• Partagez
  • E-mail
  • Intégrer
  • J'aime
  • Télécharger
  • Contenu privé
Pour une éducation « fluide »   les MOOCs, impact sur la transversalité et nouveaux défis à relever- célya gruson-daniel-guillaume dumas-sept 2013
 

Pour une éducation « fluide » les MOOCs, impact sur la transversalité et nouveaux défis à relever- célya gruson-daniel-guillaume dumas-sept 2013

on

  • 2,230 vues

 

Statistiques

Vues

Total des vues
2,230
Vues sur SlideShare
1,102
Vues externes
1,128

Actions

J'aime
1
Téléchargements
27
Commentaires
0

4 Ajouts 1,128

http://www.scoop.it 1115
http://communicationspedagogiques.tumblr.com 9
https://twitter.com 3
http://flavors.me 1

Accessibilité

Catégories

Détails de l'import

Uploaded via as Adobe PDF

Droits d'utilisation

CC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike LicenseCC Attribution-NonCommercial-ShareAlike License

Report content

Signalé comme inapproprié Signaler comme inapproprié
Signaler comme inapproprié

Indiquez la raison pour laquelle vous avez signalé cette présentation comme n'étant pas appropriée.

Annuler
  • Full Name Full Name Comment goes here.
    Are you sure you want to
    Votre message apparaîtra ici
    Processing...
Poster un commentaire
Modifier votre commentaire

    Pour une éducation « fluide »   les MOOCs, impact sur la transversalité et nouveaux défis à relever- célya gruson-daniel-guillaume dumas-sept 2013 Pour une éducation « fluide » les MOOCs, impact sur la transversalité et nouveaux défis à relever- célya gruson-daniel-guillaume dumas-sept 2013 Document Transcript

    • Pour  une  éducation  «  fluide  »  :  les  MOOCs,  impact  sur  la   transversalité  et  nouveaux  défis  à  relever.     Célya  Gruson-­‐Daniel  avec  la  participation  de    Guillaume  Dumas     co-­‐  fondateurs  de  HackYourPhD   Septembre  2013     Nous  vivons  actuellement  dans  une  société  où  les  multiples  changements  de  paradigme   créent   des   fossés   entre   les   systèmes   dits   «  traditionnels  »   et   ceux   dits   «  fluides  »,   qui   s'adaptent  et  se  nourrissent  de  la  complexité.  Le  système  éducatif  ne  fait  pas  exception   car   les   réformes   y   sont   plus   lentes   que   le   développement   technologique   et   les   changements  cognitifs  associés.     L'éducation   se   doit   pourtant   d'évoluer   afin   de,   non   seulement,   donner   l'accès   aux   connaissances   mais   également   aux   méthodes   nécessaires   à   la   résolution   des   nouvelles   problématiques  «  complexes  »  de  notre  société  moderne.  Cela  passe  par  l'enseignement   du  regard  critique  ainsi  que  de  la  mise  en  relation  des  connaissances  et  des  personnes,   notamment  par  la  transdisciplinarité  et  la  collaboration.  Une  des  problématiques  clef  est   de   réussir   le   développement   et   l'apprentissage   à   l'échelle   individuelle,   tout   en   l'inscrivant  dans  une  dynamique  d'interaction  globale.   Aujourd'hui,   les   nouvelles   technologies—notamment   celles   de   l'information   et   de   la   communication—fournissent   différents   outils   ainsi   qu'un   nouvel   écosystème—le   numérique—qui   permettent   de   potentialiser   ces   valeurs  :   interactivité,   partage,   et   transversalité.   Des   dispositifs   tels   que   les   MOOCs   (Massive   Open   Online   Courses)   ainsi   que  d'autres  outils  éducatifs  innovants  transforment  le  paysage  de  l'éducation.     Le  but  de  ce  rapport  est  de  comprendre  comment  la  transversalité  est  affectée  par  ces   nouveaux   outils.   Elle   est   définie   ici   comme   la   capacité   d'un   système   éducatif   à   faciliter   l'échange   des   connaissances   entre   les   «  apprenants  »,   leur   mise   en   relation,   et   leur   enrichissement.   Ce   rapport   se   concentrera   spécifiquement   sur   les   MOOCs,   mais   il   évoquera   également   leurs   limitations   et   les   questions   qu'ils   laissent   en   suspens   (certification,  etc.).  Une  ouverture  sera  faite  sur  les  potentielles  solutions  apportées  par   d'autres   systèmes   éducatifs   innovants.   Les   informations   synthétisées   ici   sont   le   fruit   d'un   voyage   de   deux   mois   à   la   rencontre   des   acteurs   de   ces   nouveaux   modes   d'éducation  :   «  HackYourPhD   aux   States  ».   Elles   ont   été   complétées   par   une   recherche   bibliographique  disponible  en  fin  du  rapport.          
    • I-­‐   Education  :   donner   les   clefs   pour   comprendre   et   agir   dans   une   société  «  fluide  »   Aujourd'hui,   pour   pourvoir   comprendre   et   agir   de   façon   éclairée   dans   un   monde   complexe  et  global,  nous  avons  besoin  de  connaissances,  de  valeurs  mais  aussi  d'outils   et  de  méthodologie  adaptés.     De   nouvelles   formes   d'éducation   tentent   de   répondre   aux   enjeux   majeurs   de   cette   société   «  fluide  ».   Elles   ont   émergé   notamment   grâce   aux   nouvelles   technologies   du   numérique   dont   les   caractéristiques   embrassent   elles-­‐mêmes   la   notion   de   réseau— interactions  multiples  et  multidirectionnelles.   Ces   nouvelles   formes   éducatives   se   doivent   d'être   adaptatives,   modulables   et   non   déterminées   afin   de   garantir   la   gestion   de   l'incertitude   et   de   la   complexité.   Elles   doivent   favoriser   un   réseau   global   d'interaction   où   toutefois   chacun   peut   également   créer   son   propre  environnement  d'apprentissage  à  l'échelle  locale.       «  New  forms  of  learning  [...]  are  multivariate,  self-­‐organised,  complex,  adaptive,  and   unpredictable.  […]  They  are  increasingly  open,  interaction  is  distributed  over  a  wider   variety  of  learning  platforms,  and  they  offer  learners  considerable  autonomy  and  control   to  create  their  own  personalised,  unpredictable,  and  emergent  learning.  »    Footprints  of  emergence.       2-­‐  La  transversalité  :  élément  majeur  au  sein  des  modèles  éducatifs   La   transversalité   joue   ici   un   rôle   majeur.   Nous   l'avons   définie   comme   la   capacité   d'un   système   éducatif   à   faciliter   l'échange   des   connaissances   entre   les   «  apprenants  »,   et   favoriser  leur  mise  en  relation  et  enrichissement.  Elle  permet  de  créer  un  véritable  tissu   favorisant  plus  de  fluidité  de  créativité  et  d'adaptation.     Aujourd'hui,  la  transversalité  est  favorisée  par  différentes  propriétés  que  l'on  retrouve   dans  les  nouvelles  formes  éducatives,  et  ceci  à  différents  degrés  (MOOCs  etc.)   -­‐   Le   support   «  online  »   et   interactif   :   Le   web   offre   une   multitude   de   contenus   et   de   formats.   Il   s'agit   notamment   d'articles   (billets   de   blogs,   articles   Wikipedia,   articles   scientifiques   en   libre   accès,   etc.)   qui   intègrent   de   nombreux   hyperliens   permettant   de   naviguer   et   relier   une   information   à   une   autre.   D'autres   contenus   multimédia   peuvent   enrichir   ce   panel,   notamment   des   podcasts   et   vidéos   (TED,   MOOCs).   Nous   assistons   également   de   plus   en   plus   à   l'emploi   de   nouvelles   approches   de   représentation   de   l'information   et   les   connaissances,   notamment   par   la   visualisation   interactive   (data-­‐ visualisation,  visualisation  3D).   Le   numérique,   grâce   à   une   large   gamme   de   plateformes   et   d'outils,   favorise   aussi   l'organisation  autonome  de  groupes  et  de  communautés.  Ils  partagent  des  informations   (curation,  crowdsourcing),  dialoguent  et  les  commentent.  Leurs  échanges  se  font  de  plus   en   plus   par   interactions   directes   et   dynamiques   (organisation   d'événement   «  online  »,  
    • Google   Hangout,   on   air,   Skype),   ce   qui   favorise   le   travail   collaboratif   (prise   de   note   collaborative,  management  de  tâches  collaboratives).     -­‐   L'ouverture:   L'accès   au   savoir,   à   la   connaissance   et   sa   libre   circulation   sont   des   éléments   essentiels.   Ce   contenu   est   ainsi   disponible   pour   le   plus   grand   monde   et   réutilisable.  Cela  amène  à  un  réseau  du  savoir  distribué  et  modulable.     -­‐   La   massification  :   Grâce   à   cette   ouverture,   un   grand   nombre   d'acteurs   sont   mis   en   connexion,  cela  favorise  la  création  de  groupe  partageant  des  sujets  d’intérêts  communs.   Un  nombre  important  de  participants  favorisent  la  diversité  et  la  complémentarité  des   profils  mais  aussi  la  création  de  groupes  inter-­‐générationels.   -­‐  Des  parcours  individualisés  :  En  agrégeant  différents  outils  mais  aussi  des  contenus   et   en   tissant   un   réseau   de   personnes   avec   qui   échanger,   l'apprenant   peut   construire   son   environnement   d'apprentissage   personnalisé.   Ce   système,   notamment   avec   la   création   d'un  réseau  personnel  d'apprentissage,  favorise  la  collaboration  entre  apprenants  mais   aussi  leur  co-­‐évolution.  L'apprenant  n'a  pas  une  vision  globale  du  travail  des  autres  mais   se  concentre  sur  ses  propres  objectifs,  ce  qui  limite  la  compétition.   ==>   La   transversalité   en   éducation   entre   apprenants   est   donc   maximisée   par   un   écosystème   avec   un   grand   nombre   de   profils   «  collaborateurs  ».   Ils   sont   chacun   engagés   dans   leur   processus   d'apprentissage   personnalisé.   Ils   interagissent   néanmoins   avec   d'autres   apprenants   dont   le   but   est   de   s'aider   mutuellement   et   de   collaborer   pour   répondre  à  leur  propre  objectif.     Les   nouvelles   formes   d'éducation   répondent   à   ces   différentes   caractéristiques.   Cependant   chacune   présente   des   particularités.   Nous   allons   les   comparer   à   présent   en   analysant  comment  elles  s'inscrivent  à  différents  degrés  dans  les  paramètres  décrits  ci-­‐ dessus.   3-­‐  Les  MOOCs  :  catalyseur  de  transversalité     a-­‐  Distinction  de  deux  types  de  MOOCs   Lorsque   l'on   parle   de   MOOC   (Massive   Open   Online   Courses)   aujourd'hui,   on   pense   souvent  aux  MOOCs  proposés  par  EdX,  Coursera,  Khan  Academy.  Or  ces  MOOCs  ne  sont   que  les  plus  récents  de  deux  catégories  :  les  xMOOCs.  Ce  sont  les  plus  connus,  et  ils  ont   été  rapidement  associés  au  terme  «  MOOC  »,  un  des  «  buzzwords  »  de  2012.  Leur  prise   d'ampleur  a  commencé  dès  2011  avec  Sebastian  Thrun  et  Peter  Norvig  et  leur  premier   cours   sur   l'intelligence   artificielle   à   Stanford.   Il   s'agit   de   plateformes   regroupant   des   sessions   de   cours   (un   semestre)   donnés   par   des   professeurs   d'université   souvent   prisés   (université   d'Harvard,   Stanford,   Columbia).   N'importe   qui   peut   s'inscrire   gratuitement   sur  ces  plateformes,  suivre  les  différentes  sessions  et  valider  l'ensemble  par  un  examen   final.   Bien   que   ces   xMOOCs   aient   débuté   en   Amérique   du   Nord,   de   nombreuses   universités,  écoles  françaises  et  européennes  franchissent  également  le  pas.     L'autre   catégorie   de   MOOC   sont   les   cMOOCs,   le   «  c  »   faisant   référence   au   terme   «  connectiviste  ».   Ils   ont   vu   le   jour   notamment   avec   les   cours   en   ligne   et   ouverts   de   Stephen   Downes   et   George   Siemens   sur   les   connaissances   connectées   et   connexes   en  
    • 2008   (CCK08).   Dans   les   cMOOCs,   c'est   la   communauté   qui   crée   ensemble   son   propre   réseau   de   connaissances,   grâce   à   des   contenus   ouverts   et   distribués.   La   connexion   des   individus   est   aussi   au   centre   du   processus   d'apprentissage.   La   plateforme   sert   à   construire  ses  contenus  grâce  à  la  collaboration  le  partage  et  les  échanges  d'idées.   Ces   deux   types   de   MOOCs   partagent   des   caractéristiques   communes   mais   possèdent   également  des  spécificités  propres.  Cela  impacte  sur  leur  degré  de  transversalité.   b-­‐  xMOOCs  et  cMOOCs  :  transversalité  et  limites   Les  xMOOCs  et  les  cMOOCs  sont  basés  tous  les  deux  sur  les  principes  décrits  par  les  3   premières  lettres  de  l'anagramme  MOOC  (Massive  Open  Online  Classes/Courses).  Leur   disponibilité   gratuite   et   en   ligne   facilite   grandement   la   participation   de   grand   nombre   d'apprenants.   Ces   principes   font   parties   des   facteurs   facilitant   la   transversalité,   mais   cMOOC   et   xMOOCs   possèdent   de   légères   différences.   Ci-­‐dessous   sont   présentés   les   spécificités  de  chaque  MOOC  mais  aussi  leurs  limitations.     xMOOCs     Les   xMOOCs   rassemblent   un   nombre   très   élevé   d'inscrits.   La   plateforme   Coursera,   par   exemple,   compte   aujourd'hui   plus   de   4   millions   700   mille   utilisateurs.   De   nombreuses   personnes  sont  attirées  par  le  côté  prestigieux  des  cours  donnés,  leur  facilité  d'y  accéder   en  ligne,  et  leur  gratuité.     Du  point  de  vue  de  l'ouverture,  même  si  ces  cours  sont  gratuits,  ils  ne  possèdent  pas  en   général  de  licences  adaptées  à  la  réutilisation  des  contenus  (e.g.  creative  commons).  Le   contenu   est   donc   gratuit   mais   son   partage,   sa   redistribution   et   son   «  remix  »   pour   d'autres  cours  ne  sont  pas  rendus  possibles.     Les   plateformes   des   MOOCs   sont   centrés   sur   les   vidéos   données   chaque   semaine   par   un   professeur.   Le   format   de   xMOOCs   reste   instructiviste  c'est   à   dire   qu'il   est   basé   sur   des   cours   magistraux   avec   un   enseignement   uni-­‐directionel   entre   enseignant   et   apprenants.   Les   plateformes   des   xMOOCs   offrent   tout   de   même   des   outils   adaptés   à   l'interaction   entre   groupe   d'apprenants.   Des   groupes   de   travail   s'organisent   et   favorisent   ainsi   le   travail  en  commun.  Toutefois,  il  est  rare  que  les  liens  se  continuent  après  une  session.     La   création   pour   chaque   étudiant   de   son   environnement   d'apprentissage   personnalisé   n'est  pas  le  but  principal  de  ces  plateformes.  Les  xMOOCs  se  basent  sur  le  contenu  et  sa   validation  plutôt  que  sur  de  la  création  partagée  de  connaissances.  La  transversalité  est   donc   présente   mais   n'est   pas   l'élément   essentiel  ;   elle   s'exprime   de   façon   limitée   et   spécifique  lors  d'une  session  de  cours.     «  On  the  other  hand,  much  xMOOC  social  connection  seems  to  die  at  the  end  of  the  course,   and  not  persist  in  any  useful  way.  But  the  other  piece  that  makes  the  networks  less  robust   is  that  the  primary  focus  of  the  social  interaction  is  often  the  course  itself,  and  not  the   individual  work  or  interests  of  the  students.  »    Mcaufield  –  Educause  
    • cMOOCs   Pour   les   cMOOCs,   en   revanche,   la   transversalité   est   la   pierre   angulaire   du   modèle.   Les   cours  se  basent  sur  des  groupes  plus  restreints  de  personnes  mais  avec  un  engagement   bien   plus   important.   C'est   en   effet   le   groupe   d'apprenants   qui   travaille   à   créer   son   propre  contenu  à  partir  de  différentes  sources.  Cela  nécessite  de  pouvoir  accéder  à  du   contenu   libre   pouvant   être   partagé   et   réutilisé.   Les   plateformes   permettent   spécialement   que   chaque   apprenant   crée   son   propre   environnement   d'apprentissage.   Elles   favorise   les   interactions   et   agrègent   différents   outils   de   communication   et   de   gestion  de  contenus  (Twitter,  Facebook,  IRC,  wiki,  etc.).     Ces   cours   possèdent   un   nombre   de   participants   moins   important   mais   le   réseau   créé   perdure  souvent  après  la  session  de  cours.  Dans  ce  sens,  la  transversalité  y  est  bien  plus   robuste.     En   revanche,   le   grand   degré   de   liberté   laissé   aux   apprenants   leur   demande   une   forte   autonomie   ainsi   qu'un   investissent   bien   plus   important.   En   sortant   des   cadres   d'éducations   instructivistes,   classiques,   les   cMOOCs   possèdent   une   organisation   horizontale   qui   amène   parfois   à   un   éparpillement   et   une   perte   des   objectifs   éducatifs   pour  les  apprenants.   4-­‐   La   transversalité   en   éducation  :   enjeux   à   relever   et   implantation   dans  un  écosystème     Les  MOOCs  jouent  un  rôle  majeur  dans  la  transformation  de  l'écosystème  de  l'éducation.   Tandis   que   les   xMOOCs   permettent   de   «  viraliser  »   un   nouveau   modèle   éducatif   interactif,   en   ligne   et   accessible   à   tous,   les   cMOOCs   quand   à   eux,   expérimentent   ces   nouveaux   modes   d'interactions   entre   apprenants,   plus   fluides   et   horizontales.     Cependant,  comme  nous  avons  vu  précédemment,  des  critiques  peuvent  être  faites  aux   deux   modèles.   Leurs   résolutions   constituent   des   enjeux   majeurs   pour   le   futur   de   l'éducation.   D'autres   modèles   éducatifs   apportent   des   pistes   intéressantes,   notamment   sur  la  question  de  la  certification.   a-­‐   Quels   futurs   pour   les   cMOOCs   et   les   xMOOCs  ?  :   la   question   de   la   certification   Comment  valider  les  connaissances  et  compétences  acquises  par  chacun  lorsqu'un  cours   regroupe  plus  d'un  millier  d'élèves  ?  Cette  question  se  pose  surtout  pour  les  xMOOCs.     Pour  l'instant,  les  xMOOCs  mettent  souvent  en  place  des  tests  automatisés  pendant  les   sessions   puis   un   système   d'examen   en   ligne   avec   des   questions   standardisées.   C'est   le   cas   par   exemple   de   EdX   et   Udacity   qui   ont   mis   en   place   des   partenariats   avec   des   organismes  de  certification  (Pearson  VUE)     Ce  système  permet  de  répondre  aux  enjeux  de  la  massification.  Mais  la  standardisation   des   examens   défavorise   un   parcours   individualisé   d'apprentissage.   Seuls   les   contenus   retenus   par   les   apprenants   sont   validés   et   non   pas   les   compétences   et   savoir-­‐faire   développés,   notamment   au   contact   d'autres   apprenants.   Cela   est   donc   un   frein   à   la   transversalité  puisque  cette  standardisation  pousse  les  apprenants  à  se  concentrer  sur  
    • le  contenu  des  vidéos  en  ligne  et  non  pas  à  l'exploration  collaborative  et  la  création  de   contenus  transverses  au  sujet  principal.     D'autres   modèles   se   développent   pour   répondre   à   ces   limitations.   Le   Global   Learning   Arbitrage,   terme   employé   par   l'IFTF   (Instiute   For   The   Future),   définit   les   nouveaux   acteurs,  tuteurs  et  systèmes  créant  ces  nouveaux  modes  d'évaluation  et  d'obtention  de   certifications  ou  des  accréditions.  Un  exemple  est  celui  de  l'évaluation  par  les  pairs  dans   des  MOOC  :  il  est  proposé  aux  apprenants  d'évaluer  mutuellement  le  travail  des  autres.   C'est   un   exercice   difficile   qui   amène   à   chacun   à   revenir   sur   ses   propres   connaissances   acquises.   Cela   favorise   notamment   l'engagement   des   apprenants.   Coursera   développe   notamment   cette   évaluation   par   les   pairs   pour   les   cours   de   sciences   sociales   et   de   business.   Une   autre   méthode   qui   commence   à   se   développer   est   celle   d'obtention   de   badges   de   compétences.  Chaque  apprenants  donne  un  retour  sur  le  travail  d'autres  apprenants  par   l’intermédiaire   de   badges   relatifs   à   une   compétence   acquise.   La   Mozilla   Foundation   a   commencé   à   mettre   en   place   ces   badges   et   d'autres   systèmes   éducatifs   commencent   à   les  adapter  également  (P2P  University  et  Center  for  OpenScience).   b-­‐  Le  futur  :  un  écosystème  de  l'Open  Education  ?     Ce   rapport   s'est   concentré   sur   la   question   de   l'impact   des   MOOCs   sur   la   transversalité   afin  de  répondre  aux  enjeux  d'une  éducation  plus  fluide.  La  transversalité  est,  en  effet,   un   élément   clef   en   éducation   pour   donner   les   clefs   de   compréhension   et   d'action   dans   notre  monde  de  plus  en  plus  global  et  complexe.   Un  autre  enjeu  majeur  pour  le  futur  de  l'éducation  est  celui  de  l'«  ouverture  ».  Celle-­‐ci  se   traduit  par  différents  éléments,  pas  forcément  présents  dans  les  MOOCs  :     • • • Des  licences  appropriées  (e.g.  creative  commons)   Des   plateformes   d'archivages,   des   moteurs   de   recherches   et   des   technologies   adaptées  à  l'organisation  des  connaissances  distribuées.   Des  formations  au  management  des  connaissances  ainsi  qu'à  la  culture  du  libre.     De   nombreux   projets   éducatifs   expérimentent   et   relèvent   le   défi   de   l'ouverture   en   éducation  ou  OpenEducation  (P2P  University,  OER).  L'étude  de  ce  nouvel  écosystème  de   l'Open  Education  constitue  à  lui-­‐même  un  autre  sujet  entier  de  discussion.            
    •   Sources  (livres,  articles  et  billets  de  blogs)   Surfer   la   vie  :   Comment   «  Sur-­‐vivre  »   dans   la   société   fluide  ?   -­‐  Joël  de  Rosnay  -­‐  Mai   2012  http://www.surferlavie.com/   Footprints  of  emergence  -­‐  Roy  Trevor  Williams,  Jenny  Mackness,  and  Simone  Gumtau-­‐   The   international   review   of   research   in   open   and   distance   learning   -­‐   Octobre   2013   http://www.irrodl.org/index.php/irrodl/article/view/1267   HackYourPhD   aux   States  :   voyage   au   cœur   de   l'Open   Science   aux   Etats-­‐Unis   -­‐  Célya   Gruson-­‐Daniel  –  HackYourPhD  -­‐  juillet-­‐août  2013  hackyourphd.org/USA   MOOC  :  cMOOC,  xMOOC-­‐G  Siemens  –Elearnspace  –  Jullet  2012     http://www.elearnspace.org/blog/2012/07/25/moocs-­‐are-­‐really-­‐a-­‐platform/     Ultimate  Guide  to  xMOOCs  and  cMOOCs  -­‐  Debbie  Morisson  -­‐  MOOC  News  &Review-­‐   Avril  2013  http://moocnewsandreviews.com/ultimate-­‐guide-­‐to-­‐xmoocs-­‐and-­‐ cmoocso/#ixzz2eWUJMcgH     xMOOC  communities  should  learn  from  cMOOCs  –  Mcaufield  –  Educause  -­‐  Juillet   2013  http://www.educause.edu/blogs/mcaulfield/xmooc-­‐communities-­‐should-­‐learn-­‐ cmoocs   [HYPhDUS]John  Hess  :  OpenScience  and  the  engagement  of  community  –   HackYourPhD-­‐  Soundcloud-­‐  Aout  2013   https://soundcloud.com/hackyourphd/hyphdus-­‐john-­‐hess-­‐edx-­‐community   MOOC  :  une  typologie  des  méthodes  d'évaluation  -­‐  Matthieu  Cisel  –  EducPros  –  Aout   2013   http://blog.educpros.fr/matthieu-­‐cisel/2013/08/11/mooc-­‐une-­‐typologie-­‐des-­‐ methode-­‐devaluation/   MOOC  les  certificats  de  complétion  –  Wikipedia   http://fr.wikipedia.org/wiki/Cours_en_ligne_ouvert_et_massif#Les_certificats_de_compl .C3.A9tion   Capitalisation   du   MOOC   ItyPA   -­‐   réalisée   par   les   participants   -­‐   février   2013   https://sites.google.com/site/capitypa/   L'environnement  d'apprentissage  personnel  :  l'avenir  de  la  formation  -­‐  Service   de   Soutien  à  la  formation  –  Juin  2012  http://www.usherbrooke.ca/ssf/veille-­‐old/numeros-­‐ precedents/juin-­‐2012/le-­‐ssf-­‐veille/lenvironnement-­‐dapprentissage-­‐personnel-­‐lavenir-­‐ de-­‐la-­‐formation/      
    •