble le travail de demain"
Atelier d'innovation @ Le Cube "Construisons ensemble le travail de demain"
Claire Bresson
 
Presentation fr
Presentation frPresentation fr
Presentation fr
SteeveGpe
 
Discours d'ouverture journée ODMEDNUM
Discours d'ouverture journée ODMEDNUMDiscours d'ouverture journée ODMEDNUM
Discours d'ouverture journée ODMEDNUM
Arsenic Paca
 

Tendances (18)

CR Conférence #G9plus - Opérateurs télécom: dinosaures ou mutants ?
CR Conférence #G9plus - Opérateurs télécom: dinosaures ou mutants ?CR Conférence #G9plus - Opérateurs télécom: dinosaures ou mutants ?
CR Conférence #G9plus - Opérateurs télécom: dinosaures ou mutants ?
 
Extrait HUBREPORT Future of Work 2017
Extrait HUBREPORT Future of Work 2017Extrait HUBREPORT Future of Work 2017
Extrait HUBREPORT Future of Work 2017
 
HUBREPORT Best of CES 2018 Extrait
HUBREPORT Best of CES 2018 ExtraitHUBREPORT Best of CES 2018 Extrait
HUBREPORT Best of CES 2018 Extrait
 
1604.12 accessibilité et innovation discours d casas
1604.12 accessibilité et innovation   discours d casas1604.12 accessibilité et innovation   discours d casas
1604.12 accessibilité et innovation discours d casas
 
Programme Forum des télécoms et du net 2013
Programme Forum des télécoms et du net 2013Programme Forum des télécoms et du net 2013
Programme Forum des télécoms et du net 2013
 
Baromètre télétravail Zevillage-Inférences
Baromètre télétravail Zevillage-InférencesBaromètre télétravail Zevillage-Inférences
Baromètre télétravail Zevillage-Inférences
 
2163 bn
2163 bn2163 bn
2163 bn
 
Pl news letter_juillet11
Pl news letter_juillet11Pl news letter_juillet11
Pl news letter_juillet11
 
L'Intelligence Artificielle : levier du nouveau paradigme de l'expérience cli...
L'Intelligence Artificielle : levier du nouveau paradigme de l'expérience cli...L'Intelligence Artificielle : levier du nouveau paradigme de l'expérience cli...
L'Intelligence Artificielle : levier du nouveau paradigme de l'expérience cli...
 
Création
CréationCréation
Création
 
Petit-déjeuner "Psychanalyse du Chatbot"
Petit-déjeuner "Psychanalyse du Chatbot"Petit-déjeuner "Psychanalyse du Chatbot"
Petit-déjeuner "Psychanalyse du Chatbot"
 
[Livre blanc Institut g9+] 2020 : Ou vont les industries francaises du numeri...
[Livre blanc Institut g9+] 2020 : Ou vont les industries francaises du numeri...[Livre blanc Institut g9+] 2020 : Ou vont les industries francaises du numeri...
[Livre blanc Institut g9+] 2020 : Ou vont les industries francaises du numeri...
 
Livre blanc numerique 2020
Livre blanc numerique 2020Livre blanc numerique 2020
Livre blanc numerique 2020
 
HUBFORUM : 8 Tendances de la transformation digitale pour 2018
HUBFORUM : 8 Tendances de la transformation digitale pour 2018 HUBFORUM : 8 Tendances de la transformation digitale pour 2018
HUBFORUM : 8 Tendances de la transformation digitale pour 2018
 
1604 12 appel à projets solutions innovantes d'accessibilité
1604 12 appel à projets solutions innovantes d'accessibilité1604 12 appel à projets solutions innovantes d'accessibilité
1604 12 appel à projets solutions innovantes d'accessibilité
 
Atelier d'innovation @ Le Cube "Construisons ensemble le travail de demain"
Atelier d'innovation @ Le Cube "Construisons ensemble le travail de demain"Atelier d'innovation @ Le Cube "Construisons ensemble le travail de demain"
Atelier d'innovation @ Le Cube "Construisons ensemble le travail de demain"
 
Presentation fr
Presentation frPresentation fr
Presentation fr
 
Discours d'ouverture journée ODMEDNUM
Discours d'ouverture journée ODMEDNUMDiscours d'ouverture journée ODMEDNUM
Discours d'ouverture journée ODMEDNUM
 

En vedette

Observance fiscale: Quels défis pour les organismes de bienfaisance. Jean-Pau...
Observance fiscale: Quels défis pour les organismes de bienfaisance. Jean-Pau...Observance fiscale: Quels défis pour les organismes de bienfaisance. Jean-Pau...
Observance fiscale: Quels défis pour les organismes de bienfaisance. Jean-Pau...
Philanthropie-qc
 
Journal el moudjahid 23 06-2012
Journal el moudjahid 23 06-2012Journal el moudjahid 23 06-2012
Journal el moudjahid 23 06-2012
marsed kadha
 
Dictionnaire de geologie
Dictionnaire de geologieDictionnaire de geologie
Dictionnaire de geologie
abdelkrim abdellaoui
 
G O C Programm Ablauf 281010
G O C  Programm  Ablauf 281010G O C  Programm  Ablauf 281010
G O C Programm Ablauf 281010
Peter-Michael Geissler
 
Ausgabe 10 2014
Ausgabe 10 2014Ausgabe 10 2014
Ausgabe 10 2014
Roland Rupp
 
Minfin
MinfinMinfin
Kit cantonales Jeanne
Kit cantonales JeanneKit cantonales Jeanne
Kit cantonales Jeanne
lesinrocks
 
Livre blanc entreprise_2_0_acte_iii_rse_vf
Livre blanc entreprise_2_0_acte_iii_rse_vfLivre blanc entreprise_2_0_acte_iii_rse_vf
Livre blanc entreprise_2_0_acte_iii_rse_vf
Raphaël Moraly
 
Lastvariable Elektroenergietarife in der Kältetechnik (Martin Vesper, Yello S...
Lastvariable Elektroenergietarife in der Kältetechnik (Martin Vesper, Yello S...Lastvariable Elektroenergietarife in der Kältetechnik (Martin Vesper, Yello S...
Lastvariable Elektroenergietarife in der Kältetechnik (Martin Vesper, Yello S...
co2online gem. GmbH
 
Erfolg Ausgabe Nr. 11 2015
Erfolg Ausgabe Nr. 11 2015Erfolg Ausgabe Nr. 11 2015
Erfolg Ausgabe Nr. 11 2015
Roland Rupp
 
Propiedades de la chía
Propiedades de la chíaPropiedades de la chía
Propiedades de la chía
giannalourdeselias
 
Internet galactique -- Cafe Numerique
Internet galactique -- Cafe NumeriqueInternet galactique -- Cafe Numerique
Internet galactique -- Cafe Numerique
Carlos González
 
Catalogue 2015 des stages Alyotech à Rennes et Nantes
Catalogue 2015 des stages Alyotech à Rennes et NantesCatalogue 2015 des stages Alyotech à Rennes et Nantes
Catalogue 2015 des stages Alyotech à Rennes et Nantes
Alyotech
 
EXEMPLES FRAUDE ELECTORALE COTE D IVOIRE OUATTARA
EXEMPLES FRAUDE ELECTORALE COTE D IVOIRE OUATTARAEXEMPLES FRAUDE ELECTORALE COTE D IVOIRE OUATTARA
EXEMPLES FRAUDE ELECTORALE COTE D IVOIRE OUATTARA
frauderci
 
Tierportraits
TierportraitsTierportraits
Tierportraits
Andy Cyberwuppi
 
Quimica cch (1)
Quimica cch (1)Quimica cch (1)
Quimica cch (1)
Quimicaparaeverybody
 
Opengraph pour tous par up2 social
Opengraph pour tous par up2 socialOpengraph pour tous par up2 social
Opengraph pour tous par up2 social
Up 2 Social
 
Die WWF Online-Umfrage 2012
Die WWF Online-Umfrage 2012Die WWF Online-Umfrage 2012
Die WWF Online-Umfrage 2012
WWF Deutschland
 
Wie digitale Assistenten das Arbeitsleben erleichtern
Wie digitale Assistenten das Arbeitsleben erleichternWie digitale Assistenten das Arbeitsleben erleichtern
Wie digitale Assistenten das Arbeitsleben erleichtern
B-S-S Business Software Solutions GmbH
 
Découvrez votre profil de personnalité TI
Découvrez votre profil de personnalité TIDécouvrez votre profil de personnalité TI
Découvrez votre profil de personnalité TI
Simon Chapleau
 

En vedette (20)

Observance fiscale: Quels défis pour les organismes de bienfaisance. Jean-Pau...
Observance fiscale: Quels défis pour les organismes de bienfaisance. Jean-Pau...Observance fiscale: Quels défis pour les organismes de bienfaisance. Jean-Pau...
Observance fiscale: Quels défis pour les organismes de bienfaisance. Jean-Pau...
 
Journal el moudjahid 23 06-2012
Journal el moudjahid 23 06-2012Journal el moudjahid 23 06-2012
Journal el moudjahid 23 06-2012
 
Dictionnaire de geologie
Dictionnaire de geologieDictionnaire de geologie
Dictionnaire de geologie
 
G O C Programm Ablauf 281010
G O C  Programm  Ablauf 281010G O C  Programm  Ablauf 281010
G O C Programm Ablauf 281010
 
Ausgabe 10 2014
Ausgabe 10 2014Ausgabe 10 2014
Ausgabe 10 2014
 
Minfin
MinfinMinfin
Minfin
 
Kit cantonales Jeanne
Kit cantonales JeanneKit cantonales Jeanne
Kit cantonales Jeanne
 
Livre blanc entreprise_2_0_acte_iii_rse_vf
Livre blanc entreprise_2_0_acte_iii_rse_vfLivre blanc entreprise_2_0_acte_iii_rse_vf
Livre blanc entreprise_2_0_acte_iii_rse_vf
 
Lastvariable Elektroenergietarife in der Kältetechnik (Martin Vesper, Yello S...
Lastvariable Elektroenergietarife in der Kältetechnik (Martin Vesper, Yello S...Lastvariable Elektroenergietarife in der Kältetechnik (Martin Vesper, Yello S...
Lastvariable Elektroenergietarife in der Kältetechnik (Martin Vesper, Yello S...
 
Erfolg Ausgabe Nr. 11 2015
Erfolg Ausgabe Nr. 11 2015Erfolg Ausgabe Nr. 11 2015
Erfolg Ausgabe Nr. 11 2015
 
Propiedades de la chía
Propiedades de la chíaPropiedades de la chía
Propiedades de la chía
 
Internet galactique -- Cafe Numerique
Internet galactique -- Cafe NumeriqueInternet galactique -- Cafe Numerique
Internet galactique -- Cafe Numerique
 
Catalogue 2015 des stages Alyotech à Rennes et Nantes
Catalogue 2015 des stages Alyotech à Rennes et NantesCatalogue 2015 des stages Alyotech à Rennes et Nantes
Catalogue 2015 des stages Alyotech à Rennes et Nantes
 
EXEMPLES FRAUDE ELECTORALE COTE D IVOIRE OUATTARA
EXEMPLES FRAUDE ELECTORALE COTE D IVOIRE OUATTARAEXEMPLES FRAUDE ELECTORALE COTE D IVOIRE OUATTARA
EXEMPLES FRAUDE ELECTORALE COTE D IVOIRE OUATTARA
 
Tierportraits
TierportraitsTierportraits
Tierportraits
 
Quimica cch (1)
Quimica cch (1)Quimica cch (1)
Quimica cch (1)
 
Opengraph pour tous par up2 social
Opengraph pour tous par up2 socialOpengraph pour tous par up2 social
Opengraph pour tous par up2 social
 
Die WWF Online-Umfrage 2012
Die WWF Online-Umfrage 2012Die WWF Online-Umfrage 2012
Die WWF Online-Umfrage 2012
 
Wie digitale Assistenten das Arbeitsleben erleichtern
Wie digitale Assistenten das Arbeitsleben erleichternWie digitale Assistenten das Arbeitsleben erleichtern
Wie digitale Assistenten das Arbeitsleben erleichtern
 
Découvrez votre profil de personnalité TI
Découvrez votre profil de personnalité TIDécouvrez votre profil de personnalité TI
Découvrez votre profil de personnalité TI
 

Similaire à Table ronde Legos du 4 avril 2013

E book : nouveaux usages IT et nouveaux défis
E book  : nouveaux usages IT et nouveaux défisE book  : nouveaux usages IT et nouveaux défis
E book : nouveaux usages IT et nouveaux défis
Frederic Simottel
 
Dossier de Presse - Waycom
Dossier de Presse - WaycomDossier de Presse - Waycom
Dossier de Presse - Waycom
Waycom
 
Agir ou subir
Agir ou subirAgir ou subir
Agir ou subir
Connected Futures
 
"Le Groupe PSA Peugeot Citroën ou la gouvernance du Lion à trois têtes" - La ...
"Le Groupe PSA Peugeot Citroën ou la gouvernance du Lion à trois têtes" - La ..."Le Groupe PSA Peugeot Citroën ou la gouvernance du Lion à trois têtes" - La ...
"Le Groupe PSA Peugeot Citroën ou la gouvernance du Lion à trois têtes" - La ...
Héger Gabteni, Professeur associé
 
#PortraitDeStartuper #20 - MAGIC - Olivier Chouraki
#PortraitDeStartuper #20 - MAGIC - Olivier Chouraki#PortraitDeStartuper #20 - MAGIC - Olivier Chouraki
#PortraitDeStartuper #20 - MAGIC - Olivier Chouraki
Sébastien Bourguignon
 
#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total
#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total
#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total
OCTO Technology
 
Téléphonie d'entreprise : comment rater son changement d'installation
Téléphonie d'entreprise : comment rater son changement d'installation Téléphonie d'entreprise : comment rater son changement d'installation
Téléphonie d'entreprise : comment rater son changement d'installation
Iperlink
 
L’informatique agile, moteur du succès pour l’entreprise
L’informatique agile, moteur du succès pour l’entrepriseL’informatique agile, moteur du succès pour l’entreprise
L’informatique agile, moteur du succès pour l’entreprise
Symantec
 
Gfi News - Numéro 2 - Novembre 2013
Gfi News - Numéro 2 - Novembre 2013Gfi News - Numéro 2 - Novembre 2013
Gfi News - Numéro 2 - Novembre 2013
Inetum
 
Doper votre entreprise aux nouvelles technologies
Doper votre entreprise aux nouvelles technologiesDoper votre entreprise aux nouvelles technologies
Doper votre entreprise aux nouvelles technologies
Louis-Alexandre Louvet
 
2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare
2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare
2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare
Jean-Marc Touzard
 
LIVRE BLANC : « Mobilité et entreprise : mode d’emploi »
LIVRE BLANC : « Mobilité et entreprise : mode d’emploi »LIVRE BLANC : « Mobilité et entreprise : mode d’emploi »
LIVRE BLANC : « Mobilité et entreprise : mode d’emploi »
Inetum
 
07_07_2015 Cloudweek frenchsouth Présentation
07_07_2015 Cloudweek frenchsouth Présentation07_07_2015 Cloudweek frenchsouth Présentation
07_07_2015 Cloudweek frenchsouth Présentation
Frenchsouth.digital
 
Communauté onepoint - Telecom
Communauté onepoint - TelecomCommunauté onepoint - Telecom
Communauté onepoint - Telecom
GroupeONEPOINT
 
La maîtrise des circuits complexes, créneau original du groupe IGE+XAO
La maîtrise des circuits complexes, créneau original du groupe IGE+XAOLa maîtrise des circuits complexes, créneau original du groupe IGE+XAO
La maîtrise des circuits complexes, créneau original du groupe IGE+XAO
La Fabrique de l'industrie
 

Similaire à Table ronde Legos du 4 avril 2013 (20)

E book : nouveaux usages IT et nouveaux défis
E book  : nouveaux usages IT et nouveaux défisE book  : nouveaux usages IT et nouveaux défis
E book : nouveaux usages IT et nouveaux défis
 
Bn(2162 2179)
Bn(2162 2179)Bn(2162 2179)
Bn(2162 2179)
 
Bilan2012Afisi
Bilan2012AfisiBilan2012Afisi
Bilan2012Afisi
 
Dossier de Presse - Waycom
Dossier de Presse - WaycomDossier de Presse - Waycom
Dossier de Presse - Waycom
 
Agir ou subir
Agir ou subirAgir ou subir
Agir ou subir
 
2175 bn
2175 bn2175 bn
2175 bn
 
2175 bn
2175 bn2175 bn
2175 bn
 
"Le Groupe PSA Peugeot Citroën ou la gouvernance du Lion à trois têtes" - La ...
"Le Groupe PSA Peugeot Citroën ou la gouvernance du Lion à trois têtes" - La ..."Le Groupe PSA Peugeot Citroën ou la gouvernance du Lion à trois têtes" - La ...
"Le Groupe PSA Peugeot Citroën ou la gouvernance du Lion à trois têtes" - La ...
 
#PortraitDeStartuper #20 - MAGIC - Olivier Chouraki
#PortraitDeStartuper #20 - MAGIC - Olivier Chouraki#PortraitDeStartuper #20 - MAGIC - Olivier Chouraki
#PortraitDeStartuper #20 - MAGIC - Olivier Chouraki
 
#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total
#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total
#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total
 
Téléphonie d'entreprise : comment rater son changement d'installation
Téléphonie d'entreprise : comment rater son changement d'installation Téléphonie d'entreprise : comment rater son changement d'installation
Téléphonie d'entreprise : comment rater son changement d'installation
 
L’informatique agile, moteur du succès pour l’entreprise
L’informatique agile, moteur du succès pour l’entrepriseL’informatique agile, moteur du succès pour l’entreprise
L’informatique agile, moteur du succès pour l’entreprise
 
Gfi News - Numéro 2 - Novembre 2013
Gfi News - Numéro 2 - Novembre 2013Gfi News - Numéro 2 - Novembre 2013
Gfi News - Numéro 2 - Novembre 2013
 
Doper votre entreprise aux nouvelles technologies
Doper votre entreprise aux nouvelles technologiesDoper votre entreprise aux nouvelles technologies
Doper votre entreprise aux nouvelles technologies
 
2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare
2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare
2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare
 
LIVRE BLANC : « Mobilité et entreprise : mode d’emploi »
LIVRE BLANC : « Mobilité et entreprise : mode d’emploi »LIVRE BLANC : « Mobilité et entreprise : mode d’emploi »
LIVRE BLANC : « Mobilité et entreprise : mode d’emploi »
 
07_07_2015 Cloudweek frenchsouth Présentation
07_07_2015 Cloudweek frenchsouth Présentation07_07_2015 Cloudweek frenchsouth Présentation
07_07_2015 Cloudweek frenchsouth Présentation
 
Communauté onepoint - Telecom
Communauté onepoint - TelecomCommunauté onepoint - Telecom
Communauté onepoint - Telecom
 
La maîtrise des circuits complexes, créneau original du groupe IGE+XAO
La maîtrise des circuits complexes, créneau original du groupe IGE+XAOLa maîtrise des circuits complexes, créneau original du groupe IGE+XAO
La maîtrise des circuits complexes, créneau original du groupe IGE+XAO
 
Cloud club alliances
Cloud club alliancesCloud club alliances
Cloud club alliances
 

Plus de Fédération Française des Télécoms

Plaquette FFTélécoms - Étude économique Télécoms 2023.pdf
Plaquette FFTélécoms - Étude économique Télécoms 2023.pdfPlaquette FFTélécoms - Étude économique Télécoms 2023.pdf
Plaquette FFTélécoms - Étude économique Télécoms 2023.pdf
Fédération Française des Télécoms
 
FFTélécoms - Note - 2018-2023 - Point d’étape du New Deal Mobile.pdf
FFTélécoms - Note - 2018-2023 - Point d’étape du New Deal Mobile.pdfFFTélécoms - Note - 2018-2023 - Point d’étape du New Deal Mobile.pdf
FFTélécoms - Note - 2018-2023 - Point d’étape du New Deal Mobile.pdf
Fédération Française des Télécoms
 
3-FFTelecoms-Infographie-Fin-du-Cuivre.pdf
3-FFTelecoms-Infographie-Fin-du-Cuivre.pdf3-FFTelecoms-Infographie-Fin-du-Cuivre.pdf
3-FFTelecoms-Infographie-Fin-du-Cuivre.pdf
Fédération Française des Télécoms
 
Fermeture du cuivre - l'essentiel à savoir pour les maires concernés v 2023 0...
Fermeture du cuivre - l'essentiel à savoir pour les maires concernés v 2023 0...Fermeture du cuivre - l'essentiel à savoir pour les maires concernés v 2023 0...
Fermeture du cuivre - l'essentiel à savoir pour les maires concernés v 2023 0...
Fédération Française des Télécoms
 
FFTélécoms - Plaquette New Deal Mobile Juin 2023.pdf
FFTélécoms - Plaquette New Deal Mobile Juin 2023.pdfFFTélécoms - Plaquette New Deal Mobile Juin 2023.pdf
FFTélécoms - Plaquette New Deal Mobile Juin 2023.pdf
Fédération Française des Télécoms
 
Arthur D. Little - FFT 2022 - Synthèse conférence de presse.pdf
Arthur D. Little - FFT 2022 - Synthèse conférence de presse.pdfArthur D. Little - FFT 2022 - Synthèse conférence de presse.pdf
Arthur D. Little - FFT 2022 - Synthèse conférence de presse.pdf
Fédération Française des Télécoms
 
Fftélécoms - Guide parents accompagner son enfant sur internet - web
Fftélécoms   - Guide parents accompagner son enfant sur internet - webFftélécoms   - Guide parents accompagner son enfant sur internet - web
Fftélécoms - Guide parents accompagner son enfant sur internet - web
Fédération Française des Télécoms
 
Fin du cuivre | kit communication
Fin du cuivre | kit communicationFin du cuivre | kit communication
Fin du cuivre | kit communication
Fédération Française des Télécoms
 
FFTélécoms - plaquette fin du cuivre
FFTélécoms - plaquette fin du cuivreFFTélécoms - plaquette fin du cuivre
FFTélécoms - plaquette fin du cuivre
Fédération Française des Télécoms
 
FFTélécoms - infographie fin du cuivre
FFTélécoms - infographie fin du cuivreFFTélécoms - infographie fin du cuivre
FFTélécoms - infographie fin du cuivre
Fédération Française des Télécoms
 
Présentation du kit communication
Présentation  du kit communicationPrésentation  du kit communication
Présentation du kit communication
Fédération Française des Télécoms
 
Nos propositions-2022-2027
Nos propositions-2022-2027Nos propositions-2022-2027
Nos propositions-2022-2027
Fédération Française des Télécoms
 
Plaquette new deal mobile 2022
Plaquette new deal mobile 2022Plaquette new deal mobile 2022
Plaquette new deal mobile 2022
Fédération Française des Télécoms
 
Arthur D. Little - FFT 2021 - ENG
Arthur D. Little - FFT 2021 - ENGArthur D. Little - FFT 2021 - ENG
Arthur D. Little - FFT 2021 - ENG
Fédération Française des Télécoms
 
Étude 2021 Arthur D. Little pour la FFTélécoms - Synthèse
Étude 2021 Arthur D. Little pour la FFTélécoms - SynthèseÉtude 2021 Arthur D. Little pour la FFTélécoms - Synthèse
Étude 2021 Arthur D. Little pour la FFTélécoms - Synthèse
Fédération Française des Télécoms
 
2020 "Economics of Telecoms" Report - Update of key economic metrics
2020 "Economics of Telecoms" Report - Update of key economic metrics2020 "Economics of Telecoms" Report - Update of key economic metrics
2020 "Economics of Telecoms" Report - Update of key economic metrics
Fédération Française des Télécoms
 
Étude économique 2020 | Les Télécoms : premiers acteurs du numérique
Étude économique 2020 | Les Télécoms : premiers acteurs du numériqueÉtude économique 2020 | Les Télécoms : premiers acteurs du numérique
Étude économique 2020 | Les Télécoms : premiers acteurs du numérique
Fédération Française des Télécoms
 

Plus de Fédération Française des Télécoms (20)

Plaquette FFTélécoms - Étude économique Télécoms 2023.pdf
Plaquette FFTélécoms - Étude économique Télécoms 2023.pdfPlaquette FFTélécoms - Étude économique Télécoms 2023.pdf
Plaquette FFTélécoms - Étude économique Télécoms 2023.pdf
 
FFTélécoms - Note - 2018-2023 - Point d’étape du New Deal Mobile.pdf
FFTélécoms - Note - 2018-2023 - Point d’étape du New Deal Mobile.pdfFFTélécoms - Note - 2018-2023 - Point d’étape du New Deal Mobile.pdf
FFTélécoms - Note - 2018-2023 - Point d’étape du New Deal Mobile.pdf
 
3-FFTelecoms-Infographie-Fin-du-Cuivre.pdf
3-FFTelecoms-Infographie-Fin-du-Cuivre.pdf3-FFTelecoms-Infographie-Fin-du-Cuivre.pdf
3-FFTelecoms-Infographie-Fin-du-Cuivre.pdf
 
3-FFTelecoms-Infographie-Fin-du-Cuivre.pdf
3-FFTelecoms-Infographie-Fin-du-Cuivre.pdf3-FFTelecoms-Infographie-Fin-du-Cuivre.pdf
3-FFTelecoms-Infographie-Fin-du-Cuivre.pdf
 
Fermeture du cuivre - l'essentiel à savoir pour les maires concernés v 2023 0...
Fermeture du cuivre - l'essentiel à savoir pour les maires concernés v 2023 0...Fermeture du cuivre - l'essentiel à savoir pour les maires concernés v 2023 0...
Fermeture du cuivre - l'essentiel à savoir pour les maires concernés v 2023 0...
 
FFTélécoms - Plaquette New Deal Mobile Juin 2023.pdf
FFTélécoms - Plaquette New Deal Mobile Juin 2023.pdfFFTélécoms - Plaquette New Deal Mobile Juin 2023.pdf
FFTélécoms - Plaquette New Deal Mobile Juin 2023.pdf
 
Arthur D. Little - FFT 2022 - Synthèse conférence de presse.pdf
Arthur D. Little - FFT 2022 - Synthèse conférence de presse.pdfArthur D. Little - FFT 2022 - Synthèse conférence de presse.pdf
Arthur D. Little - FFT 2022 - Synthèse conférence de presse.pdf
 
Fftélécoms - Guide parents accompagner son enfant sur internet - web
Fftélécoms   - Guide parents accompagner son enfant sur internet - webFftélécoms   - Guide parents accompagner son enfant sur internet - web
Fftélécoms - Guide parents accompagner son enfant sur internet - web
 
Fin du cuivre | kit communication
Fin du cuivre | kit communicationFin du cuivre | kit communication
Fin du cuivre | kit communication
 
FFTélécoms - plaquette fin du cuivre
FFTélécoms - plaquette fin du cuivreFFTélécoms - plaquette fin du cuivre
FFTélécoms - plaquette fin du cuivre
 
FFTélécoms - infographie fin du cuivre
FFTélécoms - infographie fin du cuivreFFTélécoms - infographie fin du cuivre
FFTélécoms - infographie fin du cuivre
 
Présentation du kit communication
Présentation  du kit communicationPrésentation  du kit communication
Présentation du kit communication
 
9ème bilan charte accessibilité falc
9ème bilan charte accessibilité falc9ème bilan charte accessibilité falc
9ème bilan charte accessibilité falc
 
9e bilan charte accessibilite
9e bilan charte accessibilite9e bilan charte accessibilite
9e bilan charte accessibilite
 
Nos propositions-2022-2027
Nos propositions-2022-2027Nos propositions-2022-2027
Nos propositions-2022-2027
 
Plaquette new deal mobile 2022
Plaquette new deal mobile 2022Plaquette new deal mobile 2022
Plaquette new deal mobile 2022
 
Arthur D. Little - FFT 2021 - ENG
Arthur D. Little - FFT 2021 - ENGArthur D. Little - FFT 2021 - ENG
Arthur D. Little - FFT 2021 - ENG
 
Étude 2021 Arthur D. Little pour la FFTélécoms - Synthèse
Étude 2021 Arthur D. Little pour la FFTélécoms - SynthèseÉtude 2021 Arthur D. Little pour la FFTélécoms - Synthèse
Étude 2021 Arthur D. Little pour la FFTélécoms - Synthèse
 
2020 "Economics of Telecoms" Report - Update of key economic metrics
2020 "Economics of Telecoms" Report - Update of key economic metrics2020 "Economics of Telecoms" Report - Update of key economic metrics
2020 "Economics of Telecoms" Report - Update of key economic metrics
 
Étude économique 2020 | Les Télécoms : premiers acteurs du numérique
Étude économique 2020 | Les Télécoms : premiers acteurs du numériqueÉtude économique 2020 | Les Télécoms : premiers acteurs du numérique
Étude économique 2020 | Les Télécoms : premiers acteurs du numérique
 

Table ronde Legos du 4 avril 2013

  • 1. Avec : Avec : Jean-Benoît Besset – Chef de Projet Stratégique - Orange, Jean-Benoît Besset – Chef de Projet Stratégique - Orange, Laurent Schlosser - Directeur de la Division Opérateurs et MobilitéMobilité - Laurent Schlosser - Directeur de la Division Opérateurs et - Microsoft, Microsoft, - Responsable du Secteur Télécoms - BearingPoint, Henri Tcheng Henri Le Mouël - Directeur Général de la FFTélécoms, - BearingPoint, Yves Tcheng - Responsable du Secteur Télécoms Yves LeProt - Dirigeant - Legos Pascal Mouël - Directeur Général de la FFTélécoms, Pascal Prot - Dirigeant - Legos COMPTE-RENDU Cette table ronde est le premier événement organisé par Legos, pionnier de l’externalisation de téléphonie fixe et mobile « pure player » en marque blanche, à destination des opérateurs locaux et des intégrateurs. Elle a réuni des acteurs du monde des télécoms, principalement ceux du conseil et de l’intégration de services télécoms. Legos +33 1 75 85 00 00 info@legos.fr 40 rue d’Oradour-sur-Glane - 75015 Paris
  • 2. Table ronde Legos, le 4 avril 2013 Introduction par Solveig Godeluck Demain, tous opérateurs. Cette idée paraîtra sans doute bizarre, voire abracadabrante, à la plupart d’entre vous ici ce soir. Et c’est normal. Quand on parle de réseaux télécoms, par association d’idée, on pense « monopole naturel ». Il coûte tellement cher de construire un réseau, il y a de tels effets de taille critique, que ce monopole est une évidence. Et tous les efforts entrepris depuis la libéralisation des télécoms tendent plutôt à remplacer ce monopole naturel par une sorte d’oligopole culturel. Bref, France Télécom est toujours là, et SFR, Bouygues Telecom ou Free ne doivent leur existence qu’à la volonté de l’Etat et à la vigilance des régulateurs. Quant aux opérateurs virtuels grand public, ils ont eu la vie très dure depuis un an. Leur vie ne tient qu’à un fil - ce qui est très dur quand on est opérateur wireless. Par ailleurs, pourquoi une entreprise chercherait-elle soudain à faire le sale boulot des opérateurs ? Je résume : Faire des plans de déploiement à 5 ans ou plus, gérer d’effroyables systèmes d’information sur lesquels le temps a laissé sa marque, rendre des comptes à des clients exaspérants ! Les entrepreneurs ne sont pas fous à ce point. Et pourtant, quelque chose est en train de se fissurer dans cet apparent statu quo. Les opérateurs télécoms ne sont plus tout à fait certains de rester les maîtres de l’accès dans le monde de demain. Car la porte d’entrée vers l’Internet, ce sont de plus en plus Google, Apple, Facebook ou Amazon, surnommés la bande à GAFA. On parle aussi des « over the top » parce qu’ils chevauchent les réseaux des autres pour proposer leurs services directement aux internautes. Quand Apple enregistre en direct sur son site tous les acheteurs de son iPhone, il y a un début de désintermédiation. Même scenario lorsqu’Amazon prend en charge de manière invisible le coût de la connexion 3G dans sa tablette, pour les clients qui veulent télécharger des ebooks. Autre exemple frappant, Google Voice, un numéro unique pour vous joindre sur les terminaux de votre choix. Mais on peut bouleverser encore plus profondément le modèle. Je citerai Skype, le numéro un de la voix sur IP, qui gère aujourd’hui le tiers des minutes de communications internationales à l’échelle mondiale. C’est un grand des télécoms, même s’il refuse d’être étiqueté opérateur. On peut aussi imaginer que demain, un « over the top » parvienne à bâtir un réseau hétéroclite, fait d’accords d’itinérance et de hotspots Wifi. Ou bien, ce qui revient à peu près au même, qu’un fabricant de terminaux devienne propriétaire de sa carte SIM scellée, et vende des abonnements sans même que l’on sache qui opère l’infrastructure. Vu du monde de l’entreprise, ce n’est pas si bizarre que ça, finalement. Cela fait déjà longtemps que les entreprises cherchent à unifier leurs communications. Un salarié, une adresse IP, c’est comme ça que ça marche déjà. Dans l’univers professionnel, la voix est déjà une application, une petite icône sur un écran, un logiciel hébergé dans le cloud. Elle accompagne des services de travail collaboratif, un peu comme la feuille de salade à côté du steak dans votre assiette au restaurant. Et puis dans l’entreprise, il y a moins de tabous. Certains fabricants de voitures vont devenir propriétaires d’un parc de cartes SIM parce que créer des modèles économiques alternatifs devient une nécessité à l’âge de l’Internet des objets. Bref, petit à petit des entreprises qui n’ont rien à voir avec le métier d’opérateur en acquièrent certains attributs. La vraie question, finalement, c’est « qu’est-ce qu’un opérateur ? » Faut-il avoir un réseau ? Héberger des applications de communication ? Gérer des profils clients ? Je vous propose d’y réfléchir ensemble, autour de cette table. Le format de cette table ronde se veut convivial, donc si la salle veut réagir, participer, n’hésitez pas. Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms Page 2
  • 3. Table ronde Legos, le 4 avril 2013 Solveig Godeluck : vous dîtes dans votre Livre Blanc qu’il est de plus en plus facile de devenir opérateur grâce à la technologie, pourquoi ? Pascal Prot – Dirigeant de Legos : c’est facile de devenir opérateur et de facturer des services de communication à ses clients. En revanche, la réglementation n’a pas évolué en matière de services de téléphonie, elle reste la même et s’impose à tous les opérateurs. Derrière la voix de Skype, il y a des opérateurs. Google Voice a contracté un accord avec Sprint aux Etats-Unis pour prendre en charge tous les aspects régulés – tous les aspects compliqués. A partir du moment où elles choisissent le bon acteur – le bon bricoleur et sa boîte à outils - les entreprises peuvent libérer leurs initiatives marketing, de services et créer des offres. Il y a autant de business model que de stratégies d’entreprise, comme La Poste qui est devenue MVNO (Mobile Virtual Network Operator), qui maintenant équipe tous les facteurs de Smartphones, et qui a également un projet de box. D’autres comme un fabricant automobile ou un grand compte peuvent déployer leurs stratégies. On peut imaginer par exemple qu’avec la restructuration de l’actionnariat de SFR, Canal + envisage de créer ses propres offres « triple play ». Toutes ces entreprises vont chercher un acteur qui n’a pas une offre retail trop contraignante pour, comme vous le disiez en introduction, faire « le sale boulot ». Vous parliez également de MtoM tout à l’heure, il y a des cartes SIM dans les machines à café, est-ce que Nespresso doit devenir opérateur ou être un simple distributeur de SFR, Orange ou Bouygues Telecom ? Pourquoi ne pas devenir opérateur ! Il faut regarder le business model et la masse critique à obtenir. Il y a quelques années, on devait envisager le business model sur 15 ans et il fallait déployer sur 1 voire 5 millions de clients. Aujourd’hui, 150 000 utilisateurs peuvent faire tourner un business model parfaitement rentable. En choisissant le bon acteur / bricoleur, l’entreprise peut se concentrer sur son cœur de métier, sur l’optimisation de ses coûts de commercialisation, de marketing ou de son système d’information. Un acteur comme Legos est flexible et agile et n’a pas les systèmes legacies des grands opérateurs qui sont une véritable chape de plomb. On peut écouter Audi raconter son projet de GPS communicant dans la voiture. On est bricoleur, on va vite et on peut suivre les envies de nos clients. Il y a une envie qui est très forte et qui se banalise, car devenir opérateur fait de moins en moins peur. Avant, il fallait établir une première étude faite par des consultants juste pour faire le dossier de demande de licence. Aujourd’hui, une simple déclaration suffit. Mais toute la mécanique derrière, toute la boîte à outil du bricoleur est toujours la même et il faut arriver à la manier plus simplement. Solveig Godeluck : vous dîtes également dans votre Livre Blanc, que la France est plutôt en retard, pouvez-vous nous en dire plus sur ce point ? Pascal Prot : cet argumentaire est surtout valable sur le recours quasi systématique à l’externalisation, et notamment le Centrex, qui est un modèle établi dans les pays anglo-saxons et qui n’a jamais pris en France. Pour des raisons culturelles, peut-être technologiques, mais également car les intégrateurs Voix sur le marché n’ont pas conseillé leurs clients vers le Centrex. Quelques confrères mettent en avant des offres Centrex. Nous ne sommes pas dogmatiques, nous nous adaptons. Pour nous, que ce soit un PABX hébergé ou un Centrex ou un IPBX mutualisé, ça marche aussi bien. Il y avait besoin de déployer le haut-débit, de le banaliser pour pouvoir déployer des couches de service. Maintenant c’est fait. Avant les entreprises étaient plus hésitantes. Aujourd’hui, la conjoncture est favorable car elles ne peuvent plus perdre de temps à hésiter. La masse des entreprises est en retard, car elles sont cajolées par leur opérateur historique. Mais certaines initiatives ressortent des cartons du fait de la morosité car les entreprises cherchent des relais de croissance et des remèdes à la crise. Solveig Godeluck, c’est bien d’avoir des bricoleurs, il faut également une boîte à outils. Et vous en avez une. Parlons de ces outils qui servent à faire des communications unifiées pour les entreprises. Où en est-on avec Skype et Lync ? Laurent Schlosser, Directeur de la division Opérateurs et Mobilité de Microsoft : Skype est un peu grand public. Mais on va tout de suite déminer le terrain. Il y a une procédure en cours. L’ARCEP a demandé au procureur de la République d’enquêter. Cela fait longtemps que l’on discute avec l’ARCEP. On n’a pas le même point de vue mais on va continuer à discuter. L’ARCEP considère que Skype est un opérateur. Nous considérons que Skype est une application qui fonctionne sur internet. Comme c’est en cours, je ne vais pas pouvoir vous en dire plus. Et comme ce soir, on est plus axé sur le monde de l’entreprise, parlons des entreprises. Il y a une dynamique avec une double pression dans l’entreprise. Premièrement, il y a le besoin de plus d’efficacité, de collaboration et de décloisonnement des entreprises qui sont de plus en plus distantes et internationales. Donc il faut faciliter le fonctionnement à distance, le télétravail, la productivité et la capacité de travailler au sein d’équipes distantes et « dispatchées » à différents endroits. Le Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms Page 3
  • 4. Table ronde Legos, le 4 avril 2013 deuxième élément est une pression sur la réduction des coûts. Il y a un besoin de mettre en place des solutions qui soient très simples pour pouvoir partager des documents, sans avoir une salle avec une table ronde, des écrans, des caméras, qui sont des salles extrêmement coûteuses. Aujourd’hui la technologie avec sa webcam, que l’on connaît dans le grand public, est valable dans l’entreprise avec des outils de collaboration très efficaces (messageries instantanée intégrée avec l’annuaire d’entreprise, la messagerie email classique, les communications unifiées y compris les conférences téléphoniques, le partage d’un même document pour des collaborateurs qui ne sont pas géographiquement au même endroit). Cette double pression fait qu’il y a une tendance très forte de la part des entreprises à s’équiper de ces solutions de communications unifiées. Solveig Godeluck, avez-vous quelques chiffres ? Laurent Schlosser : chez Microsoft tout est dans la division qui regroupe Office, Sharepoint, Exchange et Lync. Elle représente 24 Milliards de $ et croît de 10% par an. Si on regarde Lync plus particulièrement, qui est la solution qui permet de communiquer en messagerie instantanée, en téléconférence, en visioconférence ou en communication vocale, sur les 100 grandes sociétés au monde, plus de 90 sont équipées de cette solution. Plus de 5 millions d’utilisateurs utilisent cette solution en entreprise. Ces solutions peuvent être utilisées par les entreprises qui ont leur propre système d’information dans leur data center, qu’il soit managé par sa DSI ou par un tiers. La même solution fonctionne chez un Services Provider qui peut en revendre l’usage à ses clients. Les grands Services Provider en France l’utilisent, comme par exemple, SFR Business Team, qui l’a complètement intégré à son Centrex dans les solutions revendues sur l’activité Entreprises. Cette même solution fonctionne dans le Cloud Microsoft. Dans ce cas, c’est du standardisé par rapport à ce que peut customiser un Services Provider avec sa boîte à outils. C’est un service qu’on sait offrir et opérer dans le Cloud et que les opérateurs peuvent revendre à leurs clients. C’est le cas chez SFR Business Team ou Orange Business Services. Solveig Godeluck, avez-vous des retours des utilisateurs ? Ces outils sont-ils disruptifs dans l’organisation ? Laurent Schlosser : les utilisateurs votent surtout avec leurs pieds. Ils utilisent, ils n’utilisent pas. Je crois surtout beaucoup aux tendances de fond comme le fait de travailler à domicile tout en étant complètement connecté avec la totalité de son entreprise comme si on y était. Donc il faut plutôt apprécier l’adoption par les utilisateurs à l’aune de la progression des équipements sur le marché. On a des taux de croissance qui sont au-delà de 150% par exemple pour Office 365, la version Cloud de ces solutions. Mon appréciation est donc qu’il y a une vraie adoption de la part des utilisateurs parce que cela répond à un vrai besoin. Solgveig Godeluck : Orange s’est également positionné sur ce marché des communications unifiées d’entreprise, un marché sur lequel il y a énormément de concurrence. Quels arguments de vente mettez-vous en avant ? Jean-Benoît Besset, Chef de Projet stratégique France chez Orange : je ne vais pas vous faire la retape d’Orange, vous n’êtes pas venus avec votre carnet de chèque pour commander. Je ne vais pas non plus vous expliquer pourquoi on est les premiers et les meilleurs, même si j’en suis convaincu. Les autres sont très beaux aussi. Il faut plutôt se poser la question : « pourquoi nos clients viennent nous voir ? » Il y a le poids de l’habitude, c’est indéniable. On bénéficie du fait qu’on a été opérateur historique, donc c’est naturel de venir chez France Telecom, même si on s’appelle Orange maintenant. On a également beaucoup de monde chez Orange qui travaille dans la recherche et sur les réseaux. Car le premier élément pour que tout cela fonctionne, est qu’il faut d’abord un réseau. On fait du Centrex en France et on voit que ça ne décolle pas. On fait beaucoup plus de PABX alors qu’un Centre Opérateur a beaucoup plus intérêt à faire du Centrex, car il capte plus de valeur. Mais ça ne marche pas. Les solutions Cloud de Microsoft ou de Cisco vont donner un nouveau souffle. Ce ne sera pas du Centrex. Ce sera beaucoup plus évolutif, car le Centex a deux ans de retard sur les roadmaps de PABX. Les solutions Cloud vont faire sortir la téléphonie de l’entreprise pour aller dans le Cloud privé ou dans le Cloud de l’opérateur ou dans le Cloud de Microsoft. Les clients viennent chez nous car ils savent qu’ils peuvent trouver de tout, que ce soit du PABX, du Centrex, de la fibre, du cuivre, du mobile. Tout ce qui existe, existe chez nous quasiment. On n’est pas forcément les meilleurs sur tout, mais si nos clients continuent à venir chez nous, c’est qu’ils sont contents. Sinon, ils iraient voir ailleurs parce que l’offre est pléthorique en effet. Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms Page 4
  • 5. Table ronde Legos, le 4 avril 2013 Solveig Godeluck : est-ce un marché difficile ? Jean-Benoît Besset : c’est un marché super facile, on ne fait rien de la semaine (rires). Le marché Entreprises est moins secoué que le marché grand public en ce moment. Mais il a toujours été difficile et hyper concurrentiel avec des concurrents respectables, des gros, des petits, et tout le monde se bat comme des chiens Solgveig Godeluck : les entreprises en opérant leur système de communications unifiées deviennent-elles des opérateurs ou est-une une idée fausse ? Henri Tcheng, Responsable du secteur Télécoms chez BearingPoint : ce qui est certain, c’est le besoin qu’on toutes les entreprises de communiquer et d’apporter de bons services de communications unifiées à leurs salariés et à tous leurs partenaires externes (fournisseurs, clients et autres partenaires). Cela n’en fait pas forcément ou pas du tout des opérateurs. J’avais écrit un livre il y a 10 ans sur devenir opérateur mobile sans réseau. Je n’ai pas touché beaucoup de royalties de droit d’auteur depuis 4 ans (rires). On a vendu peut-être 2 exemplaires à La Poste. Devenir opérateur mobile était une bonne idée au moment où il n’y avait encore que 3 opérateurs. Il faut se rappeler qu’être MVNO, c’est jouer sur un espace économique entre un achat de prix de gros de la minute et le prix retail, avec une guerre tarifaire incroyable sur le marché français. Le prix du mobile français est 2 à 3 fois inférieur (plutôt 3 fois inférieur) à celui qu’on trouve dans les grands pays comparables. Même le prix de l’ADSL est 2 fois inférieur avec les offres « Triple Play » par rapport à d’autres pays comparables. Donc, on est dans un marché retail qui est extrêmement agressif en terme de prix et du coup, l’espace économique pour des MVNO est extrêmement réduit, en tout cas sur le marché du grand public. Cela peut être un peu différent sur le marché des entreprises. Mais on voit bien la difficulté de ce marché, car Orange occupe une position dominante. Les entreprises ont besoin de réassurance, de confiance, de sécurité, de fiabilité, de marque. C’est pourquoi l’opérateur historique pèse énormément dans les choix des clients Entreprises. C’est un marché très segmenté, il y a les petits pros qui veulent être considérés comme des gros, mais dont le faible volume fait qu’ils ne peuvent pas bénéficier d’une force de vente dédiée, c’est de la vente par téléphone. Plus on monte vers les grands comptes, plus le département achat est professionnalisé, plus les prix peuvent être négociés auprès d’une force de vente dédiée. Pour résumé, devenir opérateur sur le secteur grand public sur le marché français, je ne recommanderai à personne de le faire. Le dernier à l’avoir fait, c’est La Poste, et je pense qu’il ne devrait pas y en avoir d’autre. En revanche, sur les services aux entreprises, la chaîne de valeur s’est beaucoup complexifiée. Il y a des cartes SIM dans les voitures, dans les tablettes, et dans un certain nombre d’objets communicants. On peut se demander si le MtoM (Machine to Machine) ne va pas faire exploser la chaîne de valeur et si un nombre d’acteurs du MtoM qui sont face aux clients finaux, ne voudraient pas devenir opérateur d’un certain nombre de services, qui incluront des services de communication. J’y crois beaucoup car il y a l’intrusion d’un nouvel acteur qui veut innover. Dans tous les projets Machine to Machine, il y a du développement et de l’intégration de services à valeur ajoutée. Sur ce marché-là, il y a un vrai questionnement. Pour autant, devenir opérateur, détenant une licence et faisant partie de la Fédération Française des Télécoms, j’y crois moins, car il y a quand même des obligations. Si Skype devient opérateur demain, régulé par l’ARCEP, il y aura des obligations d’interceptions (d’écoutes légales) ou de véhiculer des appels d’urgence. Je ne suis pas certain qu’ils aient envie de le faire, car c’est très compliqué de répondre à ces obligations, que ce soit dans un réseau de fixe ou de mobile. Solveig Godeluck : à la FFT, êtes-vous inquiet du succès des applications de VoIP ou de messagerie instantanée et de toutes ces technologies qui se développent à toute vitesse, créées par des entreprises qui n’investissent pas forcément dans les réseaux ? Ces applications sont-elles des menaces pour les opérateurs ? Yves Le Mouël, Président de la FFTélécoms : il faut revenir aux bases de ce qu’est un opérateur télécoms, qui est une personne morale ou physique qui exploite un réseau de communications électroniques. Soit on est exploitant, donc on a un réseau qui est territorialisé dans un pays – ce facteur géographique est extrêmement important – soit on fournit des services de communications électroniques et là, c’est sans frontière, on n’est pas borné par un réseau. Au cours de ces 10 dernières années, se sont passées des choses fondamentales qui ont balayé ce secteur : l’arrivée massive de l’IP dans toutes les communications électroniques et la mondialisation. Autour de cela, on essaie de faire vivre des vieux concepts réglementaires. Car effectivement, quand on est opérateur, on a des droits et également des obligations d’ordre réglementaires, fiscales et qui portent aussi sur les investissements qui doivent être faits sur le territoire dans lequel on opère. Dans l’ancienne structure de l’ancien marché des télécoms, il y Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms Page 5
  • 6. Table ronde Legos, le 4 avril 2013 avait des couches distinctes : le fabricant de réseau ou les fournisseurs de terminaux qui fournissaient leurs équipements aux opérateurs, ensuite les opérateurs, puis les fournisseurs de services ou de contenu. Aujourd’hui, comme des plaques tectoniques, tout ce monde-là glisse les uns sur les autres et font les métiers des uns et des autres. Il n’y a plus de frontière aussi clairement définie qu’avant. Et parce que la technologie le permet, on assiste à un choc de plaques à l’échelle mondiale. Ce que souhaite les opérateurs qui exercent dans un pays et qui investissent dans des réseaux, est que cette concurrence soit loyale, transparente et équitable, et ceci, sur des éléments aussi importants que la réglementation et la fiscalité. On constate que les OTT, qui sont suffisamment nombreux pour être pris en compte, sont dans une construction mondiale d’un business basée sur ce qui se fait en matière d’optimisation fiscale. Ils utilisent le fait d’être fournisseur de logiciel et non opérateur de réseau, pour fournir des services de communications électroniques, puisqu’ils permettent de faire de la voix, de la messagerie, de l’accès au contenu etc. Certains consultants ont évalué qu’à l’horizon 2015, ils pèseraient pour 10 % de ce qu’avaient auparavant les opérateurs européens dans ces domaines-là. Cela n’est plus marginal, et cela croît énormément. Tant mieux. Chacun a le droit de faire valoir ses atouts. Ce qu’il faut, c’est qu’on ramène ce territoire du numérique mondial sur ce qu’on appelle un level playing field, où chacun est amené à exercer son activité avec des règles, des contraintes et des capacités équitables. C’est ce que l’on souhaite du côté de la Fédération. On sait que cela prendra un peu de temps, mais on espère que cela viendra. Solveig Godeluck : cela viendra comment ? Yves Le Mouël : On voit bien qu’en ce moment on s’intéresse aux problématiques de fiscalité, car on est en période de crise. Chaque gouvernement cherche à trouver de l’argent pour ses caisses et s’interroge, comme l’article dans Le Monde de ce soir par exemple, sur les 1000 milliards d’évasions fiscales qui ont lieu sur la surface du globe. Il y a des domaines dans lesquels on voit cet évitement fiscal (on ne parle pas d’évasion fiscale dans ce cas-là, car les acteurs opèrent de manière légale). Que ce soit Microsoft, Google, Apple ou les autres qui utilisent soit la naïveté de la règlementation européenne, soit un certain nombre d’astuces juridiques qui reposent sur des éléments légaux. Si on était à leur place, on ferait exactement pareil. Mais il faut savoir que quand on est opérateur de réseaux, il faut continuer à investir entre 6 et 7 milliards d’euros chaque année, hors achat de licence. Et si on veut qu’ils continuent à investir, il faut qu’ils continuent à pouvoir dégager le free cash flow pour pouvoir le faire. Ce n’est pas avec des prix qui sont effectivement les plus bas du monde dans le domaine des mobiles ou dans celui du « triple play » qu’on va pouvoir continuer longtemps. Toute la règlementation française et européenne a focalisé son attention sur les dépenses du consommateur - un consommateur heureux étant un consommateur qui ne paie pas beaucoup ses communications électroniques - et donc on se trouve face à des opérateurs français et européens qui ont de plus en plus de mal à répondre à l’obligation de continuer à investir dans les réseaux. Si un opérateur n’investit pas pendant un an ou lève le pied pendant un an, cela tient encore la route. Cela a été fait dans un certain nombre de cas de figure. Mais s’il le fait pendant 2 ou 3 ans, c’en est terminé de la qualité de service et de l’innovation. Cet investissement est donc une obligation. C’est la clé du succès. C’est pourquoi, il faut faire en sorte à ce que ces opérateurs puissent poursuivre leurs investissements et continuer à permettre à d’autres acteurs, qui n’investissent pas dans des réseaux, de faire leur métier et de dégager de la valeur ajoutée. Ce qui est pénalisant aujourd’hui c’est que la valeur ajoutée dégagée sur l’ensemble du secteur du numérique est captée essentiellement par les OTT. Il ne s’agit pas d’être dans l’exclusion, on a besoin de tous ces acteurs et je suis admiratif de toutes ces entreprises. Simplement, il faut que chacun joue avec les mêmes règles du jeu quand on exerce sur le même métier. Et comme ces métiers, comme je le disais, fusionnent ou deviennent plus confus, il y a donc une nécessaire adaptation de la règlementation nationale et européenne à faire et le plus vite sera le mieux. Solveig Godeluck : cela nous amène à nous interroger sur « qu’est-ce qu’un opérateur » ? A partir de quand devient-on opérateur ? Pour vous, Skype n’est pas un opérateur télécoms alors qu’est-ce que c’est ? Laurent Schlosser : nous ne sommes pas un fournisseur de services de communications électroniques au regard de la loi française. Nous sommes une application. En tant qu’observateur du marché des télécoms, puisque nous côtoyons les opérateurs au quotidien, pour nous, ce sont les Tiers de confiance des clients. Un opérateur est celui qui connaît les technologies, qui sait conseiller son client et lui proposer le panel de services qui répond à ses besoins. Et nous, grand acteur mondial « chevaucheur de réseau », notre stratégie est de fournir aux opérateurs télécoms les technologies qui permettent de développer leur argumentaire. Quand on regarde notre Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms Page 6
  • 7. Table ronde Legos, le 4 avril 2013 collaboration avec Bouygues Entreprises, SFR Business Team ou Orange Business Services, il s’agit pour nous du meilleur canal pour adresser les besoins des petites et des moyennes entreprises. C’est pourquoi nous nous allions à eux. Comme le précisait Henri Tcheng, qu’on soit une petite ou une grande entreprise, on a besoin d’un Tiers de confiance avec lequel on a l’habitude de travailler. On a besoin de proximité. Et quand on s’adresse à ces entreprises, naturellement, elles nous disent qu’elles veulent travailler avec leur agence Orange Business Services par exemple pour qu’elle leur fournisse leur package de services technologiques dont elles ont besoin. C’est le premier point. Le deuxième point est que, quand ils ont créé la mobilité et les réseaux, nos législateurs ont également créé la pilule empoisonnée pour enquiquiner les opérateurs, qui est la portabilité du numéro. Donc quand vous êtes opérateur, la première chose qui vous préoccupe, c’est « comment je réduis mon churn », « comment je crée de la fidélisation client ». Dans le monde de l’entreprise, il n’y a rien de mieux que de mettre la main sur le système d’information, car cela réduit votre churn à vitesse grand V. Quand vous devez changer de flotte mobile d’un opérateur à un autre, il suffit de changer de carte SIM, ça ne coûte rien. Mais quand il s’agit de changer d’hébergeur et de fournisseur de services qui fait tourner votre système d’information, votre messagerie, votre intranet, vos communications unifiées, c’est beaucoup plus compliqué pour une entreprise. Et donc, les opérateurs de télécoms ont un atout magnifique, c’est qu’ils ont cette proximité avec le client. Ils ont acquis cette légitimité de Tiers de confiance pour leur facturer des services technologiques, et ils sont les mieux placés par la nature de leurs activités, pour être ceux qui sont capables de leur fournir le bouquet de services numériques qui répond à leurs besoins. Et donc, naturellement, le besoin du client Entreprise rencontre celui de l’opérateur qui est vital, à savoir celui de créer de la fidélisation et de développer son business. Enfin, il faut renvoyer le législateur à ses décisions. Il a décidé de créer une concurrence de folie en France. On est donc dans un marché où il y en a un qui va mourir, un des gros. C’est la guerre. En terme tarifaire, on a poussé la compétition à l’extrême au point que les opérateurs le disent officiellement dans leurs offres, la voix n’est plus un business. Et du coup, la préoccupation des opérateurs aujourd’hui est d’arriver à vendre de la valeur à leurs clients. Ils ont besoin de tous les types d’usages, aussi bien grand public qu’entreprise, pour expliquer la valeur de la 4G et de son investissement. Il faut que les utilisateurs voient les bénéfices et les usages de la 4G. Pour cela, la vidéo ou la visioconférence sont des bons exemples. Solveig Godeluck : pour les autres autour de la table, qu’est-ce qu’un opérateur pour vous ? Henri Tcheng : je ne suis pas opérateur parce que je ne fais pas concurrence à mes clients. En revanche, il faut regarder un certain nombre de faits ou de présomptions concernant la fourniture de services de communications électroniques. Quand on touche des clients qu’on essaie de conquérir par ce service, pour échanger de la voix ou de la donnée, quand on en touche un revenu direct ou indirect, c’est un signe. Et puis, si on revient aux obligations, celles concernant la volonté des Etats de pouvoir mettre des interceptions légales ou de pouvoir utiliser les services d’urgence. Si un service de communication, tel qu’il soit, devient le service principal de quelqu’un, c’est-à-dire, s’il n’a plus de ligne RTC, il faut que cette personne puisse avoir accès à des services d’appel d’urgence. Par exemple, il y a 3 ans, BlackBerry a été blacklisté pendant quelques semaines Inde et au Moyen Orient suite aux attentats de Bombay, car les terroristes communiquaient uniquement entre eux sur BBM. Cela veut dire que l’impossibilité pour un Etat de faire des interceptions légales sur les services de BBM devient un problème de sécurité intérieure. C’est peut-être aussi un signe que BlackBerry est devenu opérateur de communications électroniques tout simplement. Yves Le Mouël : il serait intéressant de revoir les définitions à l’aune de ce qu’est aujourd’hui le monde des communications. En 2007 ou 2008, le groupe des régulateurs européens avait choisi de ne rien changer en disant qu’effectivement la voix sur IP entre ordinateurs n’entrait pas dans le schéma d’opérateur télécoms. On est bien obligé de constater que les choses ont beaucoup évolué et que ça continue d’évoluer très vite. Il faut que la règlementation s’adapte à ce que l’on vit quotidiennement, c’est-à-dire, quelque chose qui change tous les jours. Elle doit être dans le même courant que le reste de l’activité. C’est un premier point. Deuxième aspect des choses, un opérateur est quelqu’un qui dans son ADN a le mot interopérabilité. Un opérateur permet à tout autre, qui s’est déclaré, de se connecter et de s’interconnecter avec lui. C’est comme ça qu’on a eu les premiers échanges de communication à travers le monde. Que l’on parle à un Chinois ou à un Américain, on savait se numéroter. Et derrière cela, il y a la création d’un certain nombre de services, qui sont des services à vocation quasi universel. Prenons des exemples de ce qui va arriver comme le mobile sans contact. Il y a des normes qui sont en train de se mettre en place qu’il faut exploiter. Cela représente un potentiel de développement majeur qui sera sans doute le 3ème ou le 4ème souffle de tout ce qui concerne la mobilité. Et cela se fait (ou devrait se faire) à Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms Page 7
  • 8. Table ronde Legos, le 4 avril 2013 travers l’interopérabilité qu’ont les opérateurs. Il y a également tout ce qui concerne l’exploitation du RCS qui devrait arriver très prochainement chez les opérateurs. Ou encore toute sorte de choses autour du Smart Home. On est dans un système dans lequel un opérateur permet à d’autres composantes de se connecter et de rendre l’univers périphérique intelligent. Solveig Godeluck : on peut se demander s’il n’y a pas une démocratisation du métier d’opérateur. Cependant on ne va pas entrer dans un monde beaucoup moins interopérable ? Yves Le Mouël : soit on a ce modèle d’interopérabilité, soit on a un autre modèle que nous propose aujourd’hui typiquement Apple, qui est un monde fermé. La première chose que vous faites quand vous achetez un iPhone, c’est de donner votre numéro de carte bancaire. C’est fascinant et cela ne choque personne. Vous êtes ensuite pris dans un phénomène global qui est verticalisé et qui va continuer avec l’iPad, puis la télé d’Apple etc. Je trouve cela magique, mais c’est un système fermé. Il faut savoir ce que le citoyen du monde veut, est-ce un monde ouvert ou un monde fermé, qui va capter la valeur de bout en bout de la chaîne (terminal, services, etc). Ce sont ces problèmes auxquels il faut penser et qu’il faut résoudre. Pascal Prot : si on prend le cadre stricte. En France, un opérateur est quelqu’un qui se déclare. Il suffit donc de se déclarer et d’obéir à toutes les obligations. Ce qui n’est pas si simple. Il y a la boîte à outils et il faut avoir les connaissances technologiques. Il faut savoir comment le faire, de manière rentable, et trouver un modèle qui permet de délivrer ces obligations et de les respecter. Ensuite, il y a l’obligation rappelée par Yves Le Mouël qui est celle de s’interconnecter. Cette interopérabilité est aussi toute une mécanique. Il y a eu une rupture fondamentale il y a quelques années qui est le protocole convergent SIP. C’est l’opportunité sur laquelle se sont basés les OTT et qui fait les beaux jours de Legos aujourd’hui, en permettant à toutes les infrastructures qui étaient hétérogènes (par service, les gens du mobile avaient leur normes, ceux du fixe ou de l’html avaient les leur) d’être réunies autour d’un même protocole. Ce qui facilite l’interfonctionnement, l’interopérabilité entre tous ces réseaux. Du coup, c’est assez simple de créer et de développer un modèle opérateur, parce qu’on n’a pas les systèmes legacies qu’on doit traîner derrière soi. Microsoft non plus. Derrière Skype, il y a du SIP, derrière MSN, il y avait du H323, cela a évolué vers du SIP. Après Skype a fait un peu de l’Apple en mettant un Codec qu’ils ont bien verrouillé pour avoir leur technologie propriétaire. Un opérateur est donc quelqu’un qui va prendre le modèle à bras le corps et qui va savoir le faire tourner. On est moins axé sur le réseau d’accès mais on est à fond sur les interconnexions et les interopérabilités. Sur l’ensemble de nos clients qui deviennent opérateur (non pas au sens réglementaire, mais au sens de fournir des services de communication - téléphonie fixe, mobile ou de convergence entre les deux), tous nous demandent s’ils doivent devenir opérateur pour facturer des services de téléphonie, et être en phase avec la réglementation et la loi française, la fiscalité, etc. On s’est demandé comment répondre à cette question. L’ARCEP pose régulièrement la question au marché : faut-il réviser les conditions minimums ? Au début, on répondait à nos clients qu’il fallait qu’ils se déclarent. Même si cela signifiait de recevoir des emails de l’ARCEP tous les trimestres pour poser des questions sur les ressources en numéro ou le nombre de minutes vendues dans le mois, etc, et pour demander de payer des redevances. Se déclarer signifiait également de recevoir des demandes de L’ANSI, sur la manière dont sont faites les interceptions de sécurité ou encore si les équipements sont R226, etc. On leur disait de se déclarer car c’était plus prudent. Puis, on a dit à nos clients que Legos, étant déclaré opérateur, le contrat qui nous lie leur permet d’adosser totalement leurs obligations sur les nôtres. Si on vient leur demander une écoute, c’est nous qui l’opérons et qui allons techniquement l’assurer. Il suffit de nous envoyer la commission rogatoire. Pareil pour les numéros d’urgence. On va s’occuper de ce qui est obligatoire réglementairement. Donc aujourd’hui, seule la moitié de nos clients sont déclarés opérateurs, l’autre moitié ne l’est pas, ne le souhaite pas et ne doit pas strictement le faire, parce qu’ils ont le bon partenaire derrière eux qui assume toutes les obligations qu’ils doivent présenter facialement. Lorsque Skype propose des services qui requièrent l’interopérabilité, ils ont un partenaire qui est déclaré opérateur et assume les obligations. Pour reprendre l’exemple de la boîte à outils, il faut qu’il y ait une boîte à outil dans la chaîne. Ensuite de savoir qui doit la détenir ou qui doit la faire tourner, le modèle s’adapte au cas par cas en fonction de l’opportunité sur laquelle on travaille. Jean-Benoît Besset : si c’est l’Etat qui le demande, un opérateur est quelqu’un qui suit des réglementations et paient des taxes, qui ont servi à payer des choses aussi baroques que l’arrêt de la publicité sur France Télévision par exemple. On peut se demander quel est le lien ? Dans ce cas- là, personne n’a envie d’être opérateur. La vision que je peux avoir d’Orange en tant qu’opérateur, c’est d’abord des collaboratrices et des collaborateurs. On est nombreux chez Orange. C’est ensuite Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms Page 8
  • 9. Table ronde Legos, le 4 avril 2013 un réseau. Un opérateur MVNO vit parce qu’il y a un opérateur de réseau. Pas d’opérateur de réseau, pas de MVNO, pas de Skype, pas d’Apple. Notre positionnement historique et assumé est d’être le leader du réseau en France. C’est également une capacité financière importante, car le réseau représente des investissements énormes. Yves Le Mouël mentionnait 6 milliards d’euros par an, une bonne part revient à Orange. C’est tous les ans. Et ce sont des investissements qui ont une rentabilité très longue. Pour sortir de l’univers des Télécoms, j’écoutais Monsieur Edouard Leclerc se plaindre des marges catastrophiques du secteur de la distribution, puisqu’il faisait 2% de marge. Sauf que lorsqu’il met 1 euro sur la table, une semaine après, cet euro lui a rapporté 2 centimes, donc au bout d’un an, 1 euro lui a rapporté 1,4 euros. Dans les télécoms, lorsque l’on met 1 euro sur la table, il commence à rapporter au bout de quelques années (rarement en dessous de 18 mois). C’est pour cette raison que nous avons des taux de marge qui sont plus importants que dans la distribution. Quand on est MVNO, on n’a pas besoin d’une capacité financière importante puisqu’on ne porte pas tous ces investissements. On doit simplement investir sur des services et sur de la gestion de la relation client, qui sont des investissements qui tournent beaucoup plus vite. Enfin, il faut être capable de gérer les clients. Il y a peu d’entreprises dans le monde capables de gérer des dizaines de millions de clients. Google ne sait pas gérer des dizaines de millions de clients. Ils n’envoient pas des factures tous les mois aux clients, ils n’ont pas de SAV ou de hotline, etc. Un opérateur comme Orange, doit être capable de facturer, de recouvrer (ce n’est pas la même chose) et de gérer tout le SAV du client. Solveig Godeluck : vous imaginez le nombre d’employés que Google devrait avoir pour faire cela à l’échelle mondiale ? Jean-Benoît Besset : pour ce business model là, il n’est pas sûr que la publicité suffise à financer l’entreprise. Questions / commentaires de la salle : Je vous remercie beaucoup pour cette conférence. Je l’ai trouvé très intéressante. Je travaille dans le conseil en télécommunications au sens large, et je m’interrogeais en même temps que vous sur la définition d’un opérateur. Il y a une distinction que je fais et dont on n’a pas parlé, c’est la notion d’opérateur pour son propre réseau. Je pense par exemple aux universités qui sont opérateurs pour leurs étudiants, pour leurs campus. Ce sont des opérateurs et ils ont des raisons de l’être. Ils ne sont pas franchement des concurrents de Skype, de Legos ou d’Orange. Ils se fournissent à la DIVOP pour la plupart. C’est une frange d’opérateurs qui existe parce qu’il y a des impératifs budgétaires, les universités ne roulant pas sur l’or. Les conseils généraux le font, des associations le font également dans des plaques géographiques qui sont délaissées par la fibre et par les investissements. Au bout du compte, ces opérateurs ont toute leur légitimité et complètent le panorama que vous avez fait ce soir. Ils sont tous enregistrés auprès de l’ARCEP mais selon une loi qui est différente de celle de l’opérateur qui vend au public, puisqu’ils vendent à une clientèle privée. Suite à ce débat, ce que je comprends, c’est qu’il n’y a pas une seule définition d’opérateur et que cette définition peut être multiple en fonction du rôle et des responsabilités de chacun. Et c’est la conclusion que j’en tirerai. Comme on l’a dit, il y a une homogénéisation ou un recoupement des différents business. Sans cette agglomération, on n’arrive pas à créer de la valeur ou de la nouvelle valeur. Chaque entreprise, que ce soit les opérateurs historiques, les opérateurs physiques ou ceux qui se positionnent sur un business type Over The top, n’arrive pas à créer cette nouvelle innovation ou toutes ces opportunités qui permettront d’évoluer et de répondre aux besoins du marché. Il y a vraiment deux notions d’opérateurs. Dans le cadre de la règlementation, il faut bien différentier ces deux rôles, pour que tout le monde, même s’ils ont des rôles différents, puissent travailler ensemble et créer de la valeur pour tout le monde. L’équipe Legos Demain quelles entreprises Opérateur Télécoms Page 9