Ecole Nationale Supérieure d’Architecture d’Alger(ex epau)Analyse et proposition urbained’el HarrachPréparé par:Melle AZZO...
Plan de travail:I-Présentation de l’approche de KEVIN LYNCH (approchesensorielle):II-Application de l’approche sensorielle...
Avant 1830 Époque turquePour faire face aux tribus insoumises de la Mitidja, un grand fortcarré, Bordj el Kantara entouré ...
Evolution de Maison Carrée1830-1870El Harrach (appelé maison carrée par rapport au fort) garda la mêmevocation. Maison car...
-Ces constructions regroupées devant le pont seront rattachées à Hussein Dayen 1844-1862, création d’un marché du bétail q...
1870-1890- 1882: apparition des industries.1890-1962- Développement de l’habitat (Bellevue ,Belfort, Lavigerie, Beaulieu, ...
L’image del’environnementLes élémentsde la villeLes troisvillesLa qualitésensorielleLe parcoursséquentielLisibilitéImagibi...
La lisibilité : C’est la clarté apparente ou lisibilité du paysage urbain et la facilitéd’identifier les éléments de la vi...
:Les limiteLes limites sont les frontières entredeux quartiers, ils peuvent êtredes voies, des rivières, des fronts demer ...
Les quartiers :Les quartiers sont des parties de laville, d’une taille assez grande. Unquartier est déterminé par l’existe...
Les éléments de repère:Ce sont des références simples, quipermettent aux habitués de la ville de seguider.La singularité d...
La qualité sensorielle :se rapporte à l’aspect d’un lieu, au bruit, àl’odeur et à l’impression qui s’en dégage.Cette étude...
Boston :Les trois villesLe travail de LYNCH a consisté à comparer l’image collective de troisvilles à la réalité des forme...
C’est une villefragmentée par lescoupures des voies, par laségrégation sociale etraciale. La ville n’a pas decentre, n’a p...
Son image estrelativement indifférenciéeen raison de son planquadrillé où les voies seconfondent ainsi l’existencede point...
Application de laméthode
le site est situé au cœur de la baie d‘ Alger, il est délimitéau nord par la mer méditerranée, au sud par la route nationa...
Situation par rapport à des infrastructuresimportantes de la capitaleGare maritimeGare ferroviaireGare routièreLa grande m...
LES LIMITESLa mer méditerranée(limite naturelle) La RN24(limite artificielle)La pénétrante de la foire(limite artificielle...
-Les activités qui les bordent.-Caractéristiques des façades qui les bordent.- La végétation qui les borde.- Leur continui...
-Forte activité commerciale-étroitesse des voiesLes problèmes de circulation Élargissement des voies- Gabarits nonidentiqu...
LES QUARTIERS
-habitat collectif-Implantation dépendante dela trame routière et du relief- une disposition discontinueQuartier bienstruc...
Forte densitécommerces informels-grands ensembles- caractère commercialRestructuration-Implantation radiocentrique autour ...
Les points de repèreExistence de plusieurs éléments de repère à l’échelle de la ville età celle du quartier, non reliés, d...
Nouveau repère majeurNouveau repère mineurRepère mineur existantRepère majeur existant
QUELQUES ELEMENTS DEREPEREHILTONLES DUNESEL OUED
Les nœudsNœuds majeurs Nœuds mineursTous les nœuds sont des points de croisement desvoies, sans autre activité
Les problématiques :Comment le maillon central de la baie d’Algercontribuera -t-il à en faire une métropole ?•Comment valo...
LA PROPOSITION URBAINE
Schéma de principeAxe virtuel (minarets)Rue piétonne
Échelle: 1/5000
Schéma des activitésPole de transportPole sportifQuartier mixteparchôtelsPole économique
Échelle: 1/2000
Pole économiqueLa grande mosquée d’AlgerOued el HarrachPole sportifQuartier mixte(habitat-équipement)
El harrach
El harrach
El harrach
El harrach
El harrach
El harrach
El harrach
El harrach
El harrach
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

El harrach

2 609 vues

Publié le

0 commentaire
5 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 609
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
223
Commentaires
0
J’aime
5
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

El harrach

  1. 1. Ecole Nationale Supérieure d’Architecture d’Alger(ex epau)Analyse et proposition urbained’el HarrachPréparé par:Melle AZZOUZ LahnaMelle BOUNIF SoniaMelle DJERROUD ZakiaMelle KASSAB Fifi ImeneMelle KELLOU ImeneEnseignants:M.LAMARA MOHAMED KarimM.DJELLALI Dahmane2008-2009
  2. 2. Plan de travail:I-Présentation de l’approche de KEVIN LYNCH (approchesensorielle):II-Application de l’approche sensorielle:1-présentation et localisation de la zone d’étude2-problématiques3-Les éléments de la structure urbaine:Les limitesLes voiesLes quartiersLes éléments de repèreIII-la proposition urbaine1-schéma de principe2-les actions3-schéma des activitéIV-la proposition à l’échelle 1/2000nœuds
  3. 3. Avant 1830 Époque turquePour faire face aux tribus insoumises de la Mitidja, un grand fortcarré, Bordj el Kantara entouré de marécages a été édifié en 1724sur la rive droite de l’oued à coté du pont de pierre. la région aune vocation militaire.
  4. 4. Evolution de Maison Carrée1830-1870El Harrach (appelé maison carrée par rapport au fort) garda la mêmevocation. Maison carrée a était jointe avec Fort de l’Eau par un chemin car lestroupes faisaient objet d’attaques quotidiennes.•1834 a été l’année du lancement des grands travaux d’assèchements desmarais qui vont durer 7 mois; 61 hectares seront asséchés. Elles apparurent alorsles premières constructions éparpillées au pied du fort.
  5. 5. -Ces constructions regroupées devant le pont seront rattachées à Hussein Dayen 1844-1862, création d’un marché du bétail qui deviendra l’un des plus grandd’Algérie-1870, maison carrée est une commune à part entière .
  6. 6. 1870-1890- 1882: apparition des industries.1890-1962- Développement de l’habitat (Bellevue ,Belfort, Lavigerie, Beaulieu, cinqmaisons )- Apparition des HLM- 1959 construction des dunes.
  7. 7. L’image del’environnementLes élémentsde la villeLes troisvillesLa qualitésensorielleLe parcoursséquentielLisibilitéImagibilitéStructure,identité etsignificationBostonJersey CityLosAngeles Les élémentsde repèreLes nœudsLes quartiersLes limitesLes voiesodeurbruitAspect d’unlieuPhotosCroquisSérie dediapositivesImage de la citéprésentation de l’approche deKevin Lynch
  8. 8. La lisibilité : C’est la clarté apparente ou lisibilité du paysage urbain et la facilitéd’identifier les éléments de la ville, de les structurer en un schéma cohérent, cetteclarté permet de s’orienter grâce aux indications sensorielles et aux souvenirs. (p.3)Imagibilité : Cest la qualité dun objet qui provoque de fortes images, grâce à lacontinuité de sa structure et à la clarté de ses éléments, Pour renforcer limage, onpeut utiliser des moyens symboliques (les cartes), comme on peut aussi exercerlobservateur à mieux percevoir la réalité, ou agir sur la forme de lenvironnement.(p.11)Structure et identité : Les trois composants de l’image mentale consiste en : sonidentité (ce qui fait qu’on la reconnaît), sa structure (la relation spatiale de l’objetavec l’observateur), sa signification pratique ou émotive (la signification d’une villeétant très diverses, il vaut mieux la laisser se développer sans la guider).L’image qui sert à orienter doit être claire, complète (permettant ainsi des choixdifférents d’action), ouverte (s’adaptant aux individus) et communicable.Image de la cité, Kevin L. DUNOD, Paris 1976
  9. 9. :Les limiteLes limites sont les frontières entredeux quartiers, ils peuvent êtredes voies, des rivières, des fronts demer ou des constructions. (p.72)Les voies:Les voies sont les parcours le long desquels l’observateurse déplace habituellement, occasionnellement oupotentiellement.Les voies se particularisent par les activités qui lesbordent, par leur largeur ou leur étroitesse, par lescaractéristiques des façades ou de la végétationLImagibilité des voies saccroît grâce à plusieurs qualités:leur continuité, leur direction, leur étalonnage, leurcaractère en ligne. (p. 57)Image de la cité, Kevin L. DUNOD, Paris 1976
  10. 10. Les quartiers :Les quartiers sont des parties de laville, d’une taille assez grande. Unquartier est déterminé par l’existence deplusieurs caractères distinctifs relevantdu type de bâti, dedécoration, d’activités et de classessociales (p.77)Image de la cité, Kevin L. DUNOD, Paris 1976Les nœuds :Endroit où se croisent plusieursvoies de communication (p.85)
  11. 11. Les éléments de repère:Ce sont des références simples, quipermettent aux habitués de la ville de seguider.La singularité dun point de repère estdonnée par une forme claire, un contrasteavec larrière plan (le point de repère estpropre dans une ville sale, neuf dans uneville ancienne …etc.), une localisation quiressort (à cause de la grande taille, ducontraste local : un bâtiment en retrait parexemple). (p.92)
  12. 12. La qualité sensorielle :se rapporte à l’aspect d’un lieu, au bruit, àl’odeur et à l’impression qui s’en dégage.Cette étude traite de ce qu’on peut voir, de ce qu’on peut sentir, del’odeur de l’air, du son…etc., et l’influence de ces types de sensations surnotre bien-être immédiat, nos actions et notre compréhension deschoses.Le parcours séquentiel : On exprime une séquence en associant un plande base à une série de diapositives ou de croquis réalisés à partir d’unesuccession de points de vue. Avec un appareil photo, c’est une opérationsimple, montrer les vues les unes après les autres est un moyen efficacede remplacer le mouvement de l’image.L’aspect comportemental: Pour K. LYNCH les éléments qui bougentdans la ville (les hommes et leurs activités) sont plus importants que leséléments statiques (le cadre physique).Pour comprendre l’environnement perçu, il nous faut deux de sesaspects humains : comment les gens le conçoivent et comment ils s’ycomportent.
  13. 13. Boston :Les trois villesLe travail de LYNCH a consisté à comparer l’image collective de troisvilles à la réalité des formes urbaines (déterminées par enquête sur leterrain) pour en dégager quelques principes de composition urbaineAspect problématique de l’image de Boston (P.28)L’analyse apermetd’identifierplusieursproblèmes dela formevisuelle deBostonImage de la cité, Kevin L. DUNOD, Paris 1976
  14. 14. C’est une villefragmentée par lescoupures des voies, par laségrégation sociale etraciale. La ville n’a pas decentre, n’a pas decaractère et le manquede points de repères (lesrepères sont décrets aumoyen de rue et pas deformes reconnaissables)p.29La forme visuelle de JERSEY-CITY d’après l’enquêtejersey City :Image de la cité, Kevin L. DUNOD, Paris 1976
  15. 15. Son image estrelativement indifférenciéeen raison de son planquadrillé où les voies seconfondent ainsi l’existencede points de repèresL’imagibilité à l’échelle desagglomérations est bonnegrâce a ces élémentsstructurants commel’océan, autoroutes…etc.(p.37)La forme visuelle de LOS ANGELES d’aprèsl’enquêtelos Angeles :Image de la cité, Kevin L. DUNOD, Paris 1976
  16. 16. Application de laméthode
  17. 17. le site est situé au cœur de la baie d‘ Alger, il est délimitéau nord par la mer méditerranée, au sud par la route nationale RN5 (exmoutonnière) et à l‘Est par les communes de Bordj el Kiffan et BabEzzouarVue aérienne de la zone d’étude
  18. 18. Situation par rapport à des infrastructuresimportantes de la capitaleGare maritimeGare ferroviaireGare routièreLa grande mosquéeSAFEXL’université d’ AlgerL’aéroportd’ Alger
  19. 19. LES LIMITESLa mer méditerranée(limite naturelle) La RN24(limite artificielle)La pénétrante de la foire(limite artificielle)La RN5(limite artificielle)
  20. 20. -Les activités qui les bordent.-Caractéristiques des façades qui les bordent.- La végétation qui les borde.- Leur continuité.- Leur direction.- Leur largeur/étroitesse.- Leur alignementLES VOIES
  21. 21. -Forte activité commerciale-étroitesse des voiesLes problèmes de circulation Élargissement des voies- Gabarits nonidentiques, traitement de façadeshétérogène et non régulier. Absence de délimitationhomogèneRestructurationdes voies-Faible présence de végétationle long des voiesNuisancessonores, pollution, absence d’ombreRequalification des voies-absence d’alignement et decontinuité
  22. 22. LES QUARTIERS
  23. 23. -habitat collectif-Implantation dépendante dela trame routière et du relief- une disposition discontinueQuartier bienstructuréRéhabilitation-Implantation dépendantede la trame routière-alignement irrégulier-disposition discontinueQuartier bienstructuréBonne accessibilité-Implantation dépendanted’une logique géométriqueen alignement régulier .-Une disposition discontinue- présence d’axes deSymétrie-Quartier commercialeEtroitesse des voies Réhabilitation etrestructuration
  24. 24. Forte densitécommerces informels-grands ensembles- caractère commercialRestructuration-Implantation radiocentrique autour d’uneplacette- alignement régulier-Une disposition discontinueQuartier bien structuré
  25. 25. Les points de repèreExistence de plusieurs éléments de repère à l’échelle de la ville età celle du quartier, non reliés, de nature différentesRepère majeur Repère mineur
  26. 26. Nouveau repère majeurNouveau repère mineurRepère mineur existantRepère majeur existant
  27. 27. QUELQUES ELEMENTS DEREPEREHILTONLES DUNESEL OUED
  28. 28. Les nœudsNœuds majeurs Nœuds mineursTous les nœuds sont des points de croisement desvoies, sans autre activité
  29. 29. Les problématiques :Comment le maillon central de la baie d’Algercontribuera -t-il à en faire une métropole ?•Comment valoriser la baie ?•Comment réconcilier la ville avec la mer ?•Comment attribuer un rôle structurant à l’oued ?
  30. 30. LA PROPOSITION URBAINE
  31. 31. Schéma de principeAxe virtuel (minarets)Rue piétonne
  32. 32. Échelle: 1/5000
  33. 33. Schéma des activitésPole de transportPole sportifQuartier mixteparchôtelsPole économique
  34. 34. Échelle: 1/2000
  35. 35. Pole économiqueLa grande mosquée d’AlgerOued el HarrachPole sportifQuartier mixte(habitat-équipement)

×