Bibliothèques et biens communs ; bibliothèques comme biens communs

8 956 vues

Publié le

Quels liens les bibliothèques publiques entretiennent-elles avec la notion de biens communs ? Quelles contributions peuvent-elles apporter à l’enrichissement des biens communs de la connaissance ? Dans quelle mesure peut-on les penser comme des biens communs ?

0 commentaire
8 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
8 956
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4 932
Actions
Partages
0
Téléchargements
55
Commentaires
0
J’aime
8
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Maintenance d'une ressource sur le long terme Accès équitable et bénéfique pour un usage individuel (et non marchand) des commonners Transparence et responsabilité au sein des commoners Capacité à identifier et à punir les passagers clandestins, le vandalisme et les appropriations Capacité à déterminer si la ressource doit être aliénée en vue d'un usage marchand ou non
  • Les res communis (ou choses communes) (Kiss, 1989) . Ce terme juridique désigne des choses qui appartiennent à tous (ou à personne), ne sont susceptibles d'aucune appropriation mais dont chacun peut user à sa convenance. C'est par exemple le cas de l'air ou de l'eau, sous réserve qu’ils soient en surquantité par rapport aux besoins ou qu’il n’y ait pas de problèmes d’accès. Cette catégorie peut être rapprochée, même si elle ne la recouvre pas totalement, du concept de « bien public » en économie, que Samuelson a théorisé en 1954. Les biens publics sont non rivaux dans la consommation (leur consommation par une personne ne diminue pas leur utilité pour une autre personne). Ils sont également non exclusifs, puisque leur usage ne peut être réservé à certains, au détriment des autres, qu’à un coût très élevé. Ces deux propriétés font du bien public un bien spécifique, et impliquent une gestion particulière de ce bien. En effet la non-rivalité et la non-exclusion ne permettent pas aux producteurs de réaliser directement des profits. En outre les biens publics constituent des cas particuliers d’externalités, positives ou négatives. Cependant les deux critères de non rivalité et de non exclusion sont, dans les faits, rarement réunis. On parle alors de biens publics impurs (ou mixtes) pour désigner des biens dont l’une des deux caractéristiques de bien public n’est pas complètement vérifiée.
  • l’économiste Herbert Simon ( Wikipédia ) datant de 1971 :  “Ce que l’information consomme est assez évident : l’information consomme l’attention de ceux qui la reçoivent. Du même coup, une grande quantité d’information créée une pauvreté de l’attention et le besoin de répartir efficacement cette attention entre des sources très nombreuses au milieu desquelles elle pourrait se dissoudre.” biens public rivaux et non rivaux
  • Au XIIe siècle, un droit d’usage voulait que dans les forêts et sur les terres communales, les villageois soient autorisés à laisser paître leurs bêtes, ramasser du bois mort, récolter du miel ou des champignons. Ces droits n’avaient nul besoin d’être inscrits dans des lois puisqu’il s’agissait de biens communs (en anglais, commons). Mais au XIIIe siècle, en Angleterre, le roi Jean et les Barons lancent un mouvement d’enclosure des Communs et provoquent une révolte populaire
  • The Huffington Post est un journal d'information américain publié exclusivement sur Internet fondé par Arianna Huffington et Kenneth Lerer et faisant appel à de nombreuses collaborations et sources externes. Le Huffington Post couvre un large éventail de domaines : actualité, politique, culture, divertissement, médias, religion, vie quotidienne, affaires, etc. Il a été lancé le 9 mai 2005 , pour offrir une réponse « libérale » (au sens anglo-saxon, c'est-à-dire non-conservateur) à d'autres sites comme Drudge Report . Le site est racheté en 2011 par AOL pour 315 millions d'euros [1] . Le Huffington Post, site d’information  pure player , a construit une partie de sa réussite autour de la reprise de billets de blogs, qui venaient enrichir les contenus produits par les journalistes professionnels travaillant pour la plateforme. Il s’agit également d’un site qui génère énormément d’interactions, avec plus  d’un million de commentaires par mois ! Or en février 2011,  le rachat du “Huffpo” par AOL  pour un montant de 315 millions de dollars a provoqué une vive remise en cause de la manière dont la plateforme exploitait ces apports. Des blogueurs du HuffPo, réunis au sein du Huffington Post Union of Bloggers (HPUB) et soutenus par la National Writers Union ont revendiqué une part sur la somme mirobolante versée par AOL,  en appelant au boycott du site et à la grève d’écriture . Peu après, le Huffington Post a fait l’objet d’une attaque en justice, avec le lancement d’un recours collectif ( class action ) mené par  Jonathan Tasini . Ce personnage, auteur et activiste, lui-même  contributeur au Huffington Post , a déjà fait parler de lui en 2001 en conduisant et remportant  un recours collectif contre le New York Times , pour défendre les droits des journalistes à toucher une rémunération supplémentaire en cas de publication sous forme électronique de leurs articles (18 millions de dollars obtenus). Cette fois-ci,  il demande pas moins de 105 millions de dollars  au Huffington Post au profit des blogueurs ayant contribué à son contenu avant le rachat par AOL. Arianna Huffington  a répondu à ces prétentions  en déclarant que ce recours était “sans aucun fondement”. Elle insiste notamment sur le fait que la situation des blogueurs, apportant leurs contenus sans aucune obligation, est différente de celles des journalistes, travaillant sous l’autorité de leur employeur. Face à cela, il faut bien reconnaître que Tasini s’appuie sur des arguments juridiquement fragiles. Il invoque notamment une “ promesse implicite ” de compensation, faite par Ariana Huffington aux blogueurs au cas où le site serait racheté, dont il sera bien difficile d’établir la réalité. Par ailleurs, Tasini invoquerait  la théorie de l’ unjust enrichment  (chez nous, enrichissement sans cause ) qui implique que nul ne peut s’enrichir aux dépens d’autrui, même dans le cas où celui qui s’enrichit ne commet aucune faute. Mais il y a fort peu de chances que cet argument soit retenu par les juges, car les blogueurs en contribuant au site acceptaient tacitement  ses conditions d’utilisations  et entraient donc dans un rapport contractuel avec le Huffington Post. Or c’est à ce niveau qu’il existe une différence essentielle avec les contributeurs de Wikipedia.
  • c'est le moyen d'accès et le travail d'ergonomie qui est payant pas les données!
  • Maintenance d'une ressource sur le long terme Accès équitable et bénéfique pour un usage individuel (et non marchand) des commonners Transparence et responsabilité au sein des commoners Capacité à identifier et à punir les passagers clandestins, le vandalisme et les appropriations Capacité à déterminer si la ressource doit être aliénée en vue d'un usage marchand ou non
  • Le sociologue urbain Ray Oldenburg, aujourd’hui professeur émérite de l’université de Pensacola en Floride, a forgé le concept de « third place » ou « troisième lieu » en français au début des années 1980 pour décrire des endroits où les gens peuvent se réunir et entrer en interaction. Le concept de troisième lieu se nourrit de ces différentes approches. Son appellation indique sa démarcation d’avec le premier lieu, correspondant au foyer et le second lieu, domaine réservé au travail. Ces endroits se distinguent les uns des autres de par leur localisation et leurs fonctions. Les troisièmes lieux, quant à eux permettent à une vie communautaire informelle de s’épanouir (voir mémoire de DCB 17 Mathilde Servet : http://www.bibliobsession.net/2009/05/19/a-lire-les-bibliotheques-troisieme-lieu-par-mathilde-servet/) Ces lieux ont les caractéristiques d’êtres simples, accessibles, accueillants avec un fort potentiel social et de pouvoir accueillir des activités non nécessairement prévues = home away from home . Autrement dit ce troisième lieu est celui qui va accueillir des supports, mais aussi des flux : au sens des potentialités que la bibliothèque détient en terme de rencontres et de découvertes. Ici exemple d’un lieu de découverte où l’on doit se sentir bien. Notez aussi les rayonnages sur roulette. La bibliothèque doit pouvoir se reconfigurer.
  • Bibliothèques et biens communs ; bibliothèques comme biens communs

    1. 1. Bibliothèques & Biens Commus, Bibliothèques comme biens communs ParAuntieG.CC-BY-NC-SA/ Par Calimaq & Silvae, co-fondateurs du collectif SavoirsCom1
    2. 2. Biens communs et bibliothèques ?
    3. 3. Biens communs et bibliothèques ? Little Free Library. Par Litlnemo. CC-BY-NC-SA A lire : De toronto à Montréal en passant par Berlin, les micro-bibliothèques de rue.
    4. 4. Bibliothèques comme biens communs ? Bibliothèque d’Occupy Wallstreet Bibliothèque du Parc Gezi Bibliothèque d’Indignados à Madrid
    5. 5. La 27ème région : les nouveaux usages de la médiathèque
    6. 6. Pratiques de mise en partage Le troc de presse entre voisins Développement de la consommation collaborative
    7. 7. Mise en partage de lieux Le Mandalab, laboratoire ouvert citoyen, dans une ancienne église de Montréal Réseau des jardins partagés et Charte des jardins en partage
    8. 8. Mise en partage de financements Le Cosmonaute, un film « produit » par plus de 2000 personnes collaborativement, par le biais du crowdfunding. Un film partageable, diffusé sous licence Creative Commons.
    9. 9. Biens communs = Beaucoup de choses… A lire : (Biens) communs.
    10. 10. Définir le bien commun, les biens communs ? « On parle de « bien commun » chaque fois qu'une communauté de personnes est animée par le même désir de prendre en charge une ressource dont elle hérite ou qu'elle crée et qu'elle s'auto-organise de manière démocratique, conviviale et responsable pour en assurer l'accès, l'usage et la pérennité dans l'intérêt général et le souci du 'bien vivre' ensemble et du bien vivre des générations à venir » - Alain Ambrosi Projet Remix Biens Communs A lire : le bien commun est sur toutes les lèvres .
    11. 11. Biens privés, biens publics, biens communs… A lire : Des biens publics aux biens communs
    12. 12. Biens communs : nombreuses définitions et multiples débats… A lire : Biens communs. 10 définitions.
    13. 13. Les leçons de l’histoire…ParChrisWimbush.CC-BY-SA En Angleterre, la charte des forêts (13ème siècle), le mouvement des enclosures (16ème, 17ème siècle) « Tout homme libre fait gîter [ses bêtes] dans la forêt comme il le souhaite et possède son panage. » Charte des forêts. Article 9
    14. 14. Une notion longtemps en crise Garret Hardin –The Tragedy Of The Commons, Science, 1968. Destempsanciens.CC-BY-NC L'accès libre à une ressource limitée pour laquelle la demande est forte mène inévitablement à la surexploitation de cette ressource et finalement à sa disparition. […] Solutions pour éviter la surexploitation des ressources : La nationalisation, la privatisation Wikipedia. Tragédie des communs.
    15. 15. Un renouveau récent A lire : Elinor Ostrom ou la réinvention des biens communs – Hervé Le Crosnier ParHolgerMotzkau.CC-BY-SA Elinor Ostrom. Prix Nobel d’Economie 2009 « Elinor Ostrom a mis en place un cadre d’analyse et de développement institutionnel destiné à l’observation des communs. De ses observations concrètes elle a tiré huit principes d’agencement que l’on retrouve dans les situations qui assurent réellement la protection des communs dont ces communautés d’acteurs ont la charge : — des groupes aux frontières définies ; — des règles régissant l’usage des biens collectifs qui répondent aux spécificités et besoins locaux ; — la capacité des individus concernés à les modifier ; — le respect de ces règles par les autorités extérieures ; — le contrôle du respect des règles par la communauté qui dispose d’un système de sanctions graduées ; — l’accès à des mécanismes de résolution des conflits peu coûteux ; — la résolution des conflits et activités de gouvernance organisées en strates différentes et imbriquées. »
    16. 16. La connaissance envisagée comme bien commun ? PauloBrandao.CC-BY-SA. Elinor Ostrom – Charlotte Hesse : Understanding Knowledge As A Commons
    17. 17. La connaissance et le second mouvement des enclosures Évolution de la durée des droits d’auteurs en France
    18. 18. La connaissance et le second mouvement des enclosures Évolution des coûts d’abonnement aux revues scientifiques
    19. 19. La connaissance et le second mouvement des enclosures La biopiraterie et l’appropriation du vivant Dépôt de brevets sur des gènes humains. Dépôts de brevets sur des semences et appropriation de variétés végétales.
    20. 20. La connaissance et le second mouvement des enclosures Copyright Madness !!! Un manuel numérique d’histoire de l’art (Préhistoire-1800) vendu 180$... Sans aucune images à cause des problèmes de droits. Elles sont pourtant toutes dans le domaine public…
    21. 21. Pourtant… Par echiner1. CC-BY-SA. « Si la nature a rendu moins susceptible que toute autre chose l’appropriation exclusive, c’est bien l’action du pouvoir de la pensée que l’on appelle une idée, qu’un individu peut posséder de façon exclusive aussi longtemps qu’il la garde pour lui ; mais au moment où elle est divulguée, elle devient la possession de tous, et celui qui la reçoit ne peut pas en être dépossédé. Sa propriété particulière, aussi, est que personne ne la possède moins parce que tout le monde la possède. Celui qui reçoit une idée de moi reçoit un savoir sans diminuer le mien ; tout comme celui qui allume sa bougie à la mienne reçoit la lumière sans me plonger dans la pénombre. Que les idées circulent librement de l’un à l’autre partout sur la planète. » Thomas JeffersonL’information, la culture, la connaissance sont non- rivales par excellence WikimediaCommons.
    22. 22. Un ouvrage de référence sur les biens communs de la connaissance Et un déclencheur pour beaucoup…
    23. 23. Septembre 2012 : Création du collectif SavoirsCom1 SavoirsCom1, Politiques des biens communs de la connaissance
    24. 24. Bien communs qui peuvent être créés, échangés et manipulés sous forme d'information, et dont les outils de création et le traitement sont souvent eux-mêmes informationnels (logiciels). Il peut s'agir de données, de connaissances, de créations dans tous les médias, d'idées, de logiciels. Les biens communs informationnels sont des biens publics parfaits au sens économique, contrairement aux biens communs physiques, qui gardent toujours une part de rivalité ou d'excluabilité. Biens communs informationnels
    25. 25. Il s’agit de considérer l'information dans une triple dynamique : •la ressource informationnelle •la communauté qui lui est associée (les commonners) •les règles de fonctionnement qu'elle se propose de suivre. Biens communs informationnels
    26. 26. 1. La neutralité de l’Internet est vitale 2. La protection des données personnelles doit être un élément de lutte contre des enclosures 3. Dans la perspective d’une science ouverte au-delà du cercle académique, l’accès libre aux publications scientifiques doit primer face aux phénomènes d’appropriation de la recherche publique. 4. Les ressources éducatives libres sont autant de biens communs informationnels dont il faut encourager le développement. 5. L’ouverture des données publiques dans des conditions qui évitent les enclosures doit favoriser des cercles vertueux. Un engagement clair et précis : le Manifeste 1/2
    27. 27. Un engagement clair et précis : le Manifeste 2/2 6. L’usage des logiciels libres est de nature à garantir aux utilisateurs la possibilité d’expérimenter, d’innover, de créer du code informatique ouvert et de qualité. 7. Le partage non marchand d’œuvres protégées doit être possible, et des mécanismes de rémunération alternatifs pour les auteurs doivent être explorés. 8. Le domaine public et les savoirs partagés doivent être encouragés, préservés et soutenus par les politiques publiques. 9. Placer les biens communs au cœur des modèles économiques de l’information. 10. Favoriser la création et le développement des biens communs informationnels sur les territoires.
    28. 28. Matrix Core. Par Pixelsior. CC-BY-NC-SA Pourquoi les biens communs de la connaissance ? Et qu’est-ce que change le numérique ?
    29. 29. Economie de l’abondance et fin de la rivalité « Quand on partage un bien matériel, il se divise. Quand on partage un bien immatériel, il se multiplie. » Serge Soudoplatoff « Un bien commun est quelque chose que plusieurs propriétaires ont en commun. La propriété est partagée entre ces personnes. De manière générale, la problématique des biens communs est que, lorsqu’une ressource est partagée en commun, il faut théoriquement des règles pour s’assurer que cette ressource ne soit pas, soit abusée, soit épuisée. Cela change dans le monde numérique puisque la notion de rivalité n’existe plus. En consultant une œuvre numérique, je n’empêche personne de l’utiliser, je ne l’abîme pas, il n’y a plus les risques que l’on désigne par la »Tragédie des communs ». Avec le numérique, on transpose donc la question à d’autres problématiques : Comment protéger les communs, comment empêcher l’exploitation injuste, l’abus, comment les préserver, les promouvoir et en créer davantage. » Primavera de Filippi.
    30. 30. L'ère du copier coller
    31. 31. L’ère du REMIX
    32. 32. La rareté du XXIe siècle c’est l’attention
    33. 33. source : Valentina_A Un objectif : éviter les clôtures (enclosures), éviter les monopoles, éviter les silos d'informations A lire : Identifier les enclosures informationnelles pour favoriser les apprentissages en réseau.
    34. 34. Le collaboratif à grande échelle : rachat par AOL pour 315 Millions d'Euros en 2011... au profit de qui ? Nous avons tous les droits sur notre site et sur son contenu et lorsque vous nous soumettez un contenu vous nous accordez certains droits . Tout article, blog, vidéo, contenu et autre élément composant notre site est également une œuvre protégée par le droit d’auteur, et nous (sous réserve des droits de nos concédants et titulaires de licence en vertu des contrats, accords et arrangements applicables) jouissons de tous les droits s’y rapportant. Depuis, rachat d’Instagram par Facebook et de Tumblr par Yahoo!
    35. 35. Enclosure! Last Meal. Par Lottery Monkey. CC-BY-NC-ND. Source : Flickr
    36. 36. Wikipedia ne peut être ni achetée, ni vendue, car son contenu « n’appartient » à personne. Parnojhan.CC-BY-SA.Source:Flickr A lire : Et si Twitter avait la même nature que Wikipédia ?
    37. 37. Pour éviter les clôtures et les appropriations indues : la garantie s'appelle "partage à l'identique" Sortir de l'opposition marchand vs non marchand ! L'important est de reverser dans le pot des biens communs informationnels ! Copyleft
    38. 38. On peut vendre une application, sans vendre les données qui vont avec : usage commercial qui améliore l'accès à Wikipédia
    39. 39. Wikipédia et les logiciels libres sont des biens communs informationnels selon David Bollier : •Pérennité •Accès équitable pour usage non marchand •Punir les passagers clandestins •Définition de l'usage marchand ou pas
    40. 40. Forte croissance des biens communs culturels, grâce à l’usage des licences Creative Commons
    41. 41. Exemple d’utilisations 238 millions d’images sous CC sur Flickr Plus de 12 millions de fichiers sous licence libre sur Wikimedia Commons Déjà plus de 100 000 photos pour le concours Wiki Loves Monuments
    42. 42. Par son architecture, Internet a aussi la nature d’un bien commun. 1993 : Tim Berners-Lee fait le choix de mettre le World Wide Web dans le domaine public.
    43. 43. L’importance du principe de neutralité du Net A lire : The IFLA Position On Internet Governance “IFLA therefore endorses the free flow of information on the Internet, rejects any discrimination by network operators between different types of services, content and applications transmitted by their networks/infrastructure, and supports balanced copyright frameworks that facilitate the widest possible public access to digital information resources. “ Mais un principe très menacé…
    44. 44. Bibliothèques et biens communs, quelles connexions ? Flying Books. Par graymalkn. CC-BY. I Bibliothèques et ressources numériques II Bibliothèques et numérisation du patrimoine III Bibliothèques, usages collectifs et tiers lieux
    45. 45. I Bibliothèque et ressources numériques http://www.flickr.com/photos/8781729@N04/3289260179/ Depuis 10 ans, de nombreuses expérimentations autour des ressources numériques en bibliothèque, mais des résultats souvent décevants : A lire : -CAREL/BPI. Enquête sur les abonnements aux ressources numériques payantes dans les bibliothèque de lecture publique, 2010. - Bibliobsession. Ressources numériques : des trésors derrière des forteresses.
    46. 46. Notion problématique « d’exemplaire numérique » Maintien artificiel de la rareté dans l’environnement numérique Le problème majeur des DRM en bibliothèque
    47. 47. « Editeur (100%) numérique, La souris qui raconte, a très vite voulu marquer son adhésion à ces problématiques en proposant aux bibliothécaires qui en font la demande, un abonnement à ses ressources, en mode sur place. Je vous en parlais, non sans fierté, ici. Depuis, 7 nouvelles bibliothèques ont souscrit un abonnement, dont la très célèbre Cité des Sciences, et l’exotique Institut Français de Tunisie… Comme la question posée comporte deux options, il fallait bien essayer de résoudre celle de la distance ! C’est chose faite depuis quelques jours avec la société CVS. Je ne peux malheureusement pas vous diriger vers le lien de cette ressource, il faut être abonné pour cela… » Blog de la Souris qui raconte. Sur place ou à emporter ? Des ressources coupées de l’écosystème du web ?
    48. 48. Un prêt annule une vente ? Du côté des éditeurs, la peur de la « cannibalisation » http://www.flickr.com/photos/nunorodriguesnet/3160597401/
    49. 49. Refuser les DRM, dispositifs toxiques contre le partage ? A lire : la disparition des biens communs cognitifs annonce une société totalitaire. Aujourd’hui, des bibliothèques publiques sont en train d’accompagner la mise en place sous forme de prêts publics de livres numériques biodégradables. Des auteurs, pour préserver leur droit de rémunération, en sont donc venus à admettre comme légitime qu’on puisse brûler numériquement leur livre pour en empêcher le partage […] De tout temps, le mouvement qui va de la copie à la transformation de la copie a influé l’histoire « de l’Art » et de « la Connaissance ». Empêcher la transformation d’une œuvre, et créer artificiellement une frontière au sein « des espace communs de la connaissance » est un acte propre à une société totalitaire.
    50. 50. Accepter les DRM pour reconstituer une « aubaine empêchée » ? La bibliothèque représente un effet d’aubaine. Pouvoir disposer d’un choix plus ou moins large et ne pas payer, ou du moins payer un forfait, en voilà une bonne affaire ! Oui mais… La bibliothèque contrarie l’aubaine qu’elle représente par une collection impressionnante de contraintes [horaires et collections limitées] Reste que, désormais, le web peut globalement être considéré comme une bibliothèque globale, répondant aux fonctions de base que sont la recherche, l’identification et la fourniture […] Mais si les ressources sont plus ou moins accessibles suivant la logique d’usage (accès illimité, réutilisation, portabilité, gratuité ou faible coût de préférence forfaitaire plutôt qu’à l’unité), que deviendrait la spécificité de la bibliothèque ? En quoi représenterait- elle une aubaine, qui permettrait au service public de s’appuyer sur un avantage concurrentiel pour exister dans le paysage ? Et en quoi cette aubaine pourrait-elle être empêtrée, garantissant ainsi la coexistence pacifique qui cahin-caha perdure dans le domaine des biens physiques rivaux ? L’auteur de ces lignes, qui a naguère esquissé ce thème, a conscience d’aboutir ici à une aporie : après l’aubaine empêchée, quoi ? Dominique Lahary. Penser la bibliothèque en concurrence.
    51. 51. Jusqu’où peut-on accepter d’aller pour reconstituer une « friction » et s’insérer dans la chaîne du livre? A lire : eBooks, livres augmentés ou livres diminués ? Nous avons choisi de nous appuyer sur le numérique pour ce faire, en proposant de découvrir en streaming un chapitre, pour susciter l'envie de découvrir l'ouvrage en papier. Le traitement du PDF en image le rend difficile à copier, sauf à réaliser des captures d'écran et en parallèle, un outil de watermarking indique qui est en train de lire. Dès lors que l'on dépasse les deux connexions depuis des IP différentes, le compte est bloqué. Bien entendu, il est possible d'adapter cela pour que les employés puissent accéder via d'autres appareils, ou en fonction d'autres adresses IP. Offre Premier Chapitre = 3000 euros par an.
    52. 52. Un lieu stratégique… A lire : Couperin rejette l’offre de Numilog
    53. 53. Incertitudes et questions autour du projet PNB (Prêt numérique en bibliothèque)
    54. 54. Changer de stratégie, face à l’Océan du Web ? ParCaptainKimo.CC-BY-NC-ND A lire : Les bibliothécaires, médiateurs dans l’Océan du web. « Les bibliothécaires sont-il les médiateurs exclusifs du monde marchand ? Le mythe fondateur du bibliothécaire dénicheur ou découvreur d’éditeurs ou de talents improbables est-il réservé aux objets tangibles de l’offre commerciale ? En 2012, ce rôle peut-il se résumer à celui de passeur autorisé par l’édition officielle à faire exister des objets sélectionnés dans une offre commerciale ? Est-on capable de prolonger ce rôle dans l’espace ouvert du web, celui des amateurs au sens noble du terme ? Est-on capable de faire connaître des biens communs de la connaissance, des pépites sous licences libres comme on a « valorisé » l’édition commerciale de qualité ? La focalisation exclusive d’une partie de la profession sur les ressources numériques payantes indique une profonde tendance à légitimer des contenus par l’existence commerciale, alors même que les obstacles d’accès en rendent toute médiation problématique… »
    55. 55. A lire : Ziklibrenbib ou la symbiose entre contenus libres et médiation numérique en bibliothèque Et si on se tournait vers d’autres types de contenus ?
    56. 56. http://www.flickr.com/photos/delicakes/5574342003/ Et si ça, c’était le fond du problème ?
    57. 57. Chroniques de la guerre au partage… « Plus qu'un phare, une bibliothèque qui brûle… » A lire : Team AlexandriZ, terreur de l’édition, suspend ces activités
    58. 58. Et si les bibliothèques se positionnaient sur la légalisation du partage non-marchand ? A lire : Légalisation du partage et livres numériques en bibliothèque : même combat ?
    59. 59. Comment financer la culture, récompenser les contenus amateurs, légaliser les échanges non-marchands ? Et si les bibliothèques se positionnaient sur des financements alternatifs pour la création ?
    60. 60. Que deviendraient les bibliothèques si la contribution créative était votée ? BabelLibraryIX.ParSusanGroppi.CC-BY-NC-ND.Source:Flickr. A voir : le webdocufiction « Jour de vote »
    61. 61. II Bibliothèques et diffusion du patrimoine numérisé Une seule de ces deux images fait partie des communs numériques…
    62. 62. Importance et fragilité du domaine public Source : SketchLex.
    63. 63. 65 Dans les musées… Le domaine public copyrighté… Site du Louvre SouvenirsduMuséed’Orsay,parlouvrepourtous.CC-BY-NC-ND. Question sensible de la photographie dans les musées.
    64. 64. 66  Les pratiques des bibliothèques françaises sont confuses et plutôt fermées ◦ Un tiers des bibliothèques numériques n’ont pas de mention légale ◦ 59 % placent leurs collections sous copyright (= tous droits réservés) ◦ Seulement 25 % autorisent les usages pédagogiques et de recherche ◦ Plus de 80 % ont une mention légale incompatible avec la réutilisation en ligne, y compris à des fins commerciales ◦ Plus des deux tiers des établissements français ont une mention légale plus restrictive que celle de Google Books. Pour en savoir plus, « Bibliothèques numériques et mentions légales : un aperçu des pratiques en France » 04/06/09 Bibliothèques et domaine public
    65. 65. Interrogation sur les pratiques de copyfraud
    66. 66. La question des partenariats public-privé de numérisation
    67. 67. A voir également, la Licence Ouverte à la Bibliothèque numérique du Limousin
    68. 68. Respecter l’intégrité du domaine public et le diffuser comme bien commun Public Domain Mark à la British Library • Merci de respecter les créateurs – assurez-vous en cas de réutilisation de ces documents de respecter les principes éthiques généralement admis et de faire en sorte que les informations relatives aux créateurs soient aussi claires et précises que possibles. Veuillez noter que les adaptations faites à partir des œuvres ne doivent pas à être attribuées aux auteurs originaux et ne devraient pas heurter les communautés ou les cultures dont elles sont issues. • Merci d’indiquer la source des documents – faire un lien hypertexte vers les images sur le site de la British Library encouragera d’autres visiteurs à explorer et à utiliser nos collections. • Merci de partager la connaissance autant que possible – merci d’annoter, de tagger, de partager vos oeuvres dérivées avec les autres comme le fait la British Library chaque fois que c’est possible. • Soutenez le domaine public – les utilisateurs du domaine public sont incités à soutenir les efforts déployés par la bibliothèque pour conserver, numériser et rendre disponible le domaine public. Ce soutien peut se concrétiser par des dons en argent, notamment lorsque les documents sont utilisés à des fins commerciales. • Merci de maintenir la Public Domain Mark et toutes les notices attachées aux oeuvres – cela permettra d’indiquer aux autres utilisateurs que ces oeuvres ne sont plus soumise à la protection du droit d’auteur et d’encourager les réutilisations de la collection. Ces consignes d’utilisation sont basées sur la bonne volonté. Elles n’ont pas de valeur contractuelle. Nous vous demandons simplement de les respecter.
    69. 69. Les Tablettes rennaises, bibliothèque numérique de Rennes Métropole. Documents sous Public Domain Mark et métadonnées sous licence ODbL
    70. 70. Pour une loi sur le domaine public en France Face à la menace grandissante d’un « domaine public payant »
    71. 71. SavoirsCom1 - Calendrier de l’Avent du domaine public
    72. 72. Bibliothèques et Open Data A lire : Open Data et bibliothèques, sous le signe des biens communs de la connaissance
    73. 73. III Bibliothèques, usages collectifs et tiers lieux PowWow.Parstephanie.says.CC-BY-NC-ND Les bibliothèques comme lieu d’usage collectif des biens culturels. A lire : Usage collectif et usage privé en bibliothèque.
    74. 74. Mais les usages collectifs peuvent être juridiquement problématiques… L’exemple de la Fête de la musique…
    75. 75. Blocages autour des usages pédagogiques et de recherche ParSh4rp_1.CC-BY. A lire : Droit d’auteur et enseignement en France, état d’urgence ! « Si un professeur veut faire des supports pédagogiques numériques il a le droit d’utiliser pas plus de 4 pages consécutives pour une partition, 3 pages pour un ouvrage de formation musicale, mais pour un livre 5 pages qui, dans le nouvel accord, peuvent ne plus être consécutives. En outre, l’extrait ne doit pas représenter plus de 20 % de la pagination totale pour un ouvrage, pas plus de 10 % pour un périodique, pas plus de 5 % pour un OCFP (un manuel, NDLR)… Les enseignants ne sont pas formés, c’est impossible à appliquer. Cette loi coûte plusieurs millions d’euros à l’État qui sont versés aux éditeurs de manuels, de livres ou de musique. »
    76. 76. Des frictions également en bibliothèque ? Problématique traditionnelle de la sonorisation, des projections, des animations, des expositions, etc. En Belgique, tarification pour des lectures à haute voix en bibliothèque…
    77. 77. Des tiers lieux ? Oui mais... Bibliothèque d'Heerhugowaard - Canapé bleu géant et étagères à roulettes (dernier étage) Source Mémoire ENSSIB Mathilde Servet : la bibliothèque troisième lieu
    78. 78. Surfer librement ? "Ni la loi anti-terroriste, ni la loi Hadopi n’obligent ces établissements à identifier les utilisateurs des ordinateurs mis à leur disposition, ni à conserver des informations nominatives pour les remettre lors d’une enquête diligentée par un juge au titre de la loi Hadopi, ou d’une personnalité qualifiée placée auprès du ministre de l’Intérieur au titre de la loi anti- terroriste, ni même à filtrer à titre préventif les accès à l’internet." Analyse juridique complète sur le site de l'IABD
    79. 79. A condition d'y libérer les usages, par exemple : la copie privée!
    80. 80. Favoriser les usages collectifs Ateliers de mashup à la BPI
    81. 81. Favoriser les usages collectifs grâce aux licences libres ? Mash Up Festival Film – Forum des Images Concours collaboratif Part[im]ages, utilisant les licences Creative Commons
    82. 82. Favoriser le partage Expérience « Le plug numérique de Lezoux » / LibraryBox
    83. 83. Vers des espaces en bibliothèque gérés comme des biens communs Pour lutter contre la fracture numérique tout en accompagnant la stratégie locale de développement économique, la bibliothèque publique du district de Columbia (DCPL, à Washington) vient d’ouvrir au public un espace numérique commun (Digital Commons) de plus de 1000 m2 contenant du matériel informatique en accès libre (79 ordinateurs, une imprimante 3 D, une Espresso Book Machine, un comptoir à liseuses didactique, une station Skype, un vidéophone pour les utilisateurs de la langue des signes). Cet espace comprend le Dream Lab, espace modulable avec environnement de travail numérique réservé aux particuliers, associations ou start-ups (salles de conférence, WiFi, tableaux interactifs…). En contrepartie de ce service, chaque membre du Dream Lab doit donner au moins une heure de cours d’éducation populaire par mois en rapport avec les technologies ou la culture générale numérique.Digital Commons, à la bibliothèque publique du district de Colombia
    84. 84. Sommes-nous prêts à ouvrir la gouvernance de nos établissements ? A voir, la bibliothèque comme espace de participation, par Lionel Dujol. A lire : Commonification of Public Services. P2P Foundation. Concept proposed by Tommaso Fattori, Italian commons activist: " the "commonalization" or "commonification" of the Public (ex the commonalization of the public services, like the water utilities), mainly through democratic participation of the people, transforming the citizens in commoners "

    ×