organisations du travail et croissance

2 657 vues

Publié le

Cours d'économie sur les organisations du travail en classe de Terminale sciences économiques et sociales

Publié dans : Formation, Business
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 657
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
54
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

organisations du travail et croissance

  1. 1. CHAPITRE 2 Travail et emploi 3- Organisation du travail et croissance
  2. 2. 3.1 Comment les différentes OT ont- elles contribué à la croissance? 3.1.1 A l’origine: la division du travail chez A. Smith
  3. 3. Adam Smith 1723 - 1790 Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations - 1776 Division du travail et rendements croissants
  4. 4. La division du travail La décomposition d’un processus de production en tâches spécialisées et complémentaires
  5. 5. A distinguer Division sociale du travail : entre métiers Niveau macroéconomique Division technique du travail: entre les postes dans un même atelier ou entreprise Niveau microéconomique
  6. 6. Des rendements croissants La production augmente dans une proportion plus forte que l’accroissement des facteurs de production une baisse du coût unitaire de production= économie d’échelle
  7. 7. L’exemple de la manufacture d’épingles Division technique du travail : Les avantages pour l’employeur Avantages techniques  Economie de spécialisation Une même tâche = grande habileté  Economie de temps pas de temps perdu ds le passage d’une tache à 1 autre  Economie d’innovation= possibilité de mécanisation de la production Avantages économiques  Une seule tâche  Un revenu par tâche  C.A.D le revenu le plus bas GAINS DE PRODUCTIVITE
  8. 8. La productivité d'une entreprise augmente grâce à la division du travail. la division du travail permet donc d’accroître la quantité de marchandises produites et l’enrichissement général des nations Conclusion d’A. Smith
  9. 9. Elle a pour objectif la hausse de la productivité Définition: L’organisation du travail est l’agencement et la coordination des différentes activités et fonctions au sein d’une unité de production C’est ainsi qu’est née la nécessité de l’organisation du travail
  10. 10. 3.1.2- Les anciennes formes d’organisation du travail: le taylorisme et le fordisme
  11. 11. Frederick Winslow Taylor 1856 -1915 L’Organisation Scientifique du Travail Le taylorisme
  12. 12. Objectifs lutte contre la flânerie des ouvriers méthode de fabrication optimale :"one best way" rémunération au mérite
  13. 13. Le taylorisme ou OST repose sur 2 principes Division horizontale Division verticale Séparation entre travail de conception et exécution (hierarchie) PARCELLISATION des tâches entre salariés Une norme de temps et de geste, chronométrage
  14. 14. Conséquences 1 bon ouvrier > 3 bras cassés ! Hausse de la productivité du travail Baisse des coûts Hausse des profits Hausse de la demande Croissance économique
  15. 15. LA PREUVE !
  16. 16. Henri Ford 1863 – 1947 Une organisation du travail et de la production associée à une consommation de masse Le fordisme
  17. 17. Les caractéristiques « Five dollars a day»Convoyeur mécanique Standardisation des pièces et des produits Travail à la chaîne Fidéliser les salariés Taylorisme + + +
  18. 18. La Ford T
  19. 19. - La croissance fordiste
  20. 20. Analyse du fordisme MODE D’ORGANISATION MODE DE REGULATION DU TRAVAIL MACROECONOMIQUE ECOLE DE LA REGULATION Michel Aglietta Robert Boyer
  21. 21. Source de ces gains Le travail à la chaîne La standardisation. • Un rôle de soutien à la croissance de l’Etat Etat providence A entrainé la croissance des 30 glorieuses • Des gains de productivité
  22. 22. Le fordisme : un mode de régulation macroéconomique La croissance de la productivité du travail : 4,7 % entre 1961 et 1973 Croissance économique 5,4 % en moyenne chaque année entre 1961 et 1973
  23. 23. La crise du modèle fordiste ou la fin des 30 glorieuses
  24. 24. Division à l’extrême, (tâches répétitives) a entrainé turn- over, absentéisme, démotivation= refus de la division du travail Nouveaux mode de vie, moyennisation, marché de renouvellement, demande changeante = refus de la standardisation= pbl d’adaptation des chaines BAISSE DES GAINS DE PRODUCTI VITE Une crise du mode d’organisation Crise sociale Crise d’efficacité Crise du modèle fordiste Un exemple des limites sur les salariés : l’usine Renault de Sandouvillehttp://www.ina.fr/economie-et-societe/vie- sociale/video/I04225010/productivite-a-l-usine-renault-
  25. 25. … et une crise de l’Etat providence aggravée par la conjoncture… Concurrence internationale de + en + rude avec l’ouverture des économies Choc pétrolier + maintien de salaires élevés = inflation Baisse des investissements et recherche de placements financiers = les « 20 piteuses » croissance ralentie
  26. 26. 3.1.3 Les nouvelles formes d’organisation du travail (NFOT)
  27. 27. Aménagement du fordisme par la remise en cause de la: Division horizontale Division verticale • Elargissement des tâches • Enrichissement des tâches • Rotation des postes Groupe semi - autonome Mais…..des limites
  28. 28. Taiichi Ohno 1912 - 1990 Toyotisme ou ohnisme
  29. 29. triple objectif Motiver le travailleur • Pouvoir de décision • Plus d’autonomie Gains de productivité Produire en série limitée • Répondre à la demande • Diversifier la production Plus d’intérêt Baisse des coûts
  30. 30. La loi des cinq zéro –zéro panne –zéro délai –zéro stock Méthode –zéro défaut KANBAN –zéro papier
  31. 31. Donc la production se fait en Flux tendus ou Juste à temps Exigence de la flexibilité du travail*
  32. 32. La flexibilité est une politique de gestion de la main d’œuvre dont l’objectif est d’adapter la production aux variations de la demande Réduction des coûts de production
  33. 33. La flexibilité du travail *: base de la productivité DONC…
  34. 34. Comparaison des 2 logiques Fordisme / Toyotisme ToyotismeFordisme Amont Amont Aval Aval Une tâche Polyvalence + + Standardisation Série limitée
  35. 35. En avons-nous fini, pour autant, avec la norme productiviste ? (voir TD l’exemple de l’industrie automobile) A MEDITER !
  36. 36. A ne pas confondre Post taylorisme: nouvelle forme d’OT qui rompt avec la logique tayloriste Néo taylorisme : un taylorisme « déguisé » avec une aliénation toujours importante des travailleurs
  37. 37. 3.2- Les évolutions de l’emploi qui ont accompagné la croissance sur longue période 3.2.1 L’évolution du salariat
  38. 38. 3.2.1.1 Rappel de quelques définitions (données de l’Insee de 2008 ou 2009 publiées en 2010) • ensemble des personnes ayant une activité professionnelle rémunérée ou en recherchant une (27 984 000 en 2008)Population active : • Population active X100 = 70,1 % en 2008 Population de plus de 15 ansTaux d’activité: • Actifs qui exercent une activité : PAO (25 914 000 en 2008) Population active occupée (PAO) • Actifs en recherche d’emplois (chômeurs 2 070 000 en 2008) Population active inoccupée • Actifs occupés X100 = 64,2% en 2009 Population de plus de 15 ans.Taux d’emploi = • Actifs inoccupés (Chômeurs ) X100 =9,6% fin 2009 population active totaleTaux de chômage=
  39. 39. 3.2.2 Salarisation, tertiarisation et féminisation de l’emploi SALARIAT: Est le statut des actifs caractérisé par une relation contractuelle (contrat de travail) avec l’employeur. LE SALAIRE est une rémunération perçue par un actif en contrepartie d’un travail fourni à un employeur.
  40. 40. Une salarisation croissante 9 emplois sur 10 sont des emplois salariés Actifs occupés en France en 2009 source : insee Indépendants 2 391 100 9,2% Salariés 23 602 600 90,8%
  41. 41. La tertiarisation de l’emploi 3% 20% 77% Répartition de l'emploi en France par secteurs en 2008 source : Insee Agriculture Industrie Services
  42. 42.  La majorité des actifs sont producteurs de services (77 %) et non producteurs de biens agricoles et industriels (23%)  Le nombre de salariés dans le tertiaire : - non marchand : 29 % - marchand : 47 % AINSI…
  43. 43. Féminisation de l’emploi  Tendance à l'augmentation de la proportion de femmes dans la population active  Taux d'activité féminin = Part des femmes actives 66% en 2008 Population féminine
  44. 44. 3.2.2 L’évolution des formes et des contenus de l’emploi
  45. 45. 3.2.2.1 Qualification des emplois en hausse La qualification individuelle: capacité d'un travailleur à exercer une activité complexe faisant appel soit à une expérience, soit par le nombre d’années d’étude. La qualification de l'emploi: qualités requises par le poste de travail
  46. 46. La progression des PCS qualifiées 0 5 10 15 20 25 30 35 40 1982 2002 en%del'emploitotal Evolution de la structure des emplois entre 1982 et 2002 agric commer PCS1 et 2 PCS 6 ouvriers PCS5 employés PCS3 et 4 cadre et PI Source : Dares ,Ministère du travail (site)
  47. 47. 3.2.2.2 La précarisation de l’emploi
  48. 48. Des formes particulières d’emplois en progression •L’emploi en CDI reste l’emploi le plus important en France il constitue donc « la norme » •Cependant ce sont les formes particulières d’emplois qui progressent le plus elles ont pratiquement doublé en 20 ans, l’emploi devient plus précaire, instable (emploi atypique). •De plus, l’emploi à temps partiel subit augmente aussi (taux de sous emploi: 5,5% en 2007) et touche particulièrement les femmes (80% de l’emploi à temps partiel subit) source : observatoire des inégalités et enquête emploi Insee
  49. 49. La précarisation de l’emploi

×