FRACTURE NUMÉRIQUE, FRACTURE NORMATIVEFRACTURE NUMÉRIQUE, FRACTURE NORMATIVE
opportunités et difficultés de
l’innovation t...
Cadre généralCadre général
 L’éducation par les TICE crée ses propres mécanismes de
référencement de ressources (ressourc...
PostulatsPostulats
 De part notre expérience de terrain, nous sommes convaincus
que les normes et standards éducatifs son...
Deux regards croisésDeux regards croisés
 Regard historique
 Comment diagnostiquer les aspects de cette fracture ?
 Tro...
Regard historiqueRegard historique
Des premiers foisonnements des NTIC jusqu’à une
convergence des médias
1970 - 19901970 - 1990
 En moins de 50 ans le système technique des médias a considérablement évolué et les
technologies ...
1970 - 19901970 - 1990
 Dès les années 60, les premières expériences d'enseignement assisté par ordinateur utilisent
des ...
1990-20101990-2010
 Deux branches d’innovations en matière d’enseignement à distance
 e-learnistes : prioritairement att...
1990-20101990-2010
 Des questionnements :
 comment ces communautés d’innovateurs technologues en
pédagogie allaient conv...
Depuis 2010Depuis 2010
 Période marquée par l’abandon gradué de l’analogique tant en radio qu’en
télédiffusion
 Il est p...
Regard prospectifRegard prospectif
Éducation, médias, normes et convergence : pour une
meilleure gouvernance des TICE dans...
Clés d’une gouvernance par les normes des TICEClés d’une gouvernance par les normes des TICE
 Un esprit de collaboration ...
Règles de gouvernance e-LearningRègles de gouvernance e-Learning
 Une implication à des niveaux relativement élevés des c...
Des formes de partenariats productifsDes formes de partenariats productifs
 Développement d’un cadre normatif des TICE
re...
BilanBilan
 La maturation e-Learning, notamment dans le Sud, n’a pas encore atteint ses
objectifs
 Beaucoup de pays déve...
ConclusionConclusion
 L’e-learning est une discipline jeune et son évolution future est
riche en potentiels d’innovations...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Fracture numriquee, fracture normative

102 vues

Publié le

FRACTURE NUMÉRIQUE, FRACTURE NORMATIVE : opportunités et difficultés de l'innovation techno-pédagogique. Abijan, 13-14 mars 2014

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
102
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fracture numriquee, fracture normative

  1. 1. FRACTURE NUMÉRIQUE, FRACTURE NORMATIVEFRACTURE NUMÉRIQUE, FRACTURE NORMATIVE opportunités et difficultés de l’innovation techno-pédagogique Mokhtar Ben Henda (MICA) Jean-Michel Borde (AILF) Henri Hudrisier (ITEN-FMSH) Didier Oillo (AUF) Alain Vaucelle (Plaine Commune)
  2. 2. Cadre généralCadre général  L’éducation par les TICE crée ses propres mécanismes de référencement de ressources (ressources pédagogiques) et développe ses propres moyens de diffusion du savoir (dispositifs pédagogiques et plates-formes e-Learning)  Or, les innovations techno-pédagogiques, en grande partie rendues possibles par la convergence technologique, buttent sur deux types de fractures :  Fracture numérique  Fracture normative plus généralisée et plus délicate à surmonter notamment au Sud  Défi de l’éducation en pays émergents :  Standardiser et normaliser tout son modèle opératoire pour atteindre l’objectif commun de l’interopérabilité  contribuer plus activement au sein de la communauté internationale à construire un univers éducatif multilingue et multiculturel mais aussi ouvert et interopérable sur les réseaux  Être conforme aux standards internationaux et appliquer une certification conforme aux spécifications industrielles comme label de qualité
  3. 3. PostulatsPostulats  De part notre expérience de terrain, nous sommes convaincus que les normes et standards éducatifs sont garants :  de visibilité et de réussite  de réusabilité, de pérennité et de potentiel de réactualisation des ressources pédagogiques  de diminution considérable de coût d’équipements, de réseaux et de contenus  d’interopérabilité  de rentabiliser des disciplines jusqu’ici difficilement rentabilisables  de permettre à faible coût l’accès à des enseignements de qualité sur des territoires difficilement accessibles et de faible densité de population  de préserver des langues minorées, ou des langues de faible diffusion internationale  Il est indispensable cependant que les pays émergents répondent à deux conditions de base :  mobiliser des chercheurs, des enseignants, mais aussi des décideurs politiques ou académiques pour déployer les normes éducatifs contre la fracture numérique et le sous équipement techno-pédagogique  s’inscrire dans une dynamique de regroupement et de création de consortiums régionaux et internationaux dans les universités et les structures de recherche
  4. 4. Deux regards croisésDeux regards croisés  Regard historique  Comment diagnostiquer les aspects de cette fracture ?  Trois périodes historiques clés ont marqué l’évolution des technologies numériques et de leur impact sur les modes d’enseignement et d’éducation  1970 à 1990   1990 à 2010   Depuis 2010   Regard prospectif  Quels scénarios de résolution positive devons nous envisager ?  Une gouvernance par les normes des TICE  Des partenariats productifs
  5. 5. Regard historiqueRegard historique Des premiers foisonnements des NTIC jusqu’à une convergence des médias
  6. 6. 1970 - 19901970 - 1990  En moins de 50 ans le système technique des médias a considérablement évolué et les technologies de l’audiovisuel paraissaient déjà considérablement matures et abouties aux professionnels de ce qu’on appelait déjà le multimédia au début des années 70.  Magnétoscopes/ magnétophones étaient devenus fiables et on pouvait déjà monter en vidéo mais en nombre de standards et formats industriels disparates  En passant du support séquentiel (bande audio ou vidéo) au support disque : Interactivité audiovisuelle et accès en temps réel  Élargissement du potentiel des innovations techno-pédagogiques  Besoin de d’effort parallèle des industriels pour que se normalisent les formats de données, de supports et de modes de lecture  Parallèlement s’amorçait une jonction (convergence) entre la téléphonie numérique et la diffusion hertzienne : c’est la technologie du vidéotex (Minitel) préfigurant des usages (mais aussi des innovations pédagogiques) qui annoncent le Web  Il y avait aussi des contraintes :  Incompatibilité des formats TV analogiques, des cloisonnements territoriaux des innovations pédagogiques et aussi de l’échange des contenus  Ceci a freiné le développement des technologies éducatives avant le numérique tant sur le plan infrastructurel (satellite, hertzien ou câble, caméras, régies, table de montage) que sur le plan des normes des contenus : les bandes vidéo, les vidéodisques, les DVD correspondant à des standards et normes difficilement inter compatibles.  Une relative étanchéité des échanges transatlantiques en matière de radio et TV éducatives  De ce fait, toutes les technologies du télétexte sont longtemps restées très isolées des travaux vidéo interactifs réalisés outre-Atlantique
  7. 7. 1970 - 19901970 - 1990  Dès les années 60, les premières expériences d'enseignement assisté par ordinateur utilisent des ordinateurs pour présenter de l'information pédagogique, éditer des questionnaires et analyser les réponses  La convergence du téléphone et de l'écran cathodique, associée à un protocole de communication normalisé (X.25) pour la transmission des données allait permettre le développement du Minitel précurseur de l'entrée de l'informatique dans les écoles  Ce même protocole allait permettre l'Acquisition Numérique et Télévisualisation d'Images Organisées en Pages d'Écriture plus connu sous le nom d'Antiope pour la télévision en France  Les satellites géostationnaires, notamment ceux du Programme Symphonie à partir des années 75 et qui ont été utilisés de façon très innovante en Afrique constituent aussi une phase clé de l’innovation pédagogique  L'expérience du Programme d’Éducation Télévisuelle (PETV) de 1968 en Côte d’Ivoire reste une des plus importantes expériences de télévision à finalité éducative.  Les années 80, sont celles ou l’informatique se miniaturise, se simplifie en devenant mini puis micro-ordinateur compatible  Le tournant des années 90 marque la démocratisation du Personnal Computeur suite à la normalisation des microprocesseurs)  Il pénètre de façon massive l’école et l’université (surtout au Nord, mais aussi au Sud) à travers de multiples programmes comme par exemple les campus numériques de l’Agence Universitaire de la Francophonie. Cette révolution pédagogique informatique relèguera pour beaucoup au second plan les autres médias.
  8. 8. 1990-20101990-2010  Deux branches d’innovations en matière d’enseignement à distance  e-learnistes : prioritairement attachés à l’ordinateur et au Web  e-broadcasteurs : ceux qui continuaient à s’intéresser aux technologies de la radio et télédiffusion et aux contenus de production audio et vidéo  Chaque branche a produit (ou adopté) des normes techniques ayant une forte incidence sur les potentiels d’innovation pédagogiques :  E-learnistes : standards de l’AICC et de l’IEEE (LOM & SCORM), normes du SC36  E-broadcasteurs : normes MPEG  Cette séparation est en voie de réunification induite par  la convergence numérique industrielle  l’abandon définitif des technologies vidéo analogiques  Conséquence : convergence de deux cœurs de métier  e-learnistes : concentrés sur le document numérique axé sur le textuel interactif et l’accessoirement audiovisuel  e-broadcasteurs : ont attendu l’abandon complet du numérique pour ré- envisager la télévision interactive
  9. 9. 1990-20101990-2010  Des questionnements :  comment ces communautés d’innovateurs technologues en pédagogie allaient converger vers une recherche en innovation pédagogique réunifiée ?  Comment les experts en normalisation qui avaient travaillé dans des comités distincts, allaient accompagner l’émergence d’innovation dans ces métiers ouvrant la voie à des innovations d’usage pédagogiques ?  Comment redistribuer des opportunités de développement permettant de dépasser la fracture numérique ?
  10. 10. Depuis 2010Depuis 2010  Période marquée par l’abandon gradué de l’analogique tant en radio qu’en télédiffusion  Il est prévisible que le tout numérique, mais aussi les progrès de la traductique et de l’e-sémantique, vont induire des potentiels d’innovations (potentiellement pédagogiques), aussi considérables que l’ont été les progrès accomplis depuis les années 70.  De notre point de vue, la seule solution pour anticiper ces progrès et s’y préparer en temps utile consiste, comme les industriels et les grandes multinationales, à nous impliquer directement dans les instances de normalisation.  Les institutions d’éducation et de formation devraient faire comme les industriels  Mais la fracture normative, parallèle à la fracture numérique, est un grave problème que des initiatives francophones tendent à pallier, notamment en éducation comme tente de le faire l’AUF à travers sa Liaison SC36 à ISO. On comprend cependant la lassitude des enseignants face à ce progrès pléthorique et leur difficulté d’appropriation obligatoirement partielle d’une convergence numérique des médias et de ses normes.  Beaucoup de questions restent ouvertes qu’il faudrait traiter sous les angles suivants :  Comment les communautés d’innovateurs technologues en pédagogie doivent converger vers une recherche en innovation pédagogique harmonisée ?  Comment les experts en normalisation, ayant travaillé dans des comités distincts, sauraient accompagner l’émergence d’innovations dans ces métiers et ouvrir la voie aux innovations d’usage pédagogiques à venir particulièrement dans le Sud ?  Quelles seront les possibilités de redistribution des opportunités de développement (adressées notamment vers l’Afrique) contribuant de fait à dépasser la fracture numérique ?
  11. 11. Regard prospectifRegard prospectif Éducation, médias, normes et convergence : pour une meilleure gouvernance des TICE dans les pays émergents
  12. 12. Clés d’une gouvernance par les normes des TICEClés d’une gouvernance par les normes des TICE  Un esprit de collaboration en dépit des différences :  S’établir en consortium et communautés homogènes de pratiques  Viser l’interopérabilité des solutions et des dispositifs pédagogiques par les normes technologiques  Un effort de gouvernance  Une phase d’appropriation  Une complémentarité active entre les niveaux de gouvernance de l’e-Learning et de la normalisation des TICE
  13. 13. Règles de gouvernance e-LearningRègles de gouvernance e-Learning  Une implication à des niveaux relativement élevés des cercles décisionnels, politiques, pour pouvoir orienter, et même « imposer » des choix stratégiques  Dans les domaines de l’e-Learning et des TICE, le passage par des structures et des instances de rayonnement international  On pense à une sorte de Conseil de sécurité du type de celui de l’ONU qui s’appliquerait à l’éducation pour gouverner le domaine via des agences spécialisées techniquement compétentes  Agir en synergie avec des secteurs plus larges, respectivement ceux de l’éducation et des TIC :  lié aux avancées dans le domaine de l’éducation, tant sur un plan pédagogique que managérial,  largement ancré dans la gouvernance des TIC  Acceptation des disparités entre les acteurs participants qui amplifient les contraintes d’accès aux moyens et aux ressources en raison des identités, des langues et des cultures  L’appui institutionnel à de hauts niveaux de responsabilités politiques devient dès lors indispensable pour défendre cette diversité
  14. 14. Des formes de partenariats productifsDes formes de partenariats productifs  Développement d’un cadre normatif des TICE respectueux des spécificités culturelles, linguistiques, économiques, géopolitiques  Des partenariats entre des acteurs du Nord et du Sud favorisent la création d’une dynamique efficace et productive  Déjà démontré en Francophonie via le SC36  Ouvrir pour les pays du Sud des voies de participation très prometteuses à l’e-Learning mondial  WG1 (terminologie) : imposer des terminologies e-learning multilingues (chinois, japonais, russe, arabe, malgache, berbère et breton)  Envisageons d’autres langues, notamment africaines  Besoin de partenariats dynamiques et actifs avec des acteurs de l’éducation dans le Sud (acteurs disposant d’une force de décision)
  15. 15. BilanBilan  La maturation e-Learning, notamment dans le Sud, n’a pas encore atteint ses objectifs  Beaucoup de pays développés n’ont pas non plus enclenché une dynamique normative pour le e-Learning dans leurs structures éducatives  Beaucoup de communautés de pratiques – dans le Sud comme dans le Nord – sont encore concentrées sur les questions relatives à la création des contenus, au tutorat ou à l’évaluation des apprenants  Il est légitime pour des enseignants de se concentrer prioritairement sur les aspects pédagogiques et techno-rédactionnels de l’e-learning, mais il faut systématiquement l’envisager en lien étroit avec sa facette normative  Il y a des avantages concrets de la normalisation pour l’amélioration de la qualité productive des enseignements e-Learning :  Interopérabilité des dispositifs,  réutilisabilité des ressources,  adaptabilité des produits,  durabilité des solutions éducatives  L’adoption des normes et standards est un garant d’efficacité et de visibilité et aussi un facteur de rentabilité économique quand elle est appliquée à grandes échelles
  16. 16. ConclusionConclusion  L’e-learning est une discipline jeune et son évolution future est riche en potentiels d’innovations mais aussi en défis de tous genres : techniques, économiques, structurels et sociaux  Dès qu’il est question de mondialisation, des rapports Nord/Sud ou de développement durable, les différences entre le Nord et le Sud en termes quantitatifs, qualitatifs et temporels au regard de l’accès et de l’usage des TIC sont unanimement soulignés  Le contexte pédagogique dans beaucoup de pays émergents continue à fonctionner essentiellement selon des mécanismes classiques malgré l’introduction massive de l’outil technologique  Or, les études l’on bien démontré : l’outil à lui seul ne garantit pas un gain de visibilité quand celle-ci est mesurée sur une macro-échelle de rentabilité  Nous restons très confiants et nous sommes sûr que l’éducation et l’e-learning dans les pays émergents saura – par le biais des normes et des référentiels éducatifs internationaux mais surtout par l’action collégiale, les regroupements et les consortiums – surmonter toutes les difficultés qui freinent une intégration conséquente et égalitaire des acteurs éducatifs du Sud au mouvement mondial de l’éducation pour tous.

×