Web 2.0 et boulot :Les réseaux sociaux ont-ils leur place au travail?                      Essai                   Présent...
i                                              TABLE DES MATIÈRESINTRODUCTION ...............................................
Êtes-vous déjà passé derrière le bureau d’un collègue et avez remarqué qu’ilnaviguait sur Facebook durant ses heures de tr...
MISE EN CONTEXTE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX        Le web 2.0 se définit par la création d’une communauté interactive entre l...
Facebook       Facebook a vu le jour en 2004. Ce réseau social permet aux utilisateurs decréer un profil, soit sur eux-mêm...
médias par groupe d’intérêts, mais plutôt par secteur d’activités professionnelles. Ceréseau social vise à « bâtir une rép...
Véritables plateformes de communication         À la base, les réseaux sociaux ont été créés pour promouvoir l’interaction...
développer un fil d’information roulant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, accessiblepartout dans le monde.Service à la clie...
Outils de recrutement        Bien que le sujet soit encore chaud et qu’il fasse toujours partie de débats, lesréseaux soci...
social comme tel qui cause un problème aux employeurs, mais plutôt comment lesemployés s’en servent et à quelle fréquence....
tendance à affirmer qu’un employé paresseux et non travaillant le sera peu importeles ressources à sa disposition : « [l]e...
au sens confidentiel et protégé […].» 21 En émettant des commentaires, l’employés’expose à ce que n’importe qui, faisant p...
personnels. Ce problème est d’ailleurs survenu au Service de police de la Ville deMontréal, alors que la direction a dû in...
SOLUTION : UNE POLITIQUE CLAIRE ET COMPLÈTE         Afin d’obtenir les meilleurs résultats, il importe donc d’établir les ...
saut, votre compétiteur risque de le faire et vous risquez ainsi d’être perdant au boutdu compte. Actuellement, pour chaqu...
BIBLIOGRAPHIEGFI. Social networking at work: Thanks, but not thanks?. Cary, NC, 2011, 6 p. [pdf]« World Map of Social Netw...
« Réseaux sociaux, travail et vie privée : un cocktail mal maîtrisé par les salariés », La Presse,Agence France-Presse (Pa...
ANNEXE A Statistiques supplémentaires concernant l’utilisation des médias sociaux au QuébecSource : Centre facilitant la r...
ANNEXE BSchématisation et statistiques du blocage de l’accès aux réseaux sociaux en milieu de travail                     ...
ANNEXE CL’effet Twitter                  18
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Web 2.0 et boulot: Les réseaux sociaux ont-ils leur place au travail?

1 318 vues

Publié le

Analyse sur les avantages et désavantages, risques et intérêts des réseaux sociaux en entreprise.

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 318
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
212
Actions
Partages
0
Téléchargements
30
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Web 2.0 et boulot: Les réseaux sociaux ont-ils leur place au travail?

  1. 1. Web 2.0 et boulot :Les réseaux sociaux ont-ils leur place au travail? Essai Présenté à : M. Patrice Leroux Dans le cadre du cours : REP 2400 – Internet et relations publiques Alexandre Boyer Université de Montréal Certificat de relations publiques Faculté de l’éducation permanente 31 octobre 2011
  2. 2. i TABLE DES MATIÈRESINTRODUCTION ........................................................................................................ 1MISE EN CONTEXTE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX ............................................ 2Facebook .................................................................................................................... 3Twitter ........................................................................................................................ 3LinkedIn ...................................................................................................................... 3Les blogues ................................................................................................................ 4LES RÉSEAUX SOCIAUX ET LA GESTION DE L’ENTREPRISE ........................... 4Véritables plateformes de communication .................................................................. 5Service à la clientèle « nouveau genre » .................................................................... 6Publicité gratuite et efficace ........................................................................................ 6Outils de recrutement ................................................................................................. 7L’ACCÈS DES EMPLOYÉS AUX RÉSEAUX SOCIAUX .......................................... 7Question de productivité ............................................................................................. 8Question de sécurité .................................................................................................. 9Insouciance de l’impact et des répercussions ............................................................ 9Un employé = tout un réseau ................................................................................... 11SOLUTION : UNE POLITIQUE CLAIRE ET COMPLÈTE ....................................... 12CONCLUSION ......................................................................................................... 12BIBLIOGRAPHIE ..................................................................................................... 14Annexe A .................................................................................................................. 16Annexe B .................................................................................................................. 17Annexe C .................................................................................................................. 18
  3. 3. Êtes-vous déjà passé derrière le bureau d’un collègue et avez remarqué qu’ilnaviguait sur Facebook durant ses heures de travail? Faites-vous partie de ceux quigardent leur téléphone intelligent sur leur bureau afin de pouvoir consulter les alertesreçues concernant les derniers « gazouillis » du jour? Vous êtes-vous déjà rassembléavec d’autres employés pour visionner un vidéo sur YouTube? Dans l’affirmative, est-ce que la consultation des réseaux et médias sociaux est utile, voire nécessaire àvotre travail ou elle constitue un simple divertissement personnel? La réponse à cettedernière question peut être cruciale puisqu’elle pourrait justifier votre employeur devous enlever l’accès à internet. Véritable phénomène qui a explosé en popularité dans les dernières années,le web 2.0 fait maintenant partie du quotidien de la majorité de la population. Bienqu’aux yeux des spécialistes les réseaux sociaux semblent un véritable bijourévolutionnaire au niveau des communications, du réseautage et du marketing, ils nefont pas l’unanimité chez les employeurs. Cette perception négative est-elle lerésultat d’une mauvaise connaissance de l’utilité de ces outils par les entreprises oude la mauvaise utilisation qu’en font les employés? Un peu des deux semble-t-il. Unechose est certaine, pour les employeurs, l’alarme a sonné : comment contrôler cetteréalité qui prend de l’ampleur et semble menacer la productivité? Il est donc primordial de faire le point sur la présence des réseaux sociauxdans l’environnement de travail et d’en établir le pour et le contre. Les employeurssont appelés à se positionner sur l’utilisation des réseaux sociaux, mais avant de seprononcer, ils doivent définitivement en connaitre tous les aspects. Qui sait, ilspourraient être agréablement surpris de découvrir des outils de travail indispensablesau développement de leur entreprise. 1
  4. 4. MISE EN CONTEXTE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX Le web 2.0 se définit par la création d’une communauté interactive entre lesindividus sur un même sujet ou thème. Ainsi, il n’est plus seulement question dedivulgation d’information ou de médias dans un seul sens, mais plutôt d’échanges etd’interaction entre les utilisateurs (dans les deux sens). La popularité des réseauxsociaux ne cesse d’augmenter et leur utilisation se fait de plus en plus importante. En2011, c’est plus de 73,3% des internautes québécois qui sont actifs au moins une foispar mois sur les réseaux sociaux. 1 De plus, un adulte québécois passe en moyenne5,6 heures par semaine à consulter et actualiser ses réseaux sociaux – chez les 18 à24 ans, il est question de 8,6 heures. 2 Pour les employeurs, lorsqu’on parle de réseaux sociaux, il est principalementquestion de Facebook, Twitter et LinkedIn. Bien qu’il existe une multitude d’autresplateformes de réseaux sociaux et de médias sociaux3, il s’agit des trois sites les plusutilisés selon une étude de juin 2011. 4 À cette liste doivent également s’ajouter lesblogues personnels qui sont consultés sur une base quotidienne. Afin d’y voir un peuplus clair, voici un aperçu de ces réseaux sociaux.1 GFI. Social networking at work: Thanks, but not thanks?. Cary, NC, 2011, 6 p.2 GFI. Social networking at work: Thanks, but not thanks?. Cary, NC, 2011, 6 p.3 La différence entre les réseaux sociaux et les médias sociaux se situe au niveau de l’interaction entre les utilisateurs. Un site de réseau social vise à développer une communauté où il sera question d’échanger sur un sujet ou un thème d’intérêt commun, alors que le site de média social a principalement pour but d’afficher et/ou de partager des images, des vidéos, … Les médias sociaux les plus populaires sont certainement YouTube et Flickr, mais leur statut tend de plus en plus vers la catégorie des réseaux sociaux en raison des commentaires émis qui créent une interaction.4 « World Map of Social Network », VincosBlog, June 2011, [http://www.vincos.it/world-map- of-social-networks/] 2
  5. 5. Facebook Facebook a vu le jour en 2004. Ce réseau social permet aux utilisateurs decréer un profil, soit sur eux-mêmes ou sur une organisation, d’y ajouter desinformations personnelles, des statuts, photos, vidéos tout en se liant à des « amis »afin de partager ces données, d’échanger des contenus provenant des médias,d’organiser des évènements, et bien plus. Depuis sa création, Facebook ne cessed’évoluer et de gagner en popularité; il compte aujourd’hui plus de 800 millionsd’utilisateurs connectés en moyenne à plus de 130 « amis » et 80 « communuautés »ou groupes d’intérêt. Facebook, c’est également plus de 250 millions de photos parjour qui sont partagées. 5Twitter Twitter est « un fil d’actualités qui […] permet d’échanger des liens et del’information en temps réel et de suivre, par exemple, l’évolution d’un évènement endirect, par le billet de messages mis en lignes […] » 6. Le défi de ce réseau social estd’être le plus concis possible puisque chaque message ne peut excéder 140caractères. On dénombre actuellement plus de 100 millions d’utilisateurs dont plus de50% se connectent quotidiennement pour se tenir au courant des dernièresnouvelles. 7LinkedIn Il s’agit d’un véritable outil de réseautage professionnel. Comparativement àFacebook et Twitter, il n’est pas question de partage d’informations et de contenus5 « Statistics | Facebook », Facebook, 2011, [www.facebook.com]6 BLANC, Michelle et Nadia SERAIOCCO. Les médias sociaux 101 – Le réseau mondial des beaux-frères et des belles sœurs. Montréal, Les Éditions Logiques, 2010, p. 297 « One Hundred Million Voices », Twitter Blog, 8 septembre 2011, [blog.twitter.com] 3
  6. 6. médias par groupe d’intérêts, mais plutôt par secteur d’activités professionnelles. Ceréseau social vise à « bâtir une réputation professionnelle » 8; les utilisateurs secréent un profil sur lequel ils affichent leur curriculum vitae. Opportunités d’affaires,recherche d’emploi, réseautage, … il s’agit du site n° 1 des professionnelsd’aujourd’hui. LinkedIn rassemble plus de 85 millions d’utilisateurs provenant de plusde 200 pays. 9Les blogues Les blogues sont des sites Web axés normalement sur un sujet ou un domaineprécis. L’auteur du blogue, le blogueur, peut être un individu, une organisation ou uneentreprise. Il diffuse régulièrement des textes, appelés billets, auxquels les lecteurspeuvent ajouter des commentaires et ainsi créer une conversation.LES RÉSEAUX SOCIAUX ET LA GESTION DE L’ENTREPRISE À première vue, les réseaux sociaux semblent être de véritables lieux derencontre pour échanger de l’information, faire part de nos états d’âme, partager desphotos et vidéos, et élargir ses cercles de connaissances, le tout à un niveau trèspersonnel. Il faut toutefois creuser un peu plus profond pour découvrir les avantagesde tels outils sur le plan corporatif. Si utilisés avec diligence, les réseaux sociauxpeuvent s’avérer très utiles pour les entreprises tant sur le plan des communications,de publicité et de service à la clientèle.8 BLANC, Michelle et Nadia SERAIOCCO. Les médias sociaux 101 – Le réseau mondial des beaux-frères et des belles sœurs. Montréal, Les Éditions Logiques, 2010, p. 319 KWASNIEWSKI, Barry W. « Social Media: An Emerging Issue in the Workplace », Charity Law Bulletin, n° 246, 30 mars 2011 4
  7. 7. Véritables plateformes de communication À la base, les réseaux sociaux ont été créés pour promouvoir l’interaction. Lesentreprises ont donc intérêt à soutirer cet aspect à leur avantage, autant avec leurspublics internes qu’externes. À l’interne, en informant leurs employés des dernières nouvelles, en les faisantparticiper, par l’intermédiaire de blogues, aux discussions et nouvelles politiquesadoptées, les employeurs augmentent le lien d’appartenance des employés enversleur entreprise. 10 Les réseaux sociaux permettent de développer une culture decollaboration et un partage de connaissances entre les différents niveaux et les diversdépartements 11. Ils ont un véritable effet de rassemblement et d’unification entre lesemployés, mais aussi entre les niveaux hiérarchiques. « Les gestionnaires devraients’en servir pour être à l’écoute de leurs employés et dialoguer avec eux […] s’ilsrestent libres d’émettre des opinions constructives, les travailleurs se sententvalorisés et donc peut être moins enclins à critiquer ouvertement leur employeur. » 12Les réseaux sociaux permettent aux employés de demeurer informer sur lesdernières décisions, les résultats de fin de trimestre et les bon coups. En permettantla publication d’informations, de chroniques, de photos et de vidéos, les réseauxsociaux se transforment en véritable journal interne interactif. Au niveau des publics externes, un réseau social comme Twitter peut s’avérerfort utile pour garder un contact direct avec sa clientèle. Ainsi, les entreprises peuvent10 DELLER, Susan. « Does social media belong in the workplace? », Benefits Canada, 11 mars 2010, [www.benefitscanada.com]11 FRANCOEUR, Florent. « Les réseaux sociaux et le travail : comment surfer sans faire de vagues », Affaires RH, [www.affairesrh.ca]12 MAZATAUD, Valérian. « Les dangers des réseaux sociaux », Jobboom, vol. 12, n° 2, mars 2011, [carriere.jobboom.com] 5
  8. 8. développer un fil d’information roulant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, accessiblepartout dans le monde.Service à la clientèle « nouveau genre » Les réseaux sociaux ont également un énorme poids au niveau de l’image etde la marque de l’entreprise. La possibilité de commenter et d’intervenir auprès desclients directement par l’intermédiaire d’un réseau social peut bénéficier énormémentà l’entreprise. Ainsi, si un client se plaint sur sa page facebook du mauvais servicereçu lors de sa visite à l’entreprise, alors il est possible d’entrer en communicationavec ce dernier pour cibler les points à améliorer, tout en proposant des solutionspotentielles. Plutôt que de laisser les gens parler à tord et à travers d’une mauvaiseexpérience, les entreprises ont maintenant le pouvoir le limiter les dégâts eninteragissant directement avec leur clientèle.Publicité gratuite et efficace Toujours dans la même ligne, le fait de garder un contact permanent avec lesclients permet également de faire de la publicité en limitant les coûts. Effectivement,seuls le temps et les efforts d’actualiser régulièrement les réseaux sociaux doiventêtre pris en compte, puisque l’accès aux réseaux sociaux est habituellement gratuit.Annoncer un lancement de produit ou envoyer des offres exclusives n’aura jamais étéaussi simple et efficace. Imaginez la possibilité de rejoindre vos milliers de clients àl’international en un seul clic de souris! 6
  9. 9. Outils de recrutement Bien que le sujet soit encore chaud et qu’il fasse toujours partie de débats, lesréseaux sociaux demeurent un outil fort utile pour les ressources humaines.Premièrement, un réseau comme LinkedIn permet de diffuser des offres d’emplois enles ciblant directement à des cercles d’un secteur spécifique. Il permet également defaire une première évaluation des candidatures. Il faut cependant être diligent et nepas utiliser les réseaux sociaux à des fins de discrimination. Bien que desplateformes comme Facebook donnent un accès facile à des informations à caractèrepersonnel (âge, religion, race, convictions politiques, orientation sexuelle, etc.),l’employeur ne peut les prendre en considération pour discréditer une candidature 13;il s’agirait là d’un acte illégal passible d’amendes sévères et pouvant grandementnuire à la réputation de l’entreprise.L’ACCÈS DES EMPLOYÉS AUX RÉSEAUX SOCIAUX Les problèmes avec les réseaux sociaux se présentent principalement dansl’utilisation personnelle faite par les employés lors des heures de travail. Selon uneétude d’Accountemps, 47% des directeurs financiers du Canada sont inquiets queleur personnel perde du temps sur des sites de réseaux sociaux et 25% ont peur qu’ilait un comportement manquant de professionnalisme ou effectue des commentairesnégatifs sur l’entreprise. 14 C’est ainsi dire que, ce n’est pas nécessairement le média13 BERKOWITZ, Philip M. « Social Networking and the New Workplace », Human Resource Connection Monthly Newsletter – Gall & Gall Company, Inc., vol. 2, n° 11, Novembre 2009, [www.gallgall.com]14 GIROUX, Sophie. « Les réseaux sociaux au travail », Argent, 10 novembre 2010, [www.argent.canoe.ca] 7
  10. 10. social comme tel qui cause un problème aux employeurs, mais plutôt comment lesemployés s’en servent et à quelle fréquence.Question de productivité Au Canada, 75% des employés avouent consulter des sites de réseauxsociaux sur une base régulière durant les heures de travail. 15 Si un sondage était faitauprès des employeurs du Québec quant à l’effet des réseaux sociaux sur laproductivité, la grande majorité (pour ne pas dire l’unanimité) répondrait certainementqu’il y a une incidence négative directe. Toutefois, ce n’est pas ce que révèle uneétude publiée en 2009 par l’Université de Melbourne. Selon le Dr Brent Coker de lafaculté de gestion et marketing de l’Université de Melbourne, les employés quipassent une période raisonnable de leur temps de travail à naviguer sur des sites etréseaux sociaux par plaisir et intérêt personnel seraient plus productifs d’environ9%. 16 Ainsi, selon lui, « short and unobstructive breaks, such as a quick surf of theinternet, enables the mind to rest itself, leading to a higher totale net concentration fora days work, and as a result, increased productivity » 17. Mais encore faut-il que lesemployés soient raisonnables et autonomes dans la gestion de leurs « pauses »,puisqu’il est évident qu’une trop grande période à consulter les réseaux sociaux oudes arrêts trop fréquents risquent d’avoir l’effet contraire. 18 Les experts ont cependant15 HANSEN, Darah. « Social media explosion sparks debate among employers », Vancouver Sun, 7 juin 2011, [www.vancouversun.com]16 The University of Melbourne. « Freedom to surf: workers more productive if allowed to use the internet for leisure », News, 2 avril 2009, [uninews.unimelb.edu.au]17 Idem18 MAROM, Shim. « Social Media in the work place », quantmleap – Collection of thoughts about project management and other important things, 11 décembre 2009, [quantmleap.com] 8
  11. 11. tendance à affirmer qu’un employé paresseux et non travaillant le sera peu importeles ressources à sa disposition : « [l]es employés qui perdraient leur temps le feraientdéjà de toute manière, que ce soit sur Twitter ou autour de la machine à café » 19.Question de sécurité Donner l’accès aux réseaux sociaux aux employés signifie également unrisque de brèche de la sécurité des systèmes informatiques. 20 En effet, en naviguantsur les sites de réseaux sociaux, les employés échangent et publient du contenumédia qui pourrait comporter des virus et compromettre la sécurité du systèmeinformatique de l’entreprise. Bien que les réseaux d’entreprise soient généralementbien sécurisés en raison des courriels qui présentent les mêmes risques, certainsemployeurs croient que le fait de consulter des réseaux sociaux ne fait qu’augmenterles risques d’attaques.Insouciance de l’impact et des répercussions Un autre problème majeur qui survient dans les forums de discussiond’employeurs est bien évidemment l’insouciance des employés quant auxcommentaires qu’ils énoncent personnellement, mais qui peuvent mettre en contextedes collègues ou la réputation de l’entreprise. En effet, la plupart des utilisateurs onttendance à sous-estimer l’impact de leurs dires et le caractère public des réseauxsociaux. « [L]es gens n’ont pas la conscience qu’ils ne sont pas sur un espace privé19 ORFALI, Philippe. « Quand Twitter et Facebook deviennent des outils de travail », La Presse Affaires, 24 mars 2010, [lapresseaffaires.cyberpresse.ca]20 GFI. Social networking at work: Thanks, but not thanks?. Cary, NC, 2011 9
  12. 12. au sens confidentiel et protégé […].» 21 En émettant des commentaires, l’employés’expose à ce que n’importe qui, faisant partie de son réseau social ou non, ait accèsà ce qu’il dit ou publie. Cette situation peut donc forcément faire place à duharcèlement entre collègues ou à des commentaires déplacés envers la direction del’entreprise et ainsi avoir des impacts sur l’environnement de travail. Cette même insouciance du caractère public des propos abordés inquièteégalement les employeurs au niveau de la divulgation d’informations confidentielleset de la réputation de l’entreprise. Même si l’employé ne divulgue pas dans ses diresle nom de l’entreprise ou le domaine dans lequel il travaille, il est facilement possible,en lisant les différents profils et réseaux sociaux de cet employé, d’établir l’identité del’entreprise pour laquelle il travaille. Des exemples concrets ont également démontré que la mauvaise utilisationdes réseaux sociaux par le personnel pouvait entacher la réputation et l’image del’entreprise. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé lorsque deux employés de Domino’sPizza ont décidé de publier un vidéo sur YouTube d’eux-mêmes en train de garnirune pizza de leurs « ingrédients spéciaux ». Il va sans dire que le vidéo a rapidementfait le tour du Web et que l’image de l’entreprise en a souffert pendant plusieursmois. 22 Il peut également survenir des problèmes quand un individu utilise son titreprofessionnel ou l’image de son entreprise tout en émettant des commentaires21 « Réseaux sociaux, travail et vie privée : un cocktail mal maîtrisé par les salariés », La Presse, Agence France-Presse (Paris), 21 novembre 2010, [technaute.cyberpresse.ca]22 CLIFFORD, Stephanie, « Video Prank at Domino’s Taints Brand », The New York Times, 15 avril 2009, [www.nytimes.com] 10
  13. 13. personnels. Ce problème est d’ailleurs survenu au Service de police de la Ville deMontréal, alors que la direction a dû intervenir auprès de policiers qui affichaient desphotos en uniforme et émettaient des opinions personnelles qui n’étaient passoutenues par l’organisation. 23Un employé = tout un réseau Bien que les risques et répercussions négatives soient nombreux, la présencedes employés sur les réseaux sociaux peut cependant amener un avantageconsidérable au niveau du réseautage et de l’expertise. En effet, comme l’affirme laprofesseure de gestion des ressources humaines à HEC Montréal, Anne Bourthis,« on paie une personne et on obtient l’expertise de tout son cercle d’amis » 24. Ensituation de problème, un employé ayant accès aux réseaux sociaux pourra ainsiéchanger avec ses paires et amener des idées auxquelles il n’aurait peut être jamaissongées. 25 Les réseaux sociaux permettent le partage du savoir sans même avoir àengager du personnel supplémentaire. Il existe plusieurs conséquences négatives de l’utilisation des réseaux sociauxpar les employés, mais il en demeure que ces désavantages peuvent êtrerèglementés. Ainsi, il serait dommage de se priver des avantages de l’accès auxréseaux sociaux pour des inquiétudes facilement contrôlables par l’intermédiaired’une bonne politique d’entreprise quant à la consultation de ceux-ci.23 MAZATAUD, Valérian. « Les dangers des réseaux sociaux », Jobboom, vol. 12, n° 2, mars 2011, [carriere.jobboom.com]24 ORFALI, Philippe. « Quand Twitter et Facebook deviennent des outils de travail », La Presse Affaires, 24 mars 2010, [lapresseaffaires.cyberpresse.ca]25 « Facebook, la bête noire des entreprises », L’Express, 4 février 2011, [www.lexpress.fr] 11
  14. 14. SOLUTION : UNE POLITIQUE CLAIRE ET COMPLÈTE Afin d’obtenir les meilleurs résultats, il importe donc d’établir les règles du jeuavec les employés. Une politique claire et stricte est donc de mise. C’est àl’employeur que revient la tâche d’expliquer les effets néfastes d’une mauvaiseutilisation de réseaux sociaux et des conséquences que peuvent entraîner une telleconduite. « Il faut des règles claires pour que les employés ne puissent dire qu’ils nesavaient pas qu’ils commettaient une erreur » 26 affirme monsieur Florent Francoeur,président de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés, pour quil’interdiction des réseaux sociaux au bureau est contre-productive. La politique doitêtre adoptée en fonction des valeurs et de l’image de l’organisation et doitprincipalement viser à développer une attitude responsable et professionnelle desemployés à l’égard de l’utilisation de ces outils. Il est également primordial d’inviter lepersonnel à s’identifier au travers de ses commentaires et de ne pas hésiter àspécifier s’il émet une opinion personnelle. 27 Il semble donc clair que les réseaux sociaux aient leur place au travail. Il estvrai que leur accès puisse engendrer des problèmes qui n’existeraient pas si l’accèsn’était pas permis, mais somme toute, une utilisation intelligente, diligente et vigilantepeut être bénéfique pour l’entreprise. De toute façon, il ne faut pas non plus perdre devue que les réseaux sociaux sont certainement un nouvel outil de technologie quiprendra de plus en plus d’ampleur au sein des entreprises. Si vous ne faites pas le26 FRANCOEUR, Florent. « Les réseaux sociaux et le travail : comment surfer sans faire de vagues », Affaires RH, [www.affairesrh.ca]27 Idem 12
  15. 15. saut, votre compétiteur risque de le faire et vous risquez ainsi d’être perdant au boutdu compte. Actuellement, pour chaque entreprise qui interdit l’accès aux réseauxsociaux, cinq tentent d’en rendre l’utilisation profitable. 28 Ces outils risquent fort biende faire partie intégrante du paysage des entreprises d’ici moins de dix ans; vautmieux les apprivoiser le plus tôt possible. Tout comme le Théâtre du Rideau Vert quia osé en 2010 en dévoilant sa nouvelle programmation au public et aux journalistespar la voie de Twitter et Facebook29, il est temps de mettre les réticences de côté etde faire confiance à ces outils. Également, plutôt que de laisser les employés créereux-mêmes leurs propres plateformes de réseaux sociaux, il vaut mieux les créervous-même et en avoir le contrôle. La clé de la réussite en la matière se trouve dansla façon dont il faut diriger et informer les employés sur l’utilisation de l’univers duweb 2.0.28 DELLER, Susan. « Does social media belong in the workplace? », Benefits Canada, 11 mars 2010, [www.benefitscanada.com]29 ORFALI, Philippe. « Quand Twitter et Facebook deviennent des outils de travail », La Presse Affaires, 24 mars 2010, [lapresseaffaires.cyberpresse.ca] 13
  16. 16. BIBLIOGRAPHIEGFI. Social networking at work: Thanks, but not thanks?. Cary, NC, 2011, 6 p. [pdf]« World Map of Social Network », VincosBlog, June 2011, [http://www.vincos.it/world-map-of-social-networks/« Statistics | Facebook », Facebook, 2011, [http://www.facebook.com/press/info.php?statistics]BLANC, Michelle et Nadia SERAIOCCO. Les médias sociaux 101 – Le réseau mondial desbeaux-frères et des belles sœurs. Montréal, Les Éditions Logiques, 2010, 181 p.« One Hundred Million Voices », Twitter Blog, 8 septembre 2011, [http://blog.twitter.com/2011/09/one-hundred-million-voices.html]KWASNIEWSKI, Barry W. « Social Media: An Emerging Issue in the Workplace », Charity LawBulletin, n° 246, 30 mars 2011 [pdf]DELLER, Susan. « Does social media belong in the workplace? », Benefits Canada, 11 mars2010, [http://www.benefitscanada.com/pensions/governance-law/does-social-media-belong-in-the-workplace-10676]FRANCOEUR, Florent. « Les réseaux sociaux et le travail : comment surfer sans faire devagues », Affaires RH, [http://www.affairesrh.ca/gestionnaires/vieautravail/fiche.aspx?p=428995]MAZATAUD, Valérian. « Les dangers des réseaux sociaux », Jobboom, vol. 12, n° 2, mars2011, [http://carriere.jobboom.com/marche-travail/tendances/2011/02/28/17438766-jm.html]BERKOWITZ, Philip M. « Social Networking and the New Workplace », Human ResourceConnection Monthly Newsletter – Gall & Gall Company, Inc., vol. 2, n° 11, Novembre 2009,[http://www.gallgall.com/newsletter_online/article_new.php?aid=77&id=18]GIROUX, Sophie. « Les réseaux sociaux au travail », Argent, 10 novembre 2010,[http://argent.canoe.ca/lca/affaires/canada/archives/2010/11/20101110-163713.html]HANSEN, Darah. « Social media explosion sparks debate among employers », Vancouver Sun,7 juin 2011, [www.vancouversun.com]The University of Melbourne. « Freedom to surf: workers more productive if allowed to use theinternet for leisure », News, 2 avril 2009, [http://uninews.unimelb.edu.au/news/5750/]MAROM, Shim. « Social Media in the work place », quantmleap – Collection of thoughts aboutproject management and other important things, 11 décembre 2009, [http://quantmleap.com/blog/2009/12/social-media-in-the-work-place/]ORFALI, Philippe. « Quand Twitter et Facebook deviennent des outils de travail », La PresseAffaires, 24 mars 2010, [http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/portfolio/le-marche-du-travail/201003/24/01-4263789-quand-twitter-et-facebook-deviennent-des-outils-de-travail.php] 14
  17. 17. « Réseaux sociaux, travail et vie privée : un cocktail mal maîtrisé par les salariés », La Presse,Agence France-Presse (Paris), 21 novembre 2010, [http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/internet/201011/19/01-4344484-reseaux-sociaux-travail-et-vie-privee-un-cocktail-mal-maitrise.php]CLIFFORD, Stephanie, « Video Prank at Domino’s Taints Brand », The New York Times, 15avril 2009, [http://www.nytimes.com/2009/04/16/business/media/16dominos.html]« Facebook, la bête noire des entreprises », L’Express, 4 février 2011, [http://www.lexpress.fr/emploi-carriere/emploi/facebook-la-bete-noire-des-entreprises_958693.html]BALDERRAMA, Anthony. « Social media at work – bane or boon? », CNN.com, 8 mars 2010,[http://www.cnn.com/2010/LIVING/worklife/03/08/cb.social.media.banned/index.html]BOND, Jennifer et George WAGGOTT. « Canada: Social Media Policies In The Workplace:What Works Best? », McMillan, 9 août 2011, [http://www.mondaq.in/canada/x/141882/Contract+of+Employment/Social+Media+Policies+In+The+Workplace+What+Works+Best]BOUSQUET, Élodie. « Utiliser les réseaux sociaux au travail améliore mon expertise »,L’Express, 11 octobre 2011, [http://www.lexpress.fr/emploi-carriere/emploi/utiliser-les-reseaux-sociaux-au-travail-ameliore-mon-expertise_1039251.html]Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations à l’aide des technologies del’information et de la communication. « L’engouement pour les médias sociaux au Québec »,Netendances, vol. 2, n° 1. Montréal, CEFRIO, 2011, [http://www.cefrio.qc.ca/publications/detail-dune-publication/categorie/netendances/publication/5159/75/]CHUN, Josie. « Should social networking be allowed in the workplace? », CareerFAQS –Courses and Career Resources, 30 septembre 2011, [http://www.careerfaqs.com.au/news/news-and-views/should-social-networking-be-allowed-in-the-workplace/]FRANCOEUR, Florent. « Les réseaux sociaux au travail : une politique d’utilisation estnécessaire », Les Affaires, 29 janvier 2011, [http://www.lesaffaires.com/strategie-d-entreprise/management/les-rseaux-sociaux-au-travail--une-politique-d-utilisation-est-ncessaire/523962]LEROUX, Patrice. « Médias sociaux : quels effets sur la performance au travail et à l’école »,Patrice Leroux – Web, communications, technos, relations publiques, actualités, 16 mars 2010,[http://patriceleroux.blogspot.com/2010/03/medias-sociaux-quels-effets-sur-la.html]MALAISON, Claude, dir. Pourquoi bloguer dans un contexte d’affaires. Saint-Hyacinthe, IsabelleQuentin éditeur, 2007, 150 p. (Collection Collectif).PASTOR, José. « Une nouvelle problématique dans le milieu du travail : les réseaux sociaux surinternet », Chaire en droit de la sécurité et des affaires électroniques, 16 novembre 2009,[http://www.gautrais.com/Une-nouvelle-problematique-dans-le]« Restricting Social Media at Work – How Does it Affect Productivity? », Blog Socialcast,18 janvier 2011, [http://blog.socialcast.com/restricting-social-media-at-work-how-does-it-affect-productivity/]WILLIAMS, Ray. « Social Media: Does It Help or Hinder Productivity? », Psychology Today,29 novembre 2009, [http://www.psychologytoday.com/blog/wired-success/200911/social-media-does-it-help-or-hinder-productivity-0] 15
  18. 18. ANNEXE A Statistiques supplémentaires concernant l’utilisation des médias sociaux au QuébecSource : Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations à l’aide des technologies de l’information et de la communication. « L’engouement pour les médias sociaux au Québec », Netendances, vol. 2, n° 1. Montréal, CEFRIO, 2011 16
  19. 19. ANNEXE BSchématisation et statistiques du blocage de l’accès aux réseaux sociaux en milieu de travail et de l’effet sur la productivité des employés 17
  20. 20. ANNEXE CL’effet Twitter 18

×