Fiches Parentscab

960 vues

Publié le

prevention, family practice, mère et bébé, médecine générale

1 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
960
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
1
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fiches Parentscab

  1. 1. Quelques nouvelles sur les bébés Fiche n°1 Vous venez d’être parent ou grand parent, voici quelques informations concernant votre enfant ou petit enfant : Dès la naissance, un bébé voit clairement à une distance de 20 à 30 centimètres, donc ne vous approchez pas trop près de son visage, ou ne restez pas trop éloignés car il vous verrait flou. À cette distance, s’il est calme et vous regarde, en déplaçant un peu votre tête sur les cotés vous verrez qu’il vous suit du regard. Ainsi pendant que vous le nourrissez, lui bien installé dans vos bras et vous confortablement placée, les échanges de regards que vous pouvez avoir ensemble, pendant le repas, sont de grands moments partagés, très importants pour son développement. Il peut vous regarder dès la naissance et même vous sourire s’il est dans de bonnes conditions. Il reconnaît l’odeur de sa mère quelques heures après sa naissance. Il peut, parfois, arriver à porter sa main dans sa bouche, c’est une grande performance qu’il faut lui laisser faire, encourager et féliciter. Il entend déjà dans le ventre de sa mère et donc dès la naissance. Quand vous lui parlez doucement, il tourne la tête dans la direction de votre voix. Fiche n°2 Docteur Eric CAMUS, Hennebont, 02 97 36 26 65.
  2. 2. Quelques nouvelles sur les bébés Surtout les premiers temps, votre bébé a besoin d’une ambiance tamisée : pas trop de lumière, pas trop de bruit (musique radio et TV), pas trop d’agitation, mais pas non plus le grand calme. Le premier mois un bébé dort beaucoup, environ 17 heures par jour. Cela lui est nécessaire pour s‘adapter à son nouvel environnement, et d’autant plus que son poids est petit ou que sa naissance a eu lieu à un terme inférieur à 40 semaines. Cela peut modifier le rythme de ses repas. Parlez en à votre médecin. Les bébés utilisent les six différents états de conscience pour communiquer. Ainsi, en fonction du contexte et de ce qu’il en ressent, il peut passer de l’un à l’autre, en particulier aux cris et aux pleurs ou dormir. Ces changements d’états n’interviennent pas par hasard, mais en fonction de ses besoins du moment. Ainsi un bébé qui vous semble pleurer ou crier beaucoup ne fait pas un caprice, mais cherche à vous dire quelque chose que l’on peut essayer de comprendre. C’est pour cela que l’on ne laisse pas pleurer un bébé au de là d’une certaine limite et pas trop seul. Parlez en à votre médecin, il peut certainement vous aider. Les bébés utilisent jusqu’à 7 pleurs différents pour communiquer. Fiche n°3 Un bébé ne fait pas de caprice. Si votre bébé se calme dans Docteur Eric CAMUS, Hennebont, 02 97 36 26 65.
  3. 3. Quelques nouvelles sur les bébés vos bras c’est qu’il avait besoin d’être porté. Parfois il réclame beaucoup. Si vous ressentez qu’il vous demande trop ou plus que d’habitude, ou moins que d’habitude, venez en parler à votre médecin. Un bébé a besoin de manger dans les bras d’un adulte tant qu’il n’a pas acquis une maturité suffisante. En effet, dans les bras, il profite pleinement non seulement de sa nourriture mais aussi d’être dans les bras, l’ambiance est normalement calme (bruits, et lumière). Vous sentirez alors combien il se détend au fur et à mesure du repas. Il apprend à prendre du plaisir à manger et accepte d’autant mieux la sieste. Il a besoin de ce genre de moment pour ensuite trouver son sommeil. C’est un moment privilégié. Observez comment votre enfant vous montre quand il est rassasié : repu, il est détendu, ses mains s’ouvrent, son tonus musculaire est bas. Il a pu repousser la tétine avec sa langue ou la « tétouiller ». Dans ces conditions, il est souvent inutile de stimuler son réflexe de succion en bougeant la tétine dans la bouche. La courbe de poids de votre enfant et les conseils de votre médecin pourront vous rassurer et vous aider. Personne ne peut manger allongé, même pas un bébé. Le transat peut-être utile mais il ne faut pas dépasser quelque temps fractionnés, car ce n’est pas bon pour les muscles du dos. Fiche n°4 Les bébés apprécient beaucoup d’être allongé sur le dos, sur un plan ferme, s’il n’a pas de reflux gastro-oesophagien. Docteur Eric CAMUS, Hennebont, 02 97 36 26 65.
  4. 4. Quelques nouvelles sur les bébés Ne l’installer pas trop longtemps dans le Maxi-Cosy, qui comme le transat, n’est pas favorable à son dos. Sur le dos, ses quatre membres sont libérés et il peut les mouvoir. Le portique sera disposé sur le côté avec quelques jouets simples, adaptés à son âge, autour de lui. Il pourra alors essayer par lui-même de s’en saisir et de les explorer en les manipulant et les portants à la bouche qui est un lieu essentiel de découverte du monde. Un bébé peut faire des maladies infantiles : si elles sont trop fréquentes, il faut peut-être réfléchir avec votre médecin sur ses rythmes veille sommeil, sa quantité de sommeil, sur les moments privilégiés avec vous ou votre nourrice. Parfois quelques ajustements, en en parlant avec votre médecin permettent de diminuer la fréquence des maladies ou d’être rassuré. Votre bébé ne fait pas ou plus ses nuits et cela commence à vous fatiguer. N’attendez pas que cela s’installe plus d’un mois avant d’en parler à votre médecin. Cette perturbation ne doit pas être banalisé. Fiche n°5 Vous venez d’accoucher, vous avez accouché, il y a quelques semaines ou mois, vous êtes contente mais fatiguée, vous avez l’impression que c’est dur de s’occuper d’un bébé. Vous avez raison, beaucoup de femmes disent la même chose mais n’osent pas en parler. Votre médecin peut vous aider. Remplissez ce petit questionnaire (échelle de Cox- Docteur Eric CAMUS, Hennebont, 02 97 36 26 65.
  5. 5. Quelques nouvelles sur les bébés Edimbourgh) et apportez le lui. Vous venez d’avoir un bébé ; nous aimerions savoir comment vous vous sentez. Nous vous demandons de bien vouloir remplir ce questionnaire en soulignant la réponse qui vous semble le mieux décrire comment vous vous êtes sentie durant la semaine (c’est-à-dire les sept jours qui viennent de s’écouler) et pas seulement aujourd’hui. Voici un exemple : Je me suis sentie heureuse : - Oui tout le temps - Oui la plus part du temps - Non pas très souvent - Non pas du tout Merci de bien vouloir répondre aux autres questions. Pendant la semaine, qui vient de s’écouler : 1 J’ai pu rire et prendre les choses du bon côté : - Aussi souvent que d’habitude - Pas tout à fait autant - Vraiment beaucoup moins souvent ces jours-ci - Absolument pas 2 Je me suis sentie confiante et joyeuse en pensant à l’avenir : - Autant que d’habitude - Plutôt moins que d’habitude - Vraiment moins que d’habitude - Pratiquement pas 3 Je me suis reprochée sans raison d’être responsable quand Docteur Eric CAMUS, Hennebont, 02 97 36 26 65.
  6. 6. Quelques nouvelles sur les bébés les choses vont mal : - Non, pas du tout - Presque jamais - Oui, parfois - Oui, très souvent 4 Je me suis sentie inquiète ou soucieuse sans motifs - Non, pas du tout - Presque jamais - Oui, parfois - Oui, très souvent 5 Je me suis sentie effrayée ou paniquée sans vraiment de raisons - Oui vraiment souvent - Oui, parfois - Non, pas très souvent - Non, pas du tout 6 J’ai eu tendance à me sentir dépassée par les évènements - Oui, la plupart du temps, je me suis sentie incapable de faire face aux situations - Oui, parfois, je ne me suis pas sentie aussi capable de faire face que d’habitude - Non, j’ai pu faire face à la plupart des situations - Non, je me suis sentie aussi efficace que d’habitude 7 Je me suis sentie si malheureuse que j’ai eu des problèmes de sommeil - Oui, la plupart du temps Docteur Eric CAMUS, Hennebont, 02 97 36 26 65.
  7. 7. Quelques nouvelles sur les bébés - Oui, parfois - Pas très souvent - Non pas du tout 8 Je me suis sentie triste ou peu heureuse - Oui, la plupart du temps - Oui, très souvent - Pas très souvent - Non, pas du tout 9 Je me suis sentie si malheureuse que j’en ai pleurée - Oui, la plupart du temps - Oui, très souvent - Seulement de temps en temps - Non, jamais 10 Il m’est arrivé de penser à me faire du mal - Oui très souvent - Parfois - Presque jamais - Jamais Fiche 8 Les items 5/6/7/8/9/10 se cotent de 3 à 0 Les items 1/2/3/4 se cotent de 0 à 3 Votre enfant a de la fièvre : La fièvre est un mécanisme normal de défense contre les infections. Pour autant, on ne souhaite pas que la température de l’enfant ne monte trop haut, non plus qu’il y est des variations brusques de température corporelle. Alors premièrement pensez à ne pas trop couvrir votre enfant et à le découvrir si sa fièvre monte. Avec beaucoup de fièvre, il peut rester en body sans couverture, voire en couche seule. Docteur Eric CAMUS, Hennebont, 02 97 36 26 65.
  8. 8. Quelques nouvelles sur les bébés La prise de température : certaines températures auriculaires sont peu fiables (présence d’un bouchon de cérumen qui obstrue le conduit auditif ou conduit auditif très étroit). Le thermomètre frontal donne une indication qui peut déjà permettre d’avoir une idée et d’agir. Le thermomètre électronique placé sous l’aisselle donne un chiffre suffisament fiable, mais il faut penser à ajouter 1 au résultat. Par exemple, la lecture du thermomètre quand il sonne donne 37°5 C, il faut ajouter 1 au résultat, donc la température réelle est de 38°5 C, c’est une approximation suffisante. L’enfant a de la fièvre quand elle est supérieure à 38°C. À ce moment, vous devez vous poser quelques questions car les bébés tolèrent plus ou moins bien la fièvre : Pouvez-vous découvrir votre enfant ? Existe-t-il une pièce plus fraîche dans la maison ? Fiche 9 - La température optimale de la pièce quand l’enfant est normalement vêtu est de 18°C. - Proposer, régulièrement, en plus de l’alimentation, à boire de l’eau fraîche, un enfant qui a de la fièvre se déshydrate car il augmente ses besoins hydriques (en eau). - Regardez comment se comporte votre enfant : Est-il comme d’habitude ou non ? Est-il grognon, pleure-t-il ? Joue-t-il ? Fait-il des sourires ? A-t-il un bon tonus ou au contraire est-il tout mou ? Semble-t-il souffrir ? Docteur Eric CAMUS, Hennebont, 02 97 36 26 65.
  9. 9. Quelques nouvelles sur les bébés Prend-il ses repas ? A-t-il vomit ? A-t-il eu une ou plusieurs diarrhées ? A-t-il une conjonctivite ? Tousse-t-il ? Le nez coule-t-il ? L’oreille ? Quelle est la couleur de sa peau : normale, rouge, marbrée, froide aux extrémités … Voici quelques questions que le médecin ne manquera de vous poser car elles indiquent globalement le degré d’urgence. Fiche 10 Votre enfant a de la fièvre, plus de 38°5C. En plus des mesures préconisées et de la surveillance de votre enfant (répondre régulièrement aux différentes questions, vous ou sa nourrice peuvent noter les réponses au fil de la journée) Ces mesures nécessitent toujours de prendre contact avec votre médecin. EFFERALGAN ou DOLIPRANE suspension, une mesure en fonction du poids, toutes les six heures, maximum 4 prises par 24 heures. Vous pouvez donner la dernière prise six heures après le retour à une température normale, en respectant toujours l’écart entre deux prises d’Efferalgan ou de DOLIPRANE. Si la température continue de monter (au-dessus de 39°C) ou Docteur Eric CAMUS, Hennebont, 02 97 36 26 65.
  10. 10. Quelques nouvelles sur les bébés n’est pas redescendue en dessous de 39°C, il faut poursuivre les principes précédents : découvrir, hydrater, placer dans une pièce aérée à 18°C, passer un gant frais sans faire frissonner… Après avoir demandé son avis à votre médecin. Vous pourrez Ajouter de l’Advil, suspension, une mesure en fonction du poids par 6 heures, intercalée entre 2 prises d’Efferalgan, 4 prises maximum par jour. Quand on prend un antibiotique, le 4ème jour au matin, il ne doit plus y avoir de fièvre et le malade doit nettement s’améliorer. Si ce n’est pas le cas : rappeler votre médecin. Fiche 11 -Votre enfant se réveille presque toutes les nuits, ou a du mal à se coucher le soir. -Pour repartir de chez la nourrice ou de la crèche, votre enfant court dans tous les sens ou ne veut pas se rhabiller pour rentrer à la maison. -Le matin, votre enfant s’accroche à vous et ne veut pas vous laisser partir. -Votre enfant ne fait pas la sieste, ou elle est très courte. -L’arrivée à l’école est difficile... En fait les enfants pour pouvoir se séparer de leur parent, doivent se construire autour de “moments privilégiés“. Ses besoins sont différents d’un enfant à l’autre. Docteur Eric CAMUS, Hennebont, 02 97 36 26 65.
  11. 11. Quelques nouvelles sur les bébés Ces moments privilégiés ne sont pas forcément très longs et donc sont souvent possibles à établir sur une journée. Un enfant a aussi besoin de rythmes et de régularité dans sa vie. Ne laissez pas s’installer trop longtemps cette situation (moins d’un mois). Au-delà une perturbation devient un trouble. Parlez en à votre médecin. Docteur Eric CAMUS, Hennebont, 02 97 36 26 65.

×