SlideShare une entreprise Scribd logo
WHY
firstedition
2018
secrets of startups
Pour réinventer son business
en s’inspirant des secrets des startups
Whyers 2018
18 Business models
à (très) haut potentiel
sommaire
Préface
4
Comment réinventer
son business en 2018 ? 5
assistive experience/chatbot
exclusive/original content
lifting de marque
8
12
16
I. innovation marketing
et commerciale 7
customizable product
one product
niche hacking
21
25
29
II. innovation produit
et usage 20
IA
SaaS
API
34
38
42
III. innovation
technologique 33
De l’inspiration
à l’exécution 87
Whyers en bref
92
Bibliographie
& crédits 93
objets autonomes
AR/VR
blockchain
47
51
57
IV. innovation procédés
& organisation 46
62
66
70
make it on demand
créer un nouveau mode de consommation
scoring
V. innovation
	 d’affaires 61
cibler les marchés émergents
la gratuité (ou presque)
local business
75
79
83
VI. innovation
sociale 74
retourausommaire
Préface
retourausommaire
Comment réinventer
son business
	 en 2018 ?
page6
retourausommaire
Dans une économie en pleine mutation portée
par une course à l’innovation sans précédent, au-
cune entreprise ne peut espérer survivre sans se
réinventer et oser tester de nouveaux business
models.
Chez Whyers, notre mission est de traquer les
meilleures pratiques d’innovation business du
monde des startups pour les adapter à d’autres
secteurs. Des TPE aux grands groupes, nous pro-
posons à nos clients de s’inspirer de la culture
startup pour concrétiser leurs projets d’innova-
tion, avec l’appui d’un formidable réseau de 300
startups à succès en France et en Europe.
Les opportunités ne manquent pas : imaginer de
nouvelles sources de revenus, simplifier la vie du
client, développer des fonctionnalités inédites,
intégrer des technologies, explorer de nouveaux
segments… Mais le plus dur n’est pas de trou-
ver l’idée. Le vrai challenge, c’est de réussir à la
concrétiser de façon ultra rapide et efficace, à la
mode startup.
Chefs de projet en R&D, marketeurs, intrapre-
neurs férus d’innovation… Ce guide est fait pour
vous. Fruit de plusieurs mois d’analyse des nou-
veaux business models émergents dans l’éco-
système startup, ilvous propose de décrypter les
toutes dernières innovations business imaginées
par des patrons de startups visionnaires et talen-
tueux. À travers 18 business models, vous y dé-
couvrirez les pratiques et les étonnants secrets
de réussite des meilleures startups du moment.
Ces innovations, classées en 6 grandes catégo-
ries, sont autant de sources d’inspiration à saisir
et d’opportunités à explorer. Sans modération.
Alors, laissez-vous inspirer !
Julien Masson
Fondateur de Whyers
page7
I. innovation
		 marketing
	 et commerciale
retourausommaire
8 assistive experience/chatbot
12 exclusive/original content
16 lifting de marque
page8
retourausommaire
Pour optimiser la relation client, de nombreuses
marques cherchent aujourd’hui à développer et
entretenir une interaction permanente et per-
sonnalisée avec les consommateurs. Tradition-
nellement, cet enjeu commercial stratégique re-
posait exclusivement sur les ressources humaines:
community managers, télé-conseillers, chargés
de SAV... Mais l’émergence des chatbots offre au-
jourd’hui de nouvelles perspectives plus que pro-
metteuses dans ce domaine.
assistive experience/
	 chatbot
assistive experience/chatbot
page9
retourausommaire
• Une bonne identification préalable des besoins de la cible (clients, collaborateurs…),
pour programmer des contenus conversationnels pertinents et évolutifs
• Un travail de conception et de développement technologique bien mené, pour créer
un chatbot simple, intuitif et ergonomique
• Une phase de test préalable sur une audience restreinte, puis un suivi permanent
du bon fonctionnement et des résultats du service
Les ingrédients du succès :
Le chatbot est une intelligence artificielle qui
agit comme un télé-conseiller virtuel : il per-
met de répondre rapidement et efficacement
aux questions et demandes des utilisateurs, en
générant une expérience conversationnelle
authentique. C’est une nouvelle forme de dia-
logue intelligent où tout le contenu est pensé à
l’avance et adapté à la cible.
Aujourd’hui, cette solution technologique en
plein essor permet de gérer efficacement de
grandes quantités de requêtes, et son champ
d’application ne se limite pas aux relations
clients : gestion des ressources humaines, com-
munication interne, enseignement et formation…
Les perspectives d’application sont multiples.
assistive experience/chatbot
page10
retourausommaire
Hello Jam est une plate-forme conversation-
nelle partiellement gérée par des chatbots, dont
le principe est de proposer aux utilisateurs toutes
sortes de bons plans pour « ne jamais vivre deux
fois la même journée » : dernières sorties, em-
plois, idées cadeaux, promos…
Le secret de sa réussite : le contenu conversa-
tionnel généré – 100 % personnalisé, pertinent et
gratuit – et le ton parfaitement adapté à la cible.
La startup est aujourd’hui en pleine croissance
et a lancé un nouveau service B to B proposant
de développer des solutions de chatbot sur me-
sure.
• Simplifier la vie des clients, en offrant une solution
d’assistance personnalisée, instantanée et pertinente
• Rationaliser et optimiser la gestion des réclamations
• Assister les collaborateurs en interne
La startup qui nous inspire :
Les applications possibles :
assistive experience/chatbot
Hello Jam !
assistive experience/chatbot
page12
retourausommaire
exclusive
	 original content
Quand on est sur un marché ultra-concurrentiel
(e-commerce, divertissement, mode…), créer un
nouveau produit ou service est loin d’être évident.
L’une des stratégies gagnantes pour y parvenir
consiste à miser sur la production de contenus
originaux et exclusifs, mais dont l’accès est limité.
Concrètement, il s’agit de proposer des contenus
de haute qualité, mais accessibles uniquement à
un cercle de privilégiés ou de façon limitée dans le
temps. C’est la méthode de l’avant-première, par
exemple.
exclusive/original content
page13
retourausommaire
• La créativité ! C’est l’axe essentiel dans lequel investir sans compter pour percer
avec ce business model. Les ressources humaines créatives et artistiques sont le pilier
central d’une stratégie d’exclusive content.
• Une stratégie marketing en béton pour créer l’engouement autour du contenu
produit et susciter la demande.
• Un modèle économique bien étudié (sous quelle forme décline-t-on sa stratégie
d’exclusivité ? Accès limité par abonnement, contenus disponibles sur des durées
limitées, avant-premières et événementiel… ?)
Les ingrédients du succès :
Pourquoi ça marche ? Tout simplement parce
que la rareté suscite l’envie. Limiter la disponibi-
lité d’un produit augmente mécaniquement sa
valeur, et donc la demande…
Cette stratégie se décline très bien sur le web,
notamment sous la forme de vidéos. Un brin
d’événementiel peut aussi la booster efficace-
ment. Ce n’est pas une stratégie nouvelle – des
marques de jeux comme Nintendo ou Super Ma-
rio par exemple l’ont adoptée depuis longtemps.
Mais la grande différence aujourd’hui, c’est que
de nouveaux acteurs en ont fait un business mo-
del à part entière. Et ça marche.
En clair, une stratégie marketing d’exclusive content se décompose en trois grandes étapes :
• Vous créez un contenu original
• Vous le marketez pour susciter l’envie et la demande
• Vous en limitez l’accès (uniquement sur inscription, forfait, invitation...).
exclusive/original content
page14
retourausommaire
On ne présente plus Netflix. Difficile même
d’imaginer qu’on vivait sans il y a quelques an-
nées seulement… En proposant des séries ori-
ginales disponibles exclusivement sur sa plate-
forme via un abonnement, Netflix a réussi à
révolutionner l’industrie du divertissement en
dépoussiérant de fond en comble un secteur
traditionnellement verrouillé autour d’acteurs
historiques bien installés.
L’innovation majeure ici, c’est que les contenus
des séries de Netflix sont imaginés à partir d’al-
gorithmes qui analysent les habitudes des utili-
sateurs.
Le tout porté par un modèle économique
très simple, qui a permis à Netflix d’imposer en
quelques années son modèle partout dans le
monde.
La startup qui nous inspire :
• Disrupter un service existant
• Se démarquer sur un marché concurrentiel
• Attirer de nouveaux segments de clientèle
avec des contenus premium
Les applications possibles :
exclusive/original content
Netflix !
page15
retourausommaire
page1exclusive/original content
page16
retourausommaire
	 lifting
de marque
L’idée du « lifting de marque » est de dépous-
siérer l’image d’un produit/service existant. La
technique consiste à revisiter une marque en s’ins-
pirant d’autres univers et en utilisant au maximum
les canaux digitaux. En clair, on fait du neuf avec
du vieux ! L’objectif est de rester dans le coup et de
reprendre du terrain sur la concurrence, en sus-
citant un regain d’intérêt et de curiosité chez les
consommateurs, toujours friands de nouveauté.
lifting de marque
page17
retourausommaire
• Du flair, pour cibler les bons produits/services à dépoussiérer
• Un gros travail sur le packaging et le design
• Une stratégie de communication léchée pour mettre un coup de projecteur
sur ses produits « relookés », appuyée par des campagnes de pub solides
Les ingrédients du succès :
lifting de marque
Pléthore de produits et services pâtissent
d’une image vieillissante qui mériterait d’être
remise au goût du jour. Alors on modernise, on
se réinvente, on fait peau neuve. En osant sou-
mettre des produits classiques à un relooking
décalé, de nombreuses jeunes marques sont
ainsi parvenues à imposer en très peu de temps
des offres originales qui ont fait mouche côté
ventes.
Certaines marques vont même plus loin, en
érigeant cette stratégie de « tuning » de pro-
duits courants en business model à part entière :
toute leur stratégie consiste alors à proposer en
permanence des produits revisités.
page18
retourausommaire
Cette jeune startup a réussi à rendre trendy
un produit de commodité méchamment banal :
les gels nettoyants pour les mains. Joli exploit,
s’agissant d’un produit qui à la base ne suscite
virtuellement aucune émotion d’achat.
Le pari de Merci Handy a été d’en faire un pro-
duit cosmétique chic et glam que l’on a plaisir
à utiliser, doté d’une texture pailletée et d’un
agréable parfum acidulé. La startup a ainsi dé-
veloppé une gamme complète de gels en re-
voyant complètement le produit, de sa concep-
tion jusqu’au packaging, et en s’inspirant des
codes propres au marché de la beauté B to C.
Merci Handy est aujourd’hui en pleine crois-
sance, avec des séries spéciales développées
avec Disney. Après le gel hydroalcoolique, la
marque s’est attaquée à plusieurs autres pro-
duits (dentifrices, crèmes) qui ont à leur tour été
repensés de A à Z pour incarner de véritables
must-have urbains du quotidien. Une stratégie
produit et marketing complétée avec brio par
une communication ultra-fraîche et originale sur
la boutique en ligne et les réseaux sociaux de la
startup.
La startup qui nous inspire :
• Dépoussiérer et remettre sur le devant de la scène un produit « dormant ».
• Transformer un produit basique en un « must-have » trendy et attractif.
Les applications possibles :
Merci Handy !
lifting de marque
retourausommaire
page20
	 II. innovation
		 produit
			 et usage
retourausommaire
21 customizable product
25 one product
29 niche hacking
page21
retourausommaire
customizable
	 product
De l’univers de la mode à celui de l’automobile,
en passant par la déco d’intérieur, les produits
high-tech ou encore le tourisme, les consomma-
teurs sont de plus en plus nombreux à réclamer
des produits sur mesure, des modèles personna-
lisés uniques pour affirmer leur individualité.
customizable product
page22
retourausommaire
• Côté marketing : des enquêtes bien menées auprès des consommateurs pour bien connaître
et répertorier leurs besoins et envies en termes de personnalisation d’un produit/service donné
• Côté production : une transition réussie vers un process industriel souple rendant possible
la personnalisation en série (grâce à l’impression 3D par exemple)
Les ingrédients du succès :
customizable product
D’un point de vue business, cette nouvelle
tendance de consommation ouvre sur une infi-
nité de perspectives prometteuses. Se lancer sur
le marché de la personnalisation représente dès
lors une opportunité plus qu’alléchante. Toute la
complexité se concentre au niveau de la pro-
duction : l’enjeu est de parvenir à rendre flexibles
des outils industriels initialement conçus pour
produire des modèles standardisés en grande
série. La bonne nouvelle, c’est que les progrès
de la robotisation et de l’impression 3D offrent
aujourd’hui de nombreuses possibilités pour
créer sur demande des produits 100 % customi-
sés. Les avancées technologiques en la matière
continuent d’évoluer à grande vitesse.
Ce qu’il faut bien noter, c’est que le marché
de la personnalisation n’est déjà plus réservé au
secteur du luxe et a amorcé sa phase de démo-
cratisation. Demain, la personnalisation des pro-
duits de grande consommation sera la norme,
alors autant s’y préparer dès maintenant !
page23
retourausommaire
Bloomizon propose sur la base d’une série
critères des formules 100 % personnalisées de
compléments en vitamines.
La prouesse de cette startup a été de rendre
ses opérations suffisamment agiles pour pou-
voir proposer une offre sur mesure, optant ainsi
pour un positionnement one-to-one inédit sur le
marché des compléments alimentaires. Pour ce
faire, elle a intégré des technologies de pointe
dans son processus industriel.
Parallèlement, Bloomizon a su accompagner
cette innovation industrielle d’une communi-
cation efficace axée sur une approche santé et
bien-être individualisée. Le parcours client sur
la boutique en ligne de la marque se divise en
deux étapes simples : un diagnostic personnali-
sé des besoins en vitamines, puis la commande
en ligne. Direct et efficace.
La startup qui nous inspire :
• Donner un coup de boost à des lignes de produits existantes en développant
une offre de customisation
• Créer from scratch un produit d’appel 100 % personnalisable
• Investir de nouveaux marchés en proposant une offre inédite de personnalisation
Les applications possibles :
Bloomizon !
customizable product
page24
retourausommaire
page1customizable product
page25
retourausommaire
La stratégie du « one product » correspond au
réflexe généralement adopté quand on se lance :
cibler un seul produit sur lequel on concentre tous
ses efforts, dans l’optique de se diversifier dans un
second temps. Mais à l’ère de la démultiplication
exponentielle de l’offre et de la généralisation de
l’embarras du choix, concentrer son offre sur un
produit unique peut être une véritable stratégie et
s’avérer un parti pris payant.
one product
one product
page26
retourausommaire
• Une solide étude préalable du marché pour bien analyser les besoins des consommateurs
et définir précisément la proposition de valeur sur laquelle on veut se concentrer
• Côté production, un travail conséquent sur la qualité du produit, s’appuyant si possible
sur des technologies brevetées
Les ingrédients du succès :
Avec le « one product », la marque positionne
son produit phare comme une référence sur un
marché donné. L’idée consiste à élaborer une
offre ultra-ciblée, simple et claire, autour d’un
produit unique répondant à un besoin spécifique.
La valeur ajoutée de ce positionnement est
qu’il facilite la vie du consommateur, en lui pro-
posant un choix simple et évident qui le libère du
souci de devoir comparer des dizaines d’offres
plus ou moins lisibles. Bref, on lui présente sur un
plateau ce qu’il y a de meilleur.
Mais attention ! Quand on propose un seul
produit, il faut que ce soit le produit parfait, de
la meilleure qualité qui existe. Comme l’explique
le gourou du marketing Seth Godin dans son
livre La vache pourpre : Rendez votre marque, vos
produits, votre entreprise remarquables !, un bon
marketing ne suffit plus pour vendre un produit :
encore faut-il que ce produit soit réellement ex-
ceptionnel. Il n’est plus possible de se contenter
d’être bon, il faut pouvoir proposer le meilleur,
quitte à jouer sur les extrêmes : le plus grand,
le plus minuscule, le plus rapide, le plus décalé,
le moins cher du marché… Pour cartonner côté
ventes, votre produit unique doit donc être ex-
traordinaire, incontournable et irrésistible pour se
démarquer nettement de la concurrence. Bref, il
faut se positionner comme une référence.
one product
page27
retourausommaire
Cette startup française s’est concentrée sur
le marché du matelas, en proposant une offre
unique 100 % en ligne.
En optant pour le modèle du « one product »,
Tediber a réussi à disrupter un marché très em-
bouteillé, où la diversité des offres générait la
confusion chez le consommateur.
D’un point de vue business, leur principale in-
novation a été de simplifier l’offre : la startup n’a
pas cherché à créer de besoin farfelu nouveau
mais s’est concentrée sur un besoin réel univer-
sel, en y apportant une réponse simple sur un
marché où il était dur d’y voir clair.
La réussite de la startup s’est bâtie autour
d’un positionnement unique « triplement in-
croyable » : qualité incroyable (des matelas uni-
versels, offrant une expérience de confort im-
battable grâce à une technologie brevetée de
mousse à mémoire de forme) + prix incroyable
(un prix juste et fixe toute l’année, à l’opposé du
foisonnement de promotions illisibles propo-
sées par la plupart des concurrents) + service
incroyable (un parcours client simple et intuitif
permettant de commander son matelas en ligne
en quelques minutes, suivi d’une livraison ul-
tra-rapide).
Avec cette équation gagnante, la startup
a réussi l’exploit de s’imposer rapidement
comme une référence sur le marché du matelas.
• Révolutionner un marché en lançant un produit unique incontournable
• Investir une niche en s’y positionnant comme une référence, à travers la simplicité d’une
offre unique de qualité
La startup qui nous inspire :
Les applications possibles :
one product
Tediber !
page28
retourausommaire
one product
page29
retourausommaire
Avec un peu de recul et un bon sens de l’obser-
vation, on peut déceler d’étonnantes opportunités
business auxquelles personne n’avait jamais son-
gé avant. L’idée est qu’il est possible de créer de la
valeur à partir d’infimes détails dans nos schémas
de consommation. Explications.
niche hacking
niche hacking
page30
retourausommaire
• Une analyse fine d’un schéma de consommation ou d’un parcours client donné pour identifier l’opportunité
business insoupçonnée qui fera mouche (des études qualitatives auprès des consommateurs peuvent être
un moyen intéressant d’y parvenir)
• Un brin d’ingéniosité pour trouver le bon modèle économique à mettre en place autour de cette brillante idée
• Comme il s’agit de lancer un service complètement nouveau sur le marché, un gros effort de marketing
et de communication correctement ciblé est incontournable au moment du lancement
Les ingrédients du succès :
Le cœur de ce business model consiste à se
concentrer sur un morceau précis d’un par-
cours client, un moment particulier de la jour-
née, un aspect spécifique d’une habitude de
consommation… et de développer un service
entièrement centré sur ce détail. Cela concerne
généralement une cible très spécifique, chez qui
on a décelé une habitude bien précise à partir de
laquelle on va créer de la valeur.
Cette stratégie business innovante permet par
exemple de s’arroger un territoire exclusif sur un
marché très concurrentiel. L’idée est de se po-
sitionner sur un service ultra-précis, en propo-
sant une solution sur mesure à un segment de
niche. La clé du succès consiste à trouver une
formule gagnant-gagnant où tout le monde
trouvera son compte, accompagnée d’un mo-
dèle économique astucieux. L’objectif recher-
ché, c’est l’effet « bien vu ! ».
Ce type de business model peut être extrême-
ment rentable car il permet de se positionner en
pionnier sur un marché, sans aucun concurrent
! Premier arrivé, premier servi : pourvu que la
niche identifiée soit porteuse, c’est vous qui dé-
tenez l’ensemble du marché, avec à la clé une
immense marge de visibilité et de croissance.
Jackpot.
niche hacking
page31
retourausommaire
Travelcar a réussi à créer de la valeur au-
tour d’un moment précis d’un parcours client :
lorsque les voyageurs prenant l’avion laissent
leur voiture au parking de l’aéroport.
L’intuition de Travelcar a été de se dire qu’une
voiture immobilisée au fond d’un parking d’aéro-
port représente un poids financier (lié au coût du
parking) qui peut être vu comme un manque à
gagner. Leur idée de génie a donc été de mon-
ter une plateforme permettant aux voyageurs en
partance qui laissent leur voiture derrière eux de
la louer pendant leur absence à des voyageurs
arrivant sur place.
La prouesse de cette startup est d’avoir réussi
à imaginer un service autour d’une action ap-
paremment anodine (celle de laisser sa voiture
dans un parking d’aéroport) au sein d’un parcours
client orienté vers tout autre chose (aller prendre
l’avion). La proposition de valeur de Travelcar est
intéressante aussi bien pour les voyageurs pro-
priétaires de voitures que pour ceux cherchant
à louer une voiture pendant leur séjour. Bref, la
formule gagnant-gagnant parfaite.
Travelcar est aujourd’hui implantée dans plu-
sieurs aéroports du monde entier et des milliers
de voyageurs utilisent son service de location de
voitures entre particuliers.
• Isoler une étape spécifique d’un parcours client et développer à partir de là un service à part entière
• Identifier une action apparemment banale à partir de laquelle on pourrait créer une proposition de valeur
• Aller encore plus loin dans le service que l’on apporte en remontant les diverses ramifications de la chaîne
de valeur (dans l’exemple de TravelCar, un aéroport ou un gestionnaire de parking aurait très bien pu identifier
cette opportunité au sein de leur chaîne de valeur et lancer le même service).
La startup qui nous inspire :
Les applications possibles :
niche hacking
Travelcar !
page32
retourausommaire
niche hacking
page33
	 III. innovation
technologique
retourausommaire
34 IA
38 SaaS
42 API
page34
retourausommaire
IA
C’est LA priorité stratégique du XXIème siècle en
matière d’innovation. L’intelligence artificielle (IA),
qui consiste à rendre des machines capables de
prendre des décisions complexes de façon auto-
nome, grâce à l’exploitation par des algorithmes
d’une grande quantité de données, s’annonce en
effet comme la plus grosse révolution des années
à venir.
IA
page35
retourausommaire
• Un investissement technologique très conséquent
• Un important effort de communication en interne pour rassurer les collaborateurs,
les informer sur les potentialités de l’IA et les former à la gestion des nouveaux outils
basés sur cette technologie
Les ingrédients du succès :
IA
En permettant l’automatisation d’une foule de
tâches aujourd’hui gérées par l’homme, la pro-
messe technologique de l’IA est en passe de
bouleverser littéralement une multitude de
domaines, laissant même entrevoir des possibi-
lités qui relevaient jusqu’ici de la science-fiction.
Une révolution qui ne manque pas de susciter, au
passage, une série de préoccupations éthiques
légitimes portant notamment sur la sécurité des
données, l’impact sur la vie privée et la destruc-
tion d’emplois.
Les applications de l’IA n’en restent pas moins
multiples : de la cybersécurité au marketing (via
l’analyse de données sur les comportements
des utilisateurs) en passant par les processus
industriels (en automatisant les prises de déci-
sions courantes sur les chaînes de production)
ou encore la médecine.
page36
retourausommaire
Cette startup a été créée par William Eldin, l’un
des fondateurs du célèbre système antiradars
Coyote.
Le défi auquel s’attaque aujourd’hui Group XXII
est colossal : inventorier l’ensemble des signaux
de notre cerveau dans l’optique de parvenir, à
terme, à nous affranchir des interactions phy-
siques avec les écrans. Concrètement, il s’agi-
rait de pouvoir interagir avec les machines par
la seule force de la pensée, une idée apparem-
ment folle mais qui commence déjà à être dé-
veloppée, notamment dans le domaine médical
où elle a déjà permis à des patients aveugles de
recouvrer la vue et à des personnes paralysées
de faire à nouveau obéir l’un de leurs membres.
Pour réaliser cette ambition démiurge, Group
XXII a d’ores et déjà fédéré un réseau interna-
tional de compétences réunissant les meilleurs
experts mondiaux sur les dernières technologies
de pointe en intelligence artificielle (docteurs en
neurosciences, informaticiens…).
La vision de cette startup est que l’intelligence
artificielle permettra demain d’augmenter nos
sens et nos capacités, pour le meilleur.
La startup qui nous inspire :
• Automatiser et optimiser la collecte, le traitement et le stockage de grandes quantités de données (big data)
• Développer des systèmes experts (logiciels d’aide à la décision fondés sur l’exploitation
de bases de données spécialisées)
• Créer des services 100 % autonomes
• Offrir de nouvelles expériences clients complètement incroyables
Les applications possibles :
XXII Group !
IA
page37
retourausommaire
page1IA
page38
retourausommaire
SaaS
C’est l’un des business models actuellement les
plus en populaires dans le milieu des startup, et
plus généralement sur le marché des offres B to B.
SaaS
page39
retourausommaire
• Une bonne compréhension des comportements, besoins et attentes des utilisateurs
envers une application donnée
• Un effort important sur l’ergonomie et le design de l’interface, pour offrir un service
non seulement utile mais également agréable à utiliser
• Un niveau de garantie maximal quant à la sécurité des données
Les ingrédients du succès :
SaaS
Le principe du SaaS (software as a service,
ou « logiciel en tant que service » en français)
est de mettre à disposition des applications ou
logiciels à distance, via des plateformes web.
Un exemple bien connu est celui de DropBox. Au
lieu d’acheter un logiciel et de l’installer sur leur
machine, les utilisateurs accèdent au service en
ligne, moyennant généralement un abonnement
mensuel. Concrètement, ce type de service offre
la possibilité aux entreprises d’externaliser tout
ou partie de leurs systèmes d’information.
Le principal avantage de ce modèle tient à sa
récurrence : si le service proposé est de qualité
et que la demande suit, il offre la garantie d’un
chiffre d’affaires durable grâce aux souscriptions
mensuelles payées par les utilisateurs du ser-
vice.
Ce business model s’applique notamment aux
logiciels de gestion des relations client (CRM),
aux systèmes de messagerie, de visioconfé-
rence et de partage de documents en interne,
ou encore aux outils de gestion des ressources
humaines. Mais de nombreux autres domaines
d’application encore inexplorés pourraient être
investis, y compris en B to C.
page40
retourausommaire
Spendesk a réussi à répondre à un problème
rencontré par de nombreux entrepreneurs et
PME : la gestion courante des frais et particuliè-
rement des notes de frais.
Cette startup française a ainsi créé le premier
service entièrement accessible en ligne qui per-
met aux entreprises de piloter leurs dépenses
en temps réel et d’automatiser une partie de
leurs opérations de comptabilité. Le service pro-
pose aussi un système de cartes de paiement
internes permettant de tracer efficacement et
facilement toutes les dépenses d’une équipe.
Alors que la gestion des frais est traditionnel-
lement vécue comme une lourdeur comptable
complexe, Spendesk a ainsi réussi à créer une
expérience utilisateur ultra-facile et fluide. Son
modèle économique repose sur une simple
souscription mensuelle, avec un léger pourcen-
tage de commission.
La startup qui nous inspire :
• Créer un nouveau service B to B à forte valeur ajoutée uniquement disponible
à distance au format SaaS
• Développer une offre de « full SaaS », permettant aux entreprises d’héberger
l’intégralité de leurs outils et bases de données sur le cloud (solution idéale dans
les configurations de télétravail notamment)
Les applications possibles :
Spendesk !
SaaS
page41
retourausommaire
page1SaaS
page42
retourausommaire
API
Une API (pour application programming interface
en anglais) est une interface de programmation
qui permet de rendre accessibles certaines fonc-
tionnalités ou technologies à des développeurs ou
utilisateurs externes.
API
page43
retourausommaire
• Une solution technologique à forte valeur ajoutée, valorisée sous la forme d’un service
web pertinent offrant diverses fonctionnalités
• Un effort de maintenance et de mise à jour permanent (en clair, il faut pouvoir s’appuyer
en interne sur une équipe de développeurs et autres techniciens du web ultra-compétents)
Les ingrédients du succès :
API
L’une des plus célèbres API est celle de Goo-
gle Maps, utilisée dans des centaines d’applica-
tions s’appuyant sur la géolocalisation (comme
l’application Uber par exemple). Ou encore
l’API de PayPal, intégrée à des milliers de sites
marchands. Sans compter les API de blogging
comme Wordpress ou Overblog, qui permettent
à des non-initiés de publier des contenus en
ligne sans besoin de savoir coder.
Concrètement, construire une API permet de
très vite créer de la valeur en développant tout
un écosystème autour d’une application.
De nombreux grands groupes ou PME dé-
tiennent ainsi des technologies à forte valeur
ajoutée à partir desquelles ils pourraient créer
leur propre API. Un moyen ultra-efficace de dé-
cupler la notoriété et la visibilité de sa marque en
asseyant son expertise technologique, tout en
élargissant au passage son business à partir d’un
investissement minime.
page44
retourausommaire
Indéniablement l’une des plus belles success
story de ces dernières années en matière d’API.
Co-fondée par deux jeunes américains, Stripe
propose aux e-commerçants une solution ul-
tra-simple pour créer leurs formulaires de paie-
ment en ligne et gérer l’ensemble des transac-
tions sur leur site.
Avant l’arrivée de cette API sur le marché B to
B, il fallait prévoir de longues négociations avec
ses banques et avoir des connaissances tech-
niques très pointues pour pouvoir lancer un site
marchand.
Aujourd’hui, il suffit d’intégrer sur son site une
API comme celle de Stripe : c’est simple, rapide
et fiable. Les API comme Stripe ont ainsi forte-
ment contribué à l’essor du e-commerce.
La startup qui nous inspire :
• Valoriser un asset technologique
• Créer un écosystème de services en parallèle de son cœur de métier
• Explorer de nouveaux marchés
Les applications possibles :
Stripe !
API
page45
retourausommaire
page1API
page46
	 IV. innovation
procédés
		 & organisation
retourausommaire
47 objets autonomes
51 AR/VR
57 blockchain
page47
retourausommaire
objets
	 autonomes
Tout le monde a entendu parler de la révolution
des objets connectés… Sans trop savoir, souvent, à
quoi cela correspond véritablement. Au-delà de la
célèbre montre connectée qui a envahi le marché
dans les années 2010 et que certains relèguent au
rang de simple gadget, il est parfois difficile d’en
saisir les différentes applications.
objets autonomes
page48
retourausommaire
• La maîtrise des dernières avancées en matière d’IA et d’Internet des objets
• Une approche centrée sur les besoins et le confort de l’utilisateur
• Un traitement performant des données collectées
Les ingrédients du succès :
objets autonomes
La véritable nouveauté dans ce domaine est
l’apparition récente de technologies permettant
de développer des objets 100 % autonomes.
Ces appareils basés sur l’intelligence artificielle
sont capables d’analyser leur environnement et
d’adapter leur activité en fonction de ces don-
nées, sans aucune intervention humaine.
De telles technologies ont d’abord été déve-
loppées dans le domaine militaire, avec l’appa-
rition de drones autonomes ou de « soldats ro-
bots ». Aujourd’hui, elles envahissent le domaine
civil, à travers une multitude de projets. Citons
par exemple le développement de voitures au-
tonomes, capables d’accélérer, de doubler, de
se rabattre et de passer des péages sur auto-
route en toute autonomie. De nombreux robots
domestiques connectés sont également déve-
loppés par des marques telles que LG, Asus ou
Softbank Robotics.
Les applications dans la vie quotidienne – tant
personnelle que professionnelle – sont innom-
brables. Demain, les tâches les plus répétitives
seront sans doute complètement prises en
charge par des objets autonomes, capables de
gérer de manière indépendante tout en s’adap-
tant à leur environnement et aux habitudes des
utilisateurs.
page49
retourausommaire
La startup Ween a été lancée en 2014 et pro-
pose à la vente un thermostat connecté 100 %
autonome. Ce dernier est capable de moduler
instantanément la température de votre loge-
ment en fonction de vos besoins.
Vous quittez la maison ? Grâce à une techno-
logie de géopilotage (qui nécessite simplement
de garder son smartphone sur soi), le thermostat
baisse automatiquement la température. Il anti-
cipe également votre retour à la maison en étu-
diant les habitudes de votre famille et optimise
votre chauffage en temps réel.
Cet objet connecté intelligent apporte plus de
confort et peut faire économiser jusqu’à 25 % sur
la facture de chauffage. Et ce, sans que l’utilisa-
teur n’ait à se préoccuper de quoi que ce soit.
C’est ce que l’on appelle une technologie « Mind
Off », sans notifications ni alertes incessantes :
l’objet est autonome au point que l’on n’a même
plus besoin de s’en soucier.
Avec ce thermostat intelligent, Ween est par-
venue à réunir tous les ingrédients du succès
d’un objet autonome : maîtrise technologique,
approche centrée sur les besoins des utilisateurs
et traitement efficace et intelligent des données.
La startup qui nous inspire :
• Automatiser les tâches récurrentes
• Gagner en productivité pour se concentrer sur des tâches à forte valeur ajoutée
• Développer de nouvelles générations de produits partiellement ou 100 % autonomes
• Favoriser l’émergence d’environnements de travail plus intelligents
Les applications possibles :
Ween !
objets autonomes
page50
retourausommaire
page1objets autonomes
page51
retourausommaire
	 AR
/VR La réalité augmentée et la réalité virtuelle (AR/
VR en anglais) représentent vraisemblablement
une des révolutions technologiques les plus si-
gnificatives des années à venir. Alors autant ne pas
passer à côté !
Avec la réalité augmentée, l’utilisateur voit son
environnement enrichi d’éléments virtuels super-
posés à un contexte réel, via une interface en 2D
ou en 3D (sur tablette, smartphone, lunettes et
peut-être prochainement sur lentilles !). Dans le
cadre de la réalité virtuelle en revanche, l’utilisa-
teur est immergé en vase clos dans un environne-
ment 100 % fictif, par l’intermédiaire d’un casque.
Initialement cantonnées au gaming et au monde
de l’entertainment (avec l’exemple planétaire de
Pokémon Go), ces deux technologies sont au-
jourd’hui sur le point d’envahir de très nombreux
secteurs d’activité. Digi-Capital a d’ailleurs estimé
dans une étude que le marché de la réalité virtuelle
et de la réalité augmentée représenterait plus de
150 milliards de dollars d’ici 2020. Autant dire qu’il
se présente comme une source de richesses et de
business plus que prometteuse.
AR/VR
page52
retourausommaire
• Une inépuisable créativité ainsi qu’un sens affiné du détail
• L’art de la mise en scène : ces technologies n’ont pas leur pareil pour éblouir le consommateur,
qui ne demande qu’à être surpris et séduit avant de consentir à l’acte d’achat
• L’identification précise des données à transmettre à l’utilisateur en fonction de ses besoins
Les ingrédients du succès :
AR/VR
Sans compter que les technologies d’AR/VR
peuvent avoir de multiples domaines d’applica-
tion. La réalité augmentée ou virtuelle est ainsi
notamment utilisée pour améliorer l’expérience
client. Par exemple, Ikéa propose d’ores et déjà
de tester ses meubles directement dans le salon
du consommateur, via un simple smartphone.
Certaines sociétés immobilières permettent à
leurs clients des visites en réalité virtuelle, et de
plus en plus d’entreprises proposent de tester
leurs produits en magasin grâce à des casques
VR.
La réalité virtuelle ou augmentée permet non
seulement de traiter davantage d’informations
simultanément et de révolutionner l’expérience
du consommateur, mais également de réduire
ses coûts opérationnels. Avec un showroom
virtuel à portée de casque, nul besoin d’investir
dans des espaces d’exposition ou de stockage
superflus !
Tous les secteurs peuvent donc exploiter les
possibilités inhérentes à ces deux technologies,
depuis les experts de la formation jusqu’aux pro-
fessionnels de santé, en passant par les agences
de communication ou de publicité. Qu’atten-
dez-vous pour sauter le pas et émerveiller votre
clientèle ?
page53
retourausommaire
La startup Occipital a lancé en 2016 un casque
de réalité virtuelle et augmentée haut de
gamme, compatible avec l’iPhone : Bridge. D’un
point de vue business, cette offre répondait alors
directement à une lacune surprenante, dans la
mesure où Apple n’avait encore jamais dévelop-
pé de casque VR pour ses clients.
Ce produit innovant permet à l’utilisateur d’ex-
ploiter une technologie « Room scale » qui offre
la possibilité d’évoluer dans un monde virtuel à
partir de son propre salon.
Le consommateur peut choisir le mode AR
en superposant à son environnement réel des
éléments virtuels, comme une petite créature
nommée Bridget avec laquelle il peut interagir
librement. Ou encore opter pour le mode VR :
il est alors propulsé dans un monde imaginaire
et merveilleux qu’il peut explorer en temps réel
tout en évitant les obstacles signalés par des
ombres rouges.
Non contente de proposer un produit haut de
gamme extrêmement performant, la startup
Occipital a aussi opéré un changement de cible
en concevant un casque VR destiné à un seg-
ment professionnel – et non plus seulement aux
« geeks » adeptes des dernières technologies
lancées sur le marché. Cet appareil a été spé-
cialement conçu à l’attention des développeurs,
qui grâce à cet outil pourront booster leur créati-
vité et créer facilement des applications utilisant
la technologie Room scale. Une manière ingé-
nieuse d’étendre son vivier de prospects !
La startup qui nous inspire :
Bridge d’Occipital !
AR/VR
page54
retourausommaire
page1AR/VR
page55
retourausommaire
La startup qui nous inspire :
• Révolutionner l’expérience client / utilisateur
• Former ses collaborateurs à des techniques
ou à des compétences nouvelles
• Booster la créativité de ses équipes
• Gagner du temps et réduire ses coûts opérationnels
• Faire tomber les barrières géographiques entre collaborateurs
des firmes internationales – en privilégiant le travail d’équipe
au sein de salles virtuelles
Les applications possibles :
AR/VR
page56
retourausommaire
AR/VR
page57
retourausommaire
blockchain
La blockchain (ou « chaîne de blocs » en fran-
çais) est une innovation qui demeure entourée
d’un certain mystère. Initialement cantonnée au
domaine des transactions financières, cette solu-
tion ultra-sécurisée de stockage, de validation
et de transmission de données offre aujourd’hui
d’incroyables perspectives de développement
dans de multiples autres domaines.
Quel est son fonctionnement ? Chaque tran-
saction réalisée est encryptée et stockée sur une
plateforme décentralisée (un « bloc ») s’intégrant
à une chaîne globale. Grâce à des algorithmes,
chaque transaction est alors analysée avant
d’être validée puis transmise à la chaîne globale.
Dès lors, les informations enregistrées dans la «
chaîne de blocs » ne sont plus modifiables ou
falsifiables, la blockchain conservant systémati-
quement l’historique de toutes les transactions
réalisées.
La blockchain est la technologie qui sous-tend
l’industrie des cryptomonnaies, comme le cé-
lèbre bitcoin par exemple. Tout le monde peut
investir dans le bitcoin et réaliser des transactions
sécurisées via un portefeuille virtuel, sans l’inter-
vention d’un quelconque intermédiaire.
blockchain
page58
retourausommaire
• Une communauté d’utilisateurs suffisamment vaste pour garantir l’inviolabilité de la blockchain
• La maîtrise des algorithmes cryptographiques permettant la validation des transactions
• Des ressources énergétiques importantes et bien réparties pour soutenir l’énorme puissance
de calcul nécessaire au fonctionnement de la blockchain
Les ingrédients du succès :
blockchain
L’impact de la blockchain pourrait bientôt être
décisif d’un point de vue business, notamment
dans les secteurs de la banque et de l’assurance.
Dans la mesure où la blockchain supprime les in-
termédiaires traditionnellement incontournables
pour assurer la sécurisation des transactions,
elle pourrait en effet entièrement disrupter ces
deux secteurs. D’un autre côté, cette technolo-
gie pourrait également permettre aux banques
et autres organismes financiers d’accélérer leurs
processus de validation des transactions, de ré-
duire les risques de fraude ou de développer
des plateformes de trade finance à l’instar d’UBS
et d’IBM. Certaines compagnies d’assurance se
lancent également dans le développement de
contrats intelligents en autogestion, comme
Axa qui a lancé une assurance automatisée pour
les retards d’avion.
Malgré l’investissement et l’énergie consi-
dérables nécessaires à sa mise en place, la
blockchain est donc une innovation à suivre de
très près. Autre piste de développement à en-
trevoir : la gestion de données non financières,
telles que les informations juridiques. Les do-
maines d’application susceptibles de bénéficier
de la blockchain ont toutes les chances de se
démultiplier dans les années à venir.
page59
retourausommaire
Et si Blablacar était déjà has been ? La’Zooz est
une startup israélienne proposant un service de
covoiturage intelligent reposant sur la technolo-
gie de la blockchain, qui pourrait bien supplan-
ter demain Uber et Blablacar ! Ce service open
source est détenu à 100 % par sa communauté
puisque la plateforme est complètement dé-
centralisée.
Les utilisateurs de La’Zooz ont ainsi la possibili-
té de se connecter en temps réel pour proposer
des places libres dans leur véhicule, sans au-
cun intermédiaire. La startup possède sa propre
monnaie virtuelle – les Zooz – dont la valeur di-
minue à mesure que la communauté augmente,
qui permet de rémunérer les conducteurs et
autres acteurs de la plateforme.
Contraitement à Blablacar ou Uber, La’Zooz
est entièrement gérée par sa communauté de
conducteurs, passagers, développeurs etc. qui
décide au jour le jour de l’avenir de l’application.
Les jetons sont distribués au prorata de la parti-
cipation de chaque utilisateur. La communauté
est donc 100 % autonome et innove au quotidien
pour s’auto-améliorer !
La startup qui nous inspire :
• Sécuriser et tracer des transactions, pas uniquement monétaires
• Désintermédier un circuit de distribution
• Accélérer des processus nécessitant des vérifications complexes
Les applications possibles :
La’Zooz !
blockchain
page60
retourausommaire
blockchain
page61
V. innovation
		 d’affaires
retourausommaire
62 make it on demand
66 créer un nouveau mode de consommation
70 scoring
page62
retourausommaire
make it
	 on demand
Vous voulez faire venir un coiffeur chez vous d’ici
une vingtaine de minutes ? Vous manquez de mo-
tivation pour vous rendre à votre restaurant indien
favori ? Vous avez besoin d’aide pour réparer un
placard qui ne ferme plus ? Obtenez en quelques
clics ce que vous désirez !
Voilà le type de promesses sur lesquelles se
positionnent aujourd’hui de plus en plus d’entre-
prises : c’est le principe des offres « on demand »,
qui proposent de disposer quasi-instantanément
d’un service ou d’un produit précis. Le concept
est très simple : l’utilisateur a la possibilité de pas-
ser commande pour un service donné en temps
réel via une plateforme (sous-tendue par une base
de données) qui le met en relation avec le presta-
taire qui répondra à sa demande.
make it on demand
page63
retourausommaire
• Une base de données complète et constamment mise à jour
• Des communautés importantes de commanditaires et de prestataires actifs
• Une plateforme intuitive et facile d’utilisation aux process simplifiés
Les ingrédients du succès :
make it on demand
Sans que l’on ne s’en rende véritablement
compte, cette innovation est progressivement en
train de transformer nos habitudes de consom-
mation quotidiennes. Qui ne s’est jamais fait livrer
son repas via une plateforme telle que UberEats
ou Foodora ? Qui a toujours su résister à la tenta-
tion de la VoD, en consultant les milliers de films
disponibles sur MyTF1 VOD, Orange, CanalPlay
VOD ou Google Play ?
Le lancement d’applications reposant sur ce
business model a été rendu facile par l’utilisa-
tion croissante des smartphones et de la géolo-
calisation. L’intermédiaire de la plateforme est
dans ce cas indispensable car il joue le rôle de
tiers de confiance, qui garantit la traçabilité des
transactions (en cas de litige) et le bon fonction-
nement des échanges.
Dans une société qui se dirige vers toujours
plus d’instantanéité, les offres « on demand »
s’avèrent particulièrement pertinentes. L’enjeu
est de parvenir à créer une double communau-
té de clients (commanditaires) et de prestataires
afin que chaque demande puisse être honorée
en temps et en heure. Ensuite, les communautés
s’auto-gèrent et l’entreprise intermédiaire peut
se concentrer sur l’amélioration de ses perfor-
mances et de son offre !
page64
retourausommaire
Avez-vous déjà entendu parler du jobbing ? La
plateforme Frizbiz permet de mettre en relation
des particuliers et des « jobbers », particuliers
également, qui proposent des prestations de
bricolage diverses. Si un individu a besoin de
refaire le carrelage de sa salle de bain, il peut
consulter les profils de jobbers sur la plateforme
et faire des demandes à ces derniers. Frizbiz ne
facture les frais de mise en relation que lorsque
le commanditaire a trouvé un prestataire.
Ce business model est particulièrement ef-
ficace dans le contexte actuel, favorable aux
circuits de proximité et à la réduction des inter-
médiaires. L’originalité de Frizbiz est aussi d’avoir
su monter des partenariats prestigieux avec des
sociétés telles que Leroy Merlin, qui propose
dans ses magasins un accès à la plateforme.
Les demandes des particuliers sont quasi-ins-
tantanément traitées par des pairs, et la plate-
forme garantit le bon déroulement de la tran-
saction – chaque intervention est notamment
couverte par une assurance Jobbing Axa. Un
business model gagnant, étayé par deux com-
munautés actives et complémentaires !
La startup qui nous inspire :
• Monétiser efficacement une base de données
• Désintermédier un marché pour favoriser les interactions directes entre consommateurs et prestataires
• Repenser un service de mise en relation sous la forme d’une plateforme
• Améliorer son taux de satisfaction client et son image de marque en proposant
des services instantanés fonctionnels
Les applications possibles :
Frizbiz !
make it on demand
page65
retourausommaire
page1make it on demand
page66
retourausommaire
créer un nouveau mode 	
	 de consommation
Il est extrêmement difficile de se détacher de
l’existant quand on envisage une innovation… Une
étude menée par la société de conseil Accenture
a notamment montré que 80 % des entreprises
interrogées s’appuyaient sur une approche ob-
solète de l’innovation. C’est pourquoi l’un des bu-
siness models les plus prometteurs du moment
est aussi l’un des plus difficiles à mettre en place :
repenser entièrement un produit ou un service en
créant un mode de consommation complètement
original.
créer un nouveau mode de consommation
page67
retourausommaire
• Du flair… et de l’audace ! Tout l’enjeu est de parvenir à déceler le potentiel d’optimisation
d’un process ou d’un produit devenu obsolète, puis d’oser proposer une nouvelle façon de faire
• Des structures organisationnelles agiles et ouvertes au changement
• Un bon marketing pédagogique, pour préparer efficacement ses collaborateurs ou clients
au changement que l’on cherche à mettre en place
Les ingrédients du succès :
créer un nouveau mode de consommation
L’idée est ici de repérer des actions quoti-
diennes ou incontournables dotées d’un fort
potentiel d’optimisation. En termes de B to B,
les retombées possibles sont énormes : gains
de temps, simplification des process, réduction
des coûts opérationnels, hausse de la producti-
vité… En B to C également, toutes sortes d’actions
peuvent être optimisées.
Toute la difficulté consiste à identifier l’action,
le produit ou le service qui pourrait être repen-
sé, puis de faire accepter cette nouvelle manière
de procéder par l’ensemble des collaborateurs
ou des consommateurs. De gros investissements
technologiques et de marketing pédagogique
s’avèrent généralement indispensables pour
mener à bien de tels changements, car créer une
rupture dans les habitudes de consommation ou
de travail n’est pas chose facile…
Un changement de perspective est donc
souvent indispensable pour réussir à repenser un
mode de consommation ou une action. Mais que
ne ferait-on pas pour lancer un nouveau stan-
dard de référence, à la fois rentable et durable ?
page68
retourausommaire
Difficile de se dire que le format de l’email est
déjà en passe de devenir obsolète, alors que
certaines entreprises continuent de commu-
niquer avec leurs clients via courrier postal… et
pourtant !
La startup Slack propose une solution sécuri-
sée de gestion de l’information au sein des en-
treprises. Sa plateforme met à disposition des
messageries internes, permet de créer des ar-
chives pour conserver l’historique des échanges,
garantit une centralisation des flux de communi-
cation via des canaux sécurisés et offre la pos-
sibilité de travailler en mode projet, équipe ou
service par exemple.
À mille lieues des suites d’emails à rallonge,
transférés, perdus ou envoyés par erreur, Slack
garantit la traçabilité des échanges via un nou-
veau format d’interaction, ce dernier ressem-
blant davantage à un « mur » de conversation
de type Facebook qu’à une boîte mail standard.
Les communications sont ainsi simplifiées, sé-
curisées et les collaborateurs gagnent du temps
tout en boostant leur productivité.
Détrôner l’email, un pari fou ? Visionnaire plu-
tôt, car tous les utilisateurs qui ont adopté Slack
assurent aujourd’hui qu’ils ne reviendraient pour
rien au monde à la bonne vieille boîte mail. Cha-
peau !
La startup qui nous inspire :
• Disrupter un produit ou un service existant
• Instaurer un nouveau standard de consommation « from scratch »
• Booster l’efficacité et la motivation de ses équipes à travers un outil innovant
Les applications possibles :
Slack !
créer un nouveau mode de consommation
page69
retourausommaire
page1créer un nouveau mode de consommation
page70
retourausommaire
scoring
scoring
Savez-vous combien de livres sont sortis lors
de la Rentrée Littéraire de septembre 2017 ? 581
ouvrages. C’est énorme, à tel point qu’il s’avère
quasiment impossible de faire son choix au sein
d’une offre si pléthorique. Or, force est de consta-
ter que cette situation s’applique de plus en plus
à de multiples produits et services autres que le
livre. Les offres se multiplient, et le consomma-
teur ne sait plus où donner de la tête…
En réaction à ce vaste fouillis, les comparateurs
d’offres ont fleuri sur la toile pour tenter d’orien-
ter les consommateurs. De nombreux sites se
sont mis à proposer des « Top 10 » ou des listes
centralisant les différentes offres commerciales
relatives à un secteur d’activité donné. Dans la
majorité des cas, le prix est le critère de compa-
raison le plus décisif. Il arrive aussi que les critères
soient plus énigmatiques et bien moins objectifs…
Le site Lescomparateurs.org est quant à lui allé
jusqu’au bout du concept, en se proposant de re-
censer et de classer… les divers comparateurs en
ligne ! Le site se présente ainsi comme un mé-
ta-comparateur de comparateurs, qu’il classe et
note par catégories (high tech, finances, culture,
téléphonie…).
page71
retourausommaire
• L’identification de métriques fiables pour le calcul du score de chaque offre
• La mise à jour constante des offres notées sur la plateforme
• La publication de contenus « experts » pour appuyer efficacement son positionnement
Les ingrédients du succès :
scoring
Cependant, le prix n’est pas le seul critère à
prendre en compte dans les classements, et
certaines entreprises ont ainsi décidé d’exploi-
ter la technologie du scoring pour mieux satis-
faire leurs clients. Cela consiste à attribuer une
notation à chaque offre considérée sur la base
de critères objectifs et impartiaux, déterminés au
préalable.
Il a été constaté qu’un score, sous forme de
note ou d’étoiles par exemple, a le don de ras-
surer les clients potentiels et de les guider effica-
cement vers l’acte d’achat. La société qui déve-
loppe une plateforme de scoring se positionne
alors comme un tiers de confiance, véritable
expert du domaine considéré, dont la vocation
est d’orienter le consommateur dans ses choix.
Face à la démultiplication des offres et de la
communication à leur sujet, les consommateurs
ont plus que jamais besoin de repères de qua-
lité pour les guider. Se positionner en tant que
standard de référence est une stratégie qui paie,
à l’instar de Booking, qui répertorie toutes les
offres d’hébergement dans le monde entier. Ce
site utilise le scoring à outrance : on trouve sur
chaque fiche une note sur 10 ainsi qu’un score
sur 5 sous forme d’étoiles. Un business model
qui a fait ses preuves… Alors pourquoi ne pas
vous positionner vous aussi comme un acteur
de référence dans votre domaine d’expertise ?
page72
retourausommaire
L’écosystème des startup est à son tour deve-
nu extraordinairement vaste et complexe. Il est
difficile de savoir dans quelle jeune pousse in-
vestir et lesquelles sont les plus prometteuses
en matière de croissance.
La société Early Metrics a développé en tant
que tiers indépendant son propre outil d’ana-
lyse pour scorer les startup. Elle leur attribue
une note sur 100 en fonction de divers critères :
chiffre d’affaires, niveau de maturité, risques, etc.
En consultant ces scores, investisseurs, business
angels et gestionnaires d’acquisitions peuvent
ainsi gagner un temps précieux et fiabiliser leurs
choix d’investissements.
Early Metrics se positionne ainsi comme un
expert du potentiel des startup, fournissant un
référentiel quantitatif et qualitatif de l’écosys-
tème concerné. La société peut donc monétiser
sa base de données (ses analyses), sur le même
modèle que Vigéo Eiris, qui attribue une nota-
tion aux entreprises sur la base de critères RSE.
Le scoring peut donc se décliner sous différents
angles et selon divers objectifs (pas uniquement
le prix ou la croissance). Les possibilités à exploi-
ter sont multiples !
La startup qui nous inspire :
• Exploiter (et éventuellement monétiser) une base de données existante pour la transformer en un nouveau service
• Standardiser et scorer une expertise propre à un secteur d’activité
• Asseoir sa légitimité dans un domaine, afin de renforcer la confiance des consommateurs et augmenter
ainsi son influence (et donc potentiellement son chiffre d’affaires)
Les applications possibles :
Early Metrics !
scoring
page73
retourausommaire
scoring
page74
	 VI. innovation
sociale
retourausommaire
75 cibler les marchés émergents
79 la gratuité (ou presque)
83 local business
page75
retourausommaire
cibler les marchés
	 émergents
La démocratisation des nouvelles technolo-
gies et la demande exponentielle dans les pays
émergents offrent aujourd’hui des perspectives
de débouchés extrêmement larges. De nombreux
grands groupes comme Google ou Facebook se
sont ainsi lancés dans le développement de pro-
grammes visant à donner des accès aux nouvelles
technologies dans les pays émergents et en déve-
loppement.
L’intérêt de ce type de business model est qu’il
donne accès à une nouvelle cible très large. Tout
l’enjeu, cependant, consiste à proposer à cette
cible une solution ajustée à ses besoins, ce qui
implique un important effort d’adaptation cultu-
relle mais aussi d’adaptation technique face aux
contraintes propres à certaines régions (accès li-
mité à internet par exemple). Mais en tirant parti de
ces contraintes, on peut imaginer et tester toutes
sortes d’innovations disruptives.
cibler les marchés émergents
page76
retourausommaire
• Une bonne dose d’ingéniosité et une capacité à « penser autrement » (think different!)
pour imaginer des solutions inédites adaptées à des contextes culturels et technologiques
entièrement différents
• Une parfaite compréhension des spécificités des pays visés, grâce au recrutement
de ressources humaines locales
Les ingrédients du succès :
cibler les marchés émergents
Le continent africain par exemple a été le
théâtre de formidables innovations de rupture
au cours de la dernière décennie. Le problème
du manque d’accès à internet s’est ainsi mué en
une opportunité incarnée par l’avènement du
mobile money : dans certains pays précurseurs
comme le Kenya, le secteur de la banque est
passé directement vers le mobile, et les paie-
ments par mobile se sont très rapidement dé-
mocratisés avant même de faire leur apparition
dans les pays occidentaux.
La réussite de ce type de business model im-
plique donc une capacité à imaginer des solu-
tions nouvelles adaptées à des contextes et
besoins différents. Les bénéfices à la clé sont
immenses.
page77
retourausommaire
Cette startup distribue des médicaments et
vaccins dans des zones peu accessibles, via des
drones. Basée en Californie, elle opère principa-
lement en Afrique de l’Est.
Le service de livraison par drone de Zipline per-
met d’apporter très rapidement dans des zones
reculées des produits médicaux d’urgence (mé-
dicaments, poches de sang), grâce à une logis-
tique beaucoup plus simple et rapide à déployer
que les moyens classiques (par route ou avion).
La rapidité de distribution garantit également la
préservation de la chaîne de froid, qui consti-
tue un défi central dans l’approvisionnement de
denrées médicales dans les zones peu acces-
sibles de régions généralement caractérisées
par un climat chaud.
Zipline opère de jour comme de nuit et 7 jours
sur 7, quelles que soient les conditions météo-
rologiques. Les commandes peuvent se faire
par simple SMS par des personnels de santé en
zones rurales isolées.
Une formidable innovation de rupture dotée
d’un potentiel de développement tout simple-
ment énorme, autour d’une belle ambition hu-
manitaire et sociale.
La startup qui nous inspire :
• Investir les marchés émergents, en adaptant son offre à leurs spécificités culturelles et techniques
• Tester des innovations de rupture en tirant parti des contraintes (géographiques, techniques,
de pouvoir d’achat) propres aux contextes émergents
• Simplifier un produit pour le rendre accessible au plus grand nombre
Les applications possibles :
Zipline !
cibler les marchés émergents
page78
retourausommaire
page1cibler les marchés émergents
page79
retourausommaire
	 la gratuité
(ou presque)
Les possibilités infinies qu’offre le numérique
permettent aujourd’hui de diffuser des connais-
sances à grande échelle et de proposer des pro-
duits et services variés à des cibles qui ne pou-
vaient jusqu’alors pas y avoir accès, le tout pour un
investissement minime.
Le web offre ainsi l’opportunité de lancer faci-
lement des business à vocation sociale pouvant
toucher un grand nombre de personnes. Ce type
de business model, dont l’un des précurseurs est
Wikipedia, repose principalement sur la solidari-
té et le don. Le produit proposé étant gratuit ou à
prix symbolique, la rentabilité de ce type de bu-
siness model nécessite d’avoir une très large base
d’utilisateurs et de s’appuyer sur des dons et des
subventions de mécènes, le tout porté par une so-
lide communication assurant une visibilité forte.
la gratuité (ou presque)
page80
retourausommaire
• Une bonne communication axée sur le bénéfice social du business, afin d’attirer
une très large base de clients ou utilisateurs
• Un modèle économique intelligent fondé sur le don, la participation symbolique,
le mécénat ou la publicité
Les ingrédients du succès :
la gratuité (ou presque)
Ce modèle basé sur la gratuité peut égale-
ment se financer par la publicité. Là encore,
une large base d’utilisateurs est nécessaire pour
convaincre les annonceurs, d’où l’aspect capital
de la communication dans ce type de business
model.
Au-delà du don, des mécanismes de prêt et
de contrepartie peuvent également être mis en
place : c’est l’exemple des célèbres plateformes
de crowdfunding ou financement participatif,
qui ont connu un incroyable essor ces dernières
années. Le freemium, qui consiste à dévelop-
per une offre de gratuité en parallèle d’une offre
améliorée payante, est une autre option intéres-
sante.
Dans un contexte de mondialisation accélérée
et d’attention accrue portée à la responsabilité
économique et sociale des entreprises, il ne fait
aucun doute que ce type de business model est
appelé à fortement se développer dans les an-
nées à venir.
page81
retourausommaire
Donner accès au plus grand nombre à un en-
seignement de qualité, tel est l’objectif de cette
académie en ligne.
Fondée par Salman Khan et soutenue finan-
cièrement par des grands noms comme Goo-
gle, la Khan Academy est une association à but
non lucratif qui offre un accès gratuit à plusieurs
milliers de mini-leçons en ligne, sous la forme
de tutoriels vidéo et d’exercices interactifs dans
des dizaines de matières, des mathématiques à
la finance en passant par l’économie, la chimie,
l’astronomie ou encore la musique.
La plateforme fonctionne sur la base d’un mé-
canisme de dons, et le programme est soutenu
par de grands noms.
L’histoire de la Khan Acadamy est un bel
exemple de réussite, porté par une ambition hu-
maniste visant à garantir l’accès universel à une
éducation de qualité, notamment dans les pays
en développement.
La startup qui nous inspire :
• Diffuser des connaissances au plus grand nombre dans le cadre
d’une démarche à vocation humaniste et sociale
• Créer une version simplifiée d’un produit ou service web
pour le rendre accessible au plus grand nombre
Les applications possibles :
La Khan Academy !
la gratuité (ou presque)
page82
retourausommaire
page1la gratuité (ou presque)
page83
retourausommaire
local
	 business
L’évolution des modes de consommation a vu
réapparaître des modèles que l’on pensait ré-
volus, comme les circuits courts permettant
d’acheter directement auprès des producteurs.
Ce retour aux sources, basé sur une expérience
d’achat palpable et humaine, incarne aujourd’hui
une tendance en pleine essor. Le local business
permet de créer une interaction très étroite avec
ses consommateurs, qui sont de plus en plus en
demande d’authenticité.
local business
page84
retourausommaire
• Une plateforme web attractive et bien référencée pour mettre en lien producteurs
et consommateurs
• Une communication attractive et efficace misant sur l’authenticité et le lien humain,
tout en valorisant l’ambition écologique et sociale derrière ce business model
• Un effort commercial à double sens, pour fédérer les meilleurs producteurs et créer
une communauté de consommateurs fidèles
Les ingrédients du succès :
local business
Outre cet atout authenticité, miser sur des cir-
cuits courts permet de valoriser une démarche
respectueuse de l’environnement car en s’af-
franchissant des intermédiaires entre produc-
teurs et consommateurs finaux, on limite le
transport des marchandises et donc l’empreinte
carbone. Développer une offre locale permet
aussi de mettre en avant un modèle de com-
merce équitable, puisque l’absence d’intermé-
diaires permet de rétribuer le producteur au juste
prix.
Grâce aux nouveaux canaux digitaux, il est au-
jourd’hui très simple de créer des circuits directs
de ce type sous la forme de plateformes web.
Cerise sur le gâteau : pas d’intermédiaires = des
marges plus importantes !
page85
retourausommaire
En lançant le site Les Grappes en 2015, l’entre-
preneur Loïc Tanguy voulait réunir deux de ses
passions : le vin et le digital. Ce mariage entre
terroir et web a donné Les Grappes, une place
de marché communautaire qui permet d’acheter
son vin directement auprès des vignerons.
Les Grappes permet de comparer facilement
une grande variété de vins et de découvrir l’his-
toire derrière chaque bouteille sous un angle
simple et accessible, loin du jargon œnologique
qui plombe généralement les sites et blogs
dédiés au vin. Le plus, c’est que la plateforme
guide et conseille le consommateur dans ses
choix, grâce aux avis de la communauté.
En surfant sur la vague du commerce local et
équitable, Les Grappes a ainsi réussi à s’imposer
comme un pionnier de la transformation digi-
tale du marché du vin, en fédérant à la fois une
communauté de clients et une communauté de
producteurs, dont la plupart n’ont pas de e-bou-
tique propre pour vendre leurs bouteilles. La
plateforme connaît un beau succès et vient d’ail-
leurs de lancer une nouvelle offre B to B s’adres-
sant aux professionnels de la restauration.
La startup qui nous inspire :
• Désintermédier des produits existants
• Développer des offres locales
• Valoriser l’origine de ses produits
Les applications possibles :
Les Grappes !
local business
page86
retourausommaire
page1local business
Inspiré par l’une de ces pistes
d’innovation ?
Parfait !
Mais par où commencer ?
Découvrez les étapes clé pour
adapter l’un de ces business
models à votre boîte.
page87
De l’inspiration
à l’exécution
retourausommaire
Beaucoup d’entreprises sont à la re-
cherche de l’innovation disruptive
du siècle qui leur assurera un succès
fulgurant. Or, la plupart d’entre elles
détiennent déjà de formidables res-
sources qui ne demandent qu’à être
exploitées différemment ou davantage
pour se transformer en innovations
extrêmement rentables. Vos assets
valent de l’or. Quelques exemples :
Comme TravelerCar qui a eu l’idée de créer de la
valeur à partir des véhicules qui dormaient dans
les parkings d’aéroport, analysez vos parcours
clients pour détecter des niches sur lesquelles
une nouvelle offre pourrait être imaginée.
Action point : scénariser tous ses parcours clients
et identifier les zones de création de valeur pos-
sibles.
Créez de nouvelles ramifications
dans les parcours clients que vous
connaissez
Dépoussiérez un produit ou une offre
existante
A l’instar de Merci Handy, qui a fait le pari de
transformer un produit de consommation ba-
sique en must-have trendy, offrez une seconde
jeunesse à vos produits dormants.
Action point : identifier des produits ou services
à remettre au goût du jour et imaginer comment
les revisiter.
Step 1 : Identifier l’opportunité à saisir
page88
retourausommaire
Beaucoup d’entreprises ont développé des solu-
tions technologiques de pointe qu’elles utilisent
en interne. Vos innovations « maison » peuvent
intéresser d’autres entreprises ! Vos savoir-faire
peuvent avoir une incroyable valeur en BtoB, qui
ne demande qu’à être packagée et commercia-
lisée.
Action point : identifier ses process technolo-
giques internes qui pourraient intéresser d’autres
entreprises.
Vos datas, vos réseaux de clients, votre expertise
sont également des atouts inestimables pouvant
rapidement se traduire en innovations business à
haut rendement.
Une fois que vous avez identifié l’opportunité que
vous voulez saisir, nous vous recommandons de
formaliser votre idée à l’aide du Lean Canvas©,
disponible en ligne.
Monétisez un savoir-faire interne
page89
retourausommaire
Un Minimum Viable Product (MVP) est une version
de démonstration d’un futur produit/service.
L’erreur fatale en matière de R&D consiste à vou-
loir développer la solution technologique par-
faite en oubliant de vérifier si le marché y est ré-
ceptif. Le principe du MVP est donc de tester dès
le départ le potentiel commercial d’une innova-
tion, en développant une première version que
l’on fait tester à des utilisateurs. Créer un MVP
suppose ainsi une interaction permanente avec
ses clients, ce qui permet d’avoir des feedbacks
très tôt afin de ne pas avancer dans la mauvaise
direction et être sûr d’élaborer une offre qui cor-
responde parfaitement aux attentes du marché.
De nombreuses startup à succès utilisent la
technique du MVP pour tester le potentiel bu-
siness de leur offre auprès de clients pilotes.
Step 2 : Concevoir votre MVP
page90
retourausommaire
Identifier l’opportunité à saisir
Élaborer un MVP et le tester auprès de premiers clients
Vous voilà prêts pour la dernière étape : présenter
votre projet en interne pour décrocher un budget
et passer à la concrétisation à grande échelle.
Du prototypage à la commercialisation, c’est
alors une formidable aventure qui commence…
Place à l’innovation !
Step 3 : Vendre le projet
page91
retourausommaire
retourausommaire
page92
Whyers
en bref
Chez Whyers, notre mission est de traquer les
meilleures pratiques d’innovation business
du monde des startups pour les diffuser dans
d’autres secteurs d’activité.
En quatre ans, nous avons créé le premier studio
en business design réunissant 300 startups à
succès en France et en Europe et répertorié une
quarantaine d’innovations à haut potentiel pou-
vant être adaptées dans d’autres secteurs.
Nous accompagnons nos clients dans l’exécu-
tion et la réussite de lancement de nouveaux bu-
siness grâce à nos capacité à créer des MVP pour
tester en situation réelle leur potentiel.
Team Whyers
page93
retourausommaire
hellojam.fr
netflix.com
mercihandy.fr
bloomizon.com
tediber.com
travelercar.com
xxiigroup.com
spendesk.com
stripe.com
ween.fr
bridge.occipital.com
lazooz.net
frizbiz.com
slack.com
earlymetrics.com
flyzipline.com
khanacademy.org
lesgrappes.com
Bibliographie
page94
retourausommaire
Photos_
p.11_ Elijah O’Donell, Unsplash
p.15_ Freestocks org, Unsplash
p.19_ Merci Handy
p.24_ Bloomizon
p.28_ Tediber par Implicitpay
p.32_ Ryan Searle, Unsplash
p.37_ XXII Group
p.41_ Spendesk
p.45_ Rawpixel, Unsplash
p.50_ Ween
p.54_ Jakob Owens, Unsplash
p.56_ photos 1 - 3_ Bridge
p.60_ Talles Alves, Unsplash
p.65_ Henry Co, Unsplash
p.69_ Pankaj Patel, Unsplash
p.73_ Stock market illustration
p.78_ Zipline
p.82_ Nesa by makers, Unsplash
p.86_ Kym Ellis, Unsplash
©Whyers 2018
Rédaction_ Julien Masson, Nicolas Cheng
Design éditorial_ Barbara Morin
Crédits
whyers.com
À l’ère de la généralisation du digital et de l’ubérisation mas-
sive, nulle entreprise ne peut espérer survivre sans oser se ré-
inventer. Innover est devenu une démarche vitale dans tous
les domaines, du marketing à l’éducation en passant par la
culture, la finance, l’écologie ou encore la « silver economy ».
Mais l’innovation est une science dont il faut maîtriser les co-
des pour en récolter les fruits. Alors concrètement, on com-
mence par où ?
La première étape consiste simplement à observer les mille
et une formes d’innovation qui nous entourent, pour s’en ins-
pirer. Ce guide a été conçu précisément pour cela : susciter
l’inspiration pour faire germer en vous de nouvelles idées d’in-
novation.
Au fil des pages, d’idée en idée, découvrez et laissez-vous ins-
pirer par les innovations business les plus prometteuses du
moment.
Whyers est un studio en business design dont la mission est
de diffuser les secrets de réussite des startups à succès.

Contenu connexe

Tendances

Offre Onopia Design Thinking
Offre Onopia Design Thinking Offre Onopia Design Thinking
Offre Onopia Design Thinking Onopia
 
ArticlePIC-X.GISSEROT-CHARP
ArticlePIC-X.GISSEROT-CHARPArticlePIC-X.GISSEROT-CHARP
ArticlePIC-X.GISSEROT-CHARPXavier Gisserot
 
Onopia - 55 questions pour imaginer votre business model
Onopia - 55 questions pour imaginer votre business modelOnopia - 55 questions pour imaginer votre business model
Onopia - 55 questions pour imaginer votre business model
Onopia
 
Business Model de TravelerCar.com - Economie collaborative & location de voiture
Business Model de TravelerCar.com - Economie collaborative & location de voitureBusiness Model de TravelerCar.com - Economie collaborative & location de voiture
Business Model de TravelerCar.com - Economie collaborative & location de voiture
Onopia
 
Business Model
Business ModelBusiness Model
Business Model
Réda ALLAL
 
Créer son site internet - Le guide 2021 pour bien démarrer
Créer son site internet - Le guide 2021 pour bien démarrerCréer son site internet - Le guide 2021 pour bien démarrer
Créer son site internet - Le guide 2021 pour bien démarrer
teamwebmarketingfr
 
Comment élaborer un business model gagnant
Comment élaborer un business model  gagnantComment élaborer un business model  gagnant
Comment élaborer un business model gagnantnema84
 
Onopia - Business Model du compte Nickel
Onopia - Business Model du compte NickelOnopia - Business Model du compte Nickel
Onopia - Business Model du compte Nickel
Onopia - Driving Growth Through Disruptive Strategy
 
Onopia - 7 business models pour trouver l'inspiration
Onopia -  7 business models pour trouver l'inspirationOnopia -  7 business models pour trouver l'inspiration
Onopia - 7 business models pour trouver l'inspiration
Onopia - Driving Growth Through Disruptive Strategy
 
Onopia - Conférence ESSEC du 30 novembre 2017 sur les business models
Onopia - Conférence ESSEC du 30 novembre 2017 sur les business modelsOnopia - Conférence ESSEC du 30 novembre 2017 sur les business models
Onopia - Conférence ESSEC du 30 novembre 2017 sur les business models
Onopia - Driving Growth Through Disruptive Strategy
 
Le Business Model du Compte Nickel
Le Business Model du Compte NickelLe Business Model du Compte Nickel
Le Business Model du Compte Nickel
Onopia
 
Onopia - Quels Outils pour un Business Model Innovant
Onopia  - Quels Outils pour un Business Model InnovantOnopia  - Quels Outils pour un Business Model Innovant
Onopia - Quels Outils pour un Business Model Innovant
Onopia
 
Atelier brand utility 03.11.2015 Silexl Labs2
Atelier brand utility 03.11.2015  Silexl Labs2Atelier brand utility 03.11.2015  Silexl Labs2
Atelier brand utility 03.11.2015 Silexl Labs2
antopensource
 
Onopia - Les outils de co-création pour un business model innovant
Onopia  - Les outils de co-création pour un business model innovant Onopia  - Les outils de co-création pour un business model innovant
Onopia - Les outils de co-création pour un business model innovant
Onopia
 
Le marketing par scénarios de quêtes 16 avril 2013
Le marketing par scénarios de quêtes   16 avril 2013Le marketing par scénarios de quêtes   16 avril 2013
Le marketing par scénarios de quêtes 16 avril 2013
MXO | agence totale
 
Onopia - Business Model d'EnVoitureSimone.com
Onopia - Business Model d'EnVoitureSimone.com Onopia - Business Model d'EnVoitureSimone.com
Onopia - Business Model d'EnVoitureSimone.com
Onopia
 
Introduction Business Model Storyteller
Introduction Business Model StorytellerIntroduction Business Model Storyteller
Introduction Business Model Storyteller
Alexandre Sartini
 
Onopia - 6 questions à se poser avant le lancement d'un nouveau business model
Onopia - 6 questions à se poser avant le lancement d'un nouveau business model Onopia - 6 questions à se poser avant le lancement d'un nouveau business model
Onopia - 6 questions à se poser avant le lancement d'un nouveau business model
Onopia
 
Formation business model - French
Formation business model - FrenchFormation business model - French
Formation business model - French
Paul Mbua
 
Formation management - Présenter efficacement avec le pitch
Formation management - Présenter efficacement avec le pitchFormation management - Présenter efficacement avec le pitch
Formation management - Présenter efficacement avec le pitch
NovUp
 

Tendances (20)

Offre Onopia Design Thinking
Offre Onopia Design Thinking Offre Onopia Design Thinking
Offre Onopia Design Thinking
 
ArticlePIC-X.GISSEROT-CHARP
ArticlePIC-X.GISSEROT-CHARPArticlePIC-X.GISSEROT-CHARP
ArticlePIC-X.GISSEROT-CHARP
 
Onopia - 55 questions pour imaginer votre business model
Onopia - 55 questions pour imaginer votre business modelOnopia - 55 questions pour imaginer votre business model
Onopia - 55 questions pour imaginer votre business model
 
Business Model de TravelerCar.com - Economie collaborative & location de voiture
Business Model de TravelerCar.com - Economie collaborative & location de voitureBusiness Model de TravelerCar.com - Economie collaborative & location de voiture
Business Model de TravelerCar.com - Economie collaborative & location de voiture
 
Business Model
Business ModelBusiness Model
Business Model
 
Créer son site internet - Le guide 2021 pour bien démarrer
Créer son site internet - Le guide 2021 pour bien démarrerCréer son site internet - Le guide 2021 pour bien démarrer
Créer son site internet - Le guide 2021 pour bien démarrer
 
Comment élaborer un business model gagnant
Comment élaborer un business model  gagnantComment élaborer un business model  gagnant
Comment élaborer un business model gagnant
 
Onopia - Business Model du compte Nickel
Onopia - Business Model du compte NickelOnopia - Business Model du compte Nickel
Onopia - Business Model du compte Nickel
 
Onopia - 7 business models pour trouver l'inspiration
Onopia -  7 business models pour trouver l'inspirationOnopia -  7 business models pour trouver l'inspiration
Onopia - 7 business models pour trouver l'inspiration
 
Onopia - Conférence ESSEC du 30 novembre 2017 sur les business models
Onopia - Conférence ESSEC du 30 novembre 2017 sur les business modelsOnopia - Conférence ESSEC du 30 novembre 2017 sur les business models
Onopia - Conférence ESSEC du 30 novembre 2017 sur les business models
 
Le Business Model du Compte Nickel
Le Business Model du Compte NickelLe Business Model du Compte Nickel
Le Business Model du Compte Nickel
 
Onopia - Quels Outils pour un Business Model Innovant
Onopia  - Quels Outils pour un Business Model InnovantOnopia  - Quels Outils pour un Business Model Innovant
Onopia - Quels Outils pour un Business Model Innovant
 
Atelier brand utility 03.11.2015 Silexl Labs2
Atelier brand utility 03.11.2015  Silexl Labs2Atelier brand utility 03.11.2015  Silexl Labs2
Atelier brand utility 03.11.2015 Silexl Labs2
 
Onopia - Les outils de co-création pour un business model innovant
Onopia  - Les outils de co-création pour un business model innovant Onopia  - Les outils de co-création pour un business model innovant
Onopia - Les outils de co-création pour un business model innovant
 
Le marketing par scénarios de quêtes 16 avril 2013
Le marketing par scénarios de quêtes   16 avril 2013Le marketing par scénarios de quêtes   16 avril 2013
Le marketing par scénarios de quêtes 16 avril 2013
 
Onopia - Business Model d'EnVoitureSimone.com
Onopia - Business Model d'EnVoitureSimone.com Onopia - Business Model d'EnVoitureSimone.com
Onopia - Business Model d'EnVoitureSimone.com
 
Introduction Business Model Storyteller
Introduction Business Model StorytellerIntroduction Business Model Storyteller
Introduction Business Model Storyteller
 
Onopia - 6 questions à se poser avant le lancement d'un nouveau business model
Onopia - 6 questions à se poser avant le lancement d'un nouveau business model Onopia - 6 questions à se poser avant le lancement d'un nouveau business model
Onopia - 6 questions à se poser avant le lancement d'un nouveau business model
 
Formation business model - French
Formation business model - FrenchFormation business model - French
Formation business model - French
 
Formation management - Présenter efficacement avec le pitch
Formation management - Présenter efficacement avec le pitchFormation management - Présenter efficacement avec le pitch
Formation management - Présenter efficacement avec le pitch
 

Similaire à Whyers Guide des Business Models 2018

PME : POURQUOI COMMUNIQUER, POUR QUEL R.O.I. ?
PME : POURQUOI COMMUNIQUER, POUR QUEL R.O.I. ?PME : POURQUOI COMMUNIQUER, POUR QUEL R.O.I. ?
PME : POURQUOI COMMUNIQUER, POUR QUEL R.O.I. ?
Magina
 
Les nouveaux enjeux de la communication : l'Inbound Marketing
Les nouveaux enjeux de la communication : l'Inbound MarketingLes nouveaux enjeux de la communication : l'Inbound Marketing
Les nouveaux enjeux de la communication : l'Inbound Marketing
Patrick Barrabé® 😊
 
Comment développer la présence de votre entreprise sur Internet ?
Comment développer la présence de votre entreprise sur Internet ?Comment développer la présence de votre entreprise sur Internet ?
Comment développer la présence de votre entreprise sur Internet ?
CYB@RDECHE
 
#2 entamer une révolution culturelle au travers de l'innovation
#2   entamer une révolution culturelle au travers de l'innovation#2   entamer une révolution culturelle au travers de l'innovation
#2 entamer une révolution culturelle au travers de l'innovationJihane Choueiry-Baciocchini
 
Transformation numérique des PME : 6 défis
Transformation numérique des PME : 6 défisTransformation numérique des PME : 6 défis
Transformation numérique des PME : 6 défis
Pierre GRANCHAMP
 
[Étude Vanksen] Growth Hacking: S'inspirer des startups pour générer des leads
[Étude Vanksen] Growth Hacking: S'inspirer des startups pour générer des leads  [Étude Vanksen] Growth Hacking: S'inspirer des startups pour générer des leads
[Étude Vanksen] Growth Hacking: S'inspirer des startups pour générer des leads
Jerome Rudoni
 
Miser sur le digital pour lancer un nouveau produit sur le marché- Atelier-SU...
Miser sur le digital pour lancer un nouveau produit sur le marché- Atelier-SU...Miser sur le digital pour lancer un nouveau produit sur le marché- Atelier-SU...
Miser sur le digital pour lancer un nouveau produit sur le marché- Atelier-SU...
Afef Ben Youssef
 
Bluebiz United en bref
Bluebiz United en brefBluebiz United en bref
Bluebiz United en bref
Emmanuel GONON
 
Les PME face à l'économie numérique : programme de formation
Les PME face à l'économie numérique : programme de formationLes PME face à l'économie numérique : programme de formation
Les PME face à l'économie numérique : programme de formation
Pierre GRANCHAMP
 
Invitation B to B Summit Paris 2016
Invitation B to B Summit Paris 2016Invitation B to B Summit Paris 2016
Invitation B to B Summit Paris 2016
aressy
 
ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019
ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019
ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019
Louis-Alexandre Louvet
 
Gagner des clients grâce au marketing digital
Gagner des clients grâce au marketing digitalGagner des clients grâce au marketing digital
Gagner des clients grâce au marketing digital
Concept Image
 
le match : content marketing va automation marketing
le match : content marketing va automation marketingle match : content marketing va automation marketing
le match : content marketing va automation marketing
Kiss The Bride
 
Le marketing digital & les franchises
Le marketing digital & les franchisesLe marketing digital & les franchises
Le marketing digital & les franchises
Intuiti
 
Magasin d’échantillons gratuits
Magasin d’échantillons gratuitsMagasin d’échantillons gratuits
Magasin d’échantillons gratuits
ben salem omaima
 
BtoB : Digital for Business - Utiliser les forces du digital pour générer des...
BtoB : Digital for Business - Utiliser les forces du digital pour générer des...BtoB : Digital for Business - Utiliser les forces du digital pour générer des...
BtoB : Digital for Business - Utiliser les forces du digital pour générer des...
Vanksen
 
12 outils pour les PME, TPE et professions libérales pour communiquer localement
12 outils pour les PME, TPE et professions libérales pour communiquer localement12 outils pour les PME, TPE et professions libérales pour communiquer localement
12 outils pour les PME, TPE et professions libérales pour communiquer localement
Neocamino
 
Adetem Marketing Factory
Adetem Marketing FactoryAdetem Marketing Factory
Adetem Marketing Factory
Eric Espinosa
 
Conférence : Mettre le client au centre de la transformation numérique
Conférence : Mettre le client au centre de la transformation numériqueConférence : Mettre le client au centre de la transformation numérique
Conférence : Mettre le client au centre de la transformation numérique
Jonathan L'Ecuyer
 
Transformation numérique - MGT Conseils
Transformation numérique - MGT ConseilsTransformation numérique - MGT Conseils
Transformation numérique - MGT Conseils
Conrad GBAGUIDI
 

Similaire à Whyers Guide des Business Models 2018 (20)

PME : POURQUOI COMMUNIQUER, POUR QUEL R.O.I. ?
PME : POURQUOI COMMUNIQUER, POUR QUEL R.O.I. ?PME : POURQUOI COMMUNIQUER, POUR QUEL R.O.I. ?
PME : POURQUOI COMMUNIQUER, POUR QUEL R.O.I. ?
 
Les nouveaux enjeux de la communication : l'Inbound Marketing
Les nouveaux enjeux de la communication : l'Inbound MarketingLes nouveaux enjeux de la communication : l'Inbound Marketing
Les nouveaux enjeux de la communication : l'Inbound Marketing
 
Comment développer la présence de votre entreprise sur Internet ?
Comment développer la présence de votre entreprise sur Internet ?Comment développer la présence de votre entreprise sur Internet ?
Comment développer la présence de votre entreprise sur Internet ?
 
#2 entamer une révolution culturelle au travers de l'innovation
#2   entamer une révolution culturelle au travers de l'innovation#2   entamer une révolution culturelle au travers de l'innovation
#2 entamer une révolution culturelle au travers de l'innovation
 
Transformation numérique des PME : 6 défis
Transformation numérique des PME : 6 défisTransformation numérique des PME : 6 défis
Transformation numérique des PME : 6 défis
 
[Étude Vanksen] Growth Hacking: S'inspirer des startups pour générer des leads
[Étude Vanksen] Growth Hacking: S'inspirer des startups pour générer des leads  [Étude Vanksen] Growth Hacking: S'inspirer des startups pour générer des leads
[Étude Vanksen] Growth Hacking: S'inspirer des startups pour générer des leads
 
Miser sur le digital pour lancer un nouveau produit sur le marché- Atelier-SU...
Miser sur le digital pour lancer un nouveau produit sur le marché- Atelier-SU...Miser sur le digital pour lancer un nouveau produit sur le marché- Atelier-SU...
Miser sur le digital pour lancer un nouveau produit sur le marché- Atelier-SU...
 
Bluebiz United en bref
Bluebiz United en brefBluebiz United en bref
Bluebiz United en bref
 
Les PME face à l'économie numérique : programme de formation
Les PME face à l'économie numérique : programme de formationLes PME face à l'économie numérique : programme de formation
Les PME face à l'économie numérique : programme de formation
 
Invitation B to B Summit Paris 2016
Invitation B to B Summit Paris 2016Invitation B to B Summit Paris 2016
Invitation B to B Summit Paris 2016
 
ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019
ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019
ISlean consulting | cahier des entrepreneurs 2019
 
Gagner des clients grâce au marketing digital
Gagner des clients grâce au marketing digitalGagner des clients grâce au marketing digital
Gagner des clients grâce au marketing digital
 
le match : content marketing va automation marketing
le match : content marketing va automation marketingle match : content marketing va automation marketing
le match : content marketing va automation marketing
 
Le marketing digital & les franchises
Le marketing digital & les franchisesLe marketing digital & les franchises
Le marketing digital & les franchises
 
Magasin d’échantillons gratuits
Magasin d’échantillons gratuitsMagasin d’échantillons gratuits
Magasin d’échantillons gratuits
 
BtoB : Digital for Business - Utiliser les forces du digital pour générer des...
BtoB : Digital for Business - Utiliser les forces du digital pour générer des...BtoB : Digital for Business - Utiliser les forces du digital pour générer des...
BtoB : Digital for Business - Utiliser les forces du digital pour générer des...
 
12 outils pour les PME, TPE et professions libérales pour communiquer localement
12 outils pour les PME, TPE et professions libérales pour communiquer localement12 outils pour les PME, TPE et professions libérales pour communiquer localement
12 outils pour les PME, TPE et professions libérales pour communiquer localement
 
Adetem Marketing Factory
Adetem Marketing FactoryAdetem Marketing Factory
Adetem Marketing Factory
 
Conférence : Mettre le client au centre de la transformation numérique
Conférence : Mettre le client au centre de la transformation numériqueConférence : Mettre le client au centre de la transformation numérique
Conférence : Mettre le client au centre de la transformation numérique
 
Transformation numérique - MGT Conseils
Transformation numérique - MGT ConseilsTransformation numérique - MGT Conseils
Transformation numérique - MGT Conseils
 

Whyers Guide des Business Models 2018

  • 2. Pour réinventer son business en s’inspirant des secrets des startups Whyers 2018 18 Business models à (très) haut potentiel
  • 3. sommaire Préface 4 Comment réinventer son business en 2018 ? 5 assistive experience/chatbot exclusive/original content lifting de marque 8 12 16 I. innovation marketing et commerciale 7 customizable product one product niche hacking 21 25 29 II. innovation produit et usage 20 IA SaaS API 34 38 42 III. innovation technologique 33 De l’inspiration à l’exécution 87 Whyers en bref 92 Bibliographie & crédits 93 objets autonomes AR/VR blockchain 47 51 57 IV. innovation procédés & organisation 46 62 66 70 make it on demand créer un nouveau mode de consommation scoring V. innovation d’affaires 61 cibler les marchés émergents la gratuité (ou presque) local business 75 79 83 VI. innovation sociale 74
  • 6. page6 retourausommaire Dans une économie en pleine mutation portée par une course à l’innovation sans précédent, au- cune entreprise ne peut espérer survivre sans se réinventer et oser tester de nouveaux business models. Chez Whyers, notre mission est de traquer les meilleures pratiques d’innovation business du monde des startups pour les adapter à d’autres secteurs. Des TPE aux grands groupes, nous pro- posons à nos clients de s’inspirer de la culture startup pour concrétiser leurs projets d’innova- tion, avec l’appui d’un formidable réseau de 300 startups à succès en France et en Europe. Les opportunités ne manquent pas : imaginer de nouvelles sources de revenus, simplifier la vie du client, développer des fonctionnalités inédites, intégrer des technologies, explorer de nouveaux segments… Mais le plus dur n’est pas de trou- ver l’idée. Le vrai challenge, c’est de réussir à la concrétiser de façon ultra rapide et efficace, à la mode startup. Chefs de projet en R&D, marketeurs, intrapre- neurs férus d’innovation… Ce guide est fait pour vous. Fruit de plusieurs mois d’analyse des nou- veaux business models émergents dans l’éco- système startup, ilvous propose de décrypter les toutes dernières innovations business imaginées par des patrons de startups visionnaires et talen- tueux. À travers 18 business models, vous y dé- couvrirez les pratiques et les étonnants secrets de réussite des meilleures startups du moment. Ces innovations, classées en 6 grandes catégo- ries, sont autant de sources d’inspiration à saisir et d’opportunités à explorer. Sans modération. Alors, laissez-vous inspirer ! Julien Masson Fondateur de Whyers
  • 7. page7 I. innovation marketing et commerciale retourausommaire 8 assistive experience/chatbot 12 exclusive/original content 16 lifting de marque
  • 8. page8 retourausommaire Pour optimiser la relation client, de nombreuses marques cherchent aujourd’hui à développer et entretenir une interaction permanente et per- sonnalisée avec les consommateurs. Tradition- nellement, cet enjeu commercial stratégique re- posait exclusivement sur les ressources humaines: community managers, télé-conseillers, chargés de SAV... Mais l’émergence des chatbots offre au- jourd’hui de nouvelles perspectives plus que pro- metteuses dans ce domaine. assistive experience/ chatbot assistive experience/chatbot
  • 9. page9 retourausommaire • Une bonne identification préalable des besoins de la cible (clients, collaborateurs…), pour programmer des contenus conversationnels pertinents et évolutifs • Un travail de conception et de développement technologique bien mené, pour créer un chatbot simple, intuitif et ergonomique • Une phase de test préalable sur une audience restreinte, puis un suivi permanent du bon fonctionnement et des résultats du service Les ingrédients du succès : Le chatbot est une intelligence artificielle qui agit comme un télé-conseiller virtuel : il per- met de répondre rapidement et efficacement aux questions et demandes des utilisateurs, en générant une expérience conversationnelle authentique. C’est une nouvelle forme de dia- logue intelligent où tout le contenu est pensé à l’avance et adapté à la cible. Aujourd’hui, cette solution technologique en plein essor permet de gérer efficacement de grandes quantités de requêtes, et son champ d’application ne se limite pas aux relations clients : gestion des ressources humaines, com- munication interne, enseignement et formation… Les perspectives d’application sont multiples. assistive experience/chatbot
  • 10. page10 retourausommaire Hello Jam est une plate-forme conversation- nelle partiellement gérée par des chatbots, dont le principe est de proposer aux utilisateurs toutes sortes de bons plans pour « ne jamais vivre deux fois la même journée » : dernières sorties, em- plois, idées cadeaux, promos… Le secret de sa réussite : le contenu conversa- tionnel généré – 100 % personnalisé, pertinent et gratuit – et le ton parfaitement adapté à la cible. La startup est aujourd’hui en pleine croissance et a lancé un nouveau service B to B proposant de développer des solutions de chatbot sur me- sure. • Simplifier la vie des clients, en offrant une solution d’assistance personnalisée, instantanée et pertinente • Rationaliser et optimiser la gestion des réclamations • Assister les collaborateurs en interne La startup qui nous inspire : Les applications possibles : assistive experience/chatbot Hello Jam !
  • 12. page12 retourausommaire exclusive original content Quand on est sur un marché ultra-concurrentiel (e-commerce, divertissement, mode…), créer un nouveau produit ou service est loin d’être évident. L’une des stratégies gagnantes pour y parvenir consiste à miser sur la production de contenus originaux et exclusifs, mais dont l’accès est limité. Concrètement, il s’agit de proposer des contenus de haute qualité, mais accessibles uniquement à un cercle de privilégiés ou de façon limitée dans le temps. C’est la méthode de l’avant-première, par exemple. exclusive/original content
  • 13. page13 retourausommaire • La créativité ! C’est l’axe essentiel dans lequel investir sans compter pour percer avec ce business model. Les ressources humaines créatives et artistiques sont le pilier central d’une stratégie d’exclusive content. • Une stratégie marketing en béton pour créer l’engouement autour du contenu produit et susciter la demande. • Un modèle économique bien étudié (sous quelle forme décline-t-on sa stratégie d’exclusivité ? Accès limité par abonnement, contenus disponibles sur des durées limitées, avant-premières et événementiel… ?) Les ingrédients du succès : Pourquoi ça marche ? Tout simplement parce que la rareté suscite l’envie. Limiter la disponibi- lité d’un produit augmente mécaniquement sa valeur, et donc la demande… Cette stratégie se décline très bien sur le web, notamment sous la forme de vidéos. Un brin d’événementiel peut aussi la booster efficace- ment. Ce n’est pas une stratégie nouvelle – des marques de jeux comme Nintendo ou Super Ma- rio par exemple l’ont adoptée depuis longtemps. Mais la grande différence aujourd’hui, c’est que de nouveaux acteurs en ont fait un business mo- del à part entière. Et ça marche. En clair, une stratégie marketing d’exclusive content se décompose en trois grandes étapes : • Vous créez un contenu original • Vous le marketez pour susciter l’envie et la demande • Vous en limitez l’accès (uniquement sur inscription, forfait, invitation...). exclusive/original content
  • 14. page14 retourausommaire On ne présente plus Netflix. Difficile même d’imaginer qu’on vivait sans il y a quelques an- nées seulement… En proposant des séries ori- ginales disponibles exclusivement sur sa plate- forme via un abonnement, Netflix a réussi à révolutionner l’industrie du divertissement en dépoussiérant de fond en comble un secteur traditionnellement verrouillé autour d’acteurs historiques bien installés. L’innovation majeure ici, c’est que les contenus des séries de Netflix sont imaginés à partir d’al- gorithmes qui analysent les habitudes des utili- sateurs. Le tout porté par un modèle économique très simple, qui a permis à Netflix d’imposer en quelques années son modèle partout dans le monde. La startup qui nous inspire : • Disrupter un service existant • Se démarquer sur un marché concurrentiel • Attirer de nouveaux segments de clientèle avec des contenus premium Les applications possibles : exclusive/original content Netflix !
  • 16. page16 retourausommaire lifting de marque L’idée du « lifting de marque » est de dépous- siérer l’image d’un produit/service existant. La technique consiste à revisiter une marque en s’ins- pirant d’autres univers et en utilisant au maximum les canaux digitaux. En clair, on fait du neuf avec du vieux ! L’objectif est de rester dans le coup et de reprendre du terrain sur la concurrence, en sus- citant un regain d’intérêt et de curiosité chez les consommateurs, toujours friands de nouveauté. lifting de marque
  • 17. page17 retourausommaire • Du flair, pour cibler les bons produits/services à dépoussiérer • Un gros travail sur le packaging et le design • Une stratégie de communication léchée pour mettre un coup de projecteur sur ses produits « relookés », appuyée par des campagnes de pub solides Les ingrédients du succès : lifting de marque Pléthore de produits et services pâtissent d’une image vieillissante qui mériterait d’être remise au goût du jour. Alors on modernise, on se réinvente, on fait peau neuve. En osant sou- mettre des produits classiques à un relooking décalé, de nombreuses jeunes marques sont ainsi parvenues à imposer en très peu de temps des offres originales qui ont fait mouche côté ventes. Certaines marques vont même plus loin, en érigeant cette stratégie de « tuning » de pro- duits courants en business model à part entière : toute leur stratégie consiste alors à proposer en permanence des produits revisités.
  • 18. page18 retourausommaire Cette jeune startup a réussi à rendre trendy un produit de commodité méchamment banal : les gels nettoyants pour les mains. Joli exploit, s’agissant d’un produit qui à la base ne suscite virtuellement aucune émotion d’achat. Le pari de Merci Handy a été d’en faire un pro- duit cosmétique chic et glam que l’on a plaisir à utiliser, doté d’une texture pailletée et d’un agréable parfum acidulé. La startup a ainsi dé- veloppé une gamme complète de gels en re- voyant complètement le produit, de sa concep- tion jusqu’au packaging, et en s’inspirant des codes propres au marché de la beauté B to C. Merci Handy est aujourd’hui en pleine crois- sance, avec des séries spéciales développées avec Disney. Après le gel hydroalcoolique, la marque s’est attaquée à plusieurs autres pro- duits (dentifrices, crèmes) qui ont à leur tour été repensés de A à Z pour incarner de véritables must-have urbains du quotidien. Une stratégie produit et marketing complétée avec brio par une communication ultra-fraîche et originale sur la boutique en ligne et les réseaux sociaux de la startup. La startup qui nous inspire : • Dépoussiérer et remettre sur le devant de la scène un produit « dormant ». • Transformer un produit basique en un « must-have » trendy et attractif. Les applications possibles : Merci Handy ! lifting de marque
  • 20. page20 II. innovation produit et usage retourausommaire 21 customizable product 25 one product 29 niche hacking
  • 21. page21 retourausommaire customizable product De l’univers de la mode à celui de l’automobile, en passant par la déco d’intérieur, les produits high-tech ou encore le tourisme, les consomma- teurs sont de plus en plus nombreux à réclamer des produits sur mesure, des modèles personna- lisés uniques pour affirmer leur individualité. customizable product
  • 22. page22 retourausommaire • Côté marketing : des enquêtes bien menées auprès des consommateurs pour bien connaître et répertorier leurs besoins et envies en termes de personnalisation d’un produit/service donné • Côté production : une transition réussie vers un process industriel souple rendant possible la personnalisation en série (grâce à l’impression 3D par exemple) Les ingrédients du succès : customizable product D’un point de vue business, cette nouvelle tendance de consommation ouvre sur une infi- nité de perspectives prometteuses. Se lancer sur le marché de la personnalisation représente dès lors une opportunité plus qu’alléchante. Toute la complexité se concentre au niveau de la pro- duction : l’enjeu est de parvenir à rendre flexibles des outils industriels initialement conçus pour produire des modèles standardisés en grande série. La bonne nouvelle, c’est que les progrès de la robotisation et de l’impression 3D offrent aujourd’hui de nombreuses possibilités pour créer sur demande des produits 100 % customi- sés. Les avancées technologiques en la matière continuent d’évoluer à grande vitesse. Ce qu’il faut bien noter, c’est que le marché de la personnalisation n’est déjà plus réservé au secteur du luxe et a amorcé sa phase de démo- cratisation. Demain, la personnalisation des pro- duits de grande consommation sera la norme, alors autant s’y préparer dès maintenant !
  • 23. page23 retourausommaire Bloomizon propose sur la base d’une série critères des formules 100 % personnalisées de compléments en vitamines. La prouesse de cette startup a été de rendre ses opérations suffisamment agiles pour pou- voir proposer une offre sur mesure, optant ainsi pour un positionnement one-to-one inédit sur le marché des compléments alimentaires. Pour ce faire, elle a intégré des technologies de pointe dans son processus industriel. Parallèlement, Bloomizon a su accompagner cette innovation industrielle d’une communi- cation efficace axée sur une approche santé et bien-être individualisée. Le parcours client sur la boutique en ligne de la marque se divise en deux étapes simples : un diagnostic personnali- sé des besoins en vitamines, puis la commande en ligne. Direct et efficace. La startup qui nous inspire : • Donner un coup de boost à des lignes de produits existantes en développant une offre de customisation • Créer from scratch un produit d’appel 100 % personnalisable • Investir de nouveaux marchés en proposant une offre inédite de personnalisation Les applications possibles : Bloomizon ! customizable product
  • 25. page25 retourausommaire La stratégie du « one product » correspond au réflexe généralement adopté quand on se lance : cibler un seul produit sur lequel on concentre tous ses efforts, dans l’optique de se diversifier dans un second temps. Mais à l’ère de la démultiplication exponentielle de l’offre et de la généralisation de l’embarras du choix, concentrer son offre sur un produit unique peut être une véritable stratégie et s’avérer un parti pris payant. one product one product
  • 26. page26 retourausommaire • Une solide étude préalable du marché pour bien analyser les besoins des consommateurs et définir précisément la proposition de valeur sur laquelle on veut se concentrer • Côté production, un travail conséquent sur la qualité du produit, s’appuyant si possible sur des technologies brevetées Les ingrédients du succès : Avec le « one product », la marque positionne son produit phare comme une référence sur un marché donné. L’idée consiste à élaborer une offre ultra-ciblée, simple et claire, autour d’un produit unique répondant à un besoin spécifique. La valeur ajoutée de ce positionnement est qu’il facilite la vie du consommateur, en lui pro- posant un choix simple et évident qui le libère du souci de devoir comparer des dizaines d’offres plus ou moins lisibles. Bref, on lui présente sur un plateau ce qu’il y a de meilleur. Mais attention ! Quand on propose un seul produit, il faut que ce soit le produit parfait, de la meilleure qualité qui existe. Comme l’explique le gourou du marketing Seth Godin dans son livre La vache pourpre : Rendez votre marque, vos produits, votre entreprise remarquables !, un bon marketing ne suffit plus pour vendre un produit : encore faut-il que ce produit soit réellement ex- ceptionnel. Il n’est plus possible de se contenter d’être bon, il faut pouvoir proposer le meilleur, quitte à jouer sur les extrêmes : le plus grand, le plus minuscule, le plus rapide, le plus décalé, le moins cher du marché… Pour cartonner côté ventes, votre produit unique doit donc être ex- traordinaire, incontournable et irrésistible pour se démarquer nettement de la concurrence. Bref, il faut se positionner comme une référence. one product
  • 27. page27 retourausommaire Cette startup française s’est concentrée sur le marché du matelas, en proposant une offre unique 100 % en ligne. En optant pour le modèle du « one product », Tediber a réussi à disrupter un marché très em- bouteillé, où la diversité des offres générait la confusion chez le consommateur. D’un point de vue business, leur principale in- novation a été de simplifier l’offre : la startup n’a pas cherché à créer de besoin farfelu nouveau mais s’est concentrée sur un besoin réel univer- sel, en y apportant une réponse simple sur un marché où il était dur d’y voir clair. La réussite de la startup s’est bâtie autour d’un positionnement unique « triplement in- croyable » : qualité incroyable (des matelas uni- versels, offrant une expérience de confort im- battable grâce à une technologie brevetée de mousse à mémoire de forme) + prix incroyable (un prix juste et fixe toute l’année, à l’opposé du foisonnement de promotions illisibles propo- sées par la plupart des concurrents) + service incroyable (un parcours client simple et intuitif permettant de commander son matelas en ligne en quelques minutes, suivi d’une livraison ul- tra-rapide). Avec cette équation gagnante, la startup a réussi l’exploit de s’imposer rapidement comme une référence sur le marché du matelas. • Révolutionner un marché en lançant un produit unique incontournable • Investir une niche en s’y positionnant comme une référence, à travers la simplicité d’une offre unique de qualité La startup qui nous inspire : Les applications possibles : one product Tediber !
  • 29. page29 retourausommaire Avec un peu de recul et un bon sens de l’obser- vation, on peut déceler d’étonnantes opportunités business auxquelles personne n’avait jamais son- gé avant. L’idée est qu’il est possible de créer de la valeur à partir d’infimes détails dans nos schémas de consommation. Explications. niche hacking niche hacking
  • 30. page30 retourausommaire • Une analyse fine d’un schéma de consommation ou d’un parcours client donné pour identifier l’opportunité business insoupçonnée qui fera mouche (des études qualitatives auprès des consommateurs peuvent être un moyen intéressant d’y parvenir) • Un brin d’ingéniosité pour trouver le bon modèle économique à mettre en place autour de cette brillante idée • Comme il s’agit de lancer un service complètement nouveau sur le marché, un gros effort de marketing et de communication correctement ciblé est incontournable au moment du lancement Les ingrédients du succès : Le cœur de ce business model consiste à se concentrer sur un morceau précis d’un par- cours client, un moment particulier de la jour- née, un aspect spécifique d’une habitude de consommation… et de développer un service entièrement centré sur ce détail. Cela concerne généralement une cible très spécifique, chez qui on a décelé une habitude bien précise à partir de laquelle on va créer de la valeur. Cette stratégie business innovante permet par exemple de s’arroger un territoire exclusif sur un marché très concurrentiel. L’idée est de se po- sitionner sur un service ultra-précis, en propo- sant une solution sur mesure à un segment de niche. La clé du succès consiste à trouver une formule gagnant-gagnant où tout le monde trouvera son compte, accompagnée d’un mo- dèle économique astucieux. L’objectif recher- ché, c’est l’effet « bien vu ! ». Ce type de business model peut être extrême- ment rentable car il permet de se positionner en pionnier sur un marché, sans aucun concurrent ! Premier arrivé, premier servi : pourvu que la niche identifiée soit porteuse, c’est vous qui dé- tenez l’ensemble du marché, avec à la clé une immense marge de visibilité et de croissance. Jackpot. niche hacking
  • 31. page31 retourausommaire Travelcar a réussi à créer de la valeur au- tour d’un moment précis d’un parcours client : lorsque les voyageurs prenant l’avion laissent leur voiture au parking de l’aéroport. L’intuition de Travelcar a été de se dire qu’une voiture immobilisée au fond d’un parking d’aéro- port représente un poids financier (lié au coût du parking) qui peut être vu comme un manque à gagner. Leur idée de génie a donc été de mon- ter une plateforme permettant aux voyageurs en partance qui laissent leur voiture derrière eux de la louer pendant leur absence à des voyageurs arrivant sur place. La prouesse de cette startup est d’avoir réussi à imaginer un service autour d’une action ap- paremment anodine (celle de laisser sa voiture dans un parking d’aéroport) au sein d’un parcours client orienté vers tout autre chose (aller prendre l’avion). La proposition de valeur de Travelcar est intéressante aussi bien pour les voyageurs pro- priétaires de voitures que pour ceux cherchant à louer une voiture pendant leur séjour. Bref, la formule gagnant-gagnant parfaite. Travelcar est aujourd’hui implantée dans plu- sieurs aéroports du monde entier et des milliers de voyageurs utilisent son service de location de voitures entre particuliers. • Isoler une étape spécifique d’un parcours client et développer à partir de là un service à part entière • Identifier une action apparemment banale à partir de laquelle on pourrait créer une proposition de valeur • Aller encore plus loin dans le service que l’on apporte en remontant les diverses ramifications de la chaîne de valeur (dans l’exemple de TravelCar, un aéroport ou un gestionnaire de parking aurait très bien pu identifier cette opportunité au sein de leur chaîne de valeur et lancer le même service). La startup qui nous inspire : Les applications possibles : niche hacking Travelcar !
  • 34. page34 retourausommaire IA C’est LA priorité stratégique du XXIème siècle en matière d’innovation. L’intelligence artificielle (IA), qui consiste à rendre des machines capables de prendre des décisions complexes de façon auto- nome, grâce à l’exploitation par des algorithmes d’une grande quantité de données, s’annonce en effet comme la plus grosse révolution des années à venir. IA
  • 35. page35 retourausommaire • Un investissement technologique très conséquent • Un important effort de communication en interne pour rassurer les collaborateurs, les informer sur les potentialités de l’IA et les former à la gestion des nouveaux outils basés sur cette technologie Les ingrédients du succès : IA En permettant l’automatisation d’une foule de tâches aujourd’hui gérées par l’homme, la pro- messe technologique de l’IA est en passe de bouleverser littéralement une multitude de domaines, laissant même entrevoir des possibi- lités qui relevaient jusqu’ici de la science-fiction. Une révolution qui ne manque pas de susciter, au passage, une série de préoccupations éthiques légitimes portant notamment sur la sécurité des données, l’impact sur la vie privée et la destruc- tion d’emplois. Les applications de l’IA n’en restent pas moins multiples : de la cybersécurité au marketing (via l’analyse de données sur les comportements des utilisateurs) en passant par les processus industriels (en automatisant les prises de déci- sions courantes sur les chaînes de production) ou encore la médecine.
  • 36. page36 retourausommaire Cette startup a été créée par William Eldin, l’un des fondateurs du célèbre système antiradars Coyote. Le défi auquel s’attaque aujourd’hui Group XXII est colossal : inventorier l’ensemble des signaux de notre cerveau dans l’optique de parvenir, à terme, à nous affranchir des interactions phy- siques avec les écrans. Concrètement, il s’agi- rait de pouvoir interagir avec les machines par la seule force de la pensée, une idée apparem- ment folle mais qui commence déjà à être dé- veloppée, notamment dans le domaine médical où elle a déjà permis à des patients aveugles de recouvrer la vue et à des personnes paralysées de faire à nouveau obéir l’un de leurs membres. Pour réaliser cette ambition démiurge, Group XXII a d’ores et déjà fédéré un réseau interna- tional de compétences réunissant les meilleurs experts mondiaux sur les dernières technologies de pointe en intelligence artificielle (docteurs en neurosciences, informaticiens…). La vision de cette startup est que l’intelligence artificielle permettra demain d’augmenter nos sens et nos capacités, pour le meilleur. La startup qui nous inspire : • Automatiser et optimiser la collecte, le traitement et le stockage de grandes quantités de données (big data) • Développer des systèmes experts (logiciels d’aide à la décision fondés sur l’exploitation de bases de données spécialisées) • Créer des services 100 % autonomes • Offrir de nouvelles expériences clients complètement incroyables Les applications possibles : XXII Group ! IA
  • 38. page38 retourausommaire SaaS C’est l’un des business models actuellement les plus en populaires dans le milieu des startup, et plus généralement sur le marché des offres B to B. SaaS
  • 39. page39 retourausommaire • Une bonne compréhension des comportements, besoins et attentes des utilisateurs envers une application donnée • Un effort important sur l’ergonomie et le design de l’interface, pour offrir un service non seulement utile mais également agréable à utiliser • Un niveau de garantie maximal quant à la sécurité des données Les ingrédients du succès : SaaS Le principe du SaaS (software as a service, ou « logiciel en tant que service » en français) est de mettre à disposition des applications ou logiciels à distance, via des plateformes web. Un exemple bien connu est celui de DropBox. Au lieu d’acheter un logiciel et de l’installer sur leur machine, les utilisateurs accèdent au service en ligne, moyennant généralement un abonnement mensuel. Concrètement, ce type de service offre la possibilité aux entreprises d’externaliser tout ou partie de leurs systèmes d’information. Le principal avantage de ce modèle tient à sa récurrence : si le service proposé est de qualité et que la demande suit, il offre la garantie d’un chiffre d’affaires durable grâce aux souscriptions mensuelles payées par les utilisateurs du ser- vice. Ce business model s’applique notamment aux logiciels de gestion des relations client (CRM), aux systèmes de messagerie, de visioconfé- rence et de partage de documents en interne, ou encore aux outils de gestion des ressources humaines. Mais de nombreux autres domaines d’application encore inexplorés pourraient être investis, y compris en B to C.
  • 40. page40 retourausommaire Spendesk a réussi à répondre à un problème rencontré par de nombreux entrepreneurs et PME : la gestion courante des frais et particuliè- rement des notes de frais. Cette startup française a ainsi créé le premier service entièrement accessible en ligne qui per- met aux entreprises de piloter leurs dépenses en temps réel et d’automatiser une partie de leurs opérations de comptabilité. Le service pro- pose aussi un système de cartes de paiement internes permettant de tracer efficacement et facilement toutes les dépenses d’une équipe. Alors que la gestion des frais est traditionnel- lement vécue comme une lourdeur comptable complexe, Spendesk a ainsi réussi à créer une expérience utilisateur ultra-facile et fluide. Son modèle économique repose sur une simple souscription mensuelle, avec un léger pourcen- tage de commission. La startup qui nous inspire : • Créer un nouveau service B to B à forte valeur ajoutée uniquement disponible à distance au format SaaS • Développer une offre de « full SaaS », permettant aux entreprises d’héberger l’intégralité de leurs outils et bases de données sur le cloud (solution idéale dans les configurations de télétravail notamment) Les applications possibles : Spendesk ! SaaS
  • 42. page42 retourausommaire API Une API (pour application programming interface en anglais) est une interface de programmation qui permet de rendre accessibles certaines fonc- tionnalités ou technologies à des développeurs ou utilisateurs externes. API
  • 43. page43 retourausommaire • Une solution technologique à forte valeur ajoutée, valorisée sous la forme d’un service web pertinent offrant diverses fonctionnalités • Un effort de maintenance et de mise à jour permanent (en clair, il faut pouvoir s’appuyer en interne sur une équipe de développeurs et autres techniciens du web ultra-compétents) Les ingrédients du succès : API L’une des plus célèbres API est celle de Goo- gle Maps, utilisée dans des centaines d’applica- tions s’appuyant sur la géolocalisation (comme l’application Uber par exemple). Ou encore l’API de PayPal, intégrée à des milliers de sites marchands. Sans compter les API de blogging comme Wordpress ou Overblog, qui permettent à des non-initiés de publier des contenus en ligne sans besoin de savoir coder. Concrètement, construire une API permet de très vite créer de la valeur en développant tout un écosystème autour d’une application. De nombreux grands groupes ou PME dé- tiennent ainsi des technologies à forte valeur ajoutée à partir desquelles ils pourraient créer leur propre API. Un moyen ultra-efficace de dé- cupler la notoriété et la visibilité de sa marque en asseyant son expertise technologique, tout en élargissant au passage son business à partir d’un investissement minime.
  • 44. page44 retourausommaire Indéniablement l’une des plus belles success story de ces dernières années en matière d’API. Co-fondée par deux jeunes américains, Stripe propose aux e-commerçants une solution ul- tra-simple pour créer leurs formulaires de paie- ment en ligne et gérer l’ensemble des transac- tions sur leur site. Avant l’arrivée de cette API sur le marché B to B, il fallait prévoir de longues négociations avec ses banques et avoir des connaissances tech- niques très pointues pour pouvoir lancer un site marchand. Aujourd’hui, il suffit d’intégrer sur son site une API comme celle de Stripe : c’est simple, rapide et fiable. Les API comme Stripe ont ainsi forte- ment contribué à l’essor du e-commerce. La startup qui nous inspire : • Valoriser un asset technologique • Créer un écosystème de services en parallèle de son cœur de métier • Explorer de nouveaux marchés Les applications possibles : Stripe ! API
  • 46. page46 IV. innovation procédés & organisation retourausommaire 47 objets autonomes 51 AR/VR 57 blockchain
  • 47. page47 retourausommaire objets autonomes Tout le monde a entendu parler de la révolution des objets connectés… Sans trop savoir, souvent, à quoi cela correspond véritablement. Au-delà de la célèbre montre connectée qui a envahi le marché dans les années 2010 et que certains relèguent au rang de simple gadget, il est parfois difficile d’en saisir les différentes applications. objets autonomes
  • 48. page48 retourausommaire • La maîtrise des dernières avancées en matière d’IA et d’Internet des objets • Une approche centrée sur les besoins et le confort de l’utilisateur • Un traitement performant des données collectées Les ingrédients du succès : objets autonomes La véritable nouveauté dans ce domaine est l’apparition récente de technologies permettant de développer des objets 100 % autonomes. Ces appareils basés sur l’intelligence artificielle sont capables d’analyser leur environnement et d’adapter leur activité en fonction de ces don- nées, sans aucune intervention humaine. De telles technologies ont d’abord été déve- loppées dans le domaine militaire, avec l’appa- rition de drones autonomes ou de « soldats ro- bots ». Aujourd’hui, elles envahissent le domaine civil, à travers une multitude de projets. Citons par exemple le développement de voitures au- tonomes, capables d’accélérer, de doubler, de se rabattre et de passer des péages sur auto- route en toute autonomie. De nombreux robots domestiques connectés sont également déve- loppés par des marques telles que LG, Asus ou Softbank Robotics. Les applications dans la vie quotidienne – tant personnelle que professionnelle – sont innom- brables. Demain, les tâches les plus répétitives seront sans doute complètement prises en charge par des objets autonomes, capables de gérer de manière indépendante tout en s’adap- tant à leur environnement et aux habitudes des utilisateurs.
  • 49. page49 retourausommaire La startup Ween a été lancée en 2014 et pro- pose à la vente un thermostat connecté 100 % autonome. Ce dernier est capable de moduler instantanément la température de votre loge- ment en fonction de vos besoins. Vous quittez la maison ? Grâce à une techno- logie de géopilotage (qui nécessite simplement de garder son smartphone sur soi), le thermostat baisse automatiquement la température. Il anti- cipe également votre retour à la maison en étu- diant les habitudes de votre famille et optimise votre chauffage en temps réel. Cet objet connecté intelligent apporte plus de confort et peut faire économiser jusqu’à 25 % sur la facture de chauffage. Et ce, sans que l’utilisa- teur n’ait à se préoccuper de quoi que ce soit. C’est ce que l’on appelle une technologie « Mind Off », sans notifications ni alertes incessantes : l’objet est autonome au point que l’on n’a même plus besoin de s’en soucier. Avec ce thermostat intelligent, Ween est par- venue à réunir tous les ingrédients du succès d’un objet autonome : maîtrise technologique, approche centrée sur les besoins des utilisateurs et traitement efficace et intelligent des données. La startup qui nous inspire : • Automatiser les tâches récurrentes • Gagner en productivité pour se concentrer sur des tâches à forte valeur ajoutée • Développer de nouvelles générations de produits partiellement ou 100 % autonomes • Favoriser l’émergence d’environnements de travail plus intelligents Les applications possibles : Ween ! objets autonomes
  • 51. page51 retourausommaire AR /VR La réalité augmentée et la réalité virtuelle (AR/ VR en anglais) représentent vraisemblablement une des révolutions technologiques les plus si- gnificatives des années à venir. Alors autant ne pas passer à côté ! Avec la réalité augmentée, l’utilisateur voit son environnement enrichi d’éléments virtuels super- posés à un contexte réel, via une interface en 2D ou en 3D (sur tablette, smartphone, lunettes et peut-être prochainement sur lentilles !). Dans le cadre de la réalité virtuelle en revanche, l’utilisa- teur est immergé en vase clos dans un environne- ment 100 % fictif, par l’intermédiaire d’un casque. Initialement cantonnées au gaming et au monde de l’entertainment (avec l’exemple planétaire de Pokémon Go), ces deux technologies sont au- jourd’hui sur le point d’envahir de très nombreux secteurs d’activité. Digi-Capital a d’ailleurs estimé dans une étude que le marché de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée représenterait plus de 150 milliards de dollars d’ici 2020. Autant dire qu’il se présente comme une source de richesses et de business plus que prometteuse. AR/VR
  • 52. page52 retourausommaire • Une inépuisable créativité ainsi qu’un sens affiné du détail • L’art de la mise en scène : ces technologies n’ont pas leur pareil pour éblouir le consommateur, qui ne demande qu’à être surpris et séduit avant de consentir à l’acte d’achat • L’identification précise des données à transmettre à l’utilisateur en fonction de ses besoins Les ingrédients du succès : AR/VR Sans compter que les technologies d’AR/VR peuvent avoir de multiples domaines d’applica- tion. La réalité augmentée ou virtuelle est ainsi notamment utilisée pour améliorer l’expérience client. Par exemple, Ikéa propose d’ores et déjà de tester ses meubles directement dans le salon du consommateur, via un simple smartphone. Certaines sociétés immobilières permettent à leurs clients des visites en réalité virtuelle, et de plus en plus d’entreprises proposent de tester leurs produits en magasin grâce à des casques VR. La réalité virtuelle ou augmentée permet non seulement de traiter davantage d’informations simultanément et de révolutionner l’expérience du consommateur, mais également de réduire ses coûts opérationnels. Avec un showroom virtuel à portée de casque, nul besoin d’investir dans des espaces d’exposition ou de stockage superflus ! Tous les secteurs peuvent donc exploiter les possibilités inhérentes à ces deux technologies, depuis les experts de la formation jusqu’aux pro- fessionnels de santé, en passant par les agences de communication ou de publicité. Qu’atten- dez-vous pour sauter le pas et émerveiller votre clientèle ?
  • 53. page53 retourausommaire La startup Occipital a lancé en 2016 un casque de réalité virtuelle et augmentée haut de gamme, compatible avec l’iPhone : Bridge. D’un point de vue business, cette offre répondait alors directement à une lacune surprenante, dans la mesure où Apple n’avait encore jamais dévelop- pé de casque VR pour ses clients. Ce produit innovant permet à l’utilisateur d’ex- ploiter une technologie « Room scale » qui offre la possibilité d’évoluer dans un monde virtuel à partir de son propre salon. Le consommateur peut choisir le mode AR en superposant à son environnement réel des éléments virtuels, comme une petite créature nommée Bridget avec laquelle il peut interagir librement. Ou encore opter pour le mode VR : il est alors propulsé dans un monde imaginaire et merveilleux qu’il peut explorer en temps réel tout en évitant les obstacles signalés par des ombres rouges. Non contente de proposer un produit haut de gamme extrêmement performant, la startup Occipital a aussi opéré un changement de cible en concevant un casque VR destiné à un seg- ment professionnel – et non plus seulement aux « geeks » adeptes des dernières technologies lancées sur le marché. Cet appareil a été spé- cialement conçu à l’attention des développeurs, qui grâce à cet outil pourront booster leur créati- vité et créer facilement des applications utilisant la technologie Room scale. Une manière ingé- nieuse d’étendre son vivier de prospects ! La startup qui nous inspire : Bridge d’Occipital ! AR/VR
  • 55. page55 retourausommaire La startup qui nous inspire : • Révolutionner l’expérience client / utilisateur • Former ses collaborateurs à des techniques ou à des compétences nouvelles • Booster la créativité de ses équipes • Gagner du temps et réduire ses coûts opérationnels • Faire tomber les barrières géographiques entre collaborateurs des firmes internationales – en privilégiant le travail d’équipe au sein de salles virtuelles Les applications possibles : AR/VR
  • 57. page57 retourausommaire blockchain La blockchain (ou « chaîne de blocs » en fran- çais) est une innovation qui demeure entourée d’un certain mystère. Initialement cantonnée au domaine des transactions financières, cette solu- tion ultra-sécurisée de stockage, de validation et de transmission de données offre aujourd’hui d’incroyables perspectives de développement dans de multiples autres domaines. Quel est son fonctionnement ? Chaque tran- saction réalisée est encryptée et stockée sur une plateforme décentralisée (un « bloc ») s’intégrant à une chaîne globale. Grâce à des algorithmes, chaque transaction est alors analysée avant d’être validée puis transmise à la chaîne globale. Dès lors, les informations enregistrées dans la « chaîne de blocs » ne sont plus modifiables ou falsifiables, la blockchain conservant systémati- quement l’historique de toutes les transactions réalisées. La blockchain est la technologie qui sous-tend l’industrie des cryptomonnaies, comme le cé- lèbre bitcoin par exemple. Tout le monde peut investir dans le bitcoin et réaliser des transactions sécurisées via un portefeuille virtuel, sans l’inter- vention d’un quelconque intermédiaire. blockchain
  • 58. page58 retourausommaire • Une communauté d’utilisateurs suffisamment vaste pour garantir l’inviolabilité de la blockchain • La maîtrise des algorithmes cryptographiques permettant la validation des transactions • Des ressources énergétiques importantes et bien réparties pour soutenir l’énorme puissance de calcul nécessaire au fonctionnement de la blockchain Les ingrédients du succès : blockchain L’impact de la blockchain pourrait bientôt être décisif d’un point de vue business, notamment dans les secteurs de la banque et de l’assurance. Dans la mesure où la blockchain supprime les in- termédiaires traditionnellement incontournables pour assurer la sécurisation des transactions, elle pourrait en effet entièrement disrupter ces deux secteurs. D’un autre côté, cette technolo- gie pourrait également permettre aux banques et autres organismes financiers d’accélérer leurs processus de validation des transactions, de ré- duire les risques de fraude ou de développer des plateformes de trade finance à l’instar d’UBS et d’IBM. Certaines compagnies d’assurance se lancent également dans le développement de contrats intelligents en autogestion, comme Axa qui a lancé une assurance automatisée pour les retards d’avion. Malgré l’investissement et l’énergie consi- dérables nécessaires à sa mise en place, la blockchain est donc une innovation à suivre de très près. Autre piste de développement à en- trevoir : la gestion de données non financières, telles que les informations juridiques. Les do- maines d’application susceptibles de bénéficier de la blockchain ont toutes les chances de se démultiplier dans les années à venir.
  • 59. page59 retourausommaire Et si Blablacar était déjà has been ? La’Zooz est une startup israélienne proposant un service de covoiturage intelligent reposant sur la technolo- gie de la blockchain, qui pourrait bien supplan- ter demain Uber et Blablacar ! Ce service open source est détenu à 100 % par sa communauté puisque la plateforme est complètement dé- centralisée. Les utilisateurs de La’Zooz ont ainsi la possibili- té de se connecter en temps réel pour proposer des places libres dans leur véhicule, sans au- cun intermédiaire. La startup possède sa propre monnaie virtuelle – les Zooz – dont la valeur di- minue à mesure que la communauté augmente, qui permet de rémunérer les conducteurs et autres acteurs de la plateforme. Contraitement à Blablacar ou Uber, La’Zooz est entièrement gérée par sa communauté de conducteurs, passagers, développeurs etc. qui décide au jour le jour de l’avenir de l’application. Les jetons sont distribués au prorata de la parti- cipation de chaque utilisateur. La communauté est donc 100 % autonome et innove au quotidien pour s’auto-améliorer ! La startup qui nous inspire : • Sécuriser et tracer des transactions, pas uniquement monétaires • Désintermédier un circuit de distribution • Accélérer des processus nécessitant des vérifications complexes Les applications possibles : La’Zooz ! blockchain
  • 61. page61 V. innovation d’affaires retourausommaire 62 make it on demand 66 créer un nouveau mode de consommation 70 scoring
  • 62. page62 retourausommaire make it on demand Vous voulez faire venir un coiffeur chez vous d’ici une vingtaine de minutes ? Vous manquez de mo- tivation pour vous rendre à votre restaurant indien favori ? Vous avez besoin d’aide pour réparer un placard qui ne ferme plus ? Obtenez en quelques clics ce que vous désirez ! Voilà le type de promesses sur lesquelles se positionnent aujourd’hui de plus en plus d’entre- prises : c’est le principe des offres « on demand », qui proposent de disposer quasi-instantanément d’un service ou d’un produit précis. Le concept est très simple : l’utilisateur a la possibilité de pas- ser commande pour un service donné en temps réel via une plateforme (sous-tendue par une base de données) qui le met en relation avec le presta- taire qui répondra à sa demande. make it on demand
  • 63. page63 retourausommaire • Une base de données complète et constamment mise à jour • Des communautés importantes de commanditaires et de prestataires actifs • Une plateforme intuitive et facile d’utilisation aux process simplifiés Les ingrédients du succès : make it on demand Sans que l’on ne s’en rende véritablement compte, cette innovation est progressivement en train de transformer nos habitudes de consom- mation quotidiennes. Qui ne s’est jamais fait livrer son repas via une plateforme telle que UberEats ou Foodora ? Qui a toujours su résister à la tenta- tion de la VoD, en consultant les milliers de films disponibles sur MyTF1 VOD, Orange, CanalPlay VOD ou Google Play ? Le lancement d’applications reposant sur ce business model a été rendu facile par l’utilisa- tion croissante des smartphones et de la géolo- calisation. L’intermédiaire de la plateforme est dans ce cas indispensable car il joue le rôle de tiers de confiance, qui garantit la traçabilité des transactions (en cas de litige) et le bon fonction- nement des échanges. Dans une société qui se dirige vers toujours plus d’instantanéité, les offres « on demand » s’avèrent particulièrement pertinentes. L’enjeu est de parvenir à créer une double communau- té de clients (commanditaires) et de prestataires afin que chaque demande puisse être honorée en temps et en heure. Ensuite, les communautés s’auto-gèrent et l’entreprise intermédiaire peut se concentrer sur l’amélioration de ses perfor- mances et de son offre !
  • 64. page64 retourausommaire Avez-vous déjà entendu parler du jobbing ? La plateforme Frizbiz permet de mettre en relation des particuliers et des « jobbers », particuliers également, qui proposent des prestations de bricolage diverses. Si un individu a besoin de refaire le carrelage de sa salle de bain, il peut consulter les profils de jobbers sur la plateforme et faire des demandes à ces derniers. Frizbiz ne facture les frais de mise en relation que lorsque le commanditaire a trouvé un prestataire. Ce business model est particulièrement ef- ficace dans le contexte actuel, favorable aux circuits de proximité et à la réduction des inter- médiaires. L’originalité de Frizbiz est aussi d’avoir su monter des partenariats prestigieux avec des sociétés telles que Leroy Merlin, qui propose dans ses magasins un accès à la plateforme. Les demandes des particuliers sont quasi-ins- tantanément traitées par des pairs, et la plate- forme garantit le bon déroulement de la tran- saction – chaque intervention est notamment couverte par une assurance Jobbing Axa. Un business model gagnant, étayé par deux com- munautés actives et complémentaires ! La startup qui nous inspire : • Monétiser efficacement une base de données • Désintermédier un marché pour favoriser les interactions directes entre consommateurs et prestataires • Repenser un service de mise en relation sous la forme d’une plateforme • Améliorer son taux de satisfaction client et son image de marque en proposant des services instantanés fonctionnels Les applications possibles : Frizbiz ! make it on demand
  • 66. page66 retourausommaire créer un nouveau mode de consommation Il est extrêmement difficile de se détacher de l’existant quand on envisage une innovation… Une étude menée par la société de conseil Accenture a notamment montré que 80 % des entreprises interrogées s’appuyaient sur une approche ob- solète de l’innovation. C’est pourquoi l’un des bu- siness models les plus prometteurs du moment est aussi l’un des plus difficiles à mettre en place : repenser entièrement un produit ou un service en créant un mode de consommation complètement original. créer un nouveau mode de consommation
  • 67. page67 retourausommaire • Du flair… et de l’audace ! Tout l’enjeu est de parvenir à déceler le potentiel d’optimisation d’un process ou d’un produit devenu obsolète, puis d’oser proposer une nouvelle façon de faire • Des structures organisationnelles agiles et ouvertes au changement • Un bon marketing pédagogique, pour préparer efficacement ses collaborateurs ou clients au changement que l’on cherche à mettre en place Les ingrédients du succès : créer un nouveau mode de consommation L’idée est ici de repérer des actions quoti- diennes ou incontournables dotées d’un fort potentiel d’optimisation. En termes de B to B, les retombées possibles sont énormes : gains de temps, simplification des process, réduction des coûts opérationnels, hausse de la producti- vité… En B to C également, toutes sortes d’actions peuvent être optimisées. Toute la difficulté consiste à identifier l’action, le produit ou le service qui pourrait être repen- sé, puis de faire accepter cette nouvelle manière de procéder par l’ensemble des collaborateurs ou des consommateurs. De gros investissements technologiques et de marketing pédagogique s’avèrent généralement indispensables pour mener à bien de tels changements, car créer une rupture dans les habitudes de consommation ou de travail n’est pas chose facile… Un changement de perspective est donc souvent indispensable pour réussir à repenser un mode de consommation ou une action. Mais que ne ferait-on pas pour lancer un nouveau stan- dard de référence, à la fois rentable et durable ?
  • 68. page68 retourausommaire Difficile de se dire que le format de l’email est déjà en passe de devenir obsolète, alors que certaines entreprises continuent de commu- niquer avec leurs clients via courrier postal… et pourtant ! La startup Slack propose une solution sécuri- sée de gestion de l’information au sein des en- treprises. Sa plateforme met à disposition des messageries internes, permet de créer des ar- chives pour conserver l’historique des échanges, garantit une centralisation des flux de communi- cation via des canaux sécurisés et offre la pos- sibilité de travailler en mode projet, équipe ou service par exemple. À mille lieues des suites d’emails à rallonge, transférés, perdus ou envoyés par erreur, Slack garantit la traçabilité des échanges via un nou- veau format d’interaction, ce dernier ressem- blant davantage à un « mur » de conversation de type Facebook qu’à une boîte mail standard. Les communications sont ainsi simplifiées, sé- curisées et les collaborateurs gagnent du temps tout en boostant leur productivité. Détrôner l’email, un pari fou ? Visionnaire plu- tôt, car tous les utilisateurs qui ont adopté Slack assurent aujourd’hui qu’ils ne reviendraient pour rien au monde à la bonne vieille boîte mail. Cha- peau ! La startup qui nous inspire : • Disrupter un produit ou un service existant • Instaurer un nouveau standard de consommation « from scratch » • Booster l’efficacité et la motivation de ses équipes à travers un outil innovant Les applications possibles : Slack ! créer un nouveau mode de consommation
  • 70. page70 retourausommaire scoring scoring Savez-vous combien de livres sont sortis lors de la Rentrée Littéraire de septembre 2017 ? 581 ouvrages. C’est énorme, à tel point qu’il s’avère quasiment impossible de faire son choix au sein d’une offre si pléthorique. Or, force est de consta- ter que cette situation s’applique de plus en plus à de multiples produits et services autres que le livre. Les offres se multiplient, et le consomma- teur ne sait plus où donner de la tête… En réaction à ce vaste fouillis, les comparateurs d’offres ont fleuri sur la toile pour tenter d’orien- ter les consommateurs. De nombreux sites se sont mis à proposer des « Top 10 » ou des listes centralisant les différentes offres commerciales relatives à un secteur d’activité donné. Dans la majorité des cas, le prix est le critère de compa- raison le plus décisif. Il arrive aussi que les critères soient plus énigmatiques et bien moins objectifs… Le site Lescomparateurs.org est quant à lui allé jusqu’au bout du concept, en se proposant de re- censer et de classer… les divers comparateurs en ligne ! Le site se présente ainsi comme un mé- ta-comparateur de comparateurs, qu’il classe et note par catégories (high tech, finances, culture, téléphonie…).
  • 71. page71 retourausommaire • L’identification de métriques fiables pour le calcul du score de chaque offre • La mise à jour constante des offres notées sur la plateforme • La publication de contenus « experts » pour appuyer efficacement son positionnement Les ingrédients du succès : scoring Cependant, le prix n’est pas le seul critère à prendre en compte dans les classements, et certaines entreprises ont ainsi décidé d’exploi- ter la technologie du scoring pour mieux satis- faire leurs clients. Cela consiste à attribuer une notation à chaque offre considérée sur la base de critères objectifs et impartiaux, déterminés au préalable. Il a été constaté qu’un score, sous forme de note ou d’étoiles par exemple, a le don de ras- surer les clients potentiels et de les guider effica- cement vers l’acte d’achat. La société qui déve- loppe une plateforme de scoring se positionne alors comme un tiers de confiance, véritable expert du domaine considéré, dont la vocation est d’orienter le consommateur dans ses choix. Face à la démultiplication des offres et de la communication à leur sujet, les consommateurs ont plus que jamais besoin de repères de qua- lité pour les guider. Se positionner en tant que standard de référence est une stratégie qui paie, à l’instar de Booking, qui répertorie toutes les offres d’hébergement dans le monde entier. Ce site utilise le scoring à outrance : on trouve sur chaque fiche une note sur 10 ainsi qu’un score sur 5 sous forme d’étoiles. Un business model qui a fait ses preuves… Alors pourquoi ne pas vous positionner vous aussi comme un acteur de référence dans votre domaine d’expertise ?
  • 72. page72 retourausommaire L’écosystème des startup est à son tour deve- nu extraordinairement vaste et complexe. Il est difficile de savoir dans quelle jeune pousse in- vestir et lesquelles sont les plus prometteuses en matière de croissance. La société Early Metrics a développé en tant que tiers indépendant son propre outil d’ana- lyse pour scorer les startup. Elle leur attribue une note sur 100 en fonction de divers critères : chiffre d’affaires, niveau de maturité, risques, etc. En consultant ces scores, investisseurs, business angels et gestionnaires d’acquisitions peuvent ainsi gagner un temps précieux et fiabiliser leurs choix d’investissements. Early Metrics se positionne ainsi comme un expert du potentiel des startup, fournissant un référentiel quantitatif et qualitatif de l’écosys- tème concerné. La société peut donc monétiser sa base de données (ses analyses), sur le même modèle que Vigéo Eiris, qui attribue une nota- tion aux entreprises sur la base de critères RSE. Le scoring peut donc se décliner sous différents angles et selon divers objectifs (pas uniquement le prix ou la croissance). Les possibilités à exploi- ter sont multiples ! La startup qui nous inspire : • Exploiter (et éventuellement monétiser) une base de données existante pour la transformer en un nouveau service • Standardiser et scorer une expertise propre à un secteur d’activité • Asseoir sa légitimité dans un domaine, afin de renforcer la confiance des consommateurs et augmenter ainsi son influence (et donc potentiellement son chiffre d’affaires) Les applications possibles : Early Metrics ! scoring
  • 74. page74 VI. innovation sociale retourausommaire 75 cibler les marchés émergents 79 la gratuité (ou presque) 83 local business
  • 75. page75 retourausommaire cibler les marchés émergents La démocratisation des nouvelles technolo- gies et la demande exponentielle dans les pays émergents offrent aujourd’hui des perspectives de débouchés extrêmement larges. De nombreux grands groupes comme Google ou Facebook se sont ainsi lancés dans le développement de pro- grammes visant à donner des accès aux nouvelles technologies dans les pays émergents et en déve- loppement. L’intérêt de ce type de business model est qu’il donne accès à une nouvelle cible très large. Tout l’enjeu, cependant, consiste à proposer à cette cible une solution ajustée à ses besoins, ce qui implique un important effort d’adaptation cultu- relle mais aussi d’adaptation technique face aux contraintes propres à certaines régions (accès li- mité à internet par exemple). Mais en tirant parti de ces contraintes, on peut imaginer et tester toutes sortes d’innovations disruptives. cibler les marchés émergents
  • 76. page76 retourausommaire • Une bonne dose d’ingéniosité et une capacité à « penser autrement » (think different!) pour imaginer des solutions inédites adaptées à des contextes culturels et technologiques entièrement différents • Une parfaite compréhension des spécificités des pays visés, grâce au recrutement de ressources humaines locales Les ingrédients du succès : cibler les marchés émergents Le continent africain par exemple a été le théâtre de formidables innovations de rupture au cours de la dernière décennie. Le problème du manque d’accès à internet s’est ainsi mué en une opportunité incarnée par l’avènement du mobile money : dans certains pays précurseurs comme le Kenya, le secteur de la banque est passé directement vers le mobile, et les paie- ments par mobile se sont très rapidement dé- mocratisés avant même de faire leur apparition dans les pays occidentaux. La réussite de ce type de business model im- plique donc une capacité à imaginer des solu- tions nouvelles adaptées à des contextes et besoins différents. Les bénéfices à la clé sont immenses.
  • 77. page77 retourausommaire Cette startup distribue des médicaments et vaccins dans des zones peu accessibles, via des drones. Basée en Californie, elle opère principa- lement en Afrique de l’Est. Le service de livraison par drone de Zipline per- met d’apporter très rapidement dans des zones reculées des produits médicaux d’urgence (mé- dicaments, poches de sang), grâce à une logis- tique beaucoup plus simple et rapide à déployer que les moyens classiques (par route ou avion). La rapidité de distribution garantit également la préservation de la chaîne de froid, qui consti- tue un défi central dans l’approvisionnement de denrées médicales dans les zones peu acces- sibles de régions généralement caractérisées par un climat chaud. Zipline opère de jour comme de nuit et 7 jours sur 7, quelles que soient les conditions météo- rologiques. Les commandes peuvent se faire par simple SMS par des personnels de santé en zones rurales isolées. Une formidable innovation de rupture dotée d’un potentiel de développement tout simple- ment énorme, autour d’une belle ambition hu- manitaire et sociale. La startup qui nous inspire : • Investir les marchés émergents, en adaptant son offre à leurs spécificités culturelles et techniques • Tester des innovations de rupture en tirant parti des contraintes (géographiques, techniques, de pouvoir d’achat) propres aux contextes émergents • Simplifier un produit pour le rendre accessible au plus grand nombre Les applications possibles : Zipline ! cibler les marchés émergents
  • 79. page79 retourausommaire la gratuité (ou presque) Les possibilités infinies qu’offre le numérique permettent aujourd’hui de diffuser des connais- sances à grande échelle et de proposer des pro- duits et services variés à des cibles qui ne pou- vaient jusqu’alors pas y avoir accès, le tout pour un investissement minime. Le web offre ainsi l’opportunité de lancer faci- lement des business à vocation sociale pouvant toucher un grand nombre de personnes. Ce type de business model, dont l’un des précurseurs est Wikipedia, repose principalement sur la solidari- té et le don. Le produit proposé étant gratuit ou à prix symbolique, la rentabilité de ce type de bu- siness model nécessite d’avoir une très large base d’utilisateurs et de s’appuyer sur des dons et des subventions de mécènes, le tout porté par une so- lide communication assurant une visibilité forte. la gratuité (ou presque)
  • 80. page80 retourausommaire • Une bonne communication axée sur le bénéfice social du business, afin d’attirer une très large base de clients ou utilisateurs • Un modèle économique intelligent fondé sur le don, la participation symbolique, le mécénat ou la publicité Les ingrédients du succès : la gratuité (ou presque) Ce modèle basé sur la gratuité peut égale- ment se financer par la publicité. Là encore, une large base d’utilisateurs est nécessaire pour convaincre les annonceurs, d’où l’aspect capital de la communication dans ce type de business model. Au-delà du don, des mécanismes de prêt et de contrepartie peuvent également être mis en place : c’est l’exemple des célèbres plateformes de crowdfunding ou financement participatif, qui ont connu un incroyable essor ces dernières années. Le freemium, qui consiste à dévelop- per une offre de gratuité en parallèle d’une offre améliorée payante, est une autre option intéres- sante. Dans un contexte de mondialisation accélérée et d’attention accrue portée à la responsabilité économique et sociale des entreprises, il ne fait aucun doute que ce type de business model est appelé à fortement se développer dans les an- nées à venir.
  • 81. page81 retourausommaire Donner accès au plus grand nombre à un en- seignement de qualité, tel est l’objectif de cette académie en ligne. Fondée par Salman Khan et soutenue finan- cièrement par des grands noms comme Goo- gle, la Khan Academy est une association à but non lucratif qui offre un accès gratuit à plusieurs milliers de mini-leçons en ligne, sous la forme de tutoriels vidéo et d’exercices interactifs dans des dizaines de matières, des mathématiques à la finance en passant par l’économie, la chimie, l’astronomie ou encore la musique. La plateforme fonctionne sur la base d’un mé- canisme de dons, et le programme est soutenu par de grands noms. L’histoire de la Khan Acadamy est un bel exemple de réussite, porté par une ambition hu- maniste visant à garantir l’accès universel à une éducation de qualité, notamment dans les pays en développement. La startup qui nous inspire : • Diffuser des connaissances au plus grand nombre dans le cadre d’une démarche à vocation humaniste et sociale • Créer une version simplifiée d’un produit ou service web pour le rendre accessible au plus grand nombre Les applications possibles : La Khan Academy ! la gratuité (ou presque)
  • 83. page83 retourausommaire local business L’évolution des modes de consommation a vu réapparaître des modèles que l’on pensait ré- volus, comme les circuits courts permettant d’acheter directement auprès des producteurs. Ce retour aux sources, basé sur une expérience d’achat palpable et humaine, incarne aujourd’hui une tendance en pleine essor. Le local business permet de créer une interaction très étroite avec ses consommateurs, qui sont de plus en plus en demande d’authenticité. local business
  • 84. page84 retourausommaire • Une plateforme web attractive et bien référencée pour mettre en lien producteurs et consommateurs • Une communication attractive et efficace misant sur l’authenticité et le lien humain, tout en valorisant l’ambition écologique et sociale derrière ce business model • Un effort commercial à double sens, pour fédérer les meilleurs producteurs et créer une communauté de consommateurs fidèles Les ingrédients du succès : local business Outre cet atout authenticité, miser sur des cir- cuits courts permet de valoriser une démarche respectueuse de l’environnement car en s’af- franchissant des intermédiaires entre produc- teurs et consommateurs finaux, on limite le transport des marchandises et donc l’empreinte carbone. Développer une offre locale permet aussi de mettre en avant un modèle de com- merce équitable, puisque l’absence d’intermé- diaires permet de rétribuer le producteur au juste prix. Grâce aux nouveaux canaux digitaux, il est au- jourd’hui très simple de créer des circuits directs de ce type sous la forme de plateformes web. Cerise sur le gâteau : pas d’intermédiaires = des marges plus importantes !
  • 85. page85 retourausommaire En lançant le site Les Grappes en 2015, l’entre- preneur Loïc Tanguy voulait réunir deux de ses passions : le vin et le digital. Ce mariage entre terroir et web a donné Les Grappes, une place de marché communautaire qui permet d’acheter son vin directement auprès des vignerons. Les Grappes permet de comparer facilement une grande variété de vins et de découvrir l’his- toire derrière chaque bouteille sous un angle simple et accessible, loin du jargon œnologique qui plombe généralement les sites et blogs dédiés au vin. Le plus, c’est que la plateforme guide et conseille le consommateur dans ses choix, grâce aux avis de la communauté. En surfant sur la vague du commerce local et équitable, Les Grappes a ainsi réussi à s’imposer comme un pionnier de la transformation digi- tale du marché du vin, en fédérant à la fois une communauté de clients et une communauté de producteurs, dont la plupart n’ont pas de e-bou- tique propre pour vendre leurs bouteilles. La plateforme connaît un beau succès et vient d’ail- leurs de lancer une nouvelle offre B to B s’adres- sant aux professionnels de la restauration. La startup qui nous inspire : • Désintermédier des produits existants • Développer des offres locales • Valoriser l’origine de ses produits Les applications possibles : Les Grappes ! local business
  • 87. Inspiré par l’une de ces pistes d’innovation ? Parfait ! Mais par où commencer ? Découvrez les étapes clé pour adapter l’un de ces business models à votre boîte. page87 De l’inspiration à l’exécution retourausommaire
  • 88. Beaucoup d’entreprises sont à la re- cherche de l’innovation disruptive du siècle qui leur assurera un succès fulgurant. Or, la plupart d’entre elles détiennent déjà de formidables res- sources qui ne demandent qu’à être exploitées différemment ou davantage pour se transformer en innovations extrêmement rentables. Vos assets valent de l’or. Quelques exemples : Comme TravelerCar qui a eu l’idée de créer de la valeur à partir des véhicules qui dormaient dans les parkings d’aéroport, analysez vos parcours clients pour détecter des niches sur lesquelles une nouvelle offre pourrait être imaginée. Action point : scénariser tous ses parcours clients et identifier les zones de création de valeur pos- sibles. Créez de nouvelles ramifications dans les parcours clients que vous connaissez Dépoussiérez un produit ou une offre existante A l’instar de Merci Handy, qui a fait le pari de transformer un produit de consommation ba- sique en must-have trendy, offrez une seconde jeunesse à vos produits dormants. Action point : identifier des produits ou services à remettre au goût du jour et imaginer comment les revisiter. Step 1 : Identifier l’opportunité à saisir page88 retourausommaire
  • 89. Beaucoup d’entreprises ont développé des solu- tions technologiques de pointe qu’elles utilisent en interne. Vos innovations « maison » peuvent intéresser d’autres entreprises ! Vos savoir-faire peuvent avoir une incroyable valeur en BtoB, qui ne demande qu’à être packagée et commercia- lisée. Action point : identifier ses process technolo- giques internes qui pourraient intéresser d’autres entreprises. Vos datas, vos réseaux de clients, votre expertise sont également des atouts inestimables pouvant rapidement se traduire en innovations business à haut rendement. Une fois que vous avez identifié l’opportunité que vous voulez saisir, nous vous recommandons de formaliser votre idée à l’aide du Lean Canvas©, disponible en ligne. Monétisez un savoir-faire interne page89 retourausommaire
  • 90. Un Minimum Viable Product (MVP) est une version de démonstration d’un futur produit/service. L’erreur fatale en matière de R&D consiste à vou- loir développer la solution technologique par- faite en oubliant de vérifier si le marché y est ré- ceptif. Le principe du MVP est donc de tester dès le départ le potentiel commercial d’une innova- tion, en développant une première version que l’on fait tester à des utilisateurs. Créer un MVP suppose ainsi une interaction permanente avec ses clients, ce qui permet d’avoir des feedbacks très tôt afin de ne pas avancer dans la mauvaise direction et être sûr d’élaborer une offre qui cor- responde parfaitement aux attentes du marché. De nombreuses startup à succès utilisent la technique du MVP pour tester le potentiel bu- siness de leur offre auprès de clients pilotes. Step 2 : Concevoir votre MVP page90 retourausommaire
  • 91. Identifier l’opportunité à saisir Élaborer un MVP et le tester auprès de premiers clients Vous voilà prêts pour la dernière étape : présenter votre projet en interne pour décrocher un budget et passer à la concrétisation à grande échelle. Du prototypage à la commercialisation, c’est alors une formidable aventure qui commence… Place à l’innovation ! Step 3 : Vendre le projet page91 retourausommaire
  • 92. retourausommaire page92 Whyers en bref Chez Whyers, notre mission est de traquer les meilleures pratiques d’innovation business du monde des startups pour les diffuser dans d’autres secteurs d’activité. En quatre ans, nous avons créé le premier studio en business design réunissant 300 startups à succès en France et en Europe et répertorié une quarantaine d’innovations à haut potentiel pou- vant être adaptées dans d’autres secteurs. Nous accompagnons nos clients dans l’exécu- tion et la réussite de lancement de nouveaux bu- siness grâce à nos capacité à créer des MVP pour tester en situation réelle leur potentiel. Team Whyers
  • 94. page94 retourausommaire Photos_ p.11_ Elijah O’Donell, Unsplash p.15_ Freestocks org, Unsplash p.19_ Merci Handy p.24_ Bloomizon p.28_ Tediber par Implicitpay p.32_ Ryan Searle, Unsplash p.37_ XXII Group p.41_ Spendesk p.45_ Rawpixel, Unsplash p.50_ Ween p.54_ Jakob Owens, Unsplash p.56_ photos 1 - 3_ Bridge p.60_ Talles Alves, Unsplash p.65_ Henry Co, Unsplash p.69_ Pankaj Patel, Unsplash p.73_ Stock market illustration p.78_ Zipline p.82_ Nesa by makers, Unsplash p.86_ Kym Ellis, Unsplash ©Whyers 2018 Rédaction_ Julien Masson, Nicolas Cheng Design éditorial_ Barbara Morin Crédits
  • 95. whyers.com À l’ère de la généralisation du digital et de l’ubérisation mas- sive, nulle entreprise ne peut espérer survivre sans oser se ré- inventer. Innover est devenu une démarche vitale dans tous les domaines, du marketing à l’éducation en passant par la culture, la finance, l’écologie ou encore la « silver economy ». Mais l’innovation est une science dont il faut maîtriser les co- des pour en récolter les fruits. Alors concrètement, on com- mence par où ? La première étape consiste simplement à observer les mille et une formes d’innovation qui nous entourent, pour s’en ins- pirer. Ce guide a été conçu précisément pour cela : susciter l’inspiration pour faire germer en vous de nouvelles idées d’in- novation. Au fil des pages, d’idée en idée, découvrez et laissez-vous ins- pirer par les innovations business les plus prometteuses du moment. Whyers est un studio en business design dont la mission est de diffuser les secrets de réussite des startups à succès.