Narratologie cinématographique
TD 1 & 2
Plan du cours
• TD 1 & 2: narratologie
• TD 3: analyse des productions S3 (08/09)
• TD4: exposés-analyses longs-métrages (...
Différents types de scénarisation
• Multimédia
• Centrée sur l’utilisateur
• Cinématographique
• Classiquement centrée
sur...
LES APPROCHES STRUCTURALES
Système des personnages & suite des actions
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. ...
V. Propp, Morphologie du conte
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 4
V. Propp, Morphologie du conte
• 1. Dans l’exposition ou la partie préparatoire du conte,
Propp compte 7 fonctions :
- I é...
V. Propp, Morphologie du conte
• 2. C’est à partir de là que se fait l’entrée en scène
du héros et son départ vers l’objet...
V. Propp, Morphologie du conte
• 7. Retardement du dénouement par de
nouveaux dangers, nouveaux combats,
nouveaux secours ...
V. Propp, Morphologie du conte
• Cette analyse est évidemment singulière ; ce
qu’elle dégage comme objet, c’est ce que l’o...
Cl. Bremond, «la logique des possibles»
• Dégager une structure narrative universelle est la
tâche que se fixe Claude Brém...
Cl. Bremond, «la logique des possibles»
• une fonction qui ouvre la possibilité du
processus sous forme de conduite à teni...
Cl. Bremond, «la logique des possibles»
• La grande différence d’avec Propp, c’est qu’ici
aucune des fonctions ne nécessit...
Cl. Bremond, «la logique des possibles»
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 12
Version commune de la trame narrative
• Situation initiale: présentation des personnages,
de leur environnement, de leurs ...
A. Greimas, schéma actanciel
• Comme on le voit Cl. Bremond donne une plus large
place au sujet de l’action que Propp, c’e...
A. Greimas, schéma actanciel
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 15
ANALYSE DE THE SHADOWMAN
Mise en pratique
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 16
Joe Dante (1946-…)
THE HOWLING, 1981 GREMLINS, 1984
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 17
Joe Dante (1946-…)
SMALL SOLDIERS, 1998 HOMECOMING, 2005
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 18
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 19
Danny Hayes Liana
Adjuvant = Peter,
The Shadow Man
Opposant
...
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 20
Danny Hayes Vaincre
sa peur de la nuit
Adjuvant = Peter,
The...
Structure: 1. exposition 1/4
À travers le dialogue: émois du premier
de la classe
Structure: 1. exposition 1/4
Première confrontation: 3’40
Structure: 1. exposition 1/4
La peur du noir
Structure: 1. exposition 1/4
Première apparition du shadowman
5’40
Structure: 2.développement (1/2)
Seconde apparition du shadow man
9’
Structure: 2.développement (1/2)
Troisième apparition du shadow man
11’32: la confiance
Structure: 2.développement (1/2)
« J’ai enfin ce que je voulais », 14’09
Structure: 2.développement (1/2)
Seconde confrontation 14’33:
Se faire virer de l’équipe de natation?
Structure: 3.dénouement (1/4)
Troisième apparition du shadow man
15’34: fanfaronnade
Troisième confrontation: Duel 16’14
Structure: 3.dénouement (1/4)
Dernière apparition du shadow man
17’27
« from someone else’s bed » 19’14
Structure
0’50-5’40: exposition
•Installation du conflit à 3’40
5’40-14’33: développement; après
l’intervention du SM à la...
LE MONOMYTHE
Ses applications hollywoodiennes
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 32
J. Campbell & le monomythe
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 33
J. Campbell & le monomythe
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 34
Chr. Vogler, The Writer’s Journey
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 35
Chr. Vogler, The Writer’s Journey
Ce type de démarche illustré par Greimas a pu être, par
exemple, adapté au cinéma, en pa...
Chr. Vogler, The Writer’s Journey
Plus fondamentalement (et cette démarche se rapproche cette fois-ci de
Propp), il rappor...
Chr. Vogler, The Writer’s Journey
Tous les éléments ne se retrouvent pas forcément
dans chaque scénario ; mais on observe
...
Chr. Vogler, The Writer’s Journey
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 39
Chr. Vogler, The Writer’s Journey
Ex. Mulholland Drive de D. Lynch :
• 1. une femme, en voiture, est menacée par des homme...
L’HISTOIRE N’EST PAS LA NARRATION
Genette & Baroni
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 41
G. Genette
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 42
G. Genette
• La voix (qui parle?), la temporalité (quand) et la focalisation (qui voit)
• Deux grands types de voix: intra...
G. Genette
• La voix (qui parle?), la temporalité (quand) et la focalisation (qui voit)
• trois types de focalisations:
– ...
G. Genette
• Récits emboîtés
• Métalepse: brouillage des niveaux
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin...
Unexemplede
métalepse
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 46
G. Genette
• Le temps du récit 1: l’ordre, les anachronies:
– analepses (flashbacks)
– prolepses (flashforwards)
– (portée...
G. Genette
• Le temps du récit 3: la fréquence
– 1. Le mode singulatif : 1R / 1H : On raconte une
fois ce qui s’est passé ...
R. Baroni
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 49
R. Baroni
L’accent est mis sur l’interprète et ses émotions (suspense, curiosité, surprise)
générées par la "mise en intri...
CONCLUSION
Un processus complexe
S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 51
Un processus complexe
• Le processus d’élaboration de l’histoire est souvent complexe ; il n’y a pas
de recette miracle.
•...
Un processus complexe
Pour passer du sujet (l’enseignement atypique d’un
professeur) à l’intrigue, il aura fallu :
• faire...
Un processus complexe
Dans Scénarios modèles, modèles de scénarios, Francis
Vanoye marque bien l’interaction du protagonis...
Un processus complexe
• Le personnage est construit dans et par le récit ; il
n’existe pas en dehors ; le spectateur ne sa...
Un processus complexe
C’est dans le conflit que le personnage se réalise :
• le conflit peut être externe au personnage : ...
Références
• https://fr.wikipedia.org/wiki/Morphologie_du_conte
• http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/iss
ue/co...
Prochaines séances
• Retour sur vos productions de S2 (demain)
• Présentation d’analyses narratologiques de
longs métrages...
Présentation d’un long métrage
• Intro: motivation du choix du film, résumé très
synthétique de l’action, problématique,
a...
Liste non exhaustive
• Citizen Kane (1940), La Splendeur des Amberson (1942) ou Dossier secret
(1955) d’O. Welles
• Chaîne...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Narratologie cinématographique

1 076 vues

Publié le

Introduction à l'analyse du récit cinématographique

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 076
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
224
Actions
Partages
0
Téléchargements
21
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Narratologie cinématographique

  1. 1. Narratologie cinématographique TD 1 & 2
  2. 2. Plan du cours • TD 1 & 2: narratologie • TD 3: analyse des productions S3 (08/09) • TD4: exposés-analyses longs-métrages (14/09) • TD5: travail sur les bandes-annonces (15/09) • TD6: les formes scénaristiques (21/09) • TD7: production pitch+synopsis (22/09) • TD8: production continuité dialoguée S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 1
  3. 3. Différents types de scénarisation • Multimédia • Centrée sur l’utilisateur • Cinématographique • Classiquement centrée sur l’objet représenté • En voie de redéfinition autour de l’utilisateur en part. sous l’influence transmédia S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 2
  4. 4. LES APPROCHES STRUCTURALES Système des personnages & suite des actions S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 3
  5. 5. V. Propp, Morphologie du conte S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 4
  6. 6. V. Propp, Morphologie du conte • 1. Dans l’exposition ou la partie préparatoire du conte, Propp compte 7 fonctions : - I éloignement - II interdiction - III transgression - IV interrogation - V information - VI tromperie - VII complicité • Ces fonctions introduisent le méfait ou le manque : c’est le pivot de l’intrigue (chez Aristote, le nœud qui appelle un dénouement). Le méfait ou le manque donne lieu à une quête, procure un mouvement au conte. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 5
  7. 7. V. Propp, Morphologie du conte • 2. C’est à partir de là que se fait l’entrée en scène du héros et son départ vers l’objet de sa quête (fonctions VIII à XI). • 3. Suit l’épreuve du héros et la réception d’un objet magique, moyen de redresser le tort subi (XI-XIV). • 4. Le voyage du héros et la victoire sur l’agresseur forment un nouveau sous-ensemble (XV-XVIII). C’est l’acmé, le « climax » (ang.), le sommet du conte. • 5. Réparation (XIX). • 6. Retour du héros. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 6
  8. 8. V. Propp, Morphologie du conte • 7. Retardement du dénouement par de nouveaux dangers, nouveaux combats, nouveaux secours marqués par l’intervention d’un faux héros et la soumission du héros à une tâche difficile (répétition du méfait, du nœud et du dénouement) • 8. Dernières fonctions : reconnaissance du héros (XXVIII), punition du faux héros (XXIX) et mariage (XXX). C’est la conclusion du conte. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 7
  9. 9. V. Propp, Morphologie du conte • Cette analyse est évidemment singulière ; ce qu’elle dégage comme objet, c’est ce que l’on pourrait appeler la forme du proto-conte russe mais ce n’est pas une structure universelle. • Mais Propp ouvre une double voie pour appréhender le récit: la syntaxe des actions et le système des personnages S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 8
  10. 10. Cl. Bremond, «la logique des possibles» • Dégager une structure narrative universelle est la tâche que se fixe Claude Brémond en tentant de dresser « la carte des possibilités logiques du récit » (« La Logique des possibles », Communications, 8). • Il reprend la même unité de base que Propp : la fonction et son séquencement dans un récit. • Il définit comme séquence élémentaire trois fonctions qui sont les phases élémentaires de tout processus. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 9
  11. 11. Cl. Bremond, «la logique des possibles» • une fonction qui ouvre la possibilité du processus sous forme de conduite à tenir ou d’événement à prévoir • une fonction qui réalise cette virtualité sous forme de conduite ou d’événement en acte • une fonction qui clôt le processus sous forme de résultat atteint. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 10
  12. 12. Cl. Bremond, «la logique des possibles» • La grande différence d’avec Propp, c’est qu’ici aucune des fonctions ne nécessite celle qui suit. Le narrateur conserve la liberté de la faire passer à l’acte ou de la maintenir à l’état de virtualité, de laisser le processus aller jusqu’à son terme ou l’arrêter en cours de route ; la conduite peut atteindre ou manquer son but, l’événement suivre ou non son cours jusqu’au terme prévu. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 11
  13. 13. Cl. Bremond, «la logique des possibles» S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 12
  14. 14. Version commune de la trame narrative • Situation initiale: présentation des personnages, de leur environnement, de leurs rapports • Élément perturbateur: challenge, difficultés • Développement: dynamique, diverses péripéties • Résolution: point culminant, aboutissement • Dénouement: solution donnée à toutes les questions en suspens, stabilisation S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 13
  15. 15. A. Greimas, schéma actanciel • Comme on le voit Cl. Bremond donne une plus large place au sujet de l’action que Propp, c’est aussi la piste que privilégie Greimas dans La Sémantique structurale. • Il dégage un modèle à 6 rôles, reposant sur trois paires de catégories actancielles : - première catégorie : opposition sujet-objet : A désire B - seconde catégorie : relation de communication : opposition destinataire/destinateur, récepteur/émetteur : mandataire/destinataire - troisième axe pragmatique : opposition adjuvant/opposant. • Cela débouche sur un système tout à fait applicable à des univers variés et hétérogènes : S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 14
  16. 16. A. Greimas, schéma actanciel S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 15
  17. 17. ANALYSE DE THE SHADOWMAN Mise en pratique S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 16
  18. 18. Joe Dante (1946-…) THE HOWLING, 1981 GREMLINS, 1984 S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 17
  19. 19. Joe Dante (1946-…) SMALL SOLDIERS, 1998 HOMECOMING, 2005 S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 18
  20. 20. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 19 Danny Hayes Liana Adjuvant = Peter, The Shadow Man Opposant = Eric, la nuit? Destinataire= lui-même Mandataire= lui-même
  21. 21. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 20 Danny Hayes Vaincre sa peur de la nuit Adjuvant = Peter, The 1rst Shadow Man Opposant = Eric, The 2nd ShadowMa n Destinataire= lui-même, Liana? Mandataire= sa mère
  22. 22. Structure: 1. exposition 1/4 À travers le dialogue: émois du premier de la classe
  23. 23. Structure: 1. exposition 1/4 Première confrontation: 3’40
  24. 24. Structure: 1. exposition 1/4 La peur du noir
  25. 25. Structure: 1. exposition 1/4 Première apparition du shadowman 5’40
  26. 26. Structure: 2.développement (1/2) Seconde apparition du shadow man 9’
  27. 27. Structure: 2.développement (1/2) Troisième apparition du shadow man 11’32: la confiance
  28. 28. Structure: 2.développement (1/2) « J’ai enfin ce que je voulais », 14’09
  29. 29. Structure: 2.développement (1/2) Seconde confrontation 14’33: Se faire virer de l’équipe de natation?
  30. 30. Structure: 3.dénouement (1/4) Troisième apparition du shadow man 15’34: fanfaronnade Troisième confrontation: Duel 16’14
  31. 31. Structure: 3.dénouement (1/4) Dernière apparition du shadow man 17’27 « from someone else’s bed » 19’14
  32. 32. Structure 0’50-5’40: exposition •Installation du conflit à 3’40 5’40-14’33: développement; après l’intervention du SM à la fin de l’expo, courbe ascendante pour Danny; confrontation avec Eric inéluctable à 14’33, mais report (victoire temporaire de l’intellect?) 14’33-19’14: Dénouement: confrontation finale mais retournement
  33. 33. LE MONOMYTHE Ses applications hollywoodiennes S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 32
  34. 34. J. Campbell & le monomythe S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 33
  35. 35. J. Campbell & le monomythe S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 34
  36. 36. Chr. Vogler, The Writer’s Journey S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 35
  37. 37. Chr. Vogler, The Writer’s Journey Ce type de démarche illustré par Greimas a pu être, par exemple, adapté au cinéma, en particulier par Christopher Vogler dans The Writer’s Journey où il classe les archétypes des personnages en 7 grandes catégories : • 1. le héros • 2. le mentor (femme ou homme sage) • 3. le gardien du seuil à franchir • 4. le héraut • 5. l’homme masqué • 6. le double • 7. le « trickster » (escroc, voleur, tricheur qui dupe son client) S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 36
  38. 38. Chr. Vogler, The Writer’s Journey Plus fondamentalement (et cette démarche se rapproche cette fois-ci de Propp), il rapporte l’écriture contemporaine du scénario aux étapes du voyage des héros mythiques ; il répertorie 12 étapes : • 1. monde ordinaire • 2. appel vers l’aventure hors du foyer • 3. refus de cet appel • 4. rencontre avec l’ami, le mentor, le guide • 5. franchissement du seuil • 6. rencontre avec les alliés ou les ennemis • 7. approche au cœur du pays étranger • 8. épreuve suprême • 9. récompense • 10. sur la route du retour • 11. résurrection ou compréhension • 12. retour au foyer S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 37
  39. 39. Chr. Vogler, The Writer’s Journey Tous les éléments ne se retrouvent pas forcément dans chaque scénario ; mais on observe globalement une conformité. Bien sûr, certains films renvoient directement au mythe du voyage du héros (La Guerre des étoiles de Lucas, Le Seigneur des anneaux de Jackson, O’Brother des frères Coen, Le Voyage de Chihiro de Miyazaki), mais d’autres récits en apparence éloignés sont conformes à ce schéma. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 38
  40. 40. Chr. Vogler, The Writer’s Journey S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 39
  41. 41. Chr. Vogler, The Writer’s Journey Ex. Mulholland Drive de D. Lynch : • 1. une femme, en voiture, est menacée par des hommes ; un accident survient • 2. la femme, blessée, est libre ; elle erre, amnésique, dans les rues de L. A. • 3. elle se cache dans une propriété, s’y endort • 4. elle rencontre Betty, qui décide de l’aider à retrouver qui elle est • 5. la femme amnésique (qui a choisi le nom de Rita) a un flash : un nom, Diane Selwyn • 6. les deux femmes se rendent au domicile de Diane Selwyn ; elles y croisent des hommes de main et découvrent le cadavre d’une femme dans l’appartement • 7. nouveau flash : le nom d’un club, « le Silencio » • 8. les deux femmes s’y rendent ; acmé lyrique • 9. « Rita » découvre une clé, la clé d’une boite restée dans son sac à main ; elle ouvre celle-ci • 10. bouleversement : disparition des personnages • 11. chacun des personnages a maintenant un rôle nouveau : Betty est Diane Selwyn, Rita Camilla Rhodes ; Diane aime Camilla, qui lui est de plus en plus infidèle ; elle commandite son meurtre • 12. droguée, en proie aux remords et aux hallucinations, Diane se donne la mort dans son appartement. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 40
  42. 42. L’HISTOIRE N’EST PAS LA NARRATION Genette & Baroni S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 41
  43. 43. G. Genette S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 42
  44. 44. G. Genette • La voix (qui parle?), la temporalité (quand) et la focalisation (qui voit) • Deux grands types de voix: intradiégétique vs extradiégétique • Quatre rapports au temps: – 1. La narration ultérieure : Il s’agit de la position temporelle la plus fréquente. Le narrateur raconte ce qui est arrivé dans un passé plus ou moins éloigné. – 2. La narration antérieure : Le narrateur raconte ce qui va arriver dans un futur plus ou moins éloigné. Ces narrations prennent souvent la forme de rêves ou de prophéties. – 3. La narration simultanée : Le narrateur raconte son histoire au moment même où elle se produit. – 4. La narration intercalée : Ce type complexe de narration allie la narration ultérieure et la narration simultanée. Par exemple, un narrateur raconte, après-coup, ce qu’il a vécu dans la journée, et en même temps, insère ses impressions du moment sur ces mêmes événements. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 43
  45. 45. G. Genette • La voix (qui parle?), la temporalité (quand) et la focalisation (qui voit) • trois types de focalisations: – 1. La focalisation zéro : Le narrateur en sait plus que les personnages. Il peut connaître les pensées, les faits et les gestes de tous les protagonistes. C’est le traditionnel « narrateur-Dieu ». – 2. La focalisation interne : Le narrateur en sait autant que le personnage focalisateur. Ce dernier filtre les informations qui sont fournies au lecteur. Il ne peut pas rapporter les pensées des autres personnages. – 3. La focalisation externe : Le narrateur en sait moins que les personnages. Il agit un peu comme l’œil d’une caméra, suivant les faits et gestes des protagonistes de l’extérieur, mais incapable de deviner leurs pensées. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 44
  46. 46. G. Genette • Récits emboîtés • Métalepse: brouillage des niveaux S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 45
  47. 47. Unexemplede métalepse S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 46
  48. 48. G. Genette • Le temps du récit 1: l’ordre, les anachronies: – analepses (flashbacks) – prolepses (flashforwards) – (portée et amplitude) • Le temps du récit 2: la vitesse: – 1. La pause : TR = n, TH = 0 : L’histoire événementielle s’interrompt pour laisser la place au seul discours narratorial. Les descriptions statiques font partie de cette catégorie. – 2. La scène : TR = TH : Le temps du récit correspond au temps de l’histoire. Le dialogue en est un bon exemple. – 3. Le sommaire : TR < TH : Une partie de l’histoire événementielle est résumée dans le récit, ce qui procure un effet d’accélération. Les sommaires peuvent être de longueur variable. – 4. L’ellipse : TR = 0 ; TH = n : Une partie de l’histoire événementielle est complètement gardée sous silence dans le récit. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 47
  49. 49. G. Genette • Le temps du récit 3: la fréquence – 1. Le mode singulatif : 1R / 1H : On raconte une fois ce qui s’est passé une fois; nR / nH : On raconte n fois ce qui s’est passé n fois. – 2. Le mode répétitif : nR / 1H : On raconte plus d’une fois ce qui s’est passé une fois. – 3. Le mode itératif : 1R / nH : On raconte une fois ce qui s’est passé plusieurs fois. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 48
  50. 50. R. Baroni S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 49
  51. 51. R. Baroni L’accent est mis sur l’interprète et ses émotions (suspense, curiosité, surprise) générées par la "mise en intrigue" des événements. • Un « nœud » textuel induit une incertitude chez l'interprète; • Le « retard » entretient la tension par une narration réticente; • Le « dénouement » textuel vient éventuellement répondre aux questions. Deux modalités de l’intrigue. L'interrogation de l’interprète peut porter: • soit sur le développement ultérieur d'un événement sous-déterminé (alors les pronostics de l'interprète accompagnent un sentiment de suspense), • soit sur la nature d'un événement mystérieux actuel ou passé (alors les diagnostics de l'interprète accompagnent un sentiment de curiosité). S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 50
  52. 52. CONCLUSION Un processus complexe S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 51
  53. 53. Un processus complexe • Le processus d’élaboration de l’histoire est souvent complexe ; il n’y a pas de recette miracle. • D. Parent-Altier nous donne l’exemple de l’écriture du scénario du Cercle des poètes disparus (1989). • Son point de départ est un personnage inspiré d’un professeur de théâtre qu’il a eu au lycée. « Lors de la première mouture de son travail, le personnage du professeur Keating, calqué étroitement sur la personnalité du vrai professeur, parlait sans discontinuer. Un flot extraordinaire de mots et de sons qui, tout en inspirant Schulman, ne suffisait pas à faire une œuvre dramatique. Ayant créé un personnage extrêmement riche, il lui manquait toutefois la succession d’événements qui lui aurait permis de transformer ce souvenir en événement dramatique ». • Les nécessités du récit ont amené Schulman à mettre au premier plan le personnage de Neil pour nourrir l’histoire du conflit qui l’oppose à son père, qui se soldera par la mort de l’adolescent et le renvoi de Keating. Todd, l’ami de Neil, servira de réceptacle de l’enseignement de Keating. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 52
  54. 54. Un processus complexe Pour passer du sujet (l’enseignement atypique d’un professeur) à l’intrigue, il aura fallu : • faire évoluer le personnage principal (l’idée de départ) • l’opposer à l’institution conformiste : l’école privée où enseigne Keating, qui ne peut pas rester à l’état d’abstraction et qui doit nécessairement être représentée par d’autres personnages (professeurs, répétiteurs, élèves) • mettre l’accent sur des personnages d’élèves, et particulièrement les deux protagonistes : Neil et Todd • créer la famille de Todd et l’opposer au personnage S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 53
  55. 55. Un processus complexe Dans Scénarios modèles, modèles de scénarios, Francis Vanoye marque bien l’interaction du protagoniste et de l’intrigue du film. Pour lui, • l’histoire doit être bâtie autour du personnage central • le personnage central doit avoir un but, des motivations et doit rencontrer des obstacles, être confronté à l’adversité : c’est ce qui fait l’intrigue ! • le personnage n’est pas livré au spectateur dans son entier dès le début du film (maladresse d’une présentation par le dialogue !) ; il se révèle progressivement au spectateur à travers son action • le personnage évolue dans un contexte spécifique qui aura une influence sur son comportement. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 54
  56. 56. Un processus complexe • Le personnage est construit dans et par le récit ; il n’existe pas en dehors ; le spectateur ne saura de lui que ce qui sera montré et/ou dit de lui ; on n’a souvent besoin que de peu d’éléments sur lui pour faire avancer l’histoire ; il n’est donc pas intéressant de décliner son état civil dans le film : la présentation du personnage à travers un monologue ou un dialogue d’exposition est une erreur à éviter. • Le personnage se dévoilera dans son action, dans son environnement, à travers des échanges verbaux. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 55
  57. 57. Un processus complexe C’est dans le conflit que le personnage se réalise : • le conflit peut être externe au personnage : il est alors confronté dans son avancée à un obstacle indépendant, à des forces d’opposition • le conflit peut aussi être interne : le personnage se bat contre une partie de lui-même • les deux types de conflit peuvent être liés : dans Les Dents de la mer, le shérif Martin Brody (Roy Scheider) doit à la fois faire face au requin et à sa peur de l’eau ; dans Le Silence des agneaux, l’agent du FBI Clarice Sterling doit retrouver le tueur Buffalo Bill grâce à Hannibal Lecter (ou en s’oposant à lui ?) et doit, en même temps, affronter ses peurs les plus profondes, ses cauchemars d’enfant (Parent-Altier). Le conflit n’est pas forcément violent (ou du moins, la violence n’est pas simplement physique) ! Sa résolution est diverse (voir Bremond) ; mais dans une histoire réussie, elle doit s’accompagner de modifications profondes du personnage. S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 56
  58. 58. Références • https://fr.wikipedia.org/wiki/Morphologie_du_conte • http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/iss ue/comm_0588-8018_1966_num_8_1 • http://www.signosemio.com/Genette/narratologie.asp • http://www.ae- lib.org.ua/texts/todorov__poetique_de_la_prose__fr.h tm • http://narratologie.revues.org • http://narratologie.revues.org/608 S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 57
  59. 59. Prochaines séances • Retour sur vos productions de S2 (demain) • Présentation d’analyses narratologiques de longs métrages (lundi prochain): par groupe de 2, autour de 15 mn, sur diaporama S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 58
  60. 60. Présentation d’un long métrage • Intro: motivation du choix du film, résumé très synthétique de l’action, problématique, annonce du plan • 1/ Système des personnages et schéma narratif • 2/ Échos symboliques • 3/ Choix narratifs et éventuelle tension S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 59
  61. 61. Liste non exhaustive • Citizen Kane (1940), La Splendeur des Amberson (1942) ou Dossier secret (1955) d’O. Welles • Chaînes conjugales (1949), Eve (1951) ou La Comtesse aux pieds nus (1954) de J. Mankiewicz • Reservoir Dogs (1992), Pulp Fiction (1994) de Q. Tarantino • Lost Highway (1997), Mulholland Drive (2001) ou Inland Empire (2006) de D. Lynch • Amores Perros (2000) ou 21 grams (2003) d’A. G. Inarritu • Memento (2001) ou Inception (2010) de C. Nolan • Elephant (2003) de Gus van Sant • The Hours (2003) de S. Daldry • Gone Girl (2014) de D. Fincher S4 septembre 2015 Scénarisation (V. Meurville & M. Martin) 60

×